Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Massé Arthur – Promenades historiques dans les rues de Genève (tome 2)

Massé Arthur - Promenades historiques dans les rues de Genève 2 - Bibliothèque numérique romande - Sylvie Savary Rue des Granges vue de la place Neuve Massé Arthur – Promenades historiques dans les rues de Genève (tome 2) : Dans ce tome 2, nous assistons au dialogue entre l’auteur du tome 1 et un enfant qui a lu son livre et lui demande de faire de nouvelles découvertes de rues genevoises avec lui

Dans un style un peu différent, on continue pourtant à suivre ces deux promeneurs infatigables à travers Genève, à la recherche de nouveaux noms, de nouvelles rues qui viennent d’être baptisées. Le jeune garçon est un passionné actif, qui cherche lui-même ses renseignements quand il trouve que l’auteur prend trop de temps, et qui part seul aussi à travers les rues pour en trouver de nouvelles.

Vous découvrirez avec eux des noms moins connus ou connus de seuls quelques Genevois érudits: un horloger (Bautte), des peintres et sculpteurs (Diday, St-Ours, Chaponnière), des poètes (Petit-Senn et Imbert Galloix), un médecin (Tronchin), des magistrats (Bellot et Céard), un mathématicien (Sturm) ; mais aussi des noms connus mondialement : le Général Dufour, Franklin, Necker, Gutenberg. Tout est prétexte pour s’instruire dans la bonne humeur et en prenant l’air.

Et pas besoin d’être un vieux Genevois pour s’intéresser comme le jeune garçon, à tous ces personnages passionnants de l’histoire de la ville, grâce aux anecdotes glanées ici et là par l’auteur.

Si vous voulez vérifier ses dires ou aller plus loin dans l’information actuelle sur ces rues, vous pouvez aussi consulter le site ge.ch/noms-geographiques/geneve/categories/type-de-voie/rue  au chapitre « noms géographiques du canton de Genève » (avec carte précise, explications et visite virtuelle des lieux)

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Sand George – La petite Fadette

Sand George - La petite Fadette - Ebooks Libres et GratuitsSand George – La petite Fadette : À la Cosse naissent des jumeaux, Landry et Sylvinet, fils du père Barbeau, paysan aisé. Négligeant les conseils de la sage-femme, soucieuse d’éviter des liens trop forts entre les deux enfants, les parents les laissent devenir inséparables au fil des ans. Cependant, le père Barbeau se voit obligé d’employer l’un d’eux dans une ferme voisine : Landry, plus fort, part chez le père Caillaud. Il s’habitue à sa nouvelle vie, tandis que Sylvinet, malheureux, devient jaloux des amis de son frère, au point qu’un jour sa mère le croit parti se noyer. Landry, lancé à sa recherche, s’adresse à la mère Fadet, mi-guérisseuse mi-sorcière. Renvoyé brutalement, il accepte le marché de sa petite-fille, Fadette : elle lui indiquera où trouver Sylvinet à condition qu’il lui accorde ce qu’elle lui demandera. Landry ramène donc son frère, qui se montre plus raisonnable. Un soir Landry lui-même échappe à la noyade grâce à Fadette, qui lui reproche son ingratitude : il devra lui faire danser sept bourrées le lendemain. À contrecœur il s’exécute, malgré le dépit de Madelon, la nièce du père Caillaud…

George Sand (pseudonyme d’Amantine Aurore Lucile Dupin, baronne Dudevant, 1804-1876) fut écrivaine prolifique (plus de 70 romans et 50 œuvres diverses). Elle prend la défense des femmes, prône la passion, fustige le mariage et lutte contre les préjugés d’une société conservatrice. Elle fait scandale par sa vie amoureuse agitée, sa tenue vestimentaire masculine et son pseudonyme masculin. Malgré de nombreux détracteurs (dont Charles Baudelaire) elle contribue activement à la vie intellectuelle de son époque et s’illustre par un engagement politique à partir de 1848, inspirant Alexandre Ledru-Rollin, participant au lancement de trois journaux : La Cause du peuple, Le Bulletin de la République, l’Éclaireur. La campagne du Berry lui sert souvent de cadre. Ses premiers romans, comme Indiana (1832), bousculent les conventions sociales et magnifient la révolte des femmes en exposant les sentiments de ses contemporaines, chose exceptionnelle à l’époque et qui divisa aussi bien l’opinion publique que l’élite littéraire. Puis George Sand ouvre ses romans à la question sociale en défendant les ouvriers et les pauvres (Le Compagnon du Tour de France) et en imaginant une société sans classes et sans conflit (Mauprat, 1837 – Le Meunier d’Angibault, 1845). Elle se tourne ensuite vers le milieu paysan et écrit des romans champêtres idéalisés comme La Mare au diable (1846), François le Champi (1848), La Petite Fadette (1849), Les Maîtres sonneurs (1853). (source de cette biographie : Wikipédia)

Édition du groupe « Ebooks Libres et Gratuits »

Téléchargements : ePUB – PDF – Mobipocket (prc) – HTML – DOC

Varlet Théo – Le dernier Satyre

Varlet Théo - Le dernier satyre - Bibliothèque numérique romande - Épictète Silène avec deux flûtes et un étui suspendu Varlet Théo – Le dernier Satyre et autres nouvelles : Un mort dans les dunes : quel désastre pour le tourisme d’une station balnéaire ! Méfiez-vous des croisières à la voile trop exotiques … surtout pour votre lune de miel ! Un satyre, ça vieillit comment ? Que faire face au lion dans l’arène quand on est un couple qui s’aime ? Robinson dans le maquis levantin, avant l’établissement dans l’île de sa base militaire, ça vous tente ? Un bouquet de nouvelles modernes ou antiques, coquines ou sombres, qui ne vous laisseront pas indifférents !

Loué par Rosny aîné, Pierre-Jean Jouve, Daniel-Rops ou Georges Duhamel, Théo Varlet (Lille, 1878 – Cassis, 1938), pour son malheur ne cultivait pas ses « relations publiques ». Tombé dans l’oubli, ce poète, traducteur, romancier et écrivain de science-fiction fut un original irrespectueux, un pacifiste curieux des paradis artificiels, un voyageur et un marcheur, un naturiste qui avant Rudolf Steiner prônait un biocosmisme où,  dans l’analogie harmonieuse du tout céleste, l’homme devrait évoluer dans l’harmonie de l’âme universelle. Perfectionniste du verbe, « clavier lumineux de la pensée »  au style à la fois précis et lyrique, on peut lui reprocher parfois les exagérations de ses inventions lexicales. Un écrivain à redécouvrir que Rosny aîné, son ami, rattache « à la lignée des encyclopédistes, aussi à l’aise dans la science et la métaphysique que dans la poésie, le conte, le roman ».

Nouvelles pour adultes.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Erckmann-Chatrian – Madame Thérèse

Erckamnn-Chatrian - Madame thérèse - Ebooks Libres et GratuitsErckmann-Chatrian – Madame Thérèse ou Les Volontaires de 92 (suivi de Pourquoi Huneberg ne fut pas rendu) : Madame Thérèse, ou les Volontaires de 92, est l’histoire d’une vivandière de l’armée de la Moselle, laissée pour morte sur le champ de bataille d’Anstatt, recueillie et sauvée par un brave docteur allemand. Ce roman ressuscite des temps glorieux, la lutte de trente mille volontaires de Hoche contre les quatre-vingt mille soldats de Brunswick et de Wurmser. Un souffle patriotique l’anime d’un bout à l’autre. On croirait, en le lisant, vivre au milieu de ces hommes intrépides, de ces immortels volontaires en guenilles, qui fondèrent pour tous l’égalité des droits, et sauvèrent la France de l’invasion. Madame Thérèse, après le Conscrit, c’est la guerre sainte de la liberté, après les inutiles batailles de la conquête. (D’après la notice des éditions Hetzel, 1872.)

Erckmann-Chatrian est le nom de plume de deux co-auteurs : Émile Erckmann et Alexandre Chatrian. Réalisme rustique et populaire, Contes de la Forêt-Noire et d’Alsace, font de leurs romans et nouvelles une œuvre attachante.

Édition du groupe « Ebooks Libres et Gratuits »

Téléchargements : ePUB – PDF – Mobipocket (prc) – HTML – DOC

Hugo Victor – Les Misérables (tome 5)

Hugo Victor - Les Misérables 5 - BeQHugo Victor – Les Misérables (tome 5) : Œuvre immense, joyau du patrimoine littéraire national, riche en figures assimilées par notre imaginaire ou notre langue, c’est roman touffu mais d’une lecture aisée, populaire mais déroutant, qu’il faut avoir lu.

Tome 5 : Soulevé, le peuple de Paris est symbolisé par les combattants de la barricade. Jean Valjean s’est vu confier la garde de l’inspecteur Javert, arrêté par les insurgés. Il feint de l’exécuter mais le libère, puis sauve Marius blessé en passant par les égouts… (source de cette présentation : ELG.)

Édition Bibliothèque électronique du Québec

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF (liseuse) – Kindle-MOBI – DOC

Kipling Rudyard – Au Hasard de la Vie

Kipling Rudyard - Au Hasard de la Vie - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells Gaths occidentaux du Sud,Kipling Rudyard – Au Hasard de la Vie (nouvelles) : « De quelle façon, repris-je, vaut-il mieux se mettre à l’œuvre ? — Parle-leur d’abord des choses que toi et eux vous avez vues ensemble. Parle-leur ensuite de ce que toi seul as vu, puis de ce que tu as entendu dire, parle-leur batailles et rois, chevaux, diables, éléphants et anges, mais n’omets pas de leur parler d’amour et de choses semblables. Il n’y a pas meilleurs diseurs d’histoires que les pauvres ; car ils sont forcés chaque nuit de poser l’oreille à terre. »

Dans l’introduction de ces nouvelles écrites entre 1884 et 1890  – intitulées en anglais Life’s Handicap – Kipling nous annonce ainsi leur contenu. Des concubines indiennes seront confrontées à la femme légitime, des disparus hanteront les vivants, un fonctionnaire apprécié des pachtouns sera remplacé, non sans révolte, par un bengali, des puits perdus murmureront aux oreilles du chasseur, une ville étouffée de chaleur, la nuit, vous révèlera ses mystères, des soldats perdus deviendront des dieux, des malédictions se réaliseront, et bien d’autres histoires que nous vous laissons découvrir…

Elles abondent d’images de l’Inde de Kipling : vérandas ombragées, poussière de la saison sèche ou contreforts himalayens, touffes de manguiers ou herbe-jungle, crues diluviennes et moussons, cadavres gonflés dérivant au fil de l’eau, éléphants, singes, rajahs et maharanés, petites gens, musulmans, sikhs, indous, ou fonctionnaires et simples soldats. L’auteur porte un regard complice et bienveillant sur cette humanité dont l’on peut dire avec lui, malgré leurs différents, sanglants ou mesquins : « j’ai rencontré cent hommes sur la route de Delhi et ils étaient tous mes frères. » Certes, Kipling reste persuadé de la mission civilisatrice de l’empire britannique mais il n’est pas aveugle devant ses incohérences et ses absurdités, devant le racisme  de tant de coloniaux qui ne voient que « des négros », ce qu’il dénonce avec humour et subtilité.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-MOBI – HTML – DOC/OCT