Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Mistral Frédéric – Les Olivades – Mistral Frederi – Lis Óulivado

Mistral Frédéric – Les Olivades – Mistral Frederi – Lis Óulivado - Bibliothèque numérique romandeMistral Frédéric – Les Olivades – Mistral Frederi – Lis Óulivado : Pour le centenaire de la mort de Frédéric Mistral, nous vous proposons « Les Olivades/Lis Óulivado » ce recueil de poésie comme un hommage, « entre vesin », au grand poète provençal. Poésie militante* et engagée du félibre, poésie de la vie quotidienne, des garrigues et des collines, poésie leste ou chantant les dictons comme la sagesse des anciens, poésie de circonstance ou de coup de cœur, poésie au souffle épique narrant le passé de la Provence et du Midi, ce recueil chante l’amour profond que portait Frédéric Mistral à sa langue, la belle langue du Midi et « soun païs dous » où « fai bon viéure »

*En septembre 2012, You Tube aurait censuré l’interprétation d’un poème de ce recueil « Au Pople nostre » mis en musique par de jeunes musiciens des Vallées Occitanes Italiennes, le groupe Lhi Jari, texte qui aurait été considéré par les administrateurs de You Tube comme porteur d’un « langage de haine ».

Téléchargements : ePub– PDFPDF A5– Kindle-Mobipocketword-ODT

Sévery Clara et William de – Madame de Corcelles et ses amis

Sévery Clara et William de – Madame de Corcelles et ses amis  - Bibliothèque numérique romandeSévery Clara et William de – Madame de Corcelles et ses amis : Avec Madame de Corcelles et ses amis, entrez dans le quotidien d’une famille noble du Pays-de-Vaud au XVIIIe siècle. Vous le découvrirez par le biais des lettres que Mme de Corcelles a échangées avec ses nombreuses amies, les de Sévery, de St-Cierge, de Charrière et d’autres.

Ces écrits, très spontanés et vivants, sont de véritables instantanés d’une vie privilégiée, qui se déroulait six mois par an à la campagne et six mois en ville. On découvre leur quotidien, les rencontres improvisées entre amis, les petits soucis de santé ou d’intendance. Le ton est très affectueux, débordant même ! Certaines phrases sont piquantes : Vous avez bien raison de dire « l’arche de Noé », et réellement, Lausanne en est une ; il y a parfois de jolis animaux qui viennent s’y fourrer, mais à l’ordinaire, combien de quadrupèdes ! […] Je suis lasse de tous les enfantements et trouve que nous avons une manière de nous reproduire tout à fait désagréable, pourquoi ne savons-nous pas éclore au soleil comme les papillons ?

Téléchargements : ePubPDF– PDF A5 – Kindle-Mobipocketword-ODT

Sand George – La Ville noire

Sand George – La Ville noire - Bibliothèque numérique romandeSand George – La Ville noire : L’intrigue se passe en 1860 à Thiers, capitale de la coutellerie et de la papeterie. Étienne Lavoute, dit Sept-Épées, est un ouvrier doué, mais qui rêve de grands espaces. Amoureux de Tonine, qui, elle, rêve de rester à la Ville noire pour aider les pauvres dans leur misère et se dévouer entièrement aux autres, il se sent déchiré par ces deux aspirations. Finalement, et pour échapper à la situation, il part voir du pays et s’initier à de nouvelles techniques. Il reviendra des années plus tard pour retrouver son usine détruite et une Tonine fidèle mais transformée…

Ce roman est un des premiers du XIXe siècle (avant Zola !) à avoir situé son intrigue dans le monde ouvrier et le paysage des usines. Le réalisme des descriptions est saisissant, mais non dépourvu de poésie et de sentimentalisme.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5Kindle-Mobipocketword-ODT

Staël Germaine de – De l’influence des passions sur le bonheur des individus et des nations

Staël Germaine de – De l’influence des passions sur le bonheur des individus et des nations - Bibliothèque numérique romande Staël Germaine de – De l’influence des passions sur le bonheur des individus et des nations : Germaine de Staël a travaillé des années sur cet ouvrage De l’influence des passions sur le bonheur des individus et des nations, commencé avant la révolution. Elle cherchait à y développer sa pensée, (qu’elle reprendra dans d’autres de ses œuvres) sur le bonheur des nations lié à la liberté et au bon gouvernement. Arrive la révolution de 1789 puis la terreur. Républicaine mais détestant les forfaits qui ont été commis au nom de la liberté elle cherche à comprendre ce qui les a provoqués.

