Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Étiquette : Dieulafoy Jane

Dieulafoy Jane – Une Archéologue en Perse (4ème partie)

Une archéologue en Perse (4ème partie) - Jane Dieulafoy - Bibliothèque numérique romandeDieulafoy Jane – Une Archéologue en Perse (4ème partie) De Bagdad à Bassora : Les derniers rayons du soleil babylonien.

Marseille, février 1881 : Jane Dieulafoy, habillée en homme, cheveux coupés très courts, a embarqué avec son mari pour un fabuleux voyage exploratoire à travers la Turquie, l’Arménie, la Géorgie, l’Iran et l’Irak actuels pour étudier l’influence artistique de l’Orient sur l’art du Moyen Âge : ils pratiqueront les premières fouilles archéologiques européennes.

La 4ème partie de son journal couvre les 3 derniers mois de voyage et d’aventures, des circuits de Bagdad à Babylone puis à Kerbala, Amara et enfin, Bassora, pour reprendre un bateau vers l’Europe. Encore des milliers de kilomètres parcourus à cheval. Les accès de fièvre sont de plus en plus fréquents et Jane perd parfois son humour face aux fonctionnaires tatillons et corrompus de l’empire ottoman. Mais les replis identitaires et les affirmations d’une supériorité occidentale ressentie dans ce contexte n’empêchent pas Jane de poursuivre ses recherches et de nous décrire avec beaucoup de vie les rouages d’une société bagdadienne et villageoise où percent, malgré sa conclusion désabusée, son intérêt pour cette société moyen-orientale qu’elle a appris à si bien connaître.

Téléchargements : ePubPDFPDFKindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Dieulafoy Jane – Une Archéologue en Perse (3ème partie)

Une archéologue en Perse 3ème partie - Jane Dieulafoy - Bibliothèque numrique romande - détail de : Puits sur la Place Sainte-Sophie près du Sérail de Constantinople de Martinus Christian RørbyeDieulafoy Jane – Une Archéologue en Perse (3ème partie) D’Ispahan à Bagdad, De la discussion naît la lumière : Marseille, février 1881 : Jane Dieulafoy, habillée en homme, cheveux coupés très courts, a embarqué avec son mari pour un fabuleux voyage exploratoire à travers la Turquie, l’Arménie, la Géorgie, l’Iran et l’Irak actuels pour étudier l’influence artistique de l’Orient sur l’art du Moyen Âge : ils pratiqueront les premières fouilles archéologiques européennes.

La 3ème partie de son journal couvre 3 mois de voyage et d’aventures passionnantes, depuis Ispahan jusqu’à Bagdad, en passant par Shiraz, traversant le Golfe persique avant de remonter le Tigre depuis Bassora. Plusieurs milliers de km parcourus à cheval dans les montagnes et le désert, souvent de nuit pour éviter la chaleur, parfois sans guide par des nuits sans lune ! Ils visitent les vestiges du palais de Cyrus et de Darius, ainsi que Persépolis l’antique capitale perse achéménide, fondée au 6ème siècle av. J.-C.

Les accès de fièvre sont fréquents mais les Dieulafoy sont des passionnés et rien ne les arrête ! Jane ne perd jamais son humour et son auto-dérision. Sa connaissance du persan et sa ténacité lui permettent de se sortir de situations parfois scabreuses. Entre deux récits d’étapes, ses explications sur les mots « bouche-trou » de la langue persane valent la description de sa rencontre chez la veuve d’un cheikh et sa panthère apprivoisée. Abandonnant au fil des semaines certaines habitudes européennes, elle « arrive toujours en retard d’une heure aux rendez-vous donnés ; (…) en comparant mes cahiers avec le calendrier du télégraphe, je me suis aperçue que, depuis mon départ de Téhéran, j’ai rajeuni de trois jours. »

Téléchargements (env. 3, 5 Mo) : ePub – PDF – PDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Dieulafoy Jane – Une Archéologue en Perse (2ème partie)

Dieulafoy Jane – Une Archéologue en Perse (2ème partie) - Bibliothèque numérique romandeDieulafoy Jane – Une Archéologue en Perse 2ème partie, Ispahan. Il faut tout quitter quand on voyage :  Marseille, février 1881 : Jane Dieulafoy, habillée en homme, cheveux coupés très courts, a embarqué avec son mari, dans un fabuleux voyage exploratoire à travers la Turquie, l’Arménie, la Géorgie, l’Iran et l’Irak actuels pour étudier l’influence artistique de l’Orient sur l’art du Moyen Âge : ils pratiqueront les premières fouilles archéologiques européennes.  Ils sont arrivés, à travers la Turquie, jusqu’à Téhéran.

La 2ème partie de son journal nous emmène de Téhéran à Ispahan. Elle rencontre – et photographie ! – notables et dignitaires des différentes communautés de cette partie d’Asie. Le couple séjourne longuement à Djoulfa, le quartier arménien d’Ispahan, où Jane assiste à un mariage somptueux, et nous raconte l’histoire de ce peuple si souvent persécuté.

Le journal de Jane est toujours aussi détaillé et vivant. Ses descriptions et ses analyses sont pertinentes, bien documentées, pleines d’humanité, de sensibilité et d’humour.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Dieulafoy Jane – Une Archéologue en Perse (1ère partie)

Dieulafoy Jane – Une Archéologue en Perse (1ère partie) - Bibliothèque numérique romandeDieulafoy Jane – Une Archéologue en Perse, Première partie : Tous les chemins mènent en Perse.

Marseille, février 1881. L’archéologue française Jane Dieulafoy (1851-1916) embarque avec son mari, ingénieur des ponts et chaussées, pour un fabuleux voyage exploratoire à travers la Turquie, l’Arménie, la Géorgie, l’Iran et l’Irak actuels. Leur but : étudier l’influence artistique de l’Orient sur l’art du Moyen Âge. Leur périple durera plus d’une année et les amènera notamment à la cité antique de Suse, où ils pratiqueront les premières fouilles archéologiques européennes.

Elle voyage habillée en homme, cheveux coupés très courts. Elle tient un journal de bord, extrêmement détaillé et vivant. Tout l’intrigue et la fascine. Malgré les nombreux incidents, maladies et inconforts du voyage, elle garde intacts son sens de l’humour et son enthousiasme. Les anecdotes sont piquantes, et leur situation parfois périlleuse. Son matériel photographique intrigue et lui permet de rencontrer de nombreuses personnes dont elle fait le portrait, du simple muletier aux hauts personnages de la cour du Shah. Parlant le persan, elle obtient même la permission de pénétrer dans les « andaruns » (espaces privés réservés aux femmes dans les maisons persanes). Mais elle photographie également les monuments, les ruines, les costumes, les scènes de la vie quotidienne – un riche témoignage historique que les gravures de la présente édition rendent à merveille. La première partie de son Journal nous emmène de Marseille à Téhéran.

Téléchargements (env. 3,5 Mo) : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML  – word-ODT

Bibliothèque numérique romande © 2012 - 2017 Frontier Theme