Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Maeterlinck Maurice – La Vie des Fourmis

Maeterlinck Maurice - La Vie des Fourmis - Bibliothèque numérique romande - Kazuend ants-sandy-groundMaeterlinck Maurice – La Vie des Fourmis : De quoi est faite la vie des fourmis? Langage antennal, fourmis fongicoles qui cultivent des champignons pour nourrir leur colonie, fourmis qui savent éteindre des feux, fourmis parasites, Maeterlinck nous présente de nombreuses observations et suppositions. Il pose des questions et surtout réfléchit à la société des fourmis et la compare avec celle des hommes. Il parle de démocratie, d’anarchie organisée, d’intelligence, de morale: des termes très humains qu’il se plaît à appliquer aux fourmis. (suite…)

Maeterlinck Maurice – La Vie des Termites

Maeterlinck Maurice - La Vie des Termites - Bibliothèque numérique romande - Scott Bauer Une brèche dans un nid de termites souterrains à FormoseMaeterlinck Maurice – La Vie des Termites : Ce sont les termites, ces autres insectes à l’organisation sociale complexe, que Maurice Maeterlinck nous présente bien des années après son essai sur La Vie des Abeilles. Quelle différence! Aveugles et sans défenses naturelles, les termites ont besoin de températures élevées (mais pas trop) et d’une atmosphère humide. Or les régions du globe où se sont développés ces rescapés du tertiaire (voire du primaire) sont arides. La termitière est donc un univers clos à l’atmosphère contrôlée qui projette au loin ses conduits souterrains. Architectes «de l’intérieur», condamnés à ne jamais voir leurs édifices, ils ravagent sans être remarqués les arbres ou maisons auxquels ils s’attaquent «du dedans». Des mécanismes biologiques (cultures de champignons ou bactéries intestinales), leur permettent de se nourrir de cellulose, universellement répandue. Alors, encore une fois, devant ce mode de vie complexe, instinct ou intelligence? (suite…)

Maeterlinck Maurice – L’Intelligence des fleurs

Maeterlinck Maurice - LMaeterlinck Maurice – L’Intelligence des fleurs : Dans cet essai, Maeterlinck «décrit avec émerveillement les ressources que déploient les plantes pour leur reproduction.» Il décrit avec brio les différents mécanismes qu’utilisent les plantes, attachées à leur sol, pour disséminer leurs graines qu’ils soient mécaniques, aériens ou par le biais des insectes qu’elles attirent. Les mécanismes d’adaptation de toute sorte sont aussi divers comme ce pin ayant poussé sur une falaise ou le blé lorsque il n’est plus soumis aux rigueurs de l’hiver. Alors intelligence d’espèce, hasard ou dessein de la nature ? Mais ces mécanismes d’adaptation et de communication sont indubitables. Les découvertes récentes sur les mécanisme d’alarme et de communication de ces communautés de plantes que représentent les forêts nous le confirment. Maeterlinck a d’ailleurs l’intuition de nous parler des arbres et des forêts, «une des puissances de la terre». (suite…)

Maeterlinck Maurice – Les Aveugles – L’Intruse

Maeterlinck Maurice - Les Aveugles, LMaeterlinck Maurice – Les Aveugles – L’Intruse : Les Aveugles (pièce en 1 acte): Douze! Six hommes et six femmes dans une forêt, assis face à face et séparés par des buissons et de la pierraille. Ils ne voient pas, certains depuis leur naissance. Emmené en excursion par le prêtre de leur hospice, ils l’attendent car il a disparu brusquement. Perdus et incapables de retrouver l’itinéraire de leur retour sans lui, ils ne voient pas… Ils ne voient pas ce que le spectateur voyant de la salle peut voir, lui, qui est que le prêtre est au milieu d’eux, mort… L’Intruse (pièce en 1 acte): «La puissance impitoyable et mystérieuse de la mort a rarement été rendue d’une façon plus poignante.» (suite…)

Maeterlinck Maurice – Le Miracle de Saint Antoine

Maeterlinck Maurice - Le Miracle de Saint Antoine - Bibliothèque numérique romande - Les treize mardis de Saint-Antoine de Padoue, premier mardiMaeterlinck Maurice – Le Miracle de Saint Antoine : Sur le seuil de la porte de cette riche maison flamande, un clochard : un maigre vieillard hirsute, vêtu d’une sorte de robe de bure boueuse, informe, sans couleur et rapiécée. Tellement crotté que Virginie, la servante, en plein nettoyage, le laisse à peine entrer. C’est que sa maîtresse, une vielle demoiselle acariâtre est décédée. L’enterrement a lieu l’après-midi et tous les neveux, nièces cousins et héritiers sont réuni pour la cérémonie … et l’héritage. Le clochard annonce sans ambages qu’il est Saint-Antoine appelé par les prières de la servante pour ressusciter la vielle demoiselle. Est-il fou ou alcoolique? Et ce saint à la si pauvre mine sera-t-il reçu dans cette maison bourgeoise jusque dans la chambre funéraire? Si Virginie renonce, non sans soupirer, au leg de sa maîtresse, les héritiers y seront-ils prêts? Finalement, après mille atermoiements, Saint Antoine parviendra à ses fins… Mais quel est le châtiment pour un acte aussi antisocial? (suite…)