Luigi Pulci

MORGANT LE GÉANT
(tome 2)

1483

traduction anonyme française 1517

adaptation 2019 : Josilonus

bibliothèque numérique romande

ebooks-bnr.com

 

 


Table des matières

 

PRÉSENTATION.. 5

Les deux Morgante. 5

Contenu du présent volume. 8

Pulci et l’Anonyme. 12

Répertoire des principaux acteurs. 15

S’ENSUIT L’HYSTOIRE DE MORGANT LE GÉANT….. 22

CHAPITRE I  ROLAND EN PERSE. 24

Roland en prison.. 27

Thierry va chercher secours. 29

Regnaut, le roi Marcille et Lucienne. 31

Regnaut occit un roi tyran.. 36

L’Amiral de Perse assiégé par Regnaut. 41

Le Soudan de Babylone les attaque. 49

Prouesses d’Anthée. 56

CHAPITRE II  REGNAUT COMBAT POUR ANTHÉE QUI LE COMBAT  61

Regnaut et Roland sont séparés. 61

Naïve trahison d’Anthée. 65

Regnaut combat le Vieux de la Montagne. 68

Montauban assiégé par Anthée. 70

Roland défend le roi Faucon.. 72

Roland rend sa fille au roi Constant. 78

Délivrance des chevaliers. 83

Morgant vient au siège de Babylone. 89

CHAPITRE III  LES BARONS AU SECOURS DE GANELON   92

Ganelon prisonnier des géants. 93

Mort de Morgant. 96

Roland et l’empereur de Mese. 97

Nos barons enfermés avec Ganelon.. 107

Maugis les libère. 110

Astolfe quitte ses compagnons. 114

Regnaut assiège Roland et Astolfe. 125

Nos barons apprennent que les Païens assiègent Paris. 127

CHAPITRE IV  CHARLEMAGNE ASSAILLI 129

Les Barons et le roi Adillant. 130

Roland au secours de Charles. 136

Trahison de Ganelon.. 138

Regnaut combat des amazones. 141

Paix entre Charlemagne et Ganelon.. 144

Regnaut missionné par un Ange. 147

Regnaut vainc le géant Gerion.. 150

Anthée mobilise Marcille roi d’Espagne. 158

Bataille et paix. 165

CHAPITRE V  RONCEVAUX.. 172

L’ambassade de Ganelon.. 174

Maugis envoie un diable chercher Regnaut 181

Astolfe et Berenger vont à Roncevaux. 184

Le diable de Maugis transporte Regnaut. 187

Roland dans le piège. 189

Regnaut rejoint la bataille. 194

Olivier occis en trahison.. 202

Mort de Roland. 206

Charlemagne va à Roncevaux. 211

Charlemagne anéantit Saragosse. 217

Ganelon tiré à quatre chevaux. 223

Départ de Regnaut. 224

Mort de Charlemagne. 225

Ce livre numérique. 229

 

PRÉSENTATION

À propos du lien entre Pulci et Boiardo et de l’inclusion du Morgant dans cette suite ferraraise, voir la présentation du Tome I qui donne aussi des explications sur la traduction française de 1517 et son adaptation 2019.

Ce Tome II contient la fin du Morgant de Pulci traduit par l’Anonyme parisien (chapitres 44/134, chants XII à XXVIII) : un nouveau cycle d’aventures des super-héros Regnaut et Roland (exil, exploits, retour).

J’explique d’abord le hiatus entre la première et la deuxième version du Morgante. Ensuite, je présente le contenu de ce tome. Enfin, j’examine les écarts entre le texte de l’Anonyme et celui de Pulci.

Les deux Morgante

Devais-je reproduire le Morgante minore (qui se termine au chant XXIII), basé sur l’Orlando laurenziano, ou le Morgante Maggiore qui lui ajoute les cinq chants de La rotta di Roncisvalle basés sur la Spagna in Rima ?

Le Morgante minore, complet au début des années 1470, est publié en 1478. Ensuite, de 1479 à 1483, Pulci compose les cinq chants de Roncevaux qui, avec les précédents, forment le Morgante maggiore (28 chants), publié en 1483, un an avant la mort de Pulci.

Il y a un hiatus entre les deux. Le minore fait 70 % du maggiore et surtout est une autre chanson. À ses 2657 stances (21256 vers) de délire burlesque entrecoupé d’invocations religieuses parodiques, Pulci adjoint un bloc catholico-carolingien de 1081 stances (8648 vers). Pourquoi ?

L’entreprise de Pulci a été initiée par Lucrezia Tornabuoni, la mère de Lorenzo le magnifique, qui voulait une grande épopée catholique. Pulci n’a pas pu – pas voulu – s’exécuter sur le mode attendu de la tragédie. Il a préféré amuser Lorenzo et ses amis en jouant avec les codes des chanteurs de rue. À la fin du Morgante minore, Regnaut et Foulichat [Gerion pour nous] sont partis à l’aventure en Orient, tandis que Roland et les barons s’occupent de délivrer Paris. L’auteur aurait pu s’arrêter là ou continuer à empiler les épisodes autant que cela plaisait à son public. Mais, précisément, cela plaisait moins. Il semble que Pulci ait dépassé l’objectif ou que les temps aient changé : il est allé trop loin dans la dérision au moment où Lorenzo affiche plus de sérieux. Le retour à l’esprit de la commande initiale est le prix à payer par Pulci pour conserver sa position. Tardivement, il satisfait Lucrezia Tornabuoni : il était temps, elle meurt en 1482.

Dans les années 1470, la lutte au sein du cercle de Lorenzo a été violente : opposition d’idées et rivalité pour la faveur de Lorenzo. Pulci combat Matteo Franco puis l’éminent Marsilio Ficino, le chef de l’Académie florentine. Il multiplie les sonnets polémiques et les lance sur la place publique, sans tirer grand profit de professions d’incrédulité de plus en plus radicales. Qu’elles amusent ou non Lorenzo, il ne peut pas les approuver : Nous devons nous souvenir que Lorenzo et les Dames Medici n’étaient pas aussi relâchés en matière de foi qu’on l’a quelquefois cru. Si la société des humanistes jouissait d’un certain degré de liberté religieuse qui, occasionnellement, permettait l’expression d’un certain scepticisme et favorisait les vieilles moqueries du sacré (personnes ou choses), néanmoins il est vrai que cette même société ne permettrait ou ne tolérerait pas la négation des dogmes chrétiens (Lebano, introduction de Pulci Luigi, Morgante, translated by Joseph Tusiani, 1998, Indiana UP, ma traduction).

À la fin, en 1483, Pulci abjure son impiété. Sa Confessione affirme sa foi catholique : s’adressant à Marie dont il sollicite l’intercession, il regrette ses péchés et proclame sa croyance dans la divine création du monde, le jugement dernier et tous les miracles mentionnés dans l’ancien et le nouveau testament. Habilement, il attribue sa conversion au moine Mariano da Gennazzano, cher à Lorenzo et hautement respecté à Florence. Mais Pulci a beau multiplier les professions d’orthodoxie, il ne convainc pas, ni à Florence, ni ailleurs. Il meurt à Padoue en 1484 où il est enterré en hérétique.

La synchronicité des derniers chants et de la “conversion” est frappante. Pulci cherche à s’aligner. Le hiatus entre les deux parties du poème est ainsi un hiatus dans la vie de l’auteur.

Quelles que soient les raisons qui ont poussé Pulci à cette addition et quelle que soit sa pertinence, il l’a faite, et l’Anonyme parisien l’a suivi, sans doute avec satisfaction. Aussi n’avons-nous qu’à les imiter. Au mythe pseudo-historique de Roncevaux, Pulci, selon la tradition italienne, fait participer le héros imaginaire, Renaud de Montauban. Dans la tradition française (les quatre fils Aymon) les deux légendes restent disjointes : après des dizaines d’années de persécution obsessionnelle, Charlemagne finit par faire la paix. Renaud part à Constantinople, retrouve par hasard Maugis qui s’est fait ermite et ils libèrent Jérusalem dont les “Perses” ont chassé les Chrétiens.

Pulci a du mal à introduire Renaud dans Roncevaux : il lui faut le faire revenir d’Égypte en express au moyen d’un diable d’Enfer que Maugis a le bonheur de contrôler et, après le drame auquel il survit nécessairement puisque sa légende a déjà fixé sa fin (noyé dans le Rhin), il faut le faire à nouveau disparaître.

Contenu du présent volume

Comment limiter l’impression de décousu que donne ce « flipper » narratif où, un choc en appelant un autre, le chevalier errant rebondit sans cesse ? J’ai structuré la matière selon les grandes articulations du récit : quatre chapitres auxquels s’ajoute celui de Roncevaux. Le découpage est plus malaisé que pour le tome I car les bifurcations prolifèrent : non seulement Regnaut et Roland se livrent au cache-cache habituel, mais les épisodes secondaires et les accidents marginaux se multiplient, un peu comme si Pulci, conscient de recommencer le cycle précédent (exil, aventures, retour), cherchait à embrouiller l’auditeur-lecteur ou à l’amuser au coup par coup, ou comme s’il se battait avec une matière rétive. Le récit devient errant, voire erratique.

À la différence de Meridienne (Tome I), Anthée, la fille du Soudan de Babylone, est un personnage inachevé dont le caractère n’est pas à la hauteur de son rôle. Si à leur première rencontre en Perse, la belle et loyale preuse semble s’éprendre de Regnaut qui, lui, en devient instantanément fou furieux, l’affaire ne va pas loin. Tout se passe comme si Regnaut avait raté sa chance en ne la combattant pas, alors qu’elle a promis de se donner à celui qui la vaincrait. À partir de là, elle est d’abord la fille obéissante du Soudan. Elle méprise Ganelon, le met en prison, parle de le pendre mais suit ses conseils. Lorsqu’elle envahit la France (après avoir activé Marcille – et donc ouvert la porte à Roncevaux), elle prétend venger son père et le pillage de Babylone en mettant le pays à feu et à sang, mais surtout elle est mue par un vain désir de gloire : Quand Regnaut et Roland apprendront que j’ai mis mon armée devant Montauban ou que je l’ai pris, ils viendront au secours. Alors je m’éprouverai contre eux, par quoi ma renommée sera encore plus grande. Qu’ils me vainquent ne me sera pas déshonneur car ce sont les meilleurs chevaliers du monde. Finir le combat contre Roland, interrompu par la nuit il y a très longtemps, voilà son fantasme : elle sait qu’elle sera battue mais ce sera un honneur. Frustrée et vaincue, elle rentre en son pays où jamais elle ne croise Regnaut qui y erre, faisant exploit sur exploit, tout vieux et cassé qu’elle le dise. Pulci, parti pour faire d’Anthée une amoureuse, l’oublie, ou trouve l’histoire trop compliquée à imaginer, ou change d’idée. Ganelon épuisant son potentiel, Pulci se sert d’Anthée comme ressort diégétique artificiellement récurrent. Aussi, l’inconsistante Anthée n’a-t-elle rien de comparable au beau personnage de Meridienne (Tome I) ou à la charmante Rosemonde dont les expressions à double-sens sont délicieuses (ici, chap. I).

Ganelon lui-même, l’inlassable malfaisant, Ganelon semble dérailler. Après un beau succès initial auprès du Soudan de Babylone, sa déloyauté le fait emprisonner à Montauban, puis libérer à charge de partir en quête des barons perdus. Victime de la sorcière Creante, il est secouru par les trop loyaux barons auxquels maintenant il tient compagnie. Il n’est pas à l’origine de la nouvelle invasion. Mais c’est avec lui – quoique sans vraisemblance – que se fait la suivante et, même, lorsque, retrouvant son personnage, il organise enfin le piège de Roncevaux, il montre d’étonnants scrupules. Le contre-coup l’élimine définitivement : il mourra de mauvaise mort.

Voyons nos chapitres.

Le premier est en Perse.

L’Amiral [Émir] de Perse met Roland en prison pour complaire au Soudan [Sultan] de Babylone. Regnaut et ses compagnons partent à son secours. Roland les combat pour les beaux yeux de Rosemonde, la fille de l’Amiral mais, à nouveau réunis, ils prennent la ville. Le Soudan revient avec une armée commandée par sa fille, la preuse et belle Anthée dont Regnaut tombe amoureux furieux. Elle abat et capture Olivier et Richard. Par le conseil de Ganelon, au lieu de poursuivre le siège, le Soudan et sa fille rentrent à Babylone avec les prisonniers.

Le second chapitre est en Babylone.

Regnaut ayant enfin retrouvé Anthée, l’obéissante (et naïve ?) fille du Soudan l’envoie se faire tuer par le Vieux de la Montagne et elle-même part assiéger Montauban. Pendant ce temps, Roland, cherchant Regnaut, rend, en passant, sa fille au roi Constant que le Soudan invite à la grande fête de la pendaison des barons chrétiens. Le jour dit, Roland et Constant d’une part, Regnaut et le Vieux d’autre part, attaquent le Soudan, libèrent les prisonniers, mettent le siège devant Babylone, puis la prennent grâce à Morgant.

Le troisième chapitre est avec Ganelon.

Ganelon, pour être libéré de prison, s’engage à rechercher les barons. Parti au Levant, il est capturé par des géants et enfermé dans le château enchanté de leur mère Creante. Les barons venus à son secours prennent incidemment la ville de Monaca puis, après avoir cru triompher de la sorcière, sont à leur tour victimes de sa magie. Maugis, Astolfe, Alard, et Anthée, accourent les délivrer. Ensuite, les paladins sont séparés et se retrouvent à Cornille dont Roland et Astolphe chassent le tyran que Regnaut vient défendre. Le malentendu dissipé, ils apprennent que des Païens assiègent Paris une fois de plus et décident de se mettre en route, sans Regnaut qui doit assembler des renforts.

Le quatrième chapitre est, partie à Paris avec Roland, partie au Levant avec Regnaut.

Roland et ses compagnons trouvent Paris assailli par le roi Calorion et Montauban assiégé par le neveu de Ganelon. La paix se fait avec les premiers au détriment de Ganelon qui est assiégé à son tour. Mais il obtient son pardon et, tandis que Regnaut poursuit ses aventures au Levant, Ganelon brasse de nouvelles trahisons : Anthée, tout à coup désireuse de venger son père le Soudan, mobilise le roi Marcille d’Espagne. Une colossale armée assiège Paris et est vaincue. Anthée rentre chez elle et Marcille jure une paix éternelle que Ganelon lui fera facilement oublier.

Le cinquième chapitre est celui de Roncevaux.

Pulci et l’Anonyme

Dans notre tome I (Chants I à XII), l’Anonyme parisien suivait d’assez près le texte de Pulci.

Dans le présent tome II, les Chants XII à XXIII multipliant les facéties et les excentricités, notre rectiligne Anonyme multiplie les coupes.

Pour commencer, l’Anonyme minimise l’épisode où Regnaut chasse Charlemagne et prend sa place : dès le lendemain, Regnaut ayant passé sa colère reconnaît la sagesse des arguments légitimistes, fait la paix et restaure Charles (fin de notre tome I). Chez Pulci, non seulement l’usurpation dure plus longtemps (fin du Chant XI), mais elle est redoublée (Chant XII) : la paix finalement faite entre Renaud et Charles, l’inévitable Ganelon revient, capture Richardet, le frère de Regnaut, et veut le faire pendre, malgré l’opposition de tous les barons qui quittent la cour. Roland, écœuré, disparaît. Regnaut libère Richardet, soulève à nouveau Paris et est couronné empereur, avec l’approbation du peuple et des Barons. Ce n’est qu’au Chant XIII que Regnaut, apprenant la captivité de Roland, pardonne à Charles parce que tu es vieux et lui rend la couronne pour partir en Perse. L’Anonyme a condensé les deux épisodes, que ce soit pour faire bref ou pour atténuer l’atteinte à l’idée de majesté royale.

Ensuite, l’Anonyme traite avec une (heureuse) sobriété le fabuleux pavillon que Lucienne offre à son amant Regnaut. Pulci s’amuse à décrire en détails son ornementation pendant la moitié du Chant XIV : les quatre éléments avec les images de toutes bêtes, réelles ou mythiques (st. 42-92). Notre Anonyme résume : Alors elle lui donna un pavillon le plus beau qui fut au monde : il était fait d’un drap d’or et de soie et y était dessiné de fort belles histoires.

Ces libertés que prend l’Anonyme, en condensant le texte, n’en modifient pas la substance, à la différence des deux grandes coupes qu’il opère ensuite.

La première concerne le “road trip” canaille des deux géants Morgant et Margouste (fin du Chant XVIII et Chant XIX) alors que le premier se dirige sans hâte vers Babylone. Ce récit dans le récit, Pulci le développe avec un plaisir manifeste pendant 243 stances (1 944 vers !), accumulant les provocations. Citons un extrait du credo de Margouste que Lucrezia Tornabuoni ne devait guère priser : je crois dans la tarte et puis dans le tourteau/ l’une est la mère, l’autre est son fiston/ et le vrai Notre Père est le foie en crépine/ lequel peut être trois et deux et un… (Sarrazin, p. 455 sq.). Morgant, oubliant avec enthousiasme toute sa chevalerie, se livre avec Margouste à une débauche de pillages d’aubergistes, chatouillements de filles, grosses farces et goinfreries, que notre Anonyme ignore absolument et totalement. Il remplace les deux mille vers de Pulci par : Il finit par arriver [à Babylone]. Ce raccourci drastique a l’avantage de permettre au récit d’aller droit à la prise de la ville.

Morgant rencontre une mort dérisoire : après avoir vaincu à lui tout seul une énorme baleine enragée, il est mordu par un petit animal marin dont le venin lui monte au cœur. Si grande la victime, si petit le tueur… Les deux versions coïncident, l’Anonyme remplace seulement le petit crabe (granchiolino) par un serpent aquatique, vraisemblablement par réalisme, les crabes n’ayant pas coutume d’être venimeux. Ensuite les deux versions restent parallèles jusqu’à l’invasion d’Anthée (Chant XXIV). Chez Pulci, outre son immense armée, elle est accompagnée par deux géants terrifiants que Maugis englue par magie. L’Anonyme ne s’en encombre pas.

La deuxième grande coupure significative porte sur les délires théologiques peu orthodoxes que Pulci, toujours rétif même quand il obéit, prête généreusement au diable Astaroth, envoyé par Maugis en Égypte ramener en urgence Regnaut et Richardet pour qu’ils soient à l’heure à Roncevaux. Le chant XXV contient deux longues disgressions d’Astaroth, d’abord en conversation avec Maugis (st 141/161), ensuite pour distraire Regnaut pendant le voyage (st 228/244 contenant le fameux passage sur les antipodes). Astaroth, en partie par crainte de Maugis, en partie par contentement de voir arriver en Enfer les innombrables Païens que Regnaut va tuer à Roncevaux, se prend d’une espèce d’affection pour lui, le protège d’un traquenard magique, lui fait des adieux émus et ils passent un pacte d’amitié. Notre Anonyme encore une fois va tout droit : ils passèrent par plusieurs pays, au-dessus des villes et cités dont Regnaut demandait les noms à Astaroth et, à leur séparation, tandis que le diable exprime sa joie du carnage à venir (nous ferons fête quand nous te verrons occire ces Païens), Regnaut prend congé : Je te remercie autant que je le dois. Je suis content de toi et ton compagnon.

Roncevaux est semblable chez les deux auteurs quoique, dans ces chants, Pulci atteigne par moment à une grandeur tragique que l’Anonyme peine à imiter. À la fin, Pulci (XXVIII, 29) fait quitter la cour à Renaud pour parcourir le monde ainsi qu’Ulysse (E cercar tutto il mondo come Ulisse). Il ajoute : “un auteur croit” que, se souvenant des propos d’Astaroth, Renaud pense à aller voir à quoi ressemblent les antipodes (33… E quel suon d’Astarotte nell’ orecchio, / Come disotto in quell’altro emispero, / Erano e guerre e monarchie e regni…). De son côté, notre Anonyme lui réserve une fin plus édifiante : il quitta Montauban en habit de pèlerin, tout à pied, pour aller en la Sainte Terre. Du reste de sa vie et de sa fin, vous trouverez en un autre livre intitulé le livre des quatre fils Aymon (qui, selon la tradition française, ignore Roncevaux : Renaud, enfin réconcilié avec Charlemagne, libère Jérusalem, revient, se fait ermite ou maçon selon les versions et, noyé dans le Rhin par traîtrise, devient Saint).

Enfin, l’Anonyme profite du récit de la mort de Charlemagne pour rappeler les droits de l’empereur sur le pape : Le Pape Adrien lui donna de beaux privilèges, passés par le Concile célébré par plusieurs saints Pères en L’Église de Latran, ainsi qu’il appert au Décret en la distinction soixante et troisième presque partout. La dist. 63 de Gratien (c. 1140) traite des droits de l’empereur dans les élections ecclésiastiques (cf. notamment Chap. XXII. Imperator ius habet eligendi pontificem).

Pulci, lui, préfère mentionner que Charles a (aurait) refondé Florence (XXVIII, 100/101 : Nel suo tornar, per più magnificenza, / Rifece e rinnovò l’ alma Fiorenza. / E templi edificò per sua memoria, / E dette a quella doni e privilegi).

Répertoire des principaux acteurs

Le nom dans le présent texte, est suivi entre [] de son équivalent dans Pulci puis, lorsqu’il diffère, dans Sarrazin 2001.

 

Adillant, [Diliante], roi de Villefranche, neveu du Vieux

Aigolant, [Balugante], roi d’Espagne, général des armées de Marcille

Alard, Guichard et Richard [Alardo, Guicciardo, Ricciardetto], frères de Regnaut

Alexandre, [Aldinghieri], capitaine sarrasin ; se révèle le fils de Girard de Roussilon, cousin de Regnaut etc. ; il tue le Vieux ; tué déloyalement par Ganelon devant Montauban

Amiral [Émir] de Perse [Amostante], a le malheur d’être le père de la belle Rosemonde ; assiégé pour elle par le Soudan ; puis par Regnaut venu délivrer Roland ; tué quand les Chrétiens prennent la ville

Anthée [Antea], preuse, fille du Soudan de Babylone ; aimée de Regnaut ; l’envoie combattre le Vieux et assiège Montauban ; châtie Ganelon ; est faite Dame de Babylone par les barons ; envahit la France pour venger son père ; est défaite ; rentre en son pays

Archade [Saliscaglia], ville de l’Arpaliste

Archalide [Arcalida], capitaine des damoiselles de l’Arpaliste

Archelaus [Archilagio], frère et général de Calorion

Arpaliste (L’) [Arpalista], tyran de mer ; est défait par Regnaut et envoyé en France à Roland ; abusé par Ganelon, il fait sa paix avec Charlemagne ; défié pour cela par Calorion ils se tuent l’un l’autre

Astaroth [Astarotte], diable d’Enfer au service de Maugis ; conduit Regnaut d’Égypte à Roncevaux

Astolfe, [Astolfo ; Astolphe], duc d’Angleterre ; cousin de Regnaut et des autres ; brave mais souvent malheureux au combat ; tué à Roncevaux.

Babylone [Babillona ; Bambilone], Babylone d’Égypte où est supposé régner le Soudan de l’Orient

Baland [Balante], aide Regnaut contre le roi scélérat Vergante ; lui apporte une armée pour secourir Roland ; épouse Rosemonde

Baudoin [Baldovino], fils de Ganelon loyal à Roland

Berenger [Berlinghieri], preux

Blanchardin [Bianciardino], roi païen d’Espagne, vassal de Marcille, loyal lors de sa première ambassade de paix, traître ensuite, pendu par Charlemagne après la destruction de Saragosse

Boyard [Baiardo], cheval magique de Regnaut

Brisebarre [Sicumoro], général d’Anthée lors de son invasion de la France

Brunette [Brunetta], la “laide” de la querelle de beauté, dame d’une nuit de Regnaut

Bussire, [Dulivante Pilagi], rencontre Regnaut qu’il va attaquer à Archade

Calorion [Calavrione], roi sarrasin frère du Vieux ; lancé par Ganelon sur Charlemagne

Cam de Cataye [Can di Gattaia ; Chien de Chatière], capitaine de l’empereur de Mese

Charlemagne [Carlo Magno], empereur mythique, perpétuellement abusé par Ganelon

Constant [Gostanzo ; Constance], roi sarrasin de Bellemarine ; sa fille enlevée par les géants lui est rendue par Roland ; il se fait chrétien et vient à Babylone avec Roland empêcher la pendaison d’Olivier et Richard ; tué à ce combat

Copart [Copardo], frère de Rosemonde, livre sa ville aux Chrétiens

Cornille [Corniglia ; Corneille], ville de Diomedes

Courant [Corante], géant chrétien allié de Regnaut

Creante [Creonta], horrible sorcière mère d’une série de géants ; retient Ganelon prisonnier, puis les barons venus le libérer ; vaincue par la magie de Maugis

Daubrin [Dombrun ; Don Brun], géant, frère et ambassadeur de Salincorne ; défait par Roland

Diomedes [Chiaristante ; Claristant], géant tyran outrecuidant de Cornille, mari de Philiberte

Dodon [Dodone], paladin ; souvent messager

Dragant [Liorgante ; Lihorgante], méchant géant

Durandal [Durlindana], épée de Roland

Empereur de Mese [Imperator di Mezza] assemble une armée contre les Chrétiens de Babylone pour venger son fils Mariot

Espinart [Spinardo], méchant centaure

Falseron [Falserone], roi d’Espagne vassal de Marcille qui l’envoie en ambassade à Charles pour faire la paix après la défaite d’Anthée ; commandant de la 1ère armée païenne à Roncevaux

Faucon [Falcon], roi sarrasin maltraité par les géants de la mer de sable

Flamberge [Frusberta], épée de Regnaut

Galantin [Vegliantino], cheval de Roland

Galien [Galliano], nom d’emprunt d’Astolfe devenu roi de Cornille

Ganelon de Hautefeuille [Gano ; Gane, Gan], architraître à la tête d’une puissante lignée ; favori de Charlemagne

Gerion [Fuligatto ; Foulichat], persécuteur des Chrétiens auxquels il coupe la route de Jérusalem ; après avoir été défait par Regnaut, ils deviennent compagnons et partent ensemble à l’aventure

Girard de Roussillon [Gherardo da Rossiglione], héros pseudo-historique (Geste de Doon de Myance) ; père d’Alexandre et oncle de Regnaut

Griffon de Hautefeuille [Grifone d’Altafoglia], neveu de Ganelon ; assiège Montauban pendant que les Sarrasins assiègent Paris

Hélie [Uliva ; Olive], fille du roi Constant

Jason [Greco di buona dottrina ; Le Grec] le bon patron du navire qui transporte les barons ; ils le mettent gouverneur de Monaca ; on découvre qu’il a été chassé de Cornille dont il était roi ; les barons partagent le royaume entre lui et Philiberte, la veuve du tyran

Liombrun [Liombruno ; Lihombrun], outrecuidant neveu de Marcille qui tente de s’emparer d’Anthée en Espagne

Lucienne [Luciana], fille du roi d’Espagne Marcille ; prend la tête de l’armée qui rejoint Regnaut pour libérer Roland de la prison de l’Amiral de Perse ; amante de Regnaut mal récompensée (Anthée) ; épargnée avec sa mère lors de la destruction finale de Saragosse ; finalement convertie et mariée au fils d’Astolfe

Lyonfant [Leopante], puissant amiral venu renforcer l’empereur de Mese ; se prend de querelle avec les Barons à propos du lion de leur étendard

Mahom, Tarvagant, Apollin [Macone, Trivigante, Apollino], Mahomet, Diane (Diana Trivia), Apollon : dieux prêtés aux Païens

Marcille [Marsilio ; Marsile], roi d’Espagne ; devient l’ami de Regnaut ; entre en guerre contre Charlemagne à cause d’Anthée et à l’instigation de Ganelon ; organise avec lui la grande trahison de Roncevaux ; est pendu par Charlemagne

Marcon [Marcovaldo], géant au service du Soudan, tué par Roland

Mariot [Mariotte], prince des Indes sarrasin tué à la bataille de Babylone ; fils de l’empereur de Mese qui assemblera une armée pour reprendre Babylone aux Chrétiens et le venger

Maugis [Malagigi], cousin de Regnaut et des autres ; magicien ; farceur ; disparaît après avoir fait venir Regnaut à Roncevaux

Meridienne [Meridiana], ex preuse, compagne d’Olivier qui la laisse à la cour de Charles pour aller délivrer Roland ; sans nouvelles, finit par rentrer chez elle et se réconcilier avec ses parents

Monaca [Monaca ; Moinesse], ville de l’empereur de Mese

Morgant, géant ; détruit les tours de Babylone ; meurt de la morsure d’un serpent aquatique [d’un jeune crabe]

Naymes [Namo], duc de Bavière, sage conseiller de Charlemagne

Ogier le Danois [Uggieri], preux, Pair de France, commande l’armée envoyée pour empêcher le roi Marcille de franchir la frontière

Olive [Ulivia], également nommée Hélie, fille du roi Constant

Olivier [Ulivieri], cousin ; souvent amoureux

Philiberte [Filiberta], femme puis veuve de Diomedes, tyran de Cornille

Polimites [Buiaforte ; Bouillafort], fils du Vieux, persécuté par Anthée parce que son père a tué le sien, trouve refuge auprès du roi Marcille aux côtés duquel il combat à Roncevaux ; tué par Regnaut

Regnaut [Rinaldo ; Renaud], super-héros imaginaire ; l’un des quatre fils Aimon ; le meilleur chevalier du monde (avec Roland) ; seigneur de Montauban et cousin de tous les paladins ; vite en fureur ; disparaît après Roncevaux (pour de nouvelles aventures)

Richard [Ricciardetto], petit frère préféré de Regnaut

Roland [Orlando], super-héros pseudo historique ; neveu de Charlemagne ; incarnation du devoir

Rosemonde [Chiariella], fille de l’Amiral de Perse ; amante de Roland, trahit son père, est mariée à Baland

Rubricant [Farfarello ; Farfadet], diable mobilisé par Astaroth pour transporter Richard

Salincorne [Salincorno ; Salicorne], géant ; fils de Creante ; roi des géants de la mer de sable ; tué par Regnaut dont il voulait se venger

Scipion [Chiarione ; Clarillon] le bon aubergiste de Monacca dont les Barons le font gouverneur après avoir marié sa fille au Grec

Soudan de Babylone (le) [Soldano (il)], le Grand Seigneur de tout l’Orient

Spinole [Spinellone], duc du roi Constant ; tué à la bataille de Babylone

Thierry [Terigi] ; Terige], fidèle écuyer de Roland

Turpin [Turpino], héros pseudo historique ; preux et archevêque

Vieux (de la Montagne) [Veglio della Montagna], le Soudan en fait son ennemi ; combat Regnaut puis devient son homme ; participe à la bataille de Babylone et tue le Soudan ; tué par Alexandre ; a une nombreuse famille qui cherche (à tort) à tirer vengeance de Regnaut

Villefranche, id, ville du roi sarrasin Adillant ; conquise par les barons

S’ENSUIT L’HYSTOIRE
DE MORGANT LE GÉANT…

Avec son écuyer Thierry, Roland chevauchait en Turquie, pensant au traître Ganelon qui causerait un jour la ruine du royaume et de la Chrétienté – comme cela arriva, ainsi que vous pourrez l’entendre à la fin.

Après un mois, il entra au royaume de Perse où il y avait guerre : le Soudan assiégeait la cité de l’Amiral [Émir] de Perse, à cause de sa fille Rosemonde. Âgée de dix-huit ans, elle était merveilleusement belle. Le Soudan l’avait demandée pour femme mais son père ne voulait pas, par quoi le Soudan l’assiégeait. Il avait avec lui un grand géant, si féroce qu’il ne craignait personne.

Du haut d’une montagne, Roland vit l’armée du Soudan tout autour de la cité. Lui et son écuyer allèrent par là et arrivèrent devant la tente du géant Marcon qui était à l’entrée où il jouait aux échecs.

Apercevant Roland, il dit à un de ses serviteurs : Qui est ce vilain avec son heaume qui, sans dire mot, vient nous regarder ? Chasse-le d’ici et prends-lui son cheval car il me semble bon. Le valet mit la main au frein de Galantin. Quand Thierry le vit faire, il tira son épée et lui fendit la tête, si bien qu’il tomba mort par terre. Roland lui dit tu as bien fait de châtier ce fou. Marcon voyant son valet mort cria à un autre hâte-toi et prends ce vaurien qui m’a fait offense. Alors plusieurs Sarrasins vinrent sur Thierry. Roland tira Durandal du fourreau pour secourir son écuyer qui, de son côté, se défendait bien. Ils tuèrent plusieurs Païens.

CHAPITRE I

ROLAND EN PERSE

Roland est mis en prison par l’Amiral de Perse pour complaire au Soudan de Babylone. Regnaut et ses compagnons partent à son secours. Roland les combat pour les beaux yeux de Rosemonde, la fille de l’Amiral mais, tous ensemble, ils prennent la ville, l’Amiral est tué.

Le Soudan revient avec une armée commandée par sa fille, la preuse et belle Anthée dont Regnaut tombe amoureux furieux. Elle abat et capture Olivier et Richard. Par le conseil de Ganelon, au lieu de poursuivre le siège, le Soudan rentre à Babylone avec les prisonniers.

Le géant, voyant ses gens morts, cria : Apportez-moi mes armes, je veux me venger de ces téméraires et principalement de ce grand vilain présomptueux. Il monta à cheval. Thierry, voyant un page qui tenait une lance, la lui ôta pour la donner à Roland. Le géant cria à Roland chevalier, pense à te défendre. Roland s’éloigna pour prendre sa course, baissa sa lance et, Galantin allant comme la foudre, vint sur le géant. Comme il était trop grand, Roland le frappa au-dessous de l’écu et, perçant son armure, lui fit une grande plaie dont le géant, fort affligé, blâma Mahom et tous ses autres Dieux. Son cheval qui était jeune et fort, effrayé par le choc, prit le frein aux dents. Il se mit à courir tant que le géant ne put le retenir avant une demi lieue, au pied d’une haute montagne. Roland le suivait à course de cheval, criant : Ha ! Lâche Sarrasin ! Pourquoi fuir ? Tu ne gagnes rien ! Tu ne peux pas éviter que je te donne la mort comme j’ai fait à d’autres qui étaient plus puissants que toi. Pense à te défendre.

Le Sarrasin tout honteux qu’on lui reprochât de fuir, arrêta son cheval, le tourna contre Roland et prit son épée en main, disant : Tu me reproches de fuir, je jure mon dieu Mahom que personne ne m’a jamais reproché cela. Mais un cheval emballé, nul ne peut le retenir. Défends-toi car mon épée te montrera si j’ai peur de toi.

Alors, levant l’épée, il frappa l’écu de Roland si fort qu’il le mit en pièces et que les deux moitiés tombèrent à terre. Roland, bien marri, dit qu’il se vengerait. Il leva Durandal et frappa le géant au bras droit qu’il trancha d’un coup : le bras et l’épée volèrent à terre. Le géant sentit une telle douleur qu’il tomba du cheval, perdant tout son sang. Il demanda à Roland s’il était des vaillants chevaliers de Charlemagne : Je ne crois pas qu’il y ait Sarrasin dans tout le Levant qui pût me vaincre.

— Je te dirai la vérité, dit Roland : je suis chrétien et suis Roland, par quoi je te conseille de te faire baptiser et de croire en Jésus-Christ pour sauver ton âme qui est en danger d’être damnée en Enfer avec les diables.

Entendant Roland, le géant fut empli de la grâce de Notre Seigneur et dit : Je renonce à Mahom et aux faux Dieux, par quoi je te prie de me baptiser au plus tôt car je ne vivrai plus longtemps. Roland, joyeux, alla à la rivière proche, prit de l’eau dans son heaume, vint au géant qu’il baptisa au nom de la Sainte Trinité. Le géant, faisant le signe de la croix, rendit l’esprit à Dieu, laissant Roland tout content qu’il fût mort chrétien. Alors, lui et Thierry creusèrent une fosse avec leur épée et l’ensevelirent en disant les oraisons qu’ils savaient. Puis ils partirent.

Roland voulait aller en la cité, voir l’Amiral et sa fille qu’on disait si belle. S’il eût connu les maux et les ennuis qui l’attendaient, il aurait fait autrement, mais les hommes ne décident pas leur fortune.

Le portier leur demanda qui ils étaient. Roland répondit qu’ils demandaient à être enrôlés. Alors, voyant qu’ils n’étaient que deux, le portier leur ouvrit. Les gardes les conduisirent devant l’Amiral qui, à une fenêtre, devisait avec sa fille Rosemonde. Quand elle vit Roland, elle dit à son père : Regardez ce beau chevalier qui monte les degrés. À voir son allure, il doit être un puissant combattant. Roland salua l’Amiral et sa fille. L’Amiral qui était avisé lui dit : Chevalier, soyez le bien venu si vous voulez me servir en cette guerre. Je vous donnerai de quoi vous contenter.

— Sire, dit Roland, je ne demande rien. Je vous servirai comme loyal chevalier doit faire, avec l’aide du dieu Mahom.

— Chevalier, dit l’Amiral, je manque de bons guerriers. Le Soudan de Babylone est venu m’assiéger parce que je ne veux pas lui donner ma fille. Avec lui, il a mené un grand géant qui fait beaucoup d’ennuis à moi et mes gens et a gâté tout le pays.

Roland lui répondit : À propos du géant, il ne vous fera plus de mal car il est mort de mon épée. Moi et mon écuyer l’avons enterré au pied de cette montagne à côté de la cité.

— Chevaliers, dit l’Amiral, si le géant est mort, je vous serai extrêmement reconnaissant.

— Je vous jure par tous nos Dieux qu’il en est ainsi.

Alors, l’Amiral embrassa Roland, avec grand joie : Puisque le méchant géant est mort, je ne crains pas le reste des gens du Soudan.

Quand Rosemonde vit Roland si beau et si bien formé, elle mit son amour en lui, se disant ce chevalier est beau à merveille, quelle puissance et hardiesse a-t-il pour avoir occis ce géant qui était si craint ! Elle embrassa Roland en lui disant : Noble chevalier, je ne sais d’où vous êtes, mais l’heure de votre arrivée fut bonne puisque vous nous avez délivrés.

Roland en prison

La mort de Marcon mécontenta et découragea le Soudan, car ce géant était tout son espoir dans cette guerre. Il demanda qui avait été si hardi pour l’occire. Ses gens lui dirent que c’était un chevalier aventurier qui passait par là. Le Soudan interrogea un devin, habile en nécromancie, pour savoir qui était ce chevalier. Le devin lui dit que c’était un chrétien du royaume de France et qu’il était en la cité de l’Amiral. Le Soudan, fort triste, écrivit à l’Amiral que ce chevalier était chrétien, qu’il était donc venu en ce pays pour faire quelque trahison. Si l’Amiral le punissait, il ferait la paix avec lui de la manière qu’il voudrait.

L’Amiral fut bien étonné que ce Chrétien se dise Sarrasin. Il manda au Soudan de renvoyer son armée et de venir en sûreté dans la cité pour en faire vengeance. Quand le messager fut parti, l’Amiral prit Roland par la main et lui dit : Chevalier, je me réjouis de faire la paix avec le Soudan. Je vous le dois puisque vous avez occis le géant qui était tout son espoir. Tant qu’il vous plaira de rester avec moi, je vous ferai plaisir et service. Roland le remercia, sans se douter de la trahison qui était brassée contre lui.

Le Soudan renvoya son armée, ne garda que ceux de sa maison et vint en la cité. L’Amiral le reçut joyeusement, ils firent la paix et décidèrent que Roland et son écuyer seraient mis en prison, puis punis selon leurs méfaits.

Le soir vint, il fut temps d’aller se coucher, Roland se retira dans sa chambre, se mit dans un lit et son écuyer dans l’autre. Quand ils furent endormis, une grande compagnie de Païens tout armés entrèrent, les prirent et les lièrent. Roland demandait pourquoi mais ils ne répondaient rien. Ils les jetèrent en prison dans une très profonde fosse. Au matin, le Soudan, satisfait, prit congé et retourna dans son pays.

La damoiselle Rosemonde dit à son père : Je me réjouis que ce Chrétien déloyal venu faire trahison soit en prison. Gardez-le étroitement, ne lui donnez qu’un peu de pain à manger et de l’eau à boire. Si ces Chrétiens étaient en ma puissance, je les ferais mourir cruellement. Donnez-moi les clefs de la prison, je leur montrerai l’amour dont je les aime.

L’Amiral eut plaisir à l’entendre parler ainsi et lui laissa la garde des prisonniers. Rosemonde alla à la prison et dit à Roland : Chevalier, par mon Dieu Mahom, je suis bien désolée que vous soyez en prison.

— Madamoiselle, dit Roland, pourquoi votre père m’a-t-il mis en cette tour ? De ma vie, je ne luis fis de mal, ni n’en voudrais faire. Il me rend le mal pour le bien.

— Chevalier, dit la pucelle, la cause est que le Soudan a su que vous êtes chrétien venu ici pour faire trahison, vu que vous vous dites sarrasin. Il veut venger son géant et, selon la loi, tout Chrétien qui tue un Sarrasin doit être mis à mort. Mais je vous ai vu si beau chevalier que j’ai mis mon amour en vous. Par quoi, j’ai les clefs de cette prison et vous ne manquerez de rien. Le Soudan a dit que vous étiez du royaume de France : connaissez-vous point les Pairs de France, comme Regnaut, Roland, Olivier, Ogier et les autres ? J’en ai entendu du bien, et surtout de Roland, le neveu de Charlemagne, dont la renommée est si grande.

— Damoiselle, puisque vous m’aimez, je vous dirai qui je suis. Je suis ce Roland à qui la fortune a été si contraire que me voilà loin de mes amis dans une forte prison, profonde et obscure. Votre père m’a mal rendu le bien que je lui ai fait. Si j’avais pensé qu’il était traître, je me serais gardé de lui. Je prie mon Dieu de pouvoir en sortir et, Damoiselle, je me recommande à votre bonne grâce : veuillez faire bien nourrir mon cheval car il le vaut bien. Je vous jure que je suis et serai votre chevalier et promets de faire de cœur et de corps toute votre volonté.

— Je vous en donne ma parole de fille de roi : je vous apporterai confort et aide, et tâcherai de vous faire plaisir et service.

Ainsi fut noué l’amour de Roland et la belle Rosemonde et, tant qu’il fut en prison, il ne manqua de rien.

Thierry va chercher secours

Un jour que Rosemonde visitait Roland dans sa prison, il lui dit : Madamoiselle, puisqu’il vous plaît de me faire tant de bien, pourriez-vous faire sortir mon écuyer pour qu’il aille en France demander secours ?

— Pour vous montrer que je vous aime, je ferai si bien que, d’ici trois jours, il sera sorti de prison et pourra aller où bon lui semblera.

Elle alla trouver son père et lui dit : Seigneur père, je viens de voir mes prisonniers. Pourquoi garder le valet du chevalier ? S’il reste longtemps en prison, il sera bientôt mort. Déjà, il est fou : quand je lui parle, il répond n’importe quoi ; il ne sait ce qu’il dit car le manque de nourriture lui a vidé le cerveau. Il vaut mieux lui donner congé. D’ailleurs les serviteurs ne sont pas responsables de ce que fait leur maître.

— Ma fille, faites comme vous voulez. Je ne voudrais pas que ce valet mourût en prison, mais surtout gardez bien l’autre.

— Monseigneur, ne craignez rien pour l’autre, il sera bien gardé.

L’Amiral se laissait abuser par sa fille qui provoquerait sa destruction. Est fou, l’homme qui se fie en femme dont le cœur est si variable, comme celle-ci à qui importait peu que son père fût mort et le pays détruit, pourvu qu’elle accomplît ses désirs avec Roland. Ô cœur féminin ! que de maux cause ta versatilité ! La femme n’a d’attention que pour ses plaisirs et sa volonté, par quoi beaucoup ont été trompés.

Pour retourner à notre propos, Rosemonde libéra Thierry auquel Roland dit : Tu prendras Galantin mon cheval, tu iras à Paris et diras à mon oncle, à Regnaut, Olivier et aux autres, que je suis dans la prison de l’Amiral de Perse. Je les prie de me secourir, ce serait une honte pour eux que je meure en cette prison. Thierry dit qu’il ferait son message et se mit en chemin.

Roland resta en prison, tous les jours visité par Rosemonde qui subvenait à tous ses besoins. Ils menaient bonne vie ensemble, comme deux amants font l’un avec l’autre.

Thierry fit tant qu’il arriva à Paris, en la cour de Charlemagne. Regnaut, Astolfe et tous disaient que Roland leur manquait. Ils ne savaient où il était. L’écuyer Thierry entra, salua l’empereur et tous les barons, les larmes en l’œil et le cœur si serré qu’il ne pouvait parler. Quand Regnaut le vit pleurer, il s’écria : Ha ! Thierry ! tu nous apportes de mauvaises nouvelles de Roland, je te prie de nous les dire.

— Sire empereur et vous tous messeigneurs, dit Thierry, mon maître Roland vous salue et vous prie de le secourir. Il leur conta l’histoire. Quand Regnaut apprit que son cousin était prisonnier des Païens, il dit je promets à Dieu que demain je partirai délivrer mon cousin et ne reviendrai pas en France avant de l’avoir fait. Le comte Olivier dit qu’il irait avec lui. Et aussi Richard, le frère de Regnaut. Ils prirent congé de l’empereur Charlemagne, et eux quatre partirent, et l’écuyer les conduisait tout droit. Ils étaient habillés à la mode des Païens pour ne pas être reconnus.

Regnaut, le roi Marcille et Lucienne

Ils arrivèrent en Aragon dont était roi un nommé Marcille qu’ils rencontrèrent au dehors de Saragosse, un jour qu’il était allé au gibier avec peu de ses gens. Quand il vit Regnaut avec ses compagnons, il les salua et lui dit : Chevalier, je ne sais qui vous êtes. J’ai rêvé cette nuit que je gagnais un bon cheval, par quoi si vous me donnez le vôtre mon songe sera vrai.

— Homme, dit Regnaut, c’est folie de croire que je vous donnerai mon cheval à cause d’un songe.

Le roi Marcille lui dit : Mieux vaut que tu me le donnes pour un songe que pour rien ! Je l’aurai, que tu le veuilles ou pas.

— Je te jure que de plus puissants que toi ont bien failli l’avoir !

Marcille lui dit si tu attends que j’aie mes armes, je te montrerai que le cheval sera à moi malgré toi.

— Je n’ai jamais refusé de jouter avec quelqu’un, aussi ne le ferai-je pas.

Marcille envoya chercher ses armes, monta à cheval. Il croyait déjà avoir Boyard mais il ne savait pas à qui il avait affaire, sans quoi il n’eût pas jouté contre lui. Il s’éloigna de Regnaut et Regnaut de lui, et le premier coup de lance mit Marcille à terre. Il se releva du mieux qu’il put et dit à Regnaut dis-moi qui tu es et si tu es païen ou chrétien.

Regnaut lui dit : Quoique je sois en la terre des Sarrasins, je ne crains pas de te dire mon nom. Je suis Regnaut, comte de Montauban, celui-ci est Olivier, l’autre mon frère Richard et le quatrième Thierry, l’écuyer du comte Roland. Et, pour que tu voies que je ne te crains pas, je lèverai ma visière.

Marcille lui dit : Le coup de lance que tu m’as donné atteste que tu es bien celui que tu dis. Je t’invite, toi et tes compagnons, à venir avec moi à Saragosse, je vous ferai bonne chère car je suis Marcille, roi de ce pays.

Regnaut lui dit qu’ils feraient sa volonté. Marcille le prit par la main et ils entrèrent en la cité, et les autres barons après.

Ils allèrent au palais et furent bien accueillis par le roi et une sienne fille nommée Lucienne. Elle était très belle et s’occupa de les accueillir car bien le savait faire. Les Barons restèrent plusieurs jours à faire bonne chère avec le roi Marcille et sa fille Lucienne.

Pendant que Regnaut et ses compagnons festoyaient, vint un messager qui dit au roi : Sire, je vous apporte d’étranges nouvelles : nous étions une cinquantaine, tous armés, en une plaine auprès d’un grand rocher, lorsque survint un cheval, le plus grand que nul ait jamais vu, sans selle ni bride. Nous l’entourâmes pour le prendre mais il se mit à mordre et à ruer, des pieds de devant et de derrière. Il se défendit tant qu’il tua cinq ou six d’entre nous. Et ceux qui fuyaient, il les poursuivait car il va plus vite que la foudre : quand il rattrapait les fuyards, il se dressait tout droit, leur jetait les pieds de devant sur la tête et les fracassait. Ainsi il a occis votre neveu Mahon. Et aussi, il fait beaucoup de mal avec ses dents. Le voyant si terrible, j’ai fui pour sauver ma vie. Sire, si vous n’y mettez remède, avant peu il aura fait grands dégâts.

