18e

La Harpe Jean-François de – Éloge de Racine

La Harpe Jean-François de - Éloge de Racine - Anonyme Portrait de Jean François de La HarpeLa Harpe Jean-François de – Éloge de Racine  : «L’éloge d’un grand homme est presque toujours un combat contre les préjugés; mais si jamais cette vérité fut incontestable, c’est surtout à l’égard de Racine. Il ne fut pas apprécié par son siècle, et il n’y a pas longtemps qu’il l’est par le nôtre. Il eut beaucoup d’ennemis pendant sa vie ; il en a encore après sa mort.[…] C’est une admiration vraie et sentie qui m’amène après tant d’autres, non pas aux pieds de ta statue (car tu n’en as pas encore), mais sur ta tombe où j’ose apporter à tes cendres des hommages qu’une autre main peut‐être devrait te présenter.» …

Sade Donatien Alphonse François marquis de – Les 120 journées de Sodome

Sade Donatien Alphonse François marquis de - Les 120 journées de Sodome - Bibliothèque numérique romande - maquette AldusSade Donatien Alphonse François marquis de – Les 120 journées de Sodome : Le duc de Blangis, son frère, un évêque, le président de Curval et le financier Durce ont, tous les quatre, amassé une fortune immense «produit du meurtre et de la concussion». Dans un château de la Forêt-Noire, ils enferment pour une orgie à huis clos leurs épouses, des jeunes femmes et des jeunes garçons, d’anciennes prostituées et des serviteurs: en tout 42 personnes soumises à leur pouvoir afin de pratiquer différentes expériences sexuelles. Les prostituées exposent six cents perversions et tortures qu’exécutent les participants. L’horreur et le dégout croît au fil des pages: scatologie, violence, pédophilie, incestes… Les trois quarts des victimes meurent dans des supplices et d’atroces souffrances. Pour les autres la vie reprend… …

Rousseau Jean-Jacques – Essai sur l’origine des langues

Rousseau Jean-Jacques - Essai sur l'origine des langues - Bibliothèque numérique romande - Sylvie S. Pintures aboridènesRousseau Jean-Jacques – Essai sur l’origine des langues: Contrairement à ce que son titre pourrait laisser supposer, l’Essai sur l’origine des langues n’est pas un ouvrage de linguistique comparée, mais une réflexion philosophique, esthétique et politique sur l’origine d’une langue « première », une langue dont le surgissement serait non point situé dans le temps, mais consubstantiel à cet «état de nature» que Rousseau définit dans son Discours sur l’origine de l’inégalité. Prenant le contre-pied des théories dominantes sur la parole humaine, Rousseau affirme dès le deuxième chapitre «Que la première invention de la parole ne vient pas des besoins, mais des passions». Or, cette langue originelle est douée d’une éloquence aussi bien affective que morale. …

Rousseau Jean-Jacques – Lettres écrites de la montagne

Rousseau Jean-Jacques – Lettres écrites de la montagne - Laura Barr-Wells Creux-de-Champ un matin de printempsRousseau Jean-Jacques – Lettres écrites de la montagne : Rousseau rédige les neuf Lettres écrites de la montagne entre octobre 1763 et mai 1764, en réponse aux Lettres écrites de la campagne de Jean-Robert Tronchin, procureur général de Genève (septembre 1763), qui justifient la condamnation de Rousseau lui-même et de ses œuvres par le gouvernement genevois. Les idées de l’écrivain sont en effet considérées comme subversives et dangereuses. Rousseau se trouve alors à Môtiers dans la principauté de Neuchâtel, dans une situation particulièrement difficile puisqu’il est menacé d’emprisonnement à Paris (après la parution de l’Émile et du Contrat social) et qu’il ne peut se rendre à Genève, dont il est pourtant citoyen, sous peine d’arrestation, pour les mêmes raisons. Quelques amis de Rousseau font une «représentation» auprès des autorités pour le défendre et demander au Conseil de revenir sur sa condamnation. …

Carteromaco (Fortiguerri Niccolò) – Richardet (tome 2)

Carteromaco (Fortiguerri Niccolò) - Richardet 2 Bibliothèque numérique romande illustration de l'édition princepsCarteromaco (Fortiguerri Niccolò) – Richardet (tome 2) : Dans ce Tome 2 (chants  XVI à XXX), Despine est enlevée par le Scric son père pour l’empêcher d’épouser le Chrétien Richardet. Elle s’échappe dans la forêt enchantée de Lirine où elle perd le souvenir de son amour. Richardet la retrouve mais le Scric la reprend et une sorcière l’enferme dans un donjon impénétrable. Délivrée à nouveau, une malédiction la transforme en tigresse et la transporte au loin. Richardet et ses amis la sauvent. Mariage et liesse.

