Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Leblanc Maurice – Arsène Lupin gentleman cambrioleur

Leblanc Maurice – Arsène Lupin Gentleman Cambrioleur - BeQLeblanc Maurice – Arsène Lupin gentleman cambrioleur : Un recueil de neuf nouvelles policières, écrites par Maurice Leblanc, qui constituent les premières aventures d’Arsène Lupin. La couverture en couleurs de l’édition originale est dessinée par Henri Goussé. La première nouvelle du recueil, L’Arrestation d’Arsène Lupin, est publiée en juillet 1905 dans le journal Je sais tout. Il s’agit de la première nouvelle mettant en œuvre Arsène Lupin. (éd. BeQ) lire plus…

Valéry Paul – Le Cycle de Monsieur Teste

Valéry Paul - Le Cycle de Monsieur Teste - Bibliothèque numérique romande - Nature morte aux poires conférence Jean-Claude StehliValéry Paul – Le Cycle de Monsieur Teste : « M. Teste avait peut-être quarante ans. Sa parole était extraordinairement rapide, et sa voix sourde. Tout s’effaçait en lui, les yeux, les mains. Il avait pourtant les épaules militaires, et le pas d’une régularité qui étonnait. Quand il parlait, il ne levait jamais un bras, ni un doigt : il avait « tué la marionnette ». Il ne souriait pas, ne disait ni bonjour ni bonsoir ; il semblait ne pas entendre le « comment allez-vous ? ». Et, expliquait-il, « il y a vingt ans que je n’ai plus de livres. J’ai brûlé mes papiers aussi. Je rature le vif… Je retiens ce que je veux. Mais le difficile n’est pas là. « Il est de retenir ce dont je voudrais demain »… J’ai cherché un crible machinal… »

Ce personnage singulier – Valéry avoue qu’il ne « tiendrait » pas quinze minutes dans la vraie vie – pour lequel un intellect brillant mais sans désir, sans action, a pris le pas sur l’homme traduit sans doute l’aspiration de son auteur au primat de l’intelligence devenue, au 20e siècle, estime-t-il, la nouvelle puissance créatrice. La soirée avec Monsieur Teste – tout comme L’Introduction à la méthode de Léonard de Vinci – est composée quatre ans après l’épisode de la nuit de Gêne. Paul Valéry écrira : « Après tout – JE suis un système terriblement simple, trouvé ou formé en 1892 – par irritation insupportable, qui a excité un moi N° 2 à détacher de soi un moi premier – comme une meule trop centrifugée ou une masse nébuleuse en rotation » (Cahiers, 1932). Renonçant, jusqu’à l’écriture de La Jeune Parque, à la création poétique dont il ressent les limites, il recherche alors les lois mathématiques qui gouvernent le Moi intérieur, connaissance qui, pense-t-il, ne peut être atteinte que par un renoncement, une dissociation, seule garante de lucidité et de maîtrise de soi.

Monsieur Teste, tête et testis (témoin), qui a compris ces lois, observateur du monde et de lui-même, est donc, pour une part, une incarnation de Paul Valéry, bien que celui-ci s’en défende. Il accompagnera la vie du poète qui écrira tout au cours de sa vie les divers fragments ou nouvelles que nous avons réunis dans ce volume. Œuvre ambiguë et composite, mettant en scène un monstre, qui a « fait de sa vie une œuvre d’art » à défaut d’en créer une, elle séduisit André Breton et les surréalistes ou André Gide.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Scott Walter – Le Monastère

Scott Walter - Le MonsatèreScott Walter – Le Monastère : Le temps de cette lecture, vous vivrez dans une petite communauté catholique du nord de l’Écosse au milieu du 16e siècle. Vous serez aux côtés de l’abbé Boniface, abbé de Sainte-Marie, du père Eustache, le sous-prieur et le véritable maître de l’abbaye mais aussi aux côtés de la famille Glendinning : Halbert et Édouard, vivent avec leur mère Elspeth, veuve de Simon Glendinning, à la tour de Glendearg. Lady Avenel, dont le mari vient d’être tué lors des troubles qui se sont déroulés avant le début du roman est venue se réfugier avec sa fille Marie chez les Glendinning. Vous rencontrerez aussi sir Piercie Shafton, un anglais prétentieux et affecté qui cherche un refuge pour avoir trempé dans un complot contre la reine Élisabeth et qu’on assigne à résidence à Glendearg et encore la mystérieuse Dame blanche, qui ponctue le récit de ses apparitions, conférant ainsi à celui-ci une plaisante coloration fantastique… et beaucoup d’autres encore…