Quand le roi Marcille entendit cela, il fut attristé et dit : Ha ! Mahom mon Dieu en qui j’avais confiance, permets-tu qu’une telle bête sauvage gâte ainsi mon pays et tue mes gens misérablement ? T’es-tu mis d’accord avec les Chrétiens pour faire mourir les Païens ? S’il en est ainsi, tu seras tenu pour un dieu de grande cruauté.

De son côté, Lucienne pleurait la mort de son cousin et des autres. Regnaut en eut pitié et dit à Marcille : Donnez-moi un homme pour me conduire à ce terrible cheval et, avec l’aide de mon Dieu, j’en débarrasserai le pays. Le roi lui dit si vous le faites, moi et les miens vous serons obligés toute notre vie.

Regnaut ne voulut pas plus d’un homme mais Olivier et Richard partirent avec lui. Ils arrivèrent à l’endroit où était le cheval enragé. L’Espagnol leur dit : Je n’irai pas plus loin, j’ai trop peur, je monterai sur cet arbre voir la bataille pour la dire au roi.

Le comte Regnaut descendit de son cheval Boyard et l’attacha. Bientôt arriva le cheval sauvage, sautant et levant la tête. Quand Boyard le vit, aucune chaîne n’aurait pu le retenir et il se jeta sur lui. La bataille des deux chevaux fut extraordinaire : ils se levaient tout droit l’un contre l’autre et se mordaient jusqu’au sang. La bataille dura plus d’une heure au bout de laquelle Regnaut eut peur que le cheval sauvage n’affolât le sien. Il s’approcha d’eux. Boyard tenait l’autre aux dents, Regnaut leva le poing avec le gantelet et en donna au cheval un grand coup sur l’oreille. Il tomba à terre comme mort et resta un moment sans se relever. Regnaut le lia de cordes qu’il avait portées. Une fois attaché, il devint aussi doux qu’une brebis. Regnaut prit la bride du cheval de Thierry et la lui mit. Et il se laissa brider aussi doucement qu’un autre cheval.

Alors Regnaut monta sur Boyard et mena l’autre cheval en laisse jusqu’à Saragosse. Les gens fuyaient devant lui, fermaient leurs portes et se cachaient dans leur maison. Regnaut leur disait de ne pas avoir peur.

Quand Regnaut fut en la cour du palais, le roi et sa fille vinrent voir le cheval. Regnaut fit apporter une selle et autre garnitures, puis, montant dessus, le chevaucha et le fit courir. Il le faisait tourner comme il voulait. Alors Lucienne dit : Noble baron, je vous prie de donner ce cheval à mon père.

Le roi remercia, tant du cheval que de la peine pour le prendre et le rendre si doux. Regnaut et ses compagnons allèrent se désarmer et se reposèrent quelques jours à Saragosse où le roi et sa fille se plaisaient à les servir et festoyer.

Quand les barons se furent assez reposés, Regnaut dit au roi : Sire, nous sommes restés assez longtemps. Il nous faut prendre congé de vous car nous devons aller en Perse où l’Amiral tient Roland prisonnier.

Le roi dit : Si vous voulez de mes gens pour vous aider, je vous donnerai vingt mille combattants payés pour six mois.

— Sire, dit Regnaut, je ne les refuse pas ; si nous en avons besoin, je vous le ferai savoir. Puis il prit congé de la belle Lucienne qui pleura très fort car elle avait mis son amour en Regnaut.

Nos barons furent armés, montèrent à cheval et se mirent en route. Ils passèrent les Espagnes et entrèrent en Barbarie.

Un jour, approchant d’une cité, ils trouvèrent dans un bois une grande compagnie de gens qui menaient grand deuil. Regnaut leur en demanda la cause. Parmi eux, il y avait un vieil homme de belle apparence, avec une grande barbe. Il répondit : Noble chevalier, nous sommes de la cité à demi lieue d’ici, chassés de nos maisons et de nos héritages par notre roi qui est le plus tyran du monde. Il nous prend nos femmes et nos filles et en fait à son plaisir. Si elles refusent, il les fait mettre en prison par ses sergents et les fait battre et tourmenter. Et si nous disons que c’est mal fait, il prend notre bien et nous menace de nous faire battre et tuer. Aussi avons-nous fui dans ce bois où vous nous voyez.

Alors Regnaut les quitta en disant notre Dieu vous aidera.

Regnaut occit un roi tyran

Regnaut et ses compagnons arrivèrent en la cité au soleil couchant et se logèrent en une hôtellerie tenue par un homme de bien. Pendant qu’ils soupaient, Olivier demanda qui était leur roi. Sire, dit l’hôte, notre roi ne croit ni en Jésus ni en Mahom et ne respecte aucune loi. C’est le plus grand tyran du monde. Il y a deux jours il fit prendre ma fille de quatorze ans, il la tient en prison et la fait battre et tourmenter pour qu’elle consente à sa déloyale volonté. Avec elle, il y a plusieurs autres filles de bonne maison, et aussi des jeunes femmes mariées, car il ne fait pas de difficulté d’avoir affaire à la mère et à la fille, ou aux deux sœurs, tout lui est un. Cet homme est voué au mal.

— Mon hôte, dit Regnaut, réconfortez-vous, il sera bientôt puni et votre fille vous sera rendue.

L’hôte fut bien joyeux et s’efforça de leur faire bonne chère. Puis ils allèrent se coucher. Au matin, Regnaut et ses compagnons, s’étant fait armer, allèrent au palais où était le roi avec un tas de ses gens qui ne valaient pas mieux que lui. Ils passèrent près de la prison où étaient les femmes. Je m’étonne, dit Olivier, que Dieu laisse vivre un si méchant homme.

Quand ils furent en la salle, ils marchèrent jusqu’au roi sans le saluer. Il en eut grand dépit et dit : Qui sont ces gens qui entrent dans mon palais sans ma permission et sans me saluer, moi qui suis roi de ce pays ?

Alors Regnaut : Tu sauras bientôt qui nous sommes, mauvais tyran démesuré. Je m’étonne de voir un homme aussi plein d’iniquité que toi. L’air est infecté de tes tyrannies. Tu es un adultère, agresseur de filles vierges, destructeur de pauvres gens. Sache que la clameur de tes grands et horribles péchés est venue jusqu’au ciel qui m’envoie te punir de tes démérites et venger le pauvre peuple des excès et tyrannies que tu lui fais tous les jours.

Tout le monde écoutait Regnaut sans rien dire car la plupart auraient bien voulu être débarrassés du roi. Regnaut continua : Tu n’es pas digne de la couronne que tu portes sur ta tête, tu mérites la mort la plus cruelle qu’un homme puisse avoir. Penses-tu qu’il n’y a pas de Justice pour te punir, toi qui veux vivre sans Loi ni raison, comme une bête ? À cette heure, la vengeance par moi sera faite.

Le tyran, entendant Regnaut parler si hardiment sans que ses gens ne fissent rien, ne sut que répondre. Alors Regnaut vint à lui, lui ôta sa couronne, le dévêtit des habillements royaux, puis le prit à bras le corps sans résistance, le porta à une fenêtre et le jeta en bas. Ainsi il finit sa misérable vie qui trop avait duré.

Quand les seigneurs du roi s’aperçurent qu’il était mort, ils furent épouvantés, disant : Ce chevalier est envoyé par Dieu pour punir notre maître. Ils gagnèrent les escaliers et s’enfuirent de la cité. Regnaut en arrêta un auquel il demanda les clefs des prisons des Damoiselles. Regnaut les prit et alla ouvrir les portes, disant : Mes Dames, vous pouvez aller en vos maisons, le roi tyran qui vous tenait ici est mort misérablement.

Voyant qu’elles étaient libres, elles se mirent à genoux pour remercier Regnaut de les avoir délivrées de celui qui voulait les violer par force. Elles étaient nombreuses. Les unes retournèrent en l’hôtel de leur père, les autres vers leur mari. Ainsi la cité apprit qu’un Chevalier avait fait mourir leur tyran, par quoi tous menaient grande joie. Ils s’assemblèrent sur la place pour délibérer de la façon dont ils pourraient récompenser le chevalier qui les avait délivrés.

Regnaut quitta le palais et, avec ses compagnons, se dirigea vers le lieu de l’assemblée. Tous lui firent révérence et honneur, comme à un homme envoyé des Dieux. Regnaut se mit au milieu d’eux et leur dit : Messeigneurs, vous croyez que j’ai été envoyé par votre Dieu Mahom pour vous délivrer. Je veux que vous sachiez que Mahom et les autres Dieux auxquels vous croyez n’en avaient pas la puissance. C’est notre Dieu Jésus, créateur du ciel et de la terre et de toutes les créatures, qui est Dieu des Dieux et Roi des Rois… Lui qui est tout bon ne voulut pas que vous fussiez damnés. Il vous a envoyé ce tyran pour vous punir d’adorer les idoles qui vous menaient à la damnation. Et, pour vous ôter de cette folle erreur et vous affranchir de l’esclavage de votre roi, mon Dieu Jésus par sa grande miséricorde m’a envoyé. Par quoi je vous conseille d’abandonner votre fausse loi et de prendre celle du bon Jésus. Ainsi vous échapperez aux peines d’Enfer. Je vous conseille de vous faire baptiser plutôt aujourd’hui que demain.

Après les paroles de Regnaut, par l’inspiration du Saint Esprit, tout le peuple se mit à crier à haute voix : Loué soit ce Dieu qui nous a envoyé celui par qui nous sommes délivrés. Nous voulons croire au Dieu tout puissant qui voulut mourir en Croix pour sauver ceux qui croiront en lui. Par quoi nous te prions de nous baptiser aussitôt.

Les Barons de France se réjouirent. Ils firent faire des églises et venir de bons pères ermites qui étaient dans les déserts alentour : ils bénirent et baptisèrent tous ceux qui étaient en la cité.

Ceux qui avaient fui, apprenant que le roi était mort, revinrent et, comme les autres, se firent chrétiens et, à leur suite, tous ceux du royaume qui était grand et comptait plusieurs cités et beaucoup de châteaux.

Si nos barons regrettaient de tarder à libérer le noble Roland, ils considéraient que c’était une œuvre grandement méritoire de ramener tous ces Païens à la foi chrétienne.

Dès que tout le pays fut bon chrétien, Regnaut fit venir les Grands et leur demanda s’ils avaient assez de gens d’armes et combien ils pouvaient en payer. Un des premiers Princes, nommé Baland, dit que, en cas de nécessité, ils pouvaient en avoir quarante mille. Regnaut leur demanda de faire en sorte que, dans quinze jours, il ait trente mille combattants pour aller faire la guerre à l’Amiral de Perse qui tenait son cousin en prison, à tort et sans cause.

Quand la nouvelle se répandit que le comte Regnaut voulait les mener à la guerre, tous furent contents. Pendant qu’on assemblait les gens, Regnaut envoya un messager au roi Marcille et à sa fille Lucienne les prier d’envoyer des gens.

Marcille dit qu’il enverrait vingt mille hommes bons à la guerre. Et Lucienne décida de les conduire car elle désirait voir les prouesses de Regnaut et de ses compagnons. Le roi Marcille accepta volontiers que Lucienne allât à la guerre avec les Français. Elle en fut joyeuse, étant fort amoureuse du comte Regnaut. Aussitôt le roi fit assembler ses gens d’armes dont la belle Lucienne prit le commandement.

Lucienne se mit en chemin. Conduite par le messager de Regnaut, en peu de jours, elle rejoignit les Barons. Regnaut, bien content, lui dit : Madamoiselle, nous remercions bien le roi votre père du beau secours qu’il nous envoie et aussi vous, de la peine que vous avez prise car un moindre capitaine aurait suffi.

— Mon ami, dit Lucienne, je vous aime tant qu’il n’est si grande chose que je ne fisse pour vous complaire.

— Ma Damoiselle, dit Regnaut, je vous remercie de bon cœur autant qu’il m’est possible.

Alors elle lui donna un pavillon le plus beau qui fut au monde : il était fait d’un drap d’or et de soie et y était dessiné de fort belles histoires. Au-dessus était une belle pomme d’or garnie de pierres précieuses. Le pavillon fut déployé et tendu. Chacun s’émerveillait de sa beauté et de sa richesse. Regnaut dit à Lucienne : Ma Damoiselle, c’est un présent digne d’un roi ou d’un grand prince, je vous en serai redevable tous les jours de ma vie et vous remercie mille fois. Je le garderai tant que je vivrai.

Pendant que l’on s’occupait du pavillon, arrivèrent deux géants du pays, nouvellement convertis à la foi chrétienne. L’un avait nom Courant, l’autre Dragant. Ce Dragant aimait beaucoup le roi que Regnaut avait tué. Quand il vit le comte, tout son sang remua et il ne put s’empêcher de dire qu’on avait fait mourir son roi sans raison. Mais pour l’amour de la foi chrétienne que j’ai prise, je le souffrirai patiemment pour le moment. Regnaut s’irrita : Si tu as quelque chose sur le cœur, dis-le. Tu sembles croire à Notre Seigneur Jésus autant que Mahom y croit, car en toi n’y a une foi ni une loi. Par quoi, tu peux retourner chez toi, tu ne viendras pas avec moi.

Quand le géant entendit Regnaut, la colère lui monta. Il lui dit farouchement : Homme, tu parles bien haut. Si je mets la main sur toi, tu verras à qui tu parles. Je vengerai la mort de mon roi que tu as occis par trahison.

— Ah, dit Regnaut, je te montrerai si je suis traître.

Alors, tirant l’épée, il la passa à travers le ventre du géant si bien qu’elle sortit de l’autre côté et qu’il tomba tout raide sur le pavé. Après, Regnaut appela un des princes du pays nommé Baland qui était sage et de bon conseil. Il lui dit je veux que vous veniez avec nous et commandiez les gens de ce pays. Baland répondit qu’il était prêt.

On fit crier par toute la cité que tous les gens d’armes fussent prêts à partir le lendemain et chacun fit diligence pour se mettre en bon équipage.

L’Amiral de Perse assiégé par Regnaut

Les Chrétiens, conduits par Baland, Olivier et Richard, faisaient l’avant-garde. Suivaient Lucienne et ses gens. Regnaut lui tenait compagnie et ils s’entraimaient.

Ils se trouvèrent bien soixante mille, tant à pied qu’à cheval. En peu de jours, ils eurent assiégé l’Amiral qui fut tout épouvanté, ainsi que sa fille Rosemonde et son fils Copart. Regnaut envoya un héraut à l’Amiral.

Le Héraut, entré dans la cité, fut conduit à l’Amiral et lui dit sans saluer : Amiral, le seigneur de cette grande armée que tu peux voir, te mande de te rendre à sa merci pour le tort que tu lui as fait, ou de combattre contre lui corps à corps pour prouver ta trahison. Si tu n’es pas assez hardi, envoie-lui un de tes chevaliers, il sera bien reçu. Autrement, sois assuré que la ville subira le plus violent assaut dont on a jamais entendu parler.

L’Amiral répondit : Je ne sais qui est ton maître, il parle bien fièrement. Et toi, tu es bien hardi et outrecuidant ; si tu n’étais messager, je te ferais mourir de malheureuse et mauvaise mort. Par quoi pense à partir vite.

— Ô Amiral, dit le héraut, si tu es troublé d’entendre les paroles de mon maître qui est le plus puissant chevalier du monde, que sera-ce quand tu le verras tout armé devant toi pour te punir ?

L’Amiral voulait le faire pendre mais sa fille Rosemonde objecta que ce serait grande lâcheté de molester un messager. Le héraut partit dire à Regnaut qu’aucun chevalier ne se présentait pour combattre contre lui et que l’Amiral était perplexe.

Quand Rosemonde vit son père inquiet de trouver un chevalier, elle lui dit : Mon père, il y a un chevalier qui fera bien la bataille. Sachez que celui qui est en vos prisons est Roland, le neveu de Charlemagne dont la renommée est si grande. Je crois que, si je l’en prie, il ne refusera pas car il m’a promis de faire tout ce que je lui demanderai. Depuis qu’il est en prison, j’ai eu pitié de lui et lui ai donné plusieurs fois ce dont il avait besoin car on ne doit pas laisser mourir de faim un tel chevalier.

L’Amiral tout joyeux dit : Va savoir s’il veut bien, mais il devra me jurer que, après la bataille, il reviendra ici et ira en prison chaque fois qu’il en sera requis. Si je le délivrais, le Soudan le saurait. Il me ferait la guerre, et je serais pis que devant.

Rosemonde alla en prison, salua Roland et lui dit : Mon ami, pour tous les plaisirs que je t’ai faits et que j’ai l’intention de te faire, je te prie de m’en faire un. Il y a une armée qui fait le siège de la ville. Ils demandent bataille d’un chevalier corps à corps. Je te fournirai un bon destrier couvert de fer et te donnerai de bonnes armes.

— Vous m’avez fait beaucoup de plaisirs, je serais ingrat de refuser. J’aime mieux mourir en bataille que de rester en prison.

— Il faut, noble baron que vous promettiez de revenir après la bataille.

— Je vous le promets.

La damoiselle fit apprêter le meilleur cheval, Roland fut mis hors de prison et l’Amiral l’embrassa en s’excusant de l’outrage qu’il lui avait fait, contraint par la crainte du Soudan qui autrement l’eût détruit, lui et tout le pays. Roland lui dit : Ce qui est fait ne peut plus aller autrement. Pour l’amour de votre fille qui m’a fait tant de bien, je ferai la bataille, fussent-ils six.

Roland ne savait pas qu’il combattrait celui qui était parti de France pour le délivrer. Regnaut et ses compagnons ne se faisaient pas connaître, pour qu’on les crût sarrasins : ils craignaient que, s’ils demandaient Roland, l’Amiral le fasse mourir.

La belle Rosemonde fit apporter une bonne armure et, de ses propres mains, elle aida à armer Roland. Il descendit en la cour, trouva son cheval et monta dessus. Rosemonde aussi fut armée et monta à cheval pour lui tenir compagnie avec trois cents hommes. Ils prirent congé et sortirent de la cité pour aller à l’armée des Chrétiens.

Lorsque Regnaut vit sortir tant de gens de la cité, il demanda ses armes. Lucienne aida à l’armer et lui donna le grand cheval qu’il avait conquis près de Saragosse. Regnaut monta dessus et Lucienne, avec plusieurs barons, allèrent avec lui pour voir la bataille.

Regnaut approcha du lieu où Roland l’attendait et dit : Chevalier, es-tu venu faire la bataille que j’ai demandée à l’Amiral ?

— Je ne suis venu pour autre chose, dit Roland.

Comme ils étaient échauffés ils ne reconnurent pas leur voix. Ils s’éloignèrent, piquèrent les chevaux et se heurtèrent des lances qui tombèrent en morceaux. Ni l’un ni l’autre ne bougea de sa selle, ce dont tous furent émerveillés à cause du grand coup qu’ils s’étaient donné. Après, ils mirent la main aux épées et, là, commença une dure bataille. Le géant Courant qui était venu avec Regnaut était si impressionné qu’il se tenait tout droit sans bouger plus qu’une pierre. Et la damoiselle Lucienne disait qu’elle n’eût jamais pensé qu’en toute la terre des Sarrasins, il se trouvât un aussi vaillant chevalier que celui qui combattait contre le sien. Et Rosemonde disait la même chose de l’autre.

Quand les deux barons virent qu’aucun n’avait l’avantage, ils furent aussi courroucés que surpris. Regnaut donna un tel coup sur le heaume de Roland qu’il lui fit baisser la tête sur le cou du cheval. Roland en eut grand déplaisir et se dit qu’il mourrait ou se vengerait. Levant Durandal, il donna sur la tête de Regnaut. Le coup glissa sur le cou du cheval et le trancha en deux morceaux. Regnaut et le cheval tombèrent. Quand Regnaut se vit à terre, il fut enragé et dit : Homme, tu es bien lâche d’occire mon cheval par trahison.

— Je jure, dit Roland, que je ne l’ai pas voulu mais, avant que le soleil soit caché, je te ferai dédire du mot car jamais je ne commis trahison. Par quoi défends-toi.

Lors, puisque son adversaire était démonté, Roland mit aussi pied à terre. Il alla sur Regnaut et leva son épée. Regnaut vit venir le coup et le para de la sienne car leurs écus étaient tout en morceaux. Le coup fut si fort que l’épée de Regnaut tomba à terre à ses pieds. Roland lui dit : Homme, si je fusse traître comme tu dis, je te frapperais maintenant que tu n’as de quoi te défendre. Mais prends ton épée.

Regnaut vit que son ennemi était courtois. La bataille dura tant que le soleil s’alla coucher. Alors Rosemonde eut pitié des deux vaillants chevaliers et leur dit : Je vous prie d’arrêter, le soleil est bien bas et la nuit proche ; une autre fois, vous reviendrez à la bataille.

Les chevaliers obtempérèrent. Regnaut retourna avec Lucienne en son pavillon, se fit désarmer pour se reposer et dit à Baland : Je ne sais qui est ce chevalier, c’est le meilleur qui soit en Turquie. J’ai autrefois combattu contre Roland, il ne me donna pas tant de mal.

Roland retourna en la cité avec Rosemonde qui, en le désarmant, disait à son père : Je ne pensais pas qu’en ma vie je verrais deux chevaliers aussi vaillants. Leur combat ne semblait pas chose humaine.

Aussitôt désarmé, Roland retourna en prison et Rosemonde l’alla voir. Elle lui dit : Mon doux ami, je sais bien maintenant que vous êtes Roland car je vous ai vu faire des choses que nul autre ne saurait faire. Elle lui fit apporter à manger et il alla se reposer car il en avait grand besoin.

Le lendemain, Courant, le géant de Regnaut, se fit armer et dit qu’il voulait combattre le chevalier. Il prit cinq cents hommes avec lui et quand il fut devant les murs, il cria : Amiral, je n’ai nulle trêve avec toi, ni nulle amitié. Viens combattre contre moi ou envoie tes gens : il ne saurait en venir tant que je ne les taille en pièces.

Ceux de la cité sortirent à sept ou huit cents et furent aussitôt massacrés. Le géant faisait comme un loup avec un parc de brebis.

Alors Rosemonde alla à la prison et dit à Roland : Mon ami, je retourne à toi car nous avons besoin de ta valeur plus que jamais. Il y a un géant qui met à mort nos gens autant qu’il peut en trouver. Il ne craint personne. Par quoi, je te prie de nous en délivrer.

— Quoique je ne sois pas tenu de faire plaisir à ton père, il n’est chose que tu demandes que je ne fasse. Fais-moi donner mes armes et mon cheval.

La dame fit ainsi et lui donna mille hommes pour l’accompagner. Son frère Copart qui était agréable à tous et bon chevalier lui fit aussi compagnie. Ils sortirent et à la porte trouvèrent le géant. Copart dit à Roland je vous prie sire chevalier de me laisser la première bataille. Alors il jouta contre le géant qui fut plus fort que lui et Copart tomba. Il fut pris par le géant qui le mena en ses tentes et revint à la bataille. Il dit à Roland je ne sais qui tu es mais j’ai l’intention de faire de toi comme de ton compagnon. Alors Roland s’éloigna, ils vinrent l’un contre l’autre et Roland lui mit la lance en travers du corps, tant qu’il tomba mort par terre. Regnaut fut mécontent et jura qu’il vengerait son géant.

Copart avait été pris mais, quand Regnaut sut qu’il était le fils de l’Amiral, il le laissa aller où il voulait dans le camp. Ainsi Copart apprit que le chef de l’armée était Regnaut de Montauban, cousin de Roland, contre lequel il avait combattu. Copart se dit qu’il ferait la paix, qu’il deviendrait chrétien et qu’il irait avec ces bons chevaliers français. Il prit Regnaut à part et lui dit : Sire chevalier, je sais que vous êtes Regnaut de Montauban dont la renommée est répandue par toutes les régions de la Terre ; vous êtes venu délivrer votre cousin Roland ; mon père le tient en prison depuis longtemps sans savoir qui il est. Si ma sœur n’avait pas mis toute son amour en lui, il serait mort de mal aise en prison. C’est elle qui fit délivrer Thierry pour vous chercher. L’Amiral mon père a fait sortir Roland de prison pour faire la bataille contre vous.

Quand Regnaut entendit Copart il fut bien joyeux et dit : Je ne suis pas surpris que ce fût mon cousin Roland et pas un autre. Pas un homme dans la terre des Sarrasins n’eût pu me donner tant d’affaire !

— Si vous voulez me croire, dit Copart, je vous aiderai à le délivrer et à prendre la cité, car il y a longtemps que ma sœur et moi voulons nous faire chrétiens. Je vous ferai ouvrir une porte, vous entrerez et serez maître de la cité.

Regnaut embrassa Copart en lui disant : Mon ami, si vous faites ainsi, je vous jure que vous et votre sœur resterez maîtres et seigneurs de ce pays. Je ne suis pas venu acquérir royaumes, juste délivrer le Comte Roland. Par quoi, allez dans la cité avertir Roland et votre sœur.

Alors Copart vint en la cité. L’Amiral lui dit comment t’es-tu échappé ? et l’accueillit chaleureusement, ignorant l’entreprise brassée contre lui par son propre fils. Que le fils trahisse son père, est contre nature, mais, ici, cela se faisait par permission divine car Dieu savait que l’Amiral, obstiné en sa Loi, ne se ferait jamais chrétien. Après avoir parlé à son père, Copart alla à sa sœur et ils gagnèrent la prison pour tout raconter à Roland. Il fut bien étonné d’avoir combattu contre Regnaut sans le deviner et dit : Ha ! Mon cousin ! J’étais hors de sens pour ne pas vous reconnaître aux grands coups que vous donniez ! Je suis bien malheureux de vous avoir combattu ! Vous avez laissé votre pays et vos amis pour me secourir, je vous en ai fait petite récompense mais, dès que je vous verrai, je vous ferai l’amende.

Quand Rosemonde lui eut parlé de l’entreprise de Regnaut et Copart, il en fut joyeux et dit : Ma douce damoiselle, vous avez fait pour moi ce que personne ne pourrait faire, par quoi je vous fais dame et maîtresse de moi et de tout mon pouvoir.

Alors Rosemonde dit : Écrivez une lettre à Regnaut pour que, tantôt après la nuit, il vienne tout armé avec ses gens, il trouvera la porte ouverte.

Roland fit la lettre. Rosemonde l’envoya à Regnaut qui paya bien le messager et fit apprêter ses gens.

À la nuit, Rosemonde mit Roland hors de prison, le fit armer et, à l’heure dite, Copart alla ouvrir la porte. Regnaut et ses gens entrèrent en criant à mort ! à mort ! à mort ! tuez tout sauf les femmes et les petits enfants ! L’Amiral, entendant la noise, demanda ce que c’était. On lui dit que l’ennemi était entré en ville et mettait tout à mort. L’Amiral se fit armer, alla là où il entendait le plus grand bruit et vit le comte Olivier qui occisait ses gens comme bêtes. Il tira son épée, lui donna un tel coup sur son heaume qu’il l’étourdit et dit Mahom soit maudit de faire mourir mes gens ! Olivier comprit que c’était l’Amiral et le frappa si fort sur la tête qu’il le fendit jusqu’aux dents et il tomba mort.

Le bruit et le trouble furent grands jusqu’au jour. Rosemonde dit à Regnaut : Je vous prie sire chevalier de mettre fin à cette guerre sans plus faire mourir le peuple. J’ai bon espoir que la plupart se feront baptiser et vous soutiendront.

Alors Regnaut fit crier que chacun cessât la guerre, qu’ils se logeassent au mieux qu’ils pourraient et que ceux qui ne trouveraient pas de place retournent au camp. Regnaut prit Copart par la main, Roland prit celle de Rosemonde et ils allèrent au palais. Regnaut fit venir les plus grands du pays et leur dit que ceux qui voudraient se faire baptiser, on leur laisserait leurs biens sans rien leur ôter et que Copart et sa sœur seraient rois du pays.

Par quoi, la plupart se firent baptiser et crurent en Jésus-Christ. Nos gens se reposèrent un moment en Perse, menant joyeuse vie. Regnaut et Roland firent enterrer le corps de l’Amiral en lui rendant les honneurs dus à un roi.

Nous laisserons les Barons qui sont en Perse et parlerons du Soudan de Babylone.

Le Soudan de Babylone les attaque

Apprenant que l’Amiral était mort et que des étrangers s’étaient emparés de la seigneurie qui lui appartenait comme souverain, le Soudan assembla une grande armée pour venir en Perse.

Une fois arrivé, il appela un sien vieux chevalier, bien emparlé, pour sommer les Chrétiens de lui livrer la ville et tout le pays puisque, le roi étant mort, la seigneurie lui revenait. L’ambassadeur entra en la cité, les portiers le conduisirent au palais où il trouva les barons assemblés en la salle pour l’écouter : Le haut Dieu Mahom, son compagnon Tarvagant, puissent-ils conserver toujours hautesse et honneur à mon seigneur le Grand Soudan, à sa noble fille Anthée et à tous ceux qui les aiment et servent ! Qu’ils anéantissent ceux qui croient en Jésus-Christ, et particulièrement ce vieillard Charlemagne, son neveu Roland, Regnaut et tous ceux contraires à notre Loi ! Le Soudan vous mande de lui livrer ce pays que vous tenez sans titre. Autrement, il vous fera tous pendre au gibet comme larrons. Et la putain Rosemonde qui par sa luxure a délivré Roland et causé la mort de son père l’Amiral, il la fera brûler en un grand feu, avec ce mauvais traître Copart son frère. Tous ceux qui ne feront pas son commandement, le Soudan les fera mourir de mauvaise mort.

Le noble et vaillant Richard, entendant le Païen parler si vilainement, devant tous, le prit à bras le corps et le jeta par une fenêtre dans les fossés du château en lui disant va faire réponse à ton Soudan.

— Vous lui avez fait faire un grand saut ! dit Roland.

Le Soudan fut très mécontent. Il était accompagné d’une sienne fille, Anthée, fort belle et gracieuse quoique puissante aux armes. Elle avait entendu parler de la valeur de Regnaut, Roland et Olivier et avait grand désir de les voir.

Or vous savez que quand une femme veut faire quelque chose, elle ne regarde pas à la fin. Anthée, voyant le Soudan troublé par la mort de son ambassadeur, lui dit : Monseigneur, il faut dire que votre messager leur a parlé outrageusement, autrement, les Français ne l’eussent pas fait mourir. Par quoi, j’irai porter le message et bientôt vous saurez ce qu’ils ont à dire.

Le Soudan fut d’accord. Anthée se fit armer de l’armure la plus riche qu’on ait jamais vue : aucun acier ni tranchant ne pouvait l’entamer. Puis, elle monta sur un grand et puissant cheval, le meilleur coursier de toute la Turquie. Elle le chevauchait mieux que n’importe quel chevalier de l’armée de son père. Beaucoup de princes ou amiraux du Levant, d’Arabie, d’Égypte, de France et autres pays, l’avaient demandée en mariage à son père. Elle ne voulait prendre nul qui ne joutât contre elle et, si elle les abattait, elle les rejetait. Elle joutait si bien qu’elle les avait tous abattus, aussi forts qu’ils fussent, par quoi elle n’était pas mariée.

Une fois armée et montée, elle alla en la cité en une place devant le palais. Elle prit une lance, élança son cheval et rompit la lance en terre, si bien que les morceaux volèrent en l’air si haut qu’on les perdit de vue. Chacun voyait que c’était une fille car ses cheveux ruisselaient par dessus l’armure jusqu’à la croupe du cheval, aussi brillants que fin or.

Nos barons étaient aux fenêtres avec Rosemonde et Lucienne. Quand ils virent la démonstration de la Demoiselle, et qu’elle chevauchait si bien un cheval aussi grand et puissant, ils furent tous émerveillés. Olivier dit je ne connais pas de chevalier qui manie mieux un cheval que cette damoiselle. Je ne sais qui elle est mais elle est digne de louange.

— Je pense, dit Rosemonde, qu’elle est Anthée, la fille du Soudan. Elle a la réputation de mieux courir la lance que n’importe quel chevalier.

Alors, Anthée mit pied à terre pour monter au palais. Nos barons et les Damoiselles allèrent au-devant. Elle les salua courtoisement. Tous lui rendirent son salut, la menèrent en la grand salle et la firent assoir assez haut. Elle choisit ses mots : Que le Dieu tout-puissant qui a créé le Ciel et la Terre et tout ce qui est dessus et gouverne toutes choses, veuille garder et défendre de tout mal mon père le Soudan de Babylone, et aussi tous les nobles Barons et Damoiselles qui sont ici, et tous les bienveillants.

Mon père le Soudan ne m’a pas envoyée pour demander guerre et dissension mais pour défendre son droit et sa juridiction. Vous savez bien que tout le pays de Babylone, de Syrie, de Perse, tous les royaumes et cités qui sont au Levant, relèvent de sa seigneurie. Par quoi, l’Amiral étant mort, ses pays doivent retourner à mon père comme souverain. Aussi vous somme-t-il de lui livrer cette cité et les autres. Si vous le faites, vous pourrez retourner en vos pays sans empêchement. Si vous ne voulez pas, soyez assurés que vous aurez guerre forte et âpre.

Puis elle ajouta : Je suis étonnée que vous ayez fait mourir l’ambassadeur de monseigneur mon père car vous savez qu’aucun mal ne doit être fait aux messagers.

— Vous dites vrai, dit Regnaut, mais à condition que le messager n’en dise pas plus qu’il n’en a la charge. Je suis certain qu’il n’avait pas la charge de blasphémer notre Dieu Jésus. Il pouvait faire son ambassade sans parler si vilainement.

— Je ne sais, dit la Damoiselle qui a le droit ou tort. Mais dites-moi si vous êtes le comte Regnaut de Montauban dont la renommée est si grande par toutes les parties du monde.

— Damoiselle, sachez que je suis Regnaut et nul autre.

Elle dit : Puisque tu es si puissant, je fais une proposition que tu ne refuseras pas : que nous combattions, toi et moi, à la lance et à l’épée. Si tu peux me vaincre, mon père lèvera le siège et retournera en son pays ; si je peux te vaincre, vous retournerez en France. Par ce moyen, il n’y aura pas grande effusion de sang.

Pendant qu’Anthée parlait, Regnaut la regardait. Il la vit si très-belle que sa beauté lui entra au cœur et qu’il en fut merveilleusement amoureux. Il lui dit : Damoiselle, votre requête est raisonnable et ne sera pas refusée. Je vous prie de demeurer ici avec nous aujourd’hui ; demain vous me trouverez prêt à faire bataille.

Anthée fut contente de rester car elle avait déjà mis son amour en Regnaut, au point qu’elle ne pouvait se lasser de le regarder. Regnaut dit à Olivier : Mon cousin, prenez la peine de faire préparer le banquet ! Qu’il soit le plus somptueux possible et que rien ne soit épargné ! Une autre fois, je ferai pareil pour l’amour de vous.

Le dîner fut fait en grande magnificence, avec une grande diversité de nourritures. Toutes les Dames de la Cité y étaient et il y eut grande abondance de mets, d’entremets et toutes sortes de vins. Après, il y eut tous les instruments de musique qu’on pouvait désirer et beaucoup de danses. Le jour passa en grande joie et liesse. Regnaut et Anthée repurent leurs yeux, se regardant l’un l’autre d’une amoureuse pensée. Comme le soleil commençait à baisser, la Damoiselle dit qu’il était temps pour elle de retourner au Soudan son père qui attendait la réponse de son ambassadeur. Elle assura Regnaut je ne faudrai point de me trouver demain matin sur les champs pour faire la bataille. Les danses finirent, la Damoiselle prit congé et monta sur son cheval. Regnaut la convoya jusqu’aux tentes du Soudan car il en était déjà si amoureux qu’il ne pouvait la quitter. Il prit congé à grand regret et s’en retourna, la larme à l’œil.

Le Soudan se réjouit de revoir Anthée car, comme elle ne revenait pas, il avait craint que les Français lui eussent fait outrage. Il approuva ce qu’elle avait dit et fait car il se fiait totalement à sa valeur.

Après que Regnaut eut pris congé d’Anthée, il retourna, tellement épris de l’amour d’elle que, dès qu’il l’eut perdue de vue, il perdit toute contenance et toute force. Arrivé au palais, il alla en sa chambre et se coucha sur un lit pour mieux cacher son mal. Quand il fut sur le lit il commença à penser : Ha ! Amour ! Vous m’avez bien trahi quand j’ai mis mon cœur en celle-ci ! Nous sommes de Loi et Nation contraires, par quoi je vois bien que je ne puis vivre plus longtemps. Sa grande beauté semble plus céleste qu’humaine. Jamais Venus la déesse d’amour ne fut si belle, ni Hélène la femme de Ménélas que Pâris ravit, par quoi Troye fut détruite. Jamais Pentalisée [Penthésilée] qui vint secourir les Troyens ne fut si puissante aux armes, pas plus que Méduse qui par sa beauté changeait les hommes en pierres. Hélas ! Anthée ! Pourquoi n’êtes-vous pas restée avec moi encore un peu ? Comment combattre contre vous quand vous m’avez déjà pris et me tenez en vos liens ? N’attendez pas que je sonne mon cor pour faire la bataille, je ne pourrais souffrir que vous eussiez aucun mal et, si je vous voyais une blessure, je mourrais de douleur. Si vous combattiez contre mon propre frère ou contre mon cousin Roland, je serais plutôt avec vous que contre vous car mon pauvre cœur ne pourrait supporter que vous eussiez aucun mal. Je ne sais que devenir, je suis le plus malheureux du monde d’être aussi fort amoureux de celle que je ne peux aimer. Il faudra que j’en meure.

Roland était à la porte de la chambre. Il écoutait ce que Regnaut disait et en était ébahi. Il entra et trouva Regnaut sur le lit, la couleur toute changée. Il lui dit mon cousin, je pense que vous avez perdu la raison de dire les paroles que j’ai entendues.

— Mon cousin, tenta de biaiser Regnaut, j’étais dans un songe extraordinaire : un grand lion m’assaillait et, avec mon épée Flamberge, je me défendais comme je pouvais quand vous m’avez éveillé. Peut-être que j’ai parlé en rêvant et c’est ce que vous avez entendu.

Ainsi Regnaut essayait de travestir les paroles qu’il avait dites pour que Roland ne s’aperçût pas de ses amours. Mais il y a trois choses qu’on ne peut cacher : la toux, la gale et l’amour. Regnaut avait tant parlé que Roland savait tout son secret, par quoi il lui dit : Ha ! Mon cousin ! Ne vous couvrez pas d’un songe ! J’ai bien entendu qu’amour vous tourmente à cause d’Anthée, la fille du Soudan. En peu d’heures, vous avez été attrapé. Avez-vous quitté la France pour être amoureux d’une Païenne contraire à notre Loi ? Ne craignez-vous point d’offenser Dieu ? Où est votre valeur ? À ce train, Anthée nous aura vite vaincus et nous aurons perdu le royaume de Perse qu’à grand peine nous avons conquis. Que dira Lucienne qui, avec tant de gens, est venue nous secourir ? Mon cousin, abandonnez cette folie, reprenez courage et apprêtez vos armes pour combattre Anthée. Si demain vous avez la victoire, nous aurons ce royaume sans souffrir.

— Mon cousin, dit Regnaut, je sais que vous avez raison, que mes paroles folles offensent Notre Seigneur et que nous sommes en danger de perdre ce royaume. Mais amour est une chose si sotte que les plus vaillants ne peuvent s’en défaire. Je veux bien m’armer, monter à cheval, porter ma lance et mon épée pour faire la bataille mais quoi ? comment pourrai-je combattre celle qui m’a déjà vaincu ? Je vous assure, mon cousin, que je ne suis plus moi-même, j’ai la pensée toute changée, je ne sais en quel monde ma raison est transportée. Si vous saviez en quel état je suis, vous auriez pitié de moi, par quoi je prie Notre Seigneur qu’il vous arrive de goûter les aiguillons de l’amour afin que vous puissiez m’excuser.

Quand Roland vit l’obstination de la folie de Regnaut, il le quitta sans plus rien dire et alla trouver Olivier et Richard. Il leur dit Regnaut est déjà tout armé, il attend Anthée pour faire la bataille dans un lit. Il leur expliqua l’état de Regnaut, ce dont ils furent désolés.

Messeigneurs, dit Roland, il faut penser à notre affaire. Il faut que demain nous sortions armés pour combattre Anthée et je veux être le premier à jouter contre elle. Si je l’abats, elle sera notre prisonnière et Regnaut l’aura à sa volonté. Si la fortune voulait qu’elle m’abatte, cela tournerait mal mais Dieu nous aidera auquel il nous faut recommander.

Olivier et Richard allèrent apprêter leurs armes et toute la nuit prièrent Notre Seigneur de les secourir.

Prouesses d’Anthée

Le lendemain matin, nos gens s’armèrent tous et sortirent de la cité. Quand ils furent au lieu de la bataille, Roland prit son cor et sonna si fort qu’Anthée l’entendit et fit apprêter ses armes, disant les Français trouveront que je suis paresseuse puisqu’ils doivent m’attendre.

Quand elle fut armée, elle monta à cheval. Elle salua courtoisement les barons et dit à Regnaut tu es venu me combattre, je suis prête et, si tu peux m’abattre, je tiendrai ce que je t’ai promis. Alors Regnaut s’éloigna, et elle aussi. Ils piquèrent les chevaux l’un contre l’autre et, quand Regnaut fut près de la fille, il laissa tomber sa lance à terre et tourna son écu sur son dos. Alors Anthée fit comme lui sans le frapper.

Roland et Olivier pensèrent enrager de douleur. Olivier dit : Je crois Regnaut que tu as perdu le sens, tu nous fais un grand déshonneur, je ne sais ce que tu as voulu faire. Anthée répondit : Mon ami, je vois bien que tu ne sais ce qu’est l’amour. Et puisque tu blâmes ainsi Regnaut, je veux jouter contre toi.

— Je le veux, dit Olivier.

Lors ils s’éloignèrent, Olivier brisa sa lance sur l’écu d’Anthée. Elle lui donna un tel coup qu’elle le mit à terre et il se rendit prisonnier. Anthée lui dit : Homme, allez en la tente de mon père vous constituer prisonnier. Richard dit à Olivier : Mon cousin, vous n’irez pas tout seul, je vous tiendrai compagnie. J’aime mieux être prisonnier avec vous que rester avec mon frère qui a perdu la raison. Quand Regnaut vit aller son frère, il se mit à rire, ce dont Roland fut courroucé : Fol enragé que tu es ! Tu es hors de sens ! Tu ris comme une bête au lieu de pleurer et gémir quand tu vois les deux chevaliers que tu dois le plus aimer prisonniers de leurs ennemis. Tout ceci nous vient par tes mauvais péchés et, si je ne savais que Dieu te punira, jamais je ne croirais en lui.

Regnaut était si égaré qu’il répondait à côté, sans comprendre la perte qu’il faisait avec Olivier et Richard en prison. Au lieu de les plaindre, il riait comme un insensé. Ce n’est pas le premier à qui l’amour a fait perdre la raison sans s’apercevoir du déshonneur.

Quand Anthée entendit que Roland blâmait Regnaut, elle lui dit toi qui reproches sa courtoisie à ce chevalier, oserais-tu jouter contre moi ?

Alors ils s’éloignèrent et piquèrent. Ils brisèrent leurs lances mais nul ne tomba, ce dont tous deux furent étonnés. La fille fut marrie de n’avoir fait tomber Roland car toujours elle avait mis son adversaire à terre. Et Roland avait grand honte de n’avoir pas abattu la pucelle. Ils mirent les mains aux épées et vinrent l’un sur l’autre, se donnant de grands coups. Roland avait beau frapper, en deux ans il n’aurait pas fait mal à la Damoiselle car, ainsi que je l’ai dit, son armure et son écu ne pouvaient être endommagés. Pourtant, Roland donnait des coups extraordinaires et, de l’autre côté, Anthée les rendait. Elle pensait on a raison de dire que Roland est l’un des meilleurs chevaliers du monde !

Regnaut regardait le combat. Il était si abusé qu’il aurait voulu qu’Anthée batte Roland, alors qu’elle était païenne, et lui son cousin chrétien. Par quoi on voit qu’amour est rage démesurée.

La bataille dura longtemps sans qu’aucun prenne l’avantage. Quand Roland frappait Anthée, Regnaut se sentait atteint au cœur. Venu délivrer Roland de la prison du roi de Perse, il souhaitait maintenant qu’il fût dans la prison d’Anthée plutôt qu’elle fût blessée. Voilà ce que fait la frénésie d’amour.

La bataille dura depuis le matin jusqu’à ce que le soleil se voulut coucher. Roland, fatigué, dit : Damoiselle, nous avons fait assez pour un jour, remettons la bataille car personne ne saurait juger lequel de nous deux a le dessus.

Anthée qui était fatiguée aussi fut d’accord. Ils mirent leur épée au fourreau et promirent que trois jours après ils viendraient achever la bataille. Anthée retourna au pavillon de son père le Soudan. Roland et Regnaut retournèrent en la cité.

Maintenant, nous les laisserons et parlerons du traître Ganelon.

Vous le savez bien, Ganelon ne faisait jamais que penser trahison. Après avoir été chassé de la cour par la réconciliation des Barons et de l’empereur, il alla tant par le monde qu’il arriva aux tentes du Soudan. Il le salua courtoisement, se fit connaître et lui dit qu’il avait été banni de la cour de Charlemagne à la requête de Regnaut de Montauban dont il aurait vengeance.

Le Soudan avait entendu parler de lui et de son habileté. Il pensa que, par ses ruses, il pourrait venir à bout de sa guerre et s’efforça de lui faire honneur. Il lui raconta ses affaires.

Ganelon fut bien content d’entendre qu’Olivier et Richard étaient prisonniers. Cela lui donna l’idée d’une perfidie. Il dit au Soudan : Je ne conseille pas que votre fille retourne combattre Roland car à la fin elle ne pourra durer contre lui et, s’il a victoire sur elle, il vous faudra rendre les prisonniers. Levez plutôt le siège, et retournez en Babylone avec les deux prisonniers. Regnaut et Roland viendront les délivrer. Comme ils ne pourront pas mener d’armée avec eux à cause du long chemin, ils seront seuls et vous pourrez les prendre et recouvrer ainsi ce pays.

Le Soudan fut d’accord. Au matin, l’armée retourna en Babylone.

Ce jour, Regnaut se leva tôt car amour ne le laissait pas dormir. Il vint à la fenêtre de sa chambre qui regardait vers l’armée du Soudan et, en la voyant partie, il perdit l’espoir de revoir celle où il avait mis toute sa pensée. Il s’en fâchait plus que de son frère Richard ou de son cousin Olivier. Il alla au lit de Roland et lui dit le Soudan a fait lever le siège et s’en est retourné.

Roland fut ennuyé : Maintenant, c’est encore pire qu’avant car je ne pourrai pas reprendre Olivier et Richard. Le Soudan les fera mourir et c’est tout par ta folie, pauvre malheureux. S’ils meurent, cela te sera reproché toute ta vie. Il faut y mettre bon ordre, donc ne plus être amoureux. Cette folie nous sera cher vendue. Plût à Dieu que tout le dommage tombât sur toi qui es cause de tout le mal.

Regnaut reconnut que Roland disait vrai et lui promit de faire ce qu’il voudrait. Ils décidèrent que Rosemonde serait mariée à Baland, le bon capitaine, et que, avec Copart, ils gouverneraient le royaume de Perse ; et que Lucienne avec son armée retournerait en Saragosse à son père Marcille. Ils la remercièrent grandement et elle prit congé d’eux. Ils firent le mariage de Rosemonde en grande solennité et leur donnèrent le pays en garde.

CHAPITRE II

REGNAUT COMBAT POUR ANTHÉE QUI LE COMBAT

Regnaut atteint Babylone. Anthée l’envoie combattre le Vieux de la Montagne comme prix de la libération de Richard et Olivier. Une fois Regnaut parti, le Soudan l’envoie assiéger Montauban.

Pendant ce temps, Roland à la recherche de Renaut rend sa fille au roi Constant. Celui-ci est invité par le Soudan à la grande fête de la pendaison des barons chrétiens.

Le jour de la pendaison, Roland et Constant d’une part, Regnaut et le Vieux d’autre part, attaquent le Soudan et libèrent les prisonniers. Ensuite, ils mettent le siège devant Babylone et la prennent grâce à Morgant, opportunément revenu.

