Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Huguenin Oscar – Derniers Récits

Derniers Récits - Oscar Huguenin - Bibliothèque numérique romande - photo Chriusha   Fussgängerbrücke über die Areuse in den Gorges de l’Areuse bei Brot-Dessous Huguenin Oscar – Derniers Récits : 1907, Oscar Huguenin, l’instituteur et conteur de Boudry s’est éteint depuis trois ans. Ses amis publient un recueil posthume que nous vous présentons ici. Au fil des pages, vous vivrez en direct les mémoires d’un inondé lors de la crue de l’Areuse, les déboires de Jaquet avec sa malencontreuse boule de neige dans la cheminée de M. Nestor, les malheurs de Justin qui, au lieu de faire sa cour, est pris d’un sommeil incoercible lors des veillées, les élans de cœur de la tante Julie, la brouille entre Siméon et son neveu sur les mérites respectifs de la montre à cylindre et des systèmes à ancre, une défense du romanche confronté à l’avancée irrésistible des « grognements des ours de Berne », des récits d’excursion à la Töpffer pleins d’humour et des souvenirs d’enfance empreints de nostalgie …et bien d’autres récits toujours aussi bien contés. Précédés d’une biographie de l’auteur par César Matthey.

Téléchargements : ePubPDFPDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLwors-ODT

Scribe Eugène – Maurice

Maurice - Scribe Eugène - Bibliothèque numérique romande - tableau Félix Vallotton - Le MensongeScribe Eugène – Maurice : Paris, 1856. Les Barbistes, les anciens étudiants du collège de Sainte-Barbe devenus avocats, médecins ou hauts fonctionnaires, se retrouvent le 4 décembre, pour la fête de la Sainte-Barbe. Mais, cette année-ci, Maurice, ancien étudiant brillant promis à une belle carrière d’avocat, est méconnaissable. Sombre, lugubre, il est prêt à se suicider. Pressé de questions, il refuse de s’expliquer, mais promet finalement de ne pas mettre son projet à exécution avant une année. Le 4 décembre suivant, Maurice réapparaît, « heureux et frais comme un gardon ». Il convie ses deux amis dans sa riche demeure pour leur raconter sa folle aventure.

Maurice est écrit à la manière d’un vaudeville, leste et piquant qui nous plonge dans le Paris contrasté du XIXe siècle ; c’est un chassé-croisé, riche en rebondissements, d’étudiants désargentés, de roués et de jeunesse dorée, de banquiers, de grisettes et de jolies danseuses.

Eugène Scribe (1791-1861), est un dramaturge et librettiste français. Après des études secondaires au collège Sainte-Barbe suivies d’une licence en droit, ce passionné de théâtre écrit ses premières pièces à 17 ans. Seul ou en collaboration, il fut l’un des auteurs français les plus prolifiques et un librettiste fécond, écrivant près de 500 pièces, comédies, vaudevilles, drames, livrets de ballets ou d’opéras tels La Dame Blanche de Boieldieu, le Comte Ory de Rossini, Robert le Diable de Meyerbeer ou les Vêpres Siciliennes de Verdi.

Téléchargements : ePubPDF – PDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Gautier Théophile – Nouvelles de Jeunes-France et jeunes Coeurs

Nouvelles de Jeunes-Frances et de jeunes Coeurs - Théophile Gautier - Lavis de Constantin Guys Vanity FairGautier Théophile – Nouvelles de Jeunes-France et jeunes Coeurs : Profondément immoral Théophile Gautier ? C’est du moins l’opinion quasi-unanime des critiques de l’époque sur Celle-ci et celle-là, une des premières nouvelles d’une certaine ampleur qu’écrivit Théophile Gautier à ses 21 ans, l’âge de son héros Rodolphe. Elle fut saisie, expurgée par les censeurs mais vous rirez à la lecture de ce pastiche provocant et burlesque dans lequel Rodolphe, le byronien, essaie de réaliser avec méthode une passion romanesque. Puis vous assisterez à la conversion de Daniel Jovart en Jeune-France, conversion certes plus drastique que celle de Théophile Gautier. Vous pourrez aussi vous interroger, avec l’auteur, sur Elias Wildmanstadius et son âme moyenâgeuse égarée au 19e siècle : peut-on en mourir ? Ou encore est-il possible d’aimer deux sœurs jumelles comme une seule femme duelle, sans se poser la question de Laquelle des deux ? Dans Le Bol de Punch, Gautier tourne en dérision la jeunesse romantique et son artificialité mais ironise quelque peu sur les errances et les excès de la littérature romantique, qui se révèle lorsque les Jeunes-France tentent de reproduire les orgies de la Peau de Chagrin ou de La Salamandre… Suivi de l’hilarant De l’Obésité dans la littérature où vous apprendrez tout sur les génies romantiques. Enfin, comme Giotto, Petit-Pierre Le Berger, voit la nature, ses formes et ses nuances. Il rencontrera une muse qui lui offrira un crayon d’or et lui transmettra « l’étincelle ». Un manière de conclure ces nouvelles par un conte de la maturité de Gautier, dans lequel l’art est harmonie et simplicité, conclusion qui est aussi celle de Celle-ci et celle-là.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5Kindle_Mobipocket – HTMLword-ODT

Combe T – Enfant de Commune

Enfant de Commune - T. Combe - Bibliothèque numérique romande - Jean-Henri Baumann, Johann Jakob Sperli le Vieux, Frédéric Jeanneret La Chaux-de-Fonds vue du NordCombe T – Enfant de Commune : Quand on est «enfant de commune», un enfant placé à la charge de la commune, la vie n’est-elle pas mal commencée ? Donat en fait l’expérience : sa mère est décédée et son père emprisonné. «Misé» c’est-à-dire que les autorités communales accordent au moins «demandant», la charge de sa garde, il entre au service d’une famille de paysans de la région. Exploité, mal nourri, à la fois ouvrier non payé et garde d’un bébé, lui aussi placé, qui pleure toutes les nuits, il est si fatigué à l’école qu’il dort sur sa table. Pour s’en sortir, il devra se battre contre les idées reçues…

Mais bien entouré et conseillé, il devient un brillant étudiant, réussissant magnifiquement son brevet d’instituteur. Les retours de son père après chaque peine vont ruiner sa carrière et une terrible désillusion sentimentale lui porteront de rudes coups….

