Edgar Wallace
Richard Horacio Edgar Freeman)

LES TROIS
JUSTICIERS

 (The Three Just Men)
Traduction et adaptation : J.-P. BELIN

1928 (1926)

édité par la bibliothèque numérique romande

www.ebooks-bnr.com

 

 


Table des matières

 

CHAPITRE PREMIER  LA FIRME « OBERZOHN ». 4

CHAPITRE II  LES TROIS HOMMES DE LA RUE CURZON   14

CHAPITRE III  LA VENDETTA.. 23

CHAPITRE IV  OU LE SERPENT PARAÎT. 30

CHAPITRE V  LA STATUETTE D’OR.. 36

CHAPITRE VI  CHESTER SQUARE. 44

CHAPITRE VII  PERSUASION.. 52

CHAPITRE VIII  LA MAISON D’OBERZOHN.. 60

CHAPITRE IX  AVANT QUE LA LUMIÈRE NE S’ÉTEIGNE  66

CHAPITRE X  QUAND LA LUMIÈRE S’ÉTEIGNIT. 69

CHAPITRE XI  GURTHER.. 76

CHAPITRE XII  LES THÉORIES DE LÉON.. 79

CHAPITRE XIII  LE RETOUR DE MIRABELLE. 88

CHAPITRE XIV  UNE CURIEUSE ENTREVUE. 94

CHAPITRE XV  RATH HALL. 100

CHAPITRE XVI  ÉCRIT EN BRAILLE. 111

CHAPITRE XVII  HISTOIRE DU MONT D’OR.. 118

CHAPITRE XVIII  À HEAVYTREE. 124

CHAPITRE XIX  LE RAPPORT DE GURTHER.. 131

CHAPITRE XX  LE LIVRE DE COMPTES. 137

CHAPITRE XXI  DANS LE SOUS-SOL DE L’USINE. 142

CHAPITRE XXII  LE COURRIER.. 149

CHAPITRE XXIII  DANS LE TRAIN DE NUIT. 157

CHAPITRE XXIV  EN CAPTIVITÉ. 162

CHAPITRE XXV  LE DILEMME DE M. NEWTON.. 171

CHAPITRE XXVI  AU THÉÂTRE. 182

CHAPITRE XXVII  GURTHER AU TRAVAIL. 186

CHAPITRE XXVIII  JOAN PRISONNIÈRE. 196

CHAPITRE XXIX  CE QUE LES CAISSES CONTENAIENT  201

CHAPITRE XXX  RECHERCHES. 209

CHAPITRE XXXI  LE SIÈGE. 219

CHAPITRE XXXII  LE TUBE DE MORT. 230

Ce livre numérique. 233

 

CHAPITRE PREMIER

LA FIRME « OBERZOHN »

On offre 52o livres sterling par an pour petits travaux de laboratoire faciles. On voudrait jeune femme possédant notions élémentaires de sciences. Titres scientifiques inutiles. On donnerait préférence à personne appartenant à un milieu scientifique. Répondre par lettre. Annonce n° 0754. Les frais de voyage seront remboursés aux candidates dans un rayon de 15o kilomètres de Londres.

 

Mirabelle Leicester trouva un matin dans l’antichambre d’Heavytree cette annonce marquée au crayon bleu dans un journal expédié à son nom. Elle pensa qu’un ami bien intentionné le lui avait envoyé, car elle cherchait une situation.

— Merveilleux ! dit Mirabelle dont la petite bouche s’ouvrit toute ronde d’étonnement.

Tante Alma, plongée dans son livre, sursauta et Mirabelle, suivant du doigt les lignes imprimées, poursuivait :

— Mais je suis jeune, j’ai mon brevet supérieur, et papa appartenait au monde scientifique – et… Alma, nous sommes à cent quarante kilomètres de Londres !

— Mon Dieu !… dit tante Alma, dont l’extérieur en imposait généralement aux fournisseurs et aux domestiques bien qu’elle fût, en réalité, la plus douce des créatures.

— N’est-ce pas miraculeux ? reprit Mirabelle. Voilà qui va résoudre tous nos problèmes ! Nous laisserons la ferme à Mark, nous habiterons l’appartement de Bloomsbury, nous irons au théâtre une ou deux fois par semaine…

Alma relisait l’annonce pour la seconde fois.

— Cela paraît avantageux, dit-elle d’un ton pénétré, bien qu’il me soit pénible d’admettre que vous deviez travailler… votre cher père…

— Je pars pour Londres immédiatement, et je saurai ce soir même, à quoi m’en tenir, dit Mirabelle d’une voix décidée.

Alma n’était rien moins que rassurée. Londres était à ses yeux, un lieu de perdition. Elle n’y avait été qu’à son corps défendant.

— Je n’y suis pas retournée depuis des années, ma chère, depuis le temps de ces fameux « quatre Justiciers », dit-elle, et Mirabelle entendit, une fois de plus, la vieille histoire.

— Ils terrifiaient Londres ; on ne pouvait sortir la nuit sans risquer sa vie, et, quand on pense qu’ils ont été acquittés !… c’est simplement encourager le crime…

— Tante Alma, dit Mirabelle, répondant inlassablement de même. Peut-on appeler criminels des hommes qui consacrent leur vie et leur fortune à punir ceux que la police laisse échapper sans parler de tous les services qu’ils rendirent pendant la guerre ? Ils ne sont plus que trois. J’aimerais les rencontrer ; ils doivent être si intéressants !

Tante Alma fit une grimace qui la rendit si affreuse que Mirabelle détourna son regard.

— En tout cas, ils ne sont pas à Londres maintenant, chérie, et vous pouvez dormir sur vos deux oreilles.

— Et ce serpent ? demanda Mlle Alma Goddart d’un ton sinistre.

Six millions de Londoniens, chaque matin, dès leur réveil, ouvraient le journal, anxieux des dernières nouvelles concernant le Serpent. Dix-huit quotidiens s’efforçaient de démontrer aux lecteurs que cet effroi général était vraiment enfantin, tout en se livrant à des commentaires désobligeants sur les tendances névropathiques de la génération.

Ils publiaient aussi de temps en temps, des détails sur les mœurs inoffensives du « Mamba noir » et tâchaient de rassurer l’opinion publique.

Ce reptile, le plus venimeux de tous les serpents africains, s’était échappé du jardin zoologique par une nuit froide et brumeuse de mars. Cette information aurait dû logiquement être suivie, dès le lendemain, de la nouvelle de la mort de l’animal. On aurait dû trouver quelque part son corps, puisqu’il est avéré qu’aucun reptile de cette famille ne peut vivre dans une température inférieure à 75° Fahrenheit.

Or, aucun journal n’avait jamais publié cette seconde information qui eût été si réconfortante…

Mais, le 2 avril, un agent de police trouva le cadavre d’un homme dans le renfoncement d’une porte. C’était un agent de change bien connu et riche. Il se nommait Emmett.

Il portait au visage deux petites marques rouges. Un éminent praticien appelé à donner son avis, déclara que la mort était due à une morsure de serpent – d’un serpent particulièrement venimeux.

La nuit était glacée. M. Emmett avait été au théâtre, seul. Le chauffeur témoigna qu’il avait laissé son maître aussi bien portant que de coutume, à sa porte. La clef était encore dans la main du cadavre.

L’enquête n’apporta aucune lumière sur cette affaire mystérieuse. De grosses sommes qu’il avait retirées de sa banque depuis six mois avaient disparu.

Londres se remettait à peine de cette émotion, quand le serpent attira de nouveau l’attention de tous. Il s’était, cette fois, attaqué à une proie des plus humbles.

Un ancien forçat, nommé Sirk, sans feu ni lieu, fut aperçu par un gardien de Hyde Park, au moment où il s’effondrait près d’une statue. L’homme était mort quand le gardien arriva près de lui. Personne aux alentours et pas trace de reptile.

C’était le poignet que le serpent avait marqué de ses deux piqûres meurtrières.

Un mois plus tard, il y eut une troisième victime.

Un digne employé de la Banque d’Angleterre fut trouvé inanimé dans un train de banlieue et, à l’hôpital où il fut transporté, on reconnut une fois de plus que la mort était due à la morsure d’un serpent des plus venimeux.

Voilà pourquoi ce serpent avait pris figure d’épouvantail, si bien que sa sinistre légende s’était répandue partout et jusqu’au cottage d’Heavytree.

— Sornettes que tout cela, dit Mirabelle qui ne put cependant réprimer un petit frisson.

— C’est pure vérité, répondit laconiquement Alma.

Une heure plus tard, Mirabelle remettait une lettre au facteur du village.

Et ceci fut le début de l’aventure qui devait bouleverser tant de vies et de fortunes, qui faillit amener la perte des « Trois Justiciers » et qui fit de Londres un véritable champ de bataille.

Le troisième jour apporta la réponse. Elle était écrite à la machine et rédigée dans un anglais douteux, ce que l’en-tête du papier expliquait :

 

OBERZOHN ET SMITH

négociants-exportateurs

 

Dès le lendemain. Mirabelle se rendit à l’adresse indiquée.

Mirabelle ne trouva personne à la porte et attendit une dizaine de minutes avant que le jeune homme chargé d’introduire les clients daignât s’apercevoir qu’elle était entrée.

Elle fit une curieuse remarque : tous les employés de cette maison paraissaient taillés sur le même modèle : ils étaient grands et lourds, inexpressifs.

Quand elle s’approchait deux, ils semblaient s’arracher à quelque grave besogne pour lui répondre. Elle pensait avoir affaire à des Allemands. Mais elle sut plus tard que, patrons et employés, étaient Suédois.

Conformément aux traditions de la maison, le jeune homme pâle à lunettes se contenta de faire signe à Mirabelle de le suivre : il la fit passer dans une grande pièce où, assis devant six bureaux alignés derrière une grille, six employés écrivaient fiévreusement, tellement absorbés qu’ils ne levèrent même pas la tête au passage de la jeune fille.

Une carte d’Afrique pendait au mur. Dans un coin, on voyait une douzaine de grandes défenses d’éléphants, soigneusement étiquetées. Dans une vitrine se trouvait un modèle réduit de bateau à vapeur, dans une autre une idole de bois, grossièrement sculptée.

L’employé s’arrêta devant une lourde porte de palissandre et frappa. Une voix répondit et il s’effaça pour laisser passer la jeune fille.

C’était une pièce immense et qui le paraissait d’autant plus qu’elle était peu meublée : en effet, une minuscule table à écrire en ébène, deux petites chaises et une longue armoire noire, formaient tout le mobilier. Les murs étaient recouverts de papier doré. Quatre poutres peintes en rouge, tranchaient sur un plafond noir, et le sol était recouvert d’un épais tapis pourpre. Au-dessus de la cheminée, un rouleau de papier, une carte sans doute, était suspendu ; une corde terminée par un gros gland semblait destinée à le dérouler le long du mur.

Un peu surprise au premier abord par l’aspect inattendu de ce décor. Mirabelle, sur un signe de son guide, s’avança vers un homme qui se tenait le dos au feu.

Il était grand et grisonnant. Son front, démesuré. Le visage long et terne était couvert d’une multitude de rides et de lignes qui s’entre-croisaient. Mirabelle au premier abord lui donna cinquante ans, mais, quand il parla, elle s’aperçut vite qu’il était bien plus âgé.

— Mlle Mirabelle Leicester ?

Son anglais n’était pas irréprochable.

— Asseyez-vous, je vous prie. Je suis le docteur Eruc Oberzohn. Je ne suis pas Allemand. J’admire les Allemands, mais je suis Suédois. Comprenez-vous ?

Elle sourit de ce discours. Et le sourire de Mirabelle Leicester eût pu faire oublier à tout autre homme qu’au docteur Eruc Oberzohn les plus graves affaires du monde.

Elle n’était pas très grande, mais elle semblait l’être, tant étaient heureuses les proportions de son corps. Son visage, ses yeux gris clair évoquaient la campagne, les vergers en fleurs, les frais ruisseaux murmurant sous les haies d’aubépine. Et toute la lumière d’avril semblait briller dans ses prunelles.

Si le docteur Oberzohn avait été Allemand il eût certainement été frappé de tout cela, mais il n’était que Suédois et ses yeux ne voyaient qu’une jeune fille en tailleur bleu, coiffée d’un petit chapeau rond, dont le bord ombrageait les yeux.

— Avez-vous l’habitude des choses scientifiques ? reprit-il.

Mirabelle secoua la tête.

— Non, confessa-t-elle avec regret.

— Mais votre père était un savant.

Elle acquiesça.

— Naturellement, pas un grand savant, précisa-t-il. L’Angleterre et l’Amérique n’en produisent jamais. Ne me parlez pas de vos Edison et de vos Newton… c’étaient des esprits incomplets, lourds. Ils n’avaient pas le feu sacré.

Elle était quelque peu surprise, mais amusée. Ce calme mépris pour de tels génies était évidemment sincère.

Il s’assit derrière le petit bureau.

— Parlez-moi de vous-même, dit-il.

— J’ai peu de chose à vous dire, docteur Oberzohn. Je vis avec ma tante à Heavytree, près de Gloucester. Nous avons un appartement à Londres. Nous ne sommes pas très riches et… je crois que c’est tout.

— Continuez, je vous prie. Dites-moi quelles ont été vos impressions quand vous avez reçu ma lettre. Je désire connaître votre état d’âme. C’est ainsi que je forme mes opinions. C’est grâce à la psychologie que j’ai fait fortune.

Mirabelle s’attendait bien à diverses épreuves, à des questions sur ses connaissances scientifiques, par exemple, ou à un essai sur la machine à écrire (qu’elle redoutait d’ailleurs), mais jamais elle n’avait pensé à cet examen de psycho-analyse.

— Je peux seulement vous dire que je fus surprise, et l’expression de son visage dut en dire fort long à l’observateur passionné de la nature humaine que le docteur Oberzohn prétendait être. Naturellement les honoraires me tentaient : dix livres par semaine me semblent un prix si élevé que je ne pense pas être qualifiée…

— Vous êtes qualifiée, interrompit-il d’une voix coupante. J’ai besoin d’une secrétaire pour mes travaux de laboratoire et vous êtes particulièrement qualifiée – il hésita une seconde et poursuivit – en raison de votre culture générale. Vos occupations vont commencer tout de suite, et désignant un coin de la pièce : je vais vous indiquer, dit-il, ce que vous aurez à faire.

Le front démesuré, le nez bulbeux, la bouche tordue, tout dans son visage, remuait à la moindre parole. La peau du front était tour à tour tendue ou creusée de mille plis ; le bout du nez devenait ridiculement mobile et faisait paraître encore plus fixes ses petits yeux enfoncés dans l’orbite.

Mirabelle n’avait-elle pas déjà rencontré quelque part ce regard brun et pathétique ? Que lui rappelait-il donc ? Ces dernières paroles l’effrayèrent.

— Oh ! je ne peux pas rester dès aujourd’hui, dit-elle en hâte.

— Dès aujourd’hui ou jamais, dit-il d’un ton rude.

L’alternative était cruelle. Le salaire était plus que désirable, il était nécessaire. En effet, entre les mains maladroites d’Alma, la petite propriété ne rapportait presque rien et les revenus diminuaient chaque année. Une affaire dans laquelle une grande partie de leur fortune était engagée, avait suspendu le paiement des dividendes et elles avaient dû renoncer cette année à faire aucun voyage.

— Je commencerai donc dès maintenant, dit Mirabelle résolument.

— C’est bien, c’est ce que je désirais.

Il se leva, ouvrit une porte qui donnait dans une petite pièce où il la fit entrer.

Elle avait déjà vu des laboratoires mais jamais d’aussi luxueux : des bocaux de porcelaine et de verre taillé portaient en lettres gravées les indications de leur contenu ; des vitrines étaient remplies d’instruments délicats, soigneusement rangés ; des machines électriques d’aspect terriblement compliquées ; elle en trembla. Tout cela était si beau, si neuf, si impressionnant… si elle allait casser quelqu’un de ces jolis bocaux… et puis, elle sentait brusquement effacé de son cerveau le peu de sciences qu’elle avait jamais su… Assez inquiète, elle demanda :

— Et que dois-je faire ?

Chose curieuse, le docteur, à ce moment, parut aussi embarrassé que Mirabelle.

— Vous allez… d’abord les quantités : dans chaque bocal, dans chaque tube, il y a une certaine quantité de liquide. Ma dernière secrétaire était désordonnée et stupide. Elle ne tenait pas de livre… parfois, quand je venais chercher quelque chose… il n’y en avait plus… épuisé. C’était vraiment déplorable.

— Vous désirez que je tienne tout cela en ordre ? demanda-t-elle sentant l’espoir lui revenir devant la simplicité de la tâche.

Les poids et les mesures étaient alignés comme des soldats en bataille. Tout reluisait ; il régnait une odeur de vernis comme si la peinture des murs était à peine sèche.

— Oui, c’est tout, dit l’homme au long visage, et, sortant un portefeuille de sa poche il y prit dix billets.

— Dix livres, dit-il, laconique. Nous payons toujours d’avance. Il y a encore une chose que je désire savoir : À propos de votre tante, est-elle à Londres ?

— Non, elle est à la campagne. Je pensais rentrer cet après-midi et si… j’avais été engagée nous serions revenues demain nous installer à Londres.

Il continuait à mordiller ses lèvres et elle ne pouvait s’empêcher d’observer son front tout ridé.

— Sans doute va-t-elle s’inquiéter si vous restez à Londres cette nuit ? demanda-t-il.

Elle sourit.

— Non, il m’est déjà arrivé de passer quelque temps seule dans notre appartement. Je vais lui télégraphier de venir me rejoindre par le premier train.

— Attendez, dit-il, et il prit sur son bureau une formule télégraphique.

— Écrivez votre dépêche, je vais la faire porter par un employé.

Elle remercia, prit le papier, et écrivît.

Quand elle eut terminé, le docteur se chargea de la dépêche et s’inclina. Au moment de franchir la porte il s’inclina de nouveau et sortit en la fermant derrière lui.

Heureusement pour son repos d’esprit. Mirabelle n’eut pas l’occasion de consulter son patron, ni le désir d’ouvrir la porte. S’il en eût été autrement, elle se serait aperçue qu’elle était enfermée.

Quant au télégramme qu’elle avait écrit, il n’en restau plus qu’un peu de cendre grise dans une cheminée.

CHAPITRE II

LES TROIS HOMMES DE
LA RUE CURZON

La maison qui portait le numéro 233 de la rue Curzon était petite et simple. Flanquée de constructions modernes dont les nombreux étages dominaient son modeste toit, elle ressemblait à un petit homme oppressé par la foule et incapable de s’en dégager. Tout dans son apparence évoquait l’humilité et la résignation.

Elle n’était certes pas digne de subsister dans un si beau quartier. Cependant, la requête des propriétaires voisins, tendant à « faire interdire au nommé Georges Manfred l’exercice de sa profession, à savoir, la direction de l’Agence de recherches privées « Triangle », située 233, rue Curzon, à Westminster (Middlesex), avait été repoussée par un jugement que le Times avait publié tout au long.

Et le petit triangle argenté restait fixé à la porte qui continuait à s’ouvrir aux clients – assez rares à la vérité, car Georges Manfred ne voulait s’occuper que de ceux qui lui offraient des affaires dignes de lui.

C’était un homme grand, imposant, avec un visage de patricien et des épaules d’athlète : son élégance eut été la meilleure des réclames pour un tailleur chic. Il avait peu de relations.

Le docteur Elver, chirurgien de Scotland Yard, venait quelquefois rue Curzon : il exposait à Georges Manfred ses idées personnelles sur le serpent. On l’écoutait en silence.

À part lui et un membre de la Commission de la Police qui arrivait parfois à l’improviste pour fumer sa pipe et parler des choses d’autrefois, les visiteurs étaient rares.

On connaissait bien le chauffeur-valet de chambre. Au garage on l’avait surnommé « Foudroyant » et l’on pensait généralement que cet homme au fin visage et aux yeux perçants finirait tôt ou tard comme finissent les chauffeurs qui prennent les pires virages à 90 kilomètres à l’heure.

Le maître d’hôtel de M. Manfred était moins connu. C’était un étranger robuste et silencieux même avec la cuisinière et la femme de chambre qui venaient tous les matins à huit heures et s’en allaient le soir à six.

M. Manfred dînait toujours hors de chez lui.

On n’était reçu rue Curzon que sur rendez-vous ; l’arrivée imprévue de M. Sam Barberton fut donc aussi anormale que possible.

Il sonna au moment même où les domestiques s’en allaient. Elles l’introduisirent dans l’entrée et allèrent, en hâte, prévenir le maître d’hôtel.

Le visiteur était un petit homme gros et court, au visage rouge : son crâne était à la fois gris et chauve. Ses vêtements n’étaient pas élégants : il avait le parler rude. Cependant le maître d’hôtel comprit que ce n’était pas là un ouvrier quelconque. Ses bottines étaient d’une coupe particulière et le cuir en paraissait racorni par le soleil.

— Je désire voir le directeur du « Triangle », dit-il en sortant de sa poche un morceau de journal.

Le maître d’hôtel le prit sans mot dire.

C’était un extrait du Journal du Cap. Il l’eût du reste reconnu à la seule typographie, car le maître d’hôtel était très au courant de ces choses.

— J’ai peur que vous ne soyez pas reçu par M. Manfred si vous n’avez pas de rendez-vous, dit-il d’une voix bien douce pour un homme d’aspect aussi rébarbatif.

— J’ai décidé de le voir, devrais-je attendre ici toute la nuit, répondit l’homme en s’installant dans un fauteuil d’un air têtu.

Le maître d’hôtel ne sourcilla pas. Il eût été impossible de dire s’il était fâché ou amusé.

— J’ai pris cela dans un journal que j’ai trouvé à bord de la Benguella qui est à quai à Tilbury, depuis cet après-midi – et me voici. D’abord, je ne pensai pas venir, mais un Portugais qui a un nom de cigare – Villa – me dit : « À quoi bon aller à Londres quand tout peut s’arranger ici à bord. » Mais je me méfie des Portugais…

Avant que le maître d’hôtel eût compris son intention, l’homme avait retiré une de ses étranges chaussures – il n’avait pas de chaussette et montrait la plante de son pied. La chair en était toute striée et marquée de cicatrices dont le maître d’hôtel comprit vite la cause.

— Des Portugais… ou des métis portugais peut-être, disait le visiteur en remettant sa chaussure, me brûlèrent ainsi pour me faire parler et ils m’auraient certainement tué si un Américain ne m’avait retiré de leurs mains. Cet Américain m’a ensuite ramené à la ville.

— Où donc cela se passait-il ? demanda le maître d’hôtel.

— Aux Massamades. J’étais sur un bateau qui nous conduisait à Borna, et à l’escale comme un imbécile je suis descendu pour voir le pays. Le capitaine m’avait pourtant prévenu…

— Et que voulait-on vous faire dire ?

— Êtes-vous le directeur ? demanda le visiteur avec un regard plein de suspicion.

— Non, je suis le maître d’hôtel de M. Manfred. Qui dois-je lui annoncer ?

— Barberton, M. Samuel Barberton. Dites-lui que j’ai besoin de savoir certaines choses, en particulier, l’adresse d’une jeune fille. Mlle Mirabelle Leicester. Et puis, j’ai encore autre chose à lui apprendre : une nuit, ces Portugais s’enivrèrent et parlèrent devant moi d’une maison qu’ils ont en Angleterre et qui, en réalité, est une forteresse…

Sous prétexte d’essuyer une poussière imaginaire, le maître d’hôtel, en se baissant, avait pu s’assurer que s’il répandait une forte odeur de tabac, l’homme ne sentait pas le vin. Il n’était pas ivre.

— Voulez-vous avoir l’obligeance d’attendre un instant ? dit-il, et il disparut dans l’escalier.

Il revint peu après et pria le visiteur de le suivre.

— Voici M. Barberton, monsieur, dit le maître d’hôtel en introduisant le visiteur dans une petite pièce que de grands rideaux gris, suspendus derrière le bureau empire de Manfred, rendaient plus petite encore.

— Asseyez-vous, monsieur Barberton, dit celui-ci en indiquant un siège. Il paraît que vous avez une histoire extraordinaire à me raconter ? Vous êtes du Cap ?

— Non, répondit Barberton : je n’ai jamais été au Cap de ma vie !

— Alors, si vous voulez bien me dire…

— Oh ! je n’ai pas l’intention de vous en dire bien long, interrompit grossièrement Barberton : il y a peu de chances pour que je dise à un étranger ce que je n’ai pas voulu confier à Elijah Washington, qui m’a sauvé la vie !

Manfred ne se froissa pas de cette attitude. Bien souvent déjà, dans cette pièce, des clients avaient témoigné quelque répugnance au moment de faire les confidences nécessaires. Il avait l’impression que cet homme original gardait le meilleur pour la fin et il était curieux de connaître le but exact de sa visite.

Barberton rapprocha son fauteuil du bureau et s’y accouda.

— C’est comme ça, monsieur. C’est un secret qui ne m’appartient pas… tout en m’appartenant. Or, il vaut une fortune. M. Elijah Washington le savait, et il tenta de me faire parler… et Villa sans doute organisa un guet-apens pour me brûler les pieds, mais… je n’ai jamais rien dit. Ce que je désire, c’est que vous trouviez Mlle Leicester et que vous fassiez vite, car la chose est pressante.

Les yeux de Manfred luisaient d’un sourire amusé.

— Vous nous demandez donc de trouver Mlle Leicester ?

L’homme secoua énergiquement la tête.

— Avez-vous la moindre idée de l’endroit où elle peut être ? A-t-elle de la famille en Angleterre ?

— Je ne sais pas, répondit l’homme. Tout ce que je peux dire c’est qu’elle doit vivre quelque part près d’ici, et que son père mourut, il y a trois ans, le 20 mai. Prenez-en note. Il mourut le 20 mai, en Angleterre. C’était une importante information qui devait faciliter les recherches.

— Et vous devez aussi m’entretenir d’une forteresse, n’est-ce pas ? reprit Manfred.

— J’en avais l’intention, mais… je crois que j’attendrai d’avoir retrouvé la jeune fille. N’oubliez pas… Et il frappa sur la table pour donner plus de force à ses paroles, n’oubliez pas que c’est urgent, que la bande est acharnée et violente.

— Quelle bande ?… demanda Manfred intéressé.

Il connaissait plusieurs bandes et il aurait désiré savoir si son interlocuteur voulait parler d’une de celles qui occupaient son esprit.

— La bande dont je parlais, dit Barberton qui pesait chacun de ses mots dans la crainte de se trahir.

Il se leva et d’un air gauche, fouilla dans ses poches.

Manfred devinant son intention lui dit :

— Vous ne me devez rien. Si nous pouvons vous fournir le renseignement au sujet de Mlle Leicester nous vous demanderons de nous indemniser de nos frais.

— Mais je peux payer, reprit Barberton.

— Et nous pouvons attendre, répondit, Manfred avec le même sourire amusé qui déjà avait paru sur ses lèvres.

Pourtant Barberton ne bougeait pas.

— Il y a autre chose que je voudrais vous demander. Vous êtes au courant de tout ce qui se passe dans la région ?

— Pas absolument de tout, répondit l’autre avec une parfaite gravité.

— Avez-vous jamais entendu parler des « Quatre Justiciers » ?

— Des quatre ?…

— Les « Quatre Justiciers » – ou plutôt en réalité les trois. Je serais curieux d’approcher ces oiseaux-là.

Manfred secoua la tête.

— Oui, j’en ai entendu parler, dit-il.

— Ils sont en Angleterre pour le moment. Ils ont été acquittés – j’ai lu cela, justement dans le journal du Cap où j’ai trouvé votre annonce et votre adresse.

— La dernière fois que j’ai entendu parler d’eux, dit Manfred en se dirigeant vers la porte et qu’il ouvrit, on disait qu’ils étaient en Espagne. Pourquoi donc voudriez-vous les connaître ?

— Parce que… la bande en avait une peur affreuse : voilà pourquoi.

Manfred reconduisit son client jusqu’au palier ; au moment de le quitter :

— Vous oubliez une chose importante, dit-il en souriant, mais il ne faut pas vous en aller sans me l’avoir confiée. Quelle est votre adresse ?

— Hôtel Petworth, rue de Norfolk.

Barberton descendit l’escalier et trouva le maître d’hôtel qui l’attendait dans le vestibule pour lui ouvrir la porte. Croyant se conformer aux bonnes manières, il glissa une pièce de monnaie dans la main du domestique qui s’inclina profondément.

La porte fermée, celui-ci monta au bureau où Manfred, assis sur la table empire, allumait une cigarette. Le valet-chauffeur était sorti de derrière le rideau gris et avait pris la chaise laissée vacante par Barberton.

— Il m’a donné une demi-couronne, le brave type, dit Poiccart, le maître d’hôtel. Il est sympathique, n’est-ce pas, Georges ?

— J’aurais aimé voir ses pieds, dit le chauffeur, dont le nom était Léon Gonsalez.

— Il vient du Sussex et il doit y avoir quelque tare dans son hérédité. Le pariétal gauche est légèrement aplati et son visage est asymétrique.

— Que pensez-vous du mystère de M. Barberton ? dit Léon prenant une cigarette dans l’étui d’or ouvert sur la table.

Georges Manfred hocha la tête.

— Il a été bien vague et un peu incohérent dans son désir d’être discret.

— Barberton redoute quelque danger, dit Poiccart, observateur avisé, il avait une arme sous son manteau, l’avez-vous remarqué ?

Georges hocha la tête.

— Primo, il faut savoir quelle est cette bande, secundo qui est Mlle Leicester ; tertio, pourquoi ils ont brûlé les pieds de Barberton… je crois que ce sont les trois questions essentielles.

Le visage intelligent de Gonsalez sortit d’un nuage de fumée.

— Je vais répondre à certaines de vos questions et en poser une de plus, dit-il. Mirabelle Leicester a été engagée aujourd’hui par Oberzohn, comme secrétaire, pour son laboratoire.

Georges Manfred fronça les sourcils.

— Son laboratoire, je ne savais pas qu’il en avait un !…

— Il n’en avait pas il y a trois jours. Un expert l’a créé de toutes pièces en y travaillant jour et nuit pendant soixante-douze heures, à seule fin de procurer à Oberzohn un motif plausible pour engager Mirabelle Leicester. Vous m’avez chargé d’obtenir quelques renseignements au sujet de cette curieuse annonce qui nous avait tous étonnés lundi. Elle était destinée à attirer Mlle Leicester dans l’établissement Oberzohn. Nous avions eu raison de penser que cette annonce cachait quelque chose. J’ai veillé pendant deux jours dans le voisinage. Mlle Leicester fut seule à se présenter – on n’avait répondu qu’à elle. Oberzohn a déjeuné avec elle aujourd’hui au Ritz-Carlton et elle doit passer la nuit à Chester Square.

Il y eut alors un silence : Poiccart le rompit :

— Et quelle est la question que vous voulez poser ? demanda-t-il avec douceur.

— Je crois la connaître, interrompit Manfred : Combien de temps reste-t-il à vivre à M. Samuel Barberton ?

— Exactement, répondit Gonsalez. Vous commencez à comprendre la mentalité d’Oberzohn.

CHAPITRE III

LA VENDETTA

L’homme qui, ce matin-là, entra chez Oberzohn sans s’être fait annoncer, était un modèle pour gravure de mode. Ses gants beurre frais, ses souliers vernis, son chapeau haut de forme n’auraient pas été déplacés au paddok d’Ascot, un jour de Grand Prix.

Il avait bon air quoiqu’un peu gras de visage, avec une petite moustache et un monocle. Les gens qui ne le portaient pas dans leur cœur – ils étaient nombreux – disaient que le capitaine Monty Newton avait un genre de beauté fade, mais ils se seraient bien gardés de le dire tout haut, car c’était un homme qu’il convenait de ménager. Il avait de la fortune, une propriété à la campagne, une maison à Chester Square, plusieurs autos. Il était de différents cercles. Personne ne savait comment il gagnait son argent ou de qui il pouvait l’avoir hérité. Il donnait de magnifiques réceptions, tenait de grosses parties avec une chance rare, surtout quand il prenait la banque chez lui, après les dîners somptueux qu’il offrait à ses amis dans sa maison de Chester Square.

— Bonjour, Oberzohn. Comment va Smith ?

Smith n’existait pas, mais c’était une de ses plaisanteries favorites.

Le docteur qui écrivait une dépêche leva la tête.

— Bonjour, capitaine Newton, dit-il.

Newton passa derrière Oherzohn et lut par-dessus son épaule le message adressé à Mlle Alma Goddard, Heavytree, Daynham, Gloucester :

 

Ai trouvé bonne situation. Ne peux revenir ce soir. Coucherai dans notre appartement de la rue Dougbty. Ne venez pas avant que je vous prévienne.

MIRABELLE LEICESTER.

 

— Elle est là, n’est-ce pas ? dit Newton en montrant la porte du laboratoire. Ce n’est pas cela du tout qu’il faut envoyer. Qui est Alma Goddart ?

— La tante, répondit Oberzohn. Je n’aurais pas expédié la dépêche avant de vous l’avoir montrée. Mon anglais est-il correct ?

Il céda la place à Newton qui s’assit au bureau après avoir soigneusement posé son chapeau, enlevé ses gants, et relevé les genoux de son pantalon.

Il prit une feuille et écrivit :

 

Décroché l’affaire. Hurrah ! ne venez pas avant que tout soit installé. Coucherai à la maison comme à l’ordinaire. Trop occupée pour écrire. Gardez mes lettres.

MIRABELLA.

 

— Voilà, dit le capitaine Newton, en regardant son œuvre avec satisfaction, il ajouta : Envoyez ça.

Il se leva et alla se chauffer les jambes devant le feu.

— Le plus difficile sera d’amener la dame à Chester Square, dit-il.

— Ou bien chez moi, dans ma petite maison, commençait Oberzohn.

— Elle y aurait horriblement peur ! dit Newton avec un rire épais, dans ce chenil ! Non, c’est chez moi qu’il faut qu’elle aille, ou nulle part. Je vais faire venir Juan tantôt pour qu’elles fassent connaissance. Quand la Benguella doit-elle arriver ?

— Cet après-midi. La personne a retenu une chambre à l’hôtel Petworth.

— Dans la rue Norfolk… l’un de nos hommes aura l’œil sur lui, ou peut-être Lisa ; oui, ce sera mieux – Ah ! quelle brute que ce Villa !… Naturellement l’homme est sur ses gardes, maintenant.

— Villa est le meilleur de mes agents de la Côte, répartit vivement Oberzohn qui ne pouvait souffrir qu’on critique son organisation ou ses employés.

— Comment vont les affaires ?

Le capitaine sortit de sa poche un élégant étui et alluma une cigarette avec un petit briquet de platine.

— Il n’y a que des dépenses, répondit Oberzohn d’un ton mécontent.

Oberzohn et Smith avaient fait jadis d’énormes affaires dans le commerce de l’alcool synthétique. Ils faisaient, entre autres choses du négoce aux colonies. Ils achetaient du caoutchouc et de l’ivoire qu’ils payaient en vêtements et en liqueurs ; ils vendaient secrètement des armes et faisaient naître des guerres entre les tribus indigènes, pour leur plus grand profit ; ils avaient financé deux révolutions chez les Portugais. L’activité de leur organisation s’était accrue en même temps que leur fortune ; des fusils sortaient en nombre de plus en plus importants des usines françaises et belges, car les insurrections kurdes, l’ambition des généraux chinois, et les politiciens sud-américains assuraient de précieux débouchés.

Dans toutes les contrées du monde, il y avait au moins un agent de O. et S. et les agents coûtent cher. Or, justement le monde entier semblait entrer dans une période de paix vraiment alarmante. Une tentative révolutionnaire venait d’échouer au Vénézuela ; la firme Oberzohn et Smitts n’avait pas été payée de deux cargaisons d’armes commandées par un général qui, deux jours après la livraison, avait été tué par les troupes du gouvernement contre lequel il se révoltait.

— Enfin, les choses s’arrangeront, et je pourrai punir comme il convient.

— Eruc… vous voilà encore qui pensez à Manfred, Gonsalez et Poiccart !… laissez-les donc tranquilles. Ils ne comptent pas !

— Ils ne comptent pas ! s’écria le docteur, subitement furieux. Les laisser tranquilles ! Et mon frère, mon pauvre frère !… je le vengerai…

Et saisissant le gland qui pendait au bout de la corde près de la cheminée, il déroula, non une carte, mais un portrait peint d’après une photographie.

C’était une œuvre détestable, mais, aux yeux d’Oberzohn, elle surpassait en beauté tous les chefs-d’œuvre du Prado. Elle représentait un homme en redingote qui s’appuyait sur une colonne, attitude que les photographes de village considèrent comme la plus gracieuse qui soit possible. Son visage, idéalisé par l’artiste, était stupide et brutal ; d’une main il tenait un rouleau de papier, de l’autre un chapeau haut de forme parfaitement démodé.

— Mon frère, mon Adolphe, assassiné par ces gens qu’on appelle les « Justiciers » ; mon frère !

— Très intéressant… murmura le capitaine qui n’avait pas même pris la peine de lever les yeux. Il secoua la cendre de sa cigarette dans le foyer sans rien ajouter.

Adolphe Oberzohn avait été tué par Léon Gonsalez : le fait était incontestable. Il était aussi hors de question qu’au moment de sa mort. Adolphe était engagé dans des trafics assez louches entre l’Europe et les États de l’Amérique du Sud, trafics qui rapportaient gros à ceux qui en couraient les risques.

Léon avait suivi l’homme à Porto-Rico et ils s’étaient rencontrés au Café des Sept-Vertus. Adolphe était habitué aux armes à feu. Il tira le premier, mais moins bien que son adversaire. Telle était l’histoire d’Adolphe… et l’histoire de la jeune fille que Gonsalez ramena en Europe à la suite de cet incident fait l’objet d’un autre récit…

Le docteur Oberzohn fit remonter le portrait roulé jusqu’à la corniche, renifla bruyamment et sécha ses larmes.

— Oui tout cela est triste, très triste… concéda le capitaine.

— Et maintenant, à propos de cette jeune fille, il ne faut rien faire de précipité ou de brutal, vous comprenez, Eruc ? Il faut agir prudemment. Cessez de penser à ces « Trois Justiciers » ; ils n’ont rien à voir avec ce qui nous occupe pour le moment. Quand un homme s’abaisse à recourir à une agence de détectives, il ne vaut pas cher… s’ils nous attaquent, nous les combattrons scientifiquement… eh ! eh !… scientifiquement.

Il rit de sa bonne plaisanterie. Il était clair que Newton ne dépendait pas de la firme Oberzohn et Smitts.

— Je vais aller prévenir l’une des petites d’avoir à l’occuper cet après-midi. Où est votre papier pour écrire un message téléphonique ?

Le docteur Oberzohn ouvrit un tiroir et en tira un bloc.

Newton écrivit :

 

À Mirabelle Leicester, aux soins du docteur Oberzohn, Londres.

Désolée ne pouvoir venir ce soir. Ne reste pas seule chez nous. Ai prévenu Joan Newton qui viendra te chercher.

ALMA.

 

— Là, dit le galant capitaine, en donnant le message à l’autre. Cette dépêche arrivera tantôt. N’oubliez pas que tous les télégrammes pour Oberzohn arrivent toujours par téléphone !

— Quelle ingéniosité ! fit Oberzohn plein d’admiration.

— Emmenez-la déjeuner et… après déjeuner, la dépêche. À quatre heures, Joan, un bon dîner, demain le bureau. Tout doucement, tout doucement, ou vous gâterez tout.

Il regagna la porte.

— Elle ne va pas sortir, je suppose ?

— J’ai fermé la porte au verrou, dit fièrement le docteur.

Newton rougit de colère.

— Mais vous êtes donc complètement fou. Tirez immédiatement le verrou ; voulez-vous la terroriser ?

— Mais je ne voulais rien risquer, expliquait timidement le Suédois.

— Faites ce que je vous dis.

Le capitaine Newton enfila ses gants, remit son chapeau et, après s’être contemplé dans une petite glace de poche, il prit sa canne et sortit.

— Quel homme ingénieux, se disait Oberzohn en le regardant s’éloigner. Puis il se dirigea vers le laboratoire pour inviter Mirabelle à déjeuner avec lui.

CHAPITRE IV

OU LE SERPENT PARAÎT

Les tables encombrées, l’adresse et la nonchalance des serveurs, l’atmosphère de luxe et de richesse d’un grand restaurant, tout cela impressionnait Mirabelle, qui n’avait pas su refuser quand son nouveau patron lui avait proposé de déjeuner avec lui, sous prétexte que « c’était le seul moment où il pouvait parler affaires avec sa secrétaire ». La jeune fille ne pensait cependant pas que les patrons eussent pour habitude d’emmener leur secrétaire au Ritz-Carlton, et son malaise était encore accru en voyant tous les regards attirés par l’étrangeté de son compagnon.

Seul à une petite table, un homme lui parut avoir un visage qui ne lui était pas inconnu, l’air intelligent avec des yeux brillants et gais. Où donc l’avait-elle rencontré ? Soudain elle se rappela. Le chauffeur qui l’avait arrêtée le matin, lorsqu’elle entrait chez Oherzohn, lui ressemblait à s’y méprendre. Cependant ce ne pouvait être lui, car l’homme qui était devant elle appartenait évidemment à une classe de la société pour laquelle déjeuner au Ritz-Carlton est chose très ordinaire tandis que cela ne saurait être le cas pour un chauffeur.

Malgré tout, la ressemblance était inouïe.

Mirabelle fut heureuse quand le repas prit fin. Le Dr Oberzohn n’avait pas parlé d’affaires : il n’avait pas parlé du tout. Il avait employé tout le temps à absorber une incroyable quantité de nourriture. Il mangeait bruyamment ; par bonheur, l’orchestre joua sans interruption.

Le docteur, tout à ses pensées, avait paru ignorer sa présence. Il fit une seule réflexion à propos du café préparé à l’anglaise, dont il critiqua la médiocre qualité.

Et Mirabelle retourna à sa besogne, dans le petit laboratoire, sans que son patron se fut préoccupé le moins du monde des progrès qu’elle pouvait faire. Puis, dans l’après-midi, quelle ne fut pas sa surprise quand arriva l’étrange télégramme de sa tante ?

