Jean Bart et Louis XIV (livres IV-VI)

Jean Bart et Louis XIV (livres IV-VI) : Nous avions laissé Jean Bart, à la fin du premier tome de cet ouvrage dans la marine marchande hollandaise. Or, la guerre entre la France et la Hollande éclate, et il rejoint en catastrophe les rangs français. En effet, le roi d’Angleterre Charles II et Louis XIV ayant conclu une alliance pour envahir la Hollande, les préparatifs de guerre sont fébriles. C’est l’occasion pour l’auteur de peindre de grandes fresques, avec la mer et l’horizon en toile de fond, et de splendides navires au premier plan. Nous découvrons l’importance de la météo dans ces combats, le brouillard, le vent, l’absence de vent… Et bien sûr, pas de téléphone à cette époque, d’où une multitude de stratégies de communication (hormis bien sûr les courriers manuscrits), les mouvements des pavillons et autres drapeaux pour signifier un ordre. Et, concernant cette bataille (1672), nous lisons une analyse détaillée des récits anglais, puis français, puis hollandais, mettant en évidence un certain évitement de la France, comme si elle avait surtout cherché à préserver ses navires et à observer de loin les deux armées s’entre-détruire. On assiste là à une tentative de désinformation qui n’est pas sans rappeler l’actualité…

À l’issue de ces combats, la France ayant dans un même temps envahi par voie terrestre la Hollande, le peuple des Sept-Provinces, épuisé par la guerre, se soulève et met à mort les frères de Witt à l’issue d’une mascarade de procès. L’armée de Louis était dirigée par un homme ambitieux, Louvois, qui avait besoin de la guerre pour asseoir sa propre autorité, favorisant l’ascension de Guillaume d’Orange qui est ainsi rétabli dans ses charges héréditaires sur la Hollande.

En France, vinrent ensuite les flagorneries des poètes qui racontèrent ces atrocités en les travestissant et en louant fort Louis. Même le pape se réjouit de cette victoire.

Puis le récit nous emmène dans la guerre de Messine, en Sicile, où l’incurie du vice-roi envoyé par Louis mène à la catastrophe. Jusqu’à la décision soudaine du retrait des forces armées de cette région. Dans le même temps, la volonté expansionniste de la France s’étend aux côtes orientales des Amériques, et en particulier aux Antilles. Ici aussi, les combats font rage avec les Hollandais, qui veulent également s’installer dans cette zone du monde.

Téléchargements : ePUBPDFPDF (Petits Écrans)Kindle-MOBIHTMLDOC/ODT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *