Littérature suisse romande et des régions voisines

Burnat-Provins Marguerite – Cantique d’été

Burnat-Provins Marguerite – Cantique d’été: La narratrice séjourne dans un paysage montagnard isolée lors d’un été champêtre. Tout ce qui l’entoure se prête à des comparaisons tendres et caressantes. Car ce texte, long poème en prose, est celui d’une femme amoureuse qui s’abandonne sans aucune réserve à son amant qu’elle pare de toutes les qualités.

Burnat-Provins Marguerite – Le Livre pour toi

Burnat-Provins Marguerite – Le Livre pour toi : Ode à l’amour et à la sensualité, Le Livre pour toi est un recueil de 100 poèmes que Marguerite Burnat-Provins (1872-1952) dédie à son amant, Paul de Kalbermatten (1878-1967), «en souvenir de nos heures de volupté». D’abord publié à compte d’auteure à Vevey (Suisse) en 1907, le livre provoque un tel scandale qu’il doit être retiré de la vente. Publié peu après à Paris par les Éditions Sansot et préfacé par Henry Bataille, il déclenche l’enthousiasme unanime de la presse parisienne. Qualifié de « Livre de l’Amour », c’est un « hymne sensuel, si farouche et si doux (…), le plus ardent qu’une femme ait sans doute jamais écrit ». Le Livre pour toi connaîtra près de 40 rééditions et de multiples traductions.

Combe T. – Le Sentier qui monte

Combe T. – Le Sentier qui monte : Une cité horlogère de la fin du dix-neuvième siècle, avec ses ateliers tout en long et les maisons de la ville, biens rangées, elles aussi. Et puis des ouvriers, avec leurs femmes qui tiennent le ménage et font de la couture ou autres travaux pour joindre les deux bouts. Et encore, les apprentis… L’alcool fait des ravages parmi la population travailleuse. Des sociétés de tempérance s’efforcent de faire signer les contrats par lequel la personne s’engage à ne pas boire durant une période donnée mais ils sont bien peu à « signer la tempérance » Et il y a aussi l’armée du salut – très active – qui recrute des adeptes. Enfin, la «bonne société» qui a sa vie à part. Pour ces femmes désœuvrées il est de bon ton de faire de « bonnes œuvres » mais pas trop. Lorsque Noëmi décide de reprendre des cours du soir pour apprentis, elle découvre un monde qu’elle ignorait. Avec l’aide André, un jeune homme de son milieu privé de sa main droite, elle se lance dans une action éducative qui l’emmènera bien au-delà de ses espérances.

Tissot Victor & Améro Constant – Les Mystères de Berlin

Tissot Victor & Améro Constant - Les Mystères de Berlin - Bibliothèque numérique romande - A. Robida illustration de l'édition de référence Tissot Victor & Améro Constant – Les Mystères de Berlin (Les Aventures de Gaspard van der Gomm – vol. 2) : «L’hiver était venu. La neige tombait. Dans la nuit, les flocons s’entassaient silencieusement…» Nous retrouvons dans la ville de Berlin notre héros, le jeune flamant Gaspard venu chercher fortune et amour en Allemagne. Là, son souci d’aider ses nouvelles relations, lui fait notamment explorer les bas quartiers où résident des malfrats mais aussi des populations laborieuses réduites à la misère par la spéculation immobilière.

Combe T. – Le petit Pacha

Combe T. – Le petit Pacha: Une courte nouvelle de T. Combe, écrite au début du vingtième siècle, avec un petit garçon, des fillettes et des taches ménagères… Agréable à lire, divertissant et … encore d’actualité, quelquefois. Dans cette nouvelle, T. Combe s’interroge sur la société et les usages des hommes et femmes dans le milieu ouvrier jurassien. Des notations vivantes qui permettent de se représenter la vie quotidienne ouvrière de ce début de siècle.