Peu après, elle pesait une poudre malodorante quand la porte s’ouvrit devant une jeune fille fort élégante. Un petit visage entouré de boucles dorées la salua avec le plus aimable sourire.

— Vous êtes Mirabelle Leicester, n’est-ce pas ? Je suis Joan Newton, à qui votre tante a télégraphié de venir vous voir.

— Vous connaissez ma tante ? dit Mirabelle stupéfaite.

Elle n’avait jamais entendu parler des Newton, mais il est vrai que tante Alma faisait parfois des mystères. Mirabelle s’était représentée la dame annoncée comme une vieille personne mal fagotée et ne pouvait se remettre de sa surprise en voyant si élégante une amie de sa tante.

— Oh ! oui, nous connaissons très bien Alma, répondit la nouvelle venue, bien que je ne l’aie pas vue depuis ma petite enfance. Nous l’aimions beaucoup.

Elle regardait autour d’elle avec intérêt.

— Mon Dieu, que cela sent mauvais, dit-elle en se bouchant le nez. Et comment trouvez-vous le vieux M. Oberzohn ?

— Vous le connaissez ? demanda Mirabelle, surprise de cette coïncidence.

— Mon frère le connaît. Nous vivons ensemble, mon frère et moi, et il connaît tout le monde. C’est inévitable pour un homme d’affaires, n’est-ce pas, ma chère ?

Mirabelle n’était pas habituée à une si rapide familiarité. Certaines fautes de goût éveillèrent son attention. Elle examina la jeune fille avec plus de soin : Joan était trop élégante et quelque chose détonait en elle… Si Mirabelle avait eu plus d’expérience, elle eût deviné que la personne qui était devant elle jouait un rôle.

— Je vous emmène chez nous dès que M. Oberzohn – quel drôle de nom, n’est-ce pas ? – n’aura plus besoin de vous. Monty – c’est mon frère – a insisté pour que je vienne vous chercher avec la Rolls ; il est très classique.

Mirabelle se demanda si cette expression indiquait un goût pour les poètes grecs ou une passion pour les grands opéras, mais Joan n’insista pas. C’était seulement un de ses mots favoris. « Morbide » en était un autre.

Une demi-heure plus tard, le chauffeur indiscret suivait la Rolls, se demandant ce que Mirabelle pouvait bien avoir de commun avec cette Joan Alice Murphy qui amenait tant de jeunes gens fort riches autour du tapis vert sur lequel le capitaine Newton jouait si gros jeu avec une chance toujours aussi insolente.

____________

 

— Et voilà ! dit Gonsalez avec complaisance. J’ai fait aujourd’hui du bon travail. Oberzohn est rentré dans son terrier pour rêver à de nouvelles révolutions. Mlle Leicester se trouve 307, Chester Square. Le seul point qui reste à élucider est celui qui concerne le sauvetage de Sam Barberton.

Manfred était grave.

— Je n’aime pas beaucoup que la jeune fille passe la nuit dans la maison de Newton, dit-il.

— Pourquoi admettre qu’elle y reste ? demanda Poiccard dans sa simplicité.

— En effet, pourquoi ? reprit Léon.

Georges Manfred regarda sa montre.

— Le plus pressé est de voir Barberton, dit-il. Si nous pouvons le décider à passer la soirée avec nous, le reste sera…

La sonnerie du téléphone retentit. Gonzalez prit l’appareil.

— Gloucester ? Oui. – J’ai pris la liberté de demander à Mlle Alma Goddart de m’appeler. – J’ai appris son adresse ce matin. – Oui. – Oui, c’est Johnson qui parle. – Je voudrais vous demander si vous pouvez vous charger d’une commission pour Mlle Leicester… Oh ! elle n’est pas là ?

Léon écouta attentivement et reprit :

— Merci mille fois. – Elle est à Londres, rue Doughty. – Elle vous a télégraphié… Oh ! rien d’important. Je suis son ancien professeur de sciences et j’ai vu une annonce qui me semblait devoir l’intéresser… Ah ! elle l’a vue aussi ?…

Il raccrocha le récepteur.

— Rien ne va plus, dit-il. La jeune fille a télégraphié qu’elle était ravie de sa nouvelle situation. La tante ne viendra pas tout de suite et Mirabelle s’installe rue Doughty.

— J’en suis enchanté, dit Manfred. Mais quand nous aurons vu Barberton, je ne serais pas surpris que ce projet fût changé.

L’hôtel Petworth était une résidence tranquille, fréquentée surtout par les voyageurs de l’Amérique du Sud. Le portier dit que M. Barberton était sorti.

— Il a été sur les quais, disant qu’il voulait voir la rivière avant qu’il ne fît nuit.

Manfred prit place dans l’auto, à côté de Léon. Poiccard restait généralement à la maison pour réfléchir aux problèmes en cours. C’était un grand stratégiste et Scotland Yard même s’en remettait parfois à ses conseils.

— Sur les quais ?… Manfred regardait le ciel bleu et rose. Le soleil était couché, mais il faisait encore jour. S’il faisait plus nuit, je serais inquiet… Arrête, voici le Dr Elver.

Le chirurgien de la police, qui avait salué de la main au passage de la voiture, revint sur ses pas.

— Eh bien ! enfants de la Loi – il était volontiers dramatique – quelle affreuse vengeance poursuivez-vous ?

— Nous cherchons un homme qui s’appelle Barberton pour l’inviter à dîner, dit Manfred en serrant la main du docteur.

— Son nom sonne bien, répondit-il. A-t-il quelque particularité qui puisse m’intéresser ?

— Des pieds brûlés, fit Léon. Si vous voulez connaître l’art, qu’ont certains coloniaux, de faire parler des victimes innocentes, vous n’avez qu’à nous suivre.

Elver hésitait.

C’était un homme tanné par le soleil de l’Inde, ridé comme une vieille pomme et qui n’avait d’autre intérêt au monde que son métier.

— Je vais avec vous, dit-il, montant dans la voiture, et si vous ne trouvez pas ce Barberton, vous me prendrez comme convive ; j’aime vos histoires : on ne saurait trop apprendre sur la mentalité des criminels, et la vie est assommante depuis que le serpent ne mord plus.

L’auto passa sur le pont de Blackfriars. Manfred examinait attentivement les alentours. Il n’y avait pas trace de Barberton.

Ils avaient passé le pont de Waterloo, quand Gonsalez l’aperçut enfin, accoudé au parapet et semblant absorbé dans la contemplation du remous de l’eau. La voiture s’arrêta près d’un policeman qui observait le flâneur et qui salua en reconnaissant le chirurgien de la police.

— Je ne comprends rien à l’attitude de cet individu, monsieur, dit-il. Depuis dix minutes, il est là, sans bouger, et il m’a tout l’air d’un homme qui va se suicider.

Manfred, qui s’était approché, sursauta à la vue d’un visage rouge, figé dans une grimace, les yeux grands ouverts.

— Elver ! Léon !

Manfred toucha l’épaule de l’homme qui s’effondra comme une masse.

— Mort, dit laconiquement le docteur. Bon Dieu ! ajouta-t-il en montrant une double marque rouge sur le cou.

— Qu’est-ce que c’est ? demanda Manfred.

— Le serpent !

CHAPITRE V

LA STATUETTE D’OR

Barberton avait été frappé en plein Londres et sous les yeux d’un policeman.

— Oui, messieurs, je l’observais depuis un quart d’heure. Avant de s’arrêter là, il avait marché sur le quai, paraissant admirer la vue.

— Quelqu’un s’est approché de lui ? demanda le Dr Elver.

— Non, messieurs, il était seul. Je jurerais que personne ne l’a approché dans un rayon de plusieurs mètres.

Sur ces entrefaites, un second policeman était arrivé. Il prit la voiture de Manfred pour aller chercher l’ambulance qui vint aussitôt. Le pauvre corps fut étendu sur une civière, et quand la voiture eut disparu avec son triste fardeau, Gonsalez reprit le volant. Georges s’assit à côté de lui. Pas un mot ne fut prononcé jusqu’à la rue Curzon. Manfred entra dans la maison tandis que Léon remisait la voiture. Quand il revint, Georges et Poiccart discutaient avec ardeur.

— Vous aviez raison, Raymond. – Léon Gonsalez enleva son vêtement et le déposa sur une chaise. – La justesse de vos prédictions est déconcertante. Je voudrais vous voir vous tromper et je suis irrité que vous ayez toujours raison. Vous avez dit que le serpent allait reparaître… il a reparu ! Oh ! devin !

— Il n’était pas besoin d’être quand clerc pour prévoir que notre association avec Barberton exciterait le serpent, répondit Poiccart. Mais s’agit-il de Gurther ou de Pfeiffer ? ajouta-t-il.

Manfred réfléchissait.

— De Pfeiffer, je pense ; c’est le plus avisé des deux. Gurther est un cerveau brûlé. Je suis sûr que c’est Pfeiffer qui a fait le coup. Quelles mesures allons-nous prendre ?

— Contre le serpent ? dit Léon en levant les épaules. Mais celles qu’on prenait jadis contre les Zeppelins celles que les paysans prennent contre les nids de guêpes… On n’anesthésie pas une guêpe pour lui arracher son dard, on détruit son nid – on bombarde les hangars. Je vous avoue que, pour ma part, je ne suis pas peureux, mais je repousse obstinément l’idée d’être mordu par un serpent.

Le visage morne de Poiccart s’éclaira d’un sourire.

Manfred arpentait la petite pièce, une épaisse cigarette égyptienne aux lèvres.

— Il y a un train pour Gloucester à quatre heures et demie, dit-il. Vous allez télégraphier à Mlle Goddart quelle envoie une voiture à la gare à l’arrivée du train. Et puis, il me faudra deux hommes pour surveiller nuit et jour les abords de la propriété.

Poiccart prit dans un tiroir un carnet qu’il consulta.

— Je peux assurer ce service à Gloucester, dit-il. Gordon, Williams, Thompson et Elfred sont des gens sur qui on peut compter et qui ont déjà travaillé pour nous.

Manfred acquiesça.

— Prévenez-les comme de coutume, par lettres. Je ne sais qui la police officielle chargera de cette affaire Barberton. Si c’est Meadows, je peux travailler avec lui. Mais si c’est Arbuthnot, il faudra procéder autrement.

— Appelons Elver, suggéra Léon, prenant le téléphone.

Quand il eut la communication, il apprit non sans plaisir que le redoutable inspecteur Meadows était chargé d’instruire l’affaire.

— Il se propose d’aller vous voir, dit Elver. Le directeur de la police était déjà là quand je suis arrivé à Scotland Yard. Il avait convoqué Meadows en lui ordonnant de vous consulter… C’est un rude coup pour la police que ce nouveau meurtre. On avait cru pouvoir assurer à la population que le fameux serpent était enfin mort et qu’il n’y aurait plus de meurtres mystérieux.

Manfred posa quelques questions et raccrocha.

— Ils ont peur de l’opinion publique, et voilà qui pourrait bien faire perdre sa place au pauvre directeur, qui fait pourtant de son mieux.

Le cri d’un camelot dans la rue le fit sourire.

— Les dernières éditions en sont pleines, naturellement.

— Mais enfin, demanda Poiccard, qu’est-ce que Barberton avait donc fait pour mériter cela ?

— Son premier tort, dit Léon sans attendre la réponse de Georges, était de se permettre de rechercher Mlle Leicester. Le second, et le plus grave, fut de venir nous consulter. Franchir notre seuil équivalait à une condamnation.

Un faible coup de sonnette se fit entendre. Poiccart descendit, il introduisit un homme qu’on n’aurait jamais supposé être le plus fin limier de Scotland Yard. Il avait des cheveux roux et portait un pince-nez. Il avait déjà eu l’occasion de collaborer avec le Triangle et on lui fit un aimable accueil.

Après quelques banalités préliminaires, il exposa le but de sa visite et Manfred lui raconta brièvement sa conversation avec Barberton.

— Mlle Leicester est…, commençait Manfred.

Il eut la surprise d’être interrompu par Meadows qui continua :

— Secrétaire de laboratoire chez Oberzohn – je sais. Elle est arrivée à Londres ce matin, j’ignorais qu’Oberzohn avait un laboratoire dans son établissement.

— Il n’existe que depuis peu de jours, dit Léon ; il a été installé à son intention.

— Barberton ne vous a pas dit pourquoi il désirait rencontrer Mlle Leicester ? reprit Meadows en s’adressant à Manfred.

Georges secoua négativement la tête.

— Non, il a été très mystérieux sur ce sujet, dit-il.

— Il est arrivé sur la Benguella, n’est-ce pas ? reprit Meadows, prenant des notes. Nous pourrions essayer d’obtenir quelques renseignements sur ce bateau avant qu’on ne licencie le personnel. Au cours d’une traversée, on devient parfois très communicatif. Et puis, nous trouverons peut-être quelque indice dans ses bagages. Voulez-vous m’accompagner Manfred ?

— Avec plaisir, dit Georges gravement. Si je peux vous être utile et si toutefois vous ne voyez pas d’inconvénient à ce que je me livre à des déductions personnelles sur ce que nous pourrons voir ?

Meadows sourit.

— Vous avez droit au mystère, dit-il.

Un taxi les conduisit à l’hôtel Petworth. Ils furent immédiatement introduits dans la chambre que Barberton avait retenue. Sa malle encore fermée était posée sur un petit pliant de bois et son manteau pendait derrière la porte. Un grand fourre-tout se trouvait dans un coin. C’est par là qu’ils commencèrent leurs investigations. Ils y trouvèrent un vieil imperméable, deux couvertures usagées un coussin et autres menus objets. La malle ne contenait pas grand’chose qui pût les éclairer. Du linge, deux complets dont l’un presque neuf, portait le nom d’un tailleur de Saint-Paul-de-Loanda. Ils trouvèrent aussi une enveloppe pleine de papiers qu’ils examinèrent un à un. Barberton était évidemment un homme d’ordre : il conservait toutes ses notes d’hôtel, indiquant au dos de chacune les qualités et les défauts de chaque maison. À Lobuo, il avait souffert de la vermine ; à Mossamades, il avait inscrit :

 

Les rats ont mangé ma chaussure. Le propriétaire refuse de m’indemniser Pris trois serviettes et une taie d’oreiller en compensation.

 

— Cet homme était né pour être un « justicier » de plus, dit Meadows.

Manfred sourit.

Au dos d’une autre facture étaient inscrites des colonnes de chiffres : 12/6, 13/15, 10/7, 17/12 – environ 24, etc. Devant quelques-uns de ces chiffres se trouvait le mot « environ » et Manfred remarqua que c’était toujours devant les plus élevés. Un trait soulignait aussi le chiffre 10/7.

Il y avait encore d’autres reçus : à Saint-Paul, il avait acheté un « pistolet automatique de précision » et des balles. Mais ce pistolet n’était pas dans la malle.

— Nous l’avons trouvé dans sa poche, dit Meadows. Le pauvre diable redoutait un danger et il n’avait pas tort après ce qui lui était arrivé à Mossamades.

Meadows prit une feuille couverte d’une écriture serrée.

— Voici une lettre de sa sœur qui vit à Brightlingsea ; je n’y vois rien d’intéressant, sauf ceci. Il lut à haute voix :

 

Merci pour les livres ; les enfants en sont ravis. Vous avez dû songer au passé en les écrivant – et cela doit aider à tuer le temps. J’ai vu M. Lee qui m’a demandé si j’avais de vos nouvelles. Il est étonnant…

 

La lettre était d’un style soigné décelant une personne bien élevée.

— Je ne pensais pas qu’il écrivît des livres, dit Meadows en continuant ses recherches.

« Rien d’intéressant là non plus, ajouta-t-il en s’approchant de la fenêtre pour regarder un vieil album de cartes géographiques. Et… je crois que c’est tout, à moins que ceci... »

« Ceci » était enveloppé de linges et maintenu par une courroie au fond de la malle.

Meadows essaya de soulever le paquet.

— Ce doit être de l’or, dit-il. Rien d’autre ne pourrait être aussi lourd…

Il découvrit l’objet et resta tout étonné. C’était une idole africaine, grossièrement sculptée d’après le type des femmes indigènes.

— Une statuette en or… répéta Manfred, incrédule.

Il prit l’objet pour l’examiner de plus près. Il ne pouvait y avoir aucun doute, c’était bien de l’or et de l’or le plus fin.

Meadows avait voyagé en Afrique ; il avait fait escale dans de nombreux ports.

— Je n’ai jamais rien vu de semblable, dit-il. Ce n’est pas d’un travail récent. Quand vous voyez ceci – et il indiquait une particularité dans l’exécution de la statuette – vous pouvez être certain que l’objet date au moins de deux siècles. Les indigènes de l’ouest et du centre de l’Afrique ne portent plus d’anneaux aux orteils depuis l’époque des Césars.

Il soupesait l’idole.

— Au moins dix livres, dit-il, soit une centaine de mille francs d’or monnayable.

Il examinait le vêtement dans lequel la statuette était enveloppée et s’écria :

— Regardez ceci.

Et il tendit à Manfred un morceau d’étoffe sur lequel on voyait ces mots écrits : Second rayon. Laissé dieuxsixième case.

Subitement. Manfred eut une inspiration.

— Veuillez faire peser cette statuette, dit-il. Je voudrais en savoir le poids exact.

— Pourquoi ? demanda Meadows en appuyant sur la sonnette.

Le propriétaire savait qu’une enquête judiciaire avait lieu : il vint en personne et, à la requête du détective, il fit apporter une balance. Il aurait bien voulu savoir à quoi elle allait servir, mais l’inspecteur Meadows attendait visiblement, à la porte, qu’il voulût bien se retirer.

La statuette, dégagée des linges dont on l’avait recouverte pendant l’installation de la balance, fut placée sur l’un des plateaux.

— Dix livres, sept onces ! s’écria Manfred triomphalement. Je pensais bien que c’était cela.

— Quoi, cela ? dit Meadows, qui comprenait de moins en moins.

Manfred, prenant une des notes de l’hôtel sur lesquelles étaient inscrites des colonnes de chiffres, lui en fit remarquer un devant lequel il y avait une croix.

— Regardez, dit-il. 10/7, c’est notre petite bonne femme, et l’explication est simple Barberton a découvert un trésor composé d’une quantité de statues. Il a emporté la plus légère. Regardez ces chiffres. Il n’avait qu’une petite balance et, au-dessus d’un certain poids, il ne pouvait rien préciser, alors il notait « environ 22 – environ 24 ».

— Et pourtant, ce n’est pas pour le voler qu’ils lui ont brûlé les pieds : la malle est intacte.

Meadows jeta un dernier regard autour de la chambre ; il vit sur la cheminée un rouleau de papier brun. Il le prit, en examina les deux extrémités et, le croyant vide, le remit où il l’avait trouvé. Manfred le prit à son tour et fit négligemment sauter la bande qui le tenait roulé.

— Maintenant, disait Meadows, il faut trouver Mlle Leicester.

Manfred acquiesça.

— En effet, dit-il lentement, et il faut aussi trouver Johny.

— Johny, qui est Johny ? demanda Meadows en fronçant les sourcils.

— Johny, c’est mon petit mystère, dit Georges en souriant. Ne m’avez-vous pas autorisé à en avoir un ?

CHAPITRE VI

CHESTER SQUARE

En allant chez Newton, Mirabelle se sentait quelque peu émue et embarrassée, elle était aussi fort intriguée. Sa compagne lui paraissait excessive dans ses démonstrations amicales, que rien ne motivait. Mirabelle supposait que la jeune fille était actrice, pensant que, dans cette profession, on se laisse aller à ces sympathies soudaines et irréfléchies. Elle s’étonnait que tante Alma ne se fût pas donné la peine de venir la rejoindre et, plus encore, qu’elle eut entretenu des relations secrètes avec les Newton. Il est vrai que la vieille dame faisait volontiers des mystères, mais Mirabelle ne voyant pas pour quelles raisons, elle lui aurait dissimulé l’existence de cette famille, avec laquelle elle était cependant assez intime pour la charger tout à coup de chaperonner sa nièce.

Joan bavardait inlassablement faisant les questions et, les réponses, ce qui permettait à Mirabelle de réfléchir tout à loisir.

Chester Square se trouve dans un beau quartier et la grande maison dans laquelle Mirabelle fut introduite présentait un aspect de confort luxueux. Le salon où elle pénétra se terminait en un jardin d’hiver plein de plantes et de fleurs.

— Monty n’est pas encore rentré de la Cité, dit Joan. Ma chère, il est si affreusement occupé ces jours-ci avec ses capitaux, ses valeurs et mille choses.

Il semblait que ces « capitaux et ces valeurs » étaient des phénomènes tout récemment introduits dans la vie de Monty.

— Y a-t-il donc un événement grave à la Bourse ? demanda Mirabelle.

Joan parut embarrassée.

— Oui…, je suppose… Êtes-vous au courant des affaires de Bourse, ma chère ? Les gens qui s’en mêlent gagnent tous un argent fou… Quels beaux cadeaux ils pourraient faire à une femme !… des robes, des bijoux, le théâtre. Monty trouverait tout naturel d’offrir un rang de perles à une jeune fille qui lui plairait !

Joan s’aventurait sur un terrain dangereux. Les instructions quelle avait reçues étaient laconiques : « Amenez-la chez moi. Devenez son amie. Ne mentionnez pas le fait que je connais Oberzohn. » Elle ignorait les raisons pour lesquelles on lui avait donné ces instructions et croyait bien faire en vantant la richesse de Newton auquel elle redoutait de déplaire.

Mirabelle sourit doucement.

— Je ne crois pas que les gens de la Bourse soient toujours aussi riches, et je peux même vous assurer qu’il s’en trouve parmi eux qui ne le sont guère, dit-elle en évitant de répondre à la maladroite allusion aux perles que son frère offrirait volontiers à une femme aimable. Elle était fixée maintenant sur l’intelligence de sa compagne et s’étonnait qu’un homme dans la situation de ce M. Newton n’eût pas veillé à ce que sa sœur eût une éducation plus raffinée.

— Voulez-vous monter à votre chambre, ma chère ? demanda Joan. Nous avons préparé un gentil petit appartement à votre intention, j’espère que vous vous y trouverez bien.

Mirabelle fut ravie de l’installation : jamais elle n’avait rien rêvé d’aussi luxueux. Elle admirait l’épais tapis, les murs tendus de soie, le lit élégant et fut éblouie par la petite salle de bains de marbre et d’albâtre.

— Je vais vous faire envoyer du thé, ma chère. Vous devez avoir besoin de repos après toute cette journée passée dans l’air empuanti du laboratoire.

Elle semblait vouloir s’en aller et Mirabelle n’était pas moins désireuse de se trouver seule.

— Descendez quand vous voudrez, dit-elle en ouvrant la porte, et elle sortit.

Dans le hall, elle rencontra Newton qui rentrait. Il se débarrassait de son chapeau et de ses gants entre les mains d’un domestique.

— Eh bien, est-elle là ?

— Bien sûr, elle est là, répondit Joan, mais, Monty, n’est-elle pas un peu originale ? Quels sont vos projets ?

Il brossait ses cheveux devant un miroir.

— Quels projets ? demanda-t-il quand le domestique se fut éloigné.

— Pourquoi l’avoir fait venir ici ? Va-t-elle jouer ?

— Ne soyez pas stupide, dit-il froidement en s’étendant sur les coussins de soie d’un divan bas, ni indiscrète. Vous ne l’avez pas effrayée, j’espère ?

Elle était de ces femmes qui se regardent complaisamment dans les glaces en parlant pour juger des effets qu’elles font.

— Voyons ! dit-elle avec indignation. Pourquoi effrayée ? Je parierais qu’elle n’a jamais vu une maison aussi belle ! Qui est-elle, Monty ? Une dactylo ? ou quoi, je ne comprends pas.

— C’est une femme du monde, répondit Monty. Et cela vous restera toujours étranger.

Elle haussa les épaules.

— Je ne prétends pas être une « femme du monde », je suis ce que vous m’avez faite, dit-elle, et je ne trouve pas très aimable à vous de me jeter mon éducation à la tête, après tout l’argent que je vous ai fait gagner.

— Tout en en gagnant vous-mêmes… Il bâilla. Faites servir le thé.

— Vous pourriez dire « s’il vous plaît » de temps en temps, dit-elle avec humeur pendant qu’il se plongeait dans la lecture du journal sans lui prêter plus d’attention.

Quand le thé fut servi :

— Que faites-vous ce soir ? demanda-t-il.

Il s’intéressait rarement à ses faits et gestes. Elle fut flattée de la question.

— Vous le savez aussi bien que moi. Monty, dit-elle, puisque vous avez promis de m’accompagner. Vous serez splendide en « Croisé »…

— Ah ! oui, en effet, je me souviens, le bal des Arts…

La surprise était si feinte qu’elle s’y trompa.

— Comment avez-vous pu oublier ?… J’y vais en Cendrillon et Minnie Gray en Pierrette.

— Minnie Gray n’ira pas du tout, dit Monty en buvant son thé. Je lui ni téléphoné pour l’avertir que la partie était remise. Mlle Leicester ira avec vous.

— Mais… Monty, protesta la jeune fille.

— Il n’y a pas de « mais, Monty ». Ce sera comme je l’ai dit. Montez et avertissez Mlle Leicester que vous avez un billet inemployé pour le bal…

— Et son costume, Monty ? Elle n’a pas de déguisement. Et Minnie…

— Laissez là Minnie, je vous prie. Mirabelle Leicester ira au bal ce soir. Vous avez un billet en trop… Je suis retenu ailleurs et comme vous ne pouvez aller seule… elle acceptera le costume de l’amie qui vous fait faux bond au dernier moment, et vous accompagnera. Le costume sera ici dans quelques minutes. C’est un domino vert clair avec un capuchon rouge.

— Oh ce doit être horrible ! quel teint résisterait à cela ?

Il continua sans tenir compte de cette opinion :

— Si par hasard elle hésitait et manifestait le désir de se coucher de bonne heure en prétextant un mal de tête, dites-lui que j’ai moi-même des invités ici et que nous serons bruyants. S’est-elle enquis de moi ?

— Non, répondit Joan. Elle est muette comme un poisson. Elle n’a posé aucune question.

 

Mirabelle regardait le square par la fenêtre, quand, après un léger coup frappé à la porte, Joan entra dans sa chambre.

— Je vous apporte une bonne nouvelle, lui dit-elle.

— À moi ?… dit Mirabelle surprise.

— Oui, j’ai des billets pour le bal des Arts qui a lieu ce soir. Vous avez de la chance. Ils sont hors de prix.

— Pourquoi ai-je de la chance ?… reprit Mirabelle de plus en plus surprise.

— Parce que vous allez m’accompagner. Sans cela je ne pourrais pas aller à ce bal. Une de mes amies devait y venir avec moi, et voilà qu’elle est malade !

Mirabelle ouvrait de grands yeux.

— Mais, j’ai vu dans les journaux que c’est un bal costumé, je n’ai pas de costume… et puis, je suis affreusement fatiguée ce soir.

— Ma chère, dit Joan d’un ton péremptoire, il suffira de vous étendiez une heure pour vous sentir tout à fait bien, et d’autre part, vous ne pourriez dormir ici en vous couchant tôt. Monty reçoit quelques amis et ils sont très bruyants… quoique fort bien élevés, s’empressa-t-elle d’ajouter.

Sa mission était décidément bien difficile.

— Je ne demanderais pas mieux que d’aller à ce bal, dit Mirabelle qui ne voulait pas faire le rabat-joie, si j’avais seulement un costume.

— Ne vous inquiétez pas de cela, dit Joan. J’ai tout ce qu’il faut.

Quelques instants plus tard, elle apportait le domino vert.

— Il n’est pas très joli, mais il a l’avantage de pouvoir se meure par-dessus n’importe quelle robe.

— À quelle heure est le bal ? demanda Mirabelle qui, en définitive, se réjouissait d’y aller.

— À dix heures, répondit Joan. Nous dînerons avant l’arrivée des amis de Monty. Voulez-vous que je vous le présente ? Il en vaut la peine, ma chère. Il est en bas.

Mirabelle avait envie de rire. Elles descendirent et se trouvèrent devant le redoutable Monty. Ses manières lui parurent agréables et simples, comparativement à celles de Juan. Sa conversation était facile.

Au milieu du dîner on entendit des camelots crier les dernières nouvelles. Par la fenêtre. Mirabelle vit un domestique aller acheter un journal et le parcourir en regagnant la maison. Quelques minutes après, il entra dans la salle à manger et fit un signe à Monty, celui-ci se leva de table immédiatement et sortit.

Joan paraissait embarrassée.

— Que peut-il se passer ? dit-elle, avec humeur. Laisse-t-on ainsi deux dames en plan, au milieu d’un repas !

Au même moment, Monty rentrait et reprenait sa place. Mirabelle remarqua qu’il était très pâle : Joan faisait la même observation, mais se garda bien d’en rien dire.

Il but une coupe de champagne et, reprenant son assurance, s’excusa d’avoir quitté la table.

Il reprenait la conversation au point où il l’avait laissée, lorsque Joan, inquiète des nouvelles qu’on criait dans la rue, dit :

— J’espère bien qu’il n’est pas question de ce vieux Serpent ! Rien n’est énervant comme cette histoire ! je n’ose plus me coucher sans regarder sous mon lit ; c’est incroyable que, depuis des mois, la police…

À ce moment, ses yeux rencontrèrent ceux de Monty et la suite de sa phrase s’évanouit sur ses lèvres.

Mirabelle monta s’habiller. Joan allait la suivre quand Monty la retint.

— Vous êtes trop bavarde, Joan, dit-il avec plus de douceur qu’elle n’en attendait de lui. Le serpent n’est vraiment pas un sujet de conversation qu’on puisse aborder à table… Ah ! et puis, écoutez… faites en sorte de ne pas vous éloigner de cette jeune fille.

— Qui dansera avec nous ce soir ? demanda-t-elle vivement.

— Benton s’occupera de vous et… quelqu’un de notre « Vieille Garde ».

Elle eut un regard effrayé qui amusa Monty.

— Eh bien ! quoi ? petite folle. Il dansera avec Mirabelle.

— J’aurais préféré que ces gens-là ne viennent pas, dit-elle avec embarras, mais, sans y prêter attention, Monty continua.

— J’arriverai à dix heures et demie. Vous me trouverez à l’entrée du Bar américain, comprenez-vous ? et vous, vous rentrerez à minuit.

— Pourquoi si tôt ? dit-elle avec regrets.

— Vous rentrerez à minuit… répéta-t-il avec autorité. Allez dans sa chambre et faites disparaître tout ce qu’elle pourra y laisser.

— Mais quand elle reviendra…

— Elle ne reviendra pas, répondit Monty et Joan sentit tout son sang se glacer dans ses veines.

CHAPITRE VII

PERSUASION

Il était neuf heures un quart. Les deux jeunes filles venaient de partir et Monty faisait une réussite en attendant l’heure de s’habiller.

— Il y a là un homme qui demande à parler à Monsieur, dit le maître d’hôtel en entrant dans le salon.

— Quel est cet homme, Fred ?

— Je ne sais pas, je ne l’ai jamais vu… il m’a tout l’air d’un policier.

Monty fronça le sourcil, mais, sans effroi. Sa carrière lui avait fourni maintes occasions de rencontrer des détectives et il n’en avait pas peur.

— Faites entrer, dit-il.

— Capitaine Newton ? demanda le jeune homme en habit, dès qu’il fut introduit.

— Lui-même, répondit Monty en se levant avec un sourire aimable.

Le nouveau venu jeta un coup d’œil tranquille sur la porte par laquelle le domestique venait de sortir.

— Vos domestiques écoutent-ils toujours aux portes ?

Newton, rouge de colère, alla droit à la porte qu’il ouvrit brusquement, juste à temps pour voir disparaître le valet de chambre. Il l’appela d’une voix menaçante.

— Que je vous reprenne seulement à espionner de la sorte !

L’homme se confondit en excuses et s’esquiva.

— Comment avez-vous pu deviner ? demanda Newton.

— Je n’ai qu’un instinct, répondit le visiteur et il continua sans transition :

— Je désirerais voir Mlle Leicester.

— Vraiment ! répondit Monty, mais elle n’est pas ici ; elle vient de partir il y a un quart d’heure.

— Je ne l’ai pas vu sortir de la maison.

— Non, elle est en effet sortie par le garage, ma… – il allait dire ma sœur mais jugea plus prudent de dire – ma jeune amie.

— Joan Smith, dit l’étranger, n’est-ce pas ?

Newton commençait à perdre son sang-froid.

— Mais enfin, qui êtes-vous ? dit-il.

— Je m’appelle Léon Gonsalez.

Monty se souvint brusquement, il s’efforça de sourire, mais pâlit.

— L’un des fameux « quatre Justiciers » ! Quels gens extraordinaires vous êtes. Il y a dix ou quinze ans, votre seul nom faisait trembler ! Vous vous chargiez de punir les criminels que la loi laissait échapper, n’est-ce pas ?

— Laissez vos souvenirs en paix, reprit Léon, je ne suis pas, pour le moment, en veine d’autobiographie.

Newton devenait nerveux.

— Je connais un homme à qui vous aurez affaire un jour, monsieur Léon Gonsalez, un homme qui ne vous oublie pas dans ses prières… Je ne vous dirai pas son nom…

— Je le devine. Il s’agit de l’admirable Oberzohn dont j’ai tué le frère ?… Oui, c’est cela même un type de brachycéphale à la mâchoire proéminente, assez curieux. J’aurais aimé en prendre la mensuration exacte, malheureusement, j’étais très pressé.

Il avait presque l’air de s’excuser de cette négligence.

— Écoutez, Gonsalez, interrompit Monty brutalement vous et les vôtres, vous étiez remarquables, il y a vingt ans. Mais les choses ont bien changé depuis et personne ne craint plus les « Trois justiciers ». Je ne suis pas un enfant, entendez-vous ? Si vous avez à vous plaindre de quelque chose la police me semble indiquée.

Mais nous nous écartons du sujet.

— Monsieur Newton. Vous disiez que Mlle Leicester a quitté la maison par la porte du garage, sans doute dans la voiture de mademoiselle… – je ne sais quel nom vous lui donnez – Pourquoi est-elle partie par là ?

Léon Gonsalez n’avait pas que l’instinct de l’espionnage, mais il avait celui de la vérité et ne doutait pas que Newton lui dît vrai en affirmant que la jeune fille n’était plus dans la maison.

— Où a-t-elle été ?

— Chez elle, répondit l’autre laconiquement, où aurait-elle pu aller ?

— Elle était venue dîner…, elle pouvait rester pour la nuit.

— Meadows est là. Je l’ai prié de me laisser vous voir, d’abord.

Newton avait tressailli.

— Dehors dit-il, incrédule. En deux enjambées, il fut à la fenêtre dont il tira les rideaux. Sur le trottoir d’en face, un homme surveillait attentivement la maison. Il le reconnut sans hésiter.

— Bien, faites-le entrer, dit-il.

— Où a été Mlle Leicester, c’est tout ce que je veux savoir.

— Je vous ai dit qu’elle était rentrée chez elle.

Léon descendit et, de la porte, fit signe à Meadows.

Après un court entretien il rentra avec lui dans le salon. Monty salua sèchement l’inspecteur de Scotland Yard.

— Quelle idée avez-vous eu, Meadows, de m’envoyer cet oiseau-là ? demanda-t-il.

— Cet oiseau, comme vous dites, est venu de son propre chef, répondit froidement Meadows. Je n’ai aucune raison d’empêcher personne de venir vous voir. Où est la jeune fille ?

— Je vous ai déjà dit qu’elle était rentrée chez elle, si vous ne le croyez pas, l’un de vous peut fouiller la maison.

Léon sentait qu’il ne bluffait pas.

— Pour ma part, je ne désire pas déranger monsieur plus longtemps, dit-il en s’adressant au policier et il se dirigea vers la porte. Au moment de franchir le seuil, il se retourna et d’un air dégagé :

— Eh bien ! voilà donc ce serpent qui refait parler de lui. Newton ?

— De quel serpent parlez-vous ?

— Il a tué un homme ce soir, sur le quai de la Tamise, ne le saviez-vous pas ? continua-t-il.

Meadows observait Monty, il le vit changer de couleur.

— Je ne sais ce que vous voulez dire, répondit-il.

Et comme il étendait la main pour sonner :

— Inutile de déranger personne, nous connaissons le chemin, dit Léon et ils sortirent de la pièce, laissant Monty assez inquiet.

Quand il eut entendu retomber la porte d’entrée, il se dirigea vers sa chambre pour s’habiller.

Comme il traversait le hall, le valet de chambre s’approcha :

— Je suis désolé de ce qui s’est passé, monsieur, je croyais que c’était un détective et j’avais pensé…

— Vous pensez trop, Fred, répondit Newton dans un grognement. Restez à votre place qui est l’office. Je sonnerai, si j’ai besoin de vous.

Il monta l’escalier et entra dans sa chambre. À peine y avait-il fait quelques pas qu’il fut saisi à la gorge par une main de fer et jeté à terre.

— Un cri et vous êtes mort, dit froidement Gonsalez qui le maintenait.

Newton ne bougea pas.

— Je vous ferai arrêter, bégaya-t-il.

— Je ne le pense pas. Il y a longtemps que je vous surveille. Monty Newton, et vous serez, peut-être surpris d’apprendre que j’ai bien souvent visité votre maison. Il y a là, derrière le rideau. – il indiquait de la tête un des angles de la chambre – une cachette pleine de documents que j’ai pu photographier.

Les yeux de Newton trahirent son effroi tandis que Léon lui passait des menottes aux poignets. Puis, avec une force surprenante, il l’étendit sur le lit et alla verrouiller la porte.

Revenant vers son prisonnier il lui attacha solidement les chevilles et se mit en devoir de le déchausser.

— Que faites-vous ?… demanda Monty plein d’inquiétude.

— Je vais essayer d’apprendre où Mlle Leicester a été conduite, dit Gonsalez en considérant les pieds nus. Une enquête légale ordinaire serait trop lente. Malheureusement pour vous, il n’y a pas une minute à perdre.

— Je vous ai dit qu’elle était rentrée chez elle.

Léon ne répondit pas, il ouvrit un tiroir et y prit une écharpe de soie dont il bâillonna Monty, en dépit de sa résistance.

— Aux Mossamades, certains de vos amis s’emparèrent d’un homme, nommé Barberton, qu’ils firent assassiner par la suite. Ils essayèrent de le faire parler en lui brûlant la plante des pieds. Le malheureux fut héroïque, je vais voir si vous savez l’être autant que lui.

— Pour l’amour de Dieu, laissez-moi, dit Monty d’une voix étouffée.

Gonsalez tirant son briquet de sa poche, il en fit jaillir une petite flamme bleue et, s’étant emparé d’un chaussepied d’argent, il commença tout en bavardant, à le faire chauffer. Après quelques instants, le chausse-pied était noirci et fumant. Il l’approcha de sa joue et le jugeant sans doute à point, il s’avança vers le lit.

— Voilà qui est bien, dit-il.

— Elle est allée au bal des Arts… murmura sous l’écharpe la voix étouffée de Monty qui roulait des yeux pleins d’épouvante.

— Au bal des Arts ? reprit Gonsalez tout en desserrant un peu le bâillon. Pourquoi est-elle allée au bal des Arts ?

— Je ne voulais pas les avoir ici toute la soirée.

— Oberzohn est-il aussi au bal des Arts ?

— Oberzohn ! dit Monty avec un ricanement nerveux.

— Ou Gurther ?

Cette fois le rire cessa :

— Je ne sais pas de qui vous parlez, dit-il.

— Nous nous expliquerons plus tard à ce sujet, répliqua Léon en détachant les chevilles. Vous pouvez vous lever. Quand pensez-vous que les jeunes filles rentreront ?

— Je ne sais pas. J’ai dit à Joan de ne pas se presser, car j’attendais quelqu’un ici cette nuit.

C’était plausible.

Léon se souvint que le bal des Arts était un bal costumé ; cela expliquait un peu le départ par le garage.

Comme s’il avait lu dans la pensée de Léon, Newton reprit :

— Mlle Leicester a préféré passer par derrière, elle est très timide ; elle portait un domino.

— De quelle couleur ?

— Vert, avec un capuchon rouge.

— Facile à reconnaître. Était-ce pour cela ?

— Je ne sais quelle idée vous avez, grogna Newton qui remettait sa chaussette, assis sur le bord du lit, mais ce que je sais, continua-t-il avec fureur, c’est que vous regretterez ce que vous venez de faire.

Léon se dirigeait vers la porte et l’ouvrit.

— J’espère seulement ne pas regretter un jour de ne pas vous avoir tué, dit-il et il sortit.

Par la fenêtre entrouverte. Newton regarda Léon s’éloigner. Quand il l’eut vu tourner le coin de la rue, il se précipita au téléphona et demanda le numéro 93.

CHAPITRE VIII

LA MAISON D’OBERZOHN

Dans un triangle fermé de deux côtés par le viaduc des voies ferrées convergentes et dont la base était l’eau noire et croupissante du Grand Canal de Surrey, se trouvaient les ruines d’un entrepôt qui avait appartenu à Oberzohn, Smith et Cie. Une bombe de zeppelin y avait mis le feu et il n’en restait plus que le toit, presqu’intact par miracle, recouvrant une masse de ferraille.

Le chemin de halage du canal longeait l’entrepôt. Oberzohn possédait là une villa qu’il avait fait construire au centre du triangle, sur des plans établis par lui. Elle avait été jadis remplie de marchandises de toutes sortes. C’était la reproduction de la maison de Suède où il était né, une maison de briques rouges avec de hauts pignons, aussi curieuse que laide. Il y vivait solitaire avec une cuisinière suédoise et une jeune Danoise stupide, qui travaillaient du matin au soir, parlaient rarement et ne riaient jamais. Deux hommes d’une trentaine d’années occupaient les chambres des tourelles qui flanquaient la construction aux deux extrémités. Parfois ils jouaient aux cartes mais ils n’échangeaient jamais que les paroles strictement indispensables. Leurs visages maigres, décharnés avaient la même expression de cynisme et de brutalité.

— Ils semblent attendre qu’on égorge un porc, disait d’eux Léon Gonsalez, et se réjouir du spectacle à l’avance…

C’étaient Pfeiffer et Sven Gurther.

