Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Varlet Théo – Aurore Lescure Pilote d’Astronef

Varlet Théo - Aurore Lescure Pilote d'Astronefs - Bibliothèque numérique romande - maquette Laura Barr-WellsVarlet Théo – Aurore Lescure Pilote d’Astronef : Après la catastrophe de la « La Grande Panne » l’exploration astronautique et la construction d’astronefs a été interdite. Aurore Lescure qui a épousé Gaston Delvart se contente d’un poste d’assistante auprès du professeur Nathan. Elle rêve pourtant encore de piloter des vaisseaux spatiaux. Mais le climat international s’obscurcit et beaucoup craignent qu’une deuxième guerre mondiale ne soit le prélude à la destruction de l’humanité, maintenant que l’art des fusées et des missiles est maîtrisé. Dans le plus grand secret, une milliardaire originale décide de créer une colonie hors de la terre pour préserver la race humaine. Elle recrute Aurore pour diriger une première expédition vers Éros un gros astéroïde actuellement proche de la Terre. Cependant, dans cette expédition, tout ira de travers : le secret est découvert et Oscar, le jeune neveu journaliste s’impose parmi les participants. Des espions, des gendarmes, entraînent un départ précipité. Et voilà que, parvenu à destination, Éros se révèle habitée ! Mais l’intelligence est-elle toujours humanoïde ? … Que se passe-t-il quand une civilisation avancée rencontre des barbares ?

Dans ce roman posthume écrit peu avant la deuxième mondiale, Théo Varlet s’interroge sur la société industrielle et l’aboutissement du « progrès » dans une perspective écologique très actuelle et quasi-prémonitoire : « Place aux usines. Les pylônes remplacent les arbres, les lignes de transport d’énergie zèbrent le ciel des campagnes. On exploite, on déboise, et partout s’amoncellent les déblais. » Il prévoit que la course à la production est génératrice de guerre : « La lutte économique s’aggrave […] On voit les autos, les vêtements, tout le superflu, sortir des usines, s’amonceler. […] N’est-ce pas un destin pareil qui attend les hommes de la Terre, si notre civilisation continue […] à se précipiter, avec une vitesse toujours accélérée, vers un avenir de progrès uniquement matériel où persisteront des instincts brutaux ayant à leur disposition un pouvoir destructeur de plus en plus illimité ? »

La préservation du savoir et la décroissance, à l’instar de la colonie extraterrestre, serait-elle alors la solution ? Non ! « Ces êtres-là sont figés dans leur science passée, dans leur sagesse statique et immuable. Aux erreurs de la civilisation industrielle a succédé l’arrêt de développement. Dépourvue du point d’appui des applications fécondantes, leur science n’a plus rien inventé  […] la contemplation de la Science avec la possession de la Sagesse ne suffisent pas à emplir une vie, à donner le sentiment d’exister ! […]  j’estime qu’ils doivent s’ennuyer démesurément. » Alors au risque du chaos incarné par la caricaturale agitatrice bolchévique du roman, ne vaut-il pas vivre avant de mourir ? « On n’a pas le droit de séparer la science de la vie en mouvement. Il est attentatoire de prétendre dégager l’absolu du quotidien, le statique du dynamique. Ce n’est que la Beauté qui peut dire avec Baudelaire : Je suis belle, ô mortels, comme un rêve de pierre… »

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Updated: jeudi 20 octobre 2016 — 15 h 03

Laisser un commentaire

Bibliothèque numérique romande © 2012 - 2017 Frontier Theme