Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Lewis M. G. – Le Moine raconté par Antonin Artaud

Lewis M. G. Le Moine racconté par Antonin Artaud - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells Cloître albigeois 4Lewis M. G. – Le Moine raconté par Antonin Artaud : À l’église des Capucins, prêche un jeune moine renommé pour son éloquence. Le tout Madrid y assiste et la nef est bondée. Deux jeunes nobles cèdent leur place à Antonia, une jeune femme fort réservée et à son chaperon, qui l’est moins. L’un d’eux, Lorenzo, n’est pas insensible au charme la jeune fille, Antonia. Entre eux, mais aussi avec Agnès, la sœur cloîtrée de Lorenzo, et Raymond, le demi-frère d’Antonia, amoureux d’Agnès, se noue les fils d’une intrigue haletante et baroque où Ambrosio, le prédicateur et la funeste Mathilde seront leur Némésis. Antonin Artaud s’approprie ce roman de Lewis et le retricote pour en faire une aventure sombre et violente où Diable et destin s’unissent pour vous faire sentir le souffle de l’Enfer. (suite…)

Artaud Antonin – Poèmes

Artaud Antonin - Poèmes - Bibliothèque numérique romande - Paul Klee Nocturne d’un portArtaud Antonin – Poèmes : Le trajet, en vers, d’un poète qui, le plus souvent, rejeta la versification. Après ses premiers poèmes influencés par Mallarmé et l’unanimisme, Antonin Artaud, refuse de corriger ce que certains, dont Jacques Rivière, considèrent comme des étrangetés voire des maladresses et revendique la vérité de son être, de son esprit et l’incapacité d’atteindre vraiment à fixer la pensée dans les mots. (suite…)

Artaud Antonin – Le Pèse-Nerfs – Fragments d’un Journal d’Enfer – L’Art et la Mort

Artaud Antonin - Le Pèse-Nerfs - Fragments d'un Journal d'Enfer - L'Art et la Mort - Bibliothèque numérique romande - Hieronymus Bosch Le Jardin des délicesArtaud Antonin – Le Pèse-Nerfs – Fragments d’un Journal d’Enfer – L’Art et la Mort : Le Pèse-Nerfs et les Fragments d’un journal en enfer poursuivent l’écriture cathartique de L’Ombilic des Limbes. Antonin Artaud souffre, provoque, questionne et met en scène son mal-être. Poétiques, égocentriques, philosophiques, ces cris de douleur qui exposent sa souffrance sont une tentative désespérée de mettre des mots, mais pas n’importe quel mots : ceux qui fassent saisir l’indicible, expliquent les subtiles complexités de l’esprit, sur ce qu’il ressent. En rupture avec la littérature conventionnelle, il écrit : « Toute l’écriture est de la cochonnerie. » « Toute la gent littéraire est cochonne », « pas d’œuvres, pas de langue, pas d’esprit, rien. Rien, sinon un beau Pèse-Nerfs. » (suite…)

Artaud Antonin – Pour en finir avec le jugement de dieu

Artaud Antonin - Pour en finir avec le jugement de dieu - Bibliothèque numérique romande - Rogier van der Weyden Polyptique du Jugement Dernier des Hospices de BeauneArtaud Antonin – Pour en finir avec le jugement de dieu : Le réalisateur de la création radiophonique commandée par la Radio diffusion française s’attendait-il à ça ? Antonin Artaud se déchaîne avec « Pour en finir avec le jugement de dieu ».  Le texte de sa création, lu par Artaud, Maria Casarès, Roger Blin et Paule Thévenin est accompagné de tambour, xylophone et cris préenregistrés. Quant au contenu… La veille de la diffusion, le 1er février 1948, la censure tombe. Les protestations seront nombreuses mais sans effet. (suite…)

Artaud Antonin – Van Gogh le suicidé de la société

Artaud Antonin - Van Gogh le suicidé de la société - Bibliothèque numérique romande - Van Gogh autoportrait de peintreArtaud Antonin – Van Gogh le suicidé de la société : Polémique, charge contre la psychiatrie et les psychiatres, les siens (Artaud était sorti d’asile l’année précédente) et ceux de Van Gogh, cet essai hybride, poétique et chargé d’émotion, veut réhabiliter Van Gogh. Van Gogh fou ? certes non ! Van Gogh génie, hors norme, souffrant de sa sensibilité, victime d’une société normative et répressive ainsi que de ses médecins qui ont poussé Van Gogh au suicide ! « Non, Van Gogh n’était pas fou, mais ses peintures étaient des feux grégeois, des bombes atomiques », écrit-il. (suite…)

Pin It on Pinterest