Tous deux avaient échappé à la potence, en Allemagne. La justice s’était montrée faible à leur égard. Ils avaient été inculpés dans une affaire de meurtre, mais les preuves ayant manqué, ils avaient été acquittés. Mais quelqu’un veillait.

Un matin, au lever du jour des policiers passant sur le chemin de halage avaient été attirés par les gémissements d’un homme qu’ils trouvèrent lié à un poteau enfoncé dans le sable, son dos nu portait les marques d’épouvantables coups de fouet… La Sûreté générale soupçonna « les trois Justiciers », mais ils fournirent des alibis si indiscutables que l’affaire n’eut pas de suite. Sven Gurther ne fut pas vengé, mais il évita, depuis, le chemin de halage…

Le Dr Oberzohn avait seul le droit d’entrer dans certaines pièces de la maison. La domestique danoise raconta un jour à la cuisinière, qu’étant passée par hasard devant la porte d’une de ces pièces au moment où le docteur en sortait, elle avait respiré une si affreuse émanation, qu’elle en avait été incommodée pendant une heure. Dans d’autres pièces il y avait des instruments propres à des expériences scientifiques et des machines électriques.

Cependant Oberzohn n’était nullement docteur au sens médical ou scientifique du mot, il n’était docteur qu’en Droit et ès Lettres ; mais, depuis l’enfance, il avait la marotte des expériences scientifiques.

Ce soir là, il lisait dans sa bibliothèque un gros volume de philosophie allemande, tout en pensant à autre chose.

Bien que le soleil fut à peine couché, les volets étaient fermés et la pièce était brillamment éclairée à l’électricité.

La sonnerie du téléphone retentît et interrompit sa lecture. De mauvaise humeur, il répondit dans son anglais étrange, puis, se dirigea vers la cheminée. Il appuya deux fois sur la sonnette. Gurther apparut et attendit en silence les ordres de son maître. Il était sale et mal rasé.

— Je désire que vous soyez cette nuit un homme du monde, élégamment vêtu, dit Oberzohn dans le dur parler allemand que les Suédois emploient volontiers.

— Ya, herr Doktor ! répondit l’homme qui disparut aussitôt.

Le Dr Oberzohn haïssait l’Allemagne ; Gurther et Pfeiffer avaient le même sentiment, le dernier parce que Polonais d’origine et Russe de naissance ; l’autre parce qu’il avait failli y être exécuté, la preuve ayant été faite d’un meurtre commis par lui. La police redoutant un mouvement communiste, avait voulu l’envoyer sous l’escorte de deux policiers dans une ville voisine, il s’était évadé pendant le trajet. Deux ans plus tard avec un passeport en règle, il débarquait mystérieusement en Angleterre.

Léon, Manfred et Poiccart connaissaient son passé et veillaient. Ils avaient discuté le châtiment à lui infliger et s’étaient arrêtés au fouet de préférence à la noyade. Gurther ne se doutait pas que l’eau croupie du canal avait failli lui servir de linceul.

Le Dr Oberzohn avait repris sa lecture ; il était plongé dans l’analyse de l’âme humaine, du Temps et de l’Éternité, lorsque Gurther réapparut en « homme du monde ». La coupe de l’habit, la finesse du linge, l’élégance de la cravate étaient impeccables.

— C’est bien, dit Oberzohn en l’examinant de la tête aux pieds, mais vos boutons de chemise devraient être de perles, non d’émail ; la chaîne de montre ne se porte plus et je pense aussi qu’une petite moustache…

— Ya, herr Doktor.

Gurther qui, autrefois avait été acteur, disparut pendant quelques minutes. Quand il revint, il avait des perles à son plastron, aucune chaîne ne barrait plus son gilet blanc et une courte moustache ornait sa lèvre supérieure.

— Oberzohn tira trois billets de banque de son portefeuille.

— Vos mains ?

Gurther fit trois pas en avant, prit l’attitude du garde-à-vous en faisant claquer ses talons, et tendit les mains pour l’inspection.

— Bien. Vous connaissez Léon Gonsalez ? Il sera au bal des Arts cette nuit, sans déguisement. C’est lui qui vous a fouetté.

— Oui, c’est lui qui m’a fouetté, répéta Gurther froidement.

— Oui, et il est aussi un infâme assassin, c’est lui qui… Mon cher Gurther… à ce bal, il y aura aussi une jeune fille… mais, mes hommes s’en occuperont. Benton vous donnera des instructions.

Gurther s’inclina avec raideur, puis se retira. Le docteur écouta la petite voiture s’en aller dans la nuit et reprit son livre. L’âme et l’Éternité, n’était-ce pas bien intéressant ?

____________

 

Le bal des Arts était l’un des événements de la saison.

Quand Mirabelle pénétra dans la grande salle décorée de fleurs et de draperies, éblouissante de lumière, elle fut émerveillée. Ravie et oubliant toutes ses appréhensions, la jeune fille ne se lassait pas d’admirer tout ce qui l’entourait lorsque deux hommes s’approchèrent d’elle. L’un était en habit de soirée, l’autre costume en brigand.

— Voici nos danseurs, dit Joan avec vivacité en les voyant venir. Mirabelle, laissez moi vous présenter lord Evington.

L’homme en habit lissa sa moustache, joignit les talons et s’inclina dans un salut, fort raide. Ses yeux ronds fixèrent la jeune fille une seconde.

— Je suis heureux de faire votre connaissance, mademoiselle Leicester, dit-il d’une voix rude avec un léger accent étranger qui la surprit autant que le baisemain dont il avait accompagné ses mots.

Devinant la pensée de Mirabelle, il ajouta :

— J’ai vécu si longtemps sur le continent que l’anglais et les manières anglaises me sont devenus presque étrangers… Voulez-vous excuser mon costume et accepter cette danse ?

Elle ne put refuser et ils disparurent dans la foule des danseurs.

— Je ne comprends pas, Benton.

Joan était inquiète. Elle commençait à penser que le rôle qu’on lui faisait jouer était plus grave qu’elle ne l’avait cru, plus grave que ceux qu’on lui fait jouer ordinairement. Elle n’avait jamais vu la bande s’attaquer à une femme.

— Je ne sais rien, murmura le bandit comme s’il craignait d’être entendu. Nous avons tous été convoqués. Tous les fusils sont là… Defson, Cuccini, Jervy, Stubbs…

— Tous les fusils ? dit-elle en pâlissant sous son rouge. Que voulez-vous dire ?

— Ils sont tous là et armés… répondit-il d’un ton bourru. Ils attendent depuis une demi-heure.

Joan restait silencieuse, le cœur battant. Monty avait donc bien dit la vérité. Derrière Monty, derrière Oberzohn, elle sentait toute une organisation dont elle n’avait vu jusqu’à ce jour fonctionner qu’un petit côté : les parties de cartes qu’elle alimentait et qui rapportaient tant d’argent… Et cette organisation comportait un corps régulier d’hommes, recrutés dans toutes les parties du monde et prêts à toutes besognes.

Monty ne parlait-il pas quelquefois de sa « Vieille Garde » ? Elle ne s’était jamais demandé à quoi il l’employait, mais, un jour, il avait fait allusion à une fâcheuse concurrence qui s’exerçait à Smyrne contre la Cie Oberzohn et Smith.

Oberzohn y avait envoyé des hommes à lui et, peu après, on avait pu lire dans les journaux « qu’une insurrection religieuse » y avait éclaté, le résultat le plus clair de cette insurrection avait été l’incendie d’un important entrepôt… et Monty n’avait plus jamais parlé de la « fâcheuse concurrence ».

La « Vieille Garde » rentra en Angleterre, diminuée d’une unité, l’un des hommes avait été tué, Joan l’apprit par une lettre que Monty écrivit à la veuve, elle était toujours à peu près au courant de ce que faisait Monty, vivant constamment avec lui ; elle passait selon les nécessités de l’heure, tantôt pour sa nièce, tantôt pour sa sœur, pour sa fille ou pour sa maîtresse. Elle eût été sa confidente, s’il avait eu besoin qu’elle le fût.

— Quel est cet homme avec une petite moustache ? demanda-t-elle, est-il de la bande ?

— Non, c’est un employé d’Oberzohn… pour Dieu ! n’allez pas raconter à Monty ce que je vous ai dit. J’ai l’ordre de surveiller la jeune fille cette nuit…

— Quelles intentions ont-ils donc à son sujet ?… Mon Dieu, mon Dieu… dit-elle tremblante d’inquiétude.

— Dansons, répondit simplement Benton, et il l’entraîna dans la foule des danseurs.

Ils se trouvaient au milieu de la salle lorsque, tout à coup, les lumières s’éteignirent.

CHAPITRE IX

AVANT QUE LA LUMIÈRE NE S’ÉTEIGNE

Après quelques danses. Mirabelle avait demandé à s’asseoir. Elle avait chaud. Lord Evington, quoique bon danseur, n’avait pas le rythme et la souplesse qui font oublier la fatigue.

— Voulez-vous, gracieuse dame, venir dans le petit salon ? Il y fait frais et les fauteuils y sont particulièrement confortables.

Elle le regarda avec surprise.

— « Gracieuse dame » est une expression tout à fait allemande, lord Evington, pourquoi l’employez-vous ? C’est charmant du reste, s’empressa-t-elle d’ajouter.

— J’ai longtemps vécu en Allemagne, répondit Gurther, mais je n’aime pas les Allemands… ils sont stupides.

Une serre donnait dans le salon, des tables et des sièges étaient préparés dans des bosquets de fleurs et de feuillages éclairés par des lanternes chinoises ; lord Evington proposa à Mirabelle d’y prendre place.

— Non, je préfère rester ici, répondit la jeune fille.

— Oh ! excusez-moi, dit-il sans insister, et il se précipita à la recherche de chaises et de coussins.

Ils étaient presque seuls. Un domestique guettait leur appel possible.

— Voulez-vous prendre du champagne ? une orangeade ?… bien.

Il fit signe au garçon qui s’approcha pour recevoir les ordres.

— Vous voudrez bien excuser mes manières si elles vous paraissent étranges, dit-il. Non seulement j’ai beaucoup vécu en Allemagne, comme je vous l’ai déjà dit, mais j’ai été aussi longtemps en France pendant la guerre.

Gurther avait, en effet, séjourné longuement en Allemagne, mais jamais il n’avait mis les pieds en France, et de la guerre, il n’avait connu que l’explosion d’une bombe tombée près de la prison de Mayence où il purgeait une peine.

— Vous habitez la campagne ? reprit-il.

— Non. Londres. Je suis chez M. Oberzohn.

— Ah ! oui. C’est un excellent homme et si distingué !

Elle n’avait guère été frappée de la « distinction » du docteur, mais elle avait plaisir à entendre vanter son patron. Elle était au surplus, un peu distraite ; son esprit s’était envolé vers Heavytree. Elle évoquait le paisible salon aux cretonnes imprimées, qui, à cette heure nocturne, devait être embaumé par les senteurs du jardin… et le petit fox Jim qui devait la chercher partout… Elle se sentit tout à coup bien loin de tout cela… et bien seule. Elle avait envie de rejoindre Joan et de la prévenir qu’elle changeait de projets ; elle décidait de rentrer à Gloucester cette nuit même…

Pendant ce temps. Gurther jouait avec des pailles qu’il avait prises dans un verre sur la table, négligemment il trempa l’extrémité de l’une d’elles dans un flacon qu’il tenait d’une main sous le plateau de la table et qui contenait une poudre rouge.

Mirabelle fixait des yeux une petite porte qui semblait ouvrir directement dans la rue : elle se disait qu’en sortant par là, elle trouverait sans doute facilement quelque taxi qui la conduirait vite à la gare de Paddington…

Elle attendait avec impatience le retour du domestique. Il vint enfin et Gurther plaça devant elle une orangeade dans laquelle il mit aimablement deux pailles.

— Puis-je fumer, demanda-t-il en ouvrant son porte-cigarettes.

Elle acquiesça en souriant et, se penchant, elle prit les pailles entre ses lèvres. Un affreux goût d’amertume lui fit repousser vivement le verre avec une grimace.

— Oh ! que c’est mauvais ! dit-elle en saisissant une carafe.

— Je vous en prie, prenez la mienne, dit Gurther. Il y avait sans doute quelque chose dans la paille.

Il disait bien la vérité.

— C’était… elle ne put continuer, toute la pièce lui semblait tourner.

Elle se leva en titubant et s’accrocha désespérément au bras de Gurther.

— Ouvrez la petite porte, garçon, madame se trouve mal et a besoin d’air.

Le domestique obéit. Un homme parut, exactement dans l’embrasure ; il était en habit de soirée avec une cape espagnole.

Gurther stupéfait resta immobile. Gonsalez le regardait en ricanant avec une expression de défi…

Brusquement tout fut plongé dans une obscurité complète. On avait tourné l’interrupteur général.

CHAPITRE X

QUAND LA LUMIÈRE S’ÉTEIGNIT

Il se passa quelques instants avant que, dans l’obscurité, quelqu’un eût pu atteindre la cabine où se trouvaient les commutateurs et dès que la lumière fut rétablie, l’orchestre entama un joyeux fox-trott.

Le directeur de l’établissement s’agitait fort.

— Qu’est-il donc arrivé ? Est-ce le plomb principal qui a sauté ?

— Non, répondit le portier, assez bourru, sans doute quelque imbécile a tourné l’interrupteur, cependant je n’ai vu personne s’approcher de la cabine.

Le garçon qui avait servi l’orangeade déclara :

— Un monsieur et une dame s’étaient assis ici, un autre monsieur venait de dehors par là ; et il désignait la petite porte qui ouvrait dans la cour.

— Où sont maintenant ces personnes ? demanda le directeur.

— Je n’en sais rien, la dame venait de s’évanouir.

Le directeur était passé dans la petite cour et inspectait les lieux.

— La fenêtre de la cabine est ouverte, dit-il, en rentrant. Quelqu’un a pu facilement atteindre le commutateur en étendant le bras, mais tout est désert actuellement. Êtes-vous certain que les personnes dont vous parlez ne sont pas rentrées dans le grand hall ?

— Peut-être, répondit le garçon.

À ce moment-là, quatre hommes entrèrent dans la pièce ; pendant que l’un d’eux fermait la porte avec soin, les trois autres entouraient le directeur. Celui-ci, assez troublé, car les plus innocents n’aiment guère les enquêtes de la police, leur dit en désignant le garçon :

— Voici Philippe, c’est lui qui a servi le monsieur et la dame.

— Comment était le monsieur ?

Philippe fit une description brève mais exacte.

— C’est Gurther, dit l’un des policiers.

— Et la dame ? questionna l’inspecteur Meadows qui paraissait très inquiet, vous dites qu’elle était évanouie ? avait-elle pris quelque chose ?

— Elle avait goûté l’orangeade qui est dans ce verre, elle l’a repoussée aussitôt disant qu’elle était très mauvaise ou plutôt que les pailles avaient un goût affreux, et Philippe tendait à l’inspecteur le verre dans lequel trempaient encore tes pailles.

Celui-ci passa le doigt sur l’extrémité et goûta légèrement.

— Oui, dit-il en se dirigeant vers la petite porte.

Gonsalez était évidemment l’homme qui entrait par cette porte, mais qu’était-il devenu ? Qu’avait-il pu faire devant une femme empoisonnée et évanouie et un adversaire aussi dangereux que le « fils du serpent » ?

— Quand la lumière fut éteinte… poursuivait Philippe.

Le visage de Meadows s’éclaira.

— C’est vrai, j’oubliais cela, dit-il à mi-voix…

Pendant tout le trajet du retour à Scotland Yard, l’inspecteur Meadows fut obsédé par une idée qui ne concernait ni Gonsalez, ni la jeune fille, ni l’obscurité subite. Avant toute autre chose, un nom prononcé devant lui dans l’après-midi occupait son esprit, Johnny ! le mystère de Manfred.

Au coin de la rue Curzon il quitta ses compagnons et se dirigea vers la maison. Il remarqua au premier étage une lumière qui filtrait à travers les rideaux ; Poiccart vint lui ouvrir.

— Oui, Georges et Léon ont passé il y a quelques instants… La jeune fille ? Ils n’en ont pas parlé ; ils avaient l’air assez ennuyés. Voulez-vous entrer ?

— Non, je suis pressé. – Il y a de la lumière dans le bureau de Manfred ?

Un vagué sourire passa sur le visage de Poiccart.

— C’est aussi mon bureau… les domestiques prennent de grandes libertés en l’absence de leur maître. Avez-vous quelque chose à faire dire à Georges ?

— Demandez-lui de m’appeler à Scotland Yard.

Poiccart referma la porte et monta rejoindre ses amis dans le bureau de Georges.

Pâle et les yeux clos, Mirabelle Leicester était étendue sur un canapé. Le domino vert gisait à terre ; Léon, à genoux près d’elle, lui donnait des soins ; Manfred, debout, la considérait avec anxiété.

— Va-t-elle mourir ? demanda-t-il.

— Je n’en sais rien. On meurt quelquefois de cette manière, répondit Léon avec calme.

— Gurther est dangereux !

— Qu’est-ce que c’était ? demanda Georges.

Gonsalez fit un geste évasif.

— Un mélange de morphine et de je ne sais quoi. J’espère qu’elle s’en tirera, elle est jeune et… ce serait bien dommage.

Poiccart semblait le plus ému des trois.

— Si nous faisions venir Elver ? proposa-t-il d’une voix tremblante. Léon eut une grimace de gamin.

— La culture des oignons à Séville vous a attendri, Raymondo mio !

Il avait l’habitude de plaisanter dans les moments les plus graves : c’était sa manière de réagir quand il était inquiet.

— Les oignons, comme chacun le sait, sont très sentimentaux : ils font pleurer. C’est un légume bien sympathique… Mais, elle vit !

Les paupières de Mirabelle venaient de battre par deux fois. Léon se hâta de lui injecter le contenu d’une seringue qu’il tenait toute prête.

— Demain, elle aura l’impression de s’être enivrée, dit-il. Oh ! senorinetta ! daignez ouvrir vos beaux yeux et regardez vos amis.

Elle entendit ces mots, prononcés en espagnol et ouvrit les yeux.

— Vous êtes bien loin d’Heavytree, mademoiselle Leicester.

Elle regardait d’un air tout étonné le visage sympathique de Manfred.

— Où suis-je, dit-elle péniblement avec une expression de souffrance.

— Exactement comme dans les romans, dit Léon sentencieusement. Quand ils ne demandent pas où ils sont, ils demandent leur mère : la voilà hors de danger. Et, lui prenant le poignet : le pouls est bon et régulier, ajouta-t-il, et quel beau développement crânien – des dispositions pour les mathématiques bien probablement.

— Elle est très jolie, dit Poiccart à voix basse.

— Tous les êtres sont beaux – comme tous les oignons. – Entre une jeune fille et une vieille duègne il n’y a qu’une différence de pigmentation et d’activité cellulaire.

— Combien de temps avons-nous ? interrompit Manfred.

— Pas longtemps, sans doute, dit Léon en secouant la tête. Évidemment, nous aurions pu demander à Meadows de nous amener du renfort, mais il vaut mieux ne pas le mêler à tout cela.

— La « Vieille Garde » était-elle là ?

— Au grand complet – et ils seront ici aussitôt que le Herr Doktor aura compris ce qui s’est passé… Je crois qu’il est temps de ramener cette jeune fille chez elle, dit Gonzalez.

Il prit Mirabelle dans ses bras. Ses amis le précédèrent en ouvrant les portes. Ils traversèrent la maison et arrivèrent, par la cuisine, dans une cour où une porte solide donnait sur la rue. Ils l’ouvrirent au moment même où s’arrêtait une voiture d’ambulance où se trouvaient une infirmière et deux hommes. Ils y installèrent la jeune fille, puis s’adressant au chauffeur :

— Prenez la route directe Swindon-Gloucester. – Bonne nuit, dit Gonsalez.

— Bien, monsieur ; bonne nuit.

Ils regardèrent la voiture s’éloigner. Quand le son du clackson se fut éteint dans le lointain :

— La voilà hors de danger, dit-il.

— Plop !

Il vit l’éclair d’une arme à feu et entendit le claquement d’une balle sur la porte : puis une forte détonation retentit et un cri de douleur partit d’un coin obscur de la remise.

Léon rentra dans la cour et poussa les verrous.

— Oberzohn est vraiment un vieux rusé. Il a découvert un nouveau silencieux.

Manfred remettait un browning dans sa poche.

Ils rentrèrent dans la maison où Poiccart avait éteint les lumières.

— Vous avez atteint votre homme. Serait-il tué ?

— Par hasard, c’est possible. J’ai visé l’estomac, mais j’ai pu l’atteindre à la tête. Il n’aurait pas crié avec une balle dans le ventre. Je crains bien qu’il soit encore vivant.

Il monta et prit le téléphone. Une voix répondit aussitôt : « j’écoute ».

— Donnez-moi le 88-77.

Une voix différente reprit :

— Allô… ici Scotland Yard.

— Je voudrais parler à M. Meadows. Manfred attendait, les sourcils froncés.

— C’est vous. Meadows ?… ils ont tiré sur Gonsalez. Voulez-vous envoyer la police et une ambulance ?

— Tout de suite.

— Que ces gens sont intelligents, s’exclama Léon plein d’admiration. Au lieu de couper la ligne, ils l’ont interceptée.

— Peuh ! murmura Manfred, ce n’était pas Oberzohn, mais le capitaine Monty et Lew Cuccini.

Il s’interrompit brusquement. On avait frappé un coup violent à la porte d’entrée.

— L’un de nous va tirer un coup de feu par la fenêtre, dit Léon, pour faire peur à ces gens-là.

Il monta en courant jusqu’en haut de l’escalier. Sur le palier il y avait une échelle. S’éclairant avec sa lampe de poche il entra dans une pièce où il trouva ce qu’il cherchait ; un tube rempli de matières explosives. Il le prit et ayant atteint une lucarne à l’aide de son échelle il passa sur le toit ; il y déposa son engin et alluma la mèche. Une flamme s’alluma et une explosion retentit. Une gerbe d’étincelles s’éleva dans le ciel ; lorsque la dernière s’éteignit, il quitta le toit et rejoignit ses amis.

— Si ma psychologie n’est pas en défaut, je pense qu’ils vont maintenant nous laisser en paix, dit-il. Ils doivent croire que j’ai fait un signal pour appeler la police.

Dix minutes plus tard un autre coup retentissait à la porte, mais cette fois plus autoritaire.

— Voici le policeman qui vient faire des observations sur notre feu d’artifice, dit Léon, et il courut à la porte qu’il ouvrit sans hésitation.

Une grande silhouette casquée se trouvait devant lui. L’homme demanda :

— Est-ce vous qui avez lancé cette fusée ?

Léon fit quelques pas dans la rue et inspecta les alentours. Il avait bien deviné : « La Vieille Garde » avait disparu.

CHAPITRE XI

GURTHER

Monty Newton rentra chez lui, ennuyé et fatigué. Il y trouva Oberzohn installé.

— Alors, tout a bien marché ? lui demanda celui-ci.

— Ils ont blessé Cuccini à la mâchoire – rien de grave, répondit Newton en prenant du whisky.

— Gurther mérite une punition, dit Oberzohn. Il est évident qu’il a perdu la tête.

— Vous savez que la police le recherche ?

— Gurther est trop utile pour que nous l’abandonnions. J’ai, pour lui, une cachette très sûre.

— Où donc est-il ?

— Qui sait ?… peut-être est-il rentré. La flamme verte, sur notre toit, l’avertit qu’il est nécessaire de prendre des précautions.

— Qu’est-ce que la jeune fille a pu devenir ? dit Oberzohn qui regardait fixement les flammes dans le foyer.

— Je suppose que Mirabelle a été ramenée à Heavytree et vous pouvez liquider votre laboratoire. Il n’y a plus qu’une route à suivre, pour nous… et elle est rude. Nous avons cependant le temps. On peut faire bien des choses en six semaines…

____________

 

Il faisait grand jour quand le docteur rentra chez lui, mais la lumière verte du signal était toujours allumée. Il ne fut pas surpris de trouver Gurther dans l’antichambre. Celui-ci avait abandonné ses habits de soirée pour reprendre son linge sale et ses vêtements usagés.

— Vous voilà revenu, Gurther ?

— Ya, Herr Doktor.

— Suivez-moi dans mon bureau, ordonna Oberzohn.

Gurther obéit et resta le dos contre la porte, raide, le menton haut, les yeux fixés.

— Racontez maintenant, dit le docteur.

— Quand je me suis trouvé en face de l’homme, j’ai été saisi… la lumière s’est éteinte, et, dans la crainte qu’il ne tire, je me suis jeté contre terre. Il a dû emporter la jeune fille, je n’ai pas bien vu, il y avait un palmier… Ensuite, je suis rentré dans le grand salon où tout le monde était effrayé.

— Approchez.

L’homme fit quelques pas. Quand il fut près d’Oberzohn, celui-ci le souffleta par deux fois. Il ne sourcilla pas.

— Vous méritiez une punition, Gurther. – Quelqu’un vous a-t-il vu rentrer ?

— Non, Herr Doktor.

— Bien.

Oberzohn entra dans une des pièces où personne n’avait le droit de pénétrer ; il en ressortit, portant une grande caisse recouverte d’un tapis qu’il remit à Gurther ; il alla en chercher une seconde, plus grande encore et fit signe à Gurther de le suivre. Après avoir traversé le jardin inculte, ils atteignirent l’usine dont les ruines s’estompaient dans le brouillard : le sol y était partout recouvert des débris de l’incendie. À une certaine place, Oberzohn, écartant les gravats du pied, découvrit une dalle : il la souleva. Elle recouvrait l’entrée d’un petit escalier dans lequel il s’engagea. Bientôt les deux hommes se trouvèrent dans une pièce d’aspect confortable et que Gurther connaissait bien pour y avoir passé les six premiers mois de son séjour en Angleterre. Rien, dans le sous-sol, n’avait souffert de l’incendie.

— Vous resterez ici jusqu’à nouvel ordre, dit Oberzohn. Il est probable qu’ils vont fouiller toute la maison. Vous avez tout ce qu’il vous faut comme provisions dans la cave voisine. Ce soir, ou demain, je reviendrai ; vous allumerez du feu. Il montra les deux caisses recouvertes de tapis.

— Bonjour, Gurther !

— Bonjour, Herr Doktor.

Oberzohn remonta rapidement, remit la trappe à sa place, la recouvrit de cendres et de gravats puis, ayant prudemment regardé autour de lui, il regagna la maison.

Il était en plein travail quand la police arriva.

CHAPITRE XII

LES THÉORIES DE LÉON

L’enquête faite par l’inspecteur Meadows établit que, le soir précédent, à huit heures, deux hommes étaient venus à l’hôtel demander Barberton. L’un, grand et distingué, portait des lunettes noires et marchait avec une canne, un peu comme un invalide, l’autre paraissait être son serviteur.

Aux questions du policier, le directeur de l’hôtel avait répondu :

— Non, monsieur Meadows, il n’a pas dit son nom ; quand je lui ai raconté la mort de M. Barberton, il a paru si bouleversé que je n’ai pas insisté.

À l’heure du déjeuner, Meadows arriva rue Curzon. Comme de coutume, Manfred partageait son repas avec son chauffeur et son maître d’hôtel, ce qui était considéré par la cuisinière et la femme de chambre comme une excentricité. On mit un couvert de plus pour Meadows. Le Triangle était de joyeuse humeur ; Léon surtout était plein d’entrain :

— Nous avons fouillé la maison d’Oherzohn, de la cave au grenier, dit Meadows. Et, bien entendu, pas trace de l’élégant Gurther, dit Léon en souriant.

— Non. Il doit se méfier : j’ai remarqué une lumière verte qui ne peut être qu’un signal.

Manfred réprima un bâillement.

— Gurther est rentré peu après minuit et avant le retour d’Oberzohn, dit-il.

— En êtes-vous certain ? fit le détective déconcerté.

Les yeux de Léon étincelèrent.

— Après tout, dit-il, ce maudit brouillard empêche de bien voir… Mais, j’imagine que le Herr Gurther n’est pas loin. Avez-vous rencontré son compagnon Pfeiffer ?

— Oui, il nettoyait les chaussures quand je suis arrivé.

— Quelle occupation ! Quel homme intéressant que ce Gurther, reprit Léon d’un air distrait. J’ai l’impression qu’il évitera la potence, encore cette fois-ci. Alors, vous ne l’avez pas rencontré ? Moi, j’ai eu ce plaisir cette nuit, et s’il n’y avait pas eu la dame, qui était aussi encombrante qu’intéressante, il aurait été facile de mettre un terme à son activité. Et, regardant Meadows dans les yeux : Évidemment, j’aurais dû vous le passer.

— Évidemment, répondit sèchement l’inspecteur.

— Allez-vous voir M. Johnson Lee ?

— Pourquoi me demandez-vous cela ? dit Meadows très surpris de voir qu’on était au courant de ses projets sans qu’il en eût parlé.

— Il vous étonnera, poursuivit Manfred.

— Vous le connaissez donc ?

— J’ai seulement téléphoné avec lui, répondit Manfred. Vous ferez bien de veiller sur M. Lee, Meadows ; notre ami le Serpent pourrait faire des siennes à son sujet s’il apprend que Barberton lui faisait des confidences.

Le détective posa fourchette et couteau :

— Mes amis, je voudrais bien que vous cessiez de parler de manière aussi mystérieuse, dit-il, moitié amusé, moitié agacé. Que voulez-vous dire ? Vous parlez du Serpent comme si vous pouviez vous en rendre maîtres !

— Mais, nous le pouvons, répondirent-ils ensemble.

— Et qui est-il donc ? reprit Meadows avec ironie.

— Le Herr Doktor Oberzohn tout simplement, dit Gonsalez en souriant.

— Oberzohn !…

— Il suffit, pour s’en convaincre, de se rappeler les trois méfaits du Serpent : premièrement, il s’est attaqué au coulissier :

C’était un riche spéculateur qui finançait parfois des affaires suspectes ; dix mois avant sa mort il avait retiré d’une banque une grosse somme et, quelques instants après, l’employé qui lui avait remis l’argent, sortant pour déjeuner, l’aperçut dans un taxi avec Oberzohn au moment où celui-ci mettait dans sa poche l’enveloppe bleue dans laquelle son client venait de mettre les billets. Le coulissier commanditait le docteur. L’affaire échoua et l’argent fut perdu. N’ayant guère confiance en son associé, le coulissier demanda à être remboursé : il portait toujours le reçu sur lui, et aussi un revolver… L’enquête, faite après sa mort, ne tint pas compte de ces circonstances, mais vous connaissez leur exactitude.

Meadows secoua la tête.

Le jour où il mourut il avait rencontré Oberzohn et l’avait menacé de le dénoncer… Lorsqu’on fouilla son cadavre, le reçu avait disparu… La deuxième fois, un repris de justice fut la victime. Cet homme, dans l’espoir de quelque aumône, s’était approché de la voiture du financier, le chauffeur l’avait remarqué. Ce mendiant avait dû surprendre quelque chose, car, à l’asile de nuit où il coucha, il raconta à son voisin de lit qu’il allait mettre la main sur un million de livres sterling et… un ou deux jours après, on le vit entrer dans une cabine téléphonique, se rendre à Hyde Park en en sortant (évidemment à un rendez-vous), et le Serpent le mordit.

— Vos méthodes d’investigations sont indiscutablement supérieures aux nôtres, interrompit Meadows en souriant.

— Vous voulez dire qu’elles les complètent, répondit Georges aimablement.

— Continuez, Léon.

— Il y avait encore un témoin gênant. Il fut la troisième victime : l’employé de la banque, apprenant la mort de son client le coulissier se vit en présence d’un cas de conscience. J’ai la preuve qu’il appela Oberzohn au téléphone. Vous vous souvenez que l’enquête a établi qu’une grosse partie de la fortune du coulissier avait disparu quand il fut assassiné. Or, le brave employé avait la certitude qu’Oberzohn savait parfaitement où était cette fortune et il avait eu l’imprudence de lui demander pourquoi il gardait le silence. Le même jour il était mort.

Le détective se taisait, plein d’admiration.

— Tout cela ressemble à un roman feuilleton, dit-il enfin, et cependant cela se tient parfaitement.

— Cela se tient parce que c’est la vérité, intervint Poiccart qui n’avait pas encore soufflé mot. La logique chez Oberzohn est une règle absolue et rien n’est plus logique au monde que la suppression de ceux qui peuvent compromettre votre sécurité.

Meadows, qui avait à peine touché au déjeuner, repoussa son assiette.

— Des preuves ? demanda-t-il d’un ton sec.

— Quelles preuves vous faut-il, cher ami ? demanda Léon, railleur.

— Montrez-moi comment on peut dresser un serpent à mordre quelqu’un en plein jour, sans se montrer, et cela, sous les yeux mêmes d’un policeman, comme ce fut le cas pour Barberton. Alors, je vous croirai.

Les trois amis se regardèrent en souriant.

— Je vous montrerai cela un de ces jours, dit Léon. Le serpent est en effet admirablement dressé : il se déplace avec une telle rapidité qu’aucun regard ne peut le suivre. Il mord toujours au meilleur endroit et au meilleur moment. Cette nuit, il m’a attaqué et manqué. À la prochaine récidive – il parlait lentement, en fixant les yeux du détective – toute la police du monde et toute la « Vieille Garde » seront incapables de me protéger.

Poiccart se leva subitement. Il avait entendu un coup de sonnette ; il descendit pour ouvrir.

Meadows paraissait nerveux.

— Tout cela me fait l’effet d’un roman dont je ne vois que la couverture, tandis que vous en lisez le texte, dit-il. Vous me paraissez connaître cette histoire depuis A jusqu’à Z…

Léon fit un mouvement évasif.

— Pourquoi ne pas me la dire ?

— Parce que je fais grand cas de votre vie, répondit Léon avec simplicité… Nous préférons que le Serpent porte son attention sur nous seuls.

— Voulez-vous recevoir M. Elijah Washington, demanda Poiccart qui rentrait dans la pièce, les yeux brillants et d’un ton qui semblait supposer qu’on ne pouvait refuser une proposition aussi intéressante.

Quelques minutes plus tard, il introduisait un homme tout vêtu de blanc. Un panama sous le bras, les mains dans les poches, il promenait sur l’assistance un regard vif et rieur derrière un pince-nez.

— Enchanté de faire votre connaissance, messieurs, dit-il. Je pense que Barberton vous a parlé de moi le pauvre diable ! On m’a dit que je trouverais ici l’inspecteur de la police Meadows ?

— C’est moi, monsieur, dit l’inspecteur.

Washington serra la main du policier.

— Enchanté… Je m’appelle Elijah Washington, professeur d’histoire naturelle à Chicago.

— Asseyez-vous, monsieur Washington, dit Poiccart avançant un siège.

— Je tiens à vous dire, messieurs, que Barberton a été assassiné et non mordu par un serpent. Les serpents, je les connais depuis toujours, j’ai vécu avec eux, ils me sont aussi familiers que les mouches, et je soutiens que ni dans ce monde, ni dans l’autre on ne verra jamais un serpent escalader un parapet, mordre un homme et s’en aller tout tranquillement.

Son regard se posait tour à tour sur chacun des assistants avec une expression toute paternelle.

— J’aimais ce petit homme et je suis désolé de sa mort, dit-il. Si quelqu’un prétend qu’il a été mordu par un serpent, on peut assurer que c’est un mensonge.

— Prenez-vous du café ? proposa Manfred.

— Bien volontiers ; je ne suis pas buveur de thé – depuis mon séjour à Angola…

— Que faisiez-vous là-bas ? demanda Léon.

— Je cherchais des spécimens de serpents pour les muséums et les jardins zoologues.

… Il avait rencontré Barberton par hasard : Un jour, à Mossamades, il avait surpris des métis portugais accroupis autour d’un feu où grillaient des pieds d’homme. Il était intervenu en sa faveur.

— Je ne sais pas exactement qui il était, sans doute un prospecteur. On en rencontre beaucoup sur cette côte, particulièrement à Angola ; ils finissent par s’implanter dans le pays…

— Alors, vous ne pouvez rien nous apprendre à son sujet ?

— Non, je ne le connais pas mieux que je ne vous connais vous-mêmes. Quand j’ai compris dans quel but on le torturait, je l’ai interrogé, mais pas plus qu’à ses bourreaux il ne m’a dit où la chose était cachée.

— Mais quelle chose était cachée ?

Manfred mit tant de vivacité à faire cette question que Washington en resta tout surpris.

— Mais, la fameuse lettre qu’ils voulaient… Je croyais que Barberton vous avait tout raconté ; une lettre qu’il avait trouvée et dont il ne voulait rien dire. J’ignore absolument par qui, pour qui et à propos de quoi cette lettre était écrite. Washington but d’un trait son café encore brûlant et, en posant sa tasse : Voici le meilleur café que j’ai bu depuis que je suis parti de chez moi, dit-il.

— Vous vous demandez, sans doute, pourquoi je suis ici, messieurs, ajouta-t-il en essuyant ses lèvres avec un grand mouchoir de soie multicolore. Eh bien, c’est que j’imagine que je pourrais être de quelqu’utilité à des gens qui chassent le serpent…

— C’est un sport assez dangereux, répondit Manfred très tranquillement.

Washington secoua la tête négativement.

— Pour vous, oui, mais pour moi, non. Je suis immunisé contre tous les venins.

En parlant ainsi il relevait sa manche et montrait un avant-bras couvert de cicatrices anciennes.

— Ce ne sont que des traces de morsures, dit-il avec fierté, et, en désignant une particulièrement grave, il ajouta :

— Lorsqu’un cobra me fit celle-ci, mes compagnons me crurent mort et se partagèrent mes affaires.

— Mais vous avez dû en être très malade ? demanda Gonsalez.

— Non, monsieur, pas plus que d’une piqûre d’insecte. Les uns digèrent l’arsenic, les autres supportent une dose de morphine qui décimerait une province ; moi, je résiste au venin de serpent. J’ai été mordu depuis l’âge de cinq ans.

Son visage devint soudain sérieux ; se penchant vers ses interlocuteurs :

— Je suis l’homme qu’il vous faut, dit-il avec conviction.

— Je le crois en effet, répondit Manfred, appuyant sur les mots.

— Ce vieux reptile n’a sans doute pas fini de mordre. Il faut que je le provoque, car les personnes qui prétendent que les serpents sont naturellement agressifs n’y connaissent rien : en réalité, ce sont des animaux timides et paisibles, ils ne demandent rien à personne, au contraire, ils s’enfuient quand on approche.

Léon regardait attentivement Washington lancé sur son sujet favori.

— Quelle étrange chose de penser, murmura-t-il, que cet homme pourrait bien être le seul survivant d’entre nous, la semaine prochaine !

Meadows ne put réprimer un frisson.

CHAPITRE XIII

LE RETOUR DE MIRABELLE

Quand Mirabelle se réveilla le lendemain, sa tête était lourde et pleine d’images confuses quelle ne parvenait pas à mettre en ordre. Dans une demi-lucidité elle revoyait, comme en rêve, un affreux visage de vieillard au crâne hypertrophié, des couples tournoyants au son d’une musique, une table bien servie, un homme élégant et aimable… Mais, où donc avait-elle dîné ?

— Vous avez été ramenée ici, lui expliquait tante Alma, en auto, par une infirmière accompagnée de deux hommes ; il était trois heures du matin. Quand on a sonné, j’ai été très effrayée, car, à vrai dire, j’avais été fort inquiète toute la journée après avoir reçu votre dépêche me disant de ne pas venir vous rejoindre.

— Mais je ne vous ai rien télégraphié de semblable !

— Quand j’ai ouvert, un homme, très comme il faut, m’a dit que vous étiez souffrante et qu’il avait été chargé de vous ramener chez vous. Nous vous avons couchée la garde et moi. Vous ne vous êtes pas réveillée mais vous aviez un sommeil agité.

Puis, quand elle fut un peu mieux. Alma lui dit :

— Depuis une demi-heure un monsieur, qui veut vous parler, attend en bas, Mirabelle.

— Qui est-ce ?

— Je n’en sais rien, ceux qui vous ont ramenée cette nuit ont fait quelques difficultés pour le laisser entrer.

— Comment cela ?... voulez-vous dire qu’ils gardent la maison ?

— Cela m’en a bien l’air, répondit Alma avec mauvaise humeur. Je me demande même de quel droit… Enfin, ils l’ont laissé entrer. Il se nomme John Lee.

Mirabelle fronça le sourcil.

— Je ne connais pas ce nom, dit-elle.

Elle s’habilla et descendit : elle retrouva Alma au pied de l’escalier.

— Il demande à vous voir seule, lui dit-elle avec humeur. Vraiment, il se passe ici des choses extraordinaires… ces hommes qui surveillent ma maison me portent sur les nerfs.

Mirabelle sourit sans répondre et entra dans le salon.

Un homme grand, aux épaules voûtées, se leva ; il avait le visage très ridé et portait des lunettes noires.

— Mademoiselle Leicester ? demanda-t-il avec beaucoup d’aisance et de courtoisie. J’espère que vous excuserez ma visite, mademoiselle, continua-t-il après qu’elle l’eût invité à s’asseoir. Pouvez me dire si vous avez entendu parler de M. Barberton ?

Elle parut chercher dans sa mémoire.

— Barberton… oui, il me semble avoir déjà entendu prononcer ce nom.

— Il a été tué hier sur un des quais de la Tamise.

La mémoire lui revint brusquement.

— L’homme qui a été mordu par un serpent, ah oui ! quelle horreur…

— C’était un de mes amis, sa mort fut pour moi une grosse émotion. Je devais le voir à son hôtel, le soir même… – Sans transition, l’étrange visiteur continua.

— Votre père était un savant, n’est-ce pas, mademoiselle Leicester ?

— Oui, c’était une autorité en astronomie…

— Parfaitement, c’est bien cela… il a vécu quelque temps en Afrique, je crois ?

— En effet, et il y est mort. Il observait les météores dans l’Angola. Vous savez sans doute qu’il y a souvent des aérolithes dans cette contrée. Mon père pensait que les montagnes où se trouve du minerai de fer les attirent comme un aimant. Il avait installé, là-bas, un petit observatoire… Il a été tué par les indigènes, ajouta-t-elle avec émotion.