Regnaut et Roland sont séparés

Ils partirent à la suite de l’armée du Soudan, emmenant avec eux l’écuyer Thierry. Ils s’égarèrent et entrèrent dans une terre toute dévastée, puis dans une grande forêt qui avait plus de dix lieues de long et quatre de large, au milieu de laquelle se tenaient cinq géants qui avaient détruit tout le pays. Ils avaient capturé une jeune damoiselle, la fille de Constant, roi de Bellemarine, qu’ils avaient dérobée près de sa cité et en avaient fait leur servante.

Nos Barons rencontrèrent un des géants qui s’approcha de Regnaut et lui dit : Homme, ton cheval est assez grand pour me porter. Tu seras mon valet et chemineras avec moi. Tu m’aideras à voler et piller le pays d’alentour car c’est de cela que je vis.

— Tu as choisi un vilain métier, par quoi je ne serai pas ton serviteur. Et ce cheval est trop cher pour toi.

Disant cela, il recula un peu et passa son épée à travers le corps du gréant qui tomba mort. Un autre géant arriva et donna à Roland un tel coup de massue qu’il le fit tomber à terre tout étourdi. Il l’eût occis si son heaume n’eût été si bon. Le géant attrapa Roland et l’emporta, mais Roland revint à lui, tira son épée et le tua.

Thierry l’avait suivi. Roland s’assit sur l’herbe, encore étourdi, et demanda à Thierry ce que faisait Regnaut : il combattait contre trois autres géants. J’irai l’aider, dit Roland mais je suis encore tout étourdi du coup, je n’ai pas mon cheval et ne sais comment j’irai à pied.

Regnaut combattait les géants qui lui livraient forte guerre mais le bon cheval Boyard le défendait des dents et des pieds. Il fit tant qu’il occit l’un des géants. N’en restait que deux. L’un dit : Je ne combattrai pas davantage ce chevalier, je ne sais s’il est chrétien ou païen mais il est preux, son cheval l’aide bien, nous ne pourrons rien obtenir de lui, laissons-le aller. Ils le laissèrent et Regnaut se mit dans la forêt pour chercher Roland qu’il ne trouva pas.

Galantin avait suivi son maître et, quand Roland cherchait Regnaut, il trouva son cheval ce dont il fut joyeux. Il monta dessus, parcourut la forêt, rencontra la damoiselle qui s’était enfuie pendant la bataille. Elle lui dit je vous prie que nous nous mettions en sûreté à cause des géants, il y en a encore deux. Roland était marri de ne pas trouver Regnaut. Il fit monter la damoiselle derrière son écuyer. Ils chevauchèrent toute la nuit et le jour suivant sans pouvoir sortir de la forêt, ce qui étonnait bien Roland. Il pria Notre Seigneur Dieu de lui venir en aide.

De son côté, Regnaut, après avoir quitté les géants, alla tout le jour par la forêt, cherchant Roland. La nuit, il coucha où il était, sans trouver à boire ni à manger. Boyard, lui, mangeait de l’herbe. Quand le jour vint, Regnaut se mit en chemin et, vers l’heure de tierce, sortit enfin de la forêt. Il trouva un pays habité : un berger gardait ses bêtes auprès d’une fontaine et se préparait à dîner. Regnaut qui avait bien faim descendit de cheval et le laissa paître, s’assit auprès du berger et mangea avec lui. Ensuite, il lui prit envie de dormir car sa nuit avait été mauvaise.

Alors le pasteur mit la bride à Boyard, monta dessus, alla à la ville voisine et vendit le cheval au seigneur. Toutefois, quand il voulut le montrer à celui qui l’avait acheté, Boyard le fit tomber et lui rompit les côtes. Le châtelain lui dit c’est pour ton péché car je vois bien que tu l’as volé à quelque chevalier ! mais je te paierai quand même et il lui donna cent ducats.

Regnaut s’éveilla et, ne voyant pas son cheval, il comprit que le berger l’avait emmené, ce dont il fut marri. Il se mit en chemin, tout seul et à pied, sans savoir où aller. Chacun peut deviner la tristesse qu’il avait au cœur. Il fit sa complainte : Mon cousin Roland avait raison de me dire que Dieu me punirait. Hélas ! je ne suis pas prêt de délivrer Olivier et Richard, maintenant que j’ai perdu Boyard le meilleur cheval du monde et que je chemine à pied comme un vaurien. Qui pis est, j’ai aussi perdu mon cousin Roland. Ha ! Fortune ! tu m’es bien contraire ! Il n’est pas possible de me rabaisser plus bas quand je vais à pied sans compagnie en pays étranger au milieu de mes ennemis sans savoir si Roland est mort. Hélas ! Anthée ! vous seriez bien ébahie de me voir en si pauvre état. Ha ! cousin Maugis et mes frères, Alard et Guichard, et vous, cousin Astolfe, vous seriez bien tristes si vous me voyiez ! Gardez Montauban pour vous car je crains de ne jamais revenir. Ha ! Méchant Ganelon à cause duquel je suis hors de la cour de Charles, vous êtes bien vengé de moi, mille fois vengé, car je suis le plus malheureux des malheureux.

Ainsi se plaignait Regnaut qui à la fin arriva par hasard près de la grande cité de Babylone. Il rencontra un homme à cheval qui en sortait auquel il demanda où il était. Le Païen qui était fier et hautain répondit : Tu portes des éperons sans avoir de cheval, il faut que tu les aies dérobés ou que tu aies joué ton cheval en chemin.

— J’ai assez de mal sans que tu m’en fasses davantage. Tu es bien méchant de refuser de me dire quelle est cette cité, je te paierai ton loyer.

Et il lui donna un si grand coup d’épée qu’il l’abattit mort. Il prit son cheval par le frein et l’emmena. Il trouva un autre homme à pied plus courtois que l’autre qui lui dit c’est la grande cité de Babylone où se tiennent le Soudan et sa fille Anthée, la plus belle et la plus puissante du monde.

Regnaut entendant parler d’Anthée, tout son sang remua dans son corps et il resta longtemps sans pouvoir parler. Le Païen lui dit vous semblez être un chevalier preux et hardi et il vous faut un serviteur, par quoi si vous voulez je serai à vous.

Regnaut dit je suis d’accord. Quel est ton nom ?

— J’ai nom Gautier.

— Alors, monte sur ce cheval, va en la cité et dis à Anthée que Regnaut de Montauban est près des murailles et l’attend pour faire la bataille promise.

Gautier monta sur le cheval et fit tant qu’il vit Anthée. Elle fut bien joyeuse et, apprenant que Regnaut était seul et à pied, elle se demanda ce qu’il avait fait de Boyard et de Roland. Aussitôt, elle alla en la prison où étaient Olivier et Richard auxquels elle dit : Messeigneurs, réjouissez-vous, Regnaut de Montauban est là dehors les murailles, venu vous délivrer. Ne craignez rien, pour l’amour de lui, je ferai que vous n’aurez aucun mal.

Naïve trahison d’Anthée

Anthée alla au Soudan son père et lui dit : Vous ne savez pas, Regnaut est là et me demande combat pour délivrer les prisonniers. Le Soudan, surpris, appela Ganelon qui pensa un moment et dit : Si vous voulez mon conseil, votre fille ne combattra pas Regnaut car elle n’aurait pas assez de puissance contre lui. Vous savez que le Vieux de la Montagne vous fait beaucoup d’ennuis ainsi qu’à vos gens. Mandez à Regnaut que s’il le combat et le vainc, vous lui livrerez les prisonniers sans autre bataille. Regnaut aime tant Olivier et son frère qu’aussitôt il ira et vous serez débarrassé de l’un ou de l’autre.

Le Soudan se dit à part soi tu es plein de grande trahison de chercher la mort de ce très noble et vaillant chevalier qui est de ta nation, de ta foi, de ta loi ! Mais, comme le conseil est bon, je le suivrai.

Il dit à sa fille de transmettre la proposition à Regnaut. Elle dit qu’elle était prête, prit ses plus beaux habillements, se para du mieux qu’elle put, monta sur son cheval sans être armée, prenant avec elle deux écuyers et deux damoiselles humblement habillées.

Quand Regnaut la vit venir aussi bien accoutrée, il sentit en son cœur un aiguillon d’amour qui lui piqua le sang dans le corps. Il était assis au pied d’un sycomore, son épée entre les bras. Il se leva. Quand elle fut près de lui, elle le salua courtoisement. Regnaut lui rendit son salut et lui raconta ce qui lui était arrivé. Puis il dit : Damoiselle, pourquoi êtes-vous sans armes ? Je suis venu combattre comme nous en étions convenus au pays de Perse. La pucelle lui répondit : Je n’ai pas apporté mes armes car je ne combattrai pas. Il faut que tu fasses une chose que le Soudan mon père te mande… et pour ce que tu as perdu ton cheval Boyard et que tu as peine à aller à pied, je te donne ce destrier qui est le meilleur cheval en la terre du Soudan.

— De votre cheval je vous remercie, je ne le prendrai pas car jamais ne monterai sur un autre que Boyard. Mais donnez-moi un homme qui me conduise au lieu où se tient ce Vieux auquel, même s’il a la tête en fer, je la lui fendrai pour l’amour de vous car vous êtes celle du monde à qui je veux faire tout plaisir.

— Je te prie de montrer ta grande puissance pour que tu recouvres tes parents lesquels, pendant que tu feras voyage, pour l’amour de toi, je ferai traiter du mieux que je pourrai.

Alors Regnaut prit congé de la Damoiselle et, avec le mamelouk qu’elle lui avait donné, se mit en chemin pour Aprecourt.

Anthée rentra en la cité et conta à son père que Regnaut était déjà parti. Le Soudan fut bien joyeux, mais Ganelon encore plus car il pensait être ainsi vengé de Regnaut et de ses parents. En réfléchissant, il pensa faire encore mieux et dit au Soudan : Si vous me croyez, je vous dirai comment cueillir la rose sans vous piquer. Maintenant, à Montauban il y a peu de gens. Assemblez une armée, et votre fille ira mettre le siège à Montauban et facilement pourra le gagner. Il ne faut pas craindre Charlemagne car il est tout seul à Paris et ses meilleurs chevaliers sont par deçà, par quoi votre fille ne trouvera pas de résistance et pourra conquérir tout le pays.

Ce conseil plut au Soudan qui dit à sa fille : Il faut que vous assembliez cinquante mille hommes d’armes des meilleurs et les conduisiez en France mettre le siège à Montauban.

Quand la fille entendit son père, elle fut troublée et dit : Comment faire ceci contre Regnaut qui est allé exposer sa vie contre votre ennemi ? Je lui ai promis que s’il est vainqueur je lui rendrai Olivier, Richard et le pays de Perse. Je serais blâmée d’avoir rompu ma foi et ma promesse.

— De cela ne vous souciez car il ne résistera pas au Vieux de la Montagne, par quoi il ne reviendra pas. Et si cependant c’était le cas je vous promets que je lui rendrai ce que vous avez promis.

La Damoiselle Anthée crut son père et lui obéit. En peu de jours, elle eut assemblé une grande armée et se mit en route pour Montauban. En allant, elle dit à l’un de ses capitaines : Si je peux prendre Montauban, ma renommée sera grande par toute la Turquie. Quand Regnaut et Roland qui finiront par se retrouver apprendront que j’ai mis mon armée devant Montauban ou que je l’ai pris, ils viendront au secours. Alors je m’éprouverai contre eux, par quoi ma renommée sera encore plus grande. Qu’ils me vainquent ne me sera pas déshonneur car ce sont les meilleurs chevaliers du monde.

Ainsi allait la damoiselle Anthée qui ne pensait qu’aux honneurs et à la louange du monde. Ganelon la conduisait. Elle l’aimait peu car elle le connaissait. Un jour qu’ils étaient ensemble, Ganelon lui dit : Je me réjouis que le traître Regnaut perde Montauban. Si vous voulez faire plaisir à votre père, vous ferez mourir de mauvaise mort ses frères, Alard, Guichard et son cousin Maugis.

Anthée répondit : Gannes, tu as un cœur faux et déloyal pour appeler traître Regnaut qui est le meilleur chevalier de toute la Chrétienté. Aie la sagesse de te taire.

Regnaut combat le Vieux de la Montagne

Regnaut et son mamelouk allèrent tant qu’ils arrivèrent en la forêt d’Aprecourt. Au fond d’une vallée sauvage, il y avait un château où se tenait le Vieux de la Montagne. Il était à la fenêtre et, quand il vit Regnaut, il cria qu’allez-vous chercher en ce pays sinon votre mort ? quelles gens êtes-vous ?

Regnaut lui répondit si tu es ennemi du Soudan je suis venu pour le venger.

— Je suis son ennemi mais il en est cause. Comme vous semblez un homme raisonnable, je vous dirai notre différent. J’ai été son ami toute ma vie jusqu’à ce que, une nuit, il rêve qu’une montagne lui tombait dessus et le fracassait. Comme je suis nommé le Vieux de la Montagne, il pensa que c’était moi et, depuis, il n’a cessé de me persécuter. Un jour il envoya sa fille me combattre mais elle retourna avec sa honte. Si tu es venu de par lui, attends que je prenne mes armes, tu ne seras pas refusé.

Le Vieux entra en son château, s’arma d’un cuir de serpent si dur qu’aucun fer ne pouvait le percer. Il mit sur sa tête un chapeau d’acier, prit une grosse massue au bout de laquelle il y avait trois chaînes avec à chacune une boule de fer fort pesante. Ainsi armé, il dit à Regnaut dis-moi si tu es chrétien ou païen, toi qui parles hardiment.

— Sache que je suis chrétien, ai nom Regnaut de Montauban et suis venu venger le Soudan de toi qui dit avoir vaincu Anthée. Pour l’amour d’elle je suis venu ici. Elle me donna cette masse que tu vois que je porte et, en remerciement, je lui ai promis de rapporter ta tête. Par quoi, pense à te défendre.

Quand le Vieux apprit qu’il allait combattre Regnaut dont il connaissait la renommée, il aurait préféré être ailleurs et, s’il n’eut craint le déshonneur, il se fût retiré en son château. Mais il répliqua tu es fou de dire que tu lui porteras ma tête car avant qu’il soit tard j’aurai tranché la tienne.

Alors Regnaut tira son épée pour donner au Vieux un grand coup sur son cuir de serpent, mais cela ne fit rien tant il était dur. Le Vieux se défendit avec sa massue à trois plombées qui faisait bien mal à Regnaut quand elle l’atteignait. Leur bataille dura bien une heure. Le Vieux frappa fort Regnaut sur son heaume, ce qui le mit à genoux. Regnaut en grande colère lui donna un revers sur la tête qui fit tomber son chapeau de fer. Le Vieux, tombé par terre, assommé, fut longtemps sans se relever. Regnaut lui monta sur le ventre, attendant qu’il revienne de sa pâmoison. Quand le Vieux se vit ainsi accommodé, il eut peur de mourir et dit noble baron, je me rends à toi, je ferai ce que tu commanderas et, si tu veux, j’irai avec toi et serai ton serviteur. Regnaut le laissa lever et lui dit je ne veux pas que tu sois mon serviteur mais mon compagnon. Je te prie aussi, si tu as quelque chose à manger, de nous en donner.

— Vous en aurez car le château et tout ce qui est dedans est à vous.

Alors le Vieux commanda à ses gens de se dépêcher de préparer à manger. Regnaut et son mamelouk dévorèrent car il y avait longtemps qu’ils en avaient besoin. Regnaut se reposa quelques jours à Aprecourt avec le Vieux de la Montagne qui lui faisait grand honneur.

Montauban assiégé par Anthée

Anthée, ayant mis le siège au plus près des murs de Montauban, envoya un héraut à Alard et Guichard. Le héraut leur dit : Anthée, fille du grand Soudan de Babylone, vous mande qu’elle est venue prendre vengeance de votre frère Regnaut qui a fait beaucoup d’outrages au Soudan et à ses gens. Apportez-lui les clefs de la ville et du château ou pensez à vous défendre.

Guichard répondit au messager : Je ne sais quel droit a votre Dame de nous assaillir mais je ne suis pas décidé à lui porter les clefs, sinon au bout d’une lance.

Le héraut retourna. La nuit, Guichard fit faire le guet sur les murs et, au matin, tous ceux de la ville furent armés. Guichard et Alard mirent leurs gens en ordre, sortirent de la ville et trouvèrent Anthée déjà armée sur son cheval. Quand elle les vit venir, elle dit voici des chevaliers beaux et nobles qui ressemblent bien à leur frère Regnaut. Elle s’approcha d’eux, les salua et demanda où étaient les clefs. Guichard répondit : Damoiselle, je voudrais savoir quel titre vous avez sur notre château dont vous voulez avoir les clefs. Je ne pense pas que nul des nôtres vous ait fait quelque tort.

— Chevalier, ce n’est pas pour cela mais parce que j’ai su que vous êtes si bons chevaliers que je suis venu m’éprouver contre vous aux armes.

— Damoiselle, puisque vous voulez combattre, vous ne serez pas refusée. Mais à la condition que si je peux vous abattre, vous et votre armée, retournerez en Babylone. Et si vous m’abattez, je vous livrerai la ville et le château.

Guichard et la Damoiselle s’éloignèrent, piquèrent et s’atteignirent avec force. Elle le heurta tellement qu’il fut forcé de vider les arçons et de tomber à terre. Elle lui dit vous êtes mon prisonnier.

Puis elle dit, je veux jouter contre Alard ton frère. Et elle fit d’Alard la même chose que de Guichard et les mena tous deux dans son pavillon.

Elle appela Ganelon : Voilà les deux frères prisonniers. Que me conseilles-tu ?

— Je te conseille de les faire pendre à un arbre aussitôt.

— Ha ! traître déloyal ! tu l’as plus mérité qu’eux, par quoi tu seras puni.

Elle commanda à quatre gros mamelouks de le dépouiller et de le battre jusqu’au sang avec de grands fouets. Ensuite, elle le mit en prison dans la plus forte tour de Montauban en attendant la venue de Regnaut qui en ferait justice.

Ganelon puni, elle dit aux deux frères : N’ayez crainte ! Ni par moi ni par mes gens ne vous sera fait déplaisir, pour l’amour de votre frère Regnaut qui m’eût bien abattue mais fut si courtois qu’il ne voulut pas jouter de peur de me faire mal. J’ai jouté contre Olivier et votre frère Richard et les ai abattus. Ils sont en Babylone chez mon père.

Quand les deux frères l’apprirent, ils se mirent à pleurer. La fille leur dit qu’ils ne resteraient plus longtemps en prison car, aussitôt que Roland aurait conquis le Vieux de la Montagne, le Soudan lui rendrait les prisonniers. Et aussitôt, je sais qu’il viendra ici.

Roland défend le roi Faucon

Vous vous souvenez que Roland était dans la forêt, avec son écuyer et la damoiselle qui avait échappé aux géants. Il cherchait Regnaut. Après un jour et une nuit, il fut bien triste de ne pas le trouver. Il se lamentait : Hélas ! Mon cousin, où êtes-vous ? Comment vous ai-je perdu ? Je sais bien que vous me cherchez d’un côté et moi de l’autre. Hélas ! Comte Olivier et vous Richard, vous resterez longtemps dans la prison du Soudan. Maudit soit l’amour qui se mit en Regnaut ! par lui nous avons tant de mal. Maudite soit Anthée qui est cause des amours de Regnaut ! Maudit soit le Soudan qui a si tôt levé le siège ! Maudit soit le traître Ganelon qui est cause que nous sommes hors de notre pays, tous égarés par les champs comme bêtes ! Que je suis malheureux !

Quand la damoiselle entendit Roland se plaindre elle lui dit ce n’est pas digne d’un Chevalier comme vous de se déconforter. Prenez courage et recommandez-vous à Dieu, il vous aidera.

— Je vous prie damoiselle, dit Roland, d’aller un peu devant avec Thierry et de me laisser seul.

La damoiselle et l’écuyer se mirent devant. Dès qu’ils se furent un peu éloignés, Roland descendit de son cheval, mit les genoux en terre et, joignant les mains, il fit son oraison à Dieu : Ô souverain Dieu tout-puissant, je te supplie de me sortir de cette forêt et de me mettre sur un chemin qui me conduise à Regnaut ; et qu’il te plaise de me faire savoir si je le retrouverai, si je reverrai le Comte Olivier et mon cousin Richard, s’ils sont vifs ou morts ; et aussi si je reverrai jamais mon oncle Charlemagne. Ha ! mon Dieu, je te prie qu’il te plaise d’exaucer ma prière car jamais je ne lèverai les genoux de terre sans savoir.

Aussitôt que Roland eut achevé, une voix tomba du Ciel : Roland, Dieu a exaucé ta requête. Il te mande que bientôt tu trouveras Regnaut et les prisonniers qui sont encore en vie et, avant peu de temps, tu seras avec ton oncle Charlemagne.

En même temps, il apparut une si grande clarté que Roland n’osait ouvrir les yeux. Puis la clarté et la voix disparurent. Roland rendit grâces, monta à cheval, et rejoignit la demoiselle et l’écuyer qui n’étaient pas loin.

Enfin ils sortirent de la forêt. Devant eux s’étendait une grande cité. Son roi païen était sage et s’appelait Faucon.

Roland et sa compagnie allèrent en une hôtellerie pour trouver à manger. Pendant que l’hôte aidait à désarmer Roland et Thierry et à héberger les chevaux, la damoiselle alla à la porte pour voir passer les gens comme font les filles. Passa un noble homme, accompagné d’autres. Quand il vit cette fille, belle et jeune, il voulut l’emmener par force, disant qu’il en aurait autant que les autres. La fille appela à l’aide. Thierry dit à l’homme qu’il agissait mal et que la fille n’était pas ce qu’il pensait. L’homme s’irrita de ses paroles et le frappa. Thierry tomba à terre tout étourdi. Roland sortit son épée et, voyant son écuyer à terre et la damoiselle enlevée de force, il alla au méchant et lui fendit la tête. C’était le neveu du roi.

Le bruit de sa mort se répandit aussitôt à travers la ville. Le roi sortit de son palais pour connaître la vérité de l’affaire. Il demanda à l’hôte qui avait été assez hardi pour occire son neveu. L’hôte répondit c’est un chevalier logé céans, mais votre neveu avait tort.

Roland s’avança, salua le roi et lui dit : Sire, quand vous entendrez la chose, vous verrez qu’il avait tort. Je conduis à son père cette damoiselle de sang royal. La fille était à la porte quand votre neveu la prit et voulut l’emmener, disant qu’il en ferait sa volonté et, comme elle ne voulait pas, il la tirait par les cheveux. Vous savez, sire, qu’on ne doit pas traiter ainsi une fille de roi. Et qui plus est, quand mon écuyer le reprit, il le battit. Sire, vous ne pouvez pas vouloir que de tels outrages se fassent en votre royaume.

Le roi répondit : Vous avez bien fait, il l’avait mérité. Je vous prie de venir vous reposer en mon palais, je vous recevrai bien.

Le roi commanda à son dépensier de payer l’hôte puis ils allèrent au palais où il fit grand honneur à Roland et à la damoiselle. Le roi resta quelques jours avec le roi Faucon dont la fille de quinze ans prenait plaisir à les servir et à deviser avec l’autre damoiselle. Un jour que Roland était avec le roi en la salle, entra un grand Païen, très hautain et laid. Sans saluer le roi, il dit : Le grand Dieu Mahom garde et sauve le roi Salincorne mon seigneur. Il te mande que le temps est venu, hâte toi d’envoyer ton tribut si tu ne veux pas encourir sa male grâce.

Le roi Faucon, fort ému, dit à sa fille j’aurais préféré que tu fusses morte dans le ventre de ta mère plutôt que de te perdre si mauvaisement et méchamment. Et il pleurait tendrement, ainsi que la reine, mère de la fille. Et tous ceux du palais aussi.

Roland demanda la cause de leur douleur. Je vous le dirai. Dans la mer de sable qui est près d’ici, y a une île [oasis] où habitent huit Païens grands et puissants qui ne prisent aucun homme, aussi puissant soit-il. Celui-ci est l’un d’eux. Voilà longtemps, ils sortirent et firent beaucoup de malheurs en ce pays sans que nous puissions l’empêcher car ils ont une grande multitude de gens aussi méchants qu’eux. Pour les mettre hors, nous appointâmes avec eux qu’ils auraient tous les ans une jeune fille. Ils en ont déjà eu plusieurs. Cette fois, le sort est tombé sur ma fille et je dois la donner. Je souffre d’abandonner ainsi ma fille à ces géants.

Roland dit au Païen : Toi et tes frères, vous dépassez les bornes en prenant ces jeunes filles pour les violer aussi vilainement. Vous n’en avez pas le droit, par quoi vous êtes dignes de mourir de mauvaise mort.

Le Païen lui dit de quoi te mêles-tu ? tu es bien outrecuidant et fou de parler ainsi. S’il me plaisait, je te jetterais par la fenêtre.

Alors Roland s’échauffa et dit au géant, qui était nommé Daubrin : Si tu es assez hardi, je te prouverai par le combat que le tribut que vous levez est à tort et sans raison. Et si tu es vaincu, jamais toi et les tiens ne pourrez rien demander au roi Faucon ni aux siens.

— Je suis d’accord, dit le Païen.

Roland se fit armer, sauta sur son cheval. Le Païen fit de même. Ils allèrent au lieu du combat, s’éloignèrent et piquèrent. Ils brisèrent leur lance mais aucun ne tomba. Le Païen tira un cimeterre qui bien tranchait, Roland mit la main à Durandal sa bonne épée. Ils vinrent l’un sur l’autre. Le Païen frappa sur l’écu et le mit en pièces. Roland lui donna un coup de revers qui, lui abattant trois dents, lui fit une grande douleur. Le sang lui descendait sur la poitrine, il dit je souffre trop, je me tiens pour vaincu, moi et mes frères ferons ce que je t’ai promis.

— Tu dois faire ainsi ! Tu t’en souviendras chaque fois que tu mangeras. Mais je ne te conseille pas de partir d’ici avant de t’être fait soigner.

Daubrin demeura quelques jours pour guérir, puis retourna en son pays raconter ce qui s’était passé. Le roi Salincorne se mit en colère : Je ne t’avais pas donné cette commission, tu devais seulement demander le tribut, non y renoncer. Par quoi, je ne tiendrai pas ta promesse. Je prendrai cinq cents hommes des plus puissants et j’irai chercher mon tribut. Et si je trouve celui qui est si bon arracheur de dents, je ne lui ôterai pas les dents, mais la tête.

Daubrin répondit je crains que si vous y allez, vous vous en trouviez marri. Vous faites mal de ne pas respecter ma promesse, nos Dieux en seront fâchés.

— Que Mahom et ses compagnons soient marris, je ne m’en soucie pas. J’irai en dépit d’eux, et tu viendras avec moi.

Quand les cinq cents hommes furent prêts, Salincorne partit, avec Daubrin. Il manda au roi Faucon de lui envoyer tribut et de supporter la punition de l’outrage de son frère Daubrin, sinon toute sa terre serait détruite.

Roland dit à Thierry de lui apporter ses armes : Si j’ai ôté les dents à Daubrin, j’ôterai les mâchoires à Salincorne.

La fille du roi qui s’appelait Alizon alla avec lui et priait son dieu Mahom de l’aider. Quand Roland arriva là où Salincorne l’attendait, ils s’arrêtèrent. Le géant lui dit : Es-tu celui qui a ainsi arrangé mon frère ? Cette fille est-elle ta putain ? Es-tu son maquereau ?

— Ha ! dit Roland, tu es déshonnête d’appeler putain cette damoiselle qui est fille de roi et de reine. Avant que le soleil soit couché, le mot te coûtera cher.

— Je ne doute pas que, si personne ne s’opposait à toi, tu ferais beaucoup de choses ! Sache que nous sommes ici huit géants, tous frères, et cinq qui se tiennent au val de Malpron, les plus puissants du monde.

— Ha ! C’étaient tes frères ? Apprends qu’ils ne sont plus tous en vie. Il n’y a pas quinze jours, j’en occis un et un mien cousin en occit deux. Ce que j’ai fait à l’un de tes frères, je te le ferai.

Quand le Païen entendit Roland il fut enragé et lui dit pense bien à te défendre.

Roland avait pris une lance extraordinairement forte, le géant ne put y résister et tomba de cheval à terre. Il avait une grosse masse de fer dont il voulut frapper Roland qui s’écarta, de peur qu’il n’occît Galantin son cheval. Roland, ayant mis pied à terre, vint contre le Païen qui donna sur son écu un coup de masse si fort que Roland comprit qu’il fallait s’en garder. Il ne pouvait pas frapper le Païen sur le heaume car il était trop grand. Ils combattirent longtemps. Le Païen leva sa masse pour assommer Roland qui l’évita, le coup tomba à terre et fit choir le géant. Roland ne voulut pas le frapper à terre et dit lève-toi, ce ne serait pas grande vaillance de te mettre à mort quand tu es à terre.

Le géant se leva : Chevalier, ta courtoisie montre que tu es sorti de noble lignée. Tu m’eusses facilement mis à mort. Par quoi, je te prie de me dire qui tu es.

— Mon nom ne fut jamais caché à aucun homme, je suis Roland, neveu de l’empereur Charlemagne.

Quand Salincorne l’entendit il se mit à trembler de tout son corps et dit : Je ne pourrai résister à ta puissance, je ne veux plus combattre, j’aime mieux abandonner le tribut du roi Faucon. Mais je voudrais bien trouver ton cousin Regnaut qui a fait mourir tant de ceux de mon sang. Je me vengerai ou je mourrai.

— Je ne sais où est mon cousin ; quand je l’aurai trouvé, je t’enverrai un messager mais il faut que tu me jures qu’à jamais tu renonces au tribut.

— Je le veux. Je le jure par tous mes Dieux, plus jamais je ne demanderai rien.

Alors Roland le laissa partir dans son pays. Avec la pucelle, ils retournèrent en la cité. Le roi Faucon fut bien joyeux et fit grand honneur à Roland qui l’avait délivré.

Après quelques jours, Roland prit congé du roi Faucon et de sa fille et se mit en chemin avec la damoiselle qui avait été prisonnière des géants de la forêt.

Roland rend sa fille au roi Constant

Roland, Thierry, et la damoiselle, allèrent tant qu’ils entrèrent au royaume de Bellemarine dont le roi Constant était son père. Quand ils approchèrent de la cité, la rumeur s’était déjà répandue que la fille si longtemps perdue revenait. Le roi monta à cheval avec ses gens pour aller au-devant d’elle. Il fut bien joyeux de la voir car il la croyait morte.

La damoiselle dont le nom était Hélie [Olive] dit au roi : Monseigneur mon père, ce n’est pas à moi qu’il faut faire fête mais à ce chevalier. C’est Roland le neveu du roi de France, le plus vaillant chevalier du monde. Il m’a délivrée des géants qui me tenaient en prison.

Le roi fit tout l’honneur qu’il put à Roland. Ils entrèrent dans la cité et allèrent au palais. La Reine vint à leur rencontre, retrouver la fille qu’elle avait perdue. Chacun peut imaginer sa joie.

Nous quitterons Roland qui se festoie avec le roi Constant et parlerons d’une trahison que le Soudan de Babylone voulut faire.

Après que Regnaut fut allé contre le Vieux de la Montagne et Anthée assiéger Montauban, le Soudan, quoiqu’il eût promis de rendre Olivier et Richard, décida de les faire mourir. Et, pour faire plaisir aux rois sarrasins ses voisins, il leur manda de se trouver en Babylone à une grande fête qu’il faisait tous les ans le jour de son couronnement. Ils verraient faire justice du comte Olivier et du petit Richard, frère de Regnaut de Montauban, tous deux chrétiens. Et parmi ces invités était le roi Constant.

Constant fut étonné car tout le monde savait ce que le Soudan avait promis à Regnaut. Constant, un des plus riches rois du Levant, avait grand terre et était fort sage. Il n’eut jamais consenti à une trahison. Il appela Roland et montra les lettres qui lui déplurent terriblement. Il dit : Ce serait un grand malheur que ces chevaliers meurent si vilainement et je ne peux y remédier sans votre aide. Je vous prie de me donner de vos gens pour sauver mes cousins qui sont les meilleurs chevaliers du monde.

Le roi Constant répondit que, non seulement il lui donnerait des gens, mais qu’il irait lui-même contre le Soudan : Jamais je n’aimerai homme qui soit traître, par quoi soyez sûr que je ne vous ferai pas défaut.

Roland le remercia chaudement.

Dans sa réponse au Soudan le roi écrivit qu’il admirait sa justice et qu’il le priait de bien garder en vie les prisonniers qu’il se réjouirait de voir souffrir de grands tourments.

Il envoya ses hérauts par tout le pays et, en peu de jours, rassembla plus de soixante mille combattants. Il les rangea par batailles et ils se mirent en chemin. Ils s’arrêtèrent près de Babylone et, pour que le Soudan ne se doutât de rien, le roi, Roland et les principaux allèrent lui faire révérence. Le Soudan les accueillit bien mais s’inquiéta quand il sut qu’ils avaient tant de gens. Il envoya un messager au géant Salincorne, celui qui avait combattu contre Roland, lui mander de venir en armes avec autant de gens qu’il pourrait.

Salincorne assembla quatre mille hommes et les conduisit au Soudan. Ensuite, arriva un autre roi païen des parties de l’Inde avec dix mille hommes. Le Soudan fut joyeux et rassuré et fit grand honneur à ce païen Mariot. Tous étaient en la cité, excepté le roi Constant et son armée.

Vous vous rappelez que Regnaut, après avoir vaincu le Vieux de la Montagne, séjourna en son château et qu’ils partirent pour Babylone, tous à pied, car le Vieux dit qu’il n’irait pas à cheval si Regnaut marchait. Seul le mamelouk était à cheval.

À six lieues de Babylone, ils trouvèrent un groupe de gens qui allaient voir faire la justice. Parmi eux se trouvait le seigneur qui avait acheté Boyard au berger. Regnaut, voyant son cheval, fut plus heureux que s’il avait trouvé le trésor du Soudan. Il s’approcha de celui qui était dessus et lui dit : Homme, descendez de ce cheval car il est à moi.

Le seigneur, fâché, lui dit : Coquin qui te fait si hardi de mettre la main sur mon cheval ? Si tu ne le lâches, je t’en ferai repentir. Regnaut mit la main à son épée et, du premier coup, occit le Païen. Il le mit par terre et sauta sur Boyard qui, de joie, fit un saut de plus de trente pieds de long. Il sauta sur ceux qui voulaient venger leur maître et, avec l’aide du Vieux de la Montagne et du mamelouk, ils furent vite déconfits. Regnaut dit au Vieux qu’ils allassent en Babylone délivrer ses amis. Le Vieux ayant pris un cheval des gens qui étaient morts, tous trois se mirent en chemin vers la ville et aperçurent l’armée du roi Constant.

Un jour Roland dit à un duc de la compagnie du roi Constant, nommé Spinole : Allons en la cité et prions le Soudan de nous montrer les prisonniers. Constant dit qu’il irait avec eux pour voir des chevaliers de si grande renommée. Ils entrèrent en la cité et le roi Constant pria le Soudan. Il accepta, leur fit donner les clefs et ils allèrent aux prisons. Quand Olivier et Richard les virent avec Roland qui avait son heaume sur la tête, ils eurent grand peur. Roland eut le cœur si serré qu’il ne put parler. Le roi Constant leur dit : Messeigneurs, voilà longtemps que vous êtes en prison. Le Soudan vous mande que, si vous voulez adorer notre Dieu Mahom, il vous mettra hors et vous pourrez demeurer à sa cour ; sinon soyez sûrs que demain vous serez tous deux pendus au vent.

Richard répondit : Païen, tu es bien fou de nous demander d’abandonner notre foi pour la vôtre qui n’est que perdition d’âme. Nous aimons mieux mourir. Mais dis à ton Soudan que rien ne lui coûtera davantage car nous avons des parents et des amis qui vengeront notre mort. Mon frère Regnaut, mon cousin Roland et les autres pairs de France qui ont déjà fait mourir tant de Païens, ne laisseront pas en paix le Soudan et nous vengeront. Mon plus grand regret, c’est de ne pas pouvoir voir avant ma mort mon frère Regnaut et mon cousin Roland qui sont dans ce pays.

Quand Roland l’entendit, il ne voulut plus dissimuler. Il enleva son heaume et dit en effet, je ne suis pas loin ! je suis Roland qui ne t’a pas abandonné.

Olivier lui mit les bras au col. Ainsi fit le petit Richard. Et tous avaient les larmes aux yeux, et aussi Constant et Spinole. Ils parlèrent un moment jusqu’à ce que Constant dise il faut nous en aller pour que le Soudan n’ait pas de soupçons. Ils fermèrent les prisons, rendirent les clefs au Soudan en le remerciant.

Mais quand le Soudan vit que Roland avait la visière de son heaume descendue, il se douta de quelque chose et dit : Homme, je n’apprécie pas beaucoup que tu gardes ton heaume sur la tête. Dis en moi la raison ou je penserai que tu me trompes.

Délivrance des chevaliers

Roland dit : Je garde mon heaume car il y a quelqu’un dont je ne veux pas être reconnu pour ne pas troubler cette cour.

Je veux savoir qui tu es, dit le Soudan qui mit la main à la visière de Roland pour la lever. Roland leva la main avec le gantelet et frappa le Soudan sur le nez. Le sang gicla, ce qui rendit le Soudan furieux. Il cria à ses mamelouks sus, truands, prenez-moi ce glouton qui m’a outragé. Alors les gens du Soudan vinrent le prendre. Roland se défendait avec le poing et le gantelet, sans tirer l’épée pour qu’elle ne soit pas reconnue.

Quand Constant et Spinole virent tant de gens sur Roland, ils allèrent l’aider, tirèrent leur épée et frappèrent à grands coups. Le Soudan, voyant la noise si grande, partit se mettre à l’abri dans sa chambre. Roland et ses compagnons gagnèrent la porte du palais, sortirent de la cité et rejoignirent leurs tentes. Les barons du Soudan étaient tout ébahis qu’on eût oser le frapper en présence de tous ses gens.

Le Soudan avait eu grand peur. Une fois rassuré, il retourna en la salle, fit venir ses barons et leur dit : Que vous semble du roi Constant que je croyais être mon allié ? Dites-moi comment m’en venger.

— Sire, dit Mariot, le Prince des Indes, ce n’est pas le moment de vous venger. Constant a une grande armée de vaillantes gens, si vous lui faites guerre, vous n’aurez peut-être pas le dessus. Différez votre vengeance.

Salincorne prit la parole : C’est folie d’attendre. Demain, justice sera faite des deux Chrétiens et, si le roi Constant et ses gens s’y opposent, je vous jure que j’en ferai telle vengeance que vous serez content.

Tous les présents approuvèrent Salincorne et l’on décida que les chevaliers seraient pendus au plus vite. Le Soudan fit crier par la cité que tous ceux qui pouvaient porter armes s’apprêtent à accompagner la justice que le Soudan voulait faire.

Constant avait un espion qui alla le prévenir, par quoi Constant fit crier par son armée qu’au plus matin, chacun fût prêt à combattre.

Le Soudan fit venir l’exécuteur de haute justice qui avait nom Agrippart et lui dit : Allez pendre les deux vauriens de Chrétiens qui sont en mes prisons, vous serez bien payé de votre peine. Allez les chercher et mettez-leur la corde au cou.

Le Soudan mit ses armées en ordre. Mariot avec vingt de ses gens, tous en cuirasse de cuir bouilli, sortit de la cité. Après, venait le géant Salincorne avec ses gens, puis le Soudan et les quatre rois sarrasins. Il faisait mener devant lui les deux barons français, la corde au cou comme larrons, qui demandaient à Dieu et ses saints de leur venir en aide. Richard disait : Où êtes-vous mon frère Regnaut ? Et vous, cousin Roland ? Nous laisserez-vous mourir misérablement ? Ne serons-nous point secourus ? Ha ! Mes frères Alard et Guichard et vous, cousin Maugis, que vous serez tristes quand vous saurez que nous sommes morts vilement !

Le Soudan allait devant, disant à Richard maintenant est venue l’heure de payer vos faussetés et trahisons.

— Tu as menti, dit Richard, c’est toi le traître. Tu as promis à Regnaut de nous libérer quand il aurait vaincu le Vieux de la Montagne. Et comme un traître que tu es, tu renies ta foi. Tu en auras punition, Regnaut t’ôtera la tête comme tu l’as mérité.

Le Soudan dit : Pour ces paroles, avant que tu sois pendu, je te ferai arracher la langue hors de la gorge.

Le roi Constant et Roland, avertis que le Soudan et son armée sortaient de la cité, chacun monta à cheval.

Spinole rencontra d’abord Mariot. Ils joutèrent l’un contre l’autre. La lance de Spinole entra au corps de Mariot qui tomba mort en terre. Lors, Roland entra dans la bataille. Le premier qu’il trouva, il le jeta par terre et, avant que sa lance brisât, il en occit trois. Puis, prenant l’épée, il se jeta dans la foule des Païens, prenant grand plaisir à les faire mourir.

Quand le Soudan entendit le bruit, il dit : Je pensais bien que le roi Constant me contrarierait. Si je peux l’attraper je le ferai pendre avec les deux Chrétiens. L’épée à la main, il se mit à la bataille pour encourager ses gens. De son côté, Roland allait, occisant ces Païens comme bêtes. Quand Agrippart, l’exécuteur, aperçut la bataille, il mit les prisonniers sous un arbre et leur dit : Si je peux, je vous sauverai la vie car je sais que le Soudan vous fait mourir à tort et que votre mort sera bien vengée par votre frère Regnaut. Restez ici, jusqu’à ce que nous voyions ce que devient la bataille.

Après que Regnaut eut retrouvé Boyard, lui et le Vieux arrivèrent vite aux murs de Babylone. C’était le jour de la justice.

Voyant tant de gens d’armes, tant d’enseignes et d’étendards, et entendant le bruit de la bataille, Regnaut dit au Vieux : Hâtons-nous, je crains que le Soudan ne fasse grande injure à mon frère et Olivier. Arrivés à la bataille, Regnaut demanda à un Païen quelles gens se combattaient. Le Païen le lui dit. Regnaut s’exclama : Ha ! Soudan ! Je te punirai de ta trahison. Et, piquant Boyard, il entra en bataille. Il vit Spinole que le géant avait abattu à terre, lui demanda s’il était du parti du Soudan ou de l’autre, et lui dit : Noble chevalier monte à cheval, je suis Regnaut, conduis-moi à mon cousin Roland. Spinole fut bien content que Regnaut soit arrivé. Avec le Vieux, ils avancèrent jusqu’à Roland, tout couvert du sang des Païens qu’il avait occis. Quand Regnaut le vit, il lui dit : Ha ! Mon cousin, n’épargnez pas ces Sarrasins, je viens vous aider. Roland, bien joyeux, courut l’embrasser : Mon cousin, Dieu vous a mené à point pour délivrer Olivier et Richard.

— Mon cousin, dit Regnaut, il n’est pas temps de faire grand parlement, allons aux prisonniers.

Alors, eux quatre, Regnaut, Roland, le Vieux et Spinole, se mirent ensemble pour faire grand massacre de Païens et de mamelouks. Jamais lion affamé n’alla si âprement sur sa proie. Les quatre chevaliers étaient quatre loups affamés dans un parc de brebis. Les Sarrasins fuyaient devant eux, et ceux qui restaient mouraient. Ils firent tant qu’ils arrivèrent à la bannière du Soudan qui était monté sur un cheval moreau, le meilleur du pays. Quand le Vieux l’aperçut il dit je veux savoir si la prévision du Soudan est vrai, qu’une montagne tombait sur lui et le mettait à mort. Il baissa sa lance, le Soudan l’aperçut et ne le refusa pas mais vint contre lui si fort qu’il brisa sa lance. Le Vieux lui mit la sienne en travers du corps et l’abattit mort. Regnaut, de son côté, trouva Agrippart auquel il donna un grand coup d’épée qui le fit tomber de son cheval. Le bourreau dit à Regnaut tu as tort car j’ai épargné les prisonniers autant que j’ai pu. Et il le mena là où ils étaient, encore sur la charrette, les mains liées derrière le dos. Ils avaient tant pleuré que Regnaut les reconnut à peine. Il leur dit garçons, que me donnez-vous, si je vous délivre ? Ils avaient les yeux si troublés d’avoir tant pleuré qu’ils ne reconnurent pas Regnaut. Olivier répondit mon ami nous n’avons pas d’argent, ni rien à vous donner, mais si vous faites ce bien, il vous sera rendu. Regnaut ne se voulut plus cacher, il leva sa visière et leur dit je suis votre parent, Regnaut, que Dieu amène tout à point pour vous délivrer. Il les délia, ôta la corde, puis alla chercher le corps du Soudan et commanda à Agrippart de le pendre à la place des autres. Après, Regnaut mena Olivier et Richard en la tente du roi Constant pour qu’ils se reposent.

Pendant que Regnaut et Roland combattaient, Salincorne tua le roi Constant et le bon chevalier Spinole. Roland vit Spinole abattu du cheval et pas encore mort. Il le mit hors de la bataille, mais il était blessé si gravement qu’il ne pouvait vivre. Il dit à Roland j’ai regret de mourir sarrasin, je te prie de me baptiser avant que je meure. Roland trouva de l’eau, la porta en son heaume, et baptisa Spinole qui aussitôt après rendit son âme à Notre Seigneur. Ce fut chose miraculeuse : il dit à Roland qu’il voyait les anges qui venaient prendre son âme.

Après, Roland remonta à cheval, retourna en la bataille et trouva Salincorne qui faisait merveille, abattant gens et chevaux en criant où est ce déloyal Regnaut de Montauban ? Je veux venger mes amis qu’il a fait mourir par trahison. Roland entendit cet appel et aperçut Regnaut. Il dit au Païen tourne toi, il est ici. Il dit à Regnaut mon cousin, ce géant vous cherche depuis longtemps, parlez-lui. Regnaut vint au géant : Qu’est-ce que tu veux ? Le Païen répondit si tu es Regnaut, je te cherche pour venger mes parents et amis. Regnaut répondit : Ne me cherche plus, je suis prêt à faire de toi ce que j’ai fait de tes parents et amis.

Alors ils vinrent l’un contre l’autre et, du premier coup, brisèrent leur lance. Ils en prirent de plus fortes et recommencèrent. Salincorne brisa sa lance sur Regnaut et celui-ci, du coup qu’il donna au Païen, le renversa sur son cheval, si mécontent qu’il blasphémait son Dieu Mahom : Je crois que tu n’as plus de puissance ou que tu t’es mis d’accord avec les Chrétiens. Regnaut tira Flamberge son épée et, quand le Païen se relevait, il lui donna un coup de toute sa force qui fendit sa tête bien avant. Il tomba mort à terre, ce dont tout le monde fut bien content car il avait tué le roi Constant et le noble chevalier Spinole.

Salincorne mort, les Païens n’eurent plus de courage et s’enfuirent de ça de là, se cachèrent dans des fosses et des cavernes, l’un mort, l’autre blessé, et les autres fuyaient en la cité. Bien heureux était celui qui pouvait entrer dedans car nos gens les suivaient de près et les mettaient à mort, tandis qu’ils se gênaient l’un l’autre à l’entrée de la porte.

Ceux de la cité fermèrent les portes devant nos gens et tous les Païens qui ne purent entrer furent mis à mort. Nos gens retournèrent aux tentes, bien tristes de la mort du roi Constant et de Spinole, et bien contents de la délivrance des prisonniers.

Nos gens tinrent longtemps le siège devant Babylone car ceux de dedans n’osaient pas faire de sorties.

Maintenant laissons nos gens devant Babylone et retournons à la cour de Charlemagne.

Morgant vient au siège de Babylone

L’empereur Charles était à Paris, sans nouvelles de ses barons. Meridienne était avec lui attendant Olivier. Quand elle vit qu’il ne revenait pas, elle dit qu’elle retournerait auprès du roi Corador son père et qu’elle ferait son arrangement avec lui.

Le roi Charles fut d’accord. Il lui donna bonne compagnie pour la reconduire et, entre autres, Morgant alla avec elle. Ils se mirent en chemin et arrivèrent chez le roi Corador qui, joyeux de revoir sa fille, l’accueillit bien, de même que sa mère la reine. Ils firent bonne chère à Morgant. Il séjourna quelque temps chez eux, puis prit congé, disant qu’il ne retournerait pas à Paris mais irait en Babylone trouver Regnaut et son maître Roland et les autres. Meridienne lui dit de saluer Olivier de par elle et de lui dire qu’elle le priait de passer par là quand il reviendrait. Morgant promit de le faire, prit congé et se mit en chemin.

Il finit par arriver. Comme il était grand et cheminait comme un cheval, Roland le vit et dit ne craignez pas ce géant, je reconnais au battant que c’est mon compagnon Morgant. Il demanda son cheval, monta dessus. Olivier fit de même. Morgant, tout joyeux de les voir, lança son battant en l’air à plus de trente brasses et le reprit, puis fit un grand saut de joie. Quand il fut près de Roland il mit le genou en terre. Roland descendit de cheval et l’embrassa de grand amour. Il dit puisque j’ai Morgant, je ne doute plus de prendre Babylone. Il me semble que ta venue fait déjà trembler les murs. Dis-moi des nouvelles du pays de France et de la cour de mon oncle, et aussi de Montauban. Ils entrèrent au pavillon où ils trouvèrent Regnaut, Richard et aussi le Vieux. Tous embrassèrent Morgant et eurent grande joie de sa venue. Il leur parla du roi Charles qui était à Paris et d’Anthée, la fille du Soudan, qui était à Montauban avec Allard, Guichard, Maugis et Astolfe. Et aussi comment Anthée avait emprisonné Ganelon. Les barons furent joyeux des nouvelles.

Un jour, nos barons et leurs gens s’armèrent pour assaillir la cité. Ils firent porter des échelles et autres instruments. Arrivés aux murs, ils attaquèrent. Ceux du dedans se défendaient vivement. L’affaire dura plusieurs heures. De son battant, Morgant frappait la porte de grands coups pesants sans arriver à la briser car elle était forte et dure. Les autres lui lançaient pierres et dards mais son chapeau de fer et le haubert qu’il avait pris à l’abbaye étaient résistants. Voyant qu’il ne faisait rien, il vint au pied d’une tour et commença à frapper de si grands coups qu’il la faisait trembler et que ceux du dessus avaient grand peur. Il fit tant qu’il la fendit en deux et, la voyant branlante, il s’éloigna et lança son battant avec tant de force qu’elle s’effondra, et tous ceux qui étaient dessus tombèrent avec les pierres et furent mis en pièces et morts. En tombant, la tour fit un si grand bruit qu’elle épouvanta tous ceux de la cité, et tant de poussière que, d’un long moment, on n’y voyait plus rien. La tour toute par terre, Morgant dit à ceux qui donnaient l’assaut barons, suivez-moi, entrons hardiment, la cité est nôtre. Regnaut, Roland, Olivier et tous les autres entrèrent dans Babylone. Morgant allait devant, frappant et occisant tous ceux qu’il trouvait devant lui qui fuyaient comme brebis devant le loup.

Nos gens arrivèrent sur la grand place. Les principaux de la cité se rendirent, demandant à Roland d’être leur roi et de faire cesser l’occision. Alors Roland fit crier que l’on cessât de mettre à mort et que chacun se logeât du mieux qu’il pourrait. Les barons français allèrent au palais, s’y mirent et, ainsi, furent maîtres et seigneurs de la ville qui était extrêmement grande. Puis, par le consentement des plus grands du pays, Roland fut couronné roi et grand Soudan de Babylone. Le Vieux en fut joyeux car il l’aimait singulièrement. Après la fête du couronnement, les barons allèrent par les villes et les mirent toutes en leur sujétion. Ils firent enterrer Spinole à grand honneur et firent embaumer le corps du roi Constant pour le porter dans son pays et l’enterrer à côté des autres rois.

Maintenant, laissons les chevaliers à Babylone et parlons de ceux de Montauban.

CHAPITRE III

LES BARONS AU SECOURS DE GANELON

Ganelon est libéré de prison pour aller chercher les barons. Il part au Levant où il est capturé par des géants et enfermé dans le château enchanté de leur mère Creante.

Les barons venus à son secours prennent au passage la ville de Monaca puis sont à leur tour victime de la magie de Creante. Maugis, Astolfe, Alard et Anthée accourent les délivrer.

Ensuite, ils sont séparés et se retrouvent à Cornille dont Roland et Astolphe chassent le tyran que Regnaut vient défendre. Le malentendu dissipé, ils apprennent que les Païens assiègent Paris une fois de plus et décident de se mettre en route.

Ganelon étant en prison à Montauban demanda du papier et de l’encre. Il écrivit à Maugis pour le prier de demander sa délivrance à ses cousins Alard et Guichard, et aussi Anthée. Il promettait de partir chercher Regnaut, Roland et les autres Pairs, et de ne jamais revenir sans nouvelles certaines car, banni de la cour, jamais il n’oserait retourner à Paris.

Maugis, ses cousins et Anthée furent d’accord pour délivrer Ganelon et l’envoyer sur les chemins. Ganelon prit congé et se dirigea vers la Turquie. Il alla longtemps sans rien apprendre. Un jour il arriva en une grande vallée où plusieurs pasteurs sarrasins se plaignaient l’un l’autre d’un malheur qui leur était advenu.

Ganelon les interrogea. Ils dirent qu’un de leurs compagnons, devenu riche pour avoir vendu un cheval, dérobé à un Chevalier nommé Regnaut de Montauban, depuis, faisait le maître, les tyrannisait, les tourmentait et leur nuisait beaucoup. Ganelon leur dit : Menez-moi à lui et, si vous m’aidez, il sera pendu car il l’a bien mérité pour avoir dérobé un tel cheval. Les pasteurs, bien contents, le conduisirent.

Ganelon lui dit : Tu as pris le cheval du chevalier pendant qu’il dormait ; par quoi tu as commis trahison et larcin. Et qui pis est, tu fais du maître et du seigneur. Le proverbe dit vrai, qu’il n’y a pas plus orgueilleux qu’un pauvre qui devient riche. Par quoi, il faut que tu sois puni et tu seras pendu.

Alors il le prit, le fit lier, lui mit la corde au cou et le pendit à un arbre.

Ganelon prisonnier des géants

Après avoir pendu le mauvais berger, Ganelon remonta à cheval et reprit sa quête des Pairs de France. Un jour, il rencontra une compagnie de Païens et deux géants. Ils arrêtèrent Ganelon et lui demandèrent s’il était sarrasin ou chrétien. Il répondit je suis chrétien et ai nom Ganelon de Mantes. L’un des géants dit si tu es Ganelon, tu es le plus grand traître qui soit au monde. Cela mit Ganelon hors de son sens, il mit la lance en arrêt et frappa un géant à travers du corps et le tua. Alors l’autre géant et sa compagnie se mirent sur Ganelon, le firent tomber de son cheval, le lièrent et le menèrent en prison dans un château proche. Le géant lui dit : Je devine que Regnaut t’a envoyé ici faire quelque trahison et, puisque je te tiens, tu seras puni de toutes les mauvaises trahisons que tu as commises. Et, en plus, tu payeras pour Regnaut qui a fait mourir plusieurs de mes parents.

— Ha ! Je suis l’ennemi de Regnaut, dit Ganelon, toujours plein de fraude et de malice. C’est moi qui l’ai fait bannir de la cour de Charlemagne. Je le cherche pour l’occire. Je te jure que je suis bien désolé des offenses qu’il t’a faites. Je regrette d’avoir occis ton frère, mais tu sais que c’était pour me défendre.

Non loin de l’endroit où Ganelon avait été pris se trouvait un fort château où se tenait une géante, la plus horrible créature du monde : noire comme un charbon, velue comme un ours, les yeux enfoncés dans la tête, vieille et hideuse. Aucun diable ne peut être aussi laid qu’elle et, plus encore que laide, elle était fausse et déloyale, et la plus grande sorcière qui fût au monde. Elle avait nom Creante. De ses sept enfants géants, Regnaut et Roland en avaient fait mourir quatre, dont Salincorne occis à Babylone. Par quoi Creante avait juré que si elle attrapait un Chrétien, elle vengerait ses enfants.

Ceux qui avaient Ganelon le menèrent à Creante. Ils lui dirent voilà un Chrétien qui a fait mourir un de tes enfants, venge toi de lui comme tu voudras. Elle jura qu’elle le ferait mourir de mort cruelle et le fit jeter en une prison forte et obscure.

Par hasard, un des pasteurs qui avait aidé à pendre le voleur du cheval de Regnaut vit la capture de Ganelon. Il prit le chemin de Babylone pour le faire savoir à Roland et ses compagnons. Il les trouva et leur dit : Vous devriez le secourir car il est venu en ce pays pour vous trouver et, celui qui avait dérobé ton bon cheval Boyard, il le pendit à un arbre. Et, de plus, il a occis un des géants qui était ton grand ennemi mortel, et c’est surtout pour cela qu’il est en prison. Et aussi, vous savez qu’il est de votre Loi, par quoi il me semble que vous ne devez pas lui faire défaut.

Les barons apprécièrent les paroles du berger. Ils lui donnèrent de l’argent pour rentrer chez lui, et aussi un bon cheval dont il fut bien content. Quand le pasteur fut parti, nos barons décidèrent de secourir Ganelon. Ils se préparèrent, mirent en ordre le gouvernement de la cité, puis allèrent au port le plus proche car le chemin était plus court par la mer. Ils avaient pour enseigne un lion de sable sur champ d’argent et leurs armures étaient à la mode païenne. Arrivés au port, ils trouvèrent une nef toute prête à partir. Mais le vent contraire les obligea à séjourner un mois avant de monter en mer. Enfin, ils firent voile.

La nef avait deux patrons, Cirot et Jason. Le second était un homme bon, et le premier méchant car jamais il ne voulut partir sans être payé. Quand ils furent en mer, pendant un jour et une nuit, le vent fut bon. Ensuite, se leva une grande tourmente, si terrible que nos gens crurent être submergés et perdus. Les mariniers appelaient à leur aide Mahom, Apollin et Tarvagant et tous leurs Dieux. Nos gens se recommandaient à Jésus, à la Vierge Marie et tous les saints du paradis.

Le patron Cirot dit à l’autre : Je ne suis plus étonné que nous ayons si grande tourmente puisque ces gens sont chrétiens. Tant qu’ils seront dans notre nef, nous n’aurons pas temps paisible car ils sont ennemis de notre loi. Morgant fut grandement courroucé contre lui et lui dit méchant marin, c’est à cause de toi que nous avons la tempête car tu es mauvais. Il le prit et le jeta à la mer. Aussitôt le mauvais temps cessa. Regnaut dit à Morgant tu as fait une bonne œuvre.

Le vent fut bon et mena le navire près du port. Mais fortune leur envoya un grand déplaisir comme vous pourrez l’entendre.

Mort de Morgant

Quand nos gens pensaient arriver au port en sûreté, une grande baleine vint sous leur navire et faillit le renverser. Les barons étaient épouvantés car les grands coups de lance et les javelots qu’ils lui lançaient ne parvenaient pas à entamer sa chair. Morgant, voyant qu’elle avait la peau si dure, dit que son battant serait plus fort que leurs lances. Il monta sur le bord du navire et sauta sur le dos du poisson. Dans l’eau jusqu’aux braies, il tapait de grands coups de son battant sur la tête de la baleine, tant et tant qu’il lui défonça la tête et la rendit morte. Puis, marchant dans la mer, il alla à terre. Près de la rive, un serpent aquatique le mordit au talon jusqu’au sang. Morgant ne s’en soucia pas et dit à Roland un petit poisson de la mer a voulu venger le grand que j’ai occis et m’a mordu le talon.

Une fois à terre, ils allèrent à la cité voisine du port qui s’appelait Monaca et trouvèrent un logis dont l’hôte était homme de bien. Le venin de la plaie de Morgant montait toujours et, comme il avait grand courage, il n’en faisait pas grand conte. Mais le venin lui monta au cœur et il en mourut. Notre vie est peu de chose puisque la morsure d’un poisson tua un si puissant homme.

Alors mourut Morgant, le plus fort et le plus hardi qui fut au monde. Nos gens eurent grande douleur, spécialement Roland qui avait grand amour pour lui. Il le fit embaumer pour porter son corps à Babylone. Il manda à celui à qui il avait laissé le gouvernement de l’enterrer le plus honorablement qu’il pourrait.

Roland et l’empereur de Mese

Quand nos gens se furent un peu reposés, Regnaut demanda à l’hôte qui était le seigneur de la ville : il se nommait l’empereur de Mese et rassemblait une grande armée pour aller en Babylone, à cause de la mort de son fils Mariot qu’un chevalier nommé Spinole avait occis. L’empereur voulait se venger sur Regnaut et Roland et les autres Chrétiens français. Lui et ses gens resteraient vêtus de drap noir jusqu’à la vengeance. Je crois que, si vous voulez être à lui, il vous donnera de bons gages, il reçoit tous les chevaliers qui viennent.

Pendant que l’hôte parlait, arriva Cormoran, un capitaine de l’empereur. Il demanda à l’hôte qui étaient ces gens. Roland dit qu’ils étaient cinq chevaliers persans qui n’avaient point de terre et allaient par le monde, cherchant guerre pour gagner leur vie. Et quels gages voudriez-vous ? demanda Cormoran.

— Tels que nous sommes, nous demandons les gages de cent autres, sinon nous ne servons pas.

— Tu es bien démesuré ! Même Regnaut, Roland, Olivier et Ogier, eux qui sont les meilleurs chevaliers du monde, n’auraient pas d’aussi grands gages. Je crois que tous cinq, vous seriez meilleurs à la cuisine qu’à la bataille.

Regnaut, sans s’occuper de Cormoran, devisait avec l’hôtesse qui lui paraissait une agréable femme. Cormoran partit, alla au palais et dit à l’empereur : Sire, en l’hôtellerie de Scipion logent cinq vauriens qui portent pour enseigne un lion de sable sur champ d’argent. Ils sont si arrogants qu’ils ne s’occupent pas des gens qui leur parlent.

— Va, dit l’empereur, prends des gens avec toi et amène les moi, je veux voir qui ils sont.

Cormoran, en se réjouissant de cette commission, en fait se réjouissait de son malheur. Après son départ, Regnaut avait fait mettre leur étendard à la fenêtre pour que tous le voient. Cormoran prit vingt hommes et vint. Sans saluer les Français, il leur dit sus, garçons, l’empereur vous mande par moi de venir devant lui pour savoir quelles gens vous êtes. Ce disant, il mit la main sur Regnaut pour le prendre. Regnaut, se sentant saisi, leva le poing et donna un tel coup à Cormoran qu’il tomba mort à ses pieds. Un autre voulut saisir Roland et fut aussitôt mort. Olivier tira son épée. Ainsi firent Richard et le Vieux. Ils eurent bientôt tué les vingt Païens venus avec Cormoran, sauf un qui s’échappa et alla rendre compte à l’empereur. Celui-ci, bien étonné, décida qu’il irait en personne et fit venir grande quantité de gens.

Quand il fut devant le logis, il trouva Roland à la porte qui ne fit semblant de rien. Le Sarrasin qui avait pu s’enfuir dit à l’empereur c’est l’un de ceux qui ont tué vos gens et, en disant cela, toucha Roland qui le prit par le collet et, en présence de l’empereur, l’enfonça si fort en terre qu’il fut tout éclaté. L’empereur, voyant la force et la hardiesse de Roland, lui dit : Homme, comment avez-vous été si hardis toi et tes compagnons de faire mourir mes gens ? Puisque vous n’êtes venus à mon mandement, vous me donnez à penser à quelque trahison. Par quoi, je suis décidé à faire justice de vous.

— Sire, nous ferons ce qu’il vous plaira de nous commander, mais vos serviteurs ne vinrent pas nous chercher comme des chevaliers, ils mirent la main sur nous comme sur des larrons. Je veux que vous sachiez que nous ne sommes pas gens à être ainsi traités. Mais si vous voulez nous recevoir comme chevaliers, nous vous servirons bien.

— S’il en est ainsi, je vous recevrai volontiers dans mon armée car j’ai grand besoin de bons chevaliers en cette guerre. Je veux venger la mort de mon fils Mariot, occis par un Spinole qui était de la compagnie de Roland, lequel s’est fait couronner Soudan de Babylone. Si je peux le tenir, j’en ferai telle punition que ses compagnons trembleront en l’entendant. Ce vaurien est en Babylone en fête et en joie, et moi, je suis ici, vêtu d’une robe noire, étant jour et nuit en deuil et tristesse. Par quoi, si vous venez en Babylone, je vous ferai tous riches.

L’empereur s’abusait de demander à Roland de venger son fils sur lui-même, il aurait mieux valu pour lui d’oublier la mort de son fils car lui-même en mourut, comme vous l’entendrez ci-après.

Roland dit à l’empereur sire, je vous remercie de votre bonne volonté. Je parlerai à mes compagnons et nous viendrons en votre palais.

L’empereur et ses gens s’en allèrent, Roland alla en la salle où étaient ses compagnons, leur conta les paroles de l’empereur et tous se prirent à rire.

L’armée de l’empereur croissait tous les jours. Arriva le roi de Moresque avec beaucoup de gens armés de cuir bouilli et noirs comme de la poix. Le jour suivant, arriva un grand amiral avec quinze mille Turcs, tous armés d’os d’éléphants. Il se faisait conduire dans un chariot couvert de drap d’or, tiré par quatre chevaux et précédé de trompettes, clairons et autres instruments qui faisaient grand bruit.

Cet amiral, nommé Lyonfant, très fier et orgueilleux portait pour enseigne un lion de sable sur champ d’argent comme Regnaut et ses compagnons. Il passa devant l’hôtel de Scipion où ils étaient logés. Roland, entendant le bruit, vint avec Richard à la porte voir ce que c’était. Quand l’amiral aperçut leur enseigne, il demanda à l’hôte qui osait usurper la sienne. Roland lui dit : Elle est à moi, que me donneras-tu pour que je te la donne ?

L’amiral lui dit : Tu sais bien que nul ne doit porter les armes d’un autre s’il ne les a conquises. Tu as plutôt l’air de les avoir dérobées que conquises. Roland lui dit tu as menti car je ne suis point larron, je les ai conquises en Perse.

— Tu es larron et lâche, dit l’Amiral, tu ne vaux rien, tu es venu dans ce pays en fraude, je ne souffrirai pas que tu portes mes armes si d’abord tu ne les gagnes à la lance.

Roland, bien joyeux : Tu n’auras pas la hardiesse de faire ce que tu dis. Tu parles fièrement en ce chariot mais quand tu seras à cheval, tu changeras car je te connais bien, tu n’as que la parole.

L’amiral descendit de son chariot et demanda ses armes. Roland monta en la salle et se fit armer, ainsi que tous ses compagnons. Ils montèrent tous à cheval. L’empereur vint voir la bataille. Quand ils furent au champ, ils brochèrent les chevaux des éperons et vinrent l’un contre l’autre si fort que leurs lances se brisèrent sans qu’ils tombent. Mettant la main à l’épée, ils se précipitèrent et se frappèrent si fort qu’ils produisaient d’abondantes étincelles sur leur armure. La bataille dura longtemps, ce dont Regnaut fut déçu. Il dit à Roland chevalier, où est votre valeur ? je crois que vous rêvez à vos amours, ce Païen dure trop. Roland en fut enragé. Il redoubla de force. Le Païen sentait dans sa chair comme tranchait bien Durandal, l’épée de Roland qui avait déjà fait mourir tellement de Païens. Tant le frappa Roland que l’amiral tomba en terre, tout mort. Ainsi Roland eut droit à l’étendard et Lyonfant en eut le tort. Ses gens firent grand deuil de la mort de leur seigneur, et aussi l’empereur car c’était l’un des plus forts hommes.

Dans la compagnie de Lyonfant, se trouvait un chevalier de l’âge de vingt-deux ans. Quand il vit son maître mort, il vint tout armé au champ et dit tout haut je veux venger la mort de l’amiral mon maître. Et il dit à Roland je te défie, toi qui l’as mis à mort.

— J’accepte la bataille mais vous êtes trop jeune, je ne combattrai pas contre vous mais ce chevalier – il désignait Richard, le frère de Regnaut – est aussi jeune que vous et fera la bataille.

— Je veux bien, dit le chevalier Païen, car tout à temps y viendrez-vous.

Les deux jouvenceaux joutèrent et Richard fut mis à terre. Olivier dit qu’il le vengerait, mais il lui en eut comme à Richard, de quoi les Païens furent joyeux. Quand le Vieux vit Olivier à terre, il s’apprêta pour jouter, le chevalier ne le refusa pas, ils piquèrent, le Vieux brisa sa lance et le Païen lui mit la sienne en travers du corps, tant qu’elle sortait de l’autre côté de plus d’une brasse, par quoi il tomba mort de son cheval, ce dont les Français furent bien tristes, spécialement Regnaut qui l’aimait beaucoup.

Plein de colère, il dit qu’il le vengerait. Ils prirent une lance, piquèrent, les brisèrent sans tomber, mirent la main aux épées. Le damoiseau donna un si grand coup sur le heaume de Regnaut qu’il en fut étourdi et vida les arçons, ce dont Roland bien ébahi ne savait que penser, sinon prier le Seigneur de lui venir en aide. Quand Regnaut se vit à terre, il fut tout honteux et dit au damoiseau : Homme, tu peux te vanter : aucun Païen ne m’a jamais fait tomber de mon cheval, ni par épée ni par lance. Alors Regnaut en grande colère donna un si grand coup d’épée au damoiseau qu’il tomba lui aussi à terre, sans plus remuer, par quoi chacun pensait qu’il était mort.

Quand Regnaut le vit dans cet état, il fut attristé, disant qu’il était bien malheureux d’avoir fait mourir un si noble et vaillant damoiseau. Il le prit dans ses bras, le porta au logis et le mit sur son lit. Quand l’empereur vit que Regnaut l’emportait il lui cria de ne plus lui faire d’injure il doit te suffire ce que tu en as fait.

— Par Mahom, dit Regnaut, je regretterais qu’il soit mort car c’était le plus beau commencement de chevalier que j’aie jamais vu.

Quand le damoiseau fut sur le lit, Roland lui ôta son heaume et sentit qu’il respirait encore. Ils furent bien contents et firent tout leur possible pour qu’il revienne de pâmoison. Et, par la volonté de Dieu qui ne voulait pas qu’il mourût car il devait être bon chrétien plus tard, il jeta un soupir et se mit à parler. Il demanda le chevalier qui l’avait abattu. Je suis ici, dit Regnaut que voulez-vous ?

— Je veux demander pardon d’avoir jouté contre vous car vous êtes le meilleur chevalier de toute la Turquie.

Regnaut l’embrassa et ils se demandèrent pardon l’un à l’autre. Ils devaient bien s’aimer car ils étaient cousins, fils de deux frères comme vous allez l’entendre. Pendant que Regnaut et le damoiseau parlaient ensemble, Roland prit l’épée du damoiseau. Elle était très lourde et, pour s’en servir, il fallait être un puissant chevalier. Elle était faite à la manière de France et portait au pommeau des armes connues. Roland demanda :

— Noble damoiseau, où avez-vous eu cette épée ? elle ne fut pas faite dans ce pays.

— Noble chevalier, sache que ma mère fut une grande Dame nommée Rosepine. Je ne sais rien de mon père car il n’était pas de ce pays. Ma mère m’a dit qu’il était un duc chrétien des parties de France, nommé Girard de Roussillon, des plus nobles et renommés lignages de France dont maints chevaliers sont issus. Ce Girard vint en ce pays et s’éprit de ma mère, et elle de lui. Ils démenèrent tellement leurs amours ensemble que le noble baron m’engendra en elle et lui laissa cette épée qu’elle me donna quand je commençai à porter armes. Elle me dit alors que, si j’étais aussi bon chevalier que mon père à qui avait appartenu cette épée, je dépasserais en prouesse tous ceux de la terre des Sarrasins. Elle me dit aussi que j’étais issu d’une grande lignée de vaillants combattants, qui tient grand terre et grand seigneurie en France. Et pour mieux vous donner à connaître mon lignage, sachez que le vaillant chevalier Regnaut en est issu car son père et le mien étaient frères. Et Ogier le Danois qui tant est puissant fut fils de l’autre frère. Et Maugis le rusé chevalier fut fils de Beuves d’Aigremont qui aussi fut leur frère car nos pères furent sept frères, tous chevaliers loyaux qui tenaient de grandes seigneuries. Et le vaillant chevalier Roland est aussi issu de ce lignage. Et je te jure que si l’un de ceux que je viens de nommer avait été présent quand tu m’as fait tomber de cheval en terre, il m’eût bien vengé de toi.

Les paroles du jouvenceau plurent à nos barons. Roland ne put se retenir de parler et lui dit je te prie noble damoiseau de me dire ton nom.

— Mon nom est Alexandre.

Alors Roland l’embrassa par grande amour, et aussi tous les autres. Le damoiseau, bien étonné, leur demanda, la cause pour quoi vous me faites si grande fête.

Roland répondit : Nous le devons bien faire car tu es notre parent. Je suis Roland, le neveu de l’empereur Charlemagne, celui-ci est le comte Regnaut, l’autre le marquis Olivier qui est aussi ton parent, et le dernier Richard, le frère de Regnaut qui est aussi ton cousin.

Alexandre dit : Quel miracle de vous avoir trouvés ! Puisqu’il en est ainsi, j’irai en France, je renoncerai à la foi de Mahom, je me ferai chrétien et vivrai et mourrai en votre compagnie au service de Jésus Christ et du bon roi Charlemagne. Sachez que j’ai sous moi dix mille combattants. J’étais venu ici pour aller avec l’empereur en Babylone vous trouver et vous ai envoyé un message pour vous avertir. Aussitôt que nous eussions été par-delà, moi et mes gens nous fussions mis avec vous car jamais je ne ferai contre ma parenté. Vous savez comment l’empereur vous menace. Si vous me croyez, il en sera bien autrement car, moyennant vos prouesses et mes gens, cette cité sera nôtre. Et par ce moyen l’empereur sera payé d’avoir cherché votre mort. Demain, il assemblera tous ses gens pour la revue et savoir combien ils sont. J’y serai avec les miens. Alors vous viendrez tout armés et ferez la guerre aux gens de l’empereur. Nommez-vous par vos noms car, en toute la terre des Païens, chacun vous redoute. Dès qu’ils sauront qui vous êtes, les plus hardis prendront la fuite car tel menace, qui a grand peur.

Alexandre quitta le logis pour s’entretenir avec ses gens. Aux principaux, il déclara son intention et, comme il était aimé de tous, ils lui dirent qu’ils feraient ce qu’il voudrait.

Le jour même, l’empereur fit crier par la cité que tous gens qui portaient des armes, tant étrangers qu’autres, fussent le lendemain à heure de tierce en la grand place pour faire voir leur nombre. Quand vint le matin, à l’heure dite, tous les Païens comparurent. Ils étaient plus de soixante mille de diverses contrées. L’empereur sortit de son palais tout armé, monté sur le meilleur cheval de son pays et, avec lui, un fier Païen nommé Cam de Cataye qui conduisait bien dix mille hommes.

Regnaut, voyant les Païens assemblés, s’arma, ainsi que ses compagnons. Ils montèrent sur leurs chevaux et allèrent en la place. Quand Cam de Cataye les vit arriver, il marcha au-devant d’eux et dit à Regnaut il faut savoir quelles gens vous êtes, je crois que vous êtes meilleurs au repos qu’à la bataille.

Regnaut lui dit si tu veux savoir, prends une lance et moi une autre.

Cam eut dépit, alla prendre une grande lance et tout en colère alla contre Regnaut qui ne demandait que cela et, du premier coup, lui passa la lance à travers le corps, l’abattant mort devant l’empereur qui dit vaurien, tu es bien outrancier de faire mourir mes gens en ma présence, j’en aurai vengeance.

Regnaut répondit : Empereur, tu devrais me vouloir du bien car je t’évite une grande peine : inutile d’aller en Babylone pour venger ton fils, je suis Regnaut de Montauban et ceux-ci sont Roland et Olivier et Richard. Et l’autre que tu crois avec toi est Alexandre mon cousin qui se déclare ton ennemi mortel et veut être chrétien comme nous. Pour ce, pense à te défendre.

Entendant Regnaut, la plupart des Païens entrèrent en une telle frayeur qu’ils prirent la fuite, ce dont l’empereur fut épouvanté. Mais, comme celui à qui il ne chaillait de rien, il dit à Regnaut : Pense à te défendre car je me vengerai des offenses que tu as faites à notre foi.

Ils s’éloignèrent l’un de l’autre, piquèrent et, du premier coup de lance, l’empereur tomba mort à terre et son âme alla en Enfer avec celle de Cam de Cataye. La mort de l’empereur épouvanta les Païens. Les uns se mirent en fuite, les autres en défense. Alexandre avec ses gens entra en la bataille et montra la grande prouesse de son lignage. Nos barons entrèrent aussi en bataille. Les Sarrasins se dispersaient devant Roland comme les brebis devant le loup. Olivier et Richard les faisaient fuir comme alouettes devant l’épervier.

Il fut fait une grande tuerie de Païens en la ville de Monaca. Il restait un Sarrasin, roi de Majorque, qui tenait encore ses Païens en bataille. Le noble Roland le rencontrant, le mit à mort et, sans chef, les Païens tournèrent à la déconfiture. Nos gens les poursuivaient, les occisant comme bêtes. Ceux qui purent s’échapper entrèrent en leurs navires et se jetèrent en mer. Ceux qui restaient furent tous mis en pièces. Ainsi nos gens furent maîtres de la cité et allèrent loger au palais.

Regnaut, appelant les ermites qui étaient dans les déserts alentour, fit bâtir une Église. Alexandre fut baptisé, avec son jeune écuyer qui avait nom Regnier. Et aussi Scipion, le bon hôte, sa femme et sa fille qui avait nom Florence. Du consentement de tous les barons, Alexandre, malgré son refus, fut couronné empereur à la place de celui qui était mort en la bataille. Regnaut fit porter le corps du Vieux de la Montagne en Babylone pour l’enterrer auprès de Morgant.

Quand Jason, le bon patron de la nef, sut que nos gens étaient seigneurs de la cité, il en fut bien joyeux et alla au palais les visiter. Ils se réjouirent de le voir, le logèrent au palais et Regnaut arrangea son mariage avec Florence la fille de l’hôte. Le patron fut d’accord. Il fut baptisé et épousa Florence. Et Regnaut, du consentement de ses compagnons, leur donna tant de villes et de châteaux qu’ils furent riches toute leur vie. Le patron put dire qu’un bien fait n’est jamais perdu.

Nos gens se reposèrent quelques jours à Monaca, mirent en ordre tout le pays, en firent gouverneur leur hôte Scipion, puis prirent congé pour aller au château de Creante délivrer Ganelon.

Nos barons enfermés avec Ganelon

Arrivant près du château de Creante, nos barons trouvèrent deux bergers, dont l’un était celui qui les avait prévenus en Babylone. Il les mena à sa maison. C’était celle du voleur du cheval de Regnaut que Ganelon avait pendu avec son aide.

— J’en sais bon gré à Ganelon et à toi, dit Regnaut, car à cause du larron je dus longtemps cheminer à pied.

Nos gens se reposèrent quelques jours et les bergers leur donnèrent le nécessaire. Regnaut leur demanda comment entrer au château de Creante.

— Ce sera bien difficile car il est bien gardé. Les géants sont dedans et, à chaque porte, se trouve un grand terrible lion. En outre, la géante a plusieurs mauvais esprits avec elle car c’est la plus grande sorcière du monde. Elle est si laide et contrefaite qu’elle ferait peur à Satan et Astaroth mais elle est encore plus déloyale et rusée que laide.

Quand Regnaut l’entendit, il dit quand bien même, elle aurait avec elle tous les satellites de l’Enfer, cependant, nous aurons Ganelon. Là-dessus, ils montèrent à cheval et, arrivés au château, ils descendirent et laissèrent les chevaux à garder à Regnier.

Regnaut, passant devant pour entrer, trouva un grand lion qui dévorait un agneau. Le lion se dressa tout droit, vint sur lui, mit les griffes sur son écu et prit son heaume dans ses dents. Regnaut qui tenait son épée lui trancha une jambe, le lion dut le lâcher et tomba à terre. Regnaut lui trancha la tête. Et Alexandre dit, vous avez occis celui-ci, j’occirai l’autre. Le lion s’approcha de lui la gueule ouverte et Alexandre planta son épée jusqu’au cœur. Ainsi furent deux lions morts. Roland s’approcha du troisième qui, le voyant venir, se coucha à terre en signe d’humilité. Alors Roland ne voulut pas le frapper et dit je crois que c’est par la volonté de Dieu que ce lion est si doux, j’espère que Dieu nous aidera. Le lion se mit devant, nos barons le suivirent et entrèrent dans la première salle.

Le géant qui était là, apercevant les cinq barons conduits par le lion, s’exclama : Qu’est ceci ? je crois que Mahom est devenu fou et n’a plus nulle puissance quand je vois ces barons entrer céans sans que les lions les aient dévorés. En effet, un sortilège de Creante permettait aux lions de reconnaître ceux qui voulaient lui nuire. Mais Dieu qui est tout-puissant défit l’enchantement et ôta leur puissance aux lions pour sauver ses serviteurs.

Alors le géant s’approcha de Roland et leva le bras pour le frapper. Roland lui mit Durandal dans la poitrine et lui perça le cœur, dont il mourut. Son frère leva une grosse massue pour assommer Alexandre qui fit un bond pour l’éviter. Le coup tomba à terre et Alexandre d’un revers sépara le bras du géant du corps et la massue tomba à terre. Alexandre lui trancha la tête. Et furent deux géants morts.

Le troisième géant voulut venger ses frères. Il prit Richard à bras le corps et le chargea sur ses épaules pour l’emporter. Regnaut lui dit laisse-le. Le géant dit qu’il boirait son sang. Richard se secoua et tomba à terre. Regnaut frappa le géant sur la tête et le fendit jusqu’aux dents.

Il n’y avait plus qu’un géant, c’était le plus fort et le plus féroce. Olivier dit à ses compagnons mes seigneurs, cette bataille est à moi, que nul n’y touche. Le grand géant vint sur lui et le frappa sur le heaume avec une grande hache d’armes. Le coup fut si fort qu’Olivier faillit tomber à terre. Roland lui cria quoi, cousin, vous abaissez-vous devant ce géant ? n’avez-vous pas votre bonne épée Hauteclaire qui a tant fait mourir de Sarrasins ? ne tranche-t-elle plus ? Olivier, tout honteux, alla sur le géant l’épée au poing et la lui mit en travers du corps. Et le géant tomba mort sur le pavé.

Quand Creante vit tous ses enfants morts, elle en fut insensée. Braillant comme un taureau échauffé, elle vint sur nos gens, la gueule béante comme une bête enragée, hérissée comme un hérisson. Elle attrapa Alexandre et le chargea pour l’emporter. Regnaut lui frappa la tête de son épée qui rebondit comme sur une enclume. La grande géante ne cessait de cheminer et le jeune Alexandre ne pouvait rien, tant elle était puissante. Roland lui vint dessus de toute sa force avec Durandal mais elle était comme une pierre de marbre. Ils en furent tous ébahis. La géante leur dit : Vous perdez votre temps à me frapper, aucun acier ne peut rien me faire. Et pire pour vous, vous ne pourrez pas sortir de ce château. Vous y demeurerez tant qu’il me plaira, je ne veux autre vengeance de la mort de mes sept enfants que vous avez occis. Vous pouvez mettre Ganelon hors de prison mais vous me tiendrez compagnie à la place de mes enfants que j’aimais tant. Ce disant, elle lâcha Alexandre. Nos barons tout étonnés allèrent à la citerne où Ganelon était tenu étroitement. Dès qu’il fut dehors, il prit une épée pour occire Creante. Il la frappait à grands coups et la vieille ne faisait que rire. Roland, Olivier et aussi Alexandre lui donnaient de grands coups comme sur une enclume.

Comprenant qu’ils perdaient leur peine, ils arrêtèrent et se dirigèrent vers la porte du château. Elle n’était pas gardée mais quand ils approchaient pour sortir, elle se fermait d’elle-même par magie.

Et ainsi, ils demeurèrent au château de Creante, longtemps et en grande douleur et tristesse car leur valeur ne servait de rien, tout étant fait par art de diable. Ils y eussent demeuré toute leur vie si le bon chevalier Maugis ne les eût délivrés.

Maugis les libère

Maugis, le cousin de Regnaut, était à Montauban. Il demandait souvent à ses livres en quel état étaient Regnaut et ses compagnons. Ainsi il apprit qu’ils étaient au château duquel il était si difficile de sortir.

Il le dit à Alard et Guichard, les deux frères de Regnaut. Ils furent bien affligés et, aussitôt, le mandèrent à leur cousin Astolfe qui, de Paris se précipita à Montauban. Maugis lui conta comment Regnaut et ses compagnons étaient enfermés dans ce château dont ils ne pourraient jamais sortir sans secours. Par quoi, ils conclurent qu’ils iraient, Maugis, Astolfe et Alard. Guichard garderait Montauban.

La damoiselle Anthée dit qu’elle irait avec eux car elle avait grand désir de voir Regnaut. Eux quatre se mirent chemin et arrivèrent en Espagne.

Un jour qu’il faisait bien chaud et qu’Anthée chevauchait la tête découverte, ils rencontrèrent trois chevaliers païens qui allaient tout armés et dont l’un était neveu du roi Marcille dont nous avons déjà parlé. Ce chevalier s’appelait Liombrun et était très fougueux. Voyant Anthée si belle, il la voulut pour lui. Il s’approcha des barons et leur dit : Je ne sais qui vous êtes, mais celui-ci n’est pas un chevalier, c’est une damoiselle et il faut qu’elle vienne avec moi. Vous l’avez assez gardée, et quand je l’aurai gardée autant que vous, s’il me plaît, je vous la rendrai.

Astolfe lui répondit ce n’est pas ton affaire d’avoir une telle personne, elle est de trop grand prix.

— Si l’aurai, dit le Païen, ou tu la défendras à la lance.

— Je veux bien.

Alors ils vinrent l’un contre l’autre la lance baissée et, du second coup, Astolfe tomba à terre. Le Païen voulut mettre la main sur Anthée mais Alard s’y opposa, par quoi le Païen prit une lance et alla contre Alard qui lui mit la sienne au travers du corps et le Païen en tomba mort. Ha ! dit Anthée, Alard, tu as montré que tu es du lignage de Regnaut !

Quand les deux autres virent leur compagnon mort, ils le prirent, le mirent sur son cheval et l’emportèrent en la cité.

Astolfe, bien honteux d’être tombé, s’excusait que son cheval avait failli. Il n’y a pas d’excuse, dit Anthée car chacun a bien vu.

Ils allèrent tant et tant qu’ils arrivèrent au château de Creante. Quand ils furent à la porte, Maugis fit ses enchantements pour dénouer ceux de la géante et ils entrèrent. En se retrouvant les uns les autres, on comprend la joie qu’ils eurent. Regnaut demanda à Maugis comment ils avaient su les trouver. Maugis l’expliqua et dit qu’ils ne se délivreraient pas sans son aide. Regnaut embrassa Maugis de grand amour. Maugis demanda qui était Alexandre. Regnaut lui conta comment ils l’avaient trouvé, ses vaillances, et qu’il était fils de Girard de Roussillon. Maugis embrassa son nouveau parent.

Regnaut tenait Anthée par la main et était si joyeux qu’il ne savait quelle contenance prendre.

Quand la géante vit que sa magie n’avait pas empêché les chevaliers d’entrer, elle crut devenir folle et voulut faire les plus grands sortilèges. Mais elle ne le put car les diables de Maugis furent aussi puissants que les siens, ce dont la vieille fut bien étonnée.

Roland dit à Maugis comment tuer la géante qui ne craint ni épée ni lance ?

— Je sais le moyen. Elle a fait une image de cire à sa ressemblance et l’a enchantée : tant que l’image durera sans dommage, aussi fera la vieille. Cette image est cachée ici, gardée par un dragon. Pour faire mourir la géante, il faut que vous la teniez. Il ne faut pas qu’elle vous échappe car tout serait à recommencer. Quelque enchantement qu’elle fasse, ne vous épouvantez pas. Vous, Richard, Olivier, Alexandre, Astolfe, vous la tiendrez et Regnaut viendra avec moi pour occire le dragon. Je détruirai l’image et vous verrez la géante faire de terribles choses.

Roland et les autres allèrent la prendre. Ils la trouvèrent, écrivant certains caractères par terre. Eux quatre la saisirent, et eurent assez à faire car elle s’efforçait de faire ses enchantements. Maugis et Regnaut allèrent dans une petite chambre où était l’image, à côté de laquelle se trouvait un grand dragon qui jetait du feu par la gueule. Regnaut tira son épée, alla contre le dragon et lui donna un si grand coup qu’il lui trancha une grande partie de la queue. Le dragon blessé cracha une grande flamme de feu qui fit grand mal à Regnaut. Le dragon voulut l’écraser, Regnaut lui mit son épée dans la panse jusqu’à la garde. Du corps du dragon sortit une grande abondance de sang et il mourut sur place. Maugis prit l’image qui avait été faite de cire vierge sous une certaine constellation du ciel, puis, par magie, il fit venir un grand feu ardent pour fondre la cire. Tout le château tremblait si fort que Regnaut, ne pouvant plus se tenir debout, recula de dix pas. Maugis lui dit mon cousin, n’ayez pas peur de ce que vous voyez : pendant que cette image fond, la vieille se consume.

Roland et ses compagnons tenaient difficilement la géante. Elle se tordait, se rassemblait, s’allongeait, faisait bruire ses dents les unes contre les autres, contorsionnait les bras et les jambes et tournait les yeux dans sa tête car elle sentait sa mort prochaine.

Pendant ce temps, il tonnait. Les éclairs faisaient branler le château. Il tombait si grande abondance de grêle et de pluie qu’il semblait que ce fût la fin du monde. La violence du vent arrachait les tuiles, ouvrait et fermait les portes et fenêtres qui faisaient grand tumulte. La tempête était telle que nos gens se croyaient en Enfer. Et c’était bien cela : jadis, la mauvaise vieille avait fait venir plusieurs diables ; ils faisaient si grande tempête parce qu’il leur fallait à présent vider les lieux et retourner aux abîmes d’Enfer. Les quatre chevaliers avaient grand peine à tenir la géante qui se démenait. Quand l’image fut consumée et toute fondue, le vieille rendit son esprit aux diables et il y eut un tel coup de tonnerre que nos barons, se croyant morts, tombèrent à la renverse.

Après, la pluie et la tempête cessèrent, et le vent aussi. Le temps devint beau et clair, ce dont nos gens furent bien joyeux. Maugis et Regnaut rejoignirent les autres et tous remercièrent Maugis de son secours, sans lequel ils n’auraient jamais pu sortir du château.

Ils brûlèrent la vieille et ses enfants et se reposèrent quelques jours en grande réjouissance, laquelle ne dura pas longtemps comme vous l’entendrez ci-après.

Astolfe quitte ses compagnons

Un jour que les barons se reposaient au château de Creante et qu’ils bavardaient, Alard, le frère de Regnaut, ne put s’empêcher de dire comment Astolfe était tombé du coup de lance d’un Païen que lui-même avait occis après. Il eut mieux valu qu’Alard ne dise rien, comme vous pourrez l’entendre.

Regnaut se moqua : Mon cousin, êtes-vous si lâche et si couard qu’une lance de Païen vous abatte de votre cheval ? Je croyais que vous aviez plus de vaillance !

Astolfe, s’entendant blâmé et méprisé, fut fort fâché et tira son épée pour frapper Regnaut qui lui dit : Tu as perdu la raison ! Que peux-tu faire contre moi ? Si tu ne te retires, je te ferai manger ton épée. Roland se mit entre eux et dit à Regnaut : Vous avez tort de blâmer notre cousin Astolfe qui a toujours été prêt à vous aider, vous et les vôtres, comme s’il était votre frère. Il est venu ici pour cela comme vous le savez. Traitez-le comme parent et ami !

Olivier et Alexandre menèrent Astolfe en une chambre. La noise fut apaisée mais, la nuit suivante, quand tous furent couchés, Astolfe prit ses armes, monta sur son cheval et, secrètement, quitta le château sans prendre congé.

Ainsi fait Fortune qui tourne les affaires du monde comme il lui plaît : le départ d’Astolfe causa aux Barons beaucoup d’ennuis.

Astolfe chemina longuement sans savoir où il allait. La nuit le prit dans un pays inhabité. De tout le jour, il n’avait trouvé lieu où s’héberger. À travers l’obscurité, il vit la clarté d’un feu et trouva un abri où demeuraient trois saints ermites, venus là pour sauver leur âme. Il heurta à la porte et l’un des ermites lui ouvrit et demanda qui il était. Astolfe lui dit qu’il était un chevalier errant et demandait à être hébergé pour la nuit. L’ermite le fit entrer, Astolfe descendit de cheval auquel les ermites donnèrent de l’herbe. Il se désarma et mangea ce que les ermites avaient. Il en avait bien besoin, n’ayant rien trouvé depuis deux jours. Puis il alla se reposer.

Pendant qu’ils dormaient profondément, arrivèrent six Païens brigands. Ils brisèrent la porte de l’ermitage, prirent tous les vivres et aussi le cheval. Astolfe en fut bien mécontent. Quand le jour fut venu, il s’arma et demanda aux ermites par où étaient partis les voleurs. L’un des ermites lui dit : Laissez les aller, vous ne pourrez rien gagner contre eux. Ils sont six vauriens grands et forts qui ne vivent que de larcins. Ils nous ont pillé et volé plusieurs fois mais notre Dieu qui est tout bon et miséricordieux ne nous a jamais laissés dépourvus. Ils seront payés de leurs péchés car Dieu ne laisse rien impuni. Et une autre fois, vous retrouverez un cheval.

Astolfe dit à l’ermite : Si je me fie à Dieu sans y mettre du mien, je crains de rester longtemps sans cheval et je ne peux pas aller à pied. Je vais les chercher. Si je les trouve, ils n’auront jamais fait de larcin qui leur aura été vendu si cher.

Astolfe se mit en chemin, tout à pied, et les trouva en un grand pré où ils mangeaient ce qu’ils avaient volé. Son cheval était là qui paissait l’herbe. Quand il fut près, il leur cria vous serez punis des maux et larcins que vous avez perpétrés. Tirant son épée, il mit à mort le premier qu’il rencontra. Un autre lui jeta une lance mais, la voyant venir, il s’écarta et quand elle passa, il la coupa en deux de son épée, puis vint à celui qui l’avait lancée et l’occit. Les autres lui vinrent dessus mais, comme ils n’avaient pas d’armure, il en occit un autre. Les trois autres étaient en tel état qu’ils ne se défendaient plus. Il les fit aller à l’ermitage et dit : Beaux pères, voyez les larrons qui vous ont fait tant de mal, à vous et à d’autres. J’en ai mis à mort trois et je vous ai amené ceux-ci pour que vous les pendiez à un arbre.

— Ha ! sire ! dit l’un des ermites, nous ne les pendrons pas, ce n’est pas métier de gens d’Église. Laissez-les aller, Dieu les punira.

— Par mon Dieu, dit Astolfe, vous les pendrez ou je vous pendrai moi-même ! On dirait que vous êtes leurs complices.

Astolfe, prenant un bâton, dit aux ermites qu’il les battrait s’ils ne pendaient pas les brigands. Il commença à les frapper et ils durent quitter leur chape et pendre les larrons. Alors Astolfe monta à cheval, quitta les ermites et alla au hasard.

Après le départ d’Astolfe, Roland décida de partir à sa recherche et, de nuit, sans prendre congé, il quitta le château. Regnaut et les autres barons en eurent grande douleur. Ganelon aussi faisait semblant d’être malheureux et de pleurer.

Regnaut dit à Anthée : Nous avions décidé de retourner tous ensemble à Paris vers l’empereur Charlemagne mais, maintenant, notre compagnie est rompue et il n’en sera rien.

Alors Anthée déclara qu’elle retournerait en Babylone. Regnaut dit que lui et les autres l’accompagneraient.

À Babylone, les barons du pays furent bien joyeux de l’arrivée d’Anthée. Par le consentement de Regnaut au nom de Roland, elle fut couronnée reine et Dame de tous les pays et seigneuries qui avaient été à son père le grand Soudan. Tous les nobles du pays la reconnurent comme leur Dame naturelle et lui firent hommage.

Après avoir séjourné en Babylone, nos barons prirent congé. Anthée fit de grands soupirs au départ de Regnaut mais il en faisait d’encore plus grands.

Ils cheminèrent à travers plusieurs provinces de Turquie, espérant avoir des nouvelles du comte Roland. À la fin, ils retournèrent à Monaca où Jason gouvernait sagement le pays. Lui et le bon hôte Scipion furent joyeux de la venue des Français, comme tous ceux du pays. Regnaut envoya des messagers dans les pays voisins pour s’enquérir de Roland mais ils n’apprirent rien, ce dont Regnaut fut fort affecté.

Laissons Regnaut à Monaca et parlons d’Astolfe qui va par le monde.

L’histoire dit qu’il traversa plusieurs pays et contrées, comme un qui n’avait pas l’intention de retourner à Paris. Il arriva à une grande cité, Cornille, dont le roi était un grand et fort Sarrasin nommé Diomedes, si outrecuidant qu’il ne croyait ni en Jésus ni en Mahom ni en Apollin : il se faisait adorer comme Dieu. Il avait fait faire une statue à sa ressemblance qu’il obligeait ses sujets à adorer. Il ne faisait que tyrannies et exactions sur son peuple. Sa femme Philiberte n’était guère meilleure que lui, et leurs serviteurs de même. Aussi, la plupart de leurs sujets souhaitaient la mort de leur roi et reine.

Diomedes voulait que toutes femmes, tant mariées que vierges, fussent abandonnées à ceux qui les voudraient, par quoi ses serviteurs violaient toutes les femmes et filles, et celui qui les contredisait était tué et pillé sans pitié.

Astolfe se logea aux faux bourgs, en l’hôtellerie d’un gentilhomme dont la femme était une belle Damoiselle. L’hôte reçut Astolfe du mieux qu’il put et, en soupant, lui conta la mauvaise vie de leur roi cruel. Astolfe ne répondit mot et dit qu’il se reposerait quelques jours car son cheval et lui en avaient besoin.

Retournons au comte Roland, parti du château de Creante. Il arriva en l’ermitage où Astolfe avait fait pendre les larrons. Les trois ermites le reçurent comme ils purent et lui contèrent l’histoire qui amusa Roland. Il ne savait pas qu’Astolfe fût le chevalier dont ils parlaient. Après avoir devisé, ils allèrent se reposer et, vers la minuit, un Ange apparut à l’un des ermites et lui dit : Le chevalier que vous hébergez est Roland, neveu de Charlemagne, le grand champion de la foi. Et l’autre, celui qui fit pendre les brigands, est son cousin Astolfe, un autre défenseur de la foi chrétienne. Par quoi, faites pour Roland tout ce que vous pourrez.

L’Ange apparut aussi à Roland : Dieu te mande que ton cousin Astolfe a été en ce lieu. Aie courage, avant sept jours, tu le retrouveras. Soyez toujours vaillants pour augmenter la foi !

Alors l’Ange disparut et Roland rendit grâces à Notre Seigneur… Après qu’il eut fait son oraison, il alla trouver les ermites. Ils le saluèrent et lui firent grand honneur. Il ouït la messe et prit congé d’eux en se recommandant à leurs prières.

À l’heure de tierce, dans une grande vallée, Roland vit un grand et horrible serpent aux prises avec un Griffon – c’est une bête comme un bœuf dont le col, la tête et les jambes de devant sont comme d’un aigle, et le corps, les jambes de derrière et la queue comme d’un lion. Il a des ailes et vole mieux qu’un oiseau. Il est si fort qu’il peut porter un cheval tout armé.

Roland s’arrêta pour voir la bataille. Quand elle eut beaucoup duré, le serpent entortilla sa queue autour du cou du griffon qui ne parvenait pas s’en débarrasser. Le griffon sembla si beau à Roland qu’il en eut pitié, alla sur le serpent et, de Durandal, lui donna un tel coup qu’il le tua. Le griffon délivré s’envola. Roland laissa le serpent mort et, continuant son chemin, tomba sur quatre grands lions qui l’assaillirent.

Roland tira son épée et, du premier coup, en occit un. Les trois autres se jetèrent sur lui qui se défendait comme il pouvait quand le griffon descendit sur un des lions, aussi rapide que la foudre, et le prit par la tête avec ses griffes. Il le serra si fort qu’il le fit mourir.

Roland voyant qu’il ne restait que deux lions reprit courage et en occit un autre et le griffon, du bec et des griffes, fit mourir le dernier, puis s’envola en l’air. Cette bête fait honte aux gens qui ne récompensent pas les bienfaits qu’ils reçoivent mais sont ingrats comme pourceaux.

Roland partit et chemina par divers pays, cherchant Astolfe. Au bout de six jours, il arriva à Cornille où était déjà Astolfe. Roland se logea dans la maison d’un Païen pour se reposer et refaire son cheval, devenu si maigre qu’il ne pouvait plus cheminer.

Astolfe, un jour, vit son hôte troublé et tout pâle : l’un des serviteurs de leur roi s’était vanté qu’il aurait sa femme pour en faire sa volonté. L’hôte craignait qu’ils vinssent à six ou sept pour la ravir.

Arriva alors un homme qui ressemblait plus à un brigand qu’à un marchand et dit à l’hôte : Mon seigneur le capitaine mande à ta femme qu’elle prenne ses plus beaux habits et vienne parler à lui car il a affaire à elle. La Damoiselle dans sa chambre pleurait fort.

Astolfe dit au messager : Je ferai la réponse pour mon hôte. Si ton maître veut la Damoiselle, qu’il vienne la chercher. Tout le pays de Barbarie ne parle que des tyrannies que ton roi Diomedes et ses serviteurs font au peuple. Quelle justice est-ce de violer les Dames et les vierges ? J’espère que, au plaisir de mon Dieu, ils seront punis.

Le serviteur lui dit tu dois être quelque fou. Est-ce à toi de corriger notre roi qui est si puissant ?

— Va lui dire que s’il était encore plus puissant, ça n’empêcherait pas que soit venu le temps de sa punition. Le Ciel ne souffre plus ses iniquités, la Terre ne peut plus supporter ses péchés et, rien que d’en parler, le Soleil devrait perdre sa clarté.

Le messager, comme son maître, préférait le mal au bien. Il courut redire au roi les paroles d’Astolfe, et que l’hôte s’entendait avec l’étranger.

Alors Diomedes : Cet étranger doit être hors de sens, ou quelque brigand. Retourne là-bas et dis leur de venir me parler, je leur montrerai leur folie. Mais ce vaurien se sera enfui.

— Non sera, car il parlait avec assurance.

Astolfe était tout armé, en homme à moitié désespéré qui aime mieux la guerre que la paix. Le messager transmit l’ordre du roi. Astolfe répondit : Je n’aurai pas la complaisance d’aller en son palais mais, s’il ose se trouver en la grand place de la cité, monté et armé comme un noble chevalier, il me trouvera pour faire la preuve que j’ai raison. S’il te demande qui je suis, dis-lui que je suis un chrétien venu punir ses fautes.

Diomedes eut grand dépit : Quel est ce vaurien qui me respecte si peu qu’il veuille jouter contre moi ? Va lui dire que je ne lui manquerai pas. Il me trouvera en la place et on pourra voir la force et la puissance qu’il aura contre moi.

Diomedes demanda ses armes et son cheval et le messager alla prévenir Astolfe qu’il trouverait le roi qui le ferait dédire.

L’hôte pensa qu’Astolfe devait être puissant et qu’il pourrait bien arriver à châtier Diomedes. Par quoi, il parla à ses parents et à plusieurs qui n’aimaient pas le roi, pour qu’ils se tiennent tout armés en quelque lieu secret, et que, si Diomedes avait du pire, aussitôt, ils mettent à mort les principaux de ses serviteurs ; tout le monde leur viendrait en aide car tous voulaient mal au roi et à ses serviteurs. Il en trouva bien soixante qui se mirent en embuscade. Astolfe alla en la place. Et aussi Diomedes, armé et monté richement.

Roland apprit qu’un chevalier allait combattre le roi de la cité. Il s’arma et monta sur son cheval, si maigre qu’il se soutenait à peine et ne pouvait aller que le petit pas. Par les rues, les enfants se moquaient de Galantin. Ils disaient ce cheval a plus besoin de se reposer que de batailler, le maître qui est dessus ne doit pas valoir grand chose. Roland entendait ce qu’on disait. Un Païen, par derrière, mit la main à Galantin et lui ôta le frein de la tête. Roland leva le poing et, avec son gant de fer, donna au Païen un coup qui lui cassa le nez et lui arracha un œil. Le peuple, émerveillé, dit que le coup ne venait pas d’un bras faible. Roland descendit remettre le frein à Galantin. Celui à qui il avait arraché l’œil tira son épée, Roland la lui ôta des mains et, du pommeau, lui donna sur le visage un coup qui le fit tomber sur le pavé. Roland remonta sans mettre le pied à l’étrier, et ceux qui le regardaient le prisaient plus qu’avant.

Cependant, Diomedes arriva sur la place et dit à Astolfe est-ce toi qui crois reprendre mes fautes ?

Ils s’éloignèrent, piquèrent, Astolfe brisa sa lance sur l’écu de Diomedes dont le cheval tomba et il perdit un de ses étriers. Astolfe lui dit tu es mon prisonnier car tu es tombé. Mais comme le cheval du Païen s’était relevé avec son maître, il disait que non. Astolfe que si. Roland regardait leur dispute. Quand Diomedes l’aperçut il dit à Astolfe je m’en rapporte à ce chevalier. Astolfe ne reconnut pas Roland, ni son cheval parce qu’il était trop maigre ; mais Roland le reconnut bien.

Alors Diomedes exposa le cas à Roland qui dit si tu veux la vérité, selon la loi de la guerre tu dois être son prisonnier puisque tu as perdu un étrier.

Le Païen pensa enrager : De fol juge, brève sentence. Ton avis est mauvais, je ne te croirai pas.

— Je te dis que j’ai jugé justement. Si tu le nies, je te le prouverai à la bataille corps à corps.

— Je le veux bien.

Roland lui dit : Comme chacun le voit, mon cheval est si las et si maigre qu’il ne peut se soutenir. Aussi je voudrais que nous combattions à pied et aux épées.

Astolfe lui prêta le sien. Roland descendit de son cheval et monta sur celui d’Astolfe. Roland et Diomedes s’éloignèrent et, quand ils se frappèrent, le Païen brisa sa lance et Roland lui passa la sienne à travers du corps, ce qui le fit tomber à terre, gravement blessé. Il s’écria : Chevalier, dis-moi si tu es païen ou chrétien, et ton nom. Je reconnais que je mérite cette punition : j’ai pris ce royaume par force et, par ma tyrannie, j’en ai chassé le vrai roi qui avait nom Jason et a été contraint, pour gagner sa vie, de devenir patron d’un navire. Jamais je n’eus pitié de lui.

Roland comprit que c’était le Jason de Monaca. Il dit à Diomedes à l’oreille sache que je suis Roland, le neveu de Charlemagne. Le Païen dit je mourrai plus tranquille, sachant que je suis puni par le meilleur chevalier du monde. Et, ce disant, il mourut.

Ceux qui étaient en embuscade sortirent et mirent à mort tous les serviteurs qu’ils purent atteindre. Tout le peuple fit grand honneur à Roland et, venant sur Diomedes, lui donnèrent plus de cent coups après sa mort : l’un lui tranchait une oreille, l’autre le nez, l’autre la main, l’autre lui arrachait les yeux et, ainsi, il fut mis en dix mille morceaux.

Après, ils voulurent faire roi Roland. Il refusa car il ne pouvait pas rester avec eux. Il leur dit de prendre plutôt le chevalier qui avait d’abord vaincu Diomedes et lui avait prêté son cheval. Les habitants furent d’accord et les menèrent au palais. En allant, Roland demanda à Astolfe son nom et son pays, il répondit qu’il était de Barbarie, de noble lignage, et avait nom Galien.

Une fois au palais, pendant que le souper se préparait, les deux bavardèrent et ils parlèrent des pairs de France, entre autres de Roland. Roland qui avait gardé son heaume commença à dire du mal de lui. Astolphe mécontent lui dit : Homme, si vous voulez dire du mal du comte Roland, quittez aussitôt ce palais car il est l’un des bons chevaliers du monde.

— Vous le connaissez mal, dit Roland. Il est orgueilleux et outrecuidé, et pas si vaillant qu’on le dit.

Alors Astolfe jura qu’il le ferait repentir de ces paroles. Roland retira son heaume et Astolfe l’embrassa de grand amour et fut fort joyeux. Ils se racontèrent leurs aventures.

Astolfe fut couronné roi du pays. Maintenant, laissons-les, et parlons de Philiberte, la femme de Diomedes, et du comte Regnaut et ses compagnons.

Regnaut assiège Roland et Astolfe

L’Histoire dit que Philiberte, après la mort de Diomedes, partit de Cornille se réfugier dans un château qui était à son père. Un jour qu’elle était à la porte, deux pèlerins passèrent et lui dirent : Tu sais comment ton mari a été occis par deux Païens qui t’ont déshéritée et mise hors de ton royaume. Sache que, en la cité de Monaca, se trouve Regnaut et les autres barons chrétiens. Si tu vas te plaindre à eux, ils te remettront en ton royaume car ils protègent les femmes veuves.

Philiberte, après avoir réfléchi, décida d’aller à Monaca. Une fois arrivée, elle salua les barons et leur conta sa défortune, que deux chevaliers de Barbarie avaient fait mourir le roi et l’avaient chassée, et que l’un, Galien, s’était fait roi. Par quoi, elle les suppliait de lui donner aide.

Jason la regarda, la reconnut et dit : Je sais qui vous êtes. Vous êtes la femme de celui qui me chassa de mon royaume et le prit sans aucun droit, par quoi j’ai été obligé de gagner ma vie vagant par les mers. Loués soient les Dieux de m’avoir vengé ! Il était le plus grand tyran de son peuple qui fut jamais au monde. Si je trouve celui qui l’a tué, je me ferai son homme.

Regnaut, regardant Jason qui pleurait à grosses larmes, lui dit : Jason, pourquoi n’avez-vous pas plus tôt dit votre affaire ? Nous vous eussions remis en votre héritage.

— Sire, j’étais honteux de ma défortune et le cœur me disait que je serais vengé.

Regnaut dit à ses compagnons qu’il leur fallait secourir ce royaume de Cornille et le rendre à celui des deux auquel il appartenait. Les barons se préparèrent, prirent mille hommes avec eux, se mirent en chemin et arrivèrent devant la cité. Ils se logèrent aux faux bourgs.

Regnaut envoya un des serviteurs de Philiberte mander à Galien de rendre la cité et tout le royaume à Philiberte, ou de sortir avec toutes ses forces sur le champ de bataille.

Astolfe et Roland savaient que leurs assiégeants étaient Regnaut et ses frères mais, eux, ne savaient pas à qui ils avait affaire.

Astolfe répondit au messager : Tu diras à ton maître que je tiens cette cité à bon droit. Je ne crains ni lui ni ses gens, et demain je sortirai au champ pour voir ce qu’il sait faire.

Au matin, Roland et Astolfe s’armèrent, changeant de chevaux et d’armures pour ne pas être reconnus. Regnaut et ses compagnons étaient déjà sur le champ. Quand ils s’approchèrent, Regnaut pensa que le premier était Galien car il était plus richement armé que l’autre. Il lui dit : Est-ce toi qui, à tort et sans cause, as fait mourir le roi Diomedes, pris son royaume et chassé sa femme à qui le royaume appartient ?

Astolfe lui dit : Regnaut, tu es bien chaud de dire que je n’ai nul droit. Tu donnes la sentence sans ouïr les parties, par quoi tu ne saurais juger justement. Je me doute que l’amour que tu as pour cette dame te fait parler. Tu n’as pas de raison, toi qui es chrétien, de te mêler de nos affaires de Païens. Mais tu n’es pas le premier qui, pour l’amour des femmes, fait de grandes folies. Puisque tu demandes la joute, tu l’auras, mais pas avec moi, avec ce chevalier que tu vois, celui qui a occis Diomedes.

Roland répondit qu’il était prêt à jouter contre Regnaut. Ils s’éloignèrent, brochèrent les chevaux ; le coup fut si extraordinaire que les deux lances se brisèrent et volèrent par dessus les chevaux, sans que l’un ait l’avantage sur l’autre. Regnaut fut bien étonné parce qu’il ne savait pas contre qui il joutait. Une fois relevé, il tira Flamberge sa bonne épée, Roland tira Durandal et dit tout haut : Ha ! Cousin Regnaut ! Est-ce pour l’amour de dame Philiberte que vous voulez m’occire ? Regnaut reconnut la voix de Roland, et aussi son épée. Il courut l’embrasser et dit mon cousin, qui eût pensé que vous fussiez ici ? S’étant embrassés, ils allèrent au palais où ils se racontèrent leurs aventures et se reposèrent en fêtes et en liesse, ce qui ne dura pas longtemps comme vous pourrez l’entendre.

Nos barons apprennent que les Païens assiègent Paris

Un jour que nos barons festoyaient, il arriva l’un des Pairs de France nommé Dodon. Il salua Regnaut et la compagnie, puis s’assit et, les larmes à l’œil, dit : Les nouvelles ne sont pas bonnes mais pitoyables. Paris est assiégé par un roi païen, nommé le grand Calorion de la Montagne, frère du Vieux de la Montagne. Il vient avec cent mille Païens venger la mort de son frère qu’un chevalier de votre compagnie a fait mourir à tort et sans cause. Il y a aussi un sien frère nommé Archelaus, qui est très fort et puissant. Et, en plus, Griffon de Hautefeuille, le neveu de Ganelon, assiège Montauban avec trente mille hommes et, dedans, il n’y a que Guichard avec Vivian et bien peu de gens. L’empereur ne peut les secourir car il a assez affaire de se défendre des Païens.

Les barons furent tout étonnés, principalement Regnaut qui, apprenant que Montauban était assiégé, dit tout haut : Ha ! Ganelon, tu as brassé toute cette affaire ! Mais, par l’âme du vieil Aymon mon père, si je peux arriver en France, je t’en ferai repentir.

— Il n’est pas vrai, dit Ganelon tu sais bien que depuis le château de Creante, j’ai toujours été près de toi. De ceci, je suis innocent.

— Jamais personne ne doit se fier à tes paroles car, toute ta vie, tu n’as fait que trahisons et c’est toi qui as fait aller Calorion devant Paris.

Roland dit à Regnaut : Mon cousin, vous avez tort de donner la faute à Ganelon, car vous n’en savez la vérité. Par quoi, soyons en paix et décidons d’aller secourir le royaume de France qui est en si grand danger. Astolfe approuva.

En partant, ils ordonnèrent que Philiberte serait reine pour sa vie seulement et que, à sa mort, Jason aurait le royaume pour lui et les siens. À la requête des barons, il en fut d’accord et repartit aussitôt pour Monaca, avec les gens d’armes qu’il avait amenés.

Les barons quittèrent Cornille et prirent le chemin le plus direct.

CHAPITRE IV

CHARLEMAGNE ASSAILLI

Roland et ses compagnons vainquent au passage Adillant et trouvent Paris assiégé par les Païens et Montauban assiégé par le neveu de Ganelon. La paix se fait avec les premiers au détriment du second qui est assiégé à son tour. Mais la paix se fait avec lui et, tandis que Regnaut poursuit ses aventures au Levant, Ganelon brasse de nouvelles trahisons : la belle Anthée, tout à coup désireuse de venger son père le Soudan, mobilise le roi Marcille d’Espagne. Une colossale armée assiège Paris et est vaincue. Anthée rentre chez elle et Marcille jure une paix éternelle.

Ils firent les plus grandes journées qu’ils purent et entrèrent en une cité qui s’appelait Villefranche. Son roi était un neveu du Vieux de la Montagne, Adillant. Il ne manquait ni de hardiesse ni de courtoisie. Voyant les Français par les rues cherchant logis, ils lui parurent hommes de bien. Il leur manda de loger en son palais où il leur ferait bon accueil. Ils en furent bien contents.

Arrivés en la salle, ils saluèrent le roi Adillant en langage sarrasin. Il leur demanda d’où ils étaient. Roland répondit : Sire, nous sommes de la terre du Soudan que les Français ont fait mourir et dont ils occupent la terre, nous bannissant de notre pays. Nous allons par le monde, cherchant la guerre que nous aimons mieux que la paix car c’est notre métier.

Le dîner fut prêt et les barons se mirent à table avec le roi. Devant la table, il y en avait un qui faisait du fol et du plaisant. Il mit la main au plat du comte Regnaut et lui fit répandre sur lui tout le brouet. Regnaut lui dit n’y retourne pas car je te montrerai qu’il m’en déplaît. Le Païen, croyant plaisanter, prit un grand poisson dans un plat et le jeta sur la figure de Regnaut. Adillant en rit bien fort mais Regnaut, perdant patience, leva le poing et donna un coup au Païen qui lui cassa trois dents et lui fracassa le nez tant que le sang tombait à terre abondamment. Le roi, mécontent, dit à Regnaut : Tu me respectes bien peu de battre mes gens devant moi en ma table. N’y retourne plus si tu es sage, autrement je te montrerai que tu es trop outrecuidé.

— Je te dis, roi, que si je t’en avais fait autant, tu aurais fait comme moi.

Adillant, courroucé : Achevons de dîner ! Après, je te montrerai ton outrecuidance.

— Je te défie, dit Regnaut.

Les Barons et le roi Adillant

Après dîné, le roi demanda ses armes et monta à cheval. Ainsi firent Regnaut et ses compagnons. Arrivés aux lices, ils s’éloignèrent. Le Païen brisa sa lance et la force de Regnaut fut trop grande pour lui : homme et cheval allèrent par terre. Le Païen tout honteux se releva et dit à Regnaut : Tu peux te vanter de m’avoir donné le plus grand coup de lance que j’aie jamais reçu. Je te prie de me dire ton nom.

— Je ne le cacherai pas. Je suis Regnaut de Montauban, et ceux-ci sont le comte Roland, Olivier, Astolfe, Dodon ; l’autre est mon cousin Maugis ; ces deux sont mes frères Alard et Guichard, et ce jeune chevalier est mon cousin Alexandre qui s’est fait chrétien depuis peu. Et l’autre, c’est le traître Ganelon dont tu as entendu parler.

— Je suis bien content d’avoir reçu en mon palais les meilleurs chevaliers du monde. Mais dis-moi : ne fus-tu pas celui qui occît le Vieux de la Montagne, mon oncle ?

— Je te dirai la vérité : je fus mandé par le Soudan pour le combattre mais je ne l’occis pas. Il se rendit à moi et se fit chrétien et, depuis, nous avons été en grande amitié. Mais un grand géant l’occit, dont je fis vengeance en l’occisant de mes propres mains.

— Je regrette, dit Adillant, que la chose ait été dite de travers à mon oncle, le grand Calorion, qui, pour venger le Vieux de la Montagne, est allé mettre le siège devant Paris.

Pendant qu’Adillant parlait, un grand tumulte se leva dans la cité où chacun criait alarme. Le roi dit : N’en doutez pas, c’est le grand lion tout blanc. Il vient chaque jour autour de la cité et, ceux qu’il trouve, il les dévore. Et si la porte de la cité est ouverte, il tue tout ce qu’il rencontre. Il a dû entrer et faire quelque mal.

— Je vous prie, dit Regnaut, que je voie ce lion. Si je peux l’atteindre, il ne fera plus de mal.

— Si tu peux le tuer, je te jure que tout le peuple de la cité t’adorera comme Dieu.

Alors ils allèrent au lion qui, déjà sorti de la cité, emportait une fille qu’il dévorait. Ceux qui étaient avec Regnaut s’arrêtèrent et montèrent sur les arbres. On aurait dit des étourneaux. Regnaut trouva le lion qui alla au devant de lui. Regnaut descendit de cheval, tira son épée et frappa sur le lion qui avait la peau si dure que l’épée ne fit pas plus que sur une enclume. Le lion, laissant Regnaut, alla à Boyard pour le dévorer. Regnaut eut peur pour son cheval et prit le lion par le cou pour le retirer de dessus Boyard. Le lion le mit dessous lui et, des dents et des ongles, cherchait à déchirer son armure. Regnaut se releva et, avec le gant de fer, donna un si grand coup de poing sur la tête du lion qu’il l’étourdit à terre. Quand le lion fut tombé, il lui mit l’épée dans le ventre où la peau était moins dure que sur le dos. Le lion demeura mort, ce dont le peuple fut joyeux.

Regnaut et ses compagnons retournèrent en la cité. Le peuple mettait genoux en terre disant bénies soient ces mains qui nous ont délivrés du malheur où nous étions depuis dix ans. Le peuple l’adorait comme firent ceux de Jérusalem à David quand il eût occis le géant Golias. Le roi Adillant mena Regnaut au palais en grande joie et lui dit : Noble baron, je ne sais comment te récompenser. Si tu veux, je te donnerai vingt mille hommes de guerre que tu mèneras en France pour chasser les Païens. Et je te donnerai un conseil qui t’apportera encore des gens : envoie un messager à Olive, la fille du roi Constant qui fut occis devant Babylone. Je suis sûr qu’elle vous donnera assez de bons gens d’armes.

Roland approuva : Elle le fera de bon cœur car je l’ai délivrée de la prison des trois géants et ramenée à son père, par quoi il m’accompagna en Babylone. Mais la fortune voulut qu’il fût occis par le géant Salincorne que j’ai occis après. J’espère qu’Olive sera joyeuse de nous faire secours. Envoyons-lui un messager.

Regnaut dit : Nul autre messager que moi n’ira. J’emmènerai mes frères, et vous, Roland, Olivier, Alexandre et les autres, avec les gens que le roi Adillant vous baillera, irez à Paris secourir l’empereur Charlemagne. Moi et mes frères, et les gens que nous pourrons avoir, vous suivrons aussitôt que possible.

Regnaut fit apprêter un navire car on lui dit qu’il y serait plus vite par mer et prit congé.

Après le départ de Regnaut, Ganelon prit à part le roi Adillant et lui dit : Je ne saurais rendre le mal pour le bien ; tu me fais beaucoup de bien et honneur, par quoi je me sens redevable. Si tu me jures par tes Dieux que tu ne me dénonceras pas, je te dirai un secret qui t’étonnera, et qui te concerne. Le Païen le lui jura et Ganelon poursuivit : Le grand Calorion est allé pour rien en France venger le Vieux de la Montagne. Regnaut t’a dit qu’un géant l’avait occis, ce n’est pas vrai. Celui qui l’occît se trouve ici en ta compagnie, il couche en ton palais et, comme Judas, mange à ta table. Regnaut, ne pouvant pas tuer le Vieux parce qu’il l’avait baptisé lui-même, le fit occire par Alexandre quand il était encore païen. Le jouvenceau jouta d’abord contre Olivier et Richard qui firent semblant d’être abattus. Le Vieux voulut jouter pour venger leur honte et, d’un premier coup, Alexandre le tua. Alors Regnaut contrefit le marri et jouta contre Alexandre qui se laissa tomber. Il contrefit le mort mais fut bien vite revenu à lui. Ils avaient fait faire je ne sais quoi à son épée pour trouver qu’Alexandre était leur cousin et il se fit baptiser. Je ne dirai rien de plus. Vous saurez vous venger de votre ennemi puisqu’il est dans votre compagnie.

Ganelon, ayant brassé cette trahison, laissa Adillant perplexe, se demandant comment il se vengerait. Ce jour même pendant qu’ils soupaient, Adillant dit à Roland : Ce jouvenceau a-t-il gardé le nom qu’il avait quand il était païen ? On ne peut priser un homme qui délaisse sa loi pour en prendre une autre. Vous autres Français êtes si habiles que personne ne peut se garder de vos finesses. Regnaut ne me trompait-il pas en disant qu’un géant avait occis mon oncle ? Je sais que l’un de vous l’a occis en trahison et je devine que ce fut machiné par Ganelon qui en a bien fait d’autres.

Il disait cela pour cacher la trahison de Ganelon. Roland répondit je ne sais qui t’a dit que le Vieux fut occis en trahison, ce n’est pas vrai.

— Si est, dit Adillant, je sais qu’Alexandre l’occit en Monaca par trahison.

Alexandre répondit : Adillant, sache que je ne commis jamais trahison et jamais homme de mon lignage ne fut traître. Je suis prêt à le prouver corps à corps : je l’occis loyalement devant plusieurs princes et barons, en me défendant, car il vint m’assaillir parce que j’avais abattu Olivier et Richard.

— Je te prouverai le contraire à la joute dit Adillant. Si tu peux m’abattre, vous serez quittes et je vous donnerai mes gens pour aller à Paris.

— Nous le voulons bien, dit Roland.

La joute fut fixée au lendemain. Et Ganelon, pour mieux cacher sa trahison, s’en prit à Adillant : Tu dis que je suis traître mais, avant que je parte, je t’en ferai dédire.

— Tout le monde dit que tu as commis maintes trahisons et, quand je joutais contre Regnaut, je l’ai entendu t’appeler traître.

Olivier dit laissons ces paroles jusqu’à demain.

Alors nos barons se retirèrent en une chambre et le comte Roland dit : Dormons tout armés car nous ne sommes pas en sûreté. Quelqu’un de notre compagnie a raconté cette affaire à Adillant.

— Ce ne peut être que Ganelon, dit Astolfe, car il ne peut vivre sans faire trahison.

— Il n’est pas vrai, dit Ganelon. Mais toi, toute ta vie, tu n’as été qu’un fol qui ne cherche que noise et querelle.

— Laissons cela, fit Dodon, et pensons à bien exécuter cette affaire pour aller à Paris secourir la Chrétienté.

Le jour venu, Adillant se fit armer, monta à cheval et alla au lieu de la bataille. Alexandre et ses compagnons aussi. Les deux champions piquèrent leurs chevaux des éperons, si fort que le sang en sortit. Ils baissèrent leur lance, les brisèrent et restèrent en selle. Ils mirent la main aux épées et se combattirent tant que leurs écus étaient en morceaux et leurs hauberts démaillés. Au bout de deux heures, on ne savait pas lequel avait le dessus. Roland fit son oraison à Dieu, le priant de donner la victoire à Alexandre pour qu’ils pussent aller en France chasser les ennemis des Chrétiens. Aussitôt après, Alexandre leva son épée, atteignit le Païen au haut de son heaume et lui fendit la tête en deux parties.

Ainsi mourut le roi Adillant. Il aurait mieux fait de croire Regnaut que Ganelon. Il n’est pas toujours bon de se venger. Encore faut-il savoir attendre le temps et le lieu. Le Païen, croyant venger son parent, reçut la mort.

Ceux de la ville furent bien joyeux de la mort de leur roi car il ne les gouvernait pas correctement et ne faisait pas bonne justice. Par quoi, ils décidèrent qu’ils iraient en France avec les Barons. Ils le leur devaient bien pour les avoir débarrassés du cruel lion qui les dévorait journellement.

Roland au secours de Charles

Roland et ses compagnons rangèrent leurs bataillons, se mirent en chemin et firent tant par mer que par terre qu’ils arrivèrent près de Paris. Roland monta sur une montagne et vit l’armée des Païens qui assiégeait Paris du côté de Saint-Denis. Elle occupait beaucoup de place, le roi Calorion ayant beaucoup de tentes et pavillons.

Ceux qui faisaient le guet sur les tours de Paris, apercevant l’armée de Roland, crurent que c’étaient de nouveaux ennemis. L’empereur, fort troublé, appela son conseil et dit : Tous les Païens de Turquie viendront-ils en ce pays ? J’ai plus grande crainte que jamais. Si Roland, Olivier et Regnaut, le fils Aymon, étaient ici, je n’aurais pas tant de crainte. Dites-moi ce que je dois faire.

Ogier le Danois répondit : Sire empereur, ne vous épouvantez pas ainsi ! Nous avons déjà gagné plusieurs batailles par la grâce de Dieu. Dieu est aussi puissant aujourd’hui pour nous défendre qu’il le fut jamais.

Arriva alors la nouvelle que c’était le comte Roland avec beaucoup de gens. L’empereur commanda qu’aussitôt chacun montât à cheval pour aller au-devant d’eux. Ils sortirent nombreux de Paris car tous voulaient voir Roland.

Apercevant de loin l’empereur, Roland mit pied à terre, comme firent Olivier et les autres. Ils se mirent à genoux et saluèrent l’empereur qui descendit de son cheval et les embrassa en grande joie.

Charlemagne et les barons allèrent au palais. Les autres se logèrent dans la ville et tous quittèrent leurs armes. L’empereur, voyant Alexandre, demanda qui il était. Roland conta l’histoire du fils de Girard de Roussillon. Le roi demanda des nouvelles de Regnaut. Roland lui dit qu’il était allé chez le roi Constant pour avoir des gens d’armes et qu’il serait bientôt à Paris. Après, le roi demanda des nouvelles de Ganelon. Roland lui dit qu’il était parti à Montauban faire lever le siège que son neveu Griffon de Hautefeuille faisait mais quelque mine que fasse Ganelon, je me doute que le siège a été mis par son conseil.

— Je ne le crois pas, dit Charles.

Quand Astolfe l’entendit excuser encore Ganelon, il ne put s’empêcher de dire : Ha ! Sire empereur ! Vous êtes trop abusé par ce traître ! Il ne cesse de chercher comment vous trahir, et ceux de votre royaume. Vous êtes si aveuglé que vous ne voyez pas que c’est par lui qu’ont été chassés de votre cour votre neveu Roland, Regnaut, Olivier et beaucoup d’autres, et que vous avez été si souvent assailli d’ennemis. Calorion ne fût jamais venu en France si quelqu’un ne l’avait pas assuré que les meilleurs de vos chevaliers n’y étaient pas. Mais vous êtes l’âne qui ne sait pas ce que vaut sa queue jusqu’à ce qu’il l’ait perdue et que les mouches le piquent. Puisqu’il vous a causé tant de maux, vous devriez totalement le chasser de votre cour pour que jamais il ne revienne auprès de vous.

Le roi Calorion, apprenant l’arrivée de Roland et des autres, fut épouvanté et blasphéma Mahom : Mahom est déjà trop vieux, il a perdu son pouvoir ! Il n’a pas pu empêcher Roland et Olivier de retourner en France. S’ils ne fussent venus, j’aurais bientôt eu Paris et Charlemagne en mon pouvoir. Je me demandais pourquoi les habitants de Paris faisaient un tel tumulte, c’est la joie de la venue des chevaliers.

Si Calorion est bien ébahi, de même ceux de son armée. Son parent Archelaus ne se vante plus de prendre Charlemagne et les plus hardis ont perdu leur hardiesse.

Maintenant, laissons les Païens et parlons de Roland. Il dit à Charles : Sire, voyez ci mon cousin Alexandre. Il a grand désir de voir son père Girard qui est à Montauban. Il veut y aller avec dix mille hommes qui sont à lui. Berenger ira avec lui pour le conduire car il est hardi et sage chevalier.

Charles fut d’accord. Alexandre et Berenger se mirent en chemin et, arrivés à deux lieues de Montauban, trouvèrent Ganelon. Il emmenait vingt mille hommes pour renforcer le siège afin que Montauban fût pris avant que Regnaut arrivât. Il avait avec lui deux de ses parents. L’un se nommait Bertrand de Poitiers, l’autre Polidor, comte de Lusanne. Quand Alexandre aperçut l’armée, il demanda qui étaient ces gens et qui les commandait. Bertrand de Poitiers répondit que c’était Ganelon.

Trahison de Ganelon

Alexandre dit à Ganelon : Es-tu ici traître larron ? Es-tu ici Ganelon, père de toute trahison, toi qui dans sa vie ne fis que trahir ceux qui se fient en toi ?

— Tu as menti dit Ganelon. Je ne suis point traître. Toi, tu es traître, et tous ceux de ta parenté.

Alexandre, s’éloignant, baissa sa lance pour frapper Ganelon. Et Ganelon, Bertrand et Polidor, tous trois ensemble, allèrent contre Alexandre. L’un l’atteignit par devant, l’autre par le côté lui mit la lance au travers du corps, et l’autre tua son cheval sous lui. Alexandre tomba à terre, blessé à mort.

Berenger, exaspéré, cria : Ha ! Ganelon ! Quelle trahison que trois chevaliers en assaillent un ! je mourrai ou je le vengerai. Alors il piqua contre Bertrand et du premier coup l’abattit. Aussitôt qu’il fut à terre, Berenger lui mis son épée au travers du corps : je suis vengé de celui-ci. Après, il jouta contre Polidor et l’occit. Impossible de dire les grandes prouesses que fit Berenger ce jour : avec les gens d’Alexandre, il défit la plupart de ceux de Ganelon, lequel se cachait.

Pendant la bataille, Ogier le Danois, Girard de Roussillon et Vivian, avec trois mille combattants, sortirent de Montauban, arrivèrent et demandèrent ce que c’était. Berenger dit toute la chose comme elle allait.

Alors Richard baissa sa lance, et ainsi firent Ogier et Vivian. Ils se mirent en bataille. Quand Ganelon vit cela, il courut vers son pays. Ceux de ses gens qui ne parvinrent à fuir avec lui furent mis à mort.

Après la bataille, Berenger alla au lieu où Alexandre, couché en terre, avait tant perdu de sang qu’il ne pouvait se soutenir. Berenger le réconforta comme il put. Alors vinrent Ogier et Girard. Ils demandèrent qui il était. Ha ! Girard ! dit Berenger, c’est votre fils que vous engendrâtes en la belle Rosepine. Et il lui conta l’histoire. Alors Girard descendit de son cheval.

Quand Alexandre entendit que c’était son père, il réussit à se lever sur ses genoux, ôta son heaume, et dit en pleurant mon père, je mourrai plus tranquille de vous avoir vu avant ma mort. Il l’embrassa, et son père le baisa en pleurant, avec tant de douleur qu’il ne pouvait parler. Puis il demanda où il avait laissé sa mère Rosepine ; Alexandre lui dit qu’elle était reine en son pays et dit : Mon père, je vous prie que ma mort soit vengée du traître Ganelon. À Dieu vous recommande car je ne peux plus parler. Lors, tomba mort.

Girard, pâmé en terre, fut longtemps sans parler. Enfin il dit : Ha ! Mort ! Pourquoi ne m’as-tu pas pris, moi qui suis vieux, et laissé mon fils encore jeune que j’ai si tard connu ? La joie que j’ai eue de lui a peu duré. Ô père malheureux ! père infortuné ! Et Girard retomba pâmé sur son fils.

Ogier et Berenger le relevèrent et envoyèrent quérir une litière à Montauban. Ils mirent le corps dessus et le menèrent à Paris. Toutes les processions vinrent au devant du corps d’Alexandre qui fut porté en la grande Église et mis en terre avec grande solennité.

Quand le grand roi Calorion apprit qu’on faisait les obsèques d’un chevalier de la lignée de Montauban, il envoya un héraut demander un sauf-conduit. L’empereur en donna un pour lui et cent de ses gens. Calorion, Archelaus et autres de ses plus prochains allèrent à Paris. L’empereur leur fit grand honneur. Le roi Calorion plaignait fort Alexandre qu’il avait connu en son pays et le louait : s’il eût vécu, il aurait dépassé tous les chevaliers en vaillance et prouesse. Le père d’Alexandre faisait de si pitoyables lamentations que tous pleuraient. Calorion et ses gens n’allèrent pas à l’Église, étant païens. Quand l’office fut fait, l’empereur le reçut au palais et le fit assoir à sa table. Furent servis plusieurs mets dont les Païens furent contents.

Après le dîner, l’empereur fit assoir le roi Calorion près de lui. Le comte Roland se leva debout et expliqua si bien la mort du Vieux de la Montagne que la paix fut faite et fut jurée la guerre commune contre Ganelon. Les deux armées mettraient le siège à Poitiers où se tenait Ganelon et vengeraient la mort d’Alexandre. La guerre fut criée et les armées partirent pour Poitiers. Ganelon qui avait des espions à la cour, sut qu’on venait l’assiéger, il retira l’armée de Montauban, assembla ses gens, fortifia la cité et dit qu’il ne craignait ses ennemis que bien peu.

Les armées, entrant aux terres de Ganelon, mirent tout à feu et à sang. Après avoir gâté toute la terre, ils vinrent mettre le siège devant Poitiers. Ganelon avait si fort garni la ville et fortifié tours et murailles qu’il était difficile d’y faire dommage. Il y eut plusieurs assauts où moururent beaucoup de gens de part et d’autre.

Laissons Charlemagne et retournons à Regnaut.

Regnaut combat des amazones

Regnaut, comme nous l’avons dit, allait par mer chez le roi Constant demander des gens à sa fille Olive pour secourir Paris.

Regnaut monta sur la mer avec ses frères. Le patron leva les voiles, le vent frappa dedans. Ils eurent le vent à plaisir pendant trois jours. Le quatrième, se leva une tempête qui les écarta de leur route de plus de trois cents cinquante lieues. Ils arrivèrent à un port à côté duquel, sur un rocher, était une grande cité extrêmement forte. Son roi se nommait l’Arpaliste. Il vivait du pillage des navires qui passaient par là.

Le patron fut épouvanté : La fortune nous est contraire : pour échapper aux périls de la mer, nous nous jetons en plus grand danger. Le roi d’ici est le plus fort tyran qui soit sur la mer. Il a en sa compagnie trois cents damoiselles ou plus, toutes faites à la guerre. Elles sont armées de cuir bouilli et sont fortes et puissantes. Leur capitaine, nommée Archalide, ne craint nul chevalier, aussi puissant soit-il. Sitôt qu’un navire vient en ce port, elles descendent, pillent tout et prennent les gens qu’elles peuvent prendre.

Regnaut : Tu as tort de dire que nous sommes en plus grand danger. Celui de la mer est plus grand que celui du port : contre le danger de la mer, ni force ni puissance ne valent, tandis que, des hommes et des tyrans, on peut se défendre. Si je m’occupe de l’Arpaliste et de ses damoiselles, une autre fois ils ne pilleront pas les passants. Par quoi, donne-moi un de tes gens pour venir avec moi en la cité chercher des vivres. Tu verras si, par crainte du tyran et des femmes, je n’en rapporte pas.

Regnaut entra en la cité, trouva des vivres, s’en empara et en chargea son marinier, puis s’en retourna. Ils burent et mangèrent à plaisir car ils en avaient besoin. Puis Regnaut dit à ses frères armez-vous et allons voir si l’Arpaliste nous fera payer ce que j’ai pris dans la ville.

L’Arpaliste, apprenant qu’un chevalier avait pillé sa cité, dit à Archalide de descendre sur le port avec ses damoiselles et de le mettre à mort ainsi que tous ceux qui se rebelleraient, puis de piller le navire.

Les damoiselles descendirent du château et, à la porte de la cité, elles trouvèrent Regnaut et ses frères. Archalide lui dit : Chevalier, où vas-tu ? Qui t’a fait si hardi de venir en cette cité sans la permission du roi l’Arpaliste ?

Regnaut répondit je suis venu vous châtier, toi et lui, des tyrannies que vous perpétrez. La damoiselle dit défends-toi. Regnaut et ses deux frères tirèrent leurs épées et les teignirent du sang des damoiselles. Elles ne résistèrent guère, ils les abattaient comme la faux fait à l’herbe. En peu de temps, elles furent toutes défaites et celles qui purent se mirent en fuite.

L’Arpaliste crut perdre le sens. Il s’arma, prit une grosse lance et vint là où était Regnaut. Il était couvert d’une cotte de drap d’or ornée de pierres précieuses. Quand Regnaut le vit ainsi vêtu, il dit ce roi m’apporte riche vêtement et lui cria : Roi Arpaliste, je crois que cet habillement ne t’a guère coûté. Je suis venu te punir de tes pillages car les dieux ne souffrent plus les grands maux dont tu es rempli.

Le Païen dit : Méchant larron que tu es, es-tu venu m’injurier en ma cité ? Avant la nuit je te ferai pendre à un arbre.

Regnaut s’éloigna, ils piquèrent des éperons et se frappèrent tant qu’ils tombèrent tous deux car les lances étaient si fortes qu’il était impossible qu’ils demeurassent en selle. Mettant la main aux épées, ils se donnèrent de grands coups, mirent en pièces les écus, démaillèrent les hauberts. La bataille dura plus d’une heure jusqu’à ce que Regnaut lève son épée pour frapper le Païen à la tête. L’Arpaliste se protégea du bras gauche avec ce qu’il restait de son écu. Quand Regnaut vit le bras à découvert, il lui coupa la main avec l’écu. Le Païen bien ébahi dit : Je confesse être ton prisonnier mais je te prie de ne plus rien me faire car j’ai assez de mal et de me dire ton nom.

— Sache que je suis Regnaut de Montauban de qui tu as entendu parler.

L’Arpaliste se frappa au front : Ha ! Mahom ! tu es bien traître de m’avoir fait combattre le comte Regnaut ! tu mérites d’être blâmé. Maudite soit l’heure où je crus en toi ! Maudite soit ta déité ! Maudit, qui t’adorera ! Maudit, le Ciel ! Maudite, mon ignorance qui m’empêcha de reconnaître le comte au jouter !

Il dit à Regnaut : Prends ma terre, je t’en fais seigneur et maître. Je te prie de me donner congé d’aller par le monde universel chercher ma mort car je ne désire pas mourir en ce pays. Mahom n’aura pas l’honneur que je meure en terre païenne.

— Je ne te retiens pas. Je te laisserai aller, à une condition que tu me jureras : tu iras trouver mon cousin Roland en France et te rendras prisonnier à lui par moi.

L’Arpaliste jura et prit congé après avoir fait soigner son bras sans aller en son château. Il se mit en chemin, cherchant la mort. Regnaut mit la ville et le château en sa puissance et domination.

Paix entre Charlemagne et Ganelon

L’Arpaliste, après avoir quitté Regnaut, chevaucha longtemps sans autre aventure et finit par arriver à Paris. Il ne trouva ni Charles ni Roland et, quand il sut où ils étaient, il se mit en chemin pour Poitiers.

Le hasard fit que le premier qu’il rencontra fut Ganelon qui venait de faire une course sur les Français. Ganelon lui demanda qui il était et d’où il venait. L’Arpaliste répondit je suis un malheureux roi qui va parmi le monde cherchant la mort.

— Je me doute que Charles ou Roland t’ont envoyé ici pour épier. Et pour ce que tu dis être désespéré par ton malheur, moi, je suis plus malheureux que toi. Par quoi, il faut que nous joutions tous deux et tu trouveras la mort que tu vas cherchant.

Ils joutèrent l’un contre l’autre et Ganelon ne put soutenir le choc de l’Arpaliste. Il tomba à terre tout pâmé. Ses gens vinrent sur l’Arpaliste qui se défendit comme un bon chevalier. Alors Ganelon revint de pamoison et dit à ses gens de le laisser. Usant de douces paroles envers l’Arpaliste, il le fit entrer en la cité par une fausse porte et le mena à son palais. Il lui dit : Chevalier, je ne sais qui tu es mais tu me sembles un homme sage qui a beaucoup vu, par quoi je me fierai à toi. Je suis le comte Ganelon. Tout le temps de ma vie, j’ai servi l’empereur Charlemagne. Mais, par les manœuvres de plusieurs flatteurs et détracteurs qui sont autour de lui, j’ai été chassé, banni de la cour, et appelé traître. Qui pis est, comme tu peux le voir, une grande armée m’assiège pour détruire moi et ma terre. Pourtant, je te le jure, je l’ai bien servi et j’ose dire que sans moi il ne serait pas maintenant roi de France. Seulement, il y a peu de temps, à mon corps défendant, j’occis un de ses parents qui m’avait assailli. Tu sais que chacun est tenu de garder sa vie mais, si je l’eusse reconnu, jamais je n’eusse fait ce déplaisir à Charles. Voilà pourquoi je suis assiégé. Par quoi, je te prie d’aller à Charlemagne, de lui expliquer cela, et le prier que, si jamais je fis chose pour lui qui fût digne de mérite, il lui plaise de me pardonner et de lever le siège. Je m’offre d’aller devant lui en chemise, nus pieds et la corde au cou, demander pardon de la mort de son parent. Si tu peux obtenir la paix, tu auras fait un grand bien et toute ma vie je te serai redevable. Et salue, je te prie, le comte Roland.

L’Arpaliste, abusé, crut que Ganelon disait vrai. Il monta à cheval, vint en la tente de l’empereur faire l’ambassade de Ganelon. Il parla tant que l’Empereur et Roland lui pardonnèrent, à la condition qu’il chercherait Regnaut jusqu’à ce qu’il le trouve et obtienne son pardon de la mort d’Alexandre.

L’Arpaliste retourna vers Ganelon qui, bien joyeux, se mit en chemise, nus pieds et la corde au cou, et alla en la tente de l’empereur. À deux genoux, il demanda pardon de la mort d’Alexandre. Le roi lui pardonna. Mieux eut valu le faire mourir car, depuis, il fit encore plus de maux à toute la Chrétienté comme vous pourrez l’entendre à la fin de ce livre.

Ayant fait la paix, Ganelon se fit armer, monta à cheval et dit qu’il irait dans toutes les parties du monde jusqu’à ce qu’il ait trouvé Regnaut et obtenu son pardon.

Calorion, apprenant que la paix s’était faite grâce à Arpaliste, lui dit en la présence de l’empereur et tous les barons : Je suis venu de Paris ici avec une grande armée pour venger la mort du plus gaillard et gentil chevalier du monde et toi, par ton éloquence, tu as obtenu le pardon du plus déloyal traître du monde qui a mérité la mort plusieurs fois. Par quoi, je te défie à mort et je te prouverai à la lance et à l’épée que tu as mal travaillé. Je suis païen et toi aussi, l’empereur ne nous refusera pas la bataille.