Dans ce livre, écrit aussi dans le contexte d’une relation difficile avec Benjamin Constant (rencontré en 1794), elle s’adresse aux « passionnés » comme elle et «fait une revue pessimiste, des passions bonnes et mauvaises et des malheurs qu’elles engendrent. Dans la mesure où même les plus belles et les plus pures […] font dépendre des autres le bonheur individuel, elles sont néfastes. Ni l’amour, ni les affections familiales, ni l’amitié n’apportent le bonheur, puisqu’on doit compter sur les autres qui se dérobent.»*

De manière très bouddhiste avant la lettre, elle finit par conclure que le bonheur réside dans le désengagement des passions et que «le sage doit en définitive se contenter de ce qui ne dépend que de lui et rechercher la sérénité qu’apportent la réflexion, l’étude, le progrès de la pensée»* : «En composant cet ouvrage, où je poursuis les passions comme destructives du bonheur, où j’ai crû présenter des ressources pour vivre sans le secours de leur impulsion, c’est moi-même aussi que j’ai voulu persuader ; j’ai écrit pour me retrouver, à travers tant de peines, pour dégager mes facultés de l’esclavage des sentimens, pour m’élever jusque à une sorte d’abstraction qui me permit d’observer la douleur en mon âme, d’examiner dans mes propres impressions les mouvemens de la nature morale, et de généraliser ce que la pensée me donnait d’expérience. Une distraction absolue étant impossible, j’ai essayé si la méditation même des objets qui nous occupent, ne conduisait pas au même résultat, et si, en approchant du fantôme, il ne s’évanouissait pas plutôt qu’en s’en éloignant. J’ai essayé si ce qu’il y a de poignant dans la douleur personnelle, ne s’émoussait pas un peu, quand nous nous placions nous-mêmes comme une part du vaste tableau des destinées […] Je l’ai essayé, et je ne suis pas sûre d’avoir réussi dans la première épreuve de ma doctrine sur moi-même».

Il n’en reste pas moins que certains de ces chapitres, comme ceux sur l’ambition, sur la vengeance ou sur l’esprit de parti (le fanatisme) sont d’une actualité politique et sociale frappante. (*extraits du site de La Société des études staëliennes que nous recommandons aux lecteurs intéressés, http://www.stael.org/.)

Téléchargements : ePub– PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocketword-ODT

Conan Laure – Angéline de Montbrun

Conan Laure - Angéline de Montbrun - Bibliothèque électronique du QuébecConan Laure – Angéline de Montbrun : Maurice Darville est amoureux d’Angéline de Montbrun. Le père de celle-ci, autoritaire et reclus, a fui le monde et les richesses pour vivre avec sa fille sur une ferme à Gaspé. Il accepte le mariage pour les vingt ans de sa fille. Maurice part faire des études en France et à son retour, le père d’Angéline, pour qui elle a un attachement intransigeant, se tue dans un accident de chasse. Angéline tombe alors «dans une prostration complète, absolue, qui fit désespérer de sa vie». (éd. BeQ.) (suite…)

Sand George – Lettres d’un voyageur (tome 2)

Sand George - Lettres d'un voyageur (tome 2) - Bibliothèque numérique romandeSand George – Lettres d’un voyageur (tome 2) : Dans ce deuxième tome, George Sand a quitté l’Italie pour la France et la Suisse. Elle s’adresse à ses correspondants, comme Franz Liszt, non pour décrire les paysages de ses voyages mais pour exprimer ce qu’elle ressent sur plusieurs sujets : la beauté, son amour des livres et de la musique, le poète, la noblesse et le pouvoir, le protestantisme, Lavater, le physiognomoniste zurichois, et même la vigne et le vin. Puis, elle revient à ses lettres de voyage en passant à Chamonix, Genève, le pays de Gex, Martigny et enfin Fribourg : « Je vois tout au travers des impressions personnelles », écrit-elle. Dans sa dernière lettre, elle répond avec beaucoup de bon sens à M. Nisard, le critique littéraire, qui l’accuse de ne présenter dans ses romans qu’une vision négative du mariage.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocketword-ODT