— Savez-vous exactement où était son observatoire ?

Elle secoua la tête.

— Je ne saurais vous donner aucune précision, je ne suis jamais allée en Afrique. Peut-être ma tante pourrait-elle vous donner quelques renseignements.

Elle sortit de la pièce et trouva Alma dans le couloir.

— Savez-vous où était situé l’observatoire de mon père en Annula ? lui demanda-t-elle.

Alma ne s’en souvenait pas, mais elle possédait des albums contenant toutes les indications nécessaires. Elle alla les chercher. Mirabelle les posa sur une table devant M. Lee.

— Voici tout ce que nous possédons, dit-elle.

— Voulez-vous avoir la bonté de me lire ces documents, demanda-t-il.

Elle lut trois paragraphes. Ils relataient tous les détails sur l’installation de l’observatoire de Bishaka.

— Bishaka, interrompit le visiteur, c’est bien là… Êtes-vous certaine que M. Barberton n’a pas essayé de communiquer avec vous ?

— Avec moi, mais pourquoi ? dit-elle toute surprise.

M. Lee semblait réfléchir profondément.

— Êtes-vous assurée de n’avoir jamais reçu quelque document en portugais ?

— Absolument certaine, reprit Mirabelle. Nous recevons fort peu de correspondance : un document aussi particulier n’aurait pu nous échapper.

— Possédez-vous quelque lettre, quelque rapport de votre père, sur l’Angola ?

— Aucun… Il nous disait seulement qu’il avait réuni des informations intéressantes dont on pourrait peut-être un jour tirer parti… et aussi qu’il redoutait de voir les appareils qu’il avait placés un peu partout pour enregistrer l’état du ciel bouleversés par les prospecteurs qui circulera souvent dans la contrée.

— Ah ! il redoutait cela… voilà qui explique bien des choses !

Elle souriait :

— Cela ne m’explique rien du tout à moi, monsieur Lee, dit-elle. Est-ce que, par hasard, M. Barberton venait d’Angola ?

— Oui, il venait de cette région… Mais j’ai peur de vous dire…

— Peur de me dire quoi ?

— Par le temps qui court, il semble dangereux de savoir certaines choses : cela a fort mal réussi à Barberton et à d’autres. Si j’étais certain de ne pas vous mettre en danger, je vous dirais tout ce que je sais, dit-il avec bonté.

Il se leva lentement :

— Ce que je peux faire de mieux, poursuivit-il, est de consulter mon avocat. Lui seul pourra, après lecture des documents, prendre un parti, me conseiller.

— Pourquoi ne pas les lire vous-même ?

— Je ne le peux, dit-il avec simplicité, je suis aveugle.

— Aveugle ! s’écria Mirabelle avec surprise.

Il sourit :

— Je me tire assez bien d’affaire, n’est-ce pas, dit-il, pour un aveugle ? Je me dirige facilement, mais il m’est impossible de lire… du moins l’écriture ordinaire. Le pauvre Barberton m’avait appris le Braille. Pendant des années nous avons correspondu par ce moyen.

La pitié quelle avait éprouvée tout d’abord se transformait en admiration devant tant de simplicité et de philosophie.

— J’aurais aimé pouvoir vous en dire plus, dit-il en tendant la main à Mirabelle. Probablement vous ferai-je écrire dès demain, quand j’aurai acquis quelques certitudes. Je ne voudrais pas éveiller en vous des craintes ou des espoirs. Connaissez-vous M. Manfred ?

— Pas personnellement. L’avez-vous rencontré ?… et M. Poiccart, le Français ?

— Non, pas Poiccard. Mais Manfred m’a téléphoné ce matin de bonne heure. Il semblait au courant de mes relations avec mon pauvre ami. Il connaissait aussi ma cécité. C’est un homme remarquable, charmant et courtois. C’est lui qui m’a donné votre adresse – peut-être serait-il bon que je le consulte aussi.

— Vous feriez sûrement très bien, s’écria-t-elle avec enthousiasme. Ce sont des hommes merveilleux dont vous avez certainement entendu parler, monsieur Lee, les quatre Justiciers ?

— Vous paraissez les admirer beaucoup, mademoiselle, répondit M. Lee en souriant. Oui, c’est eux qui, il y a quelques années, se sont chargés de remédier à certaines bizarreries de la loi anglaise en punissant des misérables que cette loi n’avait pas su atteindre.

Mirabelle accompagna le visiteur jusqu’à sa voiture. Il avait refusé son aide ; elle n’avait pas insisté sentant qu’il avait plaisir à constater qu’il pouvait se suffire à lui-même. Quand la voiture se mit en marche, il salua une dernière fois avec un tel naturel qu’on n’aurait jamais pu penser qu’il n’y avait pas de regard derrière les lunettes noires.

Il disparut… et cela aurait bien pu être pour toujours, car Oberzohn avait décidé de ne plus lui laisser beaucoup d’heures à vivre. Mais, de leur côté, les Trois Justiciers avaient juré de contre-carrer ce projet. Et Gonsalez avait fait des propositions originales.

CHAPITRE XIV

UNE CURIEUSE ENTREVUE

Quand Gonsalez, qui avait été monter la garde à Heavytree rentra à Londres, il alla tout de suite retrouver ses amis, rue Curzon. Il leur dit qu’il considérait un répit de quelques jours comme très probable.

— Savez-vous quelque chose de Johnson Lee ? demanda-t-il.

— Meadows et l’ardent Washington ont été le voir, répondit Manfred. Ce dernier pourrait nous être d’un réel secours, il n’a peur de rien et il connaît certains remèdes qui pourraient être bien utiles, un jour ou l’autre.

Tout en parlant, il mettait des gants et Gonsalez le regardait avec admiration.

— Allez-vous être présenté à la Cour, ou prenez-vous le thé chez quelque duchesse ?

— Ni l’un, ni l’autre. – J’ai seulement rendez-vous avec l’ami Oberzohn.

— Quel diable d’homme vous faites ! s’exclama Léon en ouvrant de grands yeux.

— Je lui ai écrit qu’il ait soin d’enfermer son serpent. Je me suis servi d’un papier au carbone pour qu’il sache bien qu’il existe un double de la lettre qui se trouverait être une charge dangereuse contre lui, en cas d’accident. Je suis donc assuré de sortir indemne de chez lui. – Si vous n’êtes pas trop fatigué pour me servir de chauffeur, Léon, je préférerais la Buick à l’Hispano.

Un quart d’heure plus tard, la Buick s’arrêtait devant les bureaux Oberzohn et Smiths.

— Bonne chasse ! dit Léon en ouvrant la portière, puis il se plaça de manière à pouvoir surveiller les alentours de la maison.

Manfred attendit quelques minutes seulement et fut introduit dans l’étrange bureau du fameux docteur. Celui-ci était assis dans son fauteuil, Monty Newton était debout derrière lui.

— Monsieur Manfred, vous nous faites un grand honneur, dit Oberzohn en se levant et en indiquant un siège à son visiteur qui ne prit pas la main qui se tendait.

— Bonjour, Manfred, dit Monty en mordillant un cigare, étiez-vous au bal, cette nuit ?

— Quelle fâcheuse soirée ! interrompit Oberzohn. Mais Newton poursuivait, sur un ton jovial :

— Croyez-vous que j’ai égaré sa secrétaire et qu’il ne peut me le pardonner ! C’était une jeune fille, engagée hier – un peu étourdie, d’ailleurs. Elle a préféré accompagner ma sœur au bal, plutôt que de rentrer à la campagne où elle habite. Elle a dû se perdre dans le bal !… Nous ne l’avons plus revue depuis.

— C’est terrible, reprit Oberzohn. Je considère que j’étais responsable de cette jeune fille…

— À votre place, docteur, intervint Manfred froidement, je cesserais de m’en préoccuper. La jeune fille est rentrée chez elle, à Heavytree et – ce qui vous surprendra peut-être plus – je peux vous annoncer que, malgré les efforts de votre « Vieille Garde » elle y est encore à l’heure qu’il est.

— Ma vieille garde, monsieur Manfred ? Oberzohn jouait l’étonnement, que voulez-vous dire ?

— Comment va votre sœur ? demanda Manfred à Newton.

— Très bouleversée, naturellement… qui ne l’eût été dans de telles circonstances ? Joan est très impressionnable.

— Oui, il y a des années qu’elle est ainsi…, reprit Manfred d’un ton blessant.

— Puis-je fumer ?

— Mais comment donc… voulez-vous une de mes cigarettes ?

Manfred fixa étrangement le docteur.

— Je ne connais que trop vos cigarettes, dit-il. Ces mots jetèrent un froid.

— Je n’en veux pas, herr Doktor, il se creuserait des vides parmi vos familiers. Qui se doute que bien avant d’avoir composé votre merveilleux élixir, vous aviez déjà mérité l’immortalité ?

Oberzohn rougit jusqu’à la racine des cheveux.

— Vous semblez être bien au courant de mes travaux et me connaître comme moi-même, monsieur Manfred, dit-il d’une voix sifflante.

— Mieux, car vous avez beau vous efforcer d’assurer le prolongement d’une vie qui n’en vaut guère la peine, vous ignorez quand elle se terminera ; moi, je pourrais vous dire à quelle minute, exactement.

Il n’y avait plus traces de sourire sur les lèvres de Newton. Son regard restait ardemment fixé sur celui de Manfred.

— J’attends que vous me le disiez, répartit Oberzohn dont la volonté de fer avait peine à dissimuler la rage.

— Le jour où Mlle Leicester sera atteinte, de quelque façon que ce soit, vous-même et tous les vôtres seront punis.

— Écoutez, Manfred, il existe des lois dans ce pays, commenta vivement Newton.

— Je suis la Loi, et ces mots résonnèrent comme un glas fatal ; en cette affaire, je suis juge et bourreau, et je n’épargnerai personne.

— Êtes-vous aussi immortel ? dit Monty avec un ricanement.

— La Loi est immortelle, répondit-il.

— Je suppose que ce n’est pas seulement pour me raconter ces histoires que vous m’avez fait venir ici ? demanda Newton d’un ton impertinent.

— Je vous ai fait venir pour vous engager à cesser de poursuivre un but que vous n’atteindrez pas, et vous ordonner de ménager des vies que vous êtes prêts à sacrifier avec un cynisme révoltant. La fin de tout cela est proche.

Il se leva avec calme et approcha du bureau :

— J’ignore ce que la police fera à propos de ce mystérieux serpent, Oberzohn, poursuivit-il ; moi, je vous propose, au nom de mes amis et de moi-même, de vous laisser aux prises avec Meadows et de ne plus nous occuper de vos affaires.

— Et que demandez-vous en échange de cette combinaison ? demanda Newton qui, les mains derrière le dos, feignait de déguster très tranquillement son cigare.

— La sécurité pour Mlle Leicester. Trouvez un autre moyen de vous procurer l’argent que vous employez si mal.

Newton sourit.

— Mon pauvre ami, vous dites-là une chose absurde : ni M. Oberzohn, ni moi n’avons besoin d’argent.

— Vous êtes en faillite tous les deux, reprit Manfred avec calme. Vous êtes dans le cas de joueurs qui voient la chance tourner contre eux. Vous avez des dépenses considérables auxquelles il vous est impossible de faire face. Trouvez autre chose, Newton… et dites à votre sœur que je la recevrai avec plaisir demain matin, à dix heures, rue Curzon.

— Si c’est un ordre, répondit Newton, sarcastique mais pâle de fureur, sachez que, ni elle ni moi, n’avons coutume d’en recevoir de personne. Vous vous trompez sur mon compte. Manfred… Je ne suis pas aussi négligeable que vous semblez le croire.

À ce moment, il sentit la pression du pied d’Oberzohn sur un des siens, il se calma et ajouta :

— En tous cas, n’attendez pas Joan demain : puis il fit une plaisanterie grossière tandis que Manfred le regardait fixement.

— Vous serez pendu par la Justice ou assassiné par Oberzohn, reprit Manfred si posément et avec une telle assurance que Monty ne put maîtriser un frisson.

Le soir, Manfred se disposait à se coucher lorsque Gonsalez entra dans sa chambre.

— Je serais curieux de savoir, lui dit Georges, pourquoi vous m’avez fait téléphoner au gardien de nuit d’Oberzohn pour lui dire qu’il ait à se tenir à la porte de la rue à onze heures pour attendre un message de son patron ?

— Parce que, répondit Léon tout joyeux en se frottant les mains, le gardien de nuit est un honnête homme à qui je ne veux pas de mal. Tant pis pour le bâtiment isolé. La seule chose qui m’arrêtait était cet homme, or – il est sauf – tout va bien.

Manfred ne posa pas d’autre question. Mais il ne fut pas surpris de lire, le lendemain matin, dans les journaux, le récit de l’incendie qui avait détruit pendant la nuit les bureaux d’Oberzohn et Smith.

— Les accidents sont, de terribles choses, dit sentencieusement Léon pendant le déjeuner, mais la conversation que j’ai eue avec l’employé d’Oberzohn était bien instructive. Il paraît que le docteur n’avait pas encore pris soin de renouveler son assurance contre l’incendie.

CHAPITRE XV

RATH HALL

Rath Hall, la propriété de M. Lee, était une grande et vieille maison à deux étages qu’un parc touffu dissimulait à tous les regards ; Léon serait passé sans la remarquer, devant la petite porte qui ouvrait sur la route, si un homme assis sur les pierres moussues d’un mur à demi écroulé ne lui avait fait signe d’arrêter.

S’approchant de la voiture il lui dit :

— M. Meadows est là il vous attend.

— Où diable est la maison ? demanda Gonsalez.

Pour toute réponse l’homme ouvrit la grille et Léon s’engagea sous la verdure épaisse d’une allée dont le gravier disparaissait presque totalement sous les herbes, mais où l’on distinguait des traces toutes fraîches de roues de voiture. Il arriva au moment où M. Johnson Lee passait à la salle à manger avec ses deux hôtes. Meadows, en voyant Léon demanda la permission de s’entretenir quelques instants avec lui, avant de se mettre à table.

— J’ai reçu votre message, lui dit-il. La seule chose qui me paraisse anormale est une invitation à un concert, qu’ont reçue tous les domestiques de M. Lee. Ce concert doit avoir lieu ce soir à Brightlingsea. Vous attendiez-vous à cela ?

— Oui, et j’espère que Lee leur permettra de s’y rendre : je préfère qu’ils ne restent pas ici Oberzohn nous prépare un mauvais coup. À part cela, il n’y a rien ?

— Non, rien, si ce n’est quelques hommes suspects aux alentours.

— Vous a-t-il montré les lettres de Barberton ?

À sa grande surprise, l’inspecteur répondit par l’affirmative.

— Oui, mais c’est du chinois pour moi, de vrais hiéroglyphes. Il m’en a lu, mais cela ne me paraît pas bien clair.

— Et les lettres écrites en caractères ordinaires ? demanda Léon avec anxiété.

— Il préfère attendre d’avoir vu son avocat pour nous les montrer.

Ils rejoignirent leurs hôtes dans la salle à manger.

L’aveugle attendait patiemment. Après s’être excusé, Léon s’assit à la place qu’on lui indiquait, le dos au mur, vis-à-vis d’une fenêtre grande ouverte. La soirée était chaude et belle. Le repas s’écoulait sans incident.

M. Washington était de ces gens qui s’adaptent immédiatement aux milieux où ils se trouvent. Il se sentait chez lui à Rath Hall comme s’il y avait toujours vécu. Ce soir-là, il avait une raison toute particulière d’être de bonne humeur, car, dans sa promenade matinale, il avait trouvé une vipère d’une variété très rare en Angleterre, il en fit une description détaillée et savante aux hôtes de Rath Hall.

— Je suppose que vous l’avez tuée ? demanda nerveusement Meadows.

— La tuer ! s’écria Washington avec indignation. Et, devrai-je aussi tuer tous les pigeons qui sont sur la pelouse ? Je n’ai aucune raison de vouloir du mal aux serpents. Je ne pense pas que Dieu les ait mis sur la terre à seule fin de les faire chasser et détruire par les hommes !… Non je ne l’ai pas tuée ; je l’ai envoyée à Londres, à un de mes amis du Jardin Zoologique qui en prendra soin jusqu’à ce que je l’emporte en Amérique.

Meadows respira.

— Pourvu que vous ne l’ayez pas dans votre poche…

Tout à coup Léon fit signe à Washington qui était en face de lui de bien vouloir se déplacer un peu vers la gauche ; l’amateur de serpents voyant avec quelle attention Gonsalez fixait la pelouse qui s’étendait devant la fenêtre, se hâta de lui donner satisfaction.

— Combien d’hommes avez-vous postés dans le jardin ?… demanda-t-il à Meadows.

— Dans le jardin aucun… il y en a un seul sur la route ; il est armé.

Léon sortit de sa poche une poignée de petits paquets entourés de papier de couleur, semblables à certains bonbons. Meadows qui fut seul à remarquer qu’il les jetait dans le jardin à droite et à gauche, eut la discrétion de ne pas lui demander ce qu’il faisait.

Léon revenu à sa place continua de dîner. Il semblait avoir plus de liberté d’esprit.

— Je n’ai pas l’intention de m’en remettre entièrement à l’avis de mon avocat, reprit M. Lee, j’ai aussi télégraphié au Dr Pinto Caillar de Lisbonne pour lui demander de vouloir bien venir à Londres en consultation…

On entendit par la fenêtre le bruit d’un pétard comme ceux que les enfants lancent les jours de fête. Léon s’approcha sans bruit de la fenêtre et sauta dehors. En touchant terre, un de ses pieds heurta un des petits paquets qu’il avait semés quelques instants plus tôt et le même bruit se produisit.

Il ne vit personne. Il longea le mur avec précaution, le revolver à la main, arrivé à l’angle il s’arrêta pour scruter les alentours, toujours personne. Devant lui se trouvait une haie dans laquelle un passage avait été ménagé. Il entendit un léger bruit, c’était Meadows qui le rejoignait. Léon posa un doigt sur ses lèvres pour l’engager à se taire et se dissimula derrière un arbre d’où il pouvait surveiller le passage dans la haie ; une roseraie en pleine floraison tachait l’ombre de masses claires et odorantes.

Léon tira de sa poche une sorte de tube qu’il adapta au canon de son revolver sans quitter la haie des yeux. Meadows entendit un bruit d’explosion très assourdi, avant même d’avoir compris que son compagnon allait tirer. Il y eut un froissement de feuilles et de branches, des pas précipités. Léon sautant dans le trou de la haie, arriva de l’autre côté juste à temps pour voir un homme plonger dans l’herbe haute.

— Plop.

La balle frappa un arbre à quelques centimètres du fuyard.

— Voilà qui est fait, dit Léon en débarrassant son arme de l’enveloppe qu’il y avait adaptée pour assourdir l’explosion.

— Espérons que personne n’a rien entendu et surtout M. Lee qui a l’ouïe si fine.

Il revint à la fenêtre de la salle à manger en ramassant les pétards qui n’avaient pas éclaté.

— Ce sont là des petits objets très précieux quand on a peur des voleurs, on en sème quelques-uns sur le parquet de sa chambre avant de se coucher, dit-il en plaisantant. Ils ne coûtent que 25 francs le cent et ils m’ont déjà sauvé la vie un bon nombre de fois.

M. Lee avait quitté la salle à manger ; appuyé sur sa canne il attendait au seuil de la porte d’entrée. Washington, l’air très intrigué, se tenait à ses côtés.

— Qu’est-il arrivé, demanda le vieillard avec inquiétude, je crois avoir entendu un coup de feu.

— Deux, répondit vivement Léon. J’espérais que vous n’auriez pas entendu ; je ne sais qui était l’homme que j’ai aperçu, mais il n’avait certainement rien à faire ici, monsieur Lee, et je le lui ai prouvé.

— N’avez-vous pas employé quelque silencieux ? Le bruit de l’explosion ne m’a pas paru bien distinct… Avez-vous pu voir le visage de cet homme ?

— Non, je n’ai vu que son dos.

Léon n’ajouta pas que le dos des gens lui était aussi familier que leur face. Il savait parfaitement que Gurther courait maintenant avec une balle dans l’épaule.

Prenant subitement une résolution, il demanda au maître de Rath-Hall :

— Puis-je vous parler quelques minutes en particulier ?

— Certainement, répondit celui-ci très courtoisement en indiquant le chemin de son bureau.

L’entretien dura une dizaine de minutes. Lorsque Léon rentra au salon. Washington s’y trouvait seul ; Meadows avait été parler à l’homme posté sur la route.

Prenant Washington par le bras. Léon l’entraîna dehors et lui raconta ce qui s’était passé entre M. Lee et lui.

— Je l’ai prié de me montrer la lettre qui est dans son coffre-fort, mais il n’a rien voulu entendre…, je n’aimerais cependant pas forcer le coffre-fort d’un ami. Écoutez.

Washington sifflotait.

— Meadows retourne à Londres, n’est-ce pas ?

Léon fit un geste affirmatif.

— Oui, il retourne à Londres, en auto. Savez-vous que tous les domestiques sortent cette nuit ?

Washington ne put retenir un cri de surprise.

— Vous voulez-dire les femmes ?

— Les femmes et les hommes, reprit Léon avec calme. Il y a un beau concert à Brigtlingsea ; ils manqueront sans doute la première partie du programme… l’invitation ne vient pas de moi, mais, elle est de celles que j’approuve.

— Alors. Meadows va s’en aller au moment où tout va commencer ?

On sentait dans le ton de l’Américain que les gens de la Sûreté générale baissaient dans son estime.

— Pourtant, si vous vous attendez à une attaque, il aurait mieux fait de rester, reprit Washington.

— Absolument certain, répondit Gonzalez laconiquement. Voici la voiture.

Meadows mit sa valise dans l’auto et s’installât à côté du chauffeur, il dit :

— Je regrette de vous quitter.

— Quand la lumière des phares eut disparu dans la nuit, il regagna la maison. Comme il pénétrait dans le hall, il rencontra le maître d’hôtel qui lui proposa de rester pour assurer le service de M. Lee, tous les autres domestiques devant sortir.

— Non, M. Lee vous autorise à sortir tous. Prévenez-nous seulement lorsque le car arrivera. Il faut que je parle à M. Lee, avant votre départ.

Sur ces mois, il entra dans la bibliothèque et referma la porte derrière lui.

Cependant, le maître d’hôtel avait quelques scrupules : jamais il n’aurait cru, qu’ayant des hôtes chez lui, son maître consentirait à libérer tout son personnel.

Peu après un grand autobus fermé arriva et se dirigea derrière la maison, contrairement aux prévisions des domestiques rassemblés dans le hall.

Léon, qui semblait s’être arrogé le droit de tout commander, intervint :

— Restez là, dit-il, je vais parler au mécanicien.

Il disparut dans un long corridor qui menait aux services et revint quelques instants plus tard annonçant que le chauffeur rectifiait son erreur et faisait le tour de la maison.

— Nous voilà donc seuls, dit Washington, quand le car se fut éloigné. Il serait peut-être bon de fermer les portes de derrière.

— Je ne pense pas que le danger vienne de ce côté, répondit Léon. D’ailleurs il est un peu trop tôt pour les choses sérieuses… venez respirer la fraîcheur du soir.

Cette fois-ci Léon se trompait : Elijah Washington n’avait pas fait trois pas dans le jardin qu’il chancela et appela son compagnon au secours.

— Aidez-moi à rentrer, dit-il en s’appuyant lourdement sur le bras de Léon.

Il se laissa tomber sur un fauteuil du hall, pendant que Léon, avant de refermer la porte, scrutait les alentours. Le plus grand calme régnait : il mit la barre et, revenant à Washington, l’aida à gagner le bureau où il alluma.

La joue droite de l’Américain était rouge et gonflée… on y voyait la marque de la morsure du serpent. Il souffrait visiblement.

— Voulez-vous me donner du whisky, demanda-t-il, une bonne dose, je vous prie… Quelle sale bête ! Je n’ai jamais été mordu de la sorte.

Léon remplit un verre jusqu’au bord et le donna à Washington qui le vida d’un seul trait.

— À bas la prohibition ! dit-il, et il en demanda un second.

Après avoir bu il passa la main sur la blessure de sa joue.

— C’est humide, dit-il, paraissant surpris.

— Quelle sensation avez-vous eue ? dit Léon.

— Mais, exactement celle d’une morsure de serpent.

Autour des yeux les chairs étaient enflées, la peau, tachetée de noir et de blanc. Léon alla à la cheminée et sonna. Ce geste étonna l’Américain.

— À quoi bon sonner, dit-il, tous les domestiques sont sortis.

Cependant, au bout de quelques minutes, on entendit des pas, la porte s’ouvrit et Manfred entra suivi d’une dizaine d’hommes, parmi lesquels se trouvait Meadows.

— Ils se sont dissimulés dans le car. La seule raison plausible pour faire venir un car ici était la sortie des domestiques… dit Léon.

— Vous avez éloigné Lee ? demanda Manfred.

— Oui, il est parti dans la voiture qui emmenait notre ami Meadows.

Washington avait tiré de sa poche une petite boîte contenant une poudre rouge, il étalait cette poudre, avec soin, sur sa joue enflée, tout en maugréant contre la virulence exceptionnelle du venin.

Regardant Léon d’un air interrogateur, Manfred dit simplement :

— Gurther ?

D’un geste de tête, Léon répondit affirmativement, puis, montant au premier étage, il entra dans la chambre de M. Lee. Le toit du porche d’entrée formait, devant la fenêtre de cette chambre, une terrasse entourée d’une balustrade à piliers. Léon, accroupi dans l’obscurité, explorait le jardin du renard entre les piliers. Les assaillants qui ne cherchaient plus à se dissimuler et qui étaient déjà tout près de la maison, étaient sept, ils paraissaient attendre un signal et restaient immobiles…

Au bout de quelques instants, Léon distingua un homme qui approchait avec précautions : il crut en voir un second, mais n’en n’était pas absolument certain. En tous cas, le premier était Gurther, à n’en pouvoir douter. Léon suivait sa marche ; l’épaisseur d’un pilier le lui cacha pendant une seconde. Lorsqu’il réapparut, Léon le vit vaciller et tomber… un faux pas sans doute, mais non, Gurther ne se relevait pas. Léon, étonné, se demandait ce que cela pouvait bien signifier lorsqu’il entendit près de lui un léger bruit et vit une main s’accrocher à la balustrade de la terrasse. Toujours en rampant, il recula jusque dans la chambre ; là il se redressa et se cacha dans les grands rideaux de la fenêtre. Sa main rencontra le cordon de tirage qui servait à les ouvrir ; cette trouvaille lui fit faire une grimace de plaisir, il fit aussitôt à ce cordon un nœud coulant.

L’homme, pendant ce temps, avait franchi la balustrade et s’était avancé jusqu’au seuil de la porte-fenêtre ; sa silhouette immobile se détachait sur le ciel étoilé.

— Sans chapeau, se dit Gonsalez, cela va être encore plus facile.

Dès que l’homme fit un pas pour entrer, un nœud coulant enserra son cou, étouffant le cri prêt à sortir de sa gorge. En un instant il se trouva renversé sur le sol, les épaules clouées par terre par le genou de Léon qui lui imposait silence en le ligotant. Lorsque ce fut terminé, il le chargea sur son dos et le porta jusque dans le hall où il le remit entre les mains de ses hommes, puis, il remonta sur la terrasse pour s’assurer que rien n’était changé dans le jardin. Tous les hommes étaient restés dans la même position ; Léon en conclut qu’ils attendaient toujours son signal qui devait venir de la maison.

Il posta un homme à l’intérieur de la chambre et redescendit près de son prisonnier qu’il n’avait pas encore pris le temps de regarder. Il ne fut pas très surpris de retrouver en lui notre vieille connaissance de Cuccini, mais, s’étant retourné vers Washington, il fut beaucoup plus étonné de constater que l’Américain était complètement remis de son malaise et ne portait plus aucune trace d’un accident qui aurait tué, en quelques secondes, neuf personnes sur dix.

— Où est Gurther ? demandait Manfred à Cuccini.

— Vous le trouverez dehors, répondit-il. Dès que je crierai.

— Cuccini, la voix de Léon était douce. Il lui posa la pointe d’un stylet sur le cou : si tu pousses le moindre cri, dit-il, je te coupe la gorge et… regarde, tu m’obligerais à salir ces beaux-tapis d’Orient… J’en ai rarement vu d’aussi beaux, ce serait grand dommage ! Tu vas me dire quel est le signal que tes amis attendent et ce qu’ils veulent faire.

Quand il eut obtenu les renseignements qu’il voulait, Léon fit enfermer le prisonnier dans la cuisine sous bonne garde.

Manfred regardait l’heure.

— Que pensez-vous faire ? Donner le signal ? Mais après ?

— Les laisser venir et nous mettre à l’abri.

— Vous allez les laisser ouvrir le coffre-fort ?

— Certainement, il me tarde qu’il soit ouvert et quoique M. Lee puisse en penser, j’estime que cette manière de faire est la meilleure… J’ai des scrupules et, au surplus, aucun outil, nos bons amis, au contraire ont des outils, et pas de scrupules…

— Et le serpent ?… Y a-t-il quelque danger ?

— Le serpent ne mordra plus cette nuit, ni jamais. Quant à Gurther il est mort : il y a dix minutes qu’il gît sur la pelouse, devant la maison…

CHAPITRE XVI

ÉCRIT EN BRAILLE

Léon mit rapidement Manfred au courant de ce qu’il avait vu et fait sur le balcon de la chambre de Lee.

— C’était certainement Gurther que j’ai vu, dit-il ; le pilier me l’a caché une seconde, puis je l’ai aperçu de nouveau, tombant tout de son long par terre. Et, jetant sa cigarette au feu :

— Je crois, qu’il est temps, ajouta-t-il.

Il attendit que Manfred fût parti, retira la barre et les verrous de la porte qu’il ouvrit toute grande. Il vit un homme se séparer du groupe et avancer vers la maison. Par trois fois. Léon fit briller la lumière d’une petite lampe de poche. Un second homme suivit le premier. Léon fut surpris de n’en voir venir que deux : « Sans doute, pensa-t-il, on envoie des éclaireurs, » Il se dissimula dans les plis des rideaux de la salle à manger. Les deux hommes entrèrent et, sans hésiter, se dirigèrent vers le bureau de Lee, dont ils ouvrirent la porte. Au même moment un troisième homme parut sous le porche, mais s’y arrêta. Un des premiers venus était entré dans le bureau ; il en ressortit et appela à haute voix : « Cuccini ». N’obtenant aucune réponse, il retourna à sa besogne, besogne sans mystère pour Léon qui, de sa cachette, sentait fort bien l’odeur très spéciale de l’acier surchauffé, et pouvait même voir la partie de la pièce où la lumière était allumée ; les deux hommes avaient laissé la porte ouverte et travaillaient comme s’ils ne redoutaient aucune surprise.

L’homme arrêté sous le porche avait été rejoint par un de ses camarades qui lui demanda :

— Où est Lew ?

Dans le silence de la nuit on percevait aisément les mots prononcés à demi-voix :

— Je ne sais pas… à l’intérieur, sans doute.

Un des hommes sortant du bureau, vint leur demander :

— Avez-vous vu Cuccini ?

— Non.

— Il faut le trouver… cherchez-le.

L’absence de Cuccini les inquiétait évidemment. Ils revinrent quelques minutes plus tard en disant que la cuisine était fermée.

— Fermée ?… curieux !

L’homme qui avait déjà donné des ordres s’avança jusqu’à l’escalier et appela encore : « Cuccini ! »

Inquiet de n’obtenir aucune réponse, il revint dans le bureau et dit à son camarade :

— Dépêche-toi d’achever, Mik ; il se passe quelque chose d’anormal ici. Et s’adressant aux hommes qui veillaient sous le porche :

— Dites aux autres de se tenir prêts.

Quelques instants plus tard ces hommes revenaient, semblant fort inquiets de n’avoir vu nulle part trace de Cuccini.

Surpris de cette nouvelle, celui qui paraissait le chef sortit pour inspecter lui-même les alentours de la maison ; peu après il revenait et Léon l’entendit, plus inquiet que jamais, dire à son compagnon qui travaillait toujours :

— Dépêchons-nous et filons.

— Eh bien ! et Cuccini ?… dit l’autre.

— Cuccini se tirera d’affaire comme il pourra. Allons, Mik, y es-tu ?

On entendit un craquement.

Le moment critique approchait. Léon quitta sa cachette. En l’apercevant, un des hommes eut un juron furieux et bondit dans la direction du jardin ; l’autre l’imita. Léon courut à la porte qu’il ferma violemment et alluma l’électricité dans le hall au moment où les deux complices y entraient, sortant du bureau. L’un d’eux portait une liasse de papiers, mais voyant le revolver de Léon braqué vers lui, il la laissa tomber en levant les mains. L’autre, plus courageux sans doute, se jeta sur Gonsalez ; mais celui-ci, évitant le coup de poing qui lui était destiné, d’un croc en jambe étendit par terre son agresseur. On frappa à la porte. Sans se retourner et tenant toujours ses prisonniers sous la menace de son arme, Léon recula jusqu’à la porte et l’ouvrit. Manfred entra.

— Ils ont été effrayés quand ils ont entendu qu’on appelait Cuccini en vain, dit-il. Je crois qu’ils sont tous partis dans les deux cars qui attendaient sur la route.

Apercevant les feuilles de papier par terre il sourit et dit :

— Je pense. Léon, que vous avez là tout ce que vous désirez ?

Les policiers entraient dans le hall ; ils s’occupèrent des prisonniers pendant que les deux amis se mettaient à la recherche de Gurther. Ils trouvèrent le corps étendu dans l’herbe, sur le ventre ; la morsure du serpent était très visible, derrière une oreille… mais… ce n’était pas Gurther.

— Pfeiffer ! s’écria Léon, très surpris. Voilà qui est bien étrange, j’aurais juré que c’était Gurther que j’avais vu… et… j’aurais compris parfaitement sa mort, il était devenu gênant pour Oberzohn… Mais Pfeiffer ?… L’hypothèse qui m’était venue à l’esprit était celle d’un ordre, donné par Oberzohn, de supprimer Gurther.

— Supposez que Gurther ait surpris cet ordre, ou qu’il s’en soit douté… suggéra Manfred avec calme.

Léon se mordit les doigts et répondit :

— Oui ! c’est évident, comment n’y ai-je pas pensé ?

____________

 

Les prisonniers furent mis en lieu sûr. Lorsque les domestiques rentrèrent de la ville tout, dans la maison, était normal. Seul, le coffre-fort gardait les traces de la visite qu’il avait reçue.

Manfred, installé dans le bureau passait délicatement ses doigts sur les feuilles perforées ; il y en avait une centaine.

— Oh oui, répondit-il à une question de Meadows, je savais que Lee était aveugle depuis le jour où nous avions examiné les effets de Barberton. C’était là « mon mystère ». Barberton attendait la visite de son vieil ami et avait laissé, à son intention, une lettre sur la cheminée… vous rappelez-vous un rouleau de papier ? Il portait, écrit en Braille : Cher Johny, je serai de retour dans une heure.

— Les deux voleurs passeront devant la justice, reprit Meadows, mais il me semble qu’il n’y a guère de preuves contre Cuccini. L’inculper ferait revenir sur l’eau toute l’histoire du serpent et elle n’est pas encore au point… Qu’en pensez-vous ? Pour moi, je suis d’avis qu’il vaudrait mieux le laisser aller pour le moment.

Manfred acquiesça d’un geste. Il était absorbé par l’examen des feuillets entassés devant lui.

— Ce sont des lettres écrites de différents endroits, dit-il. Son regard errait à travers la pièce tandis que ses doigts continuaient d’effleurer les caractères Braille.

— Je savais que Barberton employait ses loisirs à transcrire en Braille de vieux contes anglais à l’usage des écoles d’aveugles. J’ai rencontré sa sœur qui est professeur dans un de ces établissements.

Il avait pris connaissance d’une douzaine de lettres quand il se leva en disant :

— J’ai l’impression que ce que nous cherchons n’est pas là : il serait bien étonnant qu’un document important soit mêlé à toute celle correspondance.

Il s’approcha du coffre-fort qui était resté ouvert ; le tiroir d’acier, qui avait sans doute contenu les lettres, était vide ; Manfred le retira du coffre. Gonzalez approcha à son tour et passa avec soin les doigts sur le fond et sur les parois :

— Il n’y a rien là, dit-il, et il retourna vers une pile de livres de comptes et de papiers que Manfred avait retirés et posés par terre, pensant, a priori, que c’était des choses personnelles appartenant au propriétaire de Rath Hall. Léon prit chaque livre séparément, les feuilleta page par page. Le quatrième qu’il ramassa était gros et pesant ; il avait l’apparence d’un livre mais il ne s’ouvrit pas. Léon, intrigué, ne voulant rien forcer, introduisit une line lame de canif sous la couverture qui, avec un déclic, s’ouvrit comme le couvercle d’une boîte.

— Voilà, je pense, ce que nous cherchons, du Gonsalez, et il montrait une grande feuille de papier portant comme entête :

 

Bureau du ministre des Colonies. Lisbonne.

 

Entre chaque ligne écrite d’une écriture ordinaire, Barberton avait inscrit la traduction en Braille.

C’était enfin la clef d’un des mystères.

Léon parcourut rapidement la lettre qui était datée du 21 juillet 1912 et dit, d’un air pleinement satisfait, en allumant une cigarette :

— Voici qui va nous permettre d’empêcher Oberzohn de voler une fortune dont les papiers de Barberton nous révéleront sans doute l’importance. Et, reprenant la lettre, il commença à la lire tout haut.

 

Illustre Señor,

J’ai eu, aujourd’hui même, l’honneur de soumettre à Son Excellence le Président et à tous les ministres formant le Cabinet, votre lettre datée du 15 mai 1912.

Par une lettre datée du 8 janvier 1911, les possessions situées au point n° 275 de la carte du district de Biskara vous ont été concédées, Illustre Señor, dans le but de faciliter les travaux scientifiques auxquels vous vous livrez et auxquels s’intéresse vivement Son Excellente le Président. Les observations que vous exposez dans une lettre postérieure, Illustre Señor, à propos des inconvénients qu’il y a à laisser circuler dans la région un trop grand nombre de prospecteurs, ainsi que votre vœu d’avoir seul le droit de rechercher le minerai sur ce territoire, ont été examinés avec la plus grande bienveillance par le Conseil des Ministres qui a pris la décision suivante :

La concession et le droit que vous demandez vous sont consentis pour une période de douze années à partir du 14 juin 1912 ; ils seront renouvelables à vous ou à vos héritiers tous les douze ans, moyennant une redevance de mille milreis. Au cas où le concessionnaire, ou ses héritiers, ou toute autre personne ne demanderait pas, en son nom, le renouvellement de cette concession, le 14 juin 1924, les droits aux gisements miniers de ladite région redeviendront la propriété du territoire d’Angola.

 

Léon suspendit sa lecture :

— 14 juin 1924, dit-il. C’est la semaine prochaine, dans cinq jours. Nous arrivons juste à temps. Georges !

— Barberton parlait de six semaines, répondu Manfred, évidemment il se trompait et faisait partir le droit à la concession du 21 juillet, date à laquelle cette lettre fut écrite. C’était le plus honnête homme du monde ; il aurait pu ne rien dire et réclamer la concession pour lui-même… Voilà pourquoi il voulait, à tout prix, voir Mlle Leicester… Achevez, Léon.

— C’est à peu près tout ce qu’il y a d’intéressant… quelques phrases de politesse à propos des travaux du professeur Leicester… Cinq jours ! conclut-il en hochant la tête. Puis :

— Peut-être allons-nous trouver dans les lettres de Barberton des détails sur la propriété. Quelqu’un de vous sait-il la sténo ?

Meadow sortit et ramena peu après l’un de ses policiers, avec du papier et des crayons. Léon commença à traduire à haute voix les récits écrits en Braille.

CHAPITRE XVII

HISTOIRE DU MONT D’OR

Cher ami Johnny, j’ai tant de choses à vous dire que je ne sais par où commencer. Le rêve dont je vous ai bien souvent parlé, va se réaliser… je suis certain de devenir riche.

Laissez-moi d’abord vous dire comment j’ai trouvé un trésor d’objets en or qui vaut bien une cinquantaine de mille livres sterling.

J’avais décidé d’aller régler un vieux compte avec un lion qui rôdait souvent dans nos parages : je le trouvai à quelque distance de notre camp et je lui envoyai deux balles qui le blessèrent sans le tuer ; il perdait du sang et je pus aisément suivre sa trace ; j’arrivai ainsi dans une caverne dont le lion avait fait sa tanière, je vous fais grâce de la façon dont je l’achevai ainsi que des difficultés que mes porteurs et moi eûmes avec sa femelle et ses petits. Le sol de la caverne était jonché d’ossements dont quelques uns étaient humains, et les parois et la voûte en semblaient construites de main d’homme.

J’allumai une torche et fis une inspection minutieuse ; je découvris au fond une sorte de porte pratiquée dans le mur qui me donna accès dans une petite pièce. Tout autour de cette pièce se trouvaient des statuettes dans des niches creusées dans le rocher. Elles étaient couvertes d’une telle quantité de poussière qu’au premier abord je les crus en pierre, mais les examinant de plus près, je ne fus pas peu surpris de découvrir quelles étaient en or massif.

N’ayant que fort peu de confiance dans mes porteurs, je leur laissai ignorer l’importance de ma trouvaille et n’emportai que la plus légère des statuettes après avoir évalué et pris en note, tant bien que mal, le poids approximatif de toutes les autres. Vous pourriez croire que la découverte d’un semblable trésor était déjà une chance suffisante pour combler un homme… elle ne fut pour moi qu’un début.

Je renvoyai mes hommes en leur donnant l’ordre de rejoindre le campement et de le ramener tout entier au sommet du mont Thabe. Le soir même tout était installé. Nous nous trouvions dans les meilleures conditions : il y avait de l’eau, du gibier – et pas de moustiques. Le seul inconvénient de cette région était la possibilité d’orages terribles ; il faut avoir vécu dans ces montagnes ferrugineuses pour avoir une idée de ce que peuvent être les éléments déchaînés.