C. F. Ramuz – Le Village dans la montagne – La grande Guerre du Sondrebond

C. F. Ramuz – Le Village dans la montagne – La grande Guerre du Sondrebond : Le Village dans la montagne (1908) et La Grande Guerre du Sondrebond (1906), réunis ici en un seul volume, datent de l’époque où leur auteur vivait encore principalement à Paris, entre 1904 et 1914. C’est à Paris en effet que Ramuz fait ses premiers pas dans la République des lettres, à Paris également que, dans la parenté de langue et de culture d’un pays qui lui est cher, il prend pleinement conscience du caractère incontournable de son altérité romande. Ces deux petits ouvrages, l’un en prose, l’autre en vers libres, situés le premier dans les montagnes valaisannes, le second quelque part sur les bords du Léman, sont donc des œuvres de relative jeunesse. Mais elles déploient déjà les deux versants topographiques de l’imaginaire ramuzien et contiennent en germe les thèmes emblématiques de l’œuvre à venir. Preuve que si le jeune Ramuz se cherche encore un style, il ne semble plus avoir de doutes sur son identité d’écrivain.

Epuy Michel – L’Aventure de Marcellin Cassagnas et Contes des Garrigues

Epuy Michel – L’Aventure de Marcellin Cassagnas et Contes des Garrigues: Marcellin n’est pas particulièrement intelligent mais il sait parler, ses mots emportent la conviction de ceux qui l’écoutent. Nommé maire et porteur des revendications des gens de la vigne, destitué par le préfet mais adoubé par le peuple, il va soulever toute une région, révoltée contre l’injustice d’un système politique centralisé. «D’un côté, ces collines grises, sauvages, parfumées, incendiées de soleil, ondulent jusqu’en Narbonnaise ; et, de l’autre, la plaine couverte de vignes s’étend, nappe étale, jusqu’aux marais d’Aigues-Mortes. …

Tissot Victor & Améro Constant – La Comtesse de Montretout

Tissot Victor & Améro Constant – La Comtesse de Montretout (Les Aventures de Gaspard van der Gomm (volume 1):Gaspard est un jeune chimiste flamand venu en Allemagne afin de trouver un mécène pour financer son invention refusée ailleurs. À travers ses aventures et les personnages qu’il rencontre, nous découvrons sa générosité et sa ténacité mais aussi sa naïveté et la volatilité de sa fidélité amoureuse.

Constant Benjamin – Quelques réflexions sur la tragédie de Wallstein et sur le théâtre allemand

Constant Benjamin - Quelques réflexions sur la tragédie de Wallstein et sur le théâtre allemand - Friedrich Pecht Der Kapuziner aus Friedrich Schillers Wallenstein Constant Benjamin – Quelques réflexions sur la tragédie de Wallstein et sur le théâtre allemand : «En concevant le projet de faire connaître au public français cet ouvrage de Schiller, j’ai senti qu’il fallait réunir en une seule les trois pièces de l’original. Cette entreprise offrait beaucoup de difficultés ; une traduction, ou même une imitation exacte était impossible. Il aurait fallu resserrer en deux mille vers, à peu près, ce que l’auteur allemand a exprimé en neuf mille. Or, l’exemple de tous ceux qui ont voulu traduire en alexandrins des poètes étrangers, prouve que ce genre de vers nécessite des circonlocutions continuelles. J’aurais donc eu à lutter, dans une traduction, contre un premier obstacle, et j’en aurais rencontré un second dans le sujet en lui-même. Tout ce qui se rapporte à la guerre de trente ans, dont le théâtre a été en Allemagne, est national pour les Allemands, et, comme tel, est connu de tout le monde. …

Ramuz C. F. – Nouvelles II

Ramuz C. F. Nouvelles II - Bibliothèque numérique romande - Sylvie S. Le lLac Léman en hiverRamuz C. F. – Nouvelles II (Nouvelles et morceaux, Forains, Portes du lac, Les Servants et autres nouvelles, Nouvelles) : Ramuz peint ici une vaste fresque de montagnes et de vallées, de torrents impétueux et de fleuve tranquille, de roches abruptes et de forêts sombres, sur laquelle se détachent des destins individuels. Loin d’une idéalisation niaise du «retour à l’alpage», il décrit la dureté et l’âpreté d’une vie souvent précaire, le dur labeur des champs («Le domestique de campagne»), la nature omniprésente et souvent menaçante («L’homme perdu dans le brouillard», «L’enfant tombé»), la rudesse des hommes entre eux (« Querelle entre les gens d’Audeyres et ceux de Randogne d’En-haut», «La foire»), leur cruauté envers les animaux («Mousse», «Le cheval du sceautier»), le lien conflictuel avec la religion (« Berthollet ») et le châtiment divin expiant les erreurs du passé (« La mort du grand Favre», «L’homme et les trois fantômes», «La punition par le feu»). …