Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Renfer Werner – Hannebarde

Renfer Werner - Hannebarde - Bibliothèque numérique romandeRenfer Werner – Hannebarde : Quand, Hannebarde, le sonneur de cloche d’un petit bourg est interpellé par Bridille, une fillette qui parcourt les sentiers avec la vivacité d’une « flamme rouge, blanche et bleue », il est d’abord désarçonné. Peu à peu une amitié se développe entre ce géant montagnard au poil roux qui parle peu mais tire de ses cloches « des notes éclatantes » et cette petite fille du fossoyeur, aux tresses blondes le plus souvent dénouées avec des «yeux étonnants, des yeux gris, gris bleu, bleu gris» et une « voix de clochette ». Hannebarde va s’ouvrir au monde sous l’influence de cette enfant délaissée et devient peu à peu son éducateur « le père, la mère, le sonneur, l’inconnu ». Il communique à tout le bourg cette nouvelle joie trouvée à travers elle… Mais la jeune fille grandit… Cette amitié ne deviendrait-elle pas trop tendre ? Et les langues bien pensantes…

Un sujet délicat traité avec beaucoup de finesse et de sensibilité dans une langue à la « poésie étincelante et rare » (http://www.lameduse.ch/2011/09/14/werner-renfer-une-poesie-etincelante-et-rare/).

Werner Renfer, né à Corgémont en 1898, titulaire d’un diplôme d’ingénieur agronome fut journaliste, rédacteur au Jura Bernois puis au Paysan jurassien, fut aussi un écrivain dont l’œuvre est injustement tombée dans l’oubli. Il est l’auteur de plusieurs nouvelles dont nous vous proposons la plus (re)connue, Hannebarde. Il est décédé à 38 ans en 1936. La Bibliothèque numérique romande est fière de participer à la redécouverte de cet écrivain et poète jurassien.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Saussure Léopold de – Comment les Chinois conçoivent leur Civilisation et leur Empire

Saussure Léopold de - Comment les Chinois conçoivent leur civilisation et leur Empire - Bibliothèque numérique romandeSaussure Léopold de – Comment les Chinois conçoivent leur Civilisation et leur Empire :

« Comment les Chinois conçoivent leur civilisation et leur empire » est un cours essai exposant quelques-unes des idées que Léopold de Saussure développe dans ses livres d’astronomie, publié dans la «Revue scientifique» en 1895. Quelques extraits : « La civilisation chinoise est caractérisée par son homogénéité. À l’abri de toute influence extérieure, elle s’est développée au sein d’une seule et même race […]. Entourée de tous côtés par des peuples qui lui étaient inférieurs, [elle s’est] considérée, depuis les époques les plus reculées, comme d’une essence supérieure formant le noyau du Monde (Tchung Kouoh, le royaume du Milieu). Ils en conçurent toujours la civilisation comme absolue et la capitale comme le centre de l’univers. »

« Les revers militaires et la transformation des dogmes chinois […] produiront surtout une recrudescence de haine contre toutes ces innovations qui ont troublé la tranquillité de l’État depuis l’apparition des Européens [et] la chute de la dynastie tartare, très impopulaire. En sapant la conception fondamentale sur laquelle repose le vieil édifice de la civilisation chinoise, on pourrait en amener la chute peut-être assez rapide […] Sur les ruines des anciennes idées un nouvel état de choses pourra commencer à s’échafauder lentement. […] Le plus grand obstacle qui s’oppose à cette transformation importante […], c’est la conception de leur Empire telle que nous avons essayé de la présenter. » (édition Chine Ancienne : www.chineancienne.fr )

Léopold de Saussure (1866–1925) est issu d’une famille genevoise bien connue. Sinologue et astronome, il fut officier de la marine française. Pionnier reconnu de l’astrologie et de l’astronomie chinoise, il a publié ses travaux dans la revue « T’oung pao », et dans les « Archives des sciences physiques et naturelles » de Genève, en insistant sur l’ancienneté de l’astronomie chinoise et en l’opposant à l’astronomie babylonienne. Son œuvre majeure, ses réflexions, parurent à titre posthume dans « Les Origines de l’Astronomie Chinoise » (biographie inspirée de l’article de Wikipedia)

Téléchargements : ePub – PDF – word

Constant Benjamin – Journal Intime

Constant Benjamin – Journal Intime - Bibliothèque numérique romandeConstant Benjamin – Journal Intime : Au fil des pages de ce journal intime, l’on découvre un homme torturé, indécis en amour, parfois ambigu en politique, un mondain qui s’ennuie dans le monde et qui le fuit pour lire, réfléchir et écrire. Ses coups de gueule sont percutants, son style est magistral, plein d’autodérision et de critiques amères.

L’introduction qui retrace la vie amoureuse et politique de Benjamin Constant permet de mieux saisir la personnalité complexe de ce grand amoureux des femmes (Mme Récamier, Mme de Charrière et Mme de Staël, entre autres…), orateur brillant et spirituel, défenseur de la démocratie.