Ayant remarqué sur une colline qui nous faisait face quelque chose qui semblait être une maison, j’appris par un de mes serviteurs originaire du pays que c’était, en effet, la demeure du « Chef des Étoiles ». C’est ainsi qu’il désignait un astronome dont j’avais entendu parler à Mossamédès ; il s’était installé dans la montagne et avait été assassiné par les indigènes, il y a plusieurs années.

Je me rendis à cette demeure que je trouvai en ruines, en explorant les décombres je découvris une petite boîte dont je fis sauter le couvercle. Elle contenait des lettres d’une écriture si effacée que j’eus peine à en déchiffrer quelques mots et une autre, plus lisible, du Gouvernement portugais…

 

Et la lettre de Barberton, à partir de ces mots, se poursuivait sur le papier même auquel il faisait allusion :

 

Je lis le portugais aussi facilement que l’anglais. Et j’eus le désagrément de voir que, par le fait de la concession qui lui était consentie, le professeur Leicester avait tous les droits sur ma caverne aux statuettes. Ma première idée fut, je l’avoue, de détruire le papier, mais j’eus honte aussitôt de cette velléité, je gardai les lettres avec l’intention de rechercher la famille de Leicester et l’espoir que ses héritiers me laisseraient sans doute une part dans la concession, pour me remercier de l’avantage que je leur aurais procuré en leur rapportant les papiers du professeur.

Je me mis en devoir de les lire, espérant y trouver quelqu’indication où quelqu’adresse utile à mes projets : mais je fus déçu : une seule, écrite d’une main d’enfant, signée Mirabelle Leicester, sa fille évidemment, donnait un renseignement – bien incomplet du reste – ; il n’y avait aucune adresse.

Je serrai tous les papiers dans ma poche et redescendis dans la vallée tout en réfléchissant. Il me vint à l’idée que le professeur Leicester avait peut-être découvert de l’or et n’avait parlé que de travaux scientifiques par une habile précaution pour demander une concession.

J’envoyai l’un de mes porteurs au camp pour chercher un pic, un marteau et une bêche. Quand j’eus ces instruments je me mis à creuser un peu au hasard car je n’étais guidé par aucun affleurement, comme il en existe quelquefois près des gisements et, au bout d’une heure de travail, je découvris la plus riche couche de conglomérat que j’aie jamais vue ; je me demandais si c’était un rêve ou si, en effet, mon bon ange m’avait conduit en plein milieu d’une mine d’or !… J’avais renvoyé mes hommes, ne tenant pas à mettre toute l’Angola au courant de ma découverte, en cas de succès.

Je fis des sondages en différents endroits ; partout je trouvai la même couche précieuse. Toute la montagne était en or ! Voyez-vous cela, Johnny ! Ce que je n’arrive pas à comprendre, c’est que ce gisement ait échappé à tous les prospecteurs qui, depuis des années, fouillent le pays !

Enfin ! pour ne pas attirer l’attention de mes hommes, je plie bagages dès demain et je vous demande de me câbler cinq cents livres sterling à Mossamédès. Je ne rapporte que la petite statuette, toujours pour ne pas attirer l’attention de mes porteurs. Quelques-uns parlent portugais et sont en plus grande intimité que je ne le voudrais avec un certain métis nommé Villa. C’est un agent d’« Oberzohn et Smith » qui sont bien les coquins les plut fieffés que la terre ait jamais portés.

 

Léon interrompit sa lecture :

— Et voilà toute l’histoire, messieurs, dit-il. Je me refuse à croire que Barberton ait montré quoi que ce soit à Villa ; il est plus probable qu’un de ses porteurs dont il se méfiait tant, soupçonna quelque chose et en parla à l’agent d’Oberzohn. Barberton a été tué pour que Mlle Leicester ne soit pas avertie. Mais on n’avait pas besoin de posséder cette lettre, il suffisait d’en connaître le contenu et de faire en sorte que la date, indiquée pour revendiquer les droits à la concession, fut périmée… Tout a été changé quand ils ont appris, ou deviné, que M. Lee était dépositaire de la lettre.

— Et voilà l’explication de l’engagement de Mlle Leicester par Oberzohn, dit Meadows.

— Et celle de l’attaque d’Heavytree, répartit Manfred. Pour s’assurer la propriété de la concession il leur faut séquestrer Mirabelle jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour qu’elle puisse en demander le renouvellement ou l’intimider assez pour la forcer à désigner un représentant de leur choix.

— Sans parler, dit Léon, des idées matrimoniales qui auraient pu germer dans l’esprit de notre élégant ami Newton ! Ce ne serait pas une mauvaise affaire que d’épouser une jeune fille qui a pour dot une montagne en or ! Voilà qui mettrait un terme à l’ambition d’Oberzohn…

Là-dessus, il se leva, remit les papiers à Meadows et, se tournant vers son ami :

— Allons, Georges, je pense que quelques centaines de kilomètres ne vous font par peur ? dit-il.

— Est-ce vous le chauffeur ? demanda Manfred.

— Oui, et ce n’est pas en ce moment que j’ai envie de risquer nos vies ; elles sont trop précieuses. Soyez sans crainte. Nous nous arrêterons à Oxley et téléphonerons à Gloucester. C’est inutile d’essayer de le faire d’ici ; ils n’ont certainement pas été assez stupides pour négliger de couper la ligne.

À Oxley, Léon stoppa devant une auberge silencieuse ; le tenancier, à moitié endormi, leur apprit que deux grands cars étaient-passés une demi-heure plus tôt, allant dans la direction de Londres.

— C’était certainement nos gens, dit Léon à Georges. Je serais curieux de savoir comment Oberzohn accueillera la nouvelle de leur deuxième échec !

Ils demandèrent au téléphone, en premier lieu, la rue Curzon. Personne ne répondit. Surpris, Léon demanda :

— Vous avez bien laissé Poiccart à la maison ?

— Oui, répondit Manfred.

Ils appelèrent une seconde fois et n’obtinrent pas plus de réponse.

— C’est bien extraordinaire, dit Georges, ce n’est pas dans ses habitudes de quitter la maison. – Appelez Gloucester.

À cette heure de la nuit les lignes sont libres : ils obtinrent rapidement la communication avec Heavytree.

La sonnerie retentit assez longtemps avant qu’on ne réponde et ils ne reconnurent pas la voix de Mirabelle ni celle de sa tante : ce n’était pas non plus celle de Digby qui, assez remis de sa blessure, avait repris son service.

— Qui est là ? demandait cette voix inconnue. Est-ce vous, sergent ?

— Non, c’est M. Meadows, répondit Léon en mentant sans hésitation.

— L’inspecteur de Scotland Yard ?… Je suis l’agent Kerk, de la police de Gloucester, et justement mon sergent a essayé de vous joindre, monsieur.

— Que se passe-t-il donc ? demanda Léon, le cœur étreint d’une subite inquiétude.

— Je n’en sais rien, monsieur. Il y a environ une demi-heure, en faisant ma tournée, j’ai remarqué que la porte d’Heavytree était grande ouverte et toute la maison éclairée. Cela me parut étrange à pareille heure, j’entrai et ne vis personne. Je finis par trouver Mme Goddard et M. Digby qui dormaient. Je les réveillai et nous nous aperçûmes que la demoiselle n’était pas dans la maison.

— Vous dites que toutes les lumières étaient allumées ?… reprit Léon vivement.

— Oui, monsieur, en tous cas dans le hall.

— Pas de traces de lutte ?

— Non, monsieur, mais à quelque distance de la maison, j’avais croisé une voiture qui marchait à grande allure. J’imagine que la jeune fille était dedans…

— Bien, je vous envoie M. Gonzalez, et Léon raccrocha le téléphone.

— Que se passe-t-il ? demanda Manfred qui lisait sur le visage de son ami que les choses n’allaient pas à son gré.

— Ils ont enlevé Mirabelle Leicester… et maintenant, Georges, il s’agit de ne pas perdre une minute.

CHAPITRE XVIII

À HEAVYTREE

Après l’échec de la première attaque l’activité de la Vieille Garde paraissant se porter toute entière contre Rath Hall. Meadows avait pensé qu’il n’y avait pas à craindre une nouvelle offensive immédiate contre Heavytree. Léon et Georges avaient partagé cette opinion : seul Poiccart ne s’y était pas rallié, mais ce maître stratégiste n’avait pas insisté et Mirabelle et sa tante avaient été confiées à la seule garde de Digby et de la police locale.

Mirabelle, après deux journées si remplies s’était trouvée un peu fatiguée et avait été se coucher de bonne heure.

Elle s’endormit rapidement. Vers minuit, le bruit d’une pluie violente la réveilla, elle se leva pour fermer sa fenêtre et faillit pousser un cri de stupeur en voyant une silhouette de femme se détacher sur l’allée, devant la maison : elle se pencha au dehors de demanda :

— Qui est là ?

— C’est moi, Joan ! – Il y avait un sanglot dans la voix de la jeune fille – ne réveillez personne, descendez, j’ai besoin de vous parler.

— Mais, que se passe-t-il donc ? demanda Mirabelle à mi-voix.

— Hélas ! Hélas ! venez vite ! Elle semblait défaillante.

Mirabelle passa un saut de lit et descendit à pas feutrés dans la crainte d’éveiller sa tante. Elle fit de la lumière dans le hall et tira les verrous mais, à peine la porte fut-elle ouverte qu’un homme entra, rapidement suivi d’un deuxième : ils se précipitèrent sur la jeune fille et l’emportèrent dans le salon en étouffant ses cris. Ils l’étendirent sur le canapé et placèrent un masque sur sa figure ; bientôt l’air qu’elle respirait prit un goût étrange et sucré, les battements de son cœur se ralentirent, elle se sentit perdre connaissance, elle se débattit en vain…

— Cela suffit, dit Monty Newton après quelques instants en ôtant le masque et soulevant les paupières de Mirabelle pour examiner ses prunelles.

Entendant Joan sangloter il se retourna, furieux :

— En voilà assez, dit-il rudement, avez-vous l’intention d’ameuter toute la maison ?

— Mais, vous m’aviez juré que vous ne lui feriez aucun mal ! disait-elle à travers ses larmes.

— Sortez, fit-il, rageur, en lui montrant la porte.

Aidé de ses compagnons, il enveloppa Mirabelle dans une couverture ; on l’emporta jusque dans une auto qui attendait près de la maison et qui partit à toute vitesse.

Peu à peu Mirabelle reprenait connaissance ; entr’ouvrant les yeux elle distingua une femme à ses côtés.

— Est-ce vous Alma ? dit-elle faiblement.

— Non, répondit une voix tremblante, c’est moi. Joan !

— Joan… ah ! oui, je me souviens… Oh ! pourquoi avez-vous fait cela ? Comme c’est mal !…

— Taisez-vous ! interrompit Monty, quand vous serez arrivée où je vous conduis il sera temps de demander des explications.

Mirabelle était encore trop sous l’effet de l’anesthésique pour être capable de réfléchir et de s’inquiéter. Le voyage se prolongeait. Monty fumait, jurait contre le mauvais état des chemins et contre la médiocrité de la voiture qui les secouait terriblement et dont la capote résistait mal au vent furieux et aux torrents de pluie de l’orage.

Mirabelle ne se rendait pas compte de la direction dans laquelle on l’emmenait. Cependant, le chauffeur avant ralenti pour consulter un poteau indicateur, elle distingua à la lueur du phare le mot « Newbury » et comprit qu’on allait à Londres. Dans un demi-sommeil, elle eut vaguement conscience d’une grosse voiture qui les doubla, de lumières qui se multipliaient, de rails qu’on franchisait ; elle distingua les rives d’un fleuve avec les feux rouges et verts des bateaux… enfin la voiture s’arrêta, Monty descendit et l’invita à en faire autant.

La lourdeur de sa tête se dissipait ; elle reprenait ses esprits en regardant autour d’elle, elle se vit dans un endroit désert, devant une maison fort laide, étroite et haute, très voisine de la rivière, mais elle n’eut pas le temps de faire beaucoup de réflexions. Monty la saisit par le bras, en l’entraînant brutalement dans la boue, lui fit monter les marches d’un perron, ouvrit une porte et l’introduisit dans une pièce où elle se trouva en face du Dr Oberzohn. Il portait un vêtement de velours noir qui avait pu être assez élégant mais qui était maintenant sale et usé. Son crâne ovoïde était recouvert d’une toque d’intérieur[1] brodée et il était chaussé d’épaisses pantoufles de velours.

Il posa le livre qu’il lisait :

— Alors, vous voilà, dit-il, et montrant un feu qui s’éteignait, il ajouta :

— Asseyez-vous. Mirabelle Leicester, et chauffez-vous ; puis, se tournant vers Monty :

— Vous avez eu vite fait, mon ami.

— Je suis tout endolori, répondit Monty de fort mauvaise humeur. Comment nous avez-vous donné une si détestable voiture ?

— Je vous ai déjà dit que les autres étaient occupées ailleurs.

Monty allait continuer : Oberzohn l’arrêta en lui montrant d’un regard Mirabelle grelottant devant le feu :

— Ce n’est pas le moment des récriminations, dit-il… Où est Joan ?

Joan avait été oubliée dans le corridor où elle tremblait de peur et de froid.

— Vous avez besoin d’elle ? demanda Newton.

— Oui, il faut qu’elle reste avec Mlle Leicester.

— Où allez-vous l’installer ?

— Les gracieuses dames prendront le logement qu’occupait l’un de mes amis – il n’en a plus besoin.

Il eut une affreuse grimace qui voulait être un sourire, puis il prit sous la table une paire de grosses bottines qu’il mit à la place de ses pantoufles, et, se levant :

— Elles y trouveront tout ce qu’il faut, je m’en suis assuré moi-même, dit-il. Allons ! en avant ! Suivez-moi !

Il passa le premier pour montrer le chemin et se dirigea vers l’usine incendiée ; arrivé au milieu des décombres, il alluma une lampe de poche et les conduisit jusqu’à l’emplacement de la trappe qui donnait accès à l’escalier du sous-sol. Comme il avait fait pour Gurther, il écarta du pied les débris qui la dissimulait aux regards, la souleva et s’engagea dans l’escalier.

Joan, épouvantée, sanglotait :

— Je ne peux pas descendre là-dedans, Monty… Je ne peux pas… Que voulez-vous donc faire de nous… Mon Dieu, si j’avais su…

— Vous êtes stupide, répondit Monty avec brutalité, de quoi aviez-vous peur ? Il n’y a rien de si terrible dans tout cela. Nous vous demandons tout simplement de tenir compagnie à Mlle Leicester, pendant un jour ou deux ; vous ne pouvez pas la laisser toute seule, songez combien ce serait désagréable pour elle ?

Claquant des dents, Joan se décida à descendre. Elle fut un peu réconfortée en entrant dans le petit appartement qui était, en effet, assez bien installé. Un tapis neuf en recouvrait le sol, il y régnait une douce chaleur, deux lits jumeaux étaient préparés.

— Vous trouverez là des vêtements de toutes sortes, dit Oberzohn en désignant un grand coffre, et on vous apportera vos repas tous les jours.

Monty entraîna Joan dans la seconde pièce où elle trouva une salle de bains tout organisée :

— Mais, Monty, quand sortirons-nous d’ici ? Quand serons-nous libres ? dit la jeune fille mal rassurée.

— Demain, dans la nuit… Je m’occuperai de cela, dit-il d’une voix plus douce. Écoutez, Joan, vous êtes une bonne fille et vous voulez bien nous seconder dans l’exécution de nos projets… Vous savez que, dans toute cette affaire, il y a plus d’argent à gagner que vous n’en avez jamais rêvé… Quand tout sera achevé, je vous promets de vous emmener faire un voyage autour du monde…

Cette promesse avait été faite déjà bien des fois, mais l’exécution en avait toujours été différée. Cette fois encore, elle suffit pourtant à consoler Joan.

— Mais quelles sont vos véritables intentions vis-à-vis de Mirabelle ? demanda-t-elle.

— Nous la garderons ici une semaine et je vous jure qu’il ne lui sera fait aucun mal. Au bout de ce temps, nous lui rendrons sa liberté.

Elle le regardait attentivement : il semblait dire la vérité.

— Je ne comprends rien à tout cela, dit-elle.

Pour une fois Monty fit preuve de patience et expliqua :

— Elle possède, en Afrique, une grande propriété qui tombera entre nos mains si les choses marchent à notre gré. Il faut seulement que, pendant quelques jours, Mlle Leicester soit dans l’impossibilité de faire une certaine démarche… alors, tout nous appartient.

Le visage de Joan s’éclaira.

— Est-ce vraiment bien là tout ce que vous ferez ? Alors, me voilà bien soulagée, Monty, et je ne demande pas mieux que de rester avec Mirabelle… Mais, qu’y a-t-il donc là, derrière le poêle, sous ce tapis ? On dirait des caisses ?

— Je voulais justement vous en parler, dit-il vivement, il ne faut pas toucher à ces caisses – sous aucun prétexte ; elles appartiennent à Oberzohn, et il est intraitable à ce sujet. Lui seul peut s’en occuper… Comprenez-vous ?

Elle fit un signe affirmatif et répondit gravement :

— C’est entendu… je veux vous aider. Si seulement, après tout cela, nous pouvions partir pour le fameux voyage !…

— Pourquoi pas ?

— J’ai si peur de ces hommes, de ces trois Justiciers, comme ils se qualifient eux-mêmes ! C’est eux qui, déjà une fois, ont enlevé Mirabelle… ils nous tuerons un jour… Oberzohn l’a bien dit, ils lui en veulent à mort… Qu’a-t-il donc fait ? – elle hésitait – a-t-il tué quelqu’un ?… cette histoire de serpent…, vous n’en êtes pas, vous, Monty…

Elle se suspendait à son bras et le fixait de ses grands yeux bleus pleins d’effroi ; elle semblait une enfant plutôt qu’une femme.

— Des bêtises, toutes ces histoires… Au surplus, je n’y suis pour rien.

Il se dégagea et revint vers Oberzohn qui attendait patiemment en considérant avec une expression machiavélique Mirabelle étendue sur le lit, le visage caché dans son bras replié.

Quand Monty l’eut rejoint, il se leva :

— Et maintenant bonne nuit, gracieuses dames, dit-il.

Tous deux remontèrent l’escalier et les deux jeunes femmes entendirent la trappe se refermer.

Quelques instants plus tard, elles voulurent essayer de la soulever. Leurs efforts furent vains : elles restèrent prisonnières.

CHAPITRE XIX

LE RAPPORT DE GURTHER

Depuis trente-cinq ans, le Dr Oberzohn ne se mettait plus au lit. Il avait pris l’habitude de dormir sur la chaise où il s’installait pour ses lectures philosophiques, lorsque le besoin de sommeil devenait trop impérieux. À vrai dire, toute cette philosophie dont il s’était rempli l’esprit allait lui être bien nécessaire pour faire face aux difficultés de l’existence… car la ruine était venue. La destruction de tous ses bureaux – non assurés – avait porté le dernier coup à ses affaires déjà bien compromises et il ne lui restait plus, comme planche de salut, que son espoir d’une montagne d’or tout au fond de l’Afrique…

Villa – le beau métis – était en Angleterre. Il avait passé la soirée avec le docteur puis était reparti pour Liverpool, laissant à son maître un rapport sur le « Monte d’Oro », comme il avait pittoresquement baptisé la fameuse montagne. Il y avait des millions là… une fortune impossible à évaluer. Entre cette fortune et Oberzohn il y avait une femme… une femme qu’il n’avait pas le désir de supprimer… En effet, si la mort de Mirabelle lui donnait, d’un côté, une chance de réussir, Mirabelle vivante, mais habilement circonvenue, pouvait lui donner bien plus…

Ouvrant à la dernière page le livre qu’il lisait, il y prit un papier qui s’y trouvait plié. C’était une autorisation de mariage qu’il avait fait dûment enregistrer au bureau de Greenwich, la veille du jour où il avait engagé Mirabelle. C’était son arme la plus puissante. Ce papier était valable pour deux mois et, depuis presque une semaine, Oberzohn aurait pu s’en servir pour être légalement marié… et, il n’avait plus que cinq jours pour prendre une décision… Il méditait… Tuer de sang froid une femme que la police rechercherait certainement et dont la disparition pourrait faire prononcer son nom lui paraissait plus dangereux que l’autre manière de meurtre pour laquelle il avait une prédilection… les victimes frappées étrangement, en pleine rue… mais… cette fois il ne fallait pas employer le serpent, du moins, pour le moment.

Il repliait soigneusement la papier lorsqu’on frappa à la porte.

— Entrez, Pfeiffer !

La porte s’ouvrit doucement, donnant accès à un homme dont la vue fit sursauter le docteur.

— Gurther ! s’écria-t-il, incapable de dissimuler sa surprise.

Gurther souriait, silencieux, les yeux fixés sur la toque du docteur ; il s’inclina.

— Vous voici de retour, et sans succès ? dit Oberzohn en cherchant à se ressaisir.

— Je pense que l’Américain est mort, Herr Doktor, dit l’homme d’une voix saccadée, et votre excellent Pfeiffer est mort aussi.

— Mort ?… qui vous a dit cela ?

— Je l’ai vu… Je ne sais ce qui arrive au serpent, mais Pfeiffer a été mordu.

Les yeux du vieillard le fixaient.

— Ah ! dit-il avec calme.

— La mort a été très rapide… comme à l’ordinaire, ajouta Gurther avec un sourire stupide.

— Ah ! répéta Oberzohn, soirée manquée ! Un Américain, sans intérêt, et Pfeiffer qui était précieux !

— Que Dieu ait son âme, dit Gurther toujours immobile. Tout le long du chemin de retour, je pensais, Herr Doktor, combien il vaut mieux que ce soit Pfeiffer qui soit mort plutôt que moi… malgré ma nervosité…

— Ah ! reprit le docteur pour la troisième fois. Il étendit la main vers Gurther. Celui-ci tirait de sa poche un étui à cigarettes en or. Oberzohn le prit, l’ouvrit et considéra pendant quelques instants les cinq cigarettes qui s’y trouvaient, puis il referma l’étui d’un coup sec et le reposa sur la table.

— Que vais-je faire de vous, Gurther ? La police viendra demain fouiller la maison.

— Il y a le sous-sol, Herr Doktor ; il est vraiment confortable.

— Il n’est pas libre, répondit Oberzohn ; il faut que je trouve autre chose.

Il réfléchit un instant, puis :

— Il y a le bateau, dit-il enfin.

C’était une grande péniche maintenant abandonnée aux rats et aux vagabonds :

— Je vous donnerai de la mort aux rats, ajouta Oberzohn, ce ne sera que pour peu de jours.

— Ya, Herr Doktor, répondit Gurther avec son sourire impassible.

— Pour ce soir, vous pourriez coucher dans la cuisine si…

Il n’acheva pas : un coup violent venait de retentir à la porte. Les deux hommes se regardèrent et firent une grimace :

— Je pense que c’est la police, dit Oberzohn très calme.

Il se leva et, s’approchant d’un long canapé, il en fit basculer le siège, découvrant ainsi une profonde cavité : sur un signe de son maître Gurther s’y étendit.

Le siège remis en place, Oberzohn alla ouvrir la porte.

— Bonjour, monsieur l’inspecteur, dit-il.

— Puis-je entrer ? demanda Meadows.

Deux officiers de la police, dont un en uniforme, étaient derrière lui.

— Certainement, si vous désirez me voir.

Meadows entra seul et Oberzohn l’introduisit dans son bureau.

— Je viens chercher Mlle Leicester, dit l’inspecteur sans préambule : elle a été enlevée de chez elle ce matin à la première heure et je sais qu’elle a été amenée ici. Il y a du reste des traces de roues de voiture devant votre porte.

— S’il y a des traces dit le docteur avec beaucoup de calme, ce sont les miennes ; et il énuméra toutes les machines qu’il possédait ; quant aux voitures qui ont pu venir cette nuit, j’ai l’ouïe très fine, monsieur Meadows, j’en ai entendu passer quelques-unes, en effet, mais, dans la rue voisine, et non devant chez moi. Du reste, je suis certain que ce n’est pas pour me parler d’un enlèvement de jeune fille que vous venez, mais pour me donner des nouvelles du misérable qui a mis le feu à mes bureaux. Voilà ce que j’attends de vous.

— Ce que vous attendez de moi et ce que vous avez fait sont deux choses absolument différentes, répondit froidement Meadows. Allons, Oberzohn, soyez raisonnable ; tout est découvert, nous savons pourquoi vous vous attaquez à Mlle Leicester. Vous voulez la mettre dans l’impossibilité de réclamer au Gouvernement portugais le renouvellement d’une concession accordée à son père en juin 1912.

Si Oberzohn fut étonné de voir son secret ainsi mis au grand jour rien, sur son visage, ne le laissa paraître.

— Je ne comprends rien à ce que vous voulez dire, inspecteur Meadows. Je pense que vous vous êtes laissé abuser par ces criminels de la rue Curzon… Mais si vous désirez fouiller ma maison, ne vous gênez pas, c’est votre droit : vous êtes libre de l’exercer… de la cave au grenier.

Meadows, le prenant au mot, retourna dans le hall et, appelant ses deux agents, leur ordonna de visiter chaque pièce de la maison.

La visite ne donna, naturellement, aucun résultat.

— Vous êtes un malin, dit Meadows, et je ne lutterai pas avec vous, mais il y a dans la ville trois hommes qui sauront vous réduire à merci et… tenez, je ne voudrais pas être à votre place pour tout l’or des montagnes d’Angola !

— Vraiment ! dit tranquillement le docteur.

— Allons, rendez-moi la jeune fille. Je vous assure que si vous y consentiez, vous seriez beaucoup moins en danger. Je vous répète que vous êtes trop fort pour moi. C’est peut-être absurde d’avouer cela pour un policier, mais je peux vous assurer que si, moi, je ne comprends rien à votre serpent, les « Trois Justiciers » sont parfaitement fixés sur son compte.

Les sourcils du vieillard montaient et descendaient sur son front ridicule :

— Vraiment ? Mais… de quel serpent voulez-vous donc parler ?

Meadows ne répondit pas. Il avait donné un conseil, tant pis pour celui qui ne voulait pas le mettre à profit.

Personne ne savait et peut-être lui, moins que tout autre, qu’indépendamment de toutes les lois humaines, indépendamment de tous les efforts de la justice, l’inéluctable châtiment attendait Oberzohn à bref délai.

CHAPITRE XX

LE LIVRE DE COMPTES

Il était cinq heures du matin quand l’Hispano de Léon, couverte de boue, stoppa devant la porte de Heavytree.

Avant même que Manfred eût sonné. Alma ouvrait la porte ; sur son visage bouleversé on lisait l’inquiétude et la fatigue d’une nuit sans sommeil.

— Où est Digby ? lui demanda-t-il.

— Il a été prévenir la gendarmerie. – Entrez, monsieur Gonsalez.

— Je parierais que Digby n’a rien entendu, dit Léon en se débarrassant de son imperméable ruisselant de pluie.

— J’ai le sommeil extrêmement léger, reprenait Alma, et cependant je n’ai entendu aucun bruit. J’ai été réveillée par le gendarme qui, surpris de voir la porte de la maison grande ouverte, en pleine nuit, était entré pour en savoir la cause.

— Et vous n’avez rien remarqué qui puisse servir d’indice ?

— Si, répondit-elle en les conduisant au salon où elle leur montra une petite boîte noire à laquelle était fixé un tube en caoutchouc et un masque, j’ai trouvé ceci derrière le canapé ; elle a dû y être couchée de force, car les coussins étaient tombés et la tapisserie du meuble est déchirée comme par une lutte.

Léon examinait le petit appareil ; il reconnut facilement qu’il n’avait pu servir qu’à administrer un anesthésique.

— Mais comment est-on entré ? Aucune fenêtre ne paraît avoir été ouverte, aucune porte forcée !…

— Je suis certaine qu’ils sont entrés par la grande porte, dit Alma, et qu’il y avait une femme : Mirabelle n’aurait pas ouvert à des hommes à pareille heure, sans appeler Digby ou moi-même.

Léon approuva, l’œil brûlant :

— Évidemment, dit-il.

— J’ai d’ailleurs vu les traces d’un pied de femme dans le corridor, continua-t-elle. Elles ont dû sécher, mais peut-être pouvez-vous les voir encore.

— Je viens de les voir, répondit Léon, à gauche de la porte… un petit soulier pointu. Mlle Leicester a ouvert à une femme et ce sont des hommes qui entrèrent, la suite est facile à reconstituer. On ne peut blâmer Digby.

— C’est moi qui suis à blâmer, dit Manfred. Poiccart m’avait bien dit…

— Il est venu ici, interrompit tante Alma.

— Qui ? Poiccart ? s’écria Manfred surpris, tandis que Gonsalez s’exclamait joyeusement :

— Mais, naturellement !… Quels fous nous sommes !… Nous aurions dû deviner pourquoi ce vieux chien de garde avait quitté son poste !… À quelle heure l’avez-vous vu ?

Alma raconta la visite de Poiccart.

— Il a dû quitter la maison aussitôt après notre départ, dit Léon avec un large sourire amusé.

— Et après ? poursuivait Manfred.

Léon se grattait le menton d’un air pensif.

Je serais curieux de savoir s’il est rentré.

Il prit le téléphone et demanda la communication.

— Tiens ! voilà Digby ! Il a l’air de ne pas oser entrer.

Le policier approchait, en effet, l’air tout déconfit.

— Je ne sais pas trop ce que vous allez penser de moi, M. Manfred… commença-t-il.

— Je l’ai déjà dit, Digby, je ne vous blâme pas, répondit Georges avec un demi-sourire. Je n’aurais pas dû laisser, seul, un homme récemment blessé… enfin, ce qui est fait est fait. Avez-vous fait une enquête ?

— Oui, monsieur. L’auto est passée à Gloucester, ce matin à la première heure et a pris la route de Swindon ; un agent cycliste l’a rencontrée, il a même remarqué sur le toit un gros paquet, roulé dans une bâche.

— Personne ne suivait en auto ou en motocyclette ? demanda Manfred avec inquiétude, car Poiccard avait récemment appris à se servir d’une moto.

— Non, monsieur.

— Vous avez rencontré M. Poiccart ?

— Oui, il rentrait à Londres. Il m’a dit qu’il avait voulu voir par lui-même…

Georges semblait désappointé.

La sonnerie du téléphone lui annonça qu’il avait la communication demandée.

— Est-ce vous, Poiccart ?

— Moi-même : d’où me parlez-vous ?

— De Heavytree. Avez-vous des nouvelles de Mlle Leicester ?

Il y eut un petit silence.

— Est-elle partie ?

— Ne le saviez-vous pas ?

Nouveau silence.

— Oh ! si je le savais ; je l’ai même accompagnée une bonne partie de la route : je ne l’ai quittée que dans un faubourg de Londres, lorsqu’un choc de la voiture m’a jeté à terre… Meadows est ici : il revient de chez Oberzohn où il dit n’avoir rien trouvé.

Les deux amis se disposaient à se retirer lorsque Léon eut une subite inspiration :

— Mlle Leicester a-t-elle une table à écrire ? demanda-t-il à Alma.

— Oui, dans sa chambre. Elle l’y conduisit.

Ouvrant les tiroirs d’un bureau, sans s’excuser, il se mit le plus tranquillement du monde à lire les papiers et les lettres qu’il y trouva ; puis il ouvrit le buvard ; il contenait des feuilles de papier blanc avec l’entête d’Heavytree ; deux de ces feuilles portaient, au bas, la signature de Mirabelle. Alma expliqua que le compte en banque étant au nom de sa nièce, Mirabelle préparait des feuilles à l’avance pour qu’elle puisse, au besoin, retirer de l’argent en son absence.

— Avez-vous des livres de comptes ? demanda Léon. Pourrais-je en voir un ?

Alma alla chercher dans sa chambre un petit registre. Il le lui rendit après y avoir jeté un coup d’œil si rapide qu’elle n’arriva pas à comprendre pourquoi il le lui avait demandé.

— Voilà, dit-il, je vous remercie. Et maintenant, Georges, vite, en voiture !

Dès qu’ils furent sur la route, Georges, intrigué, demanda :

— Pourquoi, diable, avez-vous demandé le livre de comptes ?

— J’ai l’esprit curieux, répondit Léon évasivement.

Georges n’insista pas. Il était exactement neuf heures quand ils arrivèrent rue Curzon.

Toutes portes closes, les Trois Justiciers conférèrent.

CHAPITRE XXI

DANS LE SOUS-SOL DE L’USINE

Mirabelle ne pouvait pas se leurrer sur le danger de sa situation, mais elle n’arrivait pas à comprendre pourquoi Oberzohn s’attaquait à elle.

En s’éveillant, elle fut presque contente de voir Joan endormie sur le lit voisin du sien ; bien qu’elle eût toutes les raisons du monde de se méfier de cette femme, son visage de poupée ne lui semblait trahir aucune méchanceté.

Joan était tout habillée, elle se réveilla au bruit que fit Mirabelle en se retournant sur son sommier et se leva.

— Eh bien, que pensez-vous de notre nouvelle demeure ? demanda-t-elle avec une gaîté un peu forcée.

— J’en ai connu de plus agréables, répondit Mirabelle froidement.

— Je le crois volontiers !

Joan s’étirait et bâillait, puis ouvrant un coffre plein de charbon, elle se mit en devoir de charger le poêle.

— J’ai mission de veiller à ce que vous n’ayez pas froid, dit-elle en souriant.

— Combien de temps suis-je condamnée à rester ici ?

— Cinq jours.

— Pourquoi cinq jours ? demanda Mirabelle, étonnée.

— Je ne sais pas. Peut-être vous le diront-ils.

Joan tourna le contact d’un réchaud électrique sur lequel se trouvait une bouilloire.

— Si la vue n’est pas belle, du moins la cuisine sera bonne, dit-elle en continuant à affecter un entrain dont Mirabelle ne fut pas dupe.

— Vous êtes d’accord avec ces gens, naturellement – D’Oberzohn et Newton ?

— Monsieur Newton, corrigea Joan. Oui, je suis sa fiancée. Nous devons nous marier quand les affaires iront un peu mieux. – Mais il ne faut pas m’en vouloir parce que je les ai aidés à vous amener ici… Monty m’a juré qu’il ne vous serait fait aucun mal.

— Alors, pourquoi ?… commença Mirabelle.

— Il vous le dira lui-même, tôt ou tard, interrompit la jeune fille. Au surplus Monty n’a rien à voir là-dedans. Il n’agit que pour obliger Oberzohn.

C’était perdre son temps que de récriminer et de reprocher à Joan son affreuse traîtrise. Elle n’avait été, évidemment, qu’un instrument aveugle : un prisonnier peut-il s’en prendre à son geôlier ?

— Comment pouvez-vous tremper dans de telles actions ? finit-elle par dire en regardant Joan qui préparait le thé.

— Qu’entendez-vous par de « telles actions », répondit-elle. Si vous supposez que je passe ma vie à chaperonner des femmes, vous vous trompez. Avez-vous peur ?

— Non, pas précisément.

— Moi, j’aurais peur, à votre place… Voulez-vous du lait condensé ? Je n’en ai pas d’autre à vous offrir… Oui, je n’aimerais pas beaucoup avoir affaire à Oberzohn.

— Si j’étais Oberzohn, reprit Mirabelle malicieusement, je me cacherais dans un trou bien profond, pour que les « Trois Justiciers » ne puissent jamais me trouver.

— Les Trois Justiciers ! ricana Joan, n’est-ce pas eux qui ont fouetté Gurther ?

Mirabelle ignorait cette histoire mais elle en fit volontiers crédit à ses amis.

— Vraiment ! – Gurther sait-il qu’ils sont vos amis ? demanda Joan très intéressée.

— Je ne connais pas Gurther.

— C’est lui qui a dansé avec vous l’autre nuit. – Lord… je ne me souviens plus du nom qu’il portait ce soir-là… s’il le sait, vous ferez bien de vous méfier, ma chère. Gurther est à moitié fou. Monty m’en a prévenue : il se drogue et il y a des jours où c’est une bête féroce bien plutôt qu’un homme… J’en ai une peur affreuse…

Il se fit un silence. Joan sortit un cake de l’armoire à provisions.

— Comment sont-ils ? demanda la jeune fille dont l’esprit était toujours occupé des habitants de la rue Curzon. Monty dit qu’ils font surtout du bluff… Est-il vrai qu’ils ont tué des gens ?

Mirabelle fit un geste affirmatif.

— Et ils s’en sont tirés sans dommage ? Ils sont intelligents… Comment se procurent-ils l’argent nécessaire ?… Joan s’intéressait toujours beaucoup à cette question.

— Ils ne vous trouveront jamais ici, reprit-elle. Personne au monde ne connaît l’existence de cette cave. Monty m’a raconté qu’elle communique avec le canal par une écluse. Oberzohn peut l’inonder en cinq minutes… Mais, ne craignez rien : ce n’est pas le sort qu’il vous réserve car il compte sur vous pour arranger ses affaires.

— Sur moi ! – Pense-t-il tirer quelqu’argent de moi ? dit Mirabelle qui ne put réprimer un sourire.

Joan acquiesça solennellement.

— Croit-il donc que j’aie une grande fortune ?

— Il en est sûr !

Le ton de Joan montrait qu’elle aussi en était sûre. Mirabelle, stupéfaite, s’assit sur son lit et se mit à réfléchir sur le nouvel aspect que les choses prenaient pour elle. Sa situation financière n’était un secret pour personne. Chacun savait que les revenus de la petite propriété d’Heavytree et les modestes rentes laissées par son père suffisaient à peine à lui permettre de joindre les deux bouts. La moindre perte aggravait si bien la situation qu’elle avait dû envisager d’accepter les offres d’Oberzohn… Alma n’était pas plus riche… Les travaux scientifiques de son père n’avaient jamais rien rapporté et elle ne se connaissait aucun parent dont elle put espérer un héritage…

Elle se perdait en conjectures.

— C’est absurde, dit-elle après quelques instants de silence. Je n’ai aucune fortune et si M. Oberzohn espère une rançon, il sera bien déçu !

— Une rançon, je ne pense pas que ce soit cela… Mais vous êtes riche, j’en suis certaine ; Monty me l’a dit, et il n’a aucune raison de mentir.

Mirabelle était de plus en plus surprise. Il paraissait impossible qu’un homme comme Oberzohn put commettre une telle erreur. Et cependant… Joan ne semblait pas plaisanter.

— Il doivent me prendre pour quelqu’un d’autre que je ne suis, conclut-elle.

Joan ne répondit pas. Ses regards étaient fixés sur la porte. Elle avait entendu le bruit de la trappe qui s’ouvrait et des pas qui approchaient.

Oberzohn entra ; il portait son costume de velours noir ; sa calotte, en arrière sur la tête, ses pieds étaient chaussés d’énormes caoutchoucs couverts de boue. Mirabelle se leva en l’apercevant. En toute autre circonstance, elle eût ri de cet accoutrement.

Il la gratifia d’un salut emprunté.

— Avez-vous bien dormi, gracieuse dame ? demanda-t-il en prenant la main de la jeune fille qu’il baisa cérémonieusement.

Elle éprouva la même répulsion qu’elle avait ressentie lorsque Gurther s’était incliné devant elle, au bal, pour la faire danser.

— Ce n’est pas mal ici, n’est-ce pas ? reprit-il en jetant autour de la pièce un regard satisfait. J’aimerais beaucoup y passer ma vie à lire et à songer, mais, que voulez-vous, je suis un homme d’affaires ; j’ai d’énormes intérêts dans toutes les parties du monde… Je suis très riche, plus riche que vous ne pouvez l’imaginer…

Pourquoi donc lui parlait-il de tout cela ?…

— Vos affaires ne me regardent pas, docteur Oberzohn, dit-elle. Je préférerais que vous me disiez pourquoi je suis emprisonnée ici. Puisque vous êtes si riche, ce n’est pas pour obtenir une rançon de moi…

— Une rançon !… tous les muscles de son visage se plissèrent en une horrible grimace, quelle absurdité ! Est-ce elle qui vous a parlé de cela ? demanda-t-il en désignant Joan d’un air furieux.

— Non, je le supposais simplement, répondit Mirabelle, soucieuse d’épargner quelque désagrément à sa compagne.

— Non, je ne vous retiens pas ici pour vous rançonner, aimable dame, mais seulement parce que votre vue me fait du bien. Heine n’a-t-il pas dit : « La beauté des femmes est un calmant pour l’âme. » Vous devriez lire Heine… il est frivole, mais au milieu de ses futilités il se trouve quelquefois des pensées profondes… Alors, gracieuse dame, avez-vous ici tout ce qu’il vous faut ?

— Je voudrais sortir. Je ne peux séjourner dans cette cave sans danger pour ma santé.

— Vous sortirez bientôt.

De nouveau il s’inclina très bas, puis se dirigea vers le poêle, derrière lequel se trouvaient les caisses recouvertes d’un tapis. Il posa avec tendresse la main sur l’une des deux.

— Ceci contient des secrets qu’il ne faut pas essayer de connaître : les curieux qui y toucheraient déclancheraient des explosions d’une violence inouïe… comprenez-vous ?

Il s’adressait à Mirabelle qui ne comprenait rien et garda le silence.

— Pour des raisons chimiques, cela doit rester au chaud. J’en emporte une, mais je laisse l’autre. N’y touchez pas, n’est-ce pas ? C’est bien compris ?

Cette fois, c’est à Joan qu’il parlait.

— Mais oui, j’ai compris, répondit-elle avec humeur. Dites-moi, Oberzohn, quand pourrai-je sortir pour prendre l’air ? Cette cave me porte sur les nerfs…

— Cette nuit vous sortirez avec la charmante dame ; je vous accompagnerai moi-même.

— Mais, pourquoi suis-je ici, monsieur Oberzohn ? essaya encore une fois de demander Mirabelle.

— Vous êtes ici pour être à l’abri d’un danger, d’un grand danger, répondit le vieillard en prenant une des caisses sous son bras. Il y a des hommes infâmes qui ont des dessins criminels à votre égard. Ils sont habiles et intelligents – mais pas autant que moi… Je ne vous laisserai pas tomber entre leurs mains… C’est pour éviter cela que je vous ai cachée ici, ma jeune demoiselle ! Adieu.

