Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Ramuz Charles Ferdinand – Vendanges

Ramuz Charles Ferdinand - Vendanges - Bibliothèque numérique romande - Photo Sylvie S. Vignes LavauxRamuz Charles Ferdinand – Vendanges : Les souvenirs d’enfance de Ramuz pour décrire sa participation à la saison des vendanges à Yvorne, dans le Chablais vaudois, vers 1890. Durant trois semaines en octobre, à date fixe, les écoliers du Collège classique cantonal de Lausanne avaient des vacances de vendanges. Ces vacances de saisons où l’on sortait de ses devoirs d’écolier pour rentrer, chaque fois, dans les travaux des hommes. Un texte poétique magnifique, empreint de la nostalgie d’instants précieux. (suite…)

Ramuz Charles Ferdinand – Nouvelles

Ramuz Charles Ferdinand - Nouvelles - Bibliothèque umérique romande - Laura Barr-Wells Paysage du Gros-de-VaudRamuz Charles Ferdinand – Nouvelles : Dans ce recueil de Nouvelles, on retrouve un condensé des thèmes abordés par l’auteur dans ses romans et un condensé de son style d’écriture, lapidaire parfois, mais poétique toujours.  La plupart des nouvelles répondent à ce besoin de faire cohabiter la nature, les paysages changeants et éphémères avec la dure réalité de la vie et des corps. (suite…)

Ramuz Charles Ferdinand – La Séparation des races

Ramuz Charles Ferdinand - La Séparation des races - Bibliothèque numérique romande - Chaurel Massif des Diablerets vu du PillonRamuz Charles Ferdinand – La Séparation des races : C’est la fin de l’été sur un haut alpage valaisan. De part et d’autre de la montagne, qui marque la frontière des langues, des religions et des coutumes, les hommes s’activent avant de faire redescendre le bétail pour l’hiver. Firmin, un berger romand, se souvient qu’il y a longtemps, « ceux de l’autre côté » leur avait pris un morceau de pâturage. L’alcool aidant, il fomente le projet d’enlever Frieda, une jeune fille qui vit sur l’alpage du côté alémanique. (suite…)

Ramuz Charles Ferdinand – Les Signes parmi nous

Ramuz Charles Ferdinand - Les Signes parmi nous Bibliothèque numérique romande - Chaurel L'Île de l'Arbre à Villeneuve un matin d'hiverRamuz Charles Ferdinand – Les Signes parmi nous : Fin juillet 1918, un colporteur biblique nommé Caille, va de fermes en maisons de village, en passant aussi par les champs, le lac et l’usine. Il rencontre ainsi tous les habitants, enfants, ménagères, ouvriers, vignerons, pêcheurs et paysans, à qui il essaie de transmettre le message de l’Apocalypse de Jean : « Les Signes sont parmi nous ». Certains l’écoutent, d’autres le rejettent, mais tous l’entendent et l’interprètent à leur manière. Puis tout à coup, les éléments naturels se déchaînent, le ciel s’assombrit, la chaleur s’intensifie, la pluie tombe à verse, les ouvriers de la verrerie se sont mis en grève et défilent à grand bruit, partout les gens meurent brusquement d’une étrange maladie, est-ce l’Apocalypse annoncée par Caille ? (suite…)

Ramuz Charles Ferdinand – Terre du Ciel

Ramuz Charles Ferdinand - Terre du Ciel - Bibliothèque numérique romande - Photo Chaurel (BNR)Ramuz Charles Ferdinand – Terre du Ciel : « Ils ont été dans les trois cents qui avaient été rappelés sur cet étage de montagne refait pour eux à l’image d’avant ». Trois cents qui ont souffert et qui ont aimé, dans la vie d’avant. Maintenant qu’ils sont ressuscités, encore étonnés d’être revenus à la vie, ils découvrent un monde parfait, où la peur quant à l’avenir, le regret quant au passé n’existent plus.

Chacun reprend son ancien métier, non plus par nécessité mais par plaisir. Chemin, le fabricant de cercueils, crée désormais de jolis meubles et peint des tableaux où tout est beau. Pitôme, distillateur de gentiane, s’émerveille de toutes ses cuvées qui sont parfaites. Augustin et Augustine, qui n’avaient pu se marier dans la vie d’avant, peuvent enfin être ensemble. Bé, né aveugle et mort aveugle, apprend « deux fois à voir ». Tous se racontent leurs histoires, revivent leurs souvenirs, stupéfaits de leur bonheur tout neuf et de la perfection de ce nouveau monde. Puis le temps passe, l’habitude s’installe, le bonheur devient normal. Trop. (suite…)

Pin It on Pinterest