Benjamin Constant de Rebecque, (Lausanne, 1767 – Paris, 1830) intellectuel et républicain engagé, romancier, eut une carrière politique en France. Sa relation avec Germaine de Staël défraya la chronique.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket  – HTML  – word-ODT

Combe T. – Château-Pointu

Combe T. – Château-Pointu - Bibliothèque numérique romandeCombe T. – Château-Pointu : Ferdine Arvoine est revenue vivre avec son père un médecin de village. Après les événements de ses années de pensionnat, isolée et sans but, elle se réfugie dans des rêveries stériles. Mais son père décède brutalement en ne lui laissant que peu de revenus. Après bien des hésitations, elle se décide à prendre un emploi de secrétaire dans une fabrique que lui a trouvé son amie de pensionnat, Louise la fille de la châtelaine de Château-Pointu. Avec son emploi subalterne est-elle tant à plaindre en comparaison de ses riches et oisives amies du village de Château-Pointu ?
On retrouve bien des points communs dans ce roman, écrit au moment des théories sur la charité organisée et l’enquête sociale, avec l’expérience d’Adèle Huguenin Vuillemin qui dut se mettre à travailler à la suite des difficultés financières de ses parents. De même la grande amitié entre Louise et Ferdine rappelle celle d’Adèle avec Augusta (Gusty) venue au Locle apprendre le français : Adèle partit la rejoindre en Angleterre, où elle travailla comme institutrice dans une famille.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Danuser Jean-Louis et Marie-Claire – Vivre avec un Coeur réparé

Danuser Jean-Louis et Marie-Claire – Vivre avec un Coeur réparé - Bibliothèque numérique romandeDanuser Jean-Louis et Marie-Claire – Vivre avec un Coeur réparé : Tout souriait à Jean-Louis : une famille, un métier valorisant, des voyages… Et puis… la perte de tous ses biens, un divorce, et soudain l’infarctus !

Comment revivre avec un cœur nécrosé d’un bon tiers ? Tout d’abord inopérable, Jean-Louis va trouver, au bout de deux ans, un chirurgien qui réussit l’opération indispensable à sa survie. Dès lors, il entame une nouvelle vie : de nouvelles activités, des joies, un épanouissement et un remariage, tout cela malgré incendies, alertes, obstacles et maladie. Sa recette : ne pas craindre l’optimisme, le rire, les activités, les voyages et la vie quand on la prend du bon côté … malgré la « Camarde » toujours en embuscade.

Et Jean-Louis, du pays de l’Ajoie, dans le canton du Jura,  émigre avec Marie-Claire, la montagnarde valaisanne, dans le Midi de la France, un climat favorable à son cœur. Puis, ensemble, ils découvrent, émerveillés, la Martinique, cette île paradisiaque. Ils vivent intensément, sous un soleil éternel, tantôt dans le Midi, tantôt aux Antilles, à la rencontre de cultures différentes, malgré un cœur « réparé », fatigué, épuisé, selon les médecins, mais tenace! La recette? À vous, lecteur, de la découvrir !

Télléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Agoult Marie d’ – Mémoires

Agoult Marie d’ – Mémoires - Bibliothèque numérique romandeAgoult Marie d’ – Mémoires : Après Mes Souvenirs dans lesquels Marie d’Agoult (1805-1876, elle écrivit sous le pseudonyme de Daniel Stern), née de Flavigny,  évoque son enfance et le début de sa vie conjugale avec le comte Charles d’Agoult, ces Mémoires retracent, pour l’essentiel, les cinq ans de sa liaison passionnée avec Franz Liszt. Lorsqu’elle le rencontre, elle a 27 ans, lui 21. Elle étouffe dans l’étroitesse d’un mariage avec un aristocrate dont elle ne partage ni les idées ni les valeurs. La mort de leur fille aînée éloigne encore davantage les époux. Marie sombre dans une profonde dépression. Une nouvelle rencontre en 1833 scellera leur destin : ils partent ensemble 8 jours plus tard, quittant tout pour vivre leur passion. D’abord en Suisse puis en Italie avant de revenir en France. Trois enfants naîtront de cette liaison, dont Cosima, future épouse de Richard Wagner.

[Durant les deux mois passés en Suisse], aucune lettre ne nous parvenait dans nos courses fantastiques à travers la montagne. Personne ne savait notre nom dans les maisons isolées, dans les hameaux où nous nous arrêtions de préférence. Presque partout, à nous voir si semblables par la taille, par la couleur des yeux et des cheveux, par le teint et par le son de la voix, on nous prenait pour frère et soeur ; nous en étions tout ravis.

Bien que restés inachevés à la mort de Marie d’Agoult, ces Mémoires constituent un précieux témoignage de ce destin hors du commun, celui d’une vie de femme libre, dont les idées se heurtèrent aux esprits établis. L’édition publiée ici mêle habilement les Mémoires avec des extraits des journaux intimes de Marie d’Agoult, eux-mêmes parfois commentés a posteriori par F. Liszt ! On pénètre ainsi dans l’intimité de leur vie et l’on est touché par ce récit aussi vivant que teinté parfois de nostalgie.

Téléchargements : ePub – PDFPDF A5– Kindle-Mobipocket – word-ODT