Les deux Sarrasins s’armèrent, montèrent à cheval, prirent une lance, piquèrent de si grand force qu’ils se mirent les lances au travers du corps et tombèrent tous deux morts. Et par ce moyen l’Arpaliste trouva ce qu’il cherchait.

Quand Archelaus vit mort son frère Calorion, il prit congé et, avec ses gens, retourna en son pays. L’empereur donna congé à ses gens d’armes et retourna à Paris avec ses barons.

Ici, je cesse de parler de Charles et reviens à Regnaut.

Regnaut missionné par un Ange

Ainsi que nous l’avons dit ci-dessus, après le départ de l’Arpaliste de la cité d’Archade, Regnaut demeura roi. Il prêcha si bien les citoyens qu’il les convertit à la foi chrétienne et la plupart se firent baptiser. Nul ne doit s’étonner que Notre Seigneur aimât les Pairs de France qui mettaient leur temps, leur plaisir, leur savoir, leur corps et leurs forces à augmenter la foi chrétienne.

Une nuit, un Ange apparut à Regnaut. Il lui dit de partir, tout seul et à pied, pour un pays inhabité nommé Caprefol où se trouve un grand Païen, si cruel qu’il ne laisse pas passer les pèlerins qui vont au Saint Sépulcre. Il les détrousse et les met à mort. Il faut le combattre et le vaincre.

Aussitôt qu’il fit jour, Regnaut appela ses frères et les plus grands de la cité et leur dit : Pour accomplir le commandement de Dieu, je dois vous quitter. Je vous recommande la cité. Faites bonne police et aussi bonne justice, aux pauvres comme aux riches. Gardez-vous de prendre sur le peuple, sinon ce qui sera de raison. Attendez-moi ici car, s’il plaît à Dieu, je reviendrai bientôt.

Les frères de Regnaut se mirent à pleurer, non pas de ce qu’il obéît au commandement de Dieu, mais qu’il allât tout seul à pied.

Regnaut commanda au patron de préparer le navire et prit congé de ceux de la cité qui pleuraient. Il monta sur la mer, le patron mit les voiles au vent et ils furent vite loin. Avec Regnaut se trouvaient des pèlerins qui allaient au Saint Sépulcre. Lui, cachait ses armes et son épée Flamberge sous son manteau et portait un bourdon comme les autres pèlerins. Ils eurent le vent qu’il fallait et furent bientôt au port, auprès d’une ville nommée Nericos. Quand le patron eut pris terre, Regnaut lui dit de retourner en Archade vers ses frères et de revenir dans un mois.

Regnaut et ses compagnons allèrent en la cité où se faisaient joutes et ébattements. La cause était que l’Amiral du pays avait deux filles dont l’une, fort belle, blanche comme le cristal, s’appelait Dannes ; et l’autre, pas si belle car elle était un peu brune, on la nommait Brunette. Un chevalier amoureux de la première joutait pour elle et abattait chevaliers et chevaux. Regnaut et les pèlerins ses compagnons s’arrêtèrent pour regarder.

Dannes disait à sa sœur tu es si laide que personne pour toi ne romprait même une canne. L’autre répondit aimablement il faut que je prenne ma malchance en patience. Si je ne te vaux en beauté, je n’y peux rien. Pendant que Brunette parlait à sa sœur, elle pensait à un songe qu’elle avait fait la nuit d’avant : qu’un pèlerin, nouveau en la cité, abattait en joute tous ceux qui étaient devant lui. Apercevant Regnaut, elle le trouva beau et lui envoya un messager pour qu’il vienne lui parler. Elle le salua, lui dit son songe et demanda s’il ne voudrait pas faire d’armes pour les Dames. Regnaut répondit si j’avais armes et cheval, je montrerais que je sais faire quelque chose pour les dames. Alors, la Damoiselle lui fit donner armes et destrier et, pendant qu’il s’armait, Dannes se moquait de sa sœur que crois-tu que ce pèlerin fasse ? il te fera riche des patenôtres qu’il dit en chemin. Cependant Regnaut vint aux lices et l’amant de Dannes dit à Brunette que me donneras-tu si j’épargne ton pèlerin ? je sais bien qu’il ne durera pas contre moi.

Quand Regnaut l’entendit, il mit la lance en arrêt, piqua contre le chevalier qui brisa sa lance. Le coup de Regnaut lui fit vider les arçons, les jambes vers le haut, et il se brisa un bras. Ne demandez pas si Brunette fut joyeuse. Elle dit à sa sœur votre ami joue de souplesse, regardez comme il fait bien l’arbre droit ! D’autres chevaliers joutèrent contre Regnaut, il les mit tous à terre.

Quand l’Amiral de la cité vit que Regnaut abattait tout, il demanda ses armes et son cheval pour jouter contre lui. Du premier coup, il tomba bas de son cheval. Une fois relevé, il dit à Regnaut je ne sais qui vous êtes mais, vous voyant preux et vaillant, je vous prie de venir en mon palais avec vos compagnons. Vous me ferez honneur et plaisir.

Ils firent ainsi. Le souper fut somptueux. Les deux damoiselles servaient et étaient amoureuses de la vaillance de Regnaut. L’Amiral fit donner chambres à tous. Ils se reposèrent et le lendemain voulurent prendre congé. L’Amiral ne voulut pas qu’ils partissent avant le dîner. Ils s’assirent à table. Les deux damoiselles débattaient encore de leur beauté, chacune disant être la plus belle. Elles finirent par s’en rapporter à Regnaut et vinrent devant lui. Dannes dit : Sire, sachez que ma sœur et moi sommes en grande dispute pour savoir qui est la plus belle et, à la fin, nous demandons votre jugement.

— Damoiselle, on dit en commun langage qu’il n’y a pas de laides amours. Comme j’ai mis mon amour en votre sœur, elle me semble la plus belle.

La fille fut si dépitée qu’elle alla en une haute chambre, prit une corde et se pendit à une fenêtre. Ainsi finirent ses jours, ce dont l’Amiral et ceux de la cité furent chagrins. Regnaut et ses compagnons prirent congé. Brunette en larmoyant demanda son nom à Regnaut. Il le lui dit secrètement et se mit en chemin.

Regnaut et ses compagnons entrèrent dans le désert de Caprefol où se tenait le méchant Païen, Gerion.

Ils rencontrèrent un chevalier tout armé, monté à cheval. C’était Ganelon qui allait, cherchant Regnaut, comme cela lui avait été enjoint. Quand il l’aperçut, il mit pied à terre, ôta son heaume, s’agenouilla et dit : Noble Comte Regnaut, je viens te demander pardon de la mort de ton cousin Alexandre que j’occis devant Montauban car il m’assaillait. Le roi Charlemagne m’a pardonné, comme le comte Roland ; aussi, je te prie de me pardonner.

Regnaut, entendant qu’Alexandre était mort par Ganelon, se mit en colère et dit qu’il ne lui pardonnerait jamais et qu’il vengerait son cousin. Ganelon, à genoux, les mains jointes, demandait pardon. Les pèlerins qui étaient avec Regnaut lui dirent nous te prions de lui pardonner pour l’amour de celui qui prit mort et passion au lieu où nous allons.

Regnaut ne voulait pas. Ils le prièrent tant qu’à la fin il lui pardonna. Aussitôt qu’il eût dit le mot, Ganelon remit son heaume, monta à cheval et s’en retourna par où il était venu.

Regnaut vainc le géant Gerion

L’Histoire dit que, après que Regnaut eut pardonné à Ganelon, lui et ses compagnons cheminèrent plus avant. Ils entendirent des gens qui criaient à l’aide. Un homme monté sur un cheval fuyait à bride avallée et leur cria : Ha ! mes amis, sauvez-vous. Un diable nous pourchasse. Regnaut lui dit qu’est-ce qui vient derrière vous dont vous avez si peur ?

— Sire, je suis chrétien et suis avec des pèlerins qui sont à pied. Nous avons rencontré Gerion, un Géant cruel. Il est armé d’un cuir de serpent plus dur que fer. Il porte à son côté une épée qu’un homme ne pourrait soulever, et à sa main une massue qui pèse plus de cent livres dont il assomme les pèlerins. Si le géant vous trouve, il vous fera vilénie.

Et, ce disant, il tomba mort au pied de Regnaut. Celui-ci prit son cheval et ses armes qui étaient assez bons et monta dessus. Il dit à ses compagnons : J’aperçois devant une petite cité. Allons y prendre notre collation car nous en avons besoin et nous demanderons où le géant se tient car je me combattrai à lui.

Ils allèrent à la porte de la cité qu’ils trouvèrent close par crainte du géant. Regnaut cria qu’on leur ouvrit. Une jeune fille effrayée lui dit par dessus la porte : Je vois bien que tu es ce cruel tyran qui nous fait tant de maux. Si tu es Gerion, tu perds ton temps car je n’ouvrirai pas.

Regnaut dit : Ma fille, tu peux bien comprendre que je ne suis pas Gerion, vu que je suis avec des pèlerins : jamais les poules ne vont avec les renards.

Alors la fille ouvrit la porte et leur dit : Pèlerins, soyez les bien venus. Venez parler à la reine qui est en son palais.

En traversant cette cité, ils ne virent point d’hommes, sauf quelques vieillards ou petits garçons. Regnaut demanda à la pucelle où ils étaient. Elle répondit en pleurant : Ha ! Sire, ce maudit Gerion entra un jour en la cité, prit tous les hommes et les pendit aux murs comme vous pouvez voir.

Allant au palais, ils passèrent par une grande place où était l’image d’un homme tout armé, à cheval, l’épée au poing. Regnaut demanda à la pucelle ce que c’était. Elle dit lisez les lettres écrites. L’inscription portait : Ici est la figure de Roland, fils de Millon d’Angler, qui par sa prouesse délivra cette cité du roi Caligant. En souvenir, fut mise ici sa figure.

Regnaut, ému, se prit à larmoyer : Ha ! Roland, noble chevalier, tant plus je vais par le monde, tant plus j’entends parler de vos prouesses !

Arrivés au palais, ils furent présentés à la reine qui était bien jeune, et nommée Felice. Regnaut et ses compagnons lui firent la révérence, elle les reçut aimablement. Regnaut lui dit qui il était, et cousin de Roland, et qu’il était envoyé par un ange pour châtier Gerion. La reine leur fit grand honneur et leur dit : Je souhaite, chevalier, que vous ne vous trouviez pas devant Gerion. Il est si démesuré que vous ne tiendrez pas contre lui.

— N’ayez crainte, dit Regnaut, faites nous seulement donner à manger car nous n’avons rien eu depuis deux jours.

Alors la reine commanda de préparer le manger et ils furent bien servis. Regnaut se reposa puis dit à la reine : Ma Dame, je vous laisse mes compagnons. Demain matin, j’irai chercher le géant Gerion et je vous vengerai des offenses qu’il vous a faites.

Quand le jour parut, Regnaut se leva, s’arma. La reine lui donna un écu et une lance qui avaient été à son défunt mari que Gerion avait fait mourir. Elle dit en pleurant : Sire chevalier, puisque celui à qui ils étaient ne peut plus les porter, prenez-les comme le meilleur chevalier du monde.

Regnaut la remercia, se mit à cheval et partit dans le désert pour trouver le géant. La nuit venue, la Lune éclairait bien et Regnaut rencontra une maison. Gerion était dedans. Regnaut appela pour qu’on ouvrît la porte. Gerion ouvrit : Qui es-tu toi qui si fort cries ? Si tu es pèlerin, je te donnerai l’absolution avec mon épée !

— Qui que je sois, je ne partirai point d’ici sans avoir puni les grands maux que tu commets tous les jours.

L’entendant, Gerion mit la main au frein du cheval de Regnaut, leva la main et frappa Regnaut sur la tête. Regnaut, courroucé, descendit de cheval et, avec le gant de fer, donna au Païen un coup sur la face, si fort que, tout étourdi, il tomba à terre. Regnaut ne voulut pas le toucher avant qu’il soit relevé. Une fois sur pieds, le géant dit : Jamais je n’ai reçu un si grand coup de poing. Comme je suis encore tout étourdi, j’attendrai demain pour me venger de toi. Pour cette nuit, tu reposeras dans ma maison et ne crains pas de trahison.

Regnaut se reposa en la maison du géant. Quand le soleil montra ses rayons, ils se levèrent, s’armèrent, sortirent aux champs, s’éloignèrent, piquèrent et se heurtèrent avec une telle force que le cheval de Regnaut ne put soutenir le coup du Païen : quoique Regnaut restât en selle, il fallut que le cheval tombe avec le maître. Regnaut s’écria : Ha ! mon cheval Boyard ! Vous ne fussiez pas ainsi tombé. Quand il fut à terre, il dit au Païen, si tu ne descends pas, je t’occirai sur ton cheval. Gerion descendit, ils vinrent l’un sur l’autre avec les épées. La bataille dura très longtemps mais, à la fin, Regnaut donna un si grand coup que le géant dut mettre le genou en terre tout épouvanté. Quand il eut mesuré la force de Regnaut, il dit chevalier, l’un de nous deux est en danger de mort, par quoi je te prie de me dire ton nom. Regnaut se nomma.

— Je loue mon dieu Mahom de m’avoir offert de jouter contre toi. Je sais que je ne gagnerai pas et ne suis pas décidé à combattre davantage. Allons en ma maison, puis je ferai ce que tu voudras.

Gerion fit grand honneur à Regnaut et ils se mirent d’accord pour aller ensemble au hasard. Une fois hors de la maison, Gerion y mit le feu, disant qu’il ne s’y ferait plus de vilénies.

Pendant que Regnaut et Gerion cheminaient par le désert, ils trouvèrent au milieu du chemin deux très grands lions morts, avec de très profondes plaies. Regnaut dit qui peut avoir occis ces lions en ce désert ? Gerion dit : Personne dans ce pays n’aurait la puissance de les tuer, sauf un monstre qui s’appelle Espinart. Il est moitié homme moitié cheval. Il porte avec lui une fronde qui jette de grosses pierres et trois forts javelots dont il sait bien se servir. Il se tient au Montperilleux dont nous sommes proches.

Ils n’eurent pas fait long chemin sans voir venir Espinart, hurlant comme un taureau. Quand il les aperçut, il mit une pierre à sa fronde pour la jeter sur eux.

Gerion dit à Regnaut : Je te prie de me laisser combattre ce monstre. Si je gagne, tu croiras en Mahom ; sinon, et si ensuite tu l’occis je croirai en Jésus.

— Je veux bien.

Alors Espinart lança un javelot sur Gerion et lui perça le bras. Il eut si mal qu’il tomba de cheval comme mort. Espinart tira un second javelot mais Dieu ne permit pas qu’il atteigne Regnaut, il lui passa entre les jambes. Quand Regnaut s’approcha d’Espinart, il lança le troisième que Regnaut trancha au milieu avec son épée. Alors Regnaut frappa le monstre sur la tête et, comme elle n’était pas protégée, il la lui fendit jusqu’à la poitrine, par quoi il tomba mort.

Regnaut vint à Gerion, retira le javelot de son bras, prit des herbes qu’il connaissait et le soigna comme il put. Gerion se releva, si étourdi que, ne sachant ce qu’il faisait, il donna un grand coup d’épée à Regnaut qui, le voyant venir, s’écarta. Comprenant que Gerion était hors de son sens, il attendit. Quand Gerion revint à lui et sut qu’il avait frappé Regnaut, il mit les genoux en terre et demanda pardon. Regnaut lui dit de demander pardon à Notre Seigneur Jésus Christ qui lui avait évité la mort. Il lui parla de la foi chrétienne si bien que, à la première eau qu’ils trouvèrent, Gerion voulut être baptisé.

Puis les deux chevaliers chevauchèrent tout le jour et toute la nuit. Ils passèrent une grande montagne et, quand le jour parut, aperçurent une grande troupe de Païens tous armés et bien équipés qui traversaient le pays.

Regnaut dit : Beau sire Dieu, qui peuvent être ces gens ? S’il faut que nous combattions, ne nous faisons pas défaut et restons ensemble.

Le capitaine de cette armée quitta les rangs pour venir leur parler. Ils se saluèrent et Regnaut lui demanda qui il était. Le Païen dit : J’ai nom Bussire et je commande ces gens que tu vois. Nous allons en Archade venger les offenses que le traître Regnaut et ses frères ont faites en mettant à mort les damoiselles qui gardaient le port.

Regnaut, irrité, dit au Païen n’appelle pas Regnaut traître, il ne le fut jamais, ni ceux de sa lignée.

— Je te dis qu’ils ont commis trahison et lâcheté en faisant mourir ces damoiselles.

— Je te dis qu’ils ont bien fait car, ainsi qu’Arpaliste, elles vivaient de tyrannie et de pillage, par quoi justice devait être faite pour affranchir ceux qui venaient au port. Si tu veux dire autrement, je te prouverai à la joute que Regnaut n’a fait que du bien.

— Je te dis derechef le contraire.

Alors les deux chevaliers s’éloignèrent, brochèrent les chevaux des éperons mais celui de Regnaut n’eut pas la force de le porter et tomba à terre, ce dont Regnaut fut mécontent. Il donna au cheval un coup de poing qui le fit tomber mort et dit Ha ! Boyard vous me manquez ! Quand Gerion vit Regnaut à terre, il alla au Païen, lui passa sa lance à travers le corps dont il tomba mort. Aussitôt Regnaut prit son cheval et monta dessus.

Les cinq cents Païens de la troupe vinrent sur Gerion qui, comme un bon champion, se mit parmi eux : il coupait bras et jambes, frappait hauberts et heaumes, fendait écus. Et Regnaut en faisait autant, car c’était son plaisir de faire mourir les Païens. Ils firent tant qu’ils en occirent beaucoup, et les autres se mirent en fuite.

Gerion regarda la robe de Bussire, vit qu’elle était de satin blanc avec par dessus un lion noir, et la vêtit. Elle sembla si belle à Regnaut qu’il en prit une pareille à un autre Païen qui gisait mort.

Après avoir défait les Païens de Bussire, Regnaut et Gerion chevauchèrent tout le jour et toute la nuit sans trouver ni à boire ni à manger, juste un peu d’herbe pour leurs chevaux. Ils avaient si grand faim et grand soif qu’ils ne savaient plus ce qu’ils faisaient. Ils allèrent jusqu’à l’heure de tierce sans rien trouver et, un peu après, entendirent sonner deux cloches. Regnaut, réjoui, dit à Gerion que s’il y avait cloches, il y avait église et Chrétiens. Ils trouvèrent un ermitage. Regnaut heurta à la porte. L’ermite vint ouvrir et les salua.

Regnaut lui dit beau-père, nous sommes chevaliers errants et depuis deux jours et demi n’avons rien mangé.

L’ermite dit : De pain, il n’y en a point céans, ni de chair, ni de fromage mais il y a une rivière. Avant que vous ayez débridé vos chevaux et allumé du feu, je serai de retour avec un filet plein de poissons. Il prit son filet et alla pêcher.

Regnaut et Gerion descendirent, donnèrent à leurs chevaux un peu d’herbe sèche, firent le feu et l’ermite revint tout chargé de poissons qu’ils mirent à cuire pendant que l’ermite allait tirer du vin. Quand il fut au cellier, un Ange vint à lui, portant grande abondance de vivres, et dit : Porte cela aux chevaliers qui sont céans car l’un est Regnaut de Montauban, le grand champion de la foi chrétienne. Dis-lui que Dieu les lui envoie par moi qui suis son Ange. L’ermite rendit grâces à Dieu, porta la nourriture aux chevaliers et l’Ange retourna au ciel.

Regnaut et Gerion furent bien joyeux des vivres et les trouvèrent bons. Puis ils rendirent grâces à Dieu du bien qu’il leur avait fait et se reposèrent quelques jours avec le bon ermite.

Puis ils quittèrent l’ermitage, allèrent en Jérusalem faire leur pèlerinage, puis allèrent au pays d’Égypte, suivant toujours les guerres.

À Archade, quand Maugis vit que Regnaut ne revenait pas, il laissa ses cousins l’attendre et s’en retourna en France.

Anthée mobilise Marcille roi d’Espagne

Ici commence l’histoire de douleur, de mélancolie et de tristesse, l’histoire de la mort des nobles Pairs de France par la trahison du traître Ganelon.

Ganelon, plus que jamais en la grâce de Charlemagne, avait mandé au roi Marcille de se tenir sur ses gardes car Charles voulait conquérir le royaume d’Espagne pour en couronner son neveu Roland.

Le roi Marcille fut inquiet car il craignait la puissance des Français. Toutefois, se méfiant de Ganelon, il envoya en ambassade un roi nommé Blanchardin pour savoir si l’empereur Charles voulait ne pas tenir la paix qui autrefois avait été jurée entre eux. À Paris, Blanchardin eut réponse que la paix tiendrait et retourna au roi Marcille son seigneur.

Pendant ce temps, un messager arriva au roi Marcille de la part d’Anthée, Dame de Babylone. Elle lui mandait d’attaquer Charlemagne avec elle qui voulait venger la mort du Soudan son père que les Français avaient tué par le Vieux de la Montagne. Marcille assaillirait du côté d’Espagne et, elle, elle entrerait par la mer, en Provence, et mettrait le siège devant Paris.

Ces nouvelles plurent à Marcille et il assembla grand nombre de gens. Mais, quand Blanchardin revint de Paris après avoir confirmé la paix, il blâma Marcille : Voulez-vous être traître ? Vous m’avez mandé en France pour confirmer la paix. Charles l’a fait et je l’ai jurée en votre nom. Et maintenant, vous allez contre votre promesse et contre mon serment, et vous croyez conquérir le royaume de France. Quand vous auriez moitié plus de gens que vous n’avez, vous n’en viendrez pas à bout. Charlemagne a en sa compagnie les douze Pairs de France qui sont les meilleurs chevaliers du monde. Si Regnaut n’y est pas, n’y sont-ils pas Roland, Olivier, Naymes, Girard, Ogier, l’archevêque Turpin, Astolfe, les frères de Regnaut, Maugis le subtil, Guy de Bourgogne, Richard de Normandie, Thierry d’Ardaine et d’autres qui sont tous vaillants chevaliers ? Si vous y allez, vous y pourrez plus perdre.

Marcille le crut et tint son conseil bon. Il renvoya les gens qu’il avait assemblés et manda à Anthée que, pour le présent, il ne ferait pas la guerre au roi Charles. Par quoi Anthée fit comme lui et renvoya ses gens d’armes.

De tout cela Ganelon fut averti et, comme il n’était pas encore repu de trahison, il écrivit à Marcille : Roi Marcille après toutes salutations dues, sache que je m’étonne que, par le conseil de Blanchardin, tu aies différé ton expédition et Anthée aussi. Tu ne saurais éviter ton malheur et avant peu de temps tu seras le plus pauvre et le plus malheureux dont on ait jamais entendu parler. Ici, la décision est prise : avant peu de jours tu seras assailli par toute la noblesse de France et Roland sera roi de ton pays. Si la reine Anthée venait avec une grosse armée, tu pourrais éviter ton malheur et la perte de ton pays. Ton roi Blanchardin a été abusé, je t’en avertis en ami. Et je te fais savoir que, outre la perte de ton royaume, ta mort est jurée. Si tu es sage, tu y remédieras.

Marcille, après avoir vu la lettre, dit au messager de la porter à Babylone, de demander à Anthée d’assembler à nouveau ses gens pour aller en France, et de l’assurer qu’il y serait bientôt. Le messager fit diligence, pensant avoir bonne récompense. Il l’eut telle qu’il le méritait. Aussitôt qu’Anthée eut vu les lettres de Ganelon, elle dit au messager : Tu es serviteur du plus traître qui soit au monde. Pour le salaire de ta peine, tu seras aussitôt pendu et, quand je serai en France, si je peux tenir ton maître, je lui en ferai autant car il l’a mérité plusieurs fois.

Anthée fit pendre le messager, manda son armée, assembla cent cinquante mille hommes et se mit sur mer pour aller en France. De son côté, Marcille assembla cent mille hommes de guerre et fit capitaine de son armée un roi nommé Aigolant.

L’empereur Charles, à Paris, était déjà vieux et cassé. Il se sentait en paix puisqu’elle avait été confirmée avec Blanchardin. Le traître Ganelon qui savait bien ce qui se préparait entretenait le roi et tous les barons en joie et ébattements pour qu’ils ne pensassent à rien. Il portait à la fois le couteau et l’onguent, l’amer et le doux.

La joie des barons se changea bientôt en tristesse en apprenant que le roi Marcille viendrait avec une grande armée, tant par mer que par terre. Le roi et les Français furent bien surpris. Charles fit assembler son conseil et y appela Ganelon qui faisait l’étonné. L’empereur dit : Messeigneurs, le roi Marcille, par Blanchardin, a confirmé la paix qui était faite de longtemps entre lui et nous. Je me fiais en lui et vous voyez qu’il fausse sa promesse, par quoi je vous prie de me conseiller.

— Sire, dit l’archevêque Turpin, je pense que des gens en qui vous vous fiez sont responsables de cette entreprise.

Ganelon se sentit visé : Que voulez-vous dire ? Pensez-vous qu’il puisse y avoir en cette cour un homme si méchant qu’il veuille ce malheur ? Il serait maudit.

Alors Astolfe qui n’aimait pas Ganelon depuis qu’il avait voulu le faire pendre dit tout haut : S’il y a homme au monde qui soit cause de cette guerre, ce n’est autre que toi car, de ta vie, tu ne pensas que trahison. Mieux eût valu que tu fusses mort aussitôt que baptisé, tant de maux ne seraient pas advenus dont tu es cause.

Alors Ganelon dit en larmoyant : Sire empereur, toute ma vie j’ai pris peine à vous servir et n’ai rien cherché qui fût à votre déshonneur. Et pour récompense, je suis injurié en votre présence. Il vaut mieux que je quitte votre cour et on verra si les choses en iront mieux.

— Ha ! mauvais traître, dit Olivier, tes larmes et flatteries ont abusé le roi jusqu’ici et porté grand préjudice au royaume et à toute la Chrétienté. Je te dis devant le roi que jamais Judas qui vendit Notre Seigneur ne fut aussi traître que toi. Tu seras cause de plusieurs maux. Si Regnaut était ici, il t’empêcherait d’avoir tant d’assurance.

Ganelon répondit : Tu as menti, je ne suis point traître. Toi et Regnaut, vous êtes plus traîtres que moi.

Olivier, s’entendant appeler traître, se leva et, en colère, lui donna un grand coup sur la joue. Alors Ganelon dit : Sire empereur, on voit bien que vous n’êtes pas respecté puisque, en votre présence, je suis si vilainement outragé. Par quoi, je prends congé de vous.

Voyant partir Ganelon, l’empereur fut triste et dit : Olivier, tu es bien outrageux ! Tu me méprises et frappes mes barons en ma présence. J’en ferai justice et cela servira de leçon.

— Laissons cela, dit le Duc Naymes, il vaut mieux combattre nos ennemis que l’un contre l’autre.

Alors le conseil prit fin pour ce jour.

Un messager arriva à Marcille dire que la reine Anthée était sur mer pour faire la guerre au royaume de France. Le capitaine de Marcille le manda à Charlemagne qui, bien étonné, assembla à nouveau son conseil. On décida que Ogier le Danois, Astolfe, Berenger et Sanson de Bretagne iraient en Espagne avec trente mille hommes pour défendre le pays contre Marcille ; que Roland ferait garnir les villes et châteaux de vivres et de traits ; que le roi se tiendrait à Paris avec ses gens d’armes pour défendre la cité. En peu de temps, le Royaume assembla une grande armée de Normands, Picards, Flamands, Allemands, Bretons, Angevins, Beruyens, Tourangeaux, et de plusieurs autres nations comme Lombards, Romains et autres pays. Roland les mit en garnison par les villes et autres forteresses et installa son camp entre Paris et Saint Denis, où il y avait bien cent mille hommes pour défendre la cité. Mais, avant que Roland eut fini d’ordonner ses gens, les Païens prirent terre en plusieurs ports sans qu’on pût les en empêcher. Une fois à terre, ils pillaient le pays et détruisaient toutes les villes et châteaux qu’ils prenaient. Ils mirent leur camp au plus près de Paris.

Le capitaine général de la Reine Anthée avait nom Brisebarre. Son enseigne était de gueules à un Mahomet tout d’or. Anthée savait bien que Regnaut était demeuré au pays d’Égypte et avait grand désir de jouter avec le comte Roland.

En ces jours que les Païens mirent le siège devant Paris, de grands signes furent vus : il plut du sang par tout Paris et les chiens hurlaient nuit et jour sans qu’on pût les empêcher. Roland manda Maugis pour savoir ce que signifiaient ces signes. Maugis vint à Paris, jeta son sort et sut que Ganelon était la cause de la venue des Sarrasins. Mais l’heure n’était pas venue de le punir. Le traître était auprès du roi auquel il disait : Sire, ne craignez rien, les Païens n’auront pas grand force sur les Chrétiens puisque vous avez avec vous les meilleurs chevaliers du monde.

Roland à Olivier : Mon cousin, il vous faut aller vers la reine Anthée pour savoir la cause de sa venue en France avec une si grande armée.

Olivier fit volontiers l’ambassade. Quand il fut devant la tente de la reine, il descendit, entra, salua. Anthée le reconnut, l’embrassa et lui dit : Noble comte, soyez le bienvenu. Je ne vous ai pas revu depuis que je vous laissai en Babylone dans la prison de mon père.

— Votre père ne se comporta pas loyalement.

— Laissons cela ! Dites-moi les nouvelles de l’empereur et de son neveu Roland.

— Damoiselle, le comte Roland, duc de toute l’armée, m’a ici envoyé pour connaître la cause de votre venue et à quoi vous prétendez pour avoir amené tant de Païens qui détruisent tout le pays. S’il vous plaît, vous me direz votre volonté.

— Olivier, tu sais que mon père fut occis lâchement devant Babylone et, qui pis est, Morgant abattit les plus belles tours de la cité. Et vous pillâtes tous les trésors de mon père qui devaient être à moi. Je serais bien lâche de ne pas venger la mort du Soudan mon père qui était le plus grand seigneur d’Orient : la nature m’incite à le faire, et aussi notre Loi que je suis tenue d’augmenter. Je t’ai dit la cause de ma venue, mais, je te prie, parlons d’autre chose. Je suis triste que Regnaut ne soit pas en ce pays car je le combattrais. Mais ce serait à grand peine qu’il reviendrait d’Égypte car il est vieux et affaibli, et on m’a dit qu’il n’a pas son cheval Boyard.

— Damoiselle vous dites que vous voulez venger le Soudan occis à tort. Ce ne fut point. Vous savez qu’il fit emprisonner Roland par l’amiral de Perse qui l’aurait fait mourir si Regnaut ne l’eut secouru. Puis nous fûmes ses prisonniers et vous-même promîtes de par lui à Regnaut que, s’il vainquait le Vieux de la Montagne, le Soudan nous délivrerait et, nonobstant, il voulait nous faire pendre. Vous savez bien qu’il n’y a rien de si lâche et infâme pour un roi que de ne pas tenir sa promesse. Et de plus, aucun d’entre nous ne le mit à mort, ce fut le Vieux, ainsi que lui-même l’avait pronostiqué. C’était chose ordonnée du Ciel, sans quoi elle ne se fut pas faite. Toutefois, si tu es décidée à combattre, je te fais savoir que nous sommes prêts à nous défendre et que les Pairs de France sont aussi preux et courageux qu’ils furent jamais.

Anthée sourit et dit : Noble baron, puisque je suis venue si avant, je ne peux pas retourner sans bataille. Je veux que tu saches que je ne suis pas venu pour tenir le royaume de France. Si je le conquerrais, j’en laisserais jouir Charlemagne toute sa vie car me suffirait l’honneur d’avoir subjugué le Royaume où sont les meilleurs chevaliers du monde. Moi, j’ai assez de terre et de seigneurie.

Ô noble courage de femme qui aimait mieux l’honneur que les richesses !

Puis elle dit à Olivier : Tu salueras Roland de par moi. Tu lui diras que je ne partirai pas d’ici sans avoir jouté contre lui corps à corps. Ce serait grande honte d’être venue de si loin avec tant de gens sans faire armes. Tu lui diras de choisir un jour et qu’il me trouvera prête.

Alors Olivier partit. Roland dit que la requête d’Anthée ne serait pas refusée et lui manda par un héraut qu’au second jour il serait prêt. Anthée fit savoir qu’il la trouverait au champ.

Bataille et paix

Le soir d’avant le combat, Roland fit crier parmi Paris que, au point du jour, tous gens d’armes fussent prêts à entrer en bataille.

Au matin, l’empereur Charlemagne se fit armer, quoiqu’il fût bien vieux. Il ouït la messe, avec tous les Pairs. Puis, il fit crier que chacun montât à cheval et tous sortirent de Paris au nombre de cent mille. Quand ils furent aux champs, Roland fit dix batailles et en chacune mit dix mille hommes. De son côté, Anthée ordonnait ses gens, avec son capitaine Brisebarre.

Quand les deux armées furent proches, Roland se mit devant et dit à ses gens de ne pas bouger. Anthée vint au devant de Roland. Elle mit pied à terre. Ainsi fit Roland. Ils s’embrassèrent et se saluèrent puis remontèrent à cheval. Roland lui dit : Damoiselle, Olivier me dit que vous avez désir de combattre contre moi, je ne vous refuserai pas. Si vous me vainquez, je vous ferai donner le royaume de France.

— Je vous jure tous nos Dieux que si je suis vaincue par vous, aussitôt je ferai retourner toute mon armée et serai votre prisonnière.

Après, ils s’éloignèrent l’un de l’autre, piquèrent leurs chevaux si roidement qu’il semblait que la terre dût fondre sous eux. Ils brisèrent leurs lances sur leurs écus et demeurèrent sur leurs chevaux. Mettant la main aux épées, ils se donnèrent de grands coups pendant plus d’une heure sans que l’un eût l’avantage sur l’autre. Pendant qu’ils se combattaient, leurs gens ne purent s’empêcher de s’en prendre les uns aux autres, par quoi Roland et Anthée furent contraints de laisser leur combat.

Roland cherchait la plus grande presse et abattait tout ce qu’il trouvait devant lui. Anthée faisait de même. Elle rencontra Olivier et jouta contre lui mais aucun ne tomba et, quoique Anthée eût son armure enchantée, Olivier lui donna un tel coup d’épée qu’il l’étourdit et ils se séparèrent. Anthée rencontra Ganelon auquel elle donna un tel coup d’épée qu’il tomba du cheval en terre. Connaissant de longtemps ses trahisons, elle l’eût occis mais plusieurs de son lignage le secoururent. Ce jour, les Pairs firent de belles chevaleries et mirent à mort quantité de Sarrasins mais ils étaient tellement nombreux qu’on n’en pouvait venir à bout.

L’empereur Charles qui avait la barbe jusqu’à la selle, fit de grandes prouesses quoiqu’il fût très vieux : de Joyeuse son épée, il n’atteignait Sarrasin qu’il ne lui ôtât la vie. Il criait Montjoie Saint Denis et cherchait les plus grandes presses. Le duc Naymes, Olivier et tous les autres mirent en cette bataille tant de Sarrasins morts que toute la terre en était couverte.

Roland après avoir quitté Anthée tuait tout ce qu’il trouvait sur son chemin et, toujours, Durandal son épée était vue en l’air. Les ennemis fuyaient devant lui et il se délectait de la mort des Païens. Lui et son cheval étaient teints du sang des ennemis.

Quand Brisebarre, le capitaine d’Anthée, vit la grande déconfiture que les Français faisaient de ses gens, troublé, il essaya de rallier ses gens. Il était un très bon chevalier et, rencontrant Charlemagne, il le fit tomber de son cheval et essaya de le prendre. Mais quand le roi se vit à terre, il cria sa devise, se releva et se défendit comme le bon chevalier qu’il était. Le Capitaine Brisebarre qui était preux chevalier fit tant qu’il abattit la principale enseigne de Charlemagne, par quoi les Chrétiens, voyant l’empereur et l’enseigne à terre, étaient tout près de fuir. Voyant cela, Baudoin, le fils de Ganelon, chercha Roland pour l’informer. Roland lui dit mon ami, menez-moi au lieu où est mon oncle abattu. Et, trouvant Guy de Bourgogne et Richard de Normandie, il leur dit suivez-moi car le besoin est grand. Ils rompirent la foule et rejoignirent Brisebarre qui avait avec lui trente chevaliers païens des plus puissants mais Roland et ses compagnons les déconfirent.

Roland fit ce jour tant de prouesses qu’aucun homme ne l’aurait pu si Dieu n’y avait mis sa grâce. Si Notre Seigneur ce jour n’eût pas doublé la force de Roland et des autres Barons, ils eurent été vaincus et la Chrétienté annihilée. Roland courut sur Brisebarre et du premier coup trancha le bras qui tenait l’épée, ce dont les Païens autour de lui furent épouvantés. Roland releva l’enseigne que les Païens avait abattue et dit à Baudoin chevalier, menez moi à mon oncle. Ils trouvèrent l’empereur en grand danger. Autour de lui, il y avait une grande foule de Païens pour le prendre mais il était gros et pesant et se défendait comme un bon chevalier.

Roland, comme un loup enragé, se jeta dans la presse et mit tant de Païens à mort que les pieds des chevaux baignaient dans le sang. Charles apercevant les prouesses de son neveu fut émerveillé, reprit courage et cria Montjoie Saint Denis. De son épée, il occit quatre Païens. Roland et ses compagnons firent tant, quoiqu’il y eût six Païens pour un chrétien, que Charles fut remonté sur son cheval. Roland, tirant plus avant, trouva Naymes à terre que les Païens voulaient prendre mais qui fut remonté. Olivier était ailleurs, environné de mamelouks qui sont chrétiens reniés et faisaient de grands efforts pour le démonter. Il se défendait de vive force. Quand il vit Roland venir à son secours sa force redoubla et il se débarrassa des mamelouks.

La déconfiture tourna sur les Sarrasins dont la mortalité fut grande. Anthée et ses gens perdirent courage. Elle était si lasse qu’elle ne pouvait plus lever le bras qui tenait son épée. Si la nuit ne fut venue, tous les Païens eussent pris fin. Mais la nuit vint, la retraite fut sonnée, tant d’un côté que de l’autre.

Anthée, troublée par la grande perte de ses gens, dit : Bien est vrai que Charlemagne et ses barons sont les plus vaillants hommes du monde. Puis, elle se retira en ses tentes avec le peu de compagnie qui lui restait.

L’empereur et les Français rentrèrent dans Paris, louant Notre Seigneur de la victoire qu’il leur avait donnée. Ils savaient bien que sans son aide ils ne l’auraient pas eue.

Roland fit fermer les portes et l’empereur commanda de sonner les cloches et de chanter dans les Églises Te Deum laudamus pour rendre grâces à Dieu de la victoire.

Au matin, Anthée envoya un héraut à Roland demander trêve de trente jours pour enterrer les morts. Le comte le lui accorda volontiers.

Maintenant laissons les barons qui se reposent à Paris et Anthée qui, dans ses tentes, se désole de ses pertes. Parlons du duc Ogier et du roi Marcille.

Comme vous l’avez entendu ci-dessus, Ogier, Astolfe, et d’autres barons, avec trente mille hommes, étaient allés sur les frontières du côté d’Espagne pour interdire le passage au roi Marcille.

Marcille l’apprenant décida qu’il ne bougerait pas jusqu’à ce qu’il sache ce qu’Anthée aurait fait devant Paris. Sa déconfiture lui donna peur d’entrer en guerre et il envoya un ambassadeur nommé Falseron à l’empereur pour confirmer la paix, de long temps jurée entre eux.

Falseron arriva à Paris, alla au palais et trouva le grand roi Charlemagne qui devisait avec ses barons. Falseron mit le genou en terre et salua l’empereur, disant : Que le Dieu tout-puissant qui a créé toutes les créatures du monde garde et sauve le très-puissant empereur Charlemagne et tous ceux qui l’aiment. Et qu’il garde aussi mon seigneur le roi Marcille qui vous salue. Il vous mande par moi que vous vous défiez de lui en envoyant une si grande force aux limites d’Espagne alors que vous avez juré la paix et qu’elle a été confirmée par son ambassadeur le roi Blanchardin, et que de long temps vous avez promis qu’il jouirait du royaume d’Espagne moyennant tribut qu’il vous ferait chaque année. Si vous dites que Marcille avait assemblé une grande armée, c’est vrai. Mais je vous affirme sur mon honneur que c’était pour vous donner secours contre Anthée. Quand il sut que le duc Ogier et ses compagnons étaient venus si près de lui, il immobilisa son armée de crainte que la guerre n’éclatât par accident. Anthée est venue vous assiéger mais, à ce que j’ai entendu, elle n’y a pas beaucoup gagné car votre puissance est si grande que ni roi ni prince ne peut vous vaincre. Le roi Marcille le sait bien, par quoi il ne cherche que paix et concorde avec vous, laquelle s’il vous plaît, vous lui donnerez, comme de long temps elle est accordée entre vous et lui.

L’empereur se leva de son siège, s’approcha de lui et dit : Ambassadeur, mon ami, je suis content de vos paroles. Je ne désire rien plus que la paix car la guerre est destruction de pays. Si le roi votre maître veut le faire ainsi, j’en serai joyeux et le tiendrai pour l’un de mes bons amis.

— Sire, j’en suis bien certain.

Alors le roi lui dit vous irez reposer en l’hôtel du comte Ganelon et puis nous vous rendrons réponse.

Roland, Olivier, Naymes et plusieurs autres barons l’accompagnèrent jusqu’au logis de Ganelon. La plupart étaient joyeux de la paix mais, s’ils eussent su la trahison qui depuis fut brassée, ils se seraient plutôt lamentés.

Roland, lui, n’était pas content. Jadis, Charles lui avait promis de le couronner roi d’Espagne, mais Ganelon par son beau parler l’en détournait toujours. Ha ! que Charles eut mauvaise idée de mettre Falseron en la maison de Ganelon. Par cela advint un grand mal et une grande plaie au royaume de France et à toute la Chrétienté, ainsi que vous l’entendrez ci-après.

Pour bien recevoir l’ambassadeur, le roi qui ne pensait qu’au bien et à la paix, fit faire joutes et tournois, jeux et ébattements auxquels Falseron participait en la compagnie de Ganelon, et tous deux brassèrent une grande trahison de la Chrétienté.

Falseron, après quelques jours à Paris, dit à Roland qu’il voulait voir Anthée et le priait de l’accompagner. Roland et Falseron quittèrent Paris, accompagnés de Ganelon et Olivier. Anthée monta à cheval et alla à leur rencontre avec une noble compagnie. De si loin qu’elle les aperçut, elle mit pied à terre et les salua avec de grandes marques de respect comme elle savait le faire. Elle fit fête à Falseron qui était homme bien estimé. Elle les mena en son pavillon, moult excellent et somptueux.

Falseron dit à Anthée qu’elle n’avait pas de raison de faire la guerre à l’empereur, qu’elle n’y gagnerait rien et perdrait ses gens. Il fit tant qu’il la conduisit à Paris parler à Charlemagne. Et la paix fut faite, par quoi elle prit congé de l’empereur, de Roland, Olivier, Falseron et des autres Barons.

Elle retourna à son armée et fit crier qu’aussitôt chacun troussât bagage et qu’ils s’en retournassent en leur pays.

Le siège fut levé, Anthée quitta Paris et, avec son armée, retourna en Babylone, maudissant celui qui l’avait fait venir en France.

CHAPITRE V

RONCEVAUX

Après que Falseron eut séjourné quelque temps, l’empereur lui dit : Falseron, vous retournerez à votre roi Marcille et le saluerez de par moi. Vous lui direz que je veux entretenir la paix jadis promise entre lui et moi, et pour mieux la confirmer, j’enverrai un de mes barons avec vous. Ce sera le comte Ganelon qui est homme sage et bien enlangagé. Tout ce qu’il fera, je le tiendrai à fait et dit.

Ganelon prit congé du roi et lui dit Sire, vous plaît-il dire autre chose ? Le roi dit : Je me fie à ta sagesse. On dit en commun proverbe : laisse aller le sage et ne lui dis rien.

Ô Charlemagne ! que fais-tu ? Qu’est devenu ton bon sens et entendement pour que tu mettes en la main d’un homme plein de fausseté de malice et de trahison, le bien public et l’honneur de France et de toute la Chrétienté, et aussi la vie et la mort des Pairs de France, champions et défenseurs de la Foi ? Le commun proverbe le dit bien : un homme ne peut pas échapper à son malheur. Ô Charlemagne ! Tu crois faire du roi Marcille ton ami et, par le traître auquel tu te fies, tu en fais ton mortel ennemi. Ô Charlemagne ! as-tu oublié les trahisons de Ganelon ? Ne te rappelles-tu pas que tant de fois il a mis la discorde en ta cour ? par quoi, les meilleurs chevaliers du monde l’ont quittée, et encore maintenant le meilleur, Regnaut de Montauban, en est dehors, parmi le pays d’Égypte. Ô Charlemagne ! Ne te souviens-tu pas que par Ganelon, plusieurs fois, les Sarrasins sont venus en France pour la conquérir et anichiller la foi catholique ? Ô Charlemagne ! Comment te laisses-tu tromper par ce traître ? Comment peux-tu lui donner toute puissance alors que tu as tant de bons et sages princes, barons et chevaliers, si loyaux que, dussent-ils mourir, ils ne voudraient commettre fausseté ? Es-tu si mal conseillé que tu les oublies pour prendre le plus traître du monde ? Ô Charlemagne ! Que de soupirs tu en feras ! Que de larmes des yeux jetteras-tu quand tu verras ton neveu Roland mort piteusement, et les autres champions de la foi mis à fin misérable, le tout par ta faute puisque tu te fies à un homme de fraude et de trahison !

Ganelon alla prendre congé de Roland et Olivier et des autres barons. Il les embrassa la larme à l’œil comme Judas qui baisa Jésus-Christ en le trahissant. Tous les barons regrettaient bien que l’empereur n’envoyât pas un autre que Ganelon car ils se doutaient qu’il ferait quelque nouvelle trahison, ce qu’il fit. Mais Charles ne voulut jamais croire aucun de ses barons, ce dont il se trouva depuis dolent et marri.

Ganelon et Falseron se mirent en chemin. Le roi Marcille fut tout étonné que Ganelon vînt en ambassade, et que Charles se fiât à lui qui était le plus traître du monde. Toutefois, il décida de le recevoir en grand honneur. Quand ils furent près de la cité, il commanda que tous ses barons et autres gens se missent du mieux qu’ils pourraient et montassent à cheval pour accueillir l’Ambassadeur de France. Il prit ses meilleurs vêtements, monta à cheval et, en belle compagnie, sortit de la cité de Saragosse et alla à la rencontre de Falseron et Ganelon. Lui et ses gens mirent pied à terre. Aussi fit Ganelon qui dit sire, vous vous faites déshonneur en faisant honneur à un pauvre chevalier comme moi.

Le roi et Ganelon s’embrassèrent et remontèrent à cheval. Le roi donna à Ganelon une riche robe de drap d’or et ils se mirent en chemin vers la cité. Marcille demandait à Ganelon comment se portait Charlemagne, le duc Naymes, Roland et les autres barons. L’éloquent Ganelon savait lui répondre. Le roi Blanchardin vint l’embrasser, ainsi qu’Aigolant et tous lui firent grand honneur.

En entrant dans la cité, ils trouvèrent la reine Blande, accompagnée de plusieurs chevaliers et écuyers et Damoiselles qui toutes firent honneur à Ganelon. La cité était en grande joie, les rues pleines de bourgeois, tous joyeux de la venue de Ganelon qui leur apporterait paix perpétuelle. Mais leur joie fut tournée plus tard en deuil et tristesse comme vous l’entendrez.

Le logis de Ganelon fut au palais du roi Blanchardin. Ainsi Satan habita avec Lucifer.

L’ambassade de Ganelon

Au matin, le roi fit préparer un siège le plus riche possible pour assoir l’Ambassadeur auprès du sien en la grand salle. Ganelon alla au palais, accompagné de barons et chevaliers qui lui faisaient honneur et le suivaient pour ouïr ce qu’il dirait de la paix. Quand il entra, Marcille se leva, le fit assoir au siège préparé à sa droite. Après, s’assirent le roi Blanchardin, Falseron et les autres. Il y avait tant de gens que la salle était pleine. Tout le monde assis, silence fut fait pour entendre Ganelon.

Alors le méchant et mauvais traître se tourna vers le roi et commença sa harangue : Que ce Dieu qui de rien forma toutes les créatures, sauve et garde la couronne triomphante du noble roi Marcille ici présent et tous ceux qui l’aiment et l’aident à maintenir son royal état !