Un sujet délicat fort bien traité par T. Combe (Adèle Huguenin Vuillemin) : celui des orphelins « enfants de commune ». Un roman sociologique de T. Combe qui sait camper des personnages finement décrits, dans leurs ombres et leurs lumières, où l’on découvre la face cachée de la prise en charge des orphelins dans le Neuchâtel du début du 20e siècle et bien d’autres aspects peu connus de la société neuchâteloise de l’époque. À lire.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Wallace Edgar – Le Gentleman

Le Gentleman - Edgar Wallace - Bibliothèque numérique romande - photo Francis Chaurel Oiseau au-dessus du Lake Long (Lake District)Wallace Edgar – Le Gentleman : Vous jouissez, n’en doutons pas, d’une fortune immense en billets de banque craquants et en bijoux scintillants. Mais par les temps qui courent, comme vous estimez peu sûrs les coffres des banques, vous conservez le tout chez vous, dans une cachette connue de vous seul(e) et bien à l’abri des convoitises des malveillants de tout acabit… Voire ! Vous êtes une victime toute désignée pour le Gentleman, personnage aussi mystérieux qu’insaisissable, qui fait métier de dépouiller les nantis de leurs richesses, surtout si elles sont mal acquises, ce qui n’est sûrement pas votre cas ! Ou bien si ?…

Mais attention : le Gentleman n’est pas Robin Hood, il ne redistribue pas aux uns ce qu’il a dérobé aux autres, car charité bien ordonnée commence par soi-même, comme vous le savez ! Méfiance donc, le Gentleman rôde peut-être déjà autour de vous : personne ne l’a jamais vu sous son apparence réelle car, expert en l’art du déguisement, il échappe aussi bien à Scotland Yard qu’aux manœuvres d’autres malfaiteurs, mâles ou femelles, jaloux de ses succès.

Si vous voulez en savoir plus sur le personnage, ses méthodes et ses hauts (mé)faits, parcourez donc le roman que lui a consacré Edgar Wallace. Mais ne croyez pas que vous en serez en définitive plus avancé pour ne pas devenir la victime de ce rapace de haut vol !

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Noailles Anna de – Les Éblouissements

Les Éblouissements - Anna de Noailles - Bibliothèque numérique romande - photo Anne Van de Perre Arc-en-ciel d'orage sur le SalèveNoailles Anna de – Les Éblouissements (poésie) : On parle souvent, à propos d’Anna de Noailles, de néo-romantisme, voire de romantisme attardé… C’est bien mal connaître le romantisme, et connaître plus mal encore la poésie de cette femme inspirée et de ce recueil qui résume si bien sa vie et ses émotions ! La vie d’abord, et la nature dans laquelle tous les sens de la poétesse sont en éveil ! Elle évoque la lumière, les parfums, à différentes saisons, la joie d’être là à observer et ressentir. Puis la beauté de divers lieux où elle a passé ou vécu, comme Amphion au bord du Léman, et des lieux rêvés aussi… Les jardins sont le lieu où elle se sent vivre et renaître après ses profonds désespoirs : elle excelle à exprimer les odeurs de toutes ces fleurs, ces lumières. Mais ces bonheurs sont épuisants, oppressants ; elle souffre, et songe souvent à la mort et au suicide.

Romantisme, alors ? Certes, Anna de Noailles livre ici des poèmes lyriques dont les cris sont sensuels et les soupirs angoissés. Certes, une tristesse infinie habite cette femme pleine de langueur qui mourra à 56 ans, adulée par Marcel Proust, Musset et bien d’autres écrivains. Certes, on trouve de l’emphase et de la démesure dans ses Éblouissements, comme dans bien des poèmes de Victor Hugo. Bien sûr, égocentrisme et sensualité fleurissent dans ses poèmes, comme dans de nombreux textes de Stendhal. Effectivement elle fait preuve d’une virtuosité qui fait penser à Théophile Gautier jeune. Et il est sûr qu’elle apparaît continuellement égarée dans ses propres tourments, sa hantise de la mort, comme Gérard de Nerval !…

Mais on pense également à Baudelaire car, dans les Éblouissements aussi, « les parfums, les couleurs et les sons se répondent »… Elle rappelle encore Proust, car elle explore comme lui – et avec quel raffinement – les richesses les plus intimes de son moi, les faisant exploser dans ses vers comme les plus brillantes fleurs des feux d’artifice.

Ce même Proust n’a-t-il pas consacré à la comtesse de Noailles et à ses Éblouissements, dans le Figaro du 15 juin 1907, un long article, fort élogieux, où il souligne qu’elle est « à la fois l’auteur et le sujet de ses vers », et qu’« elle sait être alors en une même personne Racine et sa princesse, Chénier et sa jeune captive »…

Alors laissez Anna de Noailles venir à vous, « portant sur [elle] la douce odeur des mondes et tenant les fleurs de l’été, accueillez-[la] [un] soir dans l’ombre où se confondent l’héroïsme et la volupté » : vous ne le regretterez pas !

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT