Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

May Karl – Au gré de la tourmente

May Karl - Au gré de la tourmente - Bibliothèque numérique romande - Illusrations de A. RobidaMay Karl – Au gré de la tourmente (Illustrations A. Robida) : Charley est un naturaliste et écrivain français qui voyage de par le monde pour connaître les pays et les gens. Le Poséidon, trois-mâts sur lequel il naviguait comme passager entre Valparaiso et Hong-Kong est pris dans une tempête et s’échoue sur une petite île corallienne de Polynésie. Les naufragés n’ont pas les moyens de quitter l’île pour appeler les secours. lire plus…

Tillier Claude – Mon Oncle Benjamin

Tillier Claude - Mon Oncle Benjamin - Bibliothèque numérique romande - image édition JLRTillier Claude – Mon Oncle Benjamin : «Mon oncle Benjamin était domicilié chez sa sœur, il avait cinq pieds dix pouces, portait une grande épée au côté, avait un habit de ratine écarlate, une culotte de même couleur et de même étoffe, des bas de soie gris de perle, et des souliers à boucles d’argent; sur son habit, frétillait une grande queue noire presque aussi longue que son épée, qui, allant et venant sans cesse, l’avait badigeonné de poudre, de sorte que l’habit de mon oncle ressemblait, avec ses teintes roses et blanches, à une brique sur champ écaillée. lire plus…

Weill Berthe – Pan dans l’œil !…

Weill Berthe - Pan dans l'œil !... - Bibliothèque numérique romande - Léon Louis Mahélin Berthe Weill, busteWeill Berthe – Pan dans l’œil !… Personnage mythique du Montmartre des années 1910-1930, Berthe Weill, dite la Mère Weill, est la première femme galeriste et marchande d’art. Pan dans l’œil!… est son autobiographie un peu folle mais très attachante, où elle raconte dans un style bien à elle, fait de courtes phrases et de beaucoup d’exclamations, sa vie de galeriste à Paris. Pleine d’humour et d’autodérision, elle se débrouille comme elle peut avec un minimum d’argent, mais elle a le flair pour acheter des Picasso, des Modigliani pour presque rien et les revendre sans faire beaucoup de bénéfice! lire plus…

Magog H. J. – Le Masque aux yeux rouges

Magog H. J. - Le Masque aux yeux rouges - Bibliothèque numérique romande - Stiller Beobachter people i did not meet in London CC-BY-2.0Magog H. J. – Le Masque aux yeux rouges : James Oldsilver, jeune milliardaire fou amoureux de Miss Perle, décide de faire du cinéma pour se rapprocher de sa belle. Ils tournent de nombreux films ensemble, mais miss Perle ne tombe pas amoureuse de lui et se moque même de son empressement. Un jour, dépité, il rentre à la maison et reçoit un coup de fil énigmatique l’appelant au secours. À partir de là tout va s’enchaîner, comme dans un film : lire plus…

Braddon Mary Elizabeth – L’Héritage de Charlotte (tome 1)

Braddon Mary Elizabeth - L'Héritade de Charlotte 1 - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells Depuis la colline IIIBraddon Mary Elizabeth – L’Héritage de Charlotte (tome 1) : Avec Charlotte, découverte héritière de la succession Hayghart à la fin des volumes des Oiseaux de proie, on peut imaginer que l’histoire est achevée. Alors que viennent faire dans ce récit Gustave Lenoble, le normand, et son épouse anglaise dont on nous décrit la triste histoire? C’est que les oiseaux de proie n’ont pas renoncé à leurs projets. lire plus…

Sand George – Histoire de ma vie (livre 3)

Sand George - Histoire de ma vie (livre 3) - Bibliothèque numérique romande - Thomas Sully Portrait de George Sand en 1826Sand George – Histoire de ma vie (livre 3) : Prise dans le conflit entre sa grand-mère et sa mère, Aurore, souffre énormément. C’est la nature, la beauté de la campagne qui la sauvent du désespoir. À 13 ans, Aurore entre au couvent pour son éducation avec des jeune fille de  son milieu. Elle a 16 ans lorsque sa grand-mère est alarmée par les tendances mystiques de sa petite-fille et la retire du couvent pour la ramener à Nohant. «Désastre et douleurs», résume Aurore qui se met à des «lectures sérieuses» (Chateaubriand, Leibnitz, Rousseau). Après la mort de sa grand-mère, sa mère exige qu’elle revienne à Paris avec elle. Avec cette mère imprévisible, agitée et cruelle, Aurore est tentée par le suicide mais retrouve la joie de vivre à la campagne chez des amis. Elle fera ensuite la connaissance de Casimir Dudevant, qu’elle épousera en 1822 (elle a alors 18 ans). lire plus…