Mon très-haut, redouté, et très-puissant seigneur, l’Empereur de Rome et Roi de France, m’a envoyé confirmer la paix qui depuis longtemps fut faite entre vous.

Et aussi pour remettre le royaume d’Espagne entre vos mains, paisiblement et à tout jamais, sans autre condition que les Chrétiens d’ici pourront vivre libres en leur Loi sans qu’on leur fasse injure.

Et puisque l’Empereur avait promis à son neveu Roland de le faire roi d’Espagne, le dit Roland par moi te cède et te remet tout droit et action qu’il pourrait prendre sur le dit royaume, il l’a juré par sa foi.

Et quant à l’armée que vous assemblâtes pour secourir l’Empereur quand vous apprîtes qu’Anthée venait en France, et que vous retirâtes pour éviter guerre avec Ogier le Danois, l’Empereur vous en sait gré et vous offre toute sa puissance si un jour vous avez besoin de lui.

Par quoi, Sire Roi, aujourd’hui, vous et tous ceux de votre royaume doivent se réjouir d’avoir obtenu paix perpétuelle avec le noble empereur Charlemagne.

Le roi Marcille dit tout haut qu’il était joyeux d’avoir paix ; que, de sa part, elle ne serait pas rompue ; et qu’il remerciait le roi Charles et le très-vaillant Roland de leur bon vouloir, et aussi Ganelon de la peine qu’il avait prise. Après que la paix fut ainsi confirmée, ils se levèrent. Tous les Païens présents rentrèrent chez eux, et Ganelon en son logis.

Le lendemain, le roi fit un grand et solennel dîner en un beau verger au-dehors de la cité. Ganelon vint avec la robe d’or que le roi lui avait donnée. Les gens de la ville en le voyant passer priaient pour lui. Il montrait belle mine par dehors, mais au-dedans il était morose : un homme qui pense mal en son cœur n’est pas à son aise, et le traître préparait la plus mortelle trahison que jamais homme pensât. Au dîner, ils furent bien servis, avec plusieurs plats de nourriture qu’il serait trop long de décrire. Ensuite, les danses furent grandes car la reine était avec une grande compagnie de damoiselles, toutes richement vêtues. Après que furent faites les danses, les moresques et les farces, sonnèrent trompettes, clairons et tous les instruments possibles. La fête dura jusqu’à ce qu’il fût temps de souper qui, encore plus somptueux que le dîner, est inutile à dire.

Ganelon faisait bonne chère mais quelquefois, pensif et morne, il changeait de couleur. Le roi Marcille, s’en apercevant, pensait que Ganelon avait quelque chose en son cœur qu’il n’avait pas déclaré.

Après le souper, Marcille prit Ganelon par la main et lui dit : Vous savez ce que l’on dit en commun proverbe : que l’on doit visiter les montagnes le matin, et les fontaines le soir. Par quoi, je vous prie de m’accompagner à une fontaine au coin de ce verger, et je vous dirai un secret que je ne dirais à nul autre.

Ils se prirent par les mains et allèrent à la fontaine. Marcille demanda des sièges et fit partir ceux qui étaient avec eux. Alors il dit à Ganelon : Je suis joyeux d’avoir fait la paix avec Charlemagne, pourtant je ne devrais pas l’aimer car, sans raison, il m’a fait beaucoup de tourments et de guerres. Et vous savez le tort qu’il me fit en séduisant Galerane, ma sœur. Mais ce qu’on ne peut changer, il faut le supporter. Vous savez que, par trois fois, il m’a ôté la plupart des Espagnes que j’ai retrouvées grâce au concours de mes amis. Je sais bien que, s’il en avait eu le temps et le pouvoir, il eût couronné Roland roi d’Espagne, il le lui a promis plusieurs fois. Par quoi, je ne suis pas aussi redevable à Charles que vous le croyez. Mais je dissimulerai jusqu’à une autre fois.

Ganelon fut bien content car cela mettait son entreprise en chemin. Il dit à Marcille : Charlemagne vous a fait bien des ennuis. À moi aussi : maintes fois il m’a chassé comme traître et, pourtant, je suis en partie cause qu’il est roi de France. Sans moi Regnaut, le fils Aymon, l’aurait mis dehors. Blanchardin et Falseron savent comment je fus injurié par Roland et Olivier, par quoi je ne serai jamais joyeux tant que je n’aurai pas eu vengeance. Je sais bien que, quelque promesse que vous fasse Roland, s’il en a l’occasion, il viendra vous assiéger, vous mettra hors du pays et se fera couronner roi d’Espagne.

Marcille : Je ne crains que Roland. S’il était mort, j’aurais assez d’or et d’argent pour faire la guerre à Charles et me venger de ses grandes injures et extorsions.

Ganelon : J’ai l’idée d’un moyen par lequel vous et moi nous vengerons de Roland, d’Olivier et des autres qui nous sont contraires. Je manderai à Charles de les envoyer tous en la vallée de Roncevaux pour recevoir de vous une très grande somme de deniers comme commencement du tribut que vous voulez faire en signe de fidélité. Je dirai à l’Empereur de vous attendre à Saint-Jean-pied-de-port où vous viendrez lui confirmer la paix et lui baiser le pied. Et pendant ce temps, vous aurez une grosse armée à Roncevaux qui nous vengera de Roland et des autres.

Le roi Marcille appela Blanchardin et Falseron pour leur dire l’entreprise. Eux qui n’étaient pas de meilleure étoffe que leur roi, dirent que la chose était bien trouvée. Par quoi la trahison fut jurée d’un côté et d’autre.

Aussitôt que le serment en fut fait, l’air se troubla, avec de grands éclairs et tonnerres si forts qu’il semblait que le ciel dût se fendre. Le siège où était assis Marcille fondait dessous lui. Un arbre proche de la fontaine suait de grosses gouttes de sang et fut mort d’un coup, tout séché. L’eau de la fontaine devint rouge comme sang et elle en jetait en telle abondance que tout fut arrosé. La foudre tomba sur un dattier qui était à côté d’eux et le brûla. Toutes ces choses étonnèrent les traîtres. Marcille fut effrayé et quand Blanchardin le vit si épouvanté il lui dit je sais bien ce que signifient ces signes : la destruction du peuple chrétien.

Mais Ganelon ne savait que penser.

Il faut noter que, en la cité qui était proche, nul ne vit ces signes, pas plus que ceux de la cour qui se trouvaient tout à côté.

Quand ce fut fini, ils se retirèrent chacun en son logis. Ganelon se coucha, pensant aux signes qui étaient apparus à l’endroit où avait été conjurée la trahison et nulle part ailleurs. Il en fut très effrayé car cela montrait qu’il ne devait pas commettre une si mortelle trahison contre son souverain roi et seigneur. Mais sa mauvaise nature lui disait le contraire. Toute la nuit, il y eut grand débat entre la justice et le sentiment. À la fin, la mauvaise volonté vainquit et il décida d’exécuter la trahison.

Au jour, le vil Ganelon se leva et écrivit à Charlemagne : Très haut et magnanime Empereur, je vous mande salut. Ainsi que vous m’en avez donné la charge, j’ai traité la paix entre vous et le roi Marcille : il vous donnera tous les ans perpétuellement cinquante marcs d’or pour tribut qu’il portera en la vallée de Roncevaux sur les frontières d’Espagne et de France. Par quoi, envoyez le Comte Roland, Olivier et les Chevaliers les plus notables en la vallée de Roncevaux pour recevoir le dit tribut. Vous viendrez à la ville de Saint-Jean-pied-de-port où vous attendrez le roi Marcille qui veut vous faire la révérence et vous baiser le soulier comme à son souverain seigneur. Il vous envoie une riche couronne d’or, garnie de pierres précieuses, avec au milieu une escarboucle si claire que, la nuit, il fait autant de lumière qu’une torche ardente. Et Galerane vous envoie un riche collier orné de diamants, de rubis et émeraudes et de riches perles. De plus, Marcille vous donne des arcs turcs avec leurs flèches, et cent faucons, et deux cents chiens courants, et un dromadaire pour porter les affaires, et cent chevaux tout blancs, et cent genets richement sellés et bridés ; et à Roland une armure, la plus riche qu’il vit jamais, et dix chevaux. Le roi Marcille envoie tout cela en signe de paix et d’amitié, par quoi n’omettez pas que le comte Roland se trouve ce mois de mai à Roncevaux avec sa compagnie, et vous à Saint-Jean-pied-de-port.

Le messager arriva à Paris et présenta ses lettres. L’empereur très joyeux manda son conseil, leur donna la teneur des lettres et loua Ganelon. Le duc Naymes baissa la tête et se mit à penser, sans se réjouir de ces nouvelles car il devinait ce qui était derrière. Le comte Roland était déjà en Gascogne et, avec lui, le duc de Bourgogne. Charlemagne leur écrivit d’aller à Roncevaux recevoir le tribut. Pour leur donner espoir, il mandait que, puisque la paix était confirmée avec Marcille et que la reine Anthée était repartie, quand il reviendrait de Saint-Jean-pied-de-port, il assemblerait la plus grande armée et, avec l’aide de Notre Seigneur, conquerrait toute la terre de promission, toute la terre de Syrie, tout le pays du Soudan, et, de tout, il se ferait couronner Roi et Empereur. Puis il serait content de mourir en la Terre Sainte et de se faire enterrer auprès du Saint Sépulcre.

Ha ! Charlemagne, tu comptes sans ton hôte ! Ganelon pense autrement et, par sa trahison, le comte Roland et beaucoup d’autres seront couronnés au royaume des cieux de la couronne du martyre. Et toi, Charles, tu auras grande peine et grand souci, et tu gémiras tous les jours de ta vie.

Quand Roland vit les lettres de son oncle, il se prépara à obéir. Olivier qui était avec lui n’avait pas grande envie d’aller à Roncevaux.

L’empereur écrivit à Ganelon qu’il avait tout ordonné et que Roland et ses compagnons seraient à Roncevaux.

Ganelon dit à Marcille : Sire roi, il est temps que je retourne à Paris car Charlemagne me dit qu’il sera fait comme convenu. Pour ce, faites que vos gens d’armes soient prêts. Ayez-en le plus possible car autrement vous n’en viendrez pas à bout. Le comte Roland est si puissant que, si vous n’avez beaucoup de gens vaillants, vous pourriez tourner à déconfiture. Plusieurs disent que Saint George le fit chevalier de sa propre main et lui donna cette épée Durandal qui a fait mourir tellement de Païens qu’on ne saurait les compter. Ayez trois armées, et qu’il y ait deux fois plus de gens dans la seconde que dans la première, et trois fois plus dans la troisième. Car la première ne résistera pas et je ne sais ce qu’il adviendra de la seconde. Une autre chose que je veux vous dire : mon fils Baudoin sera avec Roland, je vous le recommande.

— Pour la sûreté de votre fils, dit Marcille, je vous donne ma cotte d’armes qu’il portera.

Ganelon remercia, prit congé et s’en vint à Paris où il fut reçu bien amicalement par le roi qui l’embrassa en pleurant. Ganelon mit un genou en terre en saluant le roi puis alla embrasser tous ceux qui étaient en la salle, comme un qui venait de faire de grandes choses. Après, arrivèrent Ogier le Danois et ses compagnons qui revenaient d’Espagne puisque la paix était faite. L’empereur les reçut avec beaucoup de joie.

Je m’arrête de parler de lui et j’en reviens à Maugis et au comte Regnaut.

Maugis envoie un diable chercher Regnaut

Maugis eut grande tristesse de voir que Charlemagne n’échapperait pas à son malheur et qu’il se laissait gouverner par Ganelon comme un enfant. Sa magie lui avait montré ce qui allait advenir et, plusieurs fois, il l’avait dit à Olivier et à Astolfe son cousin. Quand il vit l’empereur prêt à partir, il regagna Montauban, prit ses livres de Nécromancie et leur demanda où était Regnaut. Il fit venir un diable très habile qui s’appelait Astaroth.

— Je te commande de me dire en quel pays est Regnaut mon cousin et tout ce qu’il a fait. Ensuite, je te donnerai mes ordres.

— Si tu voulais savoir tout ce qu’a fait Regnaut, il faudrait un fort long temps, dit Astaroth qui raconta brièvement que Regnaut avait combattu et converti Gerion ; que, ensemble, ils firent prouesses puis allèrent en Archade retrouver les frères de Regnaut ; que Gerion mourut ; et que les frères décidèrent de ne pas rentrer en France mais de voir tout le pays de par delà. Ils prirent des dromadaires pour aller au mont Sinaï. Ensuite, ils allèrent en la Terre d’Inde majeure dont le Prêtre Jean est roi et où tous sont chrétiens, sauf un roi qui ne voulait pas et que Regnaut et ses frères firent mourir. Puis ils allèrent aux colonnes d’Hercule et finalement en Égypte où ils ont converti à la foi chrétienne plusieurs royaumes et conquis de grands pays. Ils ne sont pas décidés à retourner en France. Et si le comte Roland eût été avec eux, ils eussent conquis le monde universel.

Le récit d’Astaroth dura bien trois heures. Maugis lui dit que ça suffisait et qu’il l’avait fait venir pour autre chose : Je te commande d’aller au royaume d’Égypte et de porter le plus rapidement possible Regnaut et Richard à Roncevaux où Roland les attend.

— Je pense que Regnaut ne me fera pas confiance.

— Voilà ce que tu feras : tu entreras dans le cheval Boyard, il portera bien Regnaut et Richard. Quant à Allard et Guichard, ils viendront à Montauban par le chemin le plus direct qu’ils pourront. Fais ce que je te dis, et que, dans dix jours, Regnaut soit à Roncevaux. Sinon tu t’en repentiras.

— Il sera ainsi fait.

— Avant que tu partes, dis-moi ce qu’il adviendra de Charles, et de Roland qui est à Roncevaux avec une si petite compagnie, et si Ganelon n’a pas brassé une trahison.

— Ce que tu demandes est bien difficile à savoir car, des choses à venir et des choses passées, nous ne connaissons rien sans permission divine. Je ne sais pas répondre à tes questions. Je peux seulement te dire que l’arrangement des planètes au ciel signifie une grande effusion de sang humain, et la mort de nombreux grands princes : Mars est dans l’angle du Scorpion ce qui signifie trahison ; et, en l’ascendant, il est conjoint à Saturne, et ce sont les pires planètes du Ciel quand ils dominent. Tu verras grand bouleversement de seigneuries, la mort de plusieurs grands princes et barons, la plus grande tuerie de peuple qu’il y eût jamais. En quoi consiste le traité entre Marcille et Ganelon, je ne le sais pas, mais je sais qu’en Enfer un siège est préparé pour Ganelon en récompense des trahisons commises, et un autre pour Marcille.

— Dis-moi ce que fait le roi Marcille.

— Il est à Saragosse où il a mandé plusieurs rois qui ont amené toute leur puissance. Mais il ne dit son secret à personne. À Saragosse et autour, sont déjà trois cent mille Païens. Je te dis pour conclusion qu’il y a quelque grande trahison brassée.

— Maintenant, dit Maugis, fais en sorte que Regnaut et Richard arrivent vite à Roncevaux.

— Comment ferai-je ? Tu dis que j’entre au corps de Boyard et que Regnaut et Richard montent dessus ; mais Richard a l’un des meilleurs chevaux du monde qu’il a pris à un empereur païen, il ne voudra pas le laisser. Et il sera bien difficile de l’emmener avec nous qui irons si vite. Mais, pour te faire plaisir, j’ai trouvé un moyen : là où est Regnaut, sont deux diables qui ont pour tâche d’empêcher un roi païen de se faire chrétien. Je dirai à l’un, nommé Rubricant, d’entrer dedans le cheval de Richard et de le porter comme je porterai Regnaut.

— Ha ! puis-je me fier en ce diable ? Ne va-t-il pas laisser tomber Richard en la mer ?

— Ne craignez rien, personne n’agit contre son avantage. Nous savons que Regnaut et Richard tueront tant de Sarrasins qu’on ne pourra pas les compter. Ils rempliront notre Enfer. Si nous faisons mourir Richard, nous n’aurons que lui et encore, ne serait-il pas pour nous, par quoi nous perdrions le plus pour le moins.

Et Astaroth partit si impétueusement qu’on eût dit la foudre.

Astolfe et Berenger vont à Roncevaux

Après qu’Ogier fut arrivé à Paris, le roi, à la demande de Ganelon, les envoya tous à Roncevaux faire compagnie à Roland. Prirent congé de lui Astolfe, Bérenger, Godefroy roi de Frise, Casserus de Bordeaux, Lambert roi de Bourges, le comte de Langres, Sanson duc de Bretagne, Arnaut de Bellandes, Hugues comte de Nantes et plusieurs autres.

Ha ! Charlemagne ! Tu peux dire à Dieu aux bons chevaliers qui s’en vont car tu ne les reverras pas en vie. Ogier fut sage de ne pas vouloir y aller.

Au départ, Ganelon appela son fils Baudoin et lui dit : Je veux que vous alliez avec les barons faire honneur au comte Roland. Vous porterez cette belle et riche cotte d’armes que le roi Marcille m’a donnée.

Les chevaliers chevauchèrent tant qu’ils trouvèrent Roland.

De son côté, le roi Marcille assembla trois cent mille combattants, puis sortit de Saragosse et ordonna ses armées. La première, de cinquante mille hommes, il la donna à conduire à Falseron. Avec lui, y avait un roi païen nommé Arlot de Furie, Turbien Finadusto qui, noir comme de la poix bouillie, avait bien sept brassées de haut, et le roi Malprin.

La seconde armée, de cent mille Païens, était sous la conduite du roi Blanchardin. Avec lui étaient le roi du Portugal, le roi Margarito, Balsamin, Ferramont, Polimites, le fils du Vieux de la Montagne, et le grand roi Sirion, tous païens.

La troisième armée, de cent cinquante mille Sarrasins, conduite par le roi Aigolant, comptait plusieurs rois et princes et les plus puissants chevaliers. Il y avait le grand calife de Bendas, le roi Grandoin sorti de la lignée des géants et tout noir, qui ressemblait plus à un diable qu’à un homme.

Roland et ses compagnons avaient mis leur camp à Roncevaux. Ils n’étaient pas plus de dix mille. Le roi Marcille envoya Blanchardin à Roncevaux avec des dromadaires chargés dire à Roland que Marcille arriverait bientôt et qu’il le priait d’oublier toute malveillance. Puis Blanchardin fit semblant d’aller au roi Charles mais retourna à son armée. Il dit à Marcille que les Français ne tiendraient pas car ils étaient en petit nombre.

Le roi Marcille fit venir devant lui tous les rois, amiraux et capitaines de son armée et leur déclara : Nous devons rendre hommage au Dieu Mahom qui a assemblé si belle compagnie pour notre foi. Aucun d’entre vous n’ignore que j’ai longtemps fait la guerre à l’empereur et à d’autres rois chrétiens, et que, par trois fois, j’ai été battu et mis hors des Espagnes. Et jamais, quelque puissance eussé-je, je n’ai pu prendre l’avantage sur Charlemagne à cause de son neveu Roland à qui il avait promis la couronne d’Espagne. Voilà Roland avec peu de gens à Roncevaux où ils attendent de moi un tribut qui serait un grand déshonneur à ceux de notre foi. Si nous le voulons, Roland et ceux de sa compagnie seront défaits et mis à mort, avec tous les meilleurs barons de France et les plus vaillants. Quand ils seront tués nous irons à Charlemagne qui attend à Saint-Jean-pied-de-port et le mettrons à déconfiture. Après, nous conquerrons la France, la Bourgogne, la Flandre, l’Angleterre, la Bretagne, la Normandie, l’Allemagne, la Gascogne et tous les autres pays que tient Charlemagne. Et comme je suis vieux, je me contenterai du pays que j’ai maintenant et vous vous répartirez ce que nous aurons gagné. Après cela, j’enverrai le roi Blanchardin à Rome commander au pape de venir à Saragosse me faire obéissance. S’il refuse, je mènerai l’armée à Rome détruire l’Église Saint Pierre et toutes les autres. J’en ferai des étables pour mes chevaux et je ferai mourir le pape et tout son clergé. Par quoi, Messeigneurs, je vous prie et exhorte de servir notre dieu Mahom en déployant votre force et hardiesse. Si nous voulons honneur, l’heure en est venue. Une dernière chose : si vous voyez un chevalier chrétien qui porte ma cotte d’armes, ne lui faites pas de mal. C’est le fils de Ganelon qui a toujours été de notre parti.

Après, les étendards furent mis au vent. La première armée de Falseron avait pour enseigne le Dieu Apollin peint en sable sur champ d’argent. La seconde de Blanchardin, un Dieu Tarvagant peint d’argent sur champ de gueules. Le troisième du roi Aigolant en laquelle était le roi Marcille, leur grand dieu Mahom, fait de fin or, sur champ d’azur.

Il y avait un grand nombre de tambours, buccins, trompettes et clairons qui ne faisaient encore aucun bruit pour ne pas donner l’éveil aux Français.

Quand les étendards furent levés, les armées marchèrent en menaçant les Français : l’un se vantait d’ôter la tête à Olivier, l’autre d’avoir le cœur de Roland, tous avaient quelqu’un à venger.

Que Jésus-Christ vienne en aide aux chevaliers chrétiens car ils sont en grand danger.

Le diable de Maugis transporte Regnaut

Astaroth quitta Montauban et alla si vite que le lendemain matin il rejoignit Regnaut et lui dit ce que Maugis lui mandait. Regnaut cherchait qui lui parlait car il ne voyait personne. Astaroth expliqua qu’il était un esprit, et dit que, en moins de trois jours, il le porterait à Roncevaux ; et qu’il ferait venir un autre esprit pour porter Richard. Alard et Guichard iraient à Montauban où Maugis les attendait. Regnaut appela ses frères et leur dit que Maugis les mandait. Pendant qu’ils parlaient, il vint sur eux un grand vent noir qui leur fit grand peur.

— N’ayez crainte, dit Astaroth, c’est mon compagnon Rubricant qui vient pour porter Richard.

— Maintenant dis-moi, demanda Regnaut, ce que nous ferons de nos chevaux.

— Ne t’en soucie pas, tout sera bien porté.

Alors Alard et Guichard prirent congé de Regnaut et Richard et partirent pour Montauban. Ils en étaient si loin qu’il leur fallut cinq mois pour arriver.

Astaroth entra en Boyard et Rubricant au cheval de Richard. Quand Boyard sentit le diable en son corps, il commença à ronfler et à souffler. L’autre cheval faisait de même. Ils se démenaient de façon terrible à voir. Nonobstant, Regnaut monta sur Boyard et Richard sur l’autre.

Aussitôt les chevaux s’élevèrent en l’air. Ils allaient comme la foudre ou comme un carreau tiré par une arbalète. Richard fermait les yeux pour ne pas voir en bas. Ils traversèrent les grandes mers, passèrent tout le pays de Lybie, passèrent par dessus Carthage. Après avoir chevauché une nuit et un jour, Regnaut dit à Astaroth je voudrais bien avoir à manger car j’ai grand faim.

— Ce sera vite fait.

Ils descendirent en une prairie où se trouvait une belle fontaine auprès de laquelle s’élevait déjà un pavillon tendu de satin vert et vermeil tout brodé d’or. Dedans, ils trouvèrent les tables mises et grande compagnie d’écuyers richement vêtus qui leur firent grande révérence. Les chevaux eurent du foin et de l’avoine et, sur les tables, y avait toutes sortes de nourritures. Regnaut demanda à Astaroth si ces plats avaient été apprêtés en Enfer. Non, l’on n’y fait pas la cuisine. J’ai pris le dîner du roi Marcille et des autres rois qu’il avait invités.

Regnaut et Richard mangèrent à loisir mais nul de ceux qui les servaient ne but ni ne mangea. Richard disait à Regnaut il y a longtemps que je n’ai fait si bonne chère, je ne sais pas qui paiera l’hôte.

— Tout se paiera à la fin. Il est temps de repartir car il me tarde de voir mon cousin Roland.

Et aussitôt le pavillon et les serviteurs disparurent, il ne resta que les reliefs du repas qui ne se perdirent pas. Ils remontèrent à cheval et traversèrent plusieurs pays, au-dessus de villes et cités dont Regnaut demandait les noms à Astaroth. Ils passèrent le détroit de Gibraltar et le royaume de Grenade, puis Cibile et la grande cité de Tolède où anciennement s’étudiait la Nécromancie, l’Aéromancie, la Chiromancie et autres enchantements et devinements.

Et à la fin, ils approchèrent de Roncevaux, mais ce fut un peu trop tard comme vous l’entendrez ci-après.

Roland dans le piège

Le comte Roland avait à sa compagnie un vieux et sage chevalier nommé Gaudebœuf qui, connaissant bien la guerre, n’était pas rassuré. Plusieurs fois il dit à Roland de faire venir davantage de gens d’armes car c’était folie se fier à Marcille qui n’était pas de notre Loi et qui, tout le temps, avait été ennemi des Français. On dit en commun proverbe que l’on ne doit pas trop se fier à un ennemi réconcilié. Mais Roland n’avait aucune crainte, quoiqu’Olivier lui eut fait part le jour d’avant d’un songe effrayant qui lui faisait conseiller de demander plus de gens à Charlemagne. Roland n’en tint pas compte et dit à Olivier que le vin lui donnait de mauvais rêves.

Le matin, Olivier et Gaudebœuf montèrent sur une petite montagne et aperçurent la première armée de Marcille. Olivier dit : Maintenant, je sais que ce jour est pour nous le dernier ; maintenant seront accomplies les prophéties de Merlin et celles de Maugis. Ha ! mon cousin Roland ! tu n’as pas voulu croire nos avis ! Si Dieu n’y met la main, toi et nous sommes au dernier de nos jours. Ô Charlemagne, ta gloire s’effondrera. Ô Cité fameuse de Paris, tu gémiras et te plaindras car en ce jour tu perdras ceux qui te mettaient en gloire et triomphe.

Ce disant, ils retournèrent à bride abattue vers Roland. Quand il les vit se dépêcher, il pensa que ce n’était sans cause. Roland, dit Olivier, le roi Marcille apporte le tribut : ce sont tant de Païens armés qu’on ne peut les compter. Vous auriez dû suivre nos conseils et demander renfort.

À ces paroles, tous les barons s’approchèrent de Roland et lui dirent de sonner son cor. Par le vouloir de Dieu, Charlemagne l’entendrait et enverrait secours. Roland répondit que, jamais dans sa vie, il n’avait sonné du cor par crainte et qu’il ne commencerait pas.

Certains diront qu’il était présomptueux de dire cela alors qu’ils étaient en si grand danger. Mais il le fit. L’archevêque Turpin dit que, sans doute, Roland avait eu quelque révélation divine qui lui promettait la couronne du martyre, et qu’il ne voulait rien faire contre le vouloir de Dieu.

Roland monta sur Galantin et, avec Sanson, ils allèrent sur la montagne. Ils virent que Marcille, à la place du tribut, apportait la mort. Astolfe, Berenger et d’autres demandèrent à Roland d’avoir pitié de ses gens et de sonner du cor. Il répondit : Si Alexandre, Jules César, Hannibal de Carthage, Scipion l’Africain, le roi Darius, Nabuchodonosor et Xercès, et toutes leurs forces, étaient ici et eussent juré ma mort, cependant, je ne sonnerais pas. Je ne veux pas qu’on dise que j’ai sonné par crainte de mort.

Roland fit crier que ceux de son armée s’arment, montent à cheval et se préparent à entrer en bataille. Et l’archevêque Turpin réconfortait les Chrétiens, leur donnait la bénédiction en les exhortant à se préparer à la mort pour défendre la loi de Jésus Christ qui est mort pour nous, et il leur promettait le Paradis.

Il aurait fallu avoir le cœur bien dur pour ne pas prendre pitié des Chrétiens qui gémissaient. Le comte Roland leur déclara : Mes frères et amis, si j’avais deviné la trahison de Marcille, je ne serais pas venu avec si peu de gens. Mais l’on ne peut se défendre des traîtres. Je plains l’empereur mon oncle qui a régné en si grand triomphe et n’a jamais été vaincu. Maintenant, en sa vieillesse, il verra son empire et son royaume tomber dans les mains des ennemis de notre foi chrétienne. Ha ! Charlemagne ! que de larmes et gémissements vous jetterez du cœur, et non sans cause car vous avez eu confiance au traître Ganelon. Il a tant fait que maintenant il sera vengé de moi et de tous ceux de ma lignée à qui il voulait si grand mal. Ha ! mon cousin Regnaut ! Que n’êtes-vous ici ! Qu’elle vous sera désagréable la grande déconfiture qui va tourner sur nous ! Ha ! Mes compagnons et amis ! Que chacun se décide à accepter la mort car ceux qui mourront aujourd’hui seront tous couronnés de la couronne du martyre. Il me semble voir dans l’air des Anges tout prêts à emporter nos âmes au Paradis. Par quoi, allons tous hardiment contre nos ennemis. Avant la nuit, la vallée débordera du sang des Païens et de leurs cadavres.

Ayant parlé, Roland fit faire un grand saut à son cheval. Tous les Français s’embrassèrent l’un l’autre et l’archevêque Turpin leur donna l’absolution plénière de tous leurs péchés.

Les Français se mirent en ordre du mieux qu’ils purent et, de grand courage et allégresse, allèrent contre les Païens. Ceux-ci faisaient grand bruit et criaient des menaces, principalement Falseron qui disait qu’il vengerait son fils que Roland avait occis, et que, s’il le rencontrait, il lui tirerait le cœur du ventre. Les Sarrasins étaient de toutes les nations : d’Arabie, de Syrie, d’Égypte, des Indes et d’Éthiopie qui sont tout noirs. Parmi les autres, il y avait des Marranes qui ne tiennent ni foi ni loi et sont pires que diables. Ils faisaient si grand tumulte qu’on n’eût pas entendu tonner.

Le noble Astolfe fut le premier qui avança : contre lui vint un Païen nommé Arlot : du premier coup Astolfe lui mit sa lance au travers du corps et l’abattit mort. Olivier dit c’est un beau début, celui-ci ne nous fera plus d’ennuis. Après, sortit des rangs, Angevin de Bayonne monté sur un genet qui courait comme la foudre. Contre lui vint un maudit roi d’Asie qui ne résista pas. Angevin cria très fort qui la veut, vienne trouver la mort. Vint un roi païen nommé Merengis qui était très fier. Ils se donnèrent deux grands coups qui brisèrent les lances mais demeurèrent sur les arçons.

Olivier ne put résister à entrer en bataille : contre lui vint Malprin, un roi riche et puissant. Ils baissèrent les lances et le coup fut tel que Malprin perça l’écu et le haubert d’Olivier. Olivier failli tomber hors des arçons mais se retint et donna un si terrible coup à Malprin qu’il lui perça le cœur dans la poitrine. La lance d’Olivier ne se brisa pas avant qu’il n’eût encore occis trois Païens.

Quand Falseron vit ces quatre rois morts à terre, et surtout Malprin qu’il tenait comme le plus puissant de son groupe, il se mit en colère et dit : Ha Mahom ! Où es-tu ? Ne seras tu pas aujourd’hui pour nous contre les Chrétiens ?

L’archevêque Turpin qui à cette heure ne pensait pas à dire messe baissa sa lance et piqua contre un Amiral nommé Tarcon. Il lui mit le fer dans la tête et fut mort le Païen.

En la compagnie de Roland, étaient Richard duc de Normandie, Astolfe, Anseaune, Guy de Bourgogne, Gaudebœuf de Frise, Berenger, Sanson de Bretagne et plusieurs autres bons chevaliers, lesquels, en troupe, se mirent en la bataille. Pensez qu’il y eut de belles joutes, maintes lances brisées, maints écus fendus, maints heaumes enfoncés et maints Païens morts. Falseron fut effrayé. Il s’était vanté de tirer le cœur hors du ventre de Roland, mais il avait déjà perdu la moitié de sa hardiesse quand Roland vint contre lui. Il dit : Ha ! Mon dieu Apollin je me recommande à toi ! Donne-moi de venger la mort de mon fils. Roland lui cria : Ha ! méchant traître ! Ne m’as-tu pas dit à Paris que tu me pardonnais la mort de ton fils ? Toi et ton roi Marcille êtes les plus traîtres du monde. Est-ce là le tribut que vous envoyez à Charlemagne ? Je ferai vengeance de toi et, si ton roi Marcille était ici, je le ferais mourir de mauvaise mort. Roland piqua en grande fureur contre Falseron et lui mit la lance au milieu du corps. Elle se brisa et le tronçon resta dans le corps qui ne tomba pas, par quoi Roland pensait qu’il n’était pas mort. Mais quand, ayant mis Durandal en main, il toucha Falseron, il tomba : il était mort sur son cheval. Sa mort épouvanta les Païens de sa bande qui, sans chef, furent bientôt déconfits. Ils se laissaient occire comme bêtes et eussent fui, mais ne pouvaient car Marcille avait entouré le champ de bataille de gens d’armes pour que nul ne s’échappe.

Le roi païen Finadusto, haut de sept brassées, portait un bâton si lourd qu’un autre n’eût pu le lever de terre. Voyant Falseron mort, il vint sur nos gens avec son bâton. Le noble Berenger alla à lui la lance baissée et, malgré son bâton, l’abattit mort.

Roland, couvert de sang, faisait mourir tous ceux qui se trouvaient devant lui. Il était bien marri quand il ne trouvait où frapper : tous lui faisaient place comme les brebis font au loup.

Olivier, près de lui, de Hauteclaire son épée fit mourir beaucoup de Sarrasins. Gautier de Milon fit de belles vaillances, et aussi Baudoin, Angevin et les autres. Astolfe occit tant de Païens qu’on ne pouvait savoir combien. Turpin ne montra pas qu’il fût prêtre et fit de belles chevaleries. Arnaut de Bordeaux fut occis par un roi païen et vengé par le duc Anseaune qui lui trancha le chef en disant tu iras en Enfer avec tes compagnons.

Regnaut rejoint la bataille

Pendant que le comte Regnaut cheminait, il demanda à Astaroth ce que faisaient Roland et les autres. Astaroth répondit qu’ils combattaient les Païens qui étaient bien trois cent mille, moins ceux qui avaient déjà été mis à mort. Il ajouta qu’en Enfer, se faisait un grand festin de ces âmes, et qu’on se réjouissait de celles qui allaient venir.

Ne te chaille, dit Regnaut, quand je serai en la bataille j’en ferai tant descendre que vous aurez de quoi faire.

À ce moment, ils se trouvaient au-dessus de l’armée du roi Marcille qui était rangée en rond comme une roue. Astaroth dit il est temps que je te laisse. Nous vous avons apporté là où Maugis l’avait commandé.

Regnaut : Je te remercie autant que je le dois. Je suis content de toi et ton compagnon.

— Nous regarderons la bataille et ferons fête quand nous te verrons occire ces Païens.

Au départ d’Astaroth et de son compagnon, il y eut un coup de tonnerre gros et merveilleux. Regnaut et Richard montèrent à cheval mais ils ne savaient comment rejoindre les Chrétiens, tant il y avait tant de Païens tout autour. Regnaut, jamais effrayé, quel que soit le nombre d’ennemis devant lui, se jeta sur l’armée du roi Blanchardin et fut bien joyeux quand il trouva sur quoi frapper. Nul ne pouvait lui résister et son frère Richard n’en faisait pas moins. Blanchardin fut épouvanté de la prouesse de ces deux chevaliers qui hardiment assaillaient un si grande multitude.

Quand Marcille vit qu’il y avait combat dans l’armée de Blanchardin, il craignit que, comme ce roi avait été en France, il n’eût fait à Charles quelque promesse qui tournerait à son préjudice : il crut que les gens de Blanchardin combattaient les siens car il ne pouvait penser à Regnaut et son frère qu’il savait en Égypte. Alors Marcille mit son armée en marche pour aller vers celle de Blanchardin. Regnaut, les voyant venir, dit à Richard ce serait grande folie d’attendre, retirons nous auprès de nos gens. Ils étaient entourés d’un grand nombre de Païens dont le cercle les enfermait. Regnaut donna des éperons à Boyard qui se jeta en l’air et sauta par dessus et, au passage, il en abattit plus de dix à terre, ce dont ils furent épouvantés, disant que c’était plus un diable qu’un homme. Richard passa après lui et, en dépit des Sarrasins, ils allèrent vers les Chrétiens. Regnaut prit une lance à un qui la portait, puis laissa aller Boyard qui courait comme foudre.

Quand Roland l’aperçut venir si raidement, il le reconnut et fut si joyeux qu’il en perdit le sentiment et il tint à peu qu’il ne tombât de son cheval. Dès qu’il put parler, il embrassa ses cousins. Ainsi fit Olivier. Regnaut leur dit comment ils étaient arrivés grâce à Maugis.

L’armée des Païens s’était retirée en voyant Regnaut, par quoi Roland rallia ses gens du mieux qu’il put. Maintenant, il espérait les sauver et il ne se lassait pas d’embrasser Regnaut, lui disant : Mon cousin, je suis si joyeux de votre venue que je crois être déjà en paradis. Je remercie Dieu qu’il ait permis que vous vinssiez si à point.

Regnaut demanda où était Charlemagne et lui raconta la trahison : Vous voyez que le tribut est de trois cent mille hommes qui demandent notre mort, par quoi nous ne pourrons échapper mais, avant, il en mourra grand nombre.

— N’ayez crainte, j’espère que, avec l’aide de Dieu, nous échapperons.

Marcille alla trouver Blanchardin et lui dit : Roi Blanchardin, je vous ai soupçonné quand j’ai vu vos gens se combattre l’un l’autre.

— Ha ! Sire, vous avez mal vu. Ce sont deux chevaliers qui sont venus, je ne sais par où ils sont entrés en notre armée. Ils ont occis beaucoup de nos gens et nous n’avons pu les empêcher d’aller en l’armée des Chrétiens.

— Vous verrez que ce sont des esprits que Maugis fait venir pour nous troubler.

Pendant qu’ils parlaient, un roi païen nommé Pirrus arriva, fuyant vers l’armée de Marcille. Il dit : Ha ! Roi Marcille ! Venez aider vos gens, l’armée de Falseron est défaite. Roland l’a occis ainsi que tous les rois et autres princes, sauf moi qui ai fui. Sachez que le comte Regnaut de Montauban et son frère Richard sont arrivés et que les Français en sont bien réconfortés.

Marcille fut bien troublé : Ha ! Traître Mahom, maudit sois-tu ! Quelle trahison de laisser Regnaut venir au secours de Roland ! Sans lui, la France ne pouvait m’échapper. Maintenant, je peux dire que j’ai perdu l’Espagne. Si Ganelon n’était pas venu à Saragosse, je serais en paix avec Charles ! Il disait que Regnaut était en Égypte. Je me doute que Ganelon lui-même les a fait venir pour me défaire car il ne fut jamais qu’un traître. Et vous, Blanchardin, vous avez dit que le sang de la fontaine était celui des Chrétiens mais je vois que sera celui des Païens. C’est un terrible début, quand Falseron et tant d’autres sont tués par si peu de gens.

Pendant qu’ils parlaient, nos gens se mirent à déconfire ce qui restait de la compagnie de Falseron, si effrayés qu’ils se laissaient occire sans défense.

Marcille en fut enragé : Maintenant, je sais bien qu’il faut que je meure en cette bataille mais, avant, je vengerai Falseron.

Il assembla ses deux armées, les lança sur les Chrétiens et, à la rencontre, se fit grande occision. Regnaut ne laissait homme qu’il ne l’eût mis à mort. Il allait disant méchants traîtres ! aujourd’hui la venue de Regnaut sera chère vendue. Quand les Sarrasins entendaient parler de lui, les plus hardis tremblaient.

Mais les Païens étaient en si grand nombre de gens, de rois, de princes, de capitaines, qu’il n’était pas possible que nos gens en vinssent à bout, aussi preux qu’ils fussent.

Roland allait par la bataille cherchant Marcille et criait où es-tu traître Marcille qui plusieurs fois t’es parjuré ? J’enverrai ton âme en Enfer comme tu l’as mérité.

Baudoin, le fils du traître Ganelon, était par la bataille, l’épée au poing. Il voyait les ennemis l’épargner. Il les frappait et ils ne le touchaient. Il était ébahi car il n’en savait pas la cause.

Il y eut ce jour grand massacre de Païens. Le comte Anseaune fit de si grandes chevaleries qu’il n’est pas croyable qu’un seul chevalier pût soutenir autant de travail qu’il fit ce jour-là. Tous les autres Chrétiens en firent autant.

Il mourut ce jour tant de peuple en Roncevaux que le sang montait jusqu’aux genoux des chevaux.

Le comte Roland trouva Polimites, le fils du Vieux de la Montagne, et lui donna un coup d’épée. Son heaume était résistant et le coup n’entra pas dans la chair mais étourdit Polimites qui tomba sur le cou de son cheval. Roland le prit par la tête et lui dit tu es mort si tu ne me dis pas l’histoire de cette trahison.

— Ha ! Noble chevalier, attendez, mon père fut votre ami, je suis le fils du Vieux.

Roland l’embrassa et lui dit tu as grand tort de nous combattre, ton père serait avec nous.

— Vous dites vrai, mais le roi Marcille est mon seigneur et il faut que je lui obéisse. Chassé de ma terre par Anthée parce que mon père a tué le sien, je ne savais où aller et Marcille m’a reçu aimablement. Je vous jure que je n’ai mis à mort nul de vos gens, à cause de mon père qui s’était fait chrétien. Touchant la trahison, elle fut brassée à Saragosse par Marcille, Ganelon, Blanchardin et Falseron qui ont fait venir ici tant de gens pour te faire mourir, et aussi les autres Pairs de France. Baudoin le fils de Ganelon porte la cotte de Marcille pour que nos gens le reconnaissent et ne le fassent pas mourir.

— Remets ton heaume et t’en va car je serai ton ami comme je fus à ton père. Prends garde que Regnaut ne te rencontre en sa fureur.

Après, Roland alla chercher Baudoin qui, le voyant, vint à lui disant : Je suis émerveillé d’avoir occis tant de gens sans que nul n’essaie de me frapper.

— Ha vaurien ! Tu veux te cacher de la trahison de ton père dont tu es complice puisque tu portes la cotte de Marcille.

— Si mon père a brassé trahison, je jure Dieu tout-puissant que je lui passerai cette épée en travers du corps. Vous m’avez injurié de m’appeler traître car je ne le fus jamais.

Tout courroucé, il ôta la cotte et la jeta sous les pieds des chevaux, disant : Roland, je suis venu pour l’amour de vous car jamais je ne vous eusse abandonné. Et en récompense, vous m’appelez traître. Je retourne en la bataille et vous ne me verrez plus, sinon mort.

Baudoin se jeta dans la presse et trouva un cruel géant, le roi Marguaris, auquel il dit : Es-tu ici, chien, pour détruire les Français ? Marrane renié que tu es, je vengerai mon injure sur toi. Et il lui donna un extraordinaire coup d’épée qui le tua mort raide par terre.

Le roi Marcille rallia ses gens de manière à entourer les nôtres de tous les côtés, si fort serrés qu’ils ne pouvaient se défendre. À cette heure, fut faite grande tuerie d’un côté et d’autre, mais surtout des Chrétiens qui commencèrent à perdre pied. La foule des Païens était si grande qu’il n’était pas possible à un si petit nombre de gens de ne pas avoir grande occision.

Un roi païen nommé Grandouin trouva Sanson qui toujours suivait Roland, et d’un seul coup d’épée lui trancha la tête. Roland, devant, ne s’en aperçut pas mais Gautier de Milon le vit tomber, alla sur le Païen qui lui trancha l’épaule, par quoi il fut mort.

Le roi Marcille rencontra le seigneur de Bayonne qui n’avait que son épée. Marcille lui mit la lance au travers du corps et l’abattit mort. Roland regarda autour de lui et, ne voyant pas Sanson, demanda ce qu’il était devenu. Thierry dit qu’il était resté dans un tas de Païens où il combattait avec Olivier. Roland y alla et trouva Olivier entouré de Païens, dont le roi Marcille et deux autres rois. Roland fut étonné qu’Olivier pût se défendre contre tant de gens. Il voulut s’avancer mais Galantin son cheval s’arrêta court parce qu’il ne voulait pas passer sur Sanson qui gisait mort à ses pieds. Roland devint furieux en voyant Sanson mort et dit : Ha ! Mort ! Tu me fais grand tort. Olivier lui dit : Ha Roland ! Ce tyran a mis à mort ton bon ami Sanson. Quand Grandouin entendit Olivier il se prit à fuir comme le vent, comme le roi Marcille et tous ceux qui étaient autour d’Olivier. Ils redoutaient les coups de Roland qui eut grande douleur de la mort de Sanson et le fit porter par Thierry en son pavillon.

Astolfe faisait merveilles contre les Sarrasins. Il rencontra le roi Balsamin qu’il assaillit mais le Païen le tua d’un coup d’épée, dont ce fut grand dommage. Après, Balsamin rencontra Arnaut de Bellande auquel il donna un si grand coup qu’il le fit tomber des arçons mais Richard l’aida à remonter.

À cette heure, Roland occit le roi de Portugal et le roi Fieremont.

Richard de Normandie voulut rompre une grande presse pour venger la mort d’Astolfe mais il y avait tant que Païens qu’il ne pouvait passer. Quand Roland arriva et vit Astolfe gésir mort à terre, il se jeta dans la foule comme un forcené et mit à mort beaucoup de Sarrasins. Richard lui montra celui qui avait tué Astolfe et Roland lui rua un estoc de la pointe de son épée au travers du corps, dont il mourut et son âme alla en Enfer.

Regnaut rencontra Polimites de la Montagne et, d’un coup d’épée, lui trancha la tête car il ne le connaissait pas et était si furieux qu’il tuait tout. Roland rencontra Grandouin auquel il dit : Ha ! traître, tu as mis à mort mon ami Sanson mais tu auras ton paiement. Le Païen voulut fuir mais Galantin allait plus fort que son cheval. Roland le rattrapa et lui dit si tu ne te retournes, je te frapperai par derrière. Quand le Païen se retourna, Roland lui donna de son épée sur le heaume si fort qu’il le fendit jusqu’à la selle et les deux parties du corps tombèrent, l’une deçà, l’autre delà. La mort de Sanson et d’Astolfe fut bien vengée.

De son côté, le roi Marcille faisait grand massacre de Chrétiens. Roland l’aperçut, arracha une lance à un Païen pour jouter contre Marcille mais un autre Païen se mit entre deux et prit la lance au travers du corps. Roland dit à Marcille ha ! traître tu seras puni de tes trahisons et leva Durandal pour le tuer. Son fils, Samburcg, pour sauver son père, mit son écu devant l’épée, par quoi Roland lui trancha l’écu et le bras qui ensemble tombèrent à terre. Marcille tout épouvanté s’enfuit aussi vite qu’un lévrier.

Un grand roi païen nommé Margariton, accompagné du roi Sirion, rencontra Arnaut de Bellande, le mit à mort, puis occit un autre bon chevalier nommé Marc de Saint-Michel, et d’autres barons chrétiens dont je ne sais pas les noms.

Regnaut fut bien fâché de voir traiter ses gens ainsi et dit à Margariton vaurien ! si tu es venu mettre à mort les Français, tu auras ton paiement. Et il occit Margariton et Sirion de deux coups d’épée.

Vinrent alors une grande troupe de Païens, le roi Blanchardin, Galleran, Mastaster, le Califfe, Aigolant et d’autres amiraux qui faisaient grand noise et mirent à mort plusieurs Chrétiens. Quand Roland entendit le bruit, il vint et trouva Baudoin, le fils de Ganelon, qui avait deux lances en travers du corps et lui dit : Vous m’avez appelé traître, mais jamais je ne commettrai de trahison car je ne vivrai guère. Et il tomba mort devant Roland.

Le comte Regnaut, voyant la déconfiture tourner sur les Chrétiens, était enragé. Il tranchait pieds, poings, têtes, bras, et tous ceux qu’il voyait étaient morts ou blessés. Il assembla autour de lui le duc Egibart, le duc Anseaune, Angevin, Gaudebœuf de Frise, Berenger, Richard de Normandie, Octe, Turpin, Richard, et tous, ils allèrent contre cette grande troupe de Païens. Leur rencontre fit beaucoup de morts d’un côté et d’autre. Le bruit était si grand qu’on ne s’entendait pas. La poussière ne gênait plus comme au début car toute la terre était noyée de sang. L’air était plein de diables qui faisaient de grands tonnerres en se réjouissant de tous ces Païens qui descendaient en Enfer.

La vallée de Roncevaux ressemblait plus à l’Enfer qu’à un champ de bataille. Il n’y avait ni arbre ni feuille qui ne fût arrosé de sang. Qui fut venu après la bataille, s’il n’eût vu les morts, eût cru que c’était la mer rouge.

Olivier occis en trahison

Roland rencontra Mauduit, un roi païen qui avait tué Berenger et Octe. Leur mort lui coûta cher : Roland d’un seul coup d’épée le trancha en deux parties.

Olivier rencontra le roi Fidasto et, de son épée, lui trancha le heaume et le chef mais, par derrière, vint le Califfe qui, en trahison, lui mit son épée au travers du corps ; Olivier, sentant le coup, se retourna pour savoir qui l’avait frappé et, voyant le Califfe, dit : Ha ! Tu es bien des gens du traître Marcille ! En trahison, tu m’as mis ton épée dans les côtes, par quoi je serai bientôt mort mais, avant, je me vengerai de toi. Il leva son épée et le fendit jusqu’à la poitrine. Olivier perdit tant de sang qu’il devint très faible et n’y voyait plus. Toutefois il alla par la bataille, toujours frappant de son épée, sans savoir quoi. Il rencontra Roland et lui donna un grand coup sur le heaume. Roland lui dit : Déa ! mon cousin, êtes-vous devenu païen ? avez-vous renié Jésus ?

— Non, mon cousin, mais, hélas, j’ai perdu tellement de sang que je ne vois plus rien. Je vous prie de me pardonner et de me mener en quelque grande presse de Païens afin que je venge ma mort sur eux.

Quand Roland vit son cousin Olivier, un si bon chevalier, blessé à mort, pas étonnant qu’il eût douleur. Il dit mon cousin, dites-moi qui vous a frappé, je vous vengerai.

— Ha Roland ! ce fut le Califfe qui, par derrière en trahison, me mit son épée. Mais je me retournai et le mis à mort.

— Ha ! puisqu’il faut que vous mouriez, mon cousin, je ne désire que la mort. Je vois bien que nous ne gagnerons pas cette bataille. J’ai perdu toute ma puissance, toute ma force et ma hardiesse, toute ma prouesse. J’ai perdu mon bien faire, j’ai perdu mon espérance. Ô Charlemagne ! Que ferez-vous en perdant aujourd’hui un si vaillant chevalier ?

Roland en faisant sa complainte mena Olivier en une grande presse de Sarrasins sur lesquels il se jeta, frappant à dextre et à senestre comme un qui ne craint pas la mort. Roland restait auprès de lui. Quand il eut assez combattu, Olivier se trouva si faible et si las que Roland le mena en son pavillon et lui dit : Mon cousin, reposez-vous ! J’irai sur cette petite montagne et je cornerai mon cor. Peut-être mon oncle l’entendra et viendra nous secourir.

Olivier dit : Il n’est pas temps de le sonner car je suis mort. Je recommande mon âme à Dieu et, à vous mon cousin, je recommande ma sœur votre femme. Ce disant, Olivier rendit l’esprit à Dieu.

Roland, très marri de la mort d’Olivier, alla sur la petite montagne, prit son cor qui était tout d’ivoire et le sonna par trois fois, par si grande force que Charlemagne l’entendit de Saint-Jean-pied-de-port, à cinq lieues de là. Roland corna si fort qu’il se rompit les nerfs et les veines du cou. Le sang lui sortait par les yeux, par les oreilles, par le nez et par la bouche, ainsi que, depuis, le relata l’archevêque Turpin.

Après qu’Olivier fut mort, son cheval quitta le pavillon et s’en alla à la bataille et, comme pour venger son maître, mordait les Sarrasins et, des pieds de derrière et de devant, les frappait et les occisait. Richard, le frère de Regnaut, l’apercevant, se douta qu’Olivier était mort.

Quand Marcille et Aigolant entendirent le son du cor de Roland, ils durent si effrayés que, avec plusieurs autres, ils prirent la fuite. Turpin dit que le son fut si épouvantable que tous ceux qui l’entendirent tremblèrent et les oiseaux en l’air restèrent tout étourdis. Charlemagne crut que la terre s’ouvrait.

Le comte Regnaut, Richard, et Turpin, s’occupaient toujours de défaire les Païens, sans savoir la mort d’Olivier qu’ils croyaient à la bataille avec Roland. Boyard, le cheval de Regnaut, mit à mort beaucoup de Païens avec ses dents et ses pieds.

Le noble Roland, laissant le corps d’Olivier dans le pavillon, retourna à la bataille pour réconforter ses gens. En allant, il eut deuil sur deuil car il trouva mort le bon duc Egibart, et Gaudebœuf de Frise, et Richard de Normandie et d’autres bons chevaliers, ce dont il fut terriblement déconforté : Ha ! Mon Dieu, c’est ici la dernière bataille que je ferai jamais, par quoi je te prie de me donner la grâce que je puisse venger ces bons chevaliers morts aujourd’hui pour défendre ta sainte Foi. Il tira Durandal – ce fut la dernière fois – et vint sur les Païens, disant au peu de gens qu’il avait encore : Ha, mes compagnons ! Prenez courage et pensez à venger la mort du comte Olivier et aussi la nôtre car nous ne pouvons échapper.

Et, comme un homme désespéré qui ne voulait plus vivre et ne désirait que la mort pour le grand déplaisir qu’il avait de celle d’Olivier et des autres Barons, Roland sauta à nouveau dans la bataille. Il tua tant de Païens qu’il semblait qu’il commençait juste à se battre. Ce lion enragé ne laissa guidon ni enseigne des Païens qui ne fût à terre. Il se mit si avant qu’il fut blessé en plusieurs endroits de son corps. Il frappait si rudement que Regnaut s’arrêta pour le regarder, et aussi Richard qui en tira telle hardiesse qu’il alla sur un roi païen nommé Galleran qui retenait encore ses gens et le mit à mort.

Le roi Matresser rencontra le comte Anseaune et, d’un coup de lance, l’abattit à terre, puis il descendit, lui arracha son heaume et l’occit. Regnaut vint sur le Païen quand il remontait à cheval, et de Flamberge son épée il lui sépara la cuisse du corps, par quoi il tomba mort.

Blanchardin occit le cheval de Richard sous lui, il tomba à terre et, comme bon chevalier qu’il était, se défendit à l’épée. Roland lui dit : Ha ! Richard ! As-tu peur ? Il y a tant de chevaux ici, monte sur un. Richard monta, tout armé qu’il était, alla sur Blanchardin et lui dit : Traître que tu es, mon bon cheval te sera cher vendu.

La bataille fut si cruelle que de dix mille six cents Chrétiens, il ne demeurait que Regnaut et son frère Richard, l’archevêque Turpin et Roland qui, à cause du grand effort qu’il avait fait, ne pouvait plus se soutenir à cheval.

Et, de plus de trois cent mille Païens, il n’en demeura pas deux mille qui, avec Blanchardin et Aigolant, prirent la fuite. Regnaut, Richard et Turpin les suivirent plus d’une lieue et en occirent encore. Ils se cachaient par les bois et buissons pour fuir leurs épées. Thierry l’écuyer de Roland fut abattu à terre et, en tombant, se brisa la jambe et ne put remonter. Il fut foulé des pieds des chevaux des Païens qui fuyaient. Mais Richard l’aperçut, l’aida à remonter, et suivit Regnaut et Turpin.

Mort de Roland

Le comte Roland, le cœur lui fit bien mal quand il ne put aller avec les autres à la chasse des Païens : il ne tenait plus en selle et ne supportait plus son heaume. Il se retira au pied d’un rocher et descendit de son cheval. Galantin mit les deux genoux en terre, comme s’il eut voulu prendre congé de son maître, et tomba mort.

Roland, encore plus triste qu’avant, le prit dans ses bras pour voir s’il était encore en vie et dit : Ha ! Mon bon cheval, tu m’as bien servi, dont je te remercie. Ha ! Galantin, où est ta grande force ? Ha ! Galantin, tu augmentes mes douleurs. Ha ! Galantin, les maudits Païens n’auront plus crainte de nous. Ha Galantin, de nous deux, l’un ne vivra guère plus longtemps que l’autre. Ha ! Galantin, maintenant, je prends congé de toi car je ne monterai jamais sur un autre cheval.

Après que, Galantin mort, Roland se trouva tout seul, il regarda autour de lui et ne vit que des cadavres. Il en eut frayeur, et horreur d’en voir tant. Il dit : Ha ! Beau cousin Olivier, vous êtes maintenant bien heureux en Paradis et joie perpétuelle ! Je vous prie de prier Dieu pour moi, que je puisse mourir en sa sainte foi. Ha ! Mon cousin Maugis, vous serez bien ébahi d’ouïr de telles nouvelles. Maintenant, sera la France teinte en noir. Maintenant, sera la cité de Paris en douleur et gémissement. Maintenant, sera Aude ma femme en deuil et tristesse. Maintenant, sera Charles vaincu par ses ennemis, et toute la Chrétienté en danger d’être détruite. Maintenant, sera vengé Ganelon de moi et de ma lignée. Car aujourd’hui sont morts tous les meilleurs chevaliers du monde.

Pendant que Roland faisait sa complainte, Thierry son écuyer arriva. Il en fut réconforté et demanda où étaient Regnaut, Richard et Turpin. Thierry lui dit qu’ils chassaient les Sarrasins en fuite.

Roland, sentant sa mort approcher, craignit que son épée Durandal tombât aux mains des Païens. Il la prit et, pour la briser, en donna plusieurs coups sur un rocher. Mais il ne put, elle entra dans la pierre. Quand il vit qu’il ne la pouvait rompre, il dit : Ha Durandal ma bonne épée, jamais je n’avais connu toute votre force, sinon je n’eusse jamais craint de vous briser. Je prie Dieu, ma bonne épée, que vous tombiez dans les mains d’un bon chevalier chrétien et qu’il connaisse votre bonté aussi bien que moi. Par vous ont été punis les tyrans et larrons, et ceux qui voulaient anéantir la sainte foi.

Retournons à Regnaut, Turpin et Richard qui chassèrent tant les Païens qu’ils n’en trouvèrent plus devant eux. Alors l’archevêque dit ce serait folie d’aller plus avant, retournons au lieu de la bataille voir si nous trouvons le comte Roland et aucun en vie. Tous trois étaient si las et pleins de sueur qu’ils ne tenaient plus sur leurs chevaux, et non sans cause car ils avaient combattu plus de quatorze heures, sans descendre, ni boire ni manger. Ils s’en retournèrent et trouvèrent le comte Roland au pied du rocher. Il avait ôté son heaume. Il leur fit grande fête et demanda à Regnaut comment était la bataille. Regnaut répondit que les Païens avaient fui. Alors Roland se mit à genoux puis dit, les larmes aux yeux : Mes bons cousins et amis, je vous fais savoir que je suis près de la mort. À tous je demande pardon. Premièrement à vous, cousin Regnaut, car je confesse que je vous ai dit plusieurs fois des paroles injurieuses. Quand ils l’entendirent, ils furent très désolés et fondirent en larmes.

Regnaut lui dit : Mon cousin, je prie Notre Seigneur Dieu qu’il vous pardonne, et moi aussi car j’en ai plus besoin que vous.

Après, Roland dit à Turpin : Monseigneur et cousin, vous êtes mon père spirituel, je vous supplie de me donner l’absolution de tous mes péchés. Il y a trois choses qui chargent ma conscience. La première est que j’ai été rebelle et désobéissant à mon oncle Charlemagne et, plusieurs fois, lui ai dit des paroles injurieuses. La seconde c’est que je n’ai pas traité ma femme, la sœur d’Olivier, comme je le devais et ne lui ai pas porté bonne loyauté. La tierce, c’est que j’ai occis Doucher [Donchiaro dans l’Aspremonte] à tort et sans cause, mais cela m’avait été commandé par l’empereur.

— Puisque vous avez contrition, dit Turpin, Dieu vous pardonnera, mais si vous avez autre chose, dites-le.

— J’ai été quelques fois fier et orgueilleux sans humilité, je n’ai pas été diligent au service de Dieu, je n’ai pas été miséricordieux envers les pauvres, j’ai été envieux sans charité, j’ai été porté sur la bouche et, comme je vous l’ai dit, je n’ai pas tenu loyauté en mariage. Et j’ai été plus diligent à mal faire qu’à bien. Je ne sais autre chose qui charge ma conscience.

Turpin lui dit : Je ne te donne en pénitence que de dire un Pater Noster et un Miserere. Que toutes les peines et travaux que tu as pris pour avancer la sainte foi chrétienne, te soient comptés pour pénitence ! Puis, il lui donna l’absolution de tous ses péchés. Et Roland fit son oraison ainsi : Ô mon souverain Seigneur… je te prie qu’il te plaise d’ôter mon âme de ce misérable corps, et de la loger en ton saint Paradis pour être en joie éternelle. Mon Dieu, je sais que je t’ai offensé plusieurs fois dont je dis ma faute et demande pardon. Je suis grand pécheur mais tu es encore plus grand pardonneur. Si ta justice voulait me condamner, j’appellerais à ta miséricorde. Mon Dieu, tu sais que j’ai combattu pour soutenir ta foi et je te prie que cela me soit compté pour pénitence.

Et au surplus, je te recommande mon oncle, le roi Charlemagne, que tu ne l’abandonnes pas dans sa vieillesse. Après, te recommande ma femme désolée en te priant de lui être en aide. Item, je te prie, mon Dieu, de faire miséricorde aux âmes de tous les féaux chrétiens qui aujourd’hui sont morts en cette vallée contre les infidèles. Enfin, je te recommande mon âme. Amen.

Aussitôt que Roland eut terminé son oraison, une grande clarté apparut et ils entendirent en l’air une voix mélodieuse qui les étonna encore plus. Ils se mirent tous les genoux en terre, joignant les mains vers le ciel, et écoutèrent : Roland entends-moi ! Je suis l’Ange Gabriel, envoyé de Dieu pour te dire que ton oraison est exaucée là-haut. Je suis venu chercher ton âme. Tu as toujours été bon catholique et augmenté la foi chrétienne. Par toi, plusieurs ont été baptisés qui maintenant sont au paradis en jubilation, et mêmement ton compagnon Morgant ; tout ainsi que vous vous êtes tenu compagnie en ce monde, ainsi vous ferez au Paradis.

Touchant ton oncle Charlemagne pour lequel tu as prié, il a entendu le son de ton cor et est parti, tantôt il sera ici. Regarde le soleil qui ne bouge pas : voilà vingt heures qu’il attend, sans aller vers l’occident. Il sera arrêté trois jours pour que ton oncle fasse vengeance des Sarrasins. Et sache que, après sa mort, il sera au royaume de Paradis. Aussi sera Aude ta femme, laquelle demeurera veuve tout le reste de sa vie en faisant pénitence de ses péchés.

Touchant ceux qui aujourd’hui sont morts en cette bataille pour la foi, ils auront sépulture et seront avec les saintes et les saintes en Paradis.

Enfin, je vous donne la paix.

Alors l’Ange s’en alla et le chant céleste fut ouï comme auparavant. Regnaut dit : Ha ! mon cousin ! Je suis venu d’Égypte pour te voir et tu me laisses aussitôt ! Toutefois, je suis bien content de ce qu’a dit l’Ange. Par quoi je te prie, quand tu seras en cette gloire, d’avoir mémoire de moi et de prier Dieu qu’après ma mort je puisse aller avec toi en joie éternelle.

Roland, sachant sa mort prochaine, prit son épée et la planta en terre, la croix au-dessus, puis dit, à genoux, je t’adore, en image de la vraie croix où mon Dieu fut mis. Puis fit le signe de la Croix sur son front, sa bouche et sa poitrine. Puis se coucha en terre sur le dos et mis son épée sur lui en lieu de croix, croisa les bras dessus et, en disant Credo, rendit l’âme à Dieu le jour de l’apparition de Saint Michel, le huitième du mois de Mai, l’an huit cent quinze, ainsi que l’a mis en écrit l’archevêque Turpin.

Quand l’âme de Roland sortit du corps, un merveilleux tonnerre fut fait au Ciel, puis on entendit les chants mélodieux des Anges qui portaient son âme au Ciel. Ces douces voix réconfortèrent tellement Turpin Regnaut et Richard que, eux qui auparavant avaient grand faim et grand soif, se sentirent si rassasiés qu’ils n’avaient plus envie de boire ou de manger. Et eux qui, avant, étaient si fatigués qu’ils ne pouvaient se soutenir, furent aussi frais que si, de tout le jour, ils n’avaient pas combattu. Et leurs forces et leur courage furent plus grands qu’avant.

Ils décidèrent de veiller le précieux corps jusqu’à la venue de Charles et dirent à Thierry de monter à cheval et d’aller au-devant de lui. Thierry était si désolé de son maître, qu’il ne pouvait tenir debout. Toutefois, il monta à cheval et alla vers Saint-Jean-pied-de-port.

Charlemagne va à Roncevaux

Comme nous l’avons dit, Charlemagne était à Saint-Jean-pied-de-port, qui est en Navarre, à cinq lieues de Roncevaux. Il attendait Marcille et le tribut promis. Pendant que Charlemagne et ses barons passaient le temps sur la galerie d’un jardin, l’Empereur dit il me semble entendre sonner le cor de mon neveu Roland.

— Moi aussi, dit le duc Naymes.

Quand Ganelon l’entendit, son cœur se troubla. Alors le comte Roland sonna son cor pour la deuxième fois. Je vous dis, dit le roi, que Roland ne sonne pas sans cause.

— Je crois bien que si, dit Ganelon. Il sera après quelque bête sauvage et il corne qu’il l’a prise. Vous savez qu’il corne pour peu de chose. Lui, Olivier et Sanson s’amusent à la chasse.

Alors, Roland sonna pour la troisième fois qui fut si terrible que tous ceux en qui la voix entra aux oreilles, le cœur leur trembla au ventre.

Ha ! dit Charlemagne, la tierce fois m’a arraché l’âme du corps. Il me semble que je m’éveille. Je vous jure que Roland a de plus grands soucis que la chasse. Ha Ganelon ! Je me suis trop abusé à tes paroles, je ne dois m’en prendre qu’à moi-même. Si j’avais cru mes conseils je ne serais pas au danger où tu m’as mis, moi et le royaume. Ha mes barons ! Je peux dire comme Jésus-Christ à ses apôtres : vous êtes purs, mais non pas tous. Maintenant vient le temps que toi Ganelon tu sois puni de tes méfaits, mais c’est trop tard.

Ganelon, sans répondre, devint pâle comme neige et tremblait comme une feuille au vent. Quand Charles le vit en cet état, il dit : Malheureux ! Il eût mieux valu que tu mourusses au ventre de ta mère, ô mauvais traître ! ô misérable ! Quelle vengeance prendrai-je de toi ?

Alors, l’empereur commanda qu’on le prît et mît en prison. Ogier et d’autres, en le menant, lui arrachaient la barbe, lui crachaient à la figure et chacun criait qu’on le punisse de cruelle mort.

L’empereur ordonna d’aller en hâte à Roncevaux, se doutant maintenant que Marcille était venu avec grande puissance car Roland n’aurait pas sonné son cor sans cause. Mais il s’aperçut que le soleil déclinait et que le jour lui ferait défaut. Il se tourna vers son Dieu Jésus : Ô mon Dieu Jésus qui au jour de ta douloureuse passion fit obscurcir le soleil contre le cours de la nature, je te prie d’arrêter ce soleil. Qu’il ne chemine plus jusqu’à ce que j’aie trouvé mon neveu Roland, que j’aie donné sépulture à tes bons serviteurs et que j’aie vengé leur mort !

Dès que Charles eut fait son oraison, le soleil qui s’était troublé à cause de la mort des Chrétiens, redevint clair. Il s’arrêta à l’endroit où il était et demeura immobile pendant trois jours. Charles chevauchait en hâte quand il aperçut Thierry. Il dit voici Thierry qui apporte de mauvaises nouvelles, je le devine à son maintien.

Thierry mit pied à terre et, en pleurant, salua l’empereur : Sire, les nouvelles ne sont pas bonnes. Le roi Marcille au lieu d’apporter le tribut a amené plus de trois cent mille combattants. Votre neveu Roland est mort, et aussi Olivier, Astolfe, le duc Anseaune, Berenger, Richard de Normandie, Sanson, le comte Egibart, Gautier de Milon, Anjou du Mans, le comte Angevin, Octe, Gaudebœuf, Marc et Mathieu de Saint-Michel, et Baudoin, fils du traître Ganelon… Jamais bataille ne fut si mortelle. De tous vos gens il ne demeure que l’archevêque Turpin, Regnaut de Montauban et son frère Richard qui, par la volonté de Dieu, se trouvèrent en la bataille et chassèrent les Païens. Pendant la bataille, Roland trouva Polimites le fils du Vieux qui lui dit comment la trahison avait été faite par Marcille, Ganelon, Blanchardin et Falseron, par quoi, sire, Ganelon a bien mérité la mort.

En disant ces paroles, le cœur commença à lui faiblir et il dit à Charles : Sire, j’ai l’impression qu’une lance me transperce le cœur, je sais qu’après la mort de mon maître je ne pourrai plus vivre. À Dieu je vous recommande. Et il tomba mort aux pieds de l’empereur.

Charles eut si grande douleur que, si on ne l’eut retenu, il fût tombé de la selle. Il pleura : Jamais je n’aurai réconfort. Ô Fortune ! Tu m’as fait le plus malheureux roi du monde. Ô bataille pour moi cruelle et terrible ! Ô roi Marcille, je n’eusse jamais pensé qu’en toi y eût tant de trahison ! Hélas, hélas, encore une autre fois hélas, ma tristesse est non sans cause. Ce matin, je pouvais me vanter d’avoir plus de vaillants chevaliers à mon service que le roi Artus en sa table ronde, mais j’ai tout perdu en un coup.

Salomon de Bretagne dit : Puisque le soleil nous attend, allons à Roncevaux. Nous ferons enterrer les morts pour que les bêtes sauvages ne les dévorent. Puis, nous délibérerons avec Regnaut et Turpin de ce que nous ferons.

Ils chevauchèrent à grande vitesse, réconfortant le noble et vaillant empereur. Ils étaient bien vingt mille hommes en sa compagnie.

L’empereur Charlemagne et tous ses gens, en arrivant à Roncevaux, la vallée de douleurs, la vallée de larmes, aperçurent des chevaliers gisant l’un sur l’autre ; d’autres avaient des chevaux morts sur leur corps ; les uns avaient une lance en travers du corps, les autres avaient la tête fendue en deux ou séparée du corps ; les autres avaient perdu les bras et les jambes. La terre était couverte de gens morts qui baignaient en sang dont la terre était toute inondée, tant de boyaux hors du ventre que de cervelles épandues. À voir cette tuerie, les arbres et les rochers qui rendaient sang, il n’y avait cœur qui ne tremblât de peur et ne jetât larmes des yeux en abondance.

Charlemagne : Ha ! Malheureuse vallée ! Ici, j’ai perdu ma gloire, mon bien et mon honneur. Je prie Dieu que tu sois maudite comme la montagne de Gelboé, qu’en toi ne croisse point de fruit et que la rosée du ciel ne descende jamais sur toi.

En allant plus avant, ils trouvèrent la roche au pied de laquelle était Roland, tout raide mort. L’archevêque Turpin, le Comte Regnaut et Richard le gardaient. Quand l’empereur le vit, il tomba de son cheval et se pâma sur le corps de Roland. Il dit en paroles piteuses : Ha ! Mort ! Si tu as quelque puissance, je te prie de me prendre. Autrement, je dirai que tu n’as aucun pouvoir. Pourquoi ne peux-tu me prendre comme mon neveu ? J’ai perdu tout réconfort, toute joie, tout plaisir, toute espérance : aujourd’hui est mort le grand champion des Chrétiens, celui qui a tant fait mourir de Païens. Est mort le pilier de justice qui faisait droit à chacun, tant grand que moindre, qui appuyait les bons et punissait les mauvais, qui soutenait les veuves et orphelins, le défenseur des Dames et Damoiselles, le nourrisseur des pauvres… Ô mon neveu, si tu peux le faire, pardonne-moi ta mort ! J’en suis cause parce que je crus Ganelon qui a trahi la Chrétienté.

Après que l’empereur eut fait sa complainte, il parla à son neveu comme s’il eût été en vie : Je te prie mon neveu qu’en souriant tu me donnes ta bonne épée Durandal. Avec elle je vengerai ta mort et celle des autres.

Aussitôt que Charles eut dit ces paroles, Roland reprit couleur vermeille, ouvrit les yeux et, en souriant de la bouche, ouvrit les bras. Lors, l’empereur prit l’épée, puis Roland remit les bras en croix et ferma la bouche et les yeux. Par ce miracle, Charlemagne sut que Roland était dans la voie du salut, ce dont il fut consolé.

Il fit embaumer le corps de Roland pour l’enterrer en sa chapelle, en la ville d’Aix en Allemagne. Ceux qui étaient restés avec Charlemagne allèrent par le lieu de la bataille chercher les corps des Chrétiens morts pour leur donner sépulture. Le corps d’Olivier fut porté en Arles, avec plusieurs autres, et le roi donna une grande somme de deniers pour prier pour leurs âmes. Godefroy de Frise, Cassiers roi de Bordeaux, Lambert roi de Bourgogne, le comte de Langres, Sanson duc de Bretagne, Hugues comte de Nantes, et Richard duc de Normandie, tous furent embaumés et portés chacun en son pays. Tous les autres Chrétiens et menus gens d’armes furent enterrés en un champ voisin que l’archevêque avait béni, et où, depuis, l’empereur fonda un collège de trente-six chanoines pour prier, et lui donna de grands trésors. À l’heure présente, ledit collège y est encore, ceux qui passent par-là peuvent le voir.

L’empereur et sa compagnie restèrent trois jours à Roncevaux pour ensevelir les Chrétiens morts. Le matin suivant, Regnaut vit venir une grande compagnie de Païens tous en armes : Aigolant avait assemblé les fugitifs par les bois et les haies et ils retournaient au lieu de la bataille pour mettre à mort les Chrétiens en vie et pour enterrer les Païens.

Regnaut les reconnut à l’enseigne et dit au roi : Voyez le traître Aigolant avec une grosse armée. Puisque Dieu les met en nos mains, que chacun ait à cœur de venger la mort de nos amis.

Aussitôt, les Français furent armés, mis en ordre, et marchèrent contre les Païens. Regnaut sortit des rangs le premier, la lance baissée, piqua son cheval contre Aigolant, lui mit la lance au travers du corps et l’abattit mort. Puis il retira sa lance, avec laquelle il tua un autre Païen.

L’empereur se mit dans la presse des Païens, tenant en sa main Durandal, dont il tua plusieurs en disant : Ha ! Bonne épée ! Quoique vous ne soyez pas aujourd’hui à un aussi puissant maître que vous l’étiez, je vengerai sa mort et celle des autres Chrétiens. Il se montra fort vaillant et mit beaucoup de Sarrasins à l’épée…

Pour abréger, les Chrétiens firent tant que rapidement les Païens retournèrent à déconfiture. Ils commencèrent à perdre pied et à fuir, et se sauva qui put. Les Français les chassèrent jusqu’à ce qu’ils n’en trouvassent plus. Et ainsi fut détruit le reste des Païens venus en la vallée de Roncevaux, sauf ceux qui avaient fui avec le maudit traître Marcille.

Charlemagne anéantit Saragosse

L’empereur décida d’aller punir le roi Marcille de sa trahison. L’armée passa la montagne en tirant droit sur Saragosse. Les villes et châteaux en chemin furent tous mis à feu et à sang. L’empereur était si fâché de la mort des Chrétiens qu’il commanda à ses gens de n’épargner ni femmes ni enfants, ni petits ni grands, afin que le pays soit entièrement détruit. Ceux qui parvenaient à fuir partaient à Saragosse porter les nouvelles au roi Marcille.

Le roi Blanchardin apprit le premier la mort du roi Aigolant et la pestilence que les Chrétiens faisaient au pays. Marcille fut épouvanté car il avait peu de gens de guerre, tous étant morts à Roncevaux. Il pensait que c’était Regnaut avec peu de gens, sans imaginer que Charlemagne fût si tôt venu en si grande compagnie. Il fit fortifier les murailles du mieux qu’il put.

Il n’eut pas d’autres nouvelles avant que l’empereur eût installé son camp devant la cité, l’assiégeant de tous côtés. Regnaut mit le feu aux portes, les Chrétiens entrèrent dedans et aussitôt incendièrent les maisons. La nuit était obscure, il faisait grand tonnerre, avec un vent si impétueux qu’il portait le feu partout. À la clarté du feu, brillaient les épées des Français qui mettaient à mort tout ce qu’ils trouvaient.

À considérer le temps qu’il faisait, le feu qui brûlait, les palais et maisons en flammes, les cris et lamentations des manants et habitants qu’on tuait sans merci, il semblait que la Cité fût en Enfer. Les Chrétiens gardaient toutes les portes pour que personne ne sortît. Le roi Marcille, tout ébahi en son palais, entendit crier France ! France ! Montjoie Saint Denis ! Comprenant que l’empereur y était, il eut une grande frayeur au cœur, comme si une lance lui traversait le corps, car il voyait sa destruction et sa mort.

Regnaut était en la grande place où il mettait à mort tous ceux qu’il trouvait. Ogier et le petit Richard allaient de rue en rue, tuant les maudits mécréants. Le bon archevêque Turpin, cette nuit, fit un merveilleux massacre d’infidèles. L’empereur, accompagné du duc Naymes, tenait en sa main Durandal toute teinte du sang des Païens. Il eût fallu avoir le cœur bien dur pour ne pas trembler de peur en voyant cette cruelle déconfiture. On entendait crier tue ! tue ! à mort ! à mort ! à mort ! Le père voyait tuer son fils devant lui, la mère voyait tuer sa fille, le mari sa femme, la femme le mari, le frère la sœur. C’était pitoyable d’ouïr les cris et lamentations de ceux de la ville.

Ceux qui entendent cette histoire connaîtront la grande destruction que cette nuit fut. Ô grande punition de Dieu ! Ô admirable vengeance divine ! Ô qu’il est terrible de tomber aux mains du Dieu vivant !

L’empereur Charles, tuant les Païens, arriva au palais et n’y trouva pas de résistance. Les rois Marcille et Blanchardin s’étaient retirés en une haute tour. Quand Charlemagne entra au palais avec Ogier, Naymes, Richard, le jour était déjà clair. Ils trouvèrent les deux traîtres. Richard coucha Marcille à plat par terre en lui disant : Ha traître méchant ! Tu seras payé de la grande trahison que tu as commise.

Ogier prit le méchant Blanchardin et voulait lui ôter la tête mais l’empereur ne le voulut pas et les fit mettre en une profonde prison, forte et obscure.

La reine Blande, femme de Marcille, était cachée en une tour du palais. Et Lucienne sa fille avec elle. Les Français les trouvèrent. La reine, voyant la destruction de la cité et la prise de son mari, criait qu’on la fît mourir comme une reine. Quand Regnaut vit Lucienne, il lui souvint des amours du temps passé et du riche pavillon qu’elle lui avait donné. Il en eut pitié et alla dire à l’empereur : Très cher sire je vous supplie que la reine et sa fille ne reçoivent point la mort. Vous plaise de me les donner car elles n’ont pas participé à la trahison.

L’empereur dit qu’il voulait bien, et qu’il lui donnerait plus grande chose s’il demandait. Par ce moyen, furent préservées de mort la reine et sa fille Lucienne, et quelques-unes de leurs damoiselles. Tous les autres de la cité furent mis au fil de l’épée, sauf les Chrétiens.

Les gens de Charlemagne devinrent tous riches des grands trésors qu’ils trouvèrent en Saragosse. On les apporta au palais que Charlemagne avait fait préserver du feu pour s’y retirer et ranger le butin. Toutes les murailles et tours furent mises par terre, sans qu’il demeurât pierre sur pierre. Et aussi les hautes maisons de la cité.

Après que la grande cité de Saragosse eut été mise à néant, l’empereur fit venir devant lui les rois Marcille et Blanchardin, tout liés de cordes. Il leur dit : Ô roi Marcille ! Tout le temps de ta vie tu as régné puissamment et sans reproche, et maintenant en tes vieux jours tu as pris un vilain métier, le plus vilain pour un prince, c’est de commettre trahison. Tu es cause de la mort des plus vaillants du monde. Tu voulais tout gagner et, hier tu étais roi des Espagnes, aujourd’hui tu n’es plus rien. Hier, tu étais seigneur de cette cité et de ce palais, aujourd’hui le moindre page de notre compagnie est plus que toi. Hier, chacun faisait ce que tu commandais et aujourd’hui le plus petit te commande. Je voulais faire paix avec toi et tu l’as refusée. Tu as mieux aimé la guerre, tu l’as eue, terrible et véhémente, et toi-même, tu mourras de mort vilaine et abominable car tu l’as bien mérité.

Vous pouvez deviner en quel état était le misérable Marcille, prisonnier de l’empereur auquel il avait fait si grand mal. Il ne savait que répondre. Ogier le Danois dit à l’Empereur : Très cher sire, donnez-moi ces deux vilains et aussitôt je leur trancherai les têtes.

— Il ne sera pas ainsi, dit l’empereur, je veux qu’ils meurent de mort plus vile.

Alors Marcille dit à Blanchardin : Je craignais que cela tournât ainsi quand je vis changer en sang l’eau de la fontaine et sécher les arbres et la terre. Tu me disais que cela signifiait la mort des Chrétiens.

L’empereur leur dit : Montrez-nous le lieu où fut brassée la trahison. Là, vous mourrez misérablement.

Alors ils y allèrent. Quand l’empereur fut au verger, il vit autour de la fontaine l’herbe et les arbres tout secs, et un autre arbre que la foudre avait mis en pièces. Il dit : Ha ! Déloyal roi Blanchardin, quand à cet endroit vous ordonniez la trahison, ne pouviez-vous pas reconnaître à ces signes qu’elle déplaisait à Dieu ? Ô monstre horrible et traître démesuré, tu disais que c’était le signe du sang des Chrétiens. Mais c’est aussi le signe que, en ce même lieu, vous mourrez vilement.

Marcille dit à Blanchardin : Je m’en doutais bien et voulus faire couper cet arbre. Un astrologue m’en empêcha car, un jour, il me soutiendrait mais il ne me dit pas comment.

— Maintenant tu le sauras, dit Charlemagne, car tu y seras pendu et, par ainsi, l’arbre te soutiendra.

L’empereur demanda aux barons qui fera l’office de pendre ces deux traîtres ?

Ogier dit qu’il était tout prêt. Quand Marcille se vit près de la mort, il eut l’idée d’une ruse et dit qu’il voulait se faire chrétien et être baptisé.

— Tu mens, dit l’archevêque, tu n’en as aucun désir. Tu penses te sauver par ce moyen mais il y a trois sortes d’eau perdue : la première est celle qui tombe en la mer quand il pleut ; la seconde, celle dont on lave la tête d’un âne ; et la troisième, celle dont on baptise quelqu’un comme toi. Toute l’eau du fleuve Jourdain ne suffirait pas à te laver et à te nettoyer de ton péché et ordure. Sois assuré que toi, Blanchardin et Falseron, vous serez baptisés au fleuve Achéron qui est en Enfer.

Marcille, comprenant qu’il n’y avait pas de remède et qu’il fallait mourir, confessa toute la trahison, comme lui et Ganelon l’avaient conçue. Blanchardin fit de même. Puis, Marcille pria l’empereur de sauver la vie à la reine sa femme qui n’avait pas été de la trahison. Ogier lui ôta ses habits royaux et le pendit à l’arbre sec à côté de la fontaine. Et autant pour Blanchardin. Tout ainsi qu’ils avaient été compagnons de trahison, aussi furent-ils à la mort. Tous deux furent pendus à côté l’un de l’autre.

L’empereur retourna en la ville, alla au palais et fit mener la reine en son pays qui était le royaume de Grenade. Regnaut fit conduire Lucienne à Paris par son frère Richard. Là, elle se fit chrétienne et fut mariée au fils du Duc Astolfe, seigneur d’Angleterre.

Saragosse totalement détruite, Marcille et Blanchardin morts, et vengeance faite de la trahison et de la mort des Chrétiens, l’empereur partit pour revenir en France. La trahison et la mort de tant de gens furent vite connues en tous pays, et aussi la terrible vengeance de Charlemagne.

Chacun eut crainte, disant que c’était le roi le plus puissant du monde. Par quoi, plusieurs rois, amiraux et autres grands princes, vinrent à lui pour avoir alliance. Ils lui firent hommage et apportèrent de grands présents, jurant de tenir leurs terres à toujours de lui et de payer tribut chaque année. Ceux qui ne pouvaient venir envoyaient leurs ambassadeurs avec de riches présents. Par ces présents et le butin de Saragosse, tous furent riches.

En allant à Saint-Jean-pied-de-port, l’empereur passa par Roncevaux et se lamenta de la mort des Chrétiens : Ha vallée de pleurs et gémissements ! vallée de douleur et de lamentations pour toujours ! la plus grande trahison jamais faite l’a été ici, où sont morts en un jour les plus puissants chevaliers…

Les lamentations de Charles faisaient pleurer ceux qui étaient avec lui. Le Duc Naymes et Regnaut le réconfortèrent du mieux qu’ils pouvaient.

Ganelon tiré à quatre chevaux

Quand ils arrivèrent à Saint-Jean-pied-de-port, le comte Regnaut vint devant l’empereur, mit le genou en terre et dit : Sire je vous supplie de me récompenser de tous les services que je vous fis et qu’il vous plaise de me donner un don qui ne sera pas grand.

— Noble chevalier, demandez ce que vous voulez, il ne vous sera pas refusé.

— Sire, c’est qu’il vous plaise de me donner la commission de faire justice du traître Ganelon qui tant de fois vous a trahi.

— Sire, dit le duc Naymes, octroyez-le-lui, car il le fera bien.

Le roi lui octroya. Regnaut alla à la prison avec Ogier. Ils amenèrent Ganelon, lié de chaînes de fer, avec la hart au cou. Regnaut dit : Sire, voici le traître Ganelon, cause de la mort de votre neveu Roland et de tant d’autres, par quoi il a mérité la plus cruelle mort. Il faut savoir laquelle.

Ganelon, devant le roi, ne disait mot. Les uns voulaient qu’il fût écorché vif puis salé. Les autres, qu’il fût tenaillé à tenailles chaudes. D’autres, qu’il fût traîné à la queue d’un cheval. L’empereur commanda qu’on le mena par la ville sur une charrette, la corde au cou, pour qu’il ait plus de honte. Les gens criaient après lui au traître ! au traître ! au larron ! à l’infâme ! Ils l’accablèrent de toutes les injures qu’ils trouvèrent et lui jetèrent fange et ordures. Après, Ganelon fut amené en la cour du palais où le roi avait fait préparer quatre chevaux pour le mettre en quatre morceaux. Quand Ganelon vit qu’il fallait mourir, il confessa devant le roi et devant les barons toutes les trahisons qu’il avait commises en sa vie, tant contre le roi que contre les autres. Vous les connaissez bien pour les avoir entendues dans cette histoire.

Le roi et les autres, devant tant de trahisons, se demandèrent comment un homme pouvait avoir tant de méchanceté et comment, tant de fois, il avait eu le cœur de faire venir les Païens en France.

Alors, le misérable Ganelon fut attaché aux quatre chevaux, chacun à un membre, les pieds et les mains. Puis les pages qui étaient sur les chevaux piquèrent, l’un contre l’Orient, l’autre contre l’Occident, l’autre contre Midi et l’autre contre Septentrion. Chacun emporta un quartier du corps de Ganelon. Regnaut fit pendre les quatre quartiers à quatre potences. Et la tête fut portée au pilori de la cité de Paris.

Ainsi finit le misérable Ganelon qui pensait se faire roi de France, avec l’aide du roi Aigolant et du roi Marcille.

Départ de Regnaut

L’exécution faite, le roi séjourna longtemps en Navarre, recevant les rois et princes qui venaient faire la paix avec lui et lui faire hommage, comme il a été dit ci-dessus.

Un jour, Regnaut dit à Charles : Sire empereur, mes cousins Roland, Olivier et mes autres parents et amis sont morts. La vengeance en est faite, le traître est puni de ses méfaits. Je ne veux plus demeurer en France. Je m’en irai en la Terre Sainte car je suis vieux et affaibli et j’ai fait beaucoup de maux dans ma jeunesse. Je sens ma conscience chargée de tous ceux qui sont morts pour l’amour de moi. Je veux sauver mon âme et servir Dieu. S’il vous plaît, vous me donnerez congé.

L’empereur eut grande douleur : Maintenant que j’ai perdu mon neveu Roland, chacun me fera défaut. J’avais mon espoir en vous et, maintenant que je suis en vieil âge, vous m’abandonnez. Je vous prie de demeurer encore avec moi.

— Il n’est possible. Par quoi, sire, je prends congé de vous.

Regnaut partit au grand regret de l’empereur et de tous les Barons. Il alla droit à Montauban. Ses trois frères furent réconfortés de le voir car ils étaient tristes que Maugis les eût laissés et ne savaient ce qu’il était devenu.

Regnaut eut grande tristesse du départ de Maugis. Il séjourna quelque temps, puis donna ses biens à ses frères et à ses enfants, et quitta Montauban en habit de pèlerin, tout à pied, pour aller en la Sainte Terre.

Du reste de sa vie et de sa fin, vous trouverez en un autre livre intitulé le livre des Quatre fils Aymon.

Aussi notre auteur ne parle pas de la fin d’Ogier le Danois, il y a un livre de ses faits et prouesses. Qui le voudra le trouvera, les dits livres sont depuis longtemps imprimés en français.

Mort de Charlemagne

L’empereur resta longtemps en Navarre, puis retourna mourir en France.

Après plusieurs batailles contre les Sarrasins, après qu’il eut subjugué et réduit à la foi chrétienne toutes les Espagnes, d’une mer à l’autre jusqu’aux détroits de Gibraltar, et toutes les Allemagnes jusqu’en Grèce, et qu’il eut soumis toute l’Italie jusqu’en Calabre, après toutes ces belles conquêtes, le noble empereur, se sentant faiblir et voyant approcher la fin de ses jours, les partagea entre ses enfants. L’aîné, Louis, fut empereur et roi de France. L’autre fut roi d’Espagne et l’autre des Allemagnes mais ils ne vécurent guère, par quoi Louis obtint toute la seigneurie qu’avait tenue son père.

Ceci fait, Charlemagne quitta Paris et alla à Aix en Allemagne car il voulait être enterré dans la chapelle qu’il avait fondée. À l’approche de la mort, il donna tous ses trésors aux prélats de l’Église pour les distribuer là où ils seraient nécessaires.

Des signes apparurent au ciel avant la mort de Charlemagne. Premièrement, il se fit une éclipse de soleil et de lune en dehors du cours de la nature. Une tâche noire fut vue sur le soleil pendant sept jours. Le portail de l’Église d’Aix en Allemagne fondit. Le grand pont de la cité de Mayence sur le fleuve du Rhin qui avait cinquante pas de long brûla en trois heures. Une grande comète apparut au Ciel. L’empereur dit à un philosophe nommé Evrard qu’elle signifiait mutation du royaume ou mort d’un grand prince. Le philosophe répondit : Nous ne devons pas craindre les planètes ni les signes du ciel, seulement celui qui a créé les planètes. Nous devons le louer de ce qu’il lui plaît de nous montrer des signes avant notre mort afin que nous ayons bonne repentance des péchés commis.

L’empereur, ayant mis en ordre ses affaires, rendit son âme à Notre Seigneur, l’an huit cent et quinze, après avoir régné roi de France trente-quatre ans, et empereur quatorze ans, ayant de son âge septante deux ans. Je ne parle pas de sa mort glorieuse comme elle fut annoncée à l’archevêque Turpin, ni de la magnificence et richesse de sa sépulture car plusieurs en sont tout pleins comme le Miroir Historial et les Chroniques des Rois de France.

À bien considérer les œuvres de Charles, elles furent merveilleusement grandes. Il fut fils du roi Pépin et de Berthe, fille de l’empereur de Constantinople. À la mort du roi Pépin, Charles, en âge de quatorze ans, eut beaucoup de travail et de peine pour obtenir la domination du royaume de France car il avait deux frères bâtards que favorisait son frère aîné. Mais, à la fin, il fut paisible en la couronne. Après peu de temps son frère mourut, par quoi il obtint tout le royaume. Il avait en sa compagnie Aymon duc de Dordonne, Gerard son frère comte de Roussillon, le Duc Naymes de Bavière, Millon d’Angler père de Roland, Ogier le Danois et plusieurs autres qui tous étaient bons chevaliers.

Après qu’il fût roi incontesté, sa première guerre fut en Aquitaine qui était rebelle à la couronne de France et dont le seigneur s’appelait Hugues. Celui-ci, ne pouvant résister au roi Charles, alla se réfugier chez le roi de Gascogne, lequel, craignant que Charles lui fît la guerre, le lui livra. Et par ce moyen fut mise l’Aquitaine en la domination du roi de France.

La seconde guerre fut contre le roi Didier roi des Lombards : apprenant que Charles venait contre lui en armes, il alla au-devant avec une grosse armée que les Français battirent. Le roi Didier se retira à Pavie par sûreté. Ce roi Didier était venu des parties océanes, avec une grande compagnie de gens à moitié sauvages qui ne tenaient ni foi ni loi et se faisaient appeler Lombards. Il avait tenu la Lombardie pendant quatorze ans.

Ces Lombards faisaient beaucoup d’ennuis au Siège Apostolique. Était pour lors pape de Rome Adrien, homme de grande sainteté et de haute science qui pria Charles de le secourir. Pour abréger notre histoire, Charles extirpa les Lombards d’Italie et pacifia le Siège Apostolique. Le Pape Adrien lui donna de beaux privilèges, passés par le Concile célébré par plusieurs saints Pères en l’Église de Latran, ainsi qu’il appert au Décret, en la distinction soixante et troisième presque partout.

Plusieurs autres choses pourrais-je écrire des œuvres et hauts faits de Charles le Grand, tant de sa corpulence et de sa force que de sa manière de vivre, mais je m’en passe car tout cela se trouve aux Chroniques de France et mêmement en celle de maître Robert Gaguin, ministre de l’ordre de la sainte Trinité, historiographe du roi Louis onzième, laquelle chronique a été depuis peu translatée de Latin en Français et nouvellement imprimée. Par quoi ce serait une redite d’écrire ce qui est contenu en icelle.

Il me suffit d’avoir achevé ce que j’ai trouvé en rimes italiennes que, avec l’aide de Dieu j’ai mis en prose française.

Et fut achevée la translation le dernier jour d’août, l’an de l’incarnation de Notre Seigneur mil cinq cent dix-sept. Et priant Dieu qui m’a donné la grâce de l’achever et mettre à fin, aussi qu’il nous fasse cette grâce d’avoir à la fin sa gloire. Amen.


Ce livre numérique

a été édité par la

bibliothèque numérique romande

 

https://ebooks-bnr.com/

en août 2019.

 

— Élaboration :

Ont participé à l’élaboration de ce livre numérique : Josilonus, Jean-Louis B, Denise, Françoise.

— Sources :

Ce livre numérique reproduit l’adaptation de Josilonus, 2019, effectuée en vue de la présente édition. [sous licence CC BY-NC-SA

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/deed.fr ]

Celle-ci s’appuie sur les éditions disponibles en lignes reprenant la traduction de l’anonyme parisien de 1517 :

– Pulci, Luigi, Sensuyt lhÿstoire de Morgant le geant…, Lyon, Jean Lambany, 1529

https://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_00GOO01001THM0001legeant ] ;

– Pulci, Luigi, Histoire de Morgant le géant, Paris, Chrestien, [1540 ?]

https://reader.digitale-sammlungen.de/resolve/display/bsb10202761.html ] ;

– Pulci, Luigi, L’Histoire de Morgant le géant et plusieurs autres chevaliers, Paris, Nicolas Oudot, 1625

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8600096f?rk=21459;2 ].

L’illustration de première page reprend une planche de l’édition Oudot, 1625.

— Dispositions :

Ce livre numérique – basé sur un texte sous licence CC BY-NC-SA – est à votre disposition. Vous pouvez le consulter librement et le reproduire dans le mêmes conditions en indiquant son attribution selon les termes de la licence, sans le modifier, mais non à des fins commerciales et professionnelles sans l’autorisation de son auteur. Tout lien vers notre site est bienvenu…

— Qualité :

Nous sommes des bénévoles, passionnés de littérature. Nous faisons de notre mieux mais cette édition peut toutefois être entachée d’erreurs et l’intégrité parfaite du texte par rapport à l’original n’est pas garantie. Nos moyens sont limités et votre aide nous est indispensable ! Aidez-nous à réaliser ces livres et à les faire connaître…

— Autres sites de livres numériques :

Plusieurs sites partagent un catalogue commun qui répertorie un ensemble d’ebooks et en donne le lien d’accès. Vous pouvez consulter ce catalogue à l’adresse : www.noslivres.net.