Le Riccardietto de Fortiguerri (1738) est une parodie du Roland furieux de l’Arioste qui vise à en démonter les ressorts. En trente chants burlesques, Fortiguerri plonge Charles, Roland, Renaud, Astolphe et les autres dans un méli-mélo d’invraisemblables aventures dont les amours contrariées de la belle Despine et de Richardet sont le thème général. …

Carteromaco (Fortiguerri Niccolò) – Richardet (tome 1)

Carteromaco (Fortiguerri Niccolò) - Richardet 1 - Bibliothèque numérique romande - illustration provenant de l'édition princeps Carteromaco (Fortiguerri Niccolò) – Richardet (tome 1) : Le 18e siècle n’a pas éteint la querelle entre le roman et l’épopée (L’Arioste vs Le Tasse). En 1716, disputant avec des amis, Fortiguerri se fait fort de démontrer que l’écriture de l’Arioste n’est qu’une façon. Il commence alors le Riccardietto qui, en trente chants burlesques, accumule les aventures invraisemblables. Il sera publié en 1738 trois ans après sa mort. Caricaturant les héros-titulaires carolingiens (Charles, Roland, Renaud, Astolphe…), et les conjuguant à un Richardet à la recherche de sa Despine, d’abord en fuite, ensuite perpétuellement enlevée, Fortiguerri invente de nouvelles péripéties et enrichit le bestiaire  monstrueux. Ferragus devient un moine luxurieux et la géographie reste d’une grande fantaisie. Le père de Despine (le Scric) ne cesse de l’arracher à Richardet pour la marier à d’autres et quand les sorciers qui l’aident sont vaincus et retournés, d’autres les remplacent. …

Montolieu Isabelle de – Caroline de Lichtfield (tome 3)

Montolieu Isabelle de - Les Châteaux suisses 3 - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells Château du nord vaudoisMontolieu Isabelle de – Caroline de Lichtfield (tome 3) : Caroline tente, sans succès de faire comprendre son amour à son mari alors que celui-ci est à Berlin en train de faire annuler son mariage. Elle part le rejoindre. Cependant, Lindorf, en Angleterre, découvre la vérité de ses sentiments et revient précipitamment en Allemagne. Mathilde, pour sa part, décide d’échapper à sa tante et au mariage. Tout ce monde se retrouvera sur la route, devant une auberge, où la vérité éclatera. …

Montolieu Isabelle de – Caroline de Lichtfield (tome 2)

Montolieu Isabelle de - Caroline de Lichtfield (tome 2) - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells Château du Nord vaudoisMontolieu Isabelle de – Caroline de Lichtfield (tome 2) : Lindorf écrit à Caroline combien il est malheureux d’avoir tiré sur le comte de Walstein le croyant amoureux de la fille de ferme que lui-même désirait pour compagne. Son récit met en évidence les qualités du comte de Walstein: il excuse Lindorf, a établi Louise la fille de ferme, et comprend que Caroline n’ait pas été conquise par son aspect physique. À la lecture du cahier de Lindorf, Caroline tombe peu à peu amoureuse de son mari qu’elle n’as pas revu. Qui de Lindorf ou Walstein conquerra-t-il l’amour de Caroline? …

Montolieu Isabelle de – Caroline de Lichtfield (tome 1)

Montolieu Isabelle de - Caroline de Lichtfield 1 - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells Château du nord vaudoisMontolieu Isabelle de – Caroline de Lichtfield (tome 1) : Caroline de Lichtfield est une jeune fille de quinze ans, pourvue de toutes les qualités. Elle vit à la campagne près de Berlin avec la chanoinesse baronne de Rindaw, qui lui tient lieu de mère. Son père, dévoré d’ambition, souhaite lui faire épouser le favori du roi, le comte de Walstein, ambassadeur en Russie. D’abord enthousiaste à cette perspective, Caroline est horrifiée par le physique monstrueux du comte lorsqu’elle le rencontre pour la première fois. …

Hamilton Alexander Madison James Jay John – Le Fédéraliste (1792) (tome second)

Hamilton Alexander Madison James Jay John - Le Fédéraliste (1792) 2 - Bibliothèque numérique romande - Maquette Laura Barr-WellsHamilton Alexander Madison James Jay John – Le Fédéraliste (1792) (tome second) :  Le Fédéraliste, ou Collection de quelques Écrits en faveur de la Constitution proposée aux États-Unis de l’Amérique, par la Convention convoquée en 1787, publiés par MM. Hamilton, Madisson [sic] et Gay [sic], Paris, Buisson, 1792, vol. 2.

Les 85 articles du Fédéraliste représentent un tour de force aussi bien politique qu’intellectuel. Dans leur analyse de la nouvelle constitution, les auteurs défendent avec brio un document non pas idéal, mais nécessaire à leurs yeux pour former «a more perfect union». Le texte constitutionnel voté à Philadelphie en septembre 1787 tente en effet de concilier les petits et les grands États, ceux du Nord et ceux du Sud. Il est donc le fruit de multiples compromis, au premier rang desquels figure la question délicate de la représentation politique. Or celle-ci, explique Magali Bessone, «est compliquée par l’hésitation qui touche le statut à la fois ontologique et politique d’une certaine catégorie “d’autres personnes”, les esclaves, à propos desquels les Constituants proposent un compromis tristement célèbre, connu sous le nom de “clause des trois-cinquièmes”.» …