Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Desnos Robert – La Liberté ou l’Amour !

DEsnos Robert - La Liberté ou l'Amour ! - Bibliothèque numérique romande - Art G. from Willow Grove Panthera pardus orientalisDesnos Robert – La Liberté ou l’Amour ! L’aventure est dans Paris, pour peu qu’on s’abandonne au rêve et y laisse fleurir explorateurs casqués de blanc, tempêtes ou jungle. Dans La Liberté ou l’Amour ! rêve et réalité s’entremêlent, tout comme passé et présent, fantômes et vivants, mythologie et rues parisiennes, tempêtes et sentiments, amour et érotisme transgressif, vie et mort. Le narrateur Robert Desnos joue avec le lecteur comme avec ses personnages, le Corsaire Sanglot – un autre lui-même – Bébé Cadum, Louise Lame, la sirène et bien d’autres femmes.

« Me voici donc lancé dans les aléas d’une aventure qui, selon toute probabilité, dépasserait en imprévu mes voyages antérieurs ». Ces paroles dites par Jeorling, le narrateur du Sphinx des glaces et passager de la goélette l’Halbrane en route vers le cercle antarctique auraient pu bien être, en 1927, celles du narrateur de La liberté ou l’Amour ! pleinement en phase avec les tendances aventurières des explorations surréalistes, conforme au désir de s’émerveiller dans le quotidien du voyage extraordinaire, de l’excursion, de l’errance, cette affirmation du personnage de Verne trouve un écho significatif au chapitre V intitulé « la Baie de la faim » lorsque les « explorateurs polaires » viennent se mêler sans se confondre au Corsaire Sanglot et à Louise Lame, les personnages principaux du récit de Desnos. Mettant en scène l’ambivalence de l’espace par un chevauchement, voire une stratification des paysages fictifs, entre les déserts polaires et Paris, Desnos transpose « les aléas d’une aventure » en un enchaînement de « merveilleuses aventures. »

Dans la Liberté ou l’Amour, paru en 1927, la liberté des sens est totale, dans un tintamarre d’images extraordinaires et de tempêtes en tous genres. C’est la prose du scandale. Pour la société, l’œuvre sera mutilée par un jugement du tribunal de la Seine, mais l’ouvrage déplaira aussi à certains surréalistes, qui ne voient pas dans ce texte l’audace nécessaire à toute transgression. (citations de Wikipédia)

Né le 4 juillet 1900, Robert Desnos, dont le père est mandataire aux Halles, passe son enfance dans un milieu populaire. Passionné par Hugo et Baudelaire, la culture populaire et la bande dessinée, il publie ses premiers poèmes à 19 ans. Il découvre le mouvement Dada, rencontre André Breton et rejoint les surréalistes. La Liberté ou l’Amour marque le début de sa rupture avec ce mouvement. Poète engagé, il se fait journaliste, animateur radio, lutte contre le fascisme montant, soutient les brigadistes en Espagne. Sous l’occupation, il s’engage, en 1942, dans la résistance. Arrêté par la Gestapo, déporté, il meurt, le 8 juin 1945 dans le camp de concentration de Theresienstadt.

Roman pour adultes

Attention ! Cette œuvre n’est pas libre de droit en France (auteur « mort pour la France ») et ne peut être téléchargée librement par les résidents français. Ces textes, libres de droit en Suisse, pourraient également ne pas l’être dans votre pays. Avant de télécharger, vérifiez votre législation nationale. Tout téléchargement malgré ces restrictions engage votre propre responsabilité.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Updated: lundi 10 avril 2017 — 23 h 00

3 Comments

Add a Comment
  1. Je crois qu’il y a une erreur à la page 11: Desnos n’est pas décédé en 1924, mais en 1945.

    1. Effectivement, Robert Desnos est décédé en 1945 et entré dans le domaine public le 1.1.2016, d’où notre publication…
      Mais comme l’écrit Wikipédia : « Rêve et réalité s’entrelacent mais aussi vie et mort. Dès le premier chapitre, l’auteur se joue du lecteur et interroge la place du narrateur ; intitulé « ROBERT DESNOS », on peut y lire : « Né à Paris le 4 juillet 1900. Décédé à Paris le 13 décembre 1924 , jour où il écrit ces lignes ». « Qu’il aille donc au diable le corbillard de Louise Lame, et le corps de Louise Lame et son cercueil et les gens qui se découvrent et ceux qui suivent. Que m’importe à moi cette carcasse immonde et ce défilé de carnaval. Il n’est pas de jour où l’image ridicule de la mort n’intervienne dans le décor mobile de mes rêves. Elle ne me touche guère, la mort matérielle, car je vis dans l’éternité ». Pour Desnos, la mort n’est rien ; un auteur est éternel tant qu’il est lu. »

  2. Merci pour ce partage. Un immense poète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bibliothèque numérique romande 2012 - 2017 Frontier Theme