Il fit un demi-salut et sortit.

— Drôle d’homme avec sa chimie, n’est-ce pas ? dit Joan.

— Si j’étais certaine qu’il n’y aurait pas d’explosion, continua-t-elle en regardant la caisse restée près du poêle, je l’ouvrirais volontiers. Et elle commença à raconter à la prisonnière les manies du vieillard et ses recherches pour « l’élixir de vie ».

— Monty croit qu’il finira par le trouver, dit-elle avec un grand sérieux. Il ne prend presque jamais de repos, et pour toute nourriture, une cuillerée d’un liquide de sa préparation lui suffit chaque jour ; Monty dit aussi…

Mirabelle écoutait distraitement le récit des faits et gestes de l’intéressant Monty qui se poursuivit pendant toute la triste et longue matinée.

CHAPITRE XXII

LE COURRIER

Le Triangle avait appelé à Londres Elijah Washington. Il était complétement remis de la dernière et si dure expérience qu’il avait faite du venin ; il ne lui en restait qu’une légère ecchymose sous l’œil droit.

Léon Gonzalez avait tenu à conduire lui-même l’auto qui l’emportait et tout le long du chemin, l’Américain l’avait entretenu de son sujet de prédilection des mœurs des reptiles et de leurs morsures.

— Il n’y a pas de serpent dans l’histoire qui vous occupe, dit Washington.

— Ces gens empoisonnent tout simplement un dard quelconque avec du venin extrait des dents de serpents. Ce n’est pas difficile et cela se pratique couramment dans l’Afrique du Sud.

— Théoriquement votre explication est parfaitement satisfaisante, répondit Léon, mais on devrait trouver le dard, l’aiguille… La police a cherché indéfiniment dans le cas du financier, de l’employé de banque, de Barberton, sans jamais rien trouver… Comment expliquez-vous cela ?

M. Washington ne trouvait aucune explication et Léon riait :

— Eh bien ! moi, dit-il, je sais exactement comment cela se fait.

— Que ne le dites-vous alors à la police ? s’exclama l’Américain.

— La police le sait aussi, maintenant, répondit Léon. Il n’y a pas de morsure de serpent mais empoisonnement par la nicotine.

— Comment cela ?

Léon ne voulut pas donner plus de détails. Il laissa entendre à son compagnon que les Trois Justiciers avaient décidé de lui demander de vouloir bien se charger d’une mission importante et qu’ils comptaient beaucoup sur son acceptation.

— Nous avons, pour vous, trop de sympathie pour mettre en danger votre vie que nous considérons comme très précieuse, dit-il, et… cependant, ce que nous allons vous demander est loin d’être une partie de plaisir…

— Écoutez, dit Washington, d’un ton cassant : je ne veux plus entendre parler de vos serpents, toujours invisibles. Je veux bien être mordu, mais à condition de voir l’animal, alors je pourrais peut-être abandonner mon ancienne habitude de le capturer vivant !

Il y eut un silence pendant lequel Léon parut s’absorber dans la contemplation de la route.

— C’était bien du venin de serpent qu’on vous a injecté, monsieur Washington, reprit Léon, mais du venin savamment traité. Les virus nocifs y étaient concentrés et mélangés de telle sorte que le poison était plus virulent qu’aucun autre… Mais vous avez raison de penser qu’il n’a été sécrété par aucune glande animale… Nous sommes prêts à vous délivrer un certificat d’insensibilité aux morsures de serpent.

— Je ne désire pas recommencer une expérience comme la dernière, assura Washington.

Là-dessus. Léon se lança dans des considérations sur l’état de la route et sur les difficultés de la circulation.

____________

 

On était sans nouvelles de Mirabelle et Meadows employait toute son activité à pousser l’enquête sur le meurtre de Barberton.

Scotland Yard était encombré de reporters, avides de renseignements, et toutes les vieilles terreurs inspirées par le Serpent mystérieux, étaient ravivées.

Les journaux maltraitaient la police, lui reprochant son incurie et Meadows ne savait à quel saint se vouer.

— Où est Lee ? demanda Washington en arrivant rue Curzon.

— En ce moment, il est à Londres, mais nous lui avons conseillé d’aller dans le Nord, bien qu’il ne soit plus en danger maintenant, n’ayant plus entre les mains les lettres de Barberton, il n’est plus intéressant pour Oberzohn et Cie.

M. Washington fut immédiatement introduit par Poiccart. Les trois hommes rejoignirent Manfred qui était occupé à donner des instructions au pauvre Digby. Celui-ci, la tête encore enveloppée de pansement, faisait piteuse mine toujours sous le coup de son dernier insuccès.

— J’envoie Digby surveiller les abords de la maison d’Oberzohn et j’attire tout particulièrement son attention sur le vieux bateau amarré près de la berge, dit Manfred après qu’il eut salué les nouveaux venus.

Il faisait allusion à une péniche qui, depuis très longtemps, avait été garée dans le petit canal de dérivation qui desservait autrefois l’usine d’Oberzohn. La passerelle qui la reliait au quai n’avait pas été levée depuis des années si bien qu’elle semblait faire partie du rivage.

— Elle est inamovible, dit Léon. Il y a longtemps que je m’en suis aperçu.

— Elle a en effet, cette apparence, mais je voudrais qu’on s’en assure de nouveau, reprit Manfred, puis, s’adressant à Digby, c’est un travail de nuit que d’observer cette bizarre maison et si ce n’est pas très réjouissant, il peut être très important de suivre les allées et venues de ses habitants.

— J’espère, cette fois, vous satisfaire, monsieur Manfred, répondit Digby en se levant pour sortir. Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, je vais aller jeter un coup d’œil dans le quartier pendant qu’il fait encore jour.

Georges sourit, et lui serrant la main :

— Monsieur Gonsalez lui-même peut faire, et fait des erreurs, dit-il avec malice en regardant Léon.

— Et maintenant, monsieur Washington, reprit Manfred quand le policier fut sorti, nous allons vous dire pourquoi nous vous avons demandé de venir ici : nous espérons que vous voudrez bien vous charger de porter une lettre à Lisbonne. Vous êtes le seul homme en qui nous puissions confier un document d’une telle importance, mais je dois ajouter que ce voyage est fort dangereux et qu’il est possible que celui qui l’entreprendra n’arrive jamais au but.

— Voici des paroles vraiment encourageantes ! dit Washington un peu indécis. Il y a une chose que je voudrais savoir : devrai-je rencontrer M. le Serpent ?…

Manfred acquiesça silencieusement ; l’Américain parut soucieux.

— Après tout, dit-il au bout de quelques instants, je ne vois pas pourquoi j’en aurais si peur ; je sais qu’il ne s’agit pas d’un honnête venin mais d’un poison synthétique. Ce qui m’ennuyait surtout, c’était de perdre la confiance que les serpents m’ont toujours inspirée… Quand faudrait-il partir ?

— Ce soir.

Washington resta perplexe. Manfred reprit :

— Pas par Douvres-Calais ; il vaudrait mieux passer par Newhaven-Dieppe. Il y a des chances pour que nos amis soient moins alertés sur cette ligne, mais je ne peux rien garantir. Oberzohn a une armée d’espions. Notre maison est surveillée depuis plusieurs jours, venez voir.

Il s’approcha de la fenêtre et souleva les rideaux :

— Voyez-vous un espion ? demanda-t-il avec un fin sourire.

— Bien sûr… cet homme qui fume un cigare au coin de la rue.

— Non, c’est un agent de Scotland Yard en civil… Ne voyez-vous rien d’autre ?

— Si, répondit Washington après quelques secondes, il y a un homme qui nettoie les vitres de la maison d’en face… et qui regarde par ici.

— C’est un citoyen parfaitement innocent, dit Manfred.

— Bon… Il ne peut cependant pas être dans un de ces taxis, ils sont tous vides, fit Washington avisant la file des voitures d’une station de taxis au milieu de la rue.

— Au contraire… c’est le chauffeur de la première voiture. Si vous sortez et l’appelez, il viendra, mais si quelqu’un d’autre lui fait signe, comme par hasard, il sera engagé… Son nom est Clark, il habite 43, rue Porthinghton. C’est un ancien condamné : il reçoit sept livres par semaines au service d’Oberzohn, plus de nombreuses gratifications.

La surprise peignait sur le visage de Washington. Son interlocuteur sourit et continua :

— Vos mouvements seront donc surveillés, nous n’y pouvons rien, mais il vaut mieux y être préparé… Vous voyez, monsieur Washington, je joue cartes sur table, si vous n’acceptez pas cette mission, Poiccart, Gonsalez ou moi devrons nous en charger.

— J’irai, dit l’Américain avec une soudaine décision. Avec ou sans serpent à mes trousses je vais à Lisbonne. Quelle route dois-je suivre ?

Poiccart prit un papier dans sa poche :

— Newhaven-Dieppe-Paris. Un compartiment vous est réservé dans le Sud-Express. Vous arriverez à Valladolid demain dans la nuit, là vous changerez de train, à moins que je ne puisse vous assurer un avion qui vous prendrait à Irun. Nous tâcherons de l’obtenir. Sans cela, vous atteindrez Lisbonne le jour suivant, à deux heures de l’après-midi. Il faut maintenant lui donner la lettre, dit-il s’adressant à Georges.

Manfred ouvrit un coffre-fort dissimulé dans le mur, et y prit une longue enveloppe, dûment cachetée qui portait comme adresse : « Señor Alvares Manuel y Cintra, ministre des Colonies. »

— Il faut que ceci soit remis en mains propres au destinataire. Vous n’aurez pas de difficulté, car vous serez attendu. Avez-vous l’intention de voyager dans ce costume ?

L’Américain réfléchit.

— Oui, autant celui-ci qu’un autre, dit-il.

— Veuillez ôter votre veston.

Washington obéit. Manfred prit le vêtement et, avec de fins ciseaux, fit une entaille dans la doublure ; il y glissa la lettre, puis, dans une petite ménagère, il trouva fil et aiguilles et se mit en devoir de réparer « l’accident » à la grande surprise de l’Américain. Le travail fut si bien fait qu’il eut fallu y regarder de bien près pour retrouver la fente.

— Monsieur Gonsalez, à l’avenir, je vous enverrai mes effets à réparer !

On lui remit ensuite un portefeuille retenu à une ceinture par une chaîne de sûreté.

— J’aimerais que vous portiez ceci sur vous dès maintenant. Il n’y a rien d’important là-dedans… ce sont des lettres avec des cachets imposants… Si vous les perdiez ce serait un petit malheur.

— Vous pensez qu’ils s’en prendront à ce portefeuille.

Manfred acquiesça :

— On ne peut jamais savoir ce qu’Oberzohn fera… il est aussi rusé, plus rusé qu’un serpent, mais l’expérience prouve que les erreurs commises par les criminels sont d’autant plus grandes qu’ils sont plus intelligents… Ah ! et puis vous aurez besoin d’argent…

— Je ne suis pas à court, répondit Washington avec un sourire… les serpents rapportent assez bien… et puis, je fais des affaires.

Ils discutèrent quelques détails financiers ; l’Américain constata avec surprise à quel point l’argent était largement distribué.

Washington sortit et, voulant éviter le chauffeur espion, fit quelques pas à pied, puis il héla un taxi et se fit conduire au Ritz-Carlton où il avait retenu un appartement.

Il put constater par la vitre d’arrière que Manfred ne se trompait pas : une voiture vide suivait la sienne, le drapeau baissé pour éviter tout client éventuel.

Arrivé dans sa chambre, Washington vit par la fenêtre cette même voiture, arrêtée en face de l’hôtel. Le chauffeur avait quitté son siège.

— Il a sans doute été téléphoner, pensa-t-il, et il aurait beaucoup donné pour surprendre le message.

CHAPITRE XXIII

DANS LE TRAIN DE NUIT

M. Oberzohn avait passé toute la matinée à travailler dans son laboratoire secret ; il se reposait dans son bureau lorsqu’il aperçut un télégraphiste à bicyclette traversant la triste zone inculte qui entourait sa demeure. Le jeune garçon s’arrêta un instant à considérer l’étrange bâtisse puis sonna à tour de bras… Oberzohn se précipita… Un télégramme ne pouvait apporter qu’une nouvelle d’importance. Il claqua la porte au nez du porteur et regagna son bureau en déchirant l’enveloppe.

Elle contenait trois pages en portugais. Il lut soigneusement jusqu’à la fin, puis, pour mieux saisir le sens, il traduisit la missive en suédois, après quoi il reprit le livre qu’il lisait, mais son esprit ne pouvait s’attacher à sa lecture ; ses pensées allaient et venaient de Lisbonne à Londres, de la rue Curzon aux sous-sols de l’usine… Il n’insista pas, ferma son livre d’un coup sec, se leva et, ouvrant la porte, appela Gurther.

L’homme parut, en chaussettes, les cheveux en broussaille ; Oberzohn lui fit signe d’entrer.

Ils eurent un entretien qui dura une heure, puis Gurther sortit avec un étrange sourire et monta quatre à quatre dans sa chambre.

La femme de chambre danoise passa, quelques instants après, devant la porte de son maître, elle entendit sa voix au téléphone, mais, bien qu’il employai une langue assez voisine de la sienne, elle ne put rien distinguer dans les ordres, suggestions, conseils et recommandations, qu’il lançait dans toutes les directions.

Ceci fait, le docteur reprit sa lecture… Une partie seulement de son intelligence s’attachait au texte, l’autre ne pouvait se détacher des plans qu’il avait élaborés.

Bientôt il renonça à lire et descendit au jardin. Il aimait tendrement sa vilaine maison et en était fier comme un seigneur d’autrefois eût pu l’être du château de ses ancêtres. Il fit son inspection quotidienne, puis, remontant au troisième étage, il ouvrit une petite porte qui donnait accès à quelques marches conduisant sur le toit en terrasse. À chaque angle de la toiture s’élevait un petit appentis à hauteur d’homme. Les portes en étaient cadenassées et, à côté de chacun de ces abris, il se trouvait une sorte de caisse grossière.

De cette terrasse le regard pouvait embrasser toute la propriété et suivre les méandres du petit canal qui cernait l’ancienne usine ; la masse sombre de la péniche semblait toute proche. Un brouillard léger flottait sur l’eau. Londres s’étendait de toutes parts ; au loin, le dôme de Saint-Paul brillait au soleil. Oherzohn haïssait Londres ; le sinistre quartier où il avait édifié sa maison trouvait, seul, grâce à ses yeux.

Enfin, il quitta son poste d’observation, fermant soigneusement derrière lui la porte qui donnait accès à la terrasse. Lorsqu’il passa devant la chambre de Gurther il frappa et entra. Il le trouva occupé à une toilette des plus soignées ; tournant vers son maître son visage enduit de crème, il grimaça aimablement. Le docteur se retira.

____________

 

Le trafic de la ligne Newhaven-Dieppe est d’un régime étrangement spasmodique : tantôt encombrée de voyageurs, tantôt à peu près déserte.

Elijah Washington, quand il partit pour Lisbonne, se trouva seul dans son compartiment. Or, si l’Anglais aime voyager dans le silence et la solitude, l’Américain les fuit : la solitude l’attriste, le silence l’impatiente. Il aime échanger des idées sur les grands sujet… il s’intéresse à l’avenir des nations, aux possibilités climatériques, aux fluctuations des affaires…

M. Washington se mit à arpenter le corridor dans l’espoir de trouver dans l’un des compartiments voisins de celui où il avait déposé ses bagages, quelque compatriote avec qui il pourrait causer. Mais ses recherches furent vaines et il revint s’asseoir mélancoliquement près de sa valise et de sa couverture : il se plongea dans un journal humoristique. De rares voyageurs passèrent devant la porte de son compartiment, sans entrer. Enfin, une dame s’y arrêta, mais voyant la pancarte avec le mot « fumeurs », hésita. Washington aurait bien volontiers renoncé à son cigare pour avoir le plaisir de sa société. Elle était jeune et portait un épais voile de deuil. « Une veuve sans doute », pensa Washington.

— Ce compartiment est-il réservé ? demanda-t-elle d’une voix timide.

— Non, madame, répondit Washington en se levant, le chapeau à la main.

— Permettez-vous ?… continua-t-elle doucement.

— Mais, je vous en prie ; asseyez-vous, s’empressa le galant Américain. Préférez-vous le coin près de la fenêtre ?

Elle refusa d’un geste et s’assit près de la porte.

— La fumée vous gêne-t-elle ? reprit Washington.

— Pas du tout, monsieur.

« Elle est Anglaise », se dit à regret Washington qui se résigna au silence.

Le train siffla et s’ébranla lentement… Le périlleux voyage de Washington commençait.

Au bout de quelques instants, la jeune femme, se levant, parut vouloir fermer la porte du corridor.

— Je vous en prie, laissez-moi faire cela, dit aimablement Elijah.

Elle murmura quelques paroles d’excuses et de remerciements.

Quelques voyageurs, passant dans le corridor, la regardèrent : cela dut lui déplaire car elle baissa le rideau de la vitre qui se trouvait près d’elle : un peu plus tard, lorsque le contrôleur eut passé, elle tira celui de l’autre vitre en demandant à son compagnon :

— Vous permettez ?

— Certainement, madame, dit Elijah sans conviction, car il ne tenait pas beaucoup à voyager avec une femme derrière des rideaux fermés, ayant entendu raconter certaines histoires dont il préférait ne pas faire l’expérience.

Un parfum délicat remplissait le compartiment, Washington le percevait malgré son cigare.

La voyageuse restait immobile, elle était placée de manière à ce qu’il ne vit qu’une partie de son visage et il ne pouvait savoir si elle dormait.

Las de lire, il posa son journal, et, fermant les yeux, il se laissa bercer par le ronron du tram ; sa compagne, ayant fait un mouvement, il l’observa entre ses cils ; elle était de face, son voile toujours baissé. Ses mains, gantées, reposaient sur ses genoux. Il referma les yeux, mais un nouveau mouvement de sa voisine attira bientôt son attention : elle cherchait quelque chose dans son sac… son poignet se trouvait découvert entre le gant et la manche et la peau de ce poignet était couverte de poils !…

Cette vue dissipa complètement la somnolence de Washington ; il changea légèrement de position et ronfla comme s’il dormait.

Sous sa voilette, les yeux de la dame ne le quittaient pas… On eut dit quelle devinait que son sommeil était affecté… Tout à coup, elle se leva, mais Washington fut debout en même temps qu’elle et la repoussa rudement, le dos contre la porte. La dame voilée parut décontenancée mais elle se reprit vite et un éclair d’acier brilla dans sa main. Washington saisit le poignet qu’il maintenait d’une main tandis que de l’autre il tâtait un menton qui si bien rasé qu’il fût ne pouvait être celui d’une femme. C’était, en effet, un homme dont la force et l’adresse étaient décuplés par le sentiment du danger… Gurther voulut foncer de la tête, mais l’Américain vit venir le coup et le visage voilé heurta rudement un coude replié. Le choc ébranla l’homme, mais il revint rapidement à l’assaut et, cette fois, l’extrémité du poignard atteignit l’épaule de Washington. Celui-ci riposta avec une telle violence que la « veuve en deuil » s’écrasa contre la porte du corridor qui céda… Avant que Washington eût pu réaliser la situation, Gurther, s’enfuyant à toutes jambes, disparaissait par une des portes de sortie : il se tint un instant sur le marchepied du wagon, puis, profitant d’un ralentissement du train qui franchissait un embranchement, il sauta sur la voie.

Washington, à la fenêtre du compartiment, ne put rien voir dans la nuit noire.

Il se contenta de dire à l’inspecteur du train, quand il passa :

— C’était un homme déguisé en femme.

M. Gurther n’avait laissé aucun bagage. On ne trouva dans le compartiment qu’un talon de bottine arraché pendant la lutte.

CHAPITRE XXIV

EN CAPTIVITÉ

Un second jour de captivité s’était écoulé entre les tristes murs de la prison de Mirabelle ; si elle avait retrouvé ses forces et quelque courage, sa compagne, au contraire, avait perdu la bonne humeur qu’elle affectait durant les premières heures de leur réclusion ; son inquiétude allait toujours en augmentant. Mirabelle fut réveillée par les sanglots de Joan, et, ouvrant les yeux, elle la vit assise, en pleurs, sur le bord de son lit.

— Je deviendrai folle si je reste enfermée ici plus longtemps, disait-elle au milieu de ses larmes. Je ne peux supporter cet endroit, mon Dieu ! mon Dieu ! Pourquoi m’ont-ils enfermée !

— Je vais faire le thé, dit Mirabelle en se levant, cherchant ses pantoufles.

Les gémissements ininterrompus de Joan l’énervaient.

— Après tout, dit-elle, je me demande pourquoi vous vous trouvez si à plaindre. Ce n’est ni à vous, ni à votre argent qu’ils en veulent… ajouta-t-elle en riant.

— Je m’étonne vraiment que vous puissiez plaisanter, répondit Joan en continuant de pleurnicher et en prenant la tasse que Mirabelle lui offrait. Je n’ai jamais été traitée ainsi et je n’aurais jamais cru que Monty manquerait à sa parole… il m’avait promis de venir hier. Quelle heure est-il ?

— Six heures.

— Cet endroit est abominable, reprit Joan de plus en plus nerveuse. J’imagine qu’ils vont nous noyer, ou que cette machine va éclater (elle montrait la caisse près du poêle), j’en suis certaine, j’en ai le pressentiment. Et puis… cet affreux Gurther doit rôder par ici avec ses manières de serpent visqueux. L’avez-vous jamais vu ?

— Gurther ?… l’homme qui m’a fait danser ?

— Mais oui, je vous l’ai déjà dit. Oh ! je voudrais pouvoir sertir d’ici, fit Joan dont l’impatience allait toujours croissant et, se levant brusquement : Venez ! nous allons essayer de soulever la trappe.

Leurs efforts réunis restèrent vains et Joan, en redescendant dans la chambre, faillit avoir une crise de nerfs.

— J’espère que Gurther ignore que ces trois hommes sont vos amis, dit-elle quand elle fut calmée.

— Vous me l’avez déjà dit hier… Croyez-vous vraiment que cela pourrait changer quelque chose ?

— Bien entendu ! s’écria Joan avec véhémence. Cet homme est capable de tout. Monty est fou de nous avoir laissées à sa merci ! Oberzohn ne me fait pas peur, il est mieux, mais l’autre… Monty m’a avoué un jour que c’était un assassin et… ces assassins allemands sont insaisissables : un meurtre ne leur suffit pas, il leur en faut toujours d’autres.

— Il voulait sans doute vous effrayer.

— Quelle idée ! répondit Joan avec une vivacité pleine de reproches. Monty est mon meilleur ami !

Mirabelle eut la sagesse de ne pas insister.

Quand Joan ne se livrait pas à ces scènes un peu hystériques qui finissaient, malgré tout, par communiquer son inquiétude à sa compagne, Mirabelle restait calme. Elle savait que les « Trois Justiciers », surtout Gonsalez, veillaient sur elle, et cette idée soutenait son courage. Mille fois par jour, elle pensait à eux – à Léon surtout – sans bien comprendre pourquoi il tenait tant de place dans sa pensée. Elle se demandait quel pouvait être son âge, il lui avait paru tantôt tout jeune, tantôt un homme mûr : son expression était si changeante qu’il était difficile de se rappeler exactement ses traits ; le sourire de ses yeux, l’étrange gaminerie de ses gestes, lui donnaient mille aspects différents… La pauvre Mirabelle aurait été aussi surprise qu’heureuse si elle avait pu deviner combien souvent aussi la pensée de Gonsalez allait vers elle !

Ce matin là, penché sur une grande carte d’Europe, Léon considérait une ligne rouge allant de Londres à Lisbonne et il venait de piquer un petit drapeau vert, un peu au sud de Paris, lorsque Manfred entra dans sa chambre.

— Le Sud-Express doit être par ici, dit-il en désignant le petit drapeau, et j’espère que notre ami atteindra Valladolid sans nouvel incident. Un de mes vieux amis, Michel Garcia, l’accompagnera pendant la suite du voyage, à moins que nous ne puissions lui offrir un avion. J’attends une dépêche d’une minute à l’autre. À propos, la police de Dieppe a arrêté l’individu qui a essayé pendant la traversée de jeter notre excellent ami par-dessus bord, mais l’homme qui lui a arraché son portefeuille à la gare Saint-Lazare est toujours en liberté.

— Washington doit être maintenant tout à fait entraîné à ce genre de sport, dit froidement Manfred avec un vague sourire.

— C’est un brave type, répondit Léon sérieusement. Nous ne pouvions choisir mieux. La femme du train était évidemment Gurther : c’est le seul bandit de ma connaissance qui soit capable de se déguiser intelligemment.

Manfred alluma sa pipe.

— Ne trouvez-vous pas que l’affaire devient tous les jours plus difficile ?

— Et plus dangereuse, ajouta Léon. Il y a bien des chances pour que la prochaine attaque de Gurther soit dirigée contre l’un de nous… Avez-vous les journaux ?

Manfred sourit :

— Pauvre Meadows ! Comme il y est traité ! Le public est aussi absurde qu’injuste !

Léon arpentait la pièce avec une expression étrange, les mains enfoncées dans les poches de son pantalon. Manfred reconnut ces symptômes et sonna. Poiccart apparut aussitôt.

— Léon devient tout à fait mystérieux, dit Manfred.

— Pas du tout, répliqua celui-ci rougissant comme une jeune fille, ce qui était une de ses charmantes particularités, j’allais seulement vous proposer de passer la soirée au théâtre… J’ignorais encore ce matin que le Sonneur était une pièce intéressante quand j’ai vu un des employés d’Oberzohn se diriger vers le bureau de location… Étant naturellement curieux, je le suivis. Un spectacle susceptible d’intéresser Oberzohn doit forcément nous intéresser aussi, tous les trois. La pièce est pleine de situations palpitantes : il s’agit d’un bandit qui s’évade et revient punir son dénonciateur. L’une des scènes se passe dans l’obscurité : c’est à faire frémir. J’ai lu des critiques, toutes ont déclaré qu’il n’y avait là aucun intérêt artistique… C’est évidemment bon à voir. J’ai eu de la peine à me procurer des fauteuils.

— Quelles places Oberzohn a-t-il prises ?

— La loge A, répondit Léon, c’est la dernière à gauche en regardant la salle.

— Et c’est pour ce soir ?

— Oui, j’ai trois fauteuils au premier rang, ce qui permet d’aller et venir sans écraser les pieds de ses voisins.

— Devrais-je y aller, demanda Poiccart d’une voix plaintive ; je déteste les pièces policières à surprises : dix minutes après le lever du rideau, j’ai deviné qui est le coupable et naturellement cela m’enlève tout plaisir.

— Ne pourriez-vous emmener une dame ?… demanda plaisamment Léon. N’en connaissez-vous aucune à qui le proposer ?

— Pourquoi ne pas emmener la tante Alma ? suggéra Manfred, et cette idée parut réjouir infiniment Léon.

Sur le conseil des Trois, tante Alma était venue s’installer dans le petit appartement de Londres.

— C’est vraiment une femme remarquable ; elle supporte la terrible aventure de notre petite amie avec un sang-froid et un courage étonnants… Je vous ai déjà dit que je ne crois pas Mirabelle Leicester en danger pour le moment : Oberzohn veut tout simplement la séquestrer jusqu’à l’expiration des délais accordés pour le renouvellement… Comment espère-t-il échapper aux conséquences d’une pareille violence ? cela je l’ignore. Peut-être accepte-t-il l’idée de payer par de la prison l’avantage de détourner des millions à son profit.

— Supposez qu’il la tue… fit Poiccart.

Le visage de Léon se contracta douloureusement.

— Il ne la tuera pas, dit-il avec une feinte tranquillité. Pourquoi le ferait-il ? Nous savons qu’elle est entre ses mains, la police le sait aussi. Le cas n’est pas du tout le même que pour Barberton – un inconnu tué par un inconnu dans un lieu public. Non, je ne crois pas que cette supposition soit fondée… à moins que… Enfin, nous verrons. En attendant, c’est une bonne idée d’avoir placé Digby par là en faction. Vous avez été très bien inspiré, Georges.

Ayant jeté un regard par la fenêtre, il vit le taxi, fidèle à son poste.

— Lequel de nous peut-il bien attendre ?

Manfred vit un éclair briller dans ses yeux.

— Je reviens dans une heure, ajouta-t-il et il sortit rapidement.

Dix minutes après, Poiccart et Georges qui causaient ensemble, entendirent la porte d’entrée se fermer. Ils virent Léon traverser le trottoir et faire signe au taxi qui s’empressa d’approcher.

— À Scotland Yard, dit-il en montant dans la voiture.

Arrivé à son but :

— Attendez-moi, dit-il en refermant la portière.

Le chauffeur ne paraissait pas très satisfait de cet ordre :

— Je dois retourner à mon garage…, commença-t-il.

— Je n’en ai que pour cinq minutes, fit Léon pour éviter la discussion.

Par bonheur Meadows était à son bureau.

— Je voudrais que vous fassiez comparaître le chauffeur qui m’a amené et qui attend devant la porte, lui dit Léon à la hâte. J’ai vu un revolver sous son siège.

— Que désirez-vous savoir de lui ?

— Tout ce qui concerne Oberzohn : certaines petites choses ont pu nous échapper et cet homme est constamment employé par lui pour de petites corvées, souvent comme chauffeur. C’est lui qui conduisait le jour où le docteur a emmené Mirabelle déjeuner au Ritz-Carlton. Il est possible que ses papiers ne soient pas en règle, cela nous faciliterait les choses.

Quelques minutes plus tard, le chauffeur était appréhendé et fouillé dans les règles.

On trouva, chargé, le revolver que Léon avait signalé. L’homme invoqua comme excuse que les chauffeurs étaient parfois attaqués. Mais on constata qu’il n’avait pas de permis de conduire et qu’il avait une fausse carte d’identité, ce qui était plus grave.

— Qu’on l’arrête, dit Meadows et, se tournant vers Léon : Je l’interrogerai plus tard et vous téléphonerai le résultat.

Léon rentra rue Curzon très satisfait.

— Mais mon ami, si vous me permettez une petite observation, je vous ferai remarquer que vous avez échangé un espion connu contre un espion inconnu, dit Georges Manfred quand Léon eut raconté ce qui venait de se passer.

La sonnerie du téléphone retentit brusquement ; Léon prit le récepteur et reconnut la voix de Meadows.

— J’ai à vous communiquer des choses intéressantes, commença le policier.

— Nous avons relevé les empreintes digitales de notre homme, et nous avons pu l’identifier. Il est déjà sur nos registres, c’est un évadé que nous pourrions renvoyer purger sa peine, mais j’ai promis d’intercéder pour lui s’il révélait tout ce qu’il savait sur son patron. Il m’a raconté pas mal de choses, parmi lesquelles la plus importante est le projet de mariage d’Oberzohn.

— Oberzohn !… se marier… Quelle est l’infortunée ?

Il y eut une pause, puis :

— Mlle Leicester.

Manfred vit Léon changer de couleur et devina la réponse.

— Sait-il quand cela doit se faire ? demandait Léon.

— Non. Il a une autorisation spéciale depuis une semaine, ce qui indique qu’il peut se marier le jour qu’il lui plaira sans plus de formalités : il n’a qu’à se présenter avec sa future femme. Que pensez-vous de cette idée ?

— Venez nous voir ce soir ; nous vous en parlerons, Georges ou moi.

Il raccrocha le téléphone.

— Voilà un danger auquel je n’avais pas pensé, bien qu’il fût facile à prévoir… évidemment. Georges, voulez-vous me passer le livre ?

Manfred ouvrit le coffre-fort et y prit un petit registre qu’il passa à son ami. Celui-ci le consulta attentivement.

— Dennis, ne nous a-t-il pas déjà rendu service plusieurs fois ? demanda-t-il.

— Oui, c’est un homme de confiance… et très reconnaissant. Il nous doit la vie… entre autres choses. Vous souvenez-vous que sa femme…

— Je me rappelle.

Léon inscrivit l’adresse de l’homme qui était un de leurs meilleurs agents.

— Que voulez-vous faire ? demanda Manfred.

— Je vais poster Dennis à l’entrée du bureau de l’enregistrement de Greenich, de neuf heures du matin à trois heures de l’après-midi avec les instructions suivantes : s’il voit Oberzohn descendre d’une voiture avec une dame, il devra, sans brutalité, mais sans hésitation, faire rouler le docteur sous les roues du véhicule et prier le chauffeur d’avancer de quelques pas.

Et Léon était on ne peut plus sérieux.

CHAPITRE XXV

LE DILEMME DE M. NEWTON

En dépit de toutes les précautions imaginables, la chance, parfois vous abandonne : c’est ainsi que Newton eut coup sur coup, un soir, une déveine terrible au jeu et ensuite une cruelle nuit d’insomnie.

L’absence de Joan, remplacée par une jeune fille inexpérimentée fut la cause de la première de ces mésaventures.

Cette jeune fille avait amené chez Newton – après un dîner fin – le fils d’un Africain millionnaire ; c’était fort bien, mais elle crut mieux faire encore en entraînant un ami de ce jeune homme qui se disait officier de la Garde mais qui était en réalité, un jeune avocat très au courant des affaires louches ou criminelles, et que Monty connaissait de nom.

Le nouveau venu était, par surcroît, déplorablement sobre et son coup d’œil par trop vigilant inspira assez d’inquiétude à Newton pour qu’il se résigna à abandonner certaine pratique peut-être dangereuse, mais généralement profitable ; il s’en remit au hasard des cartes qui lui fut moins que favorable… Et Monty n’aimait pas cela. Il était aussi préoccupé de Joan, plus préoccupé même qu’il ne voulait se l’avouer ; elle lui était devenue nécessaire de plusieurs manières.

Il se sentait très seul dans sa grande et luxueuse maison et s’en voulait à lui-même d’attacher tant d’importance à cette fille au cerveau d’oiseau et dont l’éducation laissait tant à désirer… Et cependant il ne pouvait empêcher sa pensée de revenir sans cesse à ce sous-sol où il l’avait laissée enfermée. Il connaissait assez son caractère pour savoir que cette épreuve était au-dessus de ses forces ; et, comme il prévoyait pour elle une épreuve pire encore, il aurait voulu ménager le présent. Il calmait son inquiétude en se disant qu’il se ferait pardonner en lui offrant un beau cadeau… N’est-ce pas, en effet, le grand moyen avec toutes les Joan du monde, si promptes à oublier les mauvais jours, quand celui qui passe est facile et heureux ?

Tous ces soucis hantaient son esprit et il ne trouva le sommeil qu’au petit jour, si bien qu’il se réveilla de fort mauvaise humeur. Il avait promis à Joan de venir la voir, bien qu’il eût décidé avec Oberzohn de n’en rien faire, avant les cinq jours écoulés.

Au déjeuner, il résolut de ne pas attendre plus longtemps et commanda sa voiture. Il se fit arrêter à quelque distance de la maison d’Oberzohn et continua à pied. Oberzohn ne fut pas surpris de le voir arriver et alla à sa rencontre.

— Pourquoi n’avez-vous pas téléphoné, demanda Newton pour excuser sa visite.

— Parce qu’il y a des oreilles au bout de tous les fils. Si c’était automatique et que personne ne put entendre, je me serais fait un plaisir de vous parler chaque jour, mais Scotland Yard est aux aguets.

— Gurther est-il revenu ?

— Oui.

— Que s’est-il passé ? Je n’ai rien vu dans les journaux.

— Il a pris le train pour Newhaven, répondit le docteur avec une feinte indifférence, j’aurais aimé voir la lettre par simple curiosité… Voulez-vous boire quelque chose ?

Monty hésita, comme il hésitait toujours en pareil cas. On ne pouvait être en sécurité avec ce vieillard…

— Je prendrai volontiers du whisky… à condition que ce soit d’une bouteille non entamée que je déboucherai moi-même, dit-il enfin.

Le docteur ricana :

— Vous n’avez pas confiance… et vous avez bien raison : de qui pourrait-on dire : « Celui-ci est mon ami et le restera jusqu’à mon dernier jour ! »

Pour toute réponse Monty prit la bouteille, l’examina avec soin et l’ouvrit. Le ton qu’ils avaient pris dans cette conversation trahissait un changement dans leurs relations, très léger mais évident. Monty le remarqua, mais n’en dit rien : il remplit son verre et s’assit sur le sofa. Le docteur ne le quittait pas des yeux.

— Oui, Gurther est de retour ; il a manqué son coup ; cela peut arriver à tout le monde… L’homme infaillible n’est pas encore né… Aux dernières nouvelles, l’Américain Washington avait quitté Paris. Il faut l’en féliciter, c’est une cité frivole…

Monty prit un cigare et se décida à orienter la conversation vers les véritables buts de sa visite : il y en avait deux : voir Joan et mettre son partenaire au courant de certains projets.

— Comment vont nos jeunes filles ? demanda-t-il.

— Tout à fait bien, répondit le docteur qui se tenait debout dans une attitude qui, par sa raideur et son immobilité rappelait celle de Gurther. Mes hôtes sont toujours satisfaits.

— Dans cet affreux trou !… Je n’aimerais pas que Joan y séjourne trop longtemps.

— Eh bien ! emmenez-là se coucher, répondit Oberzohn. Pourquoi y resterait-elle si vous désirez l’avoir auprès de vous. Elle n’est pas indispensable ici… En tout cas, je vais vous l’amener. Et il se dirigea vers la porte.

— Attendez, reprit Monty. Je la verrai plus tard et l’emmènerai peut-être, mais pas définitivement, on ne peut laisser Mlle Leicester toute seule.

— Pourquoi ? Ne suis-je pas ici ?

— Vous êtes ici… et Gurther y est aussi… Newton regardait par la fenêtre, évitant le regard d’Oberzohn. C’est justement pour cela que j’estime que Mirabelle ne peut rester seule. N’avez-vous jamais pensé que le meilleur moyen de sertir de cette situation serait… un mariage ?

— Je l’ai pensé, dit le docteur ; vous aussi : c’est merveilleux ! Vous faites des progrès, mon cher…

Le ton d’Oberzohn devenait de plus en plus insolent.

— Vous pouvez cesser vos sarcasmes, Oberzohn, dit froidement Monty, et il ajouta sans hésitation :

— Je vais épouser Mlle Leicester.

Oberzohn garda le silence.

— Joan m’a dit – et elle sait ce qu’elle dit – que Mirabelle n’est ni fiancée ni amoureuse. J’ignore comment je m’y prendrai, mais je pense que le meilleur moyen est de me présenter à elle comme un ami qui intervient auprès de vous pour obtenir sa libération. Dans sa reconnaissance, elle acceptera n’importe quoi… D’ailleurs, je crois que j’ai fait impression sur elle la première fois qu’elle m’a vu… et puis, et ce n’est pas si mal…, je lui offrirai une maison dans le meilleur quartier de Londres…

— Ma maison, corrigea Oberzohn d’une voix coupante.

— Votre maison ? Mettons, notre maison, et n’en parlons plus. Nous n’allons pas nous quereller pour cela.

— J’ai, moi aussi, des offres à lui faire. Cette jeune fille n’appartiendra qu’à moi.

— À vous ? Monty n’en pouvait croire ses oreilles.

— À moi, oui, à moi, baron Erne Oberzohn.

— Baron ? Vous ! Newton éclata de rire. Mais vous êtes fou de vous imaginer qu’elle acceptera de vous épouser !

Le docteur secoua la tête.

— Elle fera tout ce que je voudrai. Une jeune fille peut ne pas aimer un homme, mais elle aimera encore moins… certaine autre chose… Comprenez-moi… les femmes ont peur de la mort.

— Vous êtes insensé, dit Monty plein de dédain.

— Vieux fou tant que vous voudrez. Je l’épouserai. Il y eut un silence, puis Oberzohn reprit avec plus de calme :

— En tous cas, il est absurde de nous quereller. Revenez demain, nous reparlerons de tout cela.

Monty l’examinait comme s’il était une bête curieuse :

— Vous n’êtes pas Suédois, mais Allemand… ce litre de baron vous a trahi.

— Je suis de la Baltique, mais j’ai vécu surtout en Suède, répondit Oberzohn. Je ne suis pas Allemand et je n’aime pas les Allemands… Mais ce n’est pas une raison pour nous quereller. Je suis fou, vous êtes fou, nous sommes fous. Voulez-vous voir Joan ?

Monty accepta.

— Attendez-moi, je vais la chercher.

Il sortit, mais revint seul, au bout de quelques minutes.

— Mon ami, dit-il, ce n’est pas raisonnable…

— Je veux la voir, interrompit Monty.

— Doucement, doucement, vous la verrez, mais Gurther a remarqué, le long du canal, un étranger qui va et vient sous prétexte de pêcher… Je vous demande un peu ce qu’on peut bien pêcher dans le canal ?

— Et après ?

— Vous trouverez prudent de faire sortir Joan en plein jour, quand vous avez dit qu’elle était à Bruxelles ?

Monty n’avait pas songé à cela.

— J’ai une idée – et une bonne idée comme ce vieux fou d’Oberzohn en a quelquefois. Un de mes amis m’a envoyé ce matin des billets pour le théâtre. Vous emmènerez Joan ce soir (il y a toujours du brouillard à la tombée du jour) et vous partirez en auto plus facilement sans être vus. Je vais envoyer quelqu’un pour détourner l’attention de l’homme qui nous observe et je m’arrangerai pour faire sortir la jeune fille sans qu’il puisse la voir.

— J’attendrai ici, dit Monty avec obstination.

Une heure plus tard, Joan, à demi folle de joie, se jetait dans ses bras.

Le docteur Oberzohn contemplait cette effusion avec la plus grande placidité.

— Voici qui est touchant, pour un homme si près de se marier, dit-il ; et il les laissa en tête à tête.

— Monty, je ne veux à aucun prix revenir ce soir dans cette odieuse cave… Elle restera seule… elle a beaucoup de courage et elle n’est pas du tout mauvaise, Monty, mais elle ne se doute pas qu’elle représente tant d’argent !

— Lui avez-vous donc parlé, malgré ce que je vous avais dit ? demanda-i-il sévèrement.

— Mais non ; je lui ai seulement posé quelques questions. Comment voulez-vous qu’on reste enfermées, nuit et jour, dans un trou semblable, sans qu’on bavarde un peu !… Monty, vous êtes bien sûr qu’il ne lui arrivera rien ?

