Femmes

Sand George – Histoire de ma vie (livre 2)

Sand George - Histoire de ma vie - Bibliothèque numérique romande - Marie-Aurore de Saxe pastel de George Sand enfantSand George – Histoire de ma vie (livre 2) : Dans ce deuxième livre, la fin de la deuxième partie, George Sand nous livre encore des lettres de son père Maurice, quelques années avant sa naissance. Celles-ci dressent un portrait sans complaisance de l’Histoire de cette période troublée dont il est le témoin ironique et le protagoniste désabusé. Puis, dans le début de la troisième partie, de son enfance, marquée par la difficile acceptation de sa grand-mère, George Sand nous narre les conflits entre sa mère et sa grand-mère, qui se concluront par l’éviction de celle-ci, mais aussi ses intérêts, ses rêveries et son amour du grand air dans lesquels elle se retrouvait. …

Pelletier Madeleine – Mon Voyage aventureux en Russie communiste

Pelletier Madeleine - Mon Voyage aventureux en Russie communiste - Bibliothèque numérique romande - Une manifestation à Moscou en 1922Pelletier Madeleine – Mon Voyage aventureux en Russie communiste : Madeleine Pelletier, médecin psychiatre, féministe, anti-militariste, franc-maçonne, communiste et écrivaine, entreprend un voyage très aventureux et illégal (grâce à des réseaux communistes) de Paris jusqu’à Moscou en 1921. Le voyage à travers la Suisse, l’Allemagne et la Lituanie durera 6 semaines et sera très pénible, mais donne une image réaliste de la vie quotidienne en Europe durant cette année 1921 Mais Madeleine Pelletier est forte de caractère et résiste aux humiliations, au manque de confort, à l’attente interminable et même à la faim. Une fois arrivée à Moscou, elle loge à l’«Hôtel Luxe» avec d’autres militants communistes et quelques anarchistes. Son statut de femme ne l’avantage pas, malgré son habillement masculin, les femmes sont mal considérées, peu engagées dans la lutte politique, à part en tricotant pour le parti et en s’occupant des enfants! Mais Madeleine arrive quand même à visiter des Universités, à apercevoir Trotsky, à rencontrer Madame Kollontaï, femme politique communiste et militante féministe qui l’influencera beaucoup. …

Randau Robert – Isabelle Eberhardt

Randeau Robert - Isabelle Eberhardt - Bibliothèque numérique romande . photo Robert RandauRandau Robert – Isabelle Eberhardt : Robert Randau, né Robert Arnaud (1873-1950), est un administrateur colonial et écrivain français, ayant passé toute sa vie en Algérie. Il fait la connaissance d’Isabelle Eberhardt à Ténès en 1902. Dans ce livre, il s’efforce de rendre hommage à cette «grande errante», qui fut une amie. «La décourageante tâche que j’entreprends ici: pourtant il est nécessaire qu’avant l’advenue de ma dernière heure je rende compte aux lettrés de l’être exquis que fut Isabelle Eberhardt et des relations amicales que j’entretins à Ténès avec elle pendant plus d’une année.» …

Staël-Holstein Germaine de – Réflexions sur le suicide

Staël-Holstein Germaine de - Réflexions sur le suicide - Bibliothèque numérique romande - Louis-Ami Arlaud portrait miniature de Germaine de StaëlStaël-Holstein Germaine de – Réflexions sur le suicide : C’est pour les malheureux qu’il faut écrire; ceux qui sont en possession des prospérités de ce monde, ne s’instruisent que par leur propre expérience, et les idées générales en toutes choses ne leur paraissent que du temps perdu. Il n’en est pas ainsi de ceux qui souffrent: la réflexion est leur plus sûr asile, et séparés par l’infortune des distractions de la société, ils s’examinent eux-mêmes et cherchent, comme un malade qui se retourne dans un lit de douleur, quelle est la position la moins pénible qu’ils puissent se procurer. …

Mill John Stuart – De l’assujettissement des femmes

Mill John Stuart - De l'asservissement des femmes - Bibliothèque numériue romande - Imagerie d'épinal planche 52Mill John Stuart – De l’assujettissement des femmes : «Ce qu’on appelle aujourd’hui la nature de la femme est un produit éminemment artificiel; c’est le résultat d’une compression forcée dans un sens, et d’une stimulation contre nature dans un autre sens.» Cette phrase qui rappelle celle de Simone de Beauvoir, se retrouve dans ce texte philosophique datant de 1869 qui traite de l’inégalité des sexes du point du vue politique, économique et moral. …

Staël-Holstein Germaine de – De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales

Staël-Holstein Germaine de - De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales - BNR - Portrait de Germaine e Staël par Vladimir BorovikovskyStaël-Holstein Germaine de – De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales : L’on m’a reproché d’avoir donné la préférence à la littérature du Nord sur celle du Midi, et l’on a appelé cette opinion une poétique nouvelle. C’est mal connaître mon ouvrage que de supposer que j’aie eu pour but de faire une poétique. J’ai dit, dès la première page, que Voltaire, Marmontel et La Harpe ne laissaient rien à désirer à cet égard; mais je voulais montrer le rapport qui existe entre la littérature et les institutions sociales de chaque siècle et de chaque pays; et ce travail n’avait encore été fait dans aucun livre connu. Je voulais prouver aussi que la raison et la philosophie ont toujours acquis de nouvelles forces à travers les malheurs sans nombre de l’espèce humaine. …

Pelletier Madeleine – La Femme vierge

Pelletier Madeleine - La Femme vierge - Bibliothèque numérique romande - Les féministes à l'Hôtel de Ville en 1926, Agence Meurisse Pelletier Madeleine – La Femme vierge : Marie Pierrot vient d’une famille pauvre, dont le père est paralysé et la mère travaille comme fruitière. Le père, toujours à la maison, est le seul à s’intéresser un peu à sa fille, à discuter avec elle, la mère étant méchante, dominatrice, ultra religieuse et traditionnaliste. Marie quitte sa mère après la mort de son père, elle s’installe seule et devient institutrice. Elle ne veut pas se marier et subir le même sort que les autres filles, elle participe à des mouvements féministes, va vivre avec une amie qui a une fille adoptive, passe quelques années en Allemagne après la guerre, où elle s’engage dans la politique active en étant députée, et meurt encore jeune dans une manifestation communiste. …

Sand George – Histoire de ma vie (livre 1)

Sanr George - Histoire de ma vie 1 - Bibliothèque numérique romande - portraits de Marie-Aurore de Saxe, (attr. A. Labille-Guiard) Maurice Dupin et Sophie Victoire DelabordeSand George – Histoire de ma vie (livre 1) :Dans ce premier livre, vous rencontrerez George Sand davantage comme une narratrice que comme la protagoniste de cette autobiographie. Remontant à sa grand-mère et à ses parents, elle nous livre, avec leurs vies et leurs histoires personnelles, un aperçu saisissant sur l’Histoire de cette période troublée. …

Pougy Liane de – Mes Cahiers bleus

Pougy Liane de - Mes Cahiers bleus - Bibliothèque numérique romande - Nadar Liane de PougyPougy Liane de – Mes Cahiers bleus : Liane de Pougy, de son vrai nom Anne-Marie Chassaigne est née dans la Sarthe en 1869. Issue d’un milieu modeste, elle n’a que sa beauté lorsqu’elle arrive à Paris à 18 ans. Rapidement, elle devient l’une de ces courtisanes adulées, que Paris et les puissants d’Europe s’arrachent à prix d’or. Comme Émilienne d’Alençon, Catherine Otero ou Cléo de Mérode, elle va susciter des passions folles. Couverte de bijoux par ses protecteurs, elle est aussi appréciée dans les salons mondains pour sa verve et son esprit. Mais, c’est avec des femmes qu’elle vit sa vie amoureuse et sentimentale, notamment avec Natalie Clifford Barney, Mimy Franchetti ou la duchesse de Gramont. En 1910 elle met fin à sa carrière de courtisane et épouse le prince roumain Georges Ghika. Réfugiée en Suisse avec son mari durant la seconde guerre mondiale, Liane de Pougy va peu à peu se retirer du monde. Elle met son énergie – et son carnet d’adresses – à la récolte de fonds en faveur d’un institut pour handicapées mentales près de Grenoble. Après la mort de son mari en 1945, elle prononce ses vœux et intègre l’ordre des sœurs tertiaires de Saint-Dominique. Elle s’éteint à Lausanne en 1950 dans l’anonymat le plus complet. …

Viollis Andrée – Criquet

Viollis Andrée - Criquet - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells côte et nuages au coucher de soleilViollis Andrée – Criquet : Criquet c’est le surnom d’une fillette dont les parents attendaient un garçon et qui se trouva baptisée d’un prénom épicène : Camille. Criquet a toujours rêvé d’être un garçon et fait tout pour le devenir. Elle prie de tout son cœur. Elle essaie de convaincre son père qu’elle pourrait se déguiser en garçon pour aller à St-Cyr : il l’écoute distraitement. Car Criquet s’est fait son opinion : la vie des hommes est plus intéressante que celle des femmes. Elle refuse d’être une jeune fille. Elle ne se sent pas de l’être. Les vêtements et les intérêts de celles-ci ne l’intéressent pas. Elle veut faire des études et non de la couture ! Elle voit ses frères pour qui toutes les portes sont ouvertes alors que les femmes restent à la maison, doivent plaire aux hommes et avoir des enfants. Camille, elle, rêve de voyages, d’aventures et de réalisations, rêves qui rappellent d’ailleurs la vie d’Andrée Viollis. Mais Camille est alors confrontée à la puberté, aux règles… …