Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Soulié Frédéric – Le Comte de Toulouse (première partie)

Soulié Frédéric - Le Comte de Toulouse 1 - Bibliothèque numérique romande - chromolithographie de Charles Mercereau Toulouse - Cloître du Musée et Clocher des AugustinsSoulié Frédéric – Le Comte de Toulouse (première partie) : Le chevalier Albert de Saissac, est le fils d’un seigneur cathare. De retour de terre sainte après huit années d’absence durant lesquelles il a aussi connu la prison et s’est en outre mystérieusement enrichi, Albert ignore encore tout des atrocités commises par les croisés français contre les hérétiques. Le pays qu’il découvre en débarquant sur les côtes de Provence n’est plus qu’une plaie ouverte, une terre mise à feu et à sang: les campagnes sont dévastées, les villes détruites, les habitants martyrisés. Du château de Saissac, entièrement rasé, il ne reste qu’un amoncellement de pierres d’où surgit un unique rescapé au visage sauvagement mutilé. Il s’agit de son propre père, Bertrand de Saissac, ancien tuteur du comte de Béziers, veillant sur le cadavre de sa fille profanée par les hommes de Montfort. À ce spectacle insoutenable, Albert jure de se venger et va employer à cet effet tous les subterfuges mis à sa disposition par sa colossale fortune. Après avoir adroitement simulé sa mort et ses funérailles, il réapparaît sous les traits de l’énigmatique Laurent de Turin… lire plus…

Cobb William (Jules Lermina) – Mystère-Ville

Cobb William (Jules Lermina) - Mystère-Ville - Bibliothèque numérique romande - Jean-Louis Glaussel PégaseCobb William (Jules Lermina) – Mystère-Ville : La maison est en feu! C’est ainsi que Alcide Trémolet découvre la révolte des Boxers et réalise qu’il n’est plus le bienvenu dans la petite ville d’une province reculée de la Chine où il croyait avoir trouvé refuge. Dans sa fuite éperdue, il finit par tomber dans une crevasse et perd connaissance. Lorsqu’il se réveille, il est dans un Paris d’une autre époque, celui des descendants d’émigrés ayant fui la France à bord d’un bateau à moteur inventé par Denis Papin après la révocation de l’édit de Nantes. Sans coup férir et à peine remis, il se voit condamné à mort par la cour du « Grand Châtelet », mesure prophylactique de la contamination sociale dont il pourrait être le porteur.

lire plus…

Sue Eugène – La Luxure (Les sept Péchés capitaux)

Sue Eugène - La Luxure (Les sept Péchés capitaux) - Bibliothèque numérique romande - Luis Ricardo Falero Allégorie de la Pureté et de la Luxure (détail)Sue Eugène – La Luxure (Les sept Péchés capitaux) : Monsieur Pascal, financier sans scrupule, convoite la jeune Antonine. Mais elle est aimée de Frantz. C’est que monsieur Pascal, en contrepartie de ses prêts, exige beaucoup de ses «clients» et menace de les ruiner s’ils ne lui cèdent pas. Il faudra qu’intervienne Madeleine, marquise de Miranda et amie d’Antonine. Grâce à son grand pouvoir de séduction, elle réussira à déjouer ses plans et à faire le bonheur autour d’elle. Moraliste, Les sept Péchés capitaux? Peut-être mais, à mieux y regarder, chacun de ces péchés capitaux que nous décrit Eugène Sue ne pourrait-il pas comporter des aspects bénéfiques pour la société, conformément à la théorie des passions de Charles Fourier? lire plus…

Moselli José – Le Rayon Phi

Moselli José - Le Rayon Phi - Bibliothèque numérique romande - a lumière de la plus haute énergie jamais enregistrée à partir d’un sursaut de rayons gamma, par l’observatoire Major Atmospheric Gamma Imaging Cherenkov (MAGIC) aux Îles Canarie, 14.01.2019 (crédit : NASA/Fermi and Aurore Simonnet, Sonoma State University)Moselli José – Le Rayon Phi : À La Spezia, les chantiers maritimes de Montada tournent à plein régime: huit navires y sont simultanément en construction. Une entreprise d’envergure fondée il y a plus de cinquante ans par Carlo-Alberto Candino. Depuis quinze ans Candino a remis les affaires à son beau-fils, Enrico Grimsheim, mais celui n’a pas la manière: partisan de la force plus que de la négociation il a indisposé ses ouvriers comme ses ingénieurs. C’est alors que des incendies aussi ravageurs que mystérieux frappent les intérêts de l’entreprise Montada. Les gens qui approchent ces brasiers de fin du monde meurent tous ou deviennent fou. L’origine et l’intensité de leurs feux est quasi surnaturelle! Les chantiers y survivront-ils? Quel rôle pourront jouer sa fille, Nelly Grimsheim, l’ingénieur Pietro Marini ou le lieutenant Ercole Pisani dans ces aventures? lire plus…

Maeterlinck Maurice – Les Aveugles – L’Intruse

Maeterlinck Maurice - Les Aveugles, L'Intruse - Bibliothèque numérique romande - Breughel l'ancien La Parabole des aveugles (détail)sMaeterlinck Maurice – Les Aveugles – L’Intruse : Les Aveugles (pièce en 1 acte): Douze! Six hommes et six femmes dans une forêt, assis face à face et séparés par des buissons et de la pierraille. Ils ne voient pas, certains depuis leur naissance. Emmené en excursion par le prêtre de leur hospice, ils l’attendent car il a disparu brusquement. Perdus et incapables de retrouver l’itinéraire de leur retour sans lui, ils ne voient pas… Ils ne voient pas ce que le spectateur voyant de la salle peut voir, lui, qui est que le prêtre est au milieu d’eux, mort… L’Intruse (pièce en 1 acte): «La puissance impitoyable et mystérieuse de la mort a rarement été rendue d’une façon plus poignante.» lire plus…

Gos Charles – La Nuit des Drus

Gos Charles - La Nuit des Drus - Bibliothèque numérique romande - Photoglob Les Drus en 1900Gos Charles – La Nuit des Drus : Dans cette histoire relatant un bivouac dans les Drus où la mort roda, «La Nuit des Drus nous conte simplement l’aventure d’un Anglais boiteux et d’un compagnon plus expérimenté qui se lancent dans la traversée des Drus. Le bivouac est inévitable et donne matière à un huis clos exceptionnel. Passant d’un charivari de Pigalle à des compartiments de train où se croisent des amoureux et des permissionnaires en goguette, le bivouac des Drus devient un théâtre un peu fou. L’Anglais est fagoté dans sa corde tel un Bibendum, il fume du tabac aromatisé. L’autre évoque Byron, Shelley en buvant du cognac qu’il appelle du « riquiqui » tout en chantonnant la Madelon. Le tout dans une langue impeccable, imagée: « Les fenêtres encadraient l’élancement vertical, couleur pertuisane rouillée, du Petit Dru.« » (Jean-Michel Asselin, La critique des Livres, www.masse-fr.com/) lire plus…