Monty toussota.

— Ce qui peut lui arriver de pis, dit-il, c’est de se marier.

Elle ouvrit de grands yeux.

— Qui donc veut l’épouser ?

— Oberzohn.

— Cet horrible vieux ! s’écria-t-elle.

La conversation allait présenter quelques difficultés.

— J’y si bien réfléchi, chérie, reprit-il. Mariage ne signifie pas forcément…

— Cela signifierait beaucoup pour moi, interrompit Joan.

— Supposez que je l’épouse, moi ? laissa-t-il échapper brusquement.

— Vous ?… elle recula avec horreur.

— Enfin, seulement… enfin, c’est vrai, Joan. C’est le seul moyen d’avoir tout l’argent… Écoutez-moi, vous savez tout ce que vous êtes pour moi… Un mariage, une pure formalité, pour un an ou deux… et puis on divorce, et après nous pourrions, enfin, être mari et femme…

— Voilà donc ce qu’il voulait dire tout à l’heure, s’écria-t-elle en indiquant la porte par laquelle Oberzohn était sorti, avec son « prêt à se marier ».

— Il veut l’épouser lui-même.

— Laissez-le donc faire, dit-elle avec aigreur. Croyez-vous que je tienne tant à l’argent… N’y a-t-il pas d’autre moyen d’en trouver ?

Monty garda le silence. Il connaissait beaucoup d’autres moyens, en effet, pour répondre négativement.

— Oh ! Monty, vous ne ferez pas cela ?

— Je ne sais pas encore exactement ce que je ferai.

— Pas cela… Monty, répétait-elle avec insistance, une supplication dans le regard.

— Nous en reparlerons ce soir. Le vieux m’a donné des billets de théâtre, nous dînerons ensemble et nous irons… tant pis si nous sommes vus : tout le monde sait que vous n’êtes pas à Bruxelles.

Joan, cependant, ne s’était pas déridée.

— Oh ! Monty, jamais je ne pourrai retourner dans cette cave si vous devez inventer des choses pareilles, pendant que je suis sous clefs.

— Si, Joan, reprit-il avec plus de douceur qu’il n’en mettait habituellement dans son ton, il faudra y retourner demain ; ce ne sera que pour deux ou trois jours et c’est très important pour moi… surtout avec les nouvelles idées d’Oberzohn.

— Vous allez abandonner vos projets de… de l’épouser, n’est-ce pas ?

— Nous en reparlerons en dînant… Je ne pensais pas que vous prendriez la chose si à cœur… ajouta-t-il sans grande sincérité.

Joan dut aller chercher quelques objets dans le sous-sol. Elle trouva Mirabelle lisant, étendue sur son lit.

— Eh bien ! vous voilà libérée ? lui demanda la jeune fille avec un sourire.

Joan hésita :

— Pas complètement. Est-ce que cela vous est désagréable de rester seule cette nuit ?

Mirabelle secoua négativement la tête. À la vérité, c’était presque un soulagement pour elle que d’être débarrassée des plaintes et des lamentations de cette fille dont le visage retrouva, comme par enchantement, son expression habituelle d’insouciance et de légèreté, quand elle lui demanda :

— Vraiment… je peux ne pas rentrer ce soir ?

— Mais certainement, puisque cela est possible, profitez-en. Quand vous reverrai-je ?

— Demain, répondit la jeune fille, comme à regret.

— Je comprends bien que cette perspective ne vous réjouisse pas… Avez-vous demandé à vos amis de me laisser sortir, moi aussi ?

— Ils n’y consentiront jamais, ma chère, en tous cas, pas avant…

Elle s’interrompit et, regardant Mirabelle bien en face :

— Vous n’êtes pas fiancée, au moins ? demanda-t-elle.

— Moi ? Mais non… Quelle est encore cette nouvelle idée ? répondit Mirabelle en riant. Héritière, fiancée et puis… quoi encore ?

— Non, ils n’ont pas dit que vous étiez fiancée, corrigea vivement Joan et, avec un regard plein d’admiration à sa compagne, elle ajouta :

— Vous êtes vraiment extraordinaire… À votre place, je tremblerais de peur et vous voilà d’aussi bonne humeur que vous pourriez l’être à l’enterrement d’une vieille tante très riche !

Elle ne pouvait savoir quelles inquiétudes et quelles heures de dépression Mirabelle avait vécu depuis deux jours et celle-ci ne jugeait pas à propos de lui en parler.

Instinctivement, Joan se jeta au cou de Mirabelle.

— Je voudrais avoir votre courage… Ne m’en veuillez pas si je vous abandonne ce soir…

Elle sortit en coup de vent avant que Mirabelle ait pu répondre.

Oberzohn l’attendait devant l’usine.

— L’espion est remonté jusqu’au pont, profitons-en, dit-il.

— Quelle est cette histoire… de mariage à propos de Mlle Leicester demanda Joan que ce sujet préoccupait fort.

— Ah ! Ah ! il vous en a parlé ? Vous a-t-il dit qu’il avait l’intention de l’épouser lui-même ?

— Oui, et je vais vous dire quelque chose, docteur, je préférerais que ce soit lui, plutôt que vous, qui l’épousiez.

— Vraiment !

Pour rentrer à la maison ils devaient prendre un sentier resserré entre le haut mur du viaduc et l’usine elle-même. À l’angle du bâtiment, le docteur s’arrêta et examina le sommet du mur qui étau hérissé de tessons de bouteilles : sur un assez long espace, il en était dégarni, et les morceaux de verre étaient par terre : il était facile de voir qu’ils avaient été arrachés récemment.

— Tiens, tiens ! fit le docteur en s’approchant pour regarder de plus près les dégâts.

— Attendez-moi, ordonna-t-il à Joan.

Il retourna rapidement à l’usine et revint quelques instants après avec deux pièges qu’il installa sur le sol.

— Et maintenant, nous verrons bien ! dit-il en entraînant la jeune fille vers la maison.

Monty attendait avec impatience. La Rolls avait été préparée en son honneur, mais le chauffeur paraissait de si mauvaise humeur que Joan, surprise, en demanda la raison.

— Il est furieux contre Oberzohn, répondit Monty. Ils sont deux à son service et c’était à son camarade de sortir aujourd’hui, mais l’autre n’est pas venu et celui-ci a dû le remplacer…

Joan mit sa main dans celle de Monty et son visage resplendit d’amour.

CHAPITRE XXVI

AU THÉÂTRE

Les Trois Justiciers prirent un léger repas au Lasky avant de se rendre au théâtre.

— Où diable ont-ils été dîner ? dit Manfred en consultant sa montre.

— Je n’en sais rien, mais nous l’apprendrons dans quelques minutes, dit Léon. Un de nos hommes attend que nous sortions pour nous le dire.

— J’ai peur de m’ennuyer terriblement, grogna Poiccart.

— Que ne m’avez-vous laissé emmener tante Alma à votre place ! fit Léon d’un air gamin.

— Évidemment… mais j’ai cru de mon devoir d’éviter à une dame une soirée aussi fastidieuse…

En effet, un homme les attendait devant la porte : il leur apprit en quelques mots ce qu’ils désiraient savoir.

— Je n’ai pas envie d’aller au Méro’s, dit Manfred, mais nous pourrions rôder dans les environs. Je serais curieux de savoir qui d’Oberzohn ou de Newton a eu l’idée de cette soirée.

— Et comment le devinerez-vous, Georges ? demanda Gonsalez.

— D’après la voiture… si c’est Oberzohn l’organisateur de la soirée, ce sera sa voiture que nous verrons dans les environs, si l’idée n’est pas de lui, c’est la voiture de Newton que nous trouverons.

____________

 

Le Méro’s était un des clubs les plus élégants de Londres. L’élite de la société y coudoyait les meilleurs artistes et les grandes vedettes. Il était situé au cœur de Londres, dans l’un des vieux squares tranquilles qui ont, par miracle, échappé à la spéculation effrénée des bâtisseurs.

Le club occupait trois vieux immeubles dont on avait conservé l’aspect ancien. Les trois amis firent presque le tour complet du square, dans lequel les voitures des dîneurs se touchaient presque roue à roue, avant de découvrir celle d’Oberzohn. Le chauffeur, les bras croisés sur son volant, causait avec un homme pâle et barbu, élégamment vêtu d’un habit de soirée. Il semblait infirme, l’une de ses épaules était plus haute que l’autre et il s’appuyait sur une canne autrement que par fantaisie.

Manfred vit le chauffeur lui indiquer la fin de la rangée des voitures et il se dirigea dans cette direction eu boitant ; un peu plus loin il s’arrêta pour parler encore à un autre chauffeur.

— Il a dû égarer sa voiture, dit Manfred qui suivait l’homme des yeux ; celui-ci continuait à suivre la file des voitures et se penchait comme un myope sur les plaques numérotées.

En passant devant la porte d’entrée du Méro’s, ils ralentirent le pas et jetèrent un coup d’œil par l’écartement des rideaux sur les tables doucement éclairées, entourées d’hommes en gilets blancs et de femmes décolletées.

— J’aimerais découvrir notre Joan, dit Léon.

— Il ne faudra pas la perdre de vue à partir du moment où elle quittera le théâtre, répondit Manfred.

Léon acquiesça :

— C’était bien mon intention… Est-ce que Digby…

— Digby prendra sa garde à minuit. Il a tenu à étudier de jour la topographie des lieux et je crois qu’il a bien fait.

Ils arrivèrent au théâtre un peu avant l’heure du spectacle. Ils firent le tour du monument qui occupait tout un pâté de maisons, limité par des rues étroites. La foule arrivait : au milieu des voitures, Manfred aperçut la limousine d’Oberzohn au moment où elle déposait devant la porte Joan et Monty. Ils disparurent rapidement à l’intérieur du théâtre.

La jeune fille lui avait paru éblouissante de fraîcheur et d’élégance : Gonsalez avait eu la même impression.

— Quelle pitié, dit-il en espagnol, quelle pitié de voir une si belle créature entre de pareilles mains ! J’ai le même regret que si je voyais un beau bloc de marbre livré à un sculpteur de cimetière incapable d’en faire autre chose qu’une horreur.

Manfred, sans répondre, l’entraîna par le bras dans l’ombre du bâtiment ; un taxi venait de s’arrêter et le boiteux en habit payait le chauffeur ; il monta péniblement les degrés qui montaient au vestibule du théâtre. La coïncidence n’avait rien de très extraordinaire : tout Londres dînait au Méro’s et tout Londres voulait assister au Sonneur qui était le succès de la saison. Les trois amis virent le boiteux se diriger vers le vestiaire et lorsque, quelques instants plus tard ils gagnèrent leurs fauteuils, ils l’aperçurent, assis à l’extrémité du premier rang.

« Où diable ai-je déjà rencontré cette tête-là », se demandait Léon, intrigué par cet individu pâle et barbu…

Quelle gloire, pour Gurther, d’avoir passé deux fois dans la même soirée sous les regards des meilleurs détectives du monde sans avoir été reconnu !

CHAPITRE XXVII

GURTHER AU TRAVAIL

Gurther était rentré chez Oberzohn après son échec qu’il avait à se faire pardonner. Il dormait lorsqu’un coup de sonnette d’Oberzohn l’avait fait sursauter : il s’était empressé d’accourir à l’appel de son maître. Son visage ne gardait aucune trace des fatigues et des meurtrissures de la nuit précédente.

— J’ai besoin de vous une fois de plus, mon ami Gurther, dit le docteur avec affabilité. Il faut punir aujourd’hui même celui qui est prêt à nous trahir. Ce soir, le serpent doit mordre, et mordre infailliblement, Gurther. Après cela, mon brave, nous n’aurons plus rien à craindre de personne.

Il ménageait ses effets et fit une pause assez longue.

— J’attends de vous, ce soir, un véritable chef-d’œuvre : c’est une vraie métamorphose qu’il faut, Gurther, car il importe que personne ne puisse vous reconnaître. Il faudrait imaginer autre chose que « l’homme du monde », mais je n’ai pas la prétention de donner des conseils à un homme intelligent et artiste comme vous.

— Donnez-moi une heure ou deux, Herr Doktor, répondit Gurther, et vous jugerez de ce que je peux faire.

— Allez, répondit le docteur en le libérant d’un geste.

Environ une heure et demie s’était écoulée quand la porte s’ouvrit donnant passage à un homme qu’Oberzohn prit pour un étranger. Il était d’une pâleur extrême et le cerne des yeux accentuait encore son expression maladive ; il portait une petite barbe où couraient quelques fils d’argent, son corps asymétrique et souffreteux semblait celui d’un homme relevant à peine d’une grave maladie.

— Vous désirez me parler ? commença Oberzohn.

Gurther eut un sourire de satisfaction :

— Eh bien ! Herr Doktor, êtes-vous content de moi ?

— Kolossal ! murmura Oberzohn émerveillé, vous êtes un artiste véritable, Gurther ; vous n’avez jamais réussi semblable métamorphose !

— Herr Doktor, ceci est une création à laquelle j’ai longtemps pensé ; cette chaussure orthopédique et cette épaule rembourrée sont mes œuvres, dit-il avec orgueil en attirant l’attention de son maître sur ces raffinements.

— Vous réussirez avec l’aide de Dieu ! répondit Oberzohn avec onction, et prenant dans sa poche un étui à cigarettes en or qu’il tendit à Gurther :

— Asseyez-vous, mon ami… il faut maintenant que je vous donne mes instructions. Et méthodiquement, lentement, Oberzohn donna à Gurther tous les détails nécessaires.

Gurther était si bien grimé qu’il avait pu, en plein jour, parler au chauffeur de son maître sans en être reconnu, et, quand il avait aperçu Manfred et Georges, il ne s’était pas dérobé à une suprême épreuve : elle avait tourné entièrement à sa gloire.

Il n’avait pas dîné au Méro’s ; il s’abstenait toujours de manger et de boire en travesti. Il avait pris un taxi et s’était fait promener lentement autour de Regent’s Park… et pendant cette promenade, son esprit s’était livré à maintes réflexions.

Jusqu’à ce jour, Oberzohn avait été le maître ; lui, le serviteur fidèle, obéissant aveuglément. Quelque chose venait de changer dans ces rapports comme si toute la confiance retirée à Newton lui était accordée, à lui. Il se sentait presque l’égal du docteur dont, tout à coup, le prestige pâlissait à ses yeux… S’il était son égal, ne pourrait-il pas devenir supérieur à lui ? Gurther rêvait d’une vie aisée, luxueuse… ne plus avoir à fuir, à se cacher…

Entré au théâtre, il gagna son fauteuil sans même jeter un regard du côté de la loge où Joan resplendissait.

De sa vie, la jeune fille ne s’était senti aussi heureuse. Monty avait abandonné le projet d’épouser Mirabelle et rien ne l’empêchait plus de jouir pleinement de sa liberté recouvrée.

Qu’Oberzohn épouse Mirabelle, s’il le désirait, qu’il assume toutes les responsabilités… Monty saurait bien l’obliger à lui céder tout ce dont il aurait besoin. Cette décision prise, ils avaient commandé une bouteille de champagne de plus et le couple avait quitté le Méro’s Club mille fois plus heureux qu’il n’y était entré.

— Dès que nous aurons touché l’argent, nous quitterons l’Angleterre, avait dit Newton dans la voiture qui les conduisait au théâtre. Que diriez-vous de Buenos-Aires pour passer l’hiver, mon petit ?

Elle ne savait même pas où était Buenos-Aires, mais elle ne s’en montra pas moins enchantée de cette proposition et Monty s’étendit longuement sur les charmes de l’été sud américain.

— Ensuite, nous ferons le tour du monde et nous reviendrons nous installer à Londres. Tout mon passé… au bout de dix-huit mois, sera effacé des mémoires et je me présenterai au Parlement.

— Comme ce sera merveilleux. Monty !

Ils arrivaient et la jeune fille posa quelques questions sur la pièce qu’ils allaient entendre.

— C’est une histoire terrible qui fera dresser vos cheveux sur votre tête… C’est tout à fait le genre que vous aimez.

Elle se passionnait, en effet, pour les histoires de crimes et de meurtres et jouissait, à l’avance, des émotions qu’elle allait avoir. Elle suivit le premier acte sans en perdre un mot ; encore sous l’influence des bons vins du dîner, Monty prenait généreusement plaisir au bonheur de sa compagne. Il était aux petits soins pour elle et lui fit apporter des rafraîchissements pendant l’entr’acte.

— Il faudra que je vous emmène plus souvent au théâtre, puisque vous aimez tant cela, dit-il.

— J’aime surtout être avec vous, répondit-elle avec son plus beau sourire tandis que leurs mains s’enlaçaient étroitement.

Le second acte les captiva tous les deux. Monty lui-même s’intéressa au sort du héros qui, échappé des prisons australiennes, avait juré de se venger de celui dont la trahison l’avait perdu.

Quand la salle fut de nouveau éclairée, Newton jeta un coup d’œil sur le public. Tout à coup il eut un sursaut et saisit la jeune fille par le bras :

— Prenez l’air indifférent et regardez au premier rang de l’orchestre, ne voyez-vous personne de connaissance ?

— Oui… n’est-ce pas ce garçon que vous détestez tant… Gonsalez ?

— Ils sont là tous les trois, répondit Monty, et je me demande si ce n’est pas en notre honneur !

— Mais, en quoi puis-je les intéresser, moi ?

Monty restait silencieux.

— Je suis content que vous ne retourniez pas chez Oberzohn cette nuit. Ils ont certainement fait le projet de vous suivre…

… Les trois amis ne manifestaient aucun intérêt pour la loge voisine. Ils bavardaient gaiement et avec tant de naturel que Newton se demanda s’il ne fallait pas voir dans cette rencontre un simple effet du hasard. Il eut cependant un soulagement en voyant le rideau se relever ; le drame devenait de plus en plus passionnant… lorsque toutes les lumières de la scène s’éteignirent brusquement et les spectateurs angoissés redoublèrent d’attention pour suivre le jeu des acteurs dans l’obscurité. Quand on redonna un peu de lumière. Joan se tourna vers son compagnon… La tête de Monty reposait sur la peluche rouge qui garnissait les parois de la loge, ses yeux étaient clos et sa bouche se tordait dans une affreuse grimace.

— Monty ! Monty !…

Les cris épouvantés de la jeune fille retentirent dans toute la salle. Le public crut d’abord à une crise de nerfs provoquée par l’émotion du drame.

Joan entourait Monty de ses bras :

— Monty, parle-moi ! parle-moi, j’e t’en supplie… Oh ! mon Dieu ! il est mort ! il est mort !

Elle hurlait dans son désespoir. Tous les yeux se tournaient vers la toge. La représentation fut suspendue, on baissa le rideau. Au premier rang des fauteuils, trois sièges se trouvèrent vides. La porte de la loge s’ouvrit et Manfred entra. Un seul regard lui suffit pour comprendre ce qui s’était passé. Joan, à genoux, devant le corps de Monty quelle tenait toujours embrassé, sanglotait éperdument.

Léon essaya de l’entraîner hors de la loge, mais elle résista furieusement :

— C’est vous… c’est vous… laissez-moi auprès de lui !

Léon parvint à la prendre dans ses bras et l’emporta dans le couloir.

Le directeur du théâtre accourait et, en même temps, une femme en toilette de soirée, s’adressant à Gonsalez, lui dit :

— Laissez-moi moi m’occuper de cette jeune fille, je suis une de ses amies.

Joan se laissa aller dans ses bras.

Gonsalez rentra dans la loge. Newton gisait par terre, inanimé, et le directeur, penché vers le public, lui adressait des excuses pour cet incident et faisait appel à la bonne volonté des médecins qui pouvaient se trouver dans la salle.

Un rapide examen décela une piqûre à la partie inférieure du crâne.

— C’est le serpent, dit un des médecins accourus.

— Il vaudrait mieux, pour éviter une panique, que le public l’ignore, dit Manfred ; et, désignant Newton :

— Il est mort, n’est-ce pas ?

Le docteur fit un signe affirmatif.

Par une porte de secours que le directeur fit ouvrir, le corps de Monty fut rapidement emporté hors du théâtre. Comme on le mettait dans un taxi, Poiccart fit remarquer à ses amis la voiture d’Oberzohn qui tournait le coin de la rue.

— Comment le chauffeur n’attend-il pas son maître ? dit Léon étonné.

Tout à coup, sa pensée revint à l’infirme barbu qui avait déjà attiré son attention, il se hâta de rentrer dans la salle ; le fauteuil que cet homme avait occupé était vide. Gonsalez eut une subite inspiration :

— Gurther ! s’écria-i-il. C’était Gurther… Que je suis bête ! reprit-il en s’adressant à Manfred qui l’avait rejoint.

— Gurther, répéta Manfred… Quoi ?... le boiteux ?

… Non loin d’eux, le directeur commentait l’événement au milieu d’un petit groupe.

— La jeune femme ? je pense qu’on la ramène chez elle, je l’ai vue quitter le théâtre, répondit-il à une question de Gonsalez qui s’était approché.

— Savez-vous de quel côté elle est partie ? reprit-il avec angoisse.

Le chasseur qui se tenait à la porte avait vu passer une dame soutenant une jeune femme qui sanglotait… Elles avaient traversé la chaussée et suivi le trottoir qui longeait le petit square.

— Elle a dû rentrer à Chester Square, dit Manfred sans grande conviction. Léon n’avait pas sa voiture. Les trois amis prirent un taxi pour aller à Chester Square.

____________

 

Fred, le valet de chambre, n’avait vu personne, il faillit se trouver mal quand il apprit la mort de son maître.

— Mon Dieu… s’écria-t-il. Il était si bien encore cet après-midi ! Mort ! Il est mort ?...

Gonsalez fit un signe affirmatif.

— Mort… le serpent, peut-être…, murmura-t-il.

— Que savez-vous du serpent ? demanda brusquement Gonsalez.

— Oh ! rien, sinon que mon maître le redoutait… il m’en a parlé ce matin encore.

L’homme fut interrogé de manière très serrée, mais il resta évident que s’il se doutait des transactions illicites de son maître, il était tout à fait étranger à la bande d’Oberzohn. Il confessa qu’il avait un pourcentage dans le gain des soirées de jeu, car il était chargé de glisser à son maître des cartes savamment préparées, tout en passant des rafraîchissements. Il ne savait rien qui put intéresser les trois amis.

— Cette femme se trouvait là tout exprès pour emmener Joan, reprit Gonsalez. J’étais dans un tel état d’esprit que je ne me rappelle plus rien d’elle… Quel idiot je fais. Je vieillis, décidément… Il ne nous reste plus qu’à rentrer rue Curzon, peut-être y apprendrons-nous quelque chose.

— Avez-vous donc laissé quelqu’un à la maison ?

— Oui un de mes hommes est resté pour répondre, au besoin, au téléphone.

Rue Curzon, ils eurent la surprise de trouver Digby qui les attendait depuis longtemps.

— Je regrette d’avoir dû quitter mon poste, monsieur, dit-il en avançant vers Manfred, mais il fallait que je vous informe de certaines choses.

— Bien, répondit Georges, montons, vous allez nous raconter cela.

L’histoire de Digby était étrange. Il avait été, dans l’après-midi, reconnaître les abords de la propriété d’Oberzohn qu’il ne connaissait pas. J’ai bien fait d’y aller de jour, car le mur est hérissé de verre cassé. Avec un instrument de jardinage, j’ai dégarni un espace de manière à pouvoir passer au besoin par-dessus, puis j’ai examiné l’écluse et la grande péniche qui est amarrée auprès. Je n’ai vu personne et cependant je crois avoir été remarqué… Cette péniche est en très mauvais état, mais, savez-vous, monsieur, qu’elle contient sans doute une cargaison ? L’arrière, réservé au logement, est pleine de rats et d’eau, mais l’avant porte un chargement.

— Est-ce pour m’apprendre cela que vous êtes ici ? interrompit Manfred assez mécontent.

— Non, monsieur, j’ai des choses plus importantes à vous dire. Ensuite, je me suis dirigé vers l’ancienne usine. Il n’est pas facile d’y pénétrer car l’entrée regarde la maison. J’y parvins cependant mais je ne trouvai, à l’intérieur, que des plâtras et des débris qui semblent être là depuis l’incendie ; j’en ressortais lorsqu’en longeant le mur du fond je fus frappé par une odeur particulière.

— Une odeur ?

— Oui, monsieur ; un parfum violent qui rappelait l’encens. Je me suis d’abord demandé si cela ne provenait pas d’un ballot de marchandises déposé dans quelque coin, mais je ne découvris rien de semblable ; je rentrai dans l’usine : il n’y avait aucune odeur. Je revins près du mur et l’odeur me parut encore plus intense et je finis par apercevoir un petit filet de fumée qui sortait d’un orifice étroit pratiqué au ras du sol dans le mur de l’usine. Je crus d’abord que des herbes brûlaient là, mais je reconnus vite que c’était cette fumée qui parfumait l’air. Je m’agenouillai et me penchant le plus possible, j’entendis un bruit de voix, faible, lointain, mais certain.

— Des voix d’hommes ou de femmes ?

— De femmes.

— Il est possible qu’il y ait là quelque sous-sol dans lequel on fait brûler des parfums pour purifier l’air, dit Poiccart.

— Sous l’usine ? ce n’est pas indiqué sur le plan de la construction que je me suis procuré au service municipal des bâtiments, dit Georges. Il est vrai que ces plans ne sont pas infaillibles.

Léon partageait l’avis de Poiccart.

Digby reprit son récit :

— Je revenais vers l’écluse quand j’aperçus le vieux docteur qui sortait de chez lui. Grâce à l’espace où j’avais enlevé les tessons de bouteilles, je pus sauter par dessus le mur avant qu’il ne m’eût aperçu.

Manfred consulta sa montre d’un air soucieux. Le détour par Chester Square lui avait fait perdre une heure sans profit :

— J’espère que nous n’arriverons pas trop tard, dit-il. Et maintenant, Léon…

Mais Léon s’était précipité dans l’escalier qu’il descendait quatre à quatre.

CHAPITRE XXVIII

JOAN PRISONNIÈRE

Écrasée de douleur et incapable de comprendre ce qui se passait autour d’elle. Joan s’était laissé entraîner hors du théâtre. On l’avait fait monter dans une limousine où quelqu’un paraissait l’attendre. Mais quand, la portière refermée, la voiture se mit en marche, elle eut un sursaut :

— Où allons-nous ? Je veux retourner auprès de lui ! s’écria-t-elle.

— Je vous supplie, madame, de modérer votre chagrin, dit une voix odieuse et bien connue.

Les stores de la voiture étaient baissés, il y faisait complètement obscur et la jeune fille devina plus qu’elle ne vit son compagnon.

— Oh ! misérable ! murmura-t-elle haletante. C’est vous, Gurther… Assassin !

Il saisit le poing dont, instinctivement, elle le menaçait.

— Vous seriez bien aimable d’essayer de retenir un peu votre chagrin, répéta-t-il d’une voix douce. M. Newton n’est pas mort, ce n’est qu’une petite feinte pour échapper à certaines poursuites…

— Vous mentez, vous mentez ! cria-t-elle en essayant de se dégager de l’étreinte qu’il n’avait pas desserrée. Il est mort, vous le savez bien, c’est vous qui l’avez tué… C’est vous le serpent !

— Il faut me croire, madame, dit Gurther qui redoutait que les cris de la jeune femme ne fussent entendus dans la rue, je vous assure que M. Newton est dans la voiture qui nous suit.

— Vous voulez me rassurer, je le vois bien, parce que vous avez peur…

Une main l’empêcha d’achever sa phrase en lui fermant la bouche et maintint sa tête contre les coussins de la voiture. Elle essaya de lutter désespérément mais deux doigts lui pincèrent violemment les narines : elle suffoqua et perdit connaissance rapidement. Gurther tira de sa poche une petite seringue et enfonça l’aiguille dans le bras de la jeune fille évanouie. Il tâta son pouls, l’installa dans un coin de la voiture et, s’accotant dans l’autre, il alluma un cigare.

 

Il y avait environ deux heures que Joan était partie lorsque Mirabelle sortit brusquement de la somnolence où elle était tombée. Elle se leva vivement et rencontra le regard d’Oberzohn fixé sur elle, il se tenait près de son lit, une pile de livres sous le bras.

— Je vous apporte ceci, dit-il, en posant les volumes sur la table : ce sont des romans assez frivoles. Je pense qu’ils vous distrairont, dit-il avec une impertinence inconsciente.

— J’ai dit au libraire de choisir des histoires d’amour et des récits d’aventures. Je n’y trouve aucun intérêt mais cela vous plaira sans doute.

Elle restait immobile et silencieuse, les mains jointes. Il s’efforçait visiblement d’être aimable et avait mis le costume qu’il portait la première fois qu’elle l’avait vu. Son col était raide et d’une blancheur immaculée, sa cravate toute neuve.

Dans la main, il tenait un petit bouquet de fleurs sortant d’une collerette en papier ; il l’offrit à Mirabelle qui le regarda sans faire un geste pour le prendre. Oberzohn ne parut pas déconcerté par l’attitude hostile de la jeune fille, il posa le bouquet sur les livres, puis serra nerveusement ses mains l’une dans l’autre, tandis que la peau de son front se plissait et se déplissait avec une rapidité grotesque.

Mirabelle, fascinée, ne pouvait détacher son regard de ce visage extraordinaire. Il semblait vouloir dire quelque chose qu’il ne parvenait pas à exprimer. Enfin, il commença :

— Tout homme, à certaines heures, aspire à la vie familiale : les grands savants, eux-mêmes, bien qu’ils aient l’esprit occupé sans cesse par de graves problèmes, envisagent le mariage comme un port de repos…

Il s’arrêta, espérant qu’un mot de Mirabelle l’aiderait à sortir de ces platitudes, mais elle resta muette. Il reprit :

— Il est généralement admis que deux époux doivent être d’âge à peu près semblable, mais c’est une convention absurde et on a vu d’excellents ménages où la femme était beaucoup plus jeune que l’homme.

Elle le regardait avec un effroi grandissant : quelle proposition révoltante, incroyable, allait-il lui faire ? Il dut lire dans ses yeux l’horreur et la répulsion qu’il inspirait, cela ne l’arrêta pas ; il continua :

— Je suis très riche, vous très pauvre ; depuis le jour où je vous ai vue dans votre petite maison, comme un lys au milieu de plantes vulgaires, tout mon cœur s’est donné à vous. C’est pourquoi je vous ai fait venir à Londres en assumant tous les frais. Je voulais avoir le plaisir de votre compagnie.

— Je crois qu’il est inutile de poursuivre, docteur Oberzohn, dit Mirabelle avec douceur, si c’est un mariage que vous venez me proposer.

— C’est bien là mon intention, répondit-il avec emphase.

— Je ne vous épouserai pour rien au monde, et ne croyez pas que votre âge (elle allait ajouter « et votre aspect » mais sa bonté naturelle la retint) soit pour quelque chose dans ma décision ; non, ce n’est pas cela, vous ne me plaisez pas, ne m’avez jamais plu et ne me plairez jamais, monsieur Oberzohn.

— Docteur Oberzohn, corrigea-t-il, et en dépit de la gravité de l’heure. Mirabelle eut envie de rire de l’insistance avec laquelle il rappelait son titre. Petite demoiselle, je n’ai pas le temps de vous faire une longue cour… Réfléchissez ; lisez les livres romanesques et les aventures amoureuses ; peut-être comprendrez-vous qu’il ne serait pas si désagréable de voguer en gondole sur les canaux de Venise éclairés par la lune…

Il prenait un air sentimental.

— Il n’y a pas de lecture capable de me faire changer d’avis, docteur, répondit-elle. Je ne peux m’expliquer pourquoi vous me faites une telle proposition, mais je peux vous assurer que je préférerais mourir plutôt que de vous épouser.

Il lui jeta un tel regard qu’elle se sentit glacée de terreur.

— Il y a, jeune demoiselle, des choses plus redoutables que la mort… Je reviendrai demain et vous emmènerai dans un pays où vous ferez ce que je désire.

— Rien ne saurait m’y contraindre demain, ni jamais.

Les sourcils de l’affreux vieillard s’élevèrent à une prodigieuse hauteur.

— C’est ce que nous verrons ! dit-il sur un ton qui fit frissonner Mirabelle, il y a des hommes plus méchants que moi, ajouta-t-il en la menaçant du doigt, des hommes impitoyables… Avez-vous déjà rencontré Gurther ?

Elle ne répondit pas.

— Oui, oui ; vous avez dansé avec lui… Un gentil garçon pour les dames, n’est-ce pas, eh bien ! ce même Gurther… je vais vous raconter une petite histoire.

Il s’assit sur le bord de la table et commença à parler, tandis qu’elle se bouchait les oreilles et détournait la tête.

— On l’aurait tué s’il n’avait été aussi intelligent… Vous vous souviendrez, n’est-ce pas ?

Il n’attendit pas de réponse et se retira après un salut plein de raideur.

Il avait maintenant une tâche assez dure à remplir, dure pour lui qui ne pouvait monter un étage sans être essoufflé. Il aurait pu aller chercher quatre de ses agents qui l’attendaient chez, lui en buvant son whisky peur se faire aider, mais il préféra se passer de leur secours.

À quelque distance de l’usine il y avait une dépression de terrain ; on l’avait à demi comblée par la terre qu’on avait dû enlever autrefois pour construire les fondations de l’usine et qui n’avait pas été tassée. Oberzohn avait décidé de creuser là un trou. Il se débarrassa de ses beaux vêtements, de sa cravate neuve et de son col raide et se mit au travail avec ardeur. La nuit était venue, mais cela valait mieux : au bout d’une heure le trou était si profond qu’il y disparaissait presque entièrement ; il fallut en sortir, mais ce n’était pas facile et il n’y arriva qu’après plusieurs tentatives, très énervé et hors d’haleine.

Lorsqu’il eut repris ses vêtements il examina son travail à l’aide de sa pente lampe de poche et poussant un grognement de satisfaction il se dirigea vers sa demeure sans même prendre le soin de ranger la bêche qui lui avait servi… elle devait, du reste, lui être encore bientôt nécessaire à moins d’un échec – bien improbable – de Gurther…

CHAPITRE XXIX

CE QUE LES CAISSES CONTENAIENT

Oberzohn entendit bientôt après le bruit d’un moteur et il aperçut par la fenêtre les phares d’une voiture qui approchait. Il éteignit la lumière et attendit. Quelques instants plus tard. Gurther entra :

— Je vous annonce respectueusement que vos ordres sont exécutée Herr Doktor, dit-il.

— Et la jeune fille, où est-elle ?

— Dans la voiture… Elle était très agitée, bruyante, j’ai dû faire usage de l’aiguille pour la faire tenir tranquille. Le chauffeur va m’aider à la descendre.

Quelques minutes plus tard, les deux hommes apportaient Joan toujours inanimée. Oberzohn renvoya le chauffeur. Il avait décidé de ramener la jeune fille dans le sous-sol de l’usine. Cette fois-ci l’arrivée du docteur ne fut pas une surprise pour Mirabelle. Le cœur battant elle reconnut le bruit de la trappe qui s’ouvrait, suivi de celui de pas dans l’escalier… Deux personnes descendaient évidemment et… portaient un lourd fardeau… Avant d’avoir rien vu, elle fut certaine qu’il s’agissait de Joan…

C’était elle, en effet, livide, les yeux clos, vêtue en robe de soirée. Mirabelle crut qu’elle était morte quand elle la vit étendue sur le lit où les deux hommes l’avaient déposée.

— Vous lui avez donné une trop forte dose, Gurther ! dit Oberzohn.

— Gurther ? elle ne l’avait pas reconnu ; il lui semblait impossible que cet homme fut le même que le dandy élégant qui l’avait fait danser au bal des Arts.

— J’allais à tâtons, dans l’obscurité, Herr Doktor, répondit-il en allemand.

Mirabelle comprenait mal cette langue. Elle le vit tirer de sa poche une petite boîte plate, en sortir une fiole dans laquelle il fit dissoudre une capsule puis il remplit une seringue du liquide ainsi préparé et enfonça l’aiguille de la seringue dans le bras de Joan.

— Voilà, dit-il, après quelques secondes, elle va bientôt se réveiller, Herr Doktor.

Mirabelle ne regardait pas Gurther, mais elle sentait ses yeux fixés sur elle à chaque instant. Elle comprit que cet homme était infiniment redoutable.

— C’est bien, Gurther, répondit Oberzohn d’une voix sèche et coupante.

Lui aussi avait remarqué les regards de Gurther fixés sur la jeune fille.

— Il est inutile de rester ici, ajouta-t-il. Et ils sortirent tous deux.

Mirabelle, dès qu’elle fut seule, baigna d’eau fraîche les tempes de sa compagne qui ouvrit bientôt les yeux et jeta un regard égaré sur les murs du caveau, puis elle se mit sur son séant et essaya de se lever. Elle fut tombée si Mirabelle ne l’avait soutenue.

— Ils me l’ont tué, tué, tué, comme un chien !…

— Quoi !… M. Newton ?… bégaya Mirabelle horrifiée.

— Monty, Monty… assassiné !… répétait Joan en arpentant la pièce comme un ours en cage, elle était à demi délirante et se tordait les bras avec désespoir. Mirabelle, profondément émue par ce spectacle essaya de la calmer, mais ses efforts furent vains. Les drogues qu’on avait injectées à la pauvre Joan semblaient avoir décuplé son exaltation. Enfin, la fatigue l’emporta, elle tomba sur son lit où Mirabelle l’aida à s’étendre.

Newton était mort, mais qui l’avait tué ? Elle revit l’image de Gurther, la barbe en désordre, les vêtements chiffonnés… Dans un accès de désespoir elle courut à l’escalier et, de toutes ses forces, tenta de soulever la trappe… en vain…

Joan gémissait pitoyablement, entremêlant ses sanglots de paroles inintelligibles. Une demi-heure passa – une des plus affreuses que Mirabelle eût encore vécue – puis les jeunes filles perçurent encore une fois le bruit de la trappe qui s’ouvrait. Joan eut un sursaut et, saisissant le bras de Mirabelle assise près de son lit :

— Le voilà, dit-elle, pâlissant jusqu’aux lèvres, le voilà, lui, l’assassin.

— Pour l’amour de Dieu ne parlez pas ainsi ! répondit Mirabelle aussi épouvantée que sa compagne.

Dans la pièce voisine, quelqu’un approchait à pas lents : Mirabelle se sentait défaillir et ne pouvait quitter des yeux la porte qui s’ouvrait, laissant d’abord paraître une main, puis une tête… Gurther entra. Sans barbe, ni perruque, ni col, une vieille veste passée sur la chemise, il fixait sur Mirabelle un regard brillant de convoitise :

— Je vous veux, ma jolie petite demoiselle, dit-il sourdement en avançant vers la jeune fille hypnotisée et sans voix, mais Joan, avec un cri perçant, bondit sur lui et le frappant furieusement au visage, répétait :

— Assassin, brute, assassin.

Il essaya de la repousser en jurant, mais elle s’accrochait à lui avec une fureur animale qui décuplait ses forces. Tout à coup elle changea d’idée, et, s’élançant comme un éclair, elle disparut dans l’escalier. Gurther se souvint qu’il avait laissé la trappe ouverte et courut à la poursuite de la jeune fille ; il crut la saisir au moment où elle franchissait la limite des anciens bâtiments mais elle lui échappa, légère comme une biche. Cependant il la suivait de près, et, tout à coup, il fut sur elle, la saisit à la gorge : elle se débattait, ils piétinaient sur place… Un soudain déclic se fit entendre et Gurther, une jambe emprisonnée, se tordit de douleur. Il lâcha la gorge de Joan, mais la repoussa si brutalement contre le mur quelle tomba comme une masse, puis, s’arc-boutant de ses deux mains aux mâchoires du piège, il parvint à les écarter et à retirer sa jambe dont le sang ruisselait.

Alors il souleva la jeune fille évanouie, la chargea sur ses épaules, retourna à l’usine, descendit l’escalier et jeta si brutalement son fardeau sur le lit que les ressorts cassèrent. Sans s’inquiéter de l’effet que le choc avait pu produire sur Joan il se retourna vers Mirabelle et répéta :

— Ma jolie petite demoiselle… je vous veux.

Il ne sentait pas la douleur de ses chairs déchirées dont le sang coulait toujours, toute sa volonté était concentrée vers un seul but… la satisfaction de ses désirs odieux…

Mirabelle restait immobile, paralysée par l’épouvante ; il s’approcha, lui prit le menton, la forçant à tourner son visage vers lui ; les yeux de l’homme, ardents et sauvages, plongeaient dans ceux de la jeune fille, et les lèvres minces s’avançaient vers sa bouche.

C’est alors que Joan, retrouvant ses sens, revint à la charge, comme une furie déchaînée, lui labourant le visage de ses dix ongles acérés. Il se retourna avec un hurlement de bête fauve tandis que Joan, saisissant une barre de fer qui servait à tisonner le poêle, la lui lançait à la tête. Elle ne l’atteignit pas et le morceau de fer tomba sur la caisse recouverte d’un tapis près du poêle en faisant un bruit de verre cassé… Gurther, dans sa fureur, n’y prêta aucune attention et assena un coup terrible à Joan… Mirabelle ferma les yeux pour ne pas voir… Quand elle les rouvrit. Joan était sur le lit ; le misérable la ligotait avec sa ceinture de cuir. Mais, tout à coup, Mirabelle aperçu une chose si terrible qu’elle retrouva la voix qu’elle semblait avoir perdue et poussa un cri affreux. Gurther se retourna et, portant ses regards dans la direction de ceux de Mirabelle, il aperçut, lui aussi, la chose épouvantable…

Hors de la caisse cassée un corps luisant et rond comme une grosse corde glissait lentement et, par ondulations régulières, s’enroulait sur lui-même… deux yeux brillants et durs au milieu d’une tête triangulaire semblaient considérer la scène avec un malin plaisir…

L’horrible bête balançait sa tête et son regard pervers allait de Gurther à la jeune fille défaillante. La surprise de l’homme fut aussi tragique que s’il se fut trouvé devant une apparition de l’autre monde. Quelques sons gutturaux sortirent de sa gorge pendant que sa main cherchait fiévreusement quelqu’arme dans ses poches. Une détonation retentit, aussitôt suivie du bruit du révolver tombant sur le plancher ; la main qui l’avait tenu pendait inerte au bout du bras et Mirabelle vit, avec horreur, une queue noire sortir de la manche de Gurther et s’enrouler autour du poignet tandis qu’à la hauteur du biceps une bosse remuait sous le tissu. L’homme restait immobile, fixant un regard épouvanté sur les anneaux luisants qui enserraient son poignet... Brusquement, de sa main libre, il saisit cette queue et, d’un seul coup, il déroula tout le reptile qui fit entendre un sifflement de colère et lui écrasa la tête en le jetant de toutes ses forces contre le poêle.

— Gott im Himmel ! murmura Gurther en touchant doucement son bras mordu, il est mort… mais il y en a peut-être un autre !

Se dirigeant vers la caisse, il y plongea une main sans hésiter. Il y avait un autre serpent plus grand que les deux autres ; mécontent d’être dérangé de son sommeil, il mordit par deux fois la main de Gurther qui ne fit qu’en rire. N’était-il pas déjà condamné ?

Il lui était venu à l’esprit, se sentant au moment redoutable de comparaître devant son Créateur, qu’il fallait avoir au moins une bonne action à son actif pour espérer quelque indulgence, et, de son talon, il écrasa la tête du dernier serpent.

Mirabelle, saisie d’horreur, avait détourné la tête. Quand elle regarda de nouveau ce qui se passait autour d’elle, elle vit Gurther qui faisait des efforts surhumains pour se maintenir debout en s’appuyant au mur. Ses jambes ne le portaient plus ; il tomba sur les genoux.

— Pardon, pardon, dit-il péniblement.

Son buste oscilla et il tomba sur le sol.

La voix d’Oberzohn appelant Gurther retentit dans le sous-sol et il apparut sur les dernières marches de l’escalier, un revolver à la main.

— Ah ! Ah ! dit-il en voyant le cadavre.

Puis il aperçut les serpents, et tout son visage trahit le mécontentement. Ses regards allèrent d’une des jeunes filles à l’autre. Il examina rapidement Joan sans même songer à la libérer de ses liens. Mirabelle se mettait en devoir de le faire quand elle sentit une main sur son épaule.

— Venez, dit Oberzohn d’un ton impérieux.

— Il faut que je reste avec Joan jusqu’à…

— Vous allez venir immédiatement ou je vous livre à mes petits amis. Et il montrait les serpents dont les restes se contractaient encore.

Elle se résigna à obéir : elle passa devant le cadavre de Gurther et dut contourner les énormes anneaux noirs et gluants des reptiles avant de gravir les marches de l’escalier obscur : elle respira enfin avec une sorte de soulagement l’air pur de la nuit.

Oberzohn la tenait par le bras : il portait des vêtements de voyage. Une grosse casquette cachait son front et, malgré la douceur de la température, il avait mis son manteau, ils longeaient les murs de l’usine quand, tout à coup, il mit une main sur la bouche de la jeune fille. On parlait de l’autre côté du mur. Sans libérer Mirabelle, il l’entraîna plus rapidement et elle vit bientôt la masse sombre de la péniche sur le canal.

— Attendez-moi et ne faites aucun bruit, dit Oberzohn.

Il s’approcha d’une sorte de manivelle qui grinça sous sa main et Mirabelle vit les vannes de l’écluse s’écarter. Quelles pouvaient être les intentions de son compagnon ? Sauf la vieille péniche hors d’usage, il n’y avait là aucun bateau.

— Venez dit-il en se retournant vers elle.

Elle avança et se trouva bientôt sur le pont de la péniche, dont l’avant touchait presque les vannes ouvertes de l’écluse. Avec une agilité surprenante pour un homme de son âge. Oberzohn avait sauté dans une cavité qui s’ouvrait devant les pieds de Mirabelle. Il lui faisait signe de l’imiter.

— Non, je ne veux pas… murmura-t-elle en faisant un mouvement de recul.

Il saisit alors le bas de sa robe et, d’une voix furieuse :

— Voulez-vous donc que je vous noie ici ? lui dit-il.

Elle n’osa plus résister devant cette menace et se laissa glisser dans le trou. Oberzohn avait fait glisser deux panneaux de bois, et Mirabelle put constater que cette vieille péniche de si médiocre aspect était en réalité un bateau pourvu d’un puissant moteur et tout prêt à voguer pour permettre une fuite rapide et imprévue.

Les berges du canal étaient désertes. L’hélice commençait à tourner doucement et l’embarcation glissa sur les eaux noires du canal. Oberzohn s’était mis au gouvernail. Mirabelle restait blottie dans l’obscurité de l’abri ; les minutes lui paraissaient interminables.

En approchant de Depford, ils rencontrèrent un barrage.

— Vous ne pouvez pas passer, dit l’éclusier ; il faut attendre la marée haute.

— À quelle heure sera-t-elle ? demanda Oberzohn, très contrarié.

— Demain matin, à six heures.

Le docteur parut atterré par ce contretemps, puis, se ressaisissant, il fit faire marche arrière à sa péniche.

— Il est un refuge dont je vais vous faire les honneurs, jeune fille, dit-il à Mirabelle, mais je veux, auparavant, vous avertir que si vous criez, ou faites le moindre bruit, je vous tue ! Sachez-le bien.

Elle comprit à son ton qu’il tiendrait sa parole sans hésitation.

CHAPITRE XXX

RECHERCHES

— Un piège ! dit Gonsalez en apercevant, sous le rayon lumineux de sa lampe, la petite machine – et qui a servi tout récemment, ajouta-t-il en remarquant que les mâchoires de fer étaient encore couvertes de sang.

Manfred et Digby examinaient soigneusement le sol aux alentours. Gonzalez poursuivait ses découvertes : il ramassa un lambeau de drap noir garni d’une tresse.

— C’était un homme en pantalon de soirée… Le sang est encore humide.

Digby lui montra la petite grille par laquelle l’odeur s’échappait dans l’après-midi ; elle subsistait encore vaguement.

— Nous allons fouiller l’usine ; si cela ne donne rien, nous demanderons l’aide d’Oberzohn, et cette fois, de gré ou de force, il faudra bien qu’il me donne satisfaction, car je ne m’en tiendrai pas aux menaces.

Ils atteignirent l’entrée de l’usine.

— Marchons prudemment, dit Manfred en s’engageant au milieu des décombres.

Léon sondait le terrain de temps à autre, d’un coup de pied, et cela sonnait creux ; mais ils mirent plus d’un quart d’heure à découvrir l’entrée de l’escalier du caveau, sur laquelle Oberzohn n’avait pas refermé la trappe. Gonsalez descendit le premier ; dès la dernière marche, il aperçut, silhouetté par la lumière qui venait de la pièce du fond, un corps d’homme barrant la porte.

— Haut les mains ! cria-t-il à mut hasard.

L’homme ne bougea pas et ne répondit rien. Manfred s’approcha de lui rapidement et reconnut le visage grimaçant de Gurther qui, dans un dernier effort, s’était traîné jusque-là.

— Le serpent ! dit brièvement Manfred à ses amis ; voyez son poignet.

Gonsalez avait pénétré dans la seconde pièce et avait reconnu Joan étendue sur le lit. Au milieu de la chambre il glissa sur quelque chose qu’il devina être un serpent et bondit en arrière, prêt à faire feu.

— Miséricorde ! Regardez ceci !

Ses regards allaient d’un reptile à l’autre.

— Morts !… Ils sont morts ! Ceci explique la fin de Gurther.

Rapidement, il dégagea Joan de ses liens et écouta si son cœur battait encore… Il était facile de reconstituer la scène, mais où donc pouvait être Mirabelle ?

Les deux pièces étaient vides.

— Elle est partie, évidemment, dit Manfred, sans quoi la trappe n’eût pas été ouverte. Il ne nous reste qu’à emporter d’ici cette malheureuse jeune fille et à fouiller les alentours. Digby, vous allez…

Il s’interrompit, songeur.

Si Oberzohn était chez lui, il ne fallait pas attirer son attention. Cependant, l’état de Joan nécessitait des soins rapides. Manfred la prit dans ses bras et, guidé par Léon, il se dirigea vers la maison.

Chemin faisant, Léon faillit tomber dans un trou profond tout fraîchement creusé.

— Je présume que ce trou a été préparé dans une intention déterminée, dit-il. Je ne serais pas surpris d’apprendre que c’est la demeure définitive réservée à Gurther par son excellent maître… Puis-je vous aider ? proposa-t-il à son compagnon.

— Non, non, allez plutôt voir sur la route. Poiccart ne doit pas être loin.

— Poiccart est plus apte à la culture des oignons qu’à la direction d’une auto, dit Léon, dont l’humeur devenait d’autant plus sarcastique qu’il était plus inquiet.

Ils firent le tour de la clôture qui entourait la maison et atteignirent la route au moment même où l’Hispano arrivait.

— Je vais la conduire à l’hôpital et aviser la police, dit Manfred. Je pense qu’il n’y a pas de téléphone dans le voisinage.

— Je téléphonerai peut-être de là, dit Léon en montrant la maison d’Oberzohn.

De la route, il leur était impossible de voir si la porte en était fermée ou ouverte ; en tout cas, tout y était complètement obscur.

Sans attendre le départ de la voiture, où on avait installé Joan, Léon s’approcha de la maison. Il ouvrit sans difficulté le portillon de fer et gravit le perron. La porte était grande ouverte. Était-ce un piège ? Il entra, alluma l’électricité et referma la porte derrière lui. Tout était silencieux. À droite, une porte entre-bâillée laissait passer un rayon lumineux ; il la poussa… La pièce était vide.

Sur le palier, il se trouva devant deux portes fermées à clef. Avançant prudemment, il gagna la cuisine déserte aussi.

Gonsalez savait que le docteur avait un ou deux domestiques, mais il ignorait qu’il ne possédait pas de chambre à coucher. Au second étage, il trouva les portes ouvertes ; les pièces étaient vides et en désordre ; une chemise de nuit grossière traînait sur un lit défait ; il semblait que ce fût des chambres de domestiques et qu’Oberzohn s’était vu obligé de renvoyer son personnel brusquement et en hâte, au milieu de la nuit… Pourquoi ?

Il sut plus tard qu’en effet Oberzohn avait renvoyé ses domestiques en leur donnant dix minutes pour faire leurs paquets et leur payant six mois de gages comme indemnité.

Il ne trouva rien d’intéressant dans la chambre de Pfeiffer. Celle de Gurther était dans un indescriptible désordre et gardait toutes les traces d’un hâtif déshabillage : poudre, fards, perruques, barbes étaient pêle-mêle sur tous les meubles.

Léon voulut téléphoner à la police, mais il constata que la ligne était coupée. Meadows avait, en effet, ordonné, dans la soirée, qu’on suspendît toute communication avec l’immeuble.

En continuant son exploration, Léon constata que la maison était d’une construction particulièrement solide, les murs exceptionnellement épais ; les volets, dans le bureau d’Oberzohn, étaient blindés.

En attendant l’arrivée de la police, il se décida à aller visiter les deux pièces qu’il avait trouvées fermées à clef au rez-de-chaussée. Il n’eut pas de peine à forcer la première porte et se trouva dans une salle assez vaste et nue.

Une planche grossière, couverte d’objets de laboratoire, courait tout du long du mur, interrompue seulement pour le départ d’un escalier de six marches descendantes qui aboutissaient à une porte de fer. Dans un coin, un moteur et une dynamo étaient blancs de poussière. Léon considéra un instant quelques petits moules curieux. Le reste ne pouvait retenir son attention, il en connaissait déjà le secret ; seule, une petite fiole bleue, soigneusement bouchée et remplie de boulettes de coton, attira un instant ses regards.

Il sortit du laboratoire et voulut ouvrir la deuxième porte. Ce fut plus difficile. Cependant, après quelques minutes de travail, le verrou sauta et il se trouva devant un spectacle étrange.

Quatre radiateurs électriques entretenaient dans la pièce une chaleur étouffante ; il y régnait une odeur infecte. Léon tourna le commutateur pour mieux voir. Une étagère à deux rayons tapissait les murs, et sur ces rayons, à intervalles réguliers, il y avait des caisses carrées dont une paroi était vitrée, une autre treillagée.

Dans chacune d’elles se trouvaient enroulés un ou deux serpents reposant dans un nid de foin ou de laine, suivant le goût de leur race. Il y avait là un échantillon de toutes les espèces de reptiles, depuis le cobra jusqu’au terrible fer de lance sud américain, et, dans une case un peu longue, Léon vit même un nid de petites choses grouillantes qui ressemblaient à des homards minuscules, d’un jaune mat, qui n’étaient autres que des scorpions.

Il approchait d’une niche couverte de molleton, lorsqu’une voix le fit sursauter :

— Ne bougez pas, mon ami ; je vous promets de vous faire faire plus ample connaissance avec notre petite famille puisqu’elle vous intéresse.

Oberzohn ricanait derrière lui.

Sans un geste pour se défendre, car il connaissait assez le personnage pour savoir que c’eût été la mort immédiate, Léon se retourna lentement. Mirabelle, pâle et les yeux agrandis par l’épouvante, était là aussi. Mais où donc était Digby ? Avait-il abandonné son maître ?

Oberzohn examinait la porte forcée et grognait, furieux :

— J’avais l’intention de vous enfermer ici avec ces gentils animaux dont j’aurais ouvert, les cages, mais c’est impossible maintenant… Allons, marchez !

Que voulait-il faire ? Léon avançait nonchalamment. Oberzohn le surveillait de près, connaissant son agilité.

— Halte ! cria-t-il.

Léon sursauta : il était devant la porte d’entrée grande ouverte.

— Souvenez-vous de mon frère bien aimé, señor Gonsalez, et de la perte irréparable causée par son meurtre odieux…

Léon ne tremblait pas. Il attendait, silencieux, qu’une balle vînt, d’un moment à l’autre, mettre un terme absurde à sa vie si bien remplie. Il était certain qu’Oberzohn allait tirer, et il regrettait seulement d’offrir un semblable spectacle à la jeune fille qui les avait suivis, bouleversée. Il eût voulu lui dire adieu, mais redoutait de l’effrayer.

— Vous rappelez-vous quel saint homme était mon frère ? reprenait Oberzohn d’une voix tremblante de colère.

Sous la lumière d’un bec de gaz, Léon venait d’apercevoir une silhouette.

— Digby, restez où vous êtes !… cria-t-il.

Le bruit d’une explosion le fit bondir. Des éclats de bois volèrent au chambranle de la porte : il entendu derrière lui le bruit d’une lutte : alors il se retourna, l’arme à la main… Il ne put tuer : Oberzohn avait saisi la jeune fille et s’en servait comme d’un bouclier ; son revolver dépassait sous un bras de Mirabelle.

— Sauvez-vous ! lui cria cette dernière.

Il hésita une seconde… Une deuxième explosion retentit et une balle ricocha contre la porte. Léon ne pouvait songer à tirer sur Oberzohn : il eût atteint Mirabelle. Alors, d’un bond, il descendit le perron et disparut dans l’obscurité.

Derrière lui, la porte se referma brusquement ; il entendit le bruit des verrous et de la barre de fer qui retombait.

 

Le retour d’Oberzohn avec la péniche n’avait pas été remarqué malgré la nuit claire ; il avait pu aborder et rentrer chez lui en toute tranquillité. Digby se trouvant par hasard à l’autre bout de la propriété, dont il faisait scrupuleusement le tour, selon les ordres qu’il avait reçus.

En approchant de chez lui, le docteur vit sa maison éclairée ; il comprit qu’on y était entré et mesura tout le danger.

— Enlevez vos chaussures ! ordonna-t-il à Mirabelle à voix basse.

Elle obéit aussitôt.

Tenant d’une main le bras de la jeune fille, dans la crainte qu’elle ne s’échappât, de l’autre son revolver, il entra dans l’antichambre. Le bruit des pas de Gonsalez lui indiqua où était l’intrus.

Tout le reste s’était déroulé avec une si grande rapidité que Mirabelle ne se souvenait de rien autre que de l’effort qu’elle avait fait pour détourner le canon du revolver d’Oberzohn dirigé vers Léon.

Maintenant elle était là, immobile, regardant avec épouvante l’horrible vieillard qui barricadait soigneusement la porte.

Docilement, elle le suivit ensuite de pièce en pièce. Il la fit repasser dans la chambre des serpents, où elle crut défaillir, puis il continua l’inspection minutieuse de toute la maison : il y avait des volets à fermer, des judas à ouvrir…

Dans la chambre des domestiques, il consolida, à l’aide de vis, les volets de la fenêtre, et cassa la poignée d’un coup de marteau, puis, se tournant vers Mirabelle :

— Vous allez rester ici. Je ne sais pas ce qu’ils vont faire, mais s’ils tirent, je tirerai aussi.

Après avoir enfermé la jeune fille, il alla exposer la situation aux quatre hommes qui attendaient toujours les événements dans l’annexe, où Gonsalez n’avait pas eu le temps de pénétrer.

— Chacun de vous est sous le coup d’un mandat d’arrêt, leur dit-il. Je ne bluffe pas : il y a eu une descente de police ici tantôt et je le sais. Contre moi, ils n’ont aucune preuve et le pire qui puisse m’arriver serait quelques mois de prison… Pour vous, c’est autre chose…

— Sont-ils dans les environs ? demanda un des hommes. Si cela était, nous ferions mieux de filer en hâte.

— Vous ne filerez pas, reprit Oberzohn, ni vite ni lentement… Sortir de cette maison c’est se faire prendre immédiatement. Y rester et m’obéir, c’est, pour chacun de vous, la liberté et de l’argent.

— Quelles sont donc vos intentions ? demanda Cuccini. Allez-vous lutter avec eux ?

— Certainement, je lutterai. Voici mon plan. Il y a en haut une jeune fille que j’ai fait prisonnière. Ils ne lui veulent aucun mal, bien au contraire. Je défendrai la maison jusqu’à ce qu’ils fassent des concessions.

— Je crains que vous ne nous entraîniez dans une bien mauvaise affaire, grogna Cuccini en se mordant les ongles.

— Eh bien ! partez si vous voulez, répondit le docteur : la porte est là, je ne vous retiens pas. Arrangez-vous avec la police, vous la rencontrerez à deux pas. Si vous préférez le bagne à la liberté et à la fortune, libre à vous.

— Où est Gurther ?

— Il a été tué accidentellement. Cela n’a rien à voir avec la décision que vous prendrez.

Cuccini et ses camarades se consultèrent à voix basse.

— Quel sera notre salaire ?

— Oberzohn offrit une somme dont l’énormité les étonna.

— Je dis la vérité, ajouta-t-il. Dans deux jours, je posséderai une mine d’or d’une valeur inestimable.

En quelques mots il leur raconta l’histoire de la montagne merveilleuse. Ses agents avaient obtenu à Lisbonne une option pour lui et, le 14 juin, à midi sonnant, il entrerait en possession de la concession.

— Combien de temps faudra-t-il que nous restions encore ici ? demanda Cuccini.

— J’ai des provisions pour un mois, même du lait, et… ils ne couperont pas l’eau à cause de la jeune fille, et à cause d’eux aussi nous ne risquons pas qu’ils fassent sauter la maison.

De nouveau, les quatre hommes se concertèrent.

— C’est entendu, nous restons, mais il faut écrire et signer l’engagement que nous prenons.

— Allons dans mon bureau ; dépêchons-nous ! dit Oberzohn.

Il était en train d’écrire lorsqu’on entendit un coup violent à la porte d’entrée. Il se leva et, d’un geste, imposa le silence à tous, il passa dans le couloir et s’approcha de la porte sur la pointe des pieds.

— Qui est là ? demanda-t-il.

— Ouvrez, au nom de la Loi ! dit la voix de Meadows. J’ai un mandat d’arrêt contre vous et, s’il le faut, nous forcerons la porte.

— Vraiment ! dit Oberzohn.

Et introduisant le canon de son pistolet dans la fente de la boîte aux lettres, il fit feu par deux fois.

CHAPITRE XXXI

LE SIÈGE

Meadows s’était méfié de la boîte aux lettres et la balle avait été se perdre sur la route. Il redescendit le perron et rejoignit un groupe de policiers qui attendaient ses ordres.

— Sergent, dit-il, allez chercher des armes et des munitions. Voilà une plaisanterie qui menace de se prolonger.

Pendant ce temps. Gonsalez avait fait une reconnaissance minutieuse des abords de la maison. Elle paraissait difficile à attaquer ; les murs étaient nus et sans brèches et les fenêtres, même aux étages supérieurs, étaient garnies de volets blindés.

Ce qu’il fallait savoir avant tout, c’était dans quelle pièce Mirabelle étau enfermée. Il supposait, d’après le plan qu’il avait esquissé à la lueur de sa lampe, qu’elle devait être soit dans la chambre de la bonne, soit dans celle de Gurther.

Meadows avait été téléphoner à Scotland Yard qu’il était urgent de rétablir la ligne d’Oberzohn. Dès que ce fut fait, il demanda la communication et la voix du docteur répondit. Le colloque fut court et décevant. Les conditions exigées par Oberzohn étaient inacceptables. Il réclamait, pour lui et ses compagnons, l’immunité complète, et il insistait si vivement pour ses compagnons que Meadows ne douta pas de leur présence autour de l’appareil.

La nuit passa sans autre incident. Des forces de police furent placées dans tout le voisinage ; le trafic sur le canal fut interrompu sur ce point et un service d’ordre s’organisa autour de la propriété pour empêcher la foule des curieux d’approcher. Les journaux du matin racontaient déjà les premiers préparatifs du siège et tout le monde voulait assister au petit drame qui allait se dérouler.

Les Trois Justiciers avaient fait enlever le corps de Gurther et avaient établi leur quartier général dans l’usine.

Vers neuf heures du matin, un commissaire adjoint vint examiner les serpents morts et déclara qu’il s’agissait là de véritables « fers de lances ». Poiccart les rangeait dans la catégorie des « mambas ». Ce nom rappela au commissaire la disparition sensationnelle du serpent du jardin zoologique qui avait précédé tous les mystérieux accidents…

— On trouverait sans doute le squelette de l’animal dans quelque coin de Régent’s Park, dit Poiccart, il est certainement mort de froid dès la nuit de sa fuite. Il est impossible qu’un reptile de cette nature supporte la température de Londres en hiver…

Au cours de la matinée, on apprit l’arrivée de Washington à Lisbonne. Il avait terminé son voyage en avion et il avait repris le chemin du retour après avoir accompli sa mission.

Oberzohn et les siens avaient mis à profit les dernières heures de la nuit. Ils étaient montés sur le toit et avaient démoli les petites constructions qui se trouvaient aux quatre angles. Cuccini et ses amis avaient eu la surprise de découvrir qu’elles dissimulaient des mitrailleuses prêtes à être montées. En moins d’une heure, Oberzohn les avaient mises en état de fonctionner et en avait enseigné le maniement à sa troupe. Il installa aussi un puissant réflecteur électrique, branché sur une prise de courant placée sur le parapet de la terrasse, puis il indiqua les directions par lesquelles l’attaque pouvait se déclencher et pointa son artillerie de manière à la tenir sous son feu.

Vers onze heures, un tracteur apporta un tronc d’arbre suspendu par des chaînes. Oberzohn, armé de ses jumelles, l’aperçut et comprit que sa porte ne résisterait pas à un pareil bélier. Il prit un fusil, visa soigneusement et tira. Le casque d’un policier vola en éclats, mais l’homme eut seulement la surprise de se trouver tout à coup décoiffé. Il tira une deuxième fois avec plus de succès : le conducteur du camion tomba comme une masse.

Un coup de sifflet déchira l’atmosphère et tous les policiers obéirent au signal en se mettant à l’abri du mur.

Un quart d’heure s’écoula sans activité d’un côté ni de l’autre, puis huit hommes armés de fusils s’élancèrent dans la direction de la maison, mais Oberzohn manœuvra l’une des mitrailleuses dont le tic-tac se déclencha brutalement. Un homme tomba et un nouveau coup de sifflet ramena en arrière la petite troupe chargée de l’homme blessé.

— Voilà bien ce que je redoutais, dit Léon, dont l’inquiétude et la nervosité croissaient.

La présence de Mirabelle dans la maison compliquait terriblement la situation. Sans elle, le sort d’Oberzohn et de ses compagnons eût été bien vite réglé, et personne ne réalisait mieux cela qu’Oberzohn lui-même. À l’abri de son parapet, il mangeait tranquillement un sandwich au jambon.

À midi et demi, il aperçut une longue ligne jaunâtre et reconnut bientôt des soldats qui cernaient la maison en cherchant à s’abriter. En même temps, un petit tank apparut. Oberzohn sentit que la situation empirait et que seule la présence de Mirabelle pouvait être une chance de salut… Il voulut la voir.

La jeune fille se leva au bruit de la clef dans la serrure et accepta en silence les aliments qu’il lui offrit.

— Quelle heure est-il ? demanda-t-elle au bout de quelques instants.

Oberzohn la regarda avec surprise.

— Vous demandez l’heure, dans un pareil moment !

La chambre était obscure à cause des volets fermés.

— Il est plus de midi et vos amis nous envoient des soldats. Ah ! quelle femme importante vous êtes pour qu’on mobilise l’armée en votre honneur !

Le sarcasme n’atteignit pas Mirabelle.

— Que va-t-il donc se passer ?

— Je n’en sais rien, répondit-il en levant les épaules. Ils viennent d’amener un tank, sans doute pour défoncer la porte à l’abri de nos coups… S’il en est ainsi, j’avertis vos amis que je vous enferme dans la chambre des serpents.

Elle le regarda avec épouvante.

— Monsieur Oberzohn, vous ne ferez pas une chose pareille !

— Je le ferai.

Et, sur cette affirmation, il se retira en refermant la porte. Puis il alla dans son bureau et prit le téléphone.

— Je voudrais parler à M. Meadows, dit-il à la personne qui lui répondit.

— Je vais le prévenir, lui fut-il répondu.

Oberzohn ignorait que sa ligne avait été raccordée à un poste installé dans l’usine, où le quartier général de la police s’était établi.

Ce ne fut pas Meadows qui vint à l’appareil, mais le docteur devina au ton plein d’autorité de la personne qui vint à l’appareil qu’il avait affaire à quelque haut fonctionnaire de Scotland Yard.

— Je suis le docteur Oberzohn, commença-t-il hardiment. Je tiens à vous avertir que si le tank amené devant chez moi dépasse la clôture de fil de fer, j’enfermerai immédiatement Mlle Leicester dans la chambre aux serpents. Ils se chargeront de ma vengeance.

— Écoutez… commença l’officier.

Mais Oberzohn avait déjà coupé la communication.

— Le croyez-vous capable de mettre sa menace à exécution ? demanda le policier à Léon.

— Aucune considération n’arrêtera un homme pareil. La seule chose à faire est d’attendre la nuit… Si Washington arrive à temps, je crois que nous pourrons sauver Mlle Leicester.

À la fin de l’après-midi, des avions parurent à l’ouest. Ils étaient cinq et avançaient en formation de combat. Aucun des hommes postés sur le toit ne pensèrent à un nouveau danger et ils les regardèrent approcher en spectateurs. Les appareils volaient bas. À l’œil nu, Cuccini put lire leurs numéros… Tout à coup, la terrasse fut inondée d’une pluie de balles. Oberzohn se réfugia dans l’escalier, suivi de trois hommes Cuccini gisait, les bras en croix, la tête trouée de projectiles.

En bas, Oberzohn écoutait le ronflement des avions qui rasaient le toit de la maison ; il attendit qu’ils soient partis pour remonter. Le ciel était vide, Cuccini mort. Ses camarades relevèrent son corps non sans faire une visite complète de ses poches.

Oberzohn laissa les hommes en faction avec ordre de se mettre à l’abri dès que paraîtrait la moindre aile à l’horizon et il descendit dans son bureau.

La mort de Cuccini était providentielle, c’était un homme peu sûr ; il était resté à contre-cœur et Oberzohn se félicitait d’en être débarrassé.

Le docteur avait le talent de contrefaire admirablement les écritures… Pendant trois heures il travailla à fabriquer un document que les meilleurs experts auraient attribué à Cuccini.

Quand il eut mis la signature au bas de la troisième page il appela un des hommes.

— Voici une précieuse déclaration faite par Cuccini, voulez-vous mettre votre nom à côté du sien ?

— Qu’est-ce que c’est ? demanda l’homme d’un ton bourru.

— C’est une sorte de lettre dans laquelle Cuccini reconnaît – et avec quelle générosité – qu’il porte seul la responsabilité de cette aventure. Il y explique qu’il vous a contraints à le suivre par la menace.

— Et vous ? dit l’homme.

— Moi aussi, répondit effrontément Oberzohn. Qu’importe, du reste. Cuccini est mort. Que sa mort, du moins, nous sauve tous ! Allons, mon ami, vous seriez fou de ne pas signer et de ne pas faire signer vos camarades…

L’homme écrivit son nom, les deux autres descendirent à leur tour et signèrent qu’ils déclinaient toute responsabilité dans la résistance.

Le crépuscule tomba, puis la nuit vint. Gonsalez, de plus en plus triste et préoccupé, errait seul, contemplant dans l’obscurité la sombre masse de la sinistre bâtisse. Les ordres d’attaque avaient été suspendus. À minuit, Washington arriva ; on l’attendait avec impatience.

Léon lui décrivit aussi exactement que possible ce qu’il avait vu dans la chambre aux serpents afin qu’il put avoir une idée des espèces qui s’y trouvaient.

— Ils sont certainement tous venimeux, dit-il. Sans parler des scorpions, je serais étonné que le moindre de ceux que vous dépeignez ne soit capable de faire mourir un homme en moins de dix minutes.

On lui montra les corps des serpents, victimes de Gurther ; il n’hésita pas à les classer.

— C’est bien le mamba, le plus venimeux de tous… Et il donna à Léon toutes sortes de détails intéressants.

Une heure avant le lever du jour, les autorités réunies tinrent conseil ; les suggestions de Léon furent adoptées.

Les trois amis prirent une échelle et une trousse d’outils. Le pinceau lumineux du réflecteur d’Oberzohn fouillait la nuit, mais il fut assez longtemps avant d’apercevoir le petit groupe en marche. Cependant, ils furent tout à coup inondés de lumière et quelques secondes plus tard, les mitrailleuses arrosaient de projectiles le terrain où ils se trouvaient.

Par bonheur, aucun d’eux ne fut atteint. Un feu nourri répondit, prenant le projecteur pour cible ; bientôt il vola en éclats. Les trois amis se précipitèrent, coupant le treillage de fil de fer. Ils atteignirent la maison et dressèrent rapidement l’échelle contre une fenêtre : Léon, monté le premier, brisa une vitre et tourna l’espagnolette : puis, sortant de sa trousse un outil acéré, il s’attaqua au volet blindé.

La besogne était si dure qu’au bout de dix minutes il dut se faire remplacer par Manfred.

Le ciel et la terre s’éclairaient peu à peu d’une lueur blafarde. Oberzohn surveillait avec inquiétude les abords de sa maison quand il vit le tank quitter l’endroit où il était resté depuis la veille.

Avec une affreuse grimace il se précipita dans l’escalier et arriva devant la porte de la chambre où il avait enfermé Mirabelle dans une telle agitation qu’il n’arrivait pas à mettre la clef dans la serrure.

Il l’ouvrit si brusquement qu’il y tomba plutôt qu’il n’y entra. La jeune fille, pâle comme une morte, était debout près du lit.

— Que voulez-vous ? demanda-t-elle avec un calme admirable.

— Vous… ma belle petite demoiselle, vous pour mes serpents.

Bien qu’elle ne fit aucune résistance il lui entoura brutalement les poignets avec des menottes puis l’entraîna dans l’escalier. Arrivé devant la chambre des serpents, il en ouvrit la porte et entra en poussant Mirabelle devant lui.

À l’aspect des affreux reptiles enroulés derrière les vitres de leurs cages, elle sentit ses forces l’abandonner et elle fût tombée si Oberzohn ne l’avait soutenue. Il la fit asseoir sur une chaise placée au milieu de la pièce et l’y attacha avec des courroies.

— Voilà… mes chers petits, vous n’attendrez pas longtemps, dit-il avec des ricanements à l’adresse des serpents.

— Au revoir, gracieuse demoiselle.

Oberzohn entendait le roulement du tank de plus en plus proche. Il ne prit pas le temps d’ouvrir les cages, il se contenta de briser les parois vitrées avec la crosse de son revolver. Mirabelle, médusée d’horreur, aperçut une tête verdâtre et aplatie sortir d’une cage, se balancer lentement au bout d’un long corps et glisser jusque sur le sol… Puis la lumière s’éteignit et Oberzohn sortit en refermant la porte.

À peine arrivait-il dans le corridor qu’une explosion retentit et des éclats de bois jaillirent jusqu’à lui ; puis, une seconde explosion ébranla toute la maison. Oberzohn était monté au premier étage. Il entendit des pas précipités dans le couloir qui conduisait à la chambre aux serpents… Mais pouvait bien entrer maintenant qui voudrait… on y arriverait trop tard.

Il gagna le troisième étage et y trouva les trois bandits en train de se quereller.

Au même instant une baïonnette brilla et un soldat en kaki parut à la porte.

— Haut les mains ! cria-t-il.

Quatre paires de bras se levèrent sans hésitation.

Manfred, qui suivait de près, s’approcha d’Oberzohn et lui saisit les poignets.

— À nous deux, mon ami, dit-il.

Oberzohn ne fit aucune résistance et se laissa conduire dans la chambre de Gurther ; comme Manfred venait de l’y enfermer, Poiccart et Léon le rejoignirent.

— Tout va bien, la jeune fille est saine et sauve ; les émanations d’essence ont fait mourir les serpents quand ils ont atteint le sol de la pièce et Washington fait ses délices de ceux qui sont encore vivants dans leurs cages, dit Léon d’un seul souffle.

Ils entrèrent dans la chambre et, pour la première fois, Oberzohn se trouva seul devant les Trois Justiciers, qu’il haïssait et redoutait depuis si longtemps.

— Oberzohn, nous voici au dénoûment, dit Manfred.

La curieuse grimace qui, chez Oberzohn, tenait lieu de sourire, passa sur ses traits.

— Mais je n’en suis pas certain, mes amis, répondit-il. Voici une lettre de Cuccini. Vous y verrez que je suis sa victime fort innocente. Il a tout confessé là ; pourquoi aurais-je résisté et refusé d’ouvrir ma porte à la police. Je suis un homme respectable et un honnête citoyen d’une nation amie… considérez bien cela, je vous prie.

Il tendait le papier à Manfred qui le prit mais ne le lut pas.

— Enfin, quoiqu’il arrive, votre chère amie a perdu ses droits à la montagne d’or – il paraissait éprouver une grande satisfaction en faisant cette réflexion – car demain est le dernier jour…

— Assez, Oberzohn, dit Manfred en le poussant contre le mur. Vous êtes devant vos juges, et, si votre confession peut tromper la Loi, elle ne nous trempera pas, nous.

Alors le docteur vit une chose qui le fit trembler d’effroi.

Léon Gonsalez fixait une cigarette à l’embouchure d’un tube d’ébonite long et mince qu’il avait trouvé dans la chambre de Gurther.

— Vous connaissez bien ceci, n’est-ce pas, docteur ? dit Léon en souriant et en faisant jouer un petit ressort dissimulé dans l’ébonite. J’en ai trouvé le moule dans votre laboratoire, il y a là deux petites aiguilles de glace, la cigarette est en métal et… le fonctionnement de l’appareil vous est très familier.

Il approcha le tube noir de ses lèvres et souffla dedans. Oberzohn porta la main à sa joue avec un cri étouffé et s’effondra comme une masse.

Léon sortit de la pièce ; il se trouva devant Meadows qui montait.

— Je crains que notre ami ne nous ait faussé compagnie, dit-il. Ce sera dix livres de moins pour le bourreau.

— Mort ? répondit Meadows. Suicidé ?

— Cela m’a plutôt l’air d’une piqûre venimeuse, répartit Léon nonchalamment, et il alla rejoindre Mirabelle Leicester qui écoutait au milieu de sourires et de larmes les renseignements que lui donnait Washington sur les qualité domestiques des serpents.

— Ils en ont tué pour plus de cinq mille dollars ! conclut-il avec regrets, mais il en reste encore assez pour peupler toute une ménagerie.

CHAPITRE XXXII

LE TUBE DE MORT

Manfred se fit un plaisir de donner aux autorités judiciaires tous les éclaircissements qu’elles pouvaient désirer. Le chef de la police était passionnément intéressé.

— Par un procédé assez simple, Oberzohn extrayait le venin des dents des serpents qu’il élevait. Ce qui est plus remarquable, c’est l’habileté avec laquelle il arrivait à en multiplier la puissance nocive. Bien que la chose puisse paraître scientifiquement invraisemblable, c’est un fait qu’il nous faut admettre :

Une dose de venin légèrement diluée d’eau et capable de tuer une douzaine de personnes était coulée dans un petit moule et congelée.

— Congelée ? s’exclama le fonctionnaire, stupéfait.

— Oui, il n’y a aucun doute possible, reprit Manfred.

Le venin de serpent ne perd rien de sa virulence par la congélation et la possibilité de le transformer en dards rigides et minuscules servait admirablement les projets homicides. La mort immédiate était provoquée par la moindre écorchure de la peau.

Le fume-cigarette employé par Gurther ou Pfeiffer était un simple tube, sarbacane microscopique, prolongée par une fausse cigarette. Le souffle de l’homme commençait à dégeler le poison et ce qui ne pénétrait pas dans la blessure de la victime fondait et disparaissait sans laisser aucune trace. Voilà pourquoi vous n’avez jamais pu trouver quoi que ce soit qui pût vous mettre sur la voie. Oberzohn avait inventé là une méthode aussi simple qu’ingénieuse, elle ne manqua jamais son coup sauf le jour où Gurther, visant Léon, atteignit Washington dont le tempérament est essentiellement réfractaire à l’action du venin de serpents.

— Et le droit que Mlle Leicester avait sur la mine d’or de Biskara ?

Manfred sourit :

— La demande de renouvellement de la concession a pu être faite en temps opportun et le droit de Mlle Leicester a pu s’exercer normalement, grâce à Léon. Il a en effet trouvé à Heavytree des feuilles de papier en blanc portant la signature de Mlle Leicester. Il en a rempli une, en bonne et due forme, et l’a expédiée à qui de droit. Je viens de recevoir une dépêche m’annonçant que la concession est accordée aux anciennes conditions.

En quittant Scotland Yard, Manfred et Poiccart marchèrent assez longtemps avant de trouver un taxi. Ce dernier paraissait sombre et préoccupé.

Léon avait été reconduire Mirabelle chez elle.

Au bout de quelques instants, Poiccart dit :

— Mon cher Georges, je suis inquiet au sujet de notre ami Léon… Cela semble difficile à croire, et pourtant…

— Pourtant quoi ? demanda Manfred amusé et qui devinait ce qui allait venir.

— Croiriez-vous – et l’on eut pu croire à son ton qu’il allait annoncer un cataclysme mondial – croiriez-vous que Léon est amoureux ?

Manfred hocha la tête.

— C’est une chose qui peut arriver… même à un justicier !

Poiccart semblait de plus en plus désespéré.

— Je n’avais jamais envisagé semblable malheur, conclut-il tandis que le visage de Manfred s’illuminait d’un sourire plein de bonté.

 

FIN


Ce livre numérique

a été édité par la

bibliothèque numérique romande

 

http://www.ebooks-bnr.com/

en juin 2015.

 

— Élaboration :

Les membres de l’association qui ont participé à l’édition, aux corrections, aux conversions et à la publication de ce livre numérique sont : Marcel, Françoise.

— Sources :

Ce livre numérique est réalisé principalement d’après : Les Trois Justiciers par Edgar Wallace, Paris, Éditions Cosmopolites, 1928. La maquette de première page reprend des photographie tirées de Wikimédia : Black mamba (Dendroaspis polylepis), de Tim Wickers, sd., et Aristide Briand, André Tardieu, Henry Chéron à la Conférence de La Haye en 1930, Agence de presse Meurisse, 1930 (Bibliothèque nationale de France).

— Dispositions :

Ce livre numérique – basé sur un texte libre de droit – est à votre disposition. Vous pouvez l’utiliser librement, sans le modifier, mais vous ne pouvez en utiliser la partie d’édition spécifique (notes de la BNR, présentation éditeur, photos et maquettes, etc.) à des fins commerciales et professionnelles sans l’autorisation des Bourlapapey. Merci d’en indiquer la source en cas de reproduction. Tout lien vers notre site est bienvenu…

— Qualité :

Nous sommes des bénévoles, passionnés de littérature. Nous faisons de notre mieux mais cette édition peut toutefois être entachée d’erreurs et l’intégrité parfaite du texte par rapport à l’original n’est pas garantie. Nos moyens sont limités et votre aide nous est indispensable ! Aidez-nous à réaliser ces livres et à les faire connaître…

— Autres sites de livres numériques :

La bibliothèque numérique romande est partenaire d’autres groupes qui réalisent des livres numériques gratuits. Ces sites partagent un catalogue commun qui répertorie un ensemble d’ebooks et en donne le lien d’accès. Vous pouvez consulter ce catalogue à l’adresse : www.noslivres.net.

Vous pouvez aussi consulter directement les sites répertoriés dans ce catalogue :

http://www.ebooksgratuits.com,

http://beq.ebooksgratuits.com,

http://efele.net,

http://bibliotheque-russe-et-slave.com,

http://www.chineancienne.fr

http://djelibeibi.unex.es/libros

http://livres.gloubik.info/,

http://eforge.eu/ebooks-gratuits

http://www.rousseauonline.ch/,

Mobile Read Roger 64,

http://fr.wikisource.org/

http://gallica.bnf.fr/ebooks,

http://www.gutenberg.org/wiki/FR_Principal.

Vous trouverez aussi des livres numériques gratuits auprès de :

http://www.alexandredumasetcompagnie.com/

http://fr.feedbooks.com/publicdomain



[1] A smoking-cap : portée par les messieurs de l’intimité de leur home. Elles protégeaient les cheveux de l’odeur du tabac et tenaient chaud. Populaire dans les années 1840 – 1880. (BNR.)