Le Monastère, à n’en pas douter, est bel et bien un roman historique, mais l’histoire en elle-même ne constitue que la trame de fond de l’intrigue romanesque. Car l’ambition de Walter Scott n’est pas de relater les événements qui se succédèrent dans ce qu’on appelait les Borders, région frontalière entre l’Angleterre au sud et l’Écosse au nord. Même si les querelles politiques et religieuses sont présentes tout au long de son livre, l’auteur ne les met en scène que pour peindre l’évolution des mentalités de cette époque et de ces lieux, à travers un certain nombre de personnages, les uns fort attachants, et quelques autres plutôt déplaisants.

Le seul défaut du livre – s’il faut lui en trouver un – est sa longueur, qui risque de rebuter certains lecteurs d’aujourd’hui, mais aussi de plaire à tous ceux qui aiment savourer une histoire et qui la trouveront trop courte !

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Epuy Michel – La Maison du Chat qui revient

Epuy MIchel - La Maison du Chat qui revient - Bibliothèque numérique romande - Indra Francis ChaurelEpuy Michel – La Maison du Chat qui revient : Hériter d’un vieil oncle ! Qui n’en a pas rêvé ? Henri, journaliste à Lyon, ne connaissait même pas l’oncle Barnabé… Le voici propriétaire d’une maison en Haute-Savoie avec vue sur le Lac Léman. Un héritage qui tombe à pic ! Il vient d’épouser Françoise et rêve d’écrire un roman. Sans hésiter, le couple quitte Lyon pour s’installer dans sa nouvelle « maison de campagne ».

Mais au lieu de la villa proprette qu’ils avaient imaginée, la « Maison-rouge », comme on l’appelle dans le pays, est une bâtisse biscornue et, pour tout dire, plutôt moche… On semble lui avoir ajouté des ailes et des annexes un peu au hasard et sans se préoccuper d’esthétique. À quoi donc pouvaient servir toutes ces pièces et tous ces lits à un vieil homme solitaire, veuf depuis des années ?

Hébétés par la nuit d’orage qui accompagne leur installation, Françoise et Henri sont loin de réaliser le piège dans lequel ils sont tombés. Et d’où vient ce chat noir énigmatique et sauvage ? Ce ne serait rien qu’il ait la griffe facile… mais Catherine, la vieille servante affirme qu’il est un fantôme, une réincarnation de l’oncle Barnabé. Ce chat qui revient saura-t-il protéger le jeune couple des difficultés qui vont naître et de l’avalanche qui s’apprête à leur tomber sur la tête ?

Une histoire bien menée, malgré quelques faiblesses de style, où le lecteur sera conduit de rebondissements en situations bloquées jusqu’à une fin en grand style et toute romantique.

Michel Epuy (de son vrai nom Louis Vaury 1876-1943) est un écrivain et traducteur suisse. Auteur d’une vingtaine de titres et de quelques trente-cinq autres en traduction, il fit œuvre de romancier, de conteur, d’écrivain pour la jeunesse et d’éditeur d’anthologies ou de volumes d’œuvres choisies, comme celles de Kipling.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Voltaire – Le Taureau blanc et autres Contes

