Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Étiquette : Giraudoux Jean

Giraudoux Jean – Électre

Giraudoux Jean - Électre - Ebooks LIbres et GratuitsGiraudoux – Jean – Électre : Après le succès de La guerre de Troie n’aura pas lieu, l’idée vient à Giraudoux en 1935 ou 1936 d’«épousseter» le mythe d’Électre que Claudel avait remis dans l’air du temps en traduisant l’Agamemnon d’Eschyle. Les trois grands tragiques grecs, Eschyle, Sophocle et Euripide, ont en effet mis en scène, chacun à sa manière, le destin sanglant de la famille des Atrides : Agamemnon, en immolant sa fille Iphigénie pour permettre le départ de la flotte grecque vers Troie, s’attire la haine de son épouse Clytemnestre qui, aidée par son amant Égisthe, l’assassine à son retour de la guerre. Leur forfait accompli, ils exilent Oreste, le jeune fils du roi. Vingt ans plus tard, Oreste revient venger son père : poussé par sa sœur Électre, il tue Clytemnestre et Égisthe, avant d’être poursuivi par les Érinyes, ou Euménides, terribles déesses de la Vengeance qui châtient les parricides.
Par une belle après-midi, deux cortèges se rencontrent devant le palais des Atrides : celui du Jardinier venu célébrer ses noces avec Électre et celui d’un étranger à qui des petites filles font visiter la ville. Mais le destin menace : ces étranges fillettes, les petites Euménides, ne parlent que de sang. Inquiet, le juge Théocathoclès, flanqué de son épouse écervelée, Agathe, vient dissuader son parent le Jardinier d’une union qui serait catastrophique pour la famille car Électre est une «femme à histoires». Le régent Égisthe intervient alors pour ordonner le mariage au nom de la raison d’État : lui aussi a peur d’Électre et espère ainsi la neutraliser. Seule Clytemnestre, sa mère, semble un instant apitoyée. Mais devant la haine farouche de sa fille, elle rentre dans le palais en l’abandonnant à son sort : qu’elle épouse donc le Jardinier! Un étranger qui a assisté sans mot dire au débat chasse finalement le fiancé en se faisant reconnaître de la seule Électre : c’est Oreste…

Édition du groupe des « Ebooks libres et gratuits ».

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC

Giraudoux Jean – Amphitryon 38

Giraudoux Jean - Amphitryon 38 - ELGGiraudoux Jean – Amphitryon 38 : Nombreux sont les écrivains du début du XXe siècle qui ont repris les mythes antiques pour les réinterpréter à leur façon (Philoctète de Gide, Antigone, Orphée de Cocteau, etc). Giraudoux lui-même insiste avec humour sur la banalité de son sujet, en affirmant, dans son titre, être le 38e auteur, notamment après Euripide, Plaute, Molière et Kleist, à mettre en scène la légende de la naissance d’Hercule. Chacun sait comment Alcmène, la vertueuse épouse du roi de Thèbes, Amphitryon, honorée à son insu par Jupiter, devint la mère du plus fameux héros de l’Antiquité.

À la tombée du jour, Jupiter, dissimulé dans les jardins du palais, guette Alcmène, l’épouse fidèle et aimante du roi de Thèbes, Amphitryon. Pour la posséder, il accepte le stratagème proposé par le rusé Mercure : faire déclarer la guerre à Thèbes afin d’éloigner le roi et prendre son apparence pour passer la nuit au palais. Aussitôt dit, aussitôt fait : la guerre proclamée et la ville réveillée, l’armée thébaine s’ébranle et Alcmène fait ses adieux à son époux qui s’arrache à ses bras. Mercure, qui a pris l’apparence de Sosie, valet d’Amphitryon, lui annonce alors le retour secret de son maître pour la même nuit…

(suite…)

Giraudoux Jean – La France sentimentale

Giraudoux Jean - La France sentimentale - Bibliothèque numérique romande -Laura Barr-Wells Le Jura vu d'AvusyGiraudoux Jean – La France sentimentale : Je présente Bellita : Le pape est décédé. L’occasion, pour Bellita de visiter Gilbertin, le spécialiste des cultes, et le séduire. Visite chez le Prince : Lors de l’annonce au prince de Saxe-Altdorf du fait que Siegfried est limousin, le prince présente sa revanche : trois descendants de protestants français devenus allemands. Et si la mort leur ôtait leur personnalité germanique pour retrouver un corps français ? Hélène et Touglas ou les joies de Paris : Hélène la grecque présente Touglas le poète balte, retenu dans sa chambre parisienne par une facture du fémur. Le Signe : La mort de Dumas, un amis de conscription, doit-elle apporter un signe de la nature pour marquer le deuil de l’auteur ? Mirage de Bessines : Rémy, le peintre originaire de Bessines, est hanté par la vision de cette ville. Comment s’en débarrasser ? Palais de glace : Quand tous les amis de sa génération sont morts à la guerre, faut-il se tourner vers plus jeune ou plu âgé que soi ? Français amoureux aux Jeux Olympiques : Le défilé des jeux ammêne à s’interroger sur la pratique du sport de haut niveau ; laisse-t-elle place à l’amour ? Attente devant le Palais-Bourbon : Attendre Bella est-ce une frustration ou le plaisir de l’attente ? Le Couvent de Bella : Bella se refuse, pourquoi pas ne pas la retrouver dans le souvenir de ses années au pensionnat ? Les femmes apprennent-elle le savoir à l’instar des hommes ? Fontranges au Niagara : Fontranges rend visite à Niagara Falls au fils de Jérôme en train de mourir. Comment arrêter le tapage infernal des chutes ? Sérénade 1913 : Anne et l’auteur se perdent et se retrouvent par missives interposées.

Un recueil de nouvelles à l’écriture poétique et une errance qui revisite les précédents écrits de Jean Giraudoux.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Giraudoux Jean – L’Impromptu de Paris

Giraudoux ean - L'Impromptu de Paris - Bibliothèque numérique romande - Jean-no Théâtre de l'Athénée - Louis Jouvet de nuitGiraudoux Jean – L’Impromptu de Paris : Que faire d’un crédit d’impôt de cent millions sinon l’attribuer à l’art théâtral (c’est du théâtre) ? Des critiques qui se cotisent pour éponger les déficits des salles (c’est un rêve) ? Une troupe en répétition – celle de Louis Jouvet – qui explique en un quart d’heure l’art théâtral à un député (le temps de cet impromptu, en fait…) ? C’est le sujet de cette pièce en un acte, qui s’inspire de l’Impromptu de Versailles, écrite par Jean Giraudoux froissé des critiques médiocres d’Électre. Il y défend ses idées sur le théâtre  qui « n’est pas un théorème, mais un spectacle, pas une leçon, mais un filtre. C’est qu’il a moins à entrer dans votre esprit que dans votre imagination et dans vos sens, et c’est pour cela, à mon avis, que le talent de l’écriture lui est indispensable, car c’est le style qui renvoie sur l’âme des spectateurs mille reflets, mille irisations qu’ils n’ont pas plus besoin de comprendre que la tache de soleil envoyée par la glace ». Et tant pis si on appelle son théâtre « littéraire » ! Jamais ennuyeuse, cette réflexion – finalement pas si légère que son titre pourrait le laisser supposer – manie humour et dérision. Les traits d’esprit n’y manquent pas. Que de citations nous aurions voulu insérer dans cette présentation… mais nous vous les laisserons découvrir dans la pièce !

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-MOBI – HTMLDOC-ODT

Giraudoux Jean – Juliette au pays des hommes

Giraudoux Jean - Juliette au pays des hommes - Bibliothèque numérique romande - photo Greteck Panorama du SégalaGiraudoux Jean – Juliette au pays des hommes : Juliette doit épouser Gérard. Elle se découvre soudain fiancée à un homme provincial, prosaïque : « Alors qu’elle-même se sentait ce soir de nature interstellaire, elle trouvait à la parole de Gérard un timbre terrestre qui le situait aussi impitoyablement sur cette planète qu’un accent bordelais vous situe à Bordeaux. Juliette eut le sentiment qu’elle allait épouser, qu’elle aimait, l’homme le plus provincial de l’infini, […] elle avait à délivrer, elle ne savait où, la vraie Juliette qui viendrait redonner du goût à cette nuit et à cette nature. Il y avait à délivrer Juliette de tous ceux qui la tenaient, sans le savoir d’ailleurs, emprisonnée. Ou plutôt il lui fallait rassembler pour la nuit de noces toutes ces Juliettes données par elle à des passants, à des inconnus, à des jeunes gens dont quelquefois elle avait entendu seulement le nom, parties d’elle à ces heures de demi-clarté ou de demi-désir propices aux matérialisations. »
Elle part donc revisiter ces hommes survivants des rêves de son adolescence. Elle va trouver en eux des symboles, archétype de péché capital ou coquilles vides, du vaniteux à l’écrivain raté, du savant maniaque au violeur : « Vérificatrice de l’irréel, de l’inimaginable, du non-révolu, Juliette s’étonnait de retrouver les êtres qu’un de ses désirs d’enfant avait attirés un quart d’heure à l’existence emportés désormais par l’âge, soumis au contrôle des concierges, et marqués, pour qu’elle n’eût pas de doute sur leur qualité humaine, d’une dent d’or ou d’un coryza. » Seul, le narrateur-écrivain assure, le temps de lire à Juliette sa « Prière sur la Tour Eiffel », un rapport plus équilibré entre pulsions et raison.
Ce voyage initiatique « à la Jérôme Bardini » mais au féminin ne manque pas d’humour ni de digressions « à la Giraudoux ». Cette Juliette – dont le nom rappelle celle d’un certain marquis – fera, entre imaginaire et réalité, un apprentissage que vous lirez avec délices.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Giraudoux Jean – Simon le pathétique

Félix Vallotton Bords de SeineGiraudoux Jean – Simon le pathétique : Il y a sans doute beaucoup de Jean dans Simon…. Simon évoque ses années d’études, le lycée et son parcours d’étudiant brillant pour qui tout est facile. Puis, plutôt que de devenir enseignant, un voyage en Europe pour être, de retour en France, le secrétaire d’un sénateur… C’est alors que Simon découvre les jeunes femmes… et l’amour… Soudain, plus rien n’est facile !

« Né de la difficile relation de Giraudoux et de Rosalia Abreu, le livre […] est une éblouissante suite de variations sur les thèmes de la jeunesse et de l’amour. De l’amour à l’état naissant, de l’amour qui s’ignore, de l’amour qui se cherche, à celui qui se fuit et qui joue à cache-cache avec lui-même, qui jongle avec sa joie et avec sa peine, toutes les nuances sont distillées, dans cette transfiguration brillante et poétique de la réalité quotidienne, dans ce jaiIlissement continuel de trouvailles un peu précieuses que seule empêche d’être mièvres la perfection de la phrase. […] Les derniers mots, qui allaient trouver un écho dans les derniers mots de sa pièce « Électre », qui pourraient être la devise de Giraudoux, prouvent qu’il croyait en la possibilité du bonheur qui, il n’eut de cesse de le rappeler, est la vocation humaine. » (André Durant Comptoir littéraire).

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Giraudoux Jean – Intermezzo

Intermezzo Jean Giraudoux Bibliothèque numérique romande Félix VallottonGiraudoux Jean – Intermezzo (Comédie) : Les années trente, une petite ville du Limousin… pourquoi pas Bellac , la ville d’origine de Jean Giraudoux ? Le Limousin, un pays où restaient vivaces traditions et guérisseurs, sorcières, fantômes et spectres. Un spectre, justement, est aperçu aux confins de la ville près d’un étang où s’était déroulé un drame. Et si ce n’était que ça ! Dans la ville, tout est sens dessus dessous : la loterie mensuelle attribue ses lots avec justesse et non plus au hasard, « la morale bourgeoise est cul par-dessus tête ». Le Maire convoque une commission et fait appel à l’Inspecteur, un pugnace chasseur d’irrationnel, pour rétablir raison et rigueur ainsi que l’application des sains principes de l’Administration. La chasse au spectre s’organise, avec l’aide délatrice des sœurs Mangebois qui désignent Isabelle, l’institutrice : elle fréquenterait le spectre et ses rêves comme sa fantaisie pédagogique sont suspects. Mais ni le Droguiste, ni le Contrôleur des Poids et Mesures ne souhaitent la mettre en cause…

Comme dans La Folle de Chaillot, l’onirisme, la dérision et l’amour triompheront ! Une comédie à redécouvrir absolument pour des moments de rire et de poésie.

Téléchargements : ePubPDFPDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLword-odt

Giraudoux Jean – Églantine

Églantine - Jean Giraudoux - Bibliothèque numérique romande - photo Sylvie SavaryGiraudoux Jean – Églantine : Comme Bella, ce roman publié en 1927 fait partie de la série sur la famille Fontranges. Églantine est une toute jeune femme de 20 ans, qui est amoureuse de deux « vieillards » de soixante ans…, deux hommes apparemment très opposés mais en fait très complémentaires. Ce sont d’une part l’aristocratique Fontranges et d’autre part le riche Moïse.

Fontranges et Églantine s’observent pendant leur sommeil, se croisent dans un ballet amoureux sans jamais se rencontrer vraiment et il lui donne secrètement son sang lorsqu’elle tombe malade. Moïse et Églantine se rencontrent réellement, il lui offre des bijoux, la couvre de cadeaux et s’affiche avec elle partout dans le beau monde. Mais lorsqu’il quitte Paris pour un court séjour à l’étranger, Églantine retrouve Fontranges et vit avec lui une douce vie plus discrète, mais pleine d’amour.

La jeune femme traverse tout le récit avec une candeur et une innocence non feinte, mais plus complexe qu’il n’en paraît au premier regard. Giraudoux joue sur les contrastes, il traite ici de la beauté et de la laideur, de la jeunesse et de la vieillesse, de la joie et de la mélancolie, bref de la vie et du bonheur de l’homme.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Giraudoux Jean – Aventures de Jérôme Bardini

Aventures de Jérôme Bardini - Jean Giraudoux - Bibliothèque numérique romande - tableau Niagara, Louis Rémy MignotGiraudoux Jean – Aventures de Jérôme Bardini :  Las de sa situation, de son tranquille bonheur conjugal, un bonheur ordinaire aux côtés d’une épouse ordinaire, las surtout de lui-même, homme ordinaire dans une existence ordinaire, normale, besogneuse et tracée par les autres, Jérôme Bardini prépare soigneusement son évasion de la normalité. Il décide de changer d’identité en abandonnant femme et enfant, travail et amis. Il part et n’emporte rien.

Basculant dans une autre existence, entre vagabondages et errance, il fait l’expérience d’une forme de liberté absolue, improvisant sa nouvelle vie, devenant par exemple l’Ombre pour Stephy, rencontrée quelque part dans Central Park, à New York, qui a failli le considérer dès le premier abord comme un nouveau Messie… Dans une sorte de pacte tacite, ils parcourent les allées de Central Park, nagent dans l’océan, sans jamais révéler leur identité, presque sans paroles, chacun voulant garder intact le mystère de l’autre. Stephy protège sa liaison avec l’Ombre, qui prend de plus en plus d’ampleur, par des subterfuges multiples et met au point un faux mariage avec le Jérôme Bardini nouveau, suivi d’un séjour paradisiaque au bord d’un lac canadien. Et Stéphy elle-même, au comble du bonheur, est prise par le démon de la fuite. Afin de préserver leur amour du poids de l’avenir et de l’usure du temps, elle quitte Bardini pour revenir à la normalité qu’elle lui avait sacrifiée.

Le lecteur, à ce stade du roman, n’en est pas à sa dernière surprise, car Jérôme Bardini lui-même, du côté des chutes du Niagara, croira avoir rencontré un nouveau messie en la personne du Kid, enfant amnésique et en fuite lui aussi ; et il se demande si le temps est enfin venu de « l’homme qui nous libérera de l’homme »… Mais la réalité aura tôt fait de les rattraper.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Giraudoux Jean – La Folle de Chaillot

La Folle de Chaillot - Jean Giraudoux - Bibliothèque numérique romande - tableau Félix Vallotton Coin de rue à ParisGiraudoux Jean – La Folle de Chaillot : Une folie douce, celle de la Folle de Chaillot et de ses comparses, perturbe, sur la terrasse de Chez Francis, place de l’Alma, la création d’une nouvelle société aux visées aussi noires et rapaces que les montages véreux de ses actionnaires. Cette satyre au délire débonnaire est finalement un vrai conte avec de bonnes fées, quelque peu rêveuses, des marginaux, des originaux, une histoire où les méchants finissent punis. Giraudoux vous emporte peu à peu dans sa divagation poétique avec cette pièce pleine d’humour et de fantaisie.

Mais le conte est grinçant car c’est bien deux mondes qui s’y affrontent. L’ancien avec sa variété et son désordre, celui où « les gens que vous rencontriez étaient comme vous. Ils étaient mieux vêtus ou plus sales, contents ou en colère, pingres ou généreux, mais comme vous. » Et le nouveau, celui des hommes à l’expression mortifère, qui n’ont aucun métier si ce n’est de se passer « des billets de cinq mille » et de regarder le travail des autres, des hommes pour lesquels seul compte la puissance et l’or, avides de « ce qu’on fait avec du pétrole. De la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable. ».

Dans la description d’un monde dominé par la finance, Giraudoux a des accents prophétiques. « La seule condition d’un monde vraiment moderne : c’est un type unique du travailleur, le même visage, les mêmes vêtements, les mêmes gestes et paroles pour chaque travailleur » nous renvoie à l’uniformisation des processus dans le monde du travail ainsi que des modes dans notre culture moderne. Ou le contrôle : « Maintenant tout ce qui se mange, tout ce qui se voit, tout ce qui s’entreprend, […] on dirait qu’ils ont un mec, qui les met sur le trottoir, et les surveille, sans rien faire. Alors le monde est plein de mecs. Ils mènent tout, ils gâtent tout. Voyez les commerçants. Ils ne vous sourient plus. Ils n’ont d’attention que pour eux [ …] Vous pouvez tolérer cela, un monde où […] l’on ne soit pas son maître ! » Contre cette « modernité », Giraudoux détient pourtant l’arme absolue : leur « pouvoir expire là où subsiste la pauvreté joyeuse, la domesticité méprisante et frondeuse, la folie respectée et adulée ».

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Page 1 sur 212
Bibliothèque numérique romande 2012 - 2017 Frontier Theme