Tillier Claude – Mon Oncle Benjamin

Tillier Claude - Mon Oncle Benjamin - Bibliothèque numérique romande - image édition JLRTillier Claude – Mon Oncle Benjamin : «Mon oncle Benjamin était domicilié chez sa sœur, il avait cinq pieds dix pouces, portait une grande épée au côté, avait un habit de ratine écarlate, une culotte de même couleur et de même étoffe, des bas de soie gris de perle, et des souliers à boucles d’argent; sur son habit, frétillait une grande queue noire presque aussi longue que son épée, qui, allant et venant sans cesse, l’avait badigeonné de poudre, de sorte que l’habit de mon oncle ressemblait, avec ses teintes roses et blanches, à une brique sur champ écaillée.

«Mon oncle était médecin, voilà pourquoi il avait une épée. Je ne sais si les malades avaient grande confiance en lui; mais lui, Benjamin, avait fort peu de confiance dans la médecine: il disait souvent qu’un médecin avait assez fait quand il n’avait pas tué son malade.»

Claude Tillier (1801 – 1844), pamphlétaire et romancier. Connu surtout pour son roman Mon oncle Benjamin. «J’ai quarante ans; j’ai déjà passé par quatre professions; j’ai été maître d’études, soldat, maître d’école, et me voilà journaliste. J’ai été sur la terre et sur l’Océan, sous la tente et au coin de l’âtre, entre les barreaux d’une prison et au milieu des espaces libres de ce monde ; j’ai obéi et j’ai commandé; j’ai eu des moments d’opulence et des années de misère. On m’a aimé et on m’a haï; on m’a applaudi et on m’a tourné en dérision. J’ai été fils et père, amant et époux; j’ai passé par la saison des fleurs et par celle des fruits, comme disent les poètes. Je n’ai trouvé, dans aucun de ces états que j’eusse beaucoup à me féliciter d’être enfermé dans la peau d’un homme, plutôt que dans celle d’un loup ou d’un renard, plutôt que dans la coquille d’une huître, dans l’écorce d’un arbre ou dans la pellicule d’une pomme de terre. Peut-être si j’étais rentier, rentier à cinquante mille francs surtout, je penserais différemment.»

Édition partenaire JLR.

Téléchargements : ePUBPDF

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.