Guillaume James - Bakounine : Notice biographique - Bibliothèque numérique romande - Maquette Laura Barr-.WellsGuillaume James – Bakounine : Notice biographique: James Guillaume, un militant libertaire suisse dans l’Internationale, écrivain et traducteur (nous avons publié sa traduction de Gottfried Keller Les Gens de Seldwyla) a toute sa place parmi les auteurs romands de la Bibliothèque numérique romande. Fils de George, fabricant en horlogerie puis conseiller d’État neuchâtelois, et de Marie Suzanne Glady, né à Londres en 1844, il fonde en 1866, avec Constant Meuron, la section locale de l’Internationale dont il devient l’un des principaux dirigeants dans le Jura. Gérant de l’imprimerie paternelle à Neuchâtel (1869-1872), gagné aux idées de Bakounine, il contribue grandement à la création de la Fédération jurassienne avec Bakounine à partir de 1872.

Exclu pour cette raison de l’Internationale, poursuivi et condamné en Suisse, il part à Paris en 1878, rompt tous ses contacts politiques et participe activement à la création de l’école de la Troisième République aux côtés de Ferdinand Buisson. Il s’est imposé comme un passeur de pédagogie par ses travaux de vulgarisation sur l’histoire de l’éducation, publiés notamment dans le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. Après 1897, à la suite de la mort de sa fille Marguerite il retourne quelques temps en Suisse. Sa rencontre avec Jean Jaurès et l’intérêt de la nouvelle génération syndicale l’encouragent à publier ses souvenirs et à renouer progressivement avec le militantisme. Déçu par l’évolution des socialistes français, il s’identifie au mouvement syndical, en particulier à la CGT, dont il défend les thèses antiréformistes et d’actions directes. Il collabore à de nombreux journaux ouvriers, notamment à la Voix du Peuple de Lausanne. Son opposition au socialisme et aux sociaux-démocrates allemands se renforce à l’approche de la guerre. Il se range sans hésitation dans le camp des ennemis de l’Allemagne et approuve le ralliement de la CGT à l’union sacrée. Il quitte Paris en décembre 1914 pour venir se soigner en Suisse. Il décède à Préfargier en 1916 et est inhumé au Cimetière Montparnasse. (sources : Cyrille Gigandet Dictionnaire historique de la Suisse, Hypothèse, Wikipédia)

Cette biographie très documentée sur son ami Bakounine écrite en 1907 à l’occasion de la parution du tome II de ses œuvres complètes, que James Guillaume coédite avec Max Nettlau, met en évidence, en dehors de son intérêt historique, les liens étroits de Bakounine avec la Suisse.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF (Petits Écrans) – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Pin It on Pinterest

Share This