Voltaire - Le Taureau blanc et autres Contes - Bibliothèque numérique romande - Statuette en bronze du dieu ApisVoltaire – Le Taureau blanc et autres Contes (Aventure de la mémoire, Le Taureau blanc, L’Histoire de Jenni ou le Sage et l’Athée, Lettres d’Amabed) : Bien que moins connus que Zadig, Candide ou Micromégas, les contes qui figurent dans ce recueil sont tout aussi caractéristiques de la manière de Voltaire ; mais ne nous y trompons pas : comme les autres, ils n’ont de contes que le nom ; comme les autres, ce sont de véritables brûlots que Voltaire lance contre ses adversaires de tout poil : Les sorbonnards, les jésuites et les jansénistes, notamment, dans l’Aventure de la mémoire, où la satire revêt par instants le costume du burlesque le plus échevelé. La religion, à laquelle il s’en prend dans le Taureau blanc, fantaisie orientale qui présente par ailleurs de nombreuses caractéristiques des contes de fée et dans laquelle, au moyen d’une parodie de différents épisodes bibliques, il assimile implicitement le livre sacré des chrétiens aux recueils de récits fabuleux de l’antiquité païenne. L’athéisme et le matérialisme dans l’Histoire de Jenni, qu’il pourfend afin de défendre le déisme et célébrer l’éloge « d’un être souverainement intelligent et puissant », dans lequel on reconnaît bien sûr son « grand horloger ». La religion encore, mais aussi le colonialisme et le despotisme, dans les Lettres d’Amabed, où, à partir d’une trame pseudo-orientaliste fort mince, il lance toute une série de pamphlets destinés à écraser « l’infâme » une fois de plus, en même temps que ceux qui se servent d’elle pour mener à bien leurs entreprises expansionnistes.

Dans ces contes, même s’ils mettent en scène un orient plus ou moins crédible, Voltaire s’adresse donc essentiellement à ses compatriotes et dénonce des problématiques occidentales avec, çà et là, d’ailleurs, la manifestation des préjugés de son époque vis-à-vis des noirs ou d’autres peuples. L’humour et la dérision restent les armes favorites de Voltaire : « La fantaisie du conteur s’exerce sur des réminiscences bibliques en produisant de constants décalages […] Quand le conteur brode sur le canevas d’un imaginaire ancien des aventures cocasses, quand il tient avec impassibilité un discours incongru, en mimant le plus grand naturel malgré la présence d’incompatibilités arbitraires et de décrochages, il crée, par l’alliance de la virtuosité et de la feinte naïveté […] un univers étrange, d’une poésie surréelle. » (Marie-Hélène Cotoni, Intertextualité et humour dans le Taureau blanc de Voltaire, Cahier de Narratologie, 13/2006)

Téléchargement : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Leblanc Maurice – La Forêt des Aventures

Leblanc Maurice - La Forêt des Aventures - Bibliothèque numérique romande - photo Anne Van de Perre Sentier forestierLeblanc Maurice – La Forêt des Aventures ou Peau d’âne et Don Quichotte (avec André de Maricourt) :

Le petit Pierre, un jeune parisien rêveur, pétri de contes, plein d’imagination et de courage, se retrouve à la campagne avec sa maman, de santé délicate. Il y fait la connaissance de Violette, une petite fille malicieuse et réaliste. Les deux enfants partent à l’aventure dans la forêt voisine, une forêt mystérieuse… Ils vont rencontrer des nains terrifiants, Cendrillon, Grand-mère et le loup, Ali Baba, Barbe-Bleue, et même le Prince charmant.

Maurice Leblanc, qu’on connaît plus comme auteur d’Arsène Lupin que comme conteur (bien qu’il ait écrit des contes dans le journal Gil Blas) s’amuse beaucoup à jouer avec les contes de Perrault et mêle sans cesse le réel et l’irréel. Ainsi Pierre et Violette, à chaque fois qu’ils sont en pleine féérie, sont doucement ramenés à la réalité.

La Forêt des Aventures est un récit initiatique qui raconte comment l’on passe de l’enfance à l’adolescence et comment les tendres chimères de l’enfance laissent peu à peu la place à la réalité de la vie, toute aussi troublante et enchanteresse. Cette histoire touche l’enfant resté en chacun de nous … Tous les ingrédients du conte y sont présents : amour, peur, mort, parcours initiatique dans la forêt profonde, et même la morale de la fin de l’histoire : la réalité devient fantasmagorique si on la regarde avec des yeux d’enfant et la nature peut être féérique en elle-même. On apprend ce qu’est la vie, on grandit en se confrontant à ses peurs et à ses rêves d’enfant.

Le texte, qui date de 1932, est magnifiquement écrit, les descriptions de la nature sont très précises et poétiques. Maurice Leblanc ne s’adresse pas tant aux enfants qu’aux adultes … qui ont été des enfants.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT