Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Combe T – Enfant de Commune

Enfant de Commune - T. Combe - Bibliothèque numérique romande - Jean-Henri Baumann, Johann Jakob Sperli le Vieux, Frédéric Jeanneret La Chaux-de-Fonds vue du NordCombe T – Enfant de Commune : Quand on est «enfant de commune», un enfant placé à la charge de la commune, la vie n’est-elle pas mal commencée ? Donat en fait l’expérience : sa mère est décédée et son père emprisonné. «Misé» c’est-à-dire que les autorités communales accordent au moins «demandant», la charge de sa garde, il entre au service d’une famille de paysans de la région. Exploité, mal nourri, à la fois ouvrier non payé et garde d’un bébé, lui aussi placé, qui pleure toutes les nuits, il est si fatigué à l’école qu’il dort sur sa table. Pour s’en sortir, il devra se battre contre les idées reçues…

Mais bien entouré et conseillé, il devient un brillant étudiant, réussissant magnifiquement son brevet d’instituteur. Les retours de son père après chaque peine vont ruiner sa carrière et une terrible désillusion sentimentale lui porteront de rudes coups….

Un sujet délicat fort bien traité par T. Combe (Adèle Huguenin Vuillemin) : celui des orphelins « enfants de commune ». Un roman sociologique de T. Combe qui sait camper des personnages finement décrits, dans leurs ombres et leurs lumières, où l’on découvre la face cachée de la prise en charge des orphelins dans le Neuchâtel du début du 20e siècle et bien d’autres aspects peu connus de la société neuchâteloise de l’époque. À lire.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Giraudoux Jean – Siegfried et le Limousin

Siegfried et le Limousin - Jean Giraudoux - Bibliothèque numérique romande Giraudoux Jean – Siegfried et le Limousin : Un français peut-il être allemand ? Et un allemand, français ? Mais Siegfried von Kleist est bien Jacques Forestier et Forestier est bien Siegfried ! Recueilli amnésique après une bataille il est pris pour un soldat allemand et rééduqué comme tel. Mais si la couleur de son caleçon a changé qu’en est-il de l’homme ?  L’écrivain devenu juriste se « plagie » tant qu’en janvier 1922, un ami de Forestier s’interroge et part à Berlin. Avec l’aide du baron Zelten, il reconnaît Forestier en Siegfried  et fait tout pour lui faire retrouver la mémoire. Mais que reste-t-il de cette Allemagne qu’avait connue cet ami avant la guerre quand il était un jeune boursier ? La revanche est-elle devenue la seule motivation de ses ex-amis allemands ?

« Cette idée [d’une substitution] était si dramatique que, comme tous les grands drames, elle a été réalisée depuis par le sort. Je tiens en ce qui concerne ce sujet, à bien affirmer mon droit de priorité vis-à-vis de la Providence […] J’avais à parler de l’Allemagne, et le mégaphone lui-même n’est pas assez sonore dans ce cas ». Giraudoux cherche en effet, à démontrer à travers Siegfried, dans une période où beaucoup songent à la revanche, l’absence de raison déterminante aux haines et aux guerres entre la France et l’Allemagne , comme entre tout autre pays.

Ce roman au style imagé est plein de digressions, d’associations et de références, parfois ironique, improbable, surréaliste mais aussi profond. Couronné du prix Balzac, ce roman fit le succès de Jean Giraudoux. Adapté pour le théâtre, Siegfried, fut créé en 1928 avec Louis Jouvet. Aujourd’hui la pièce a supplanté le roman un peu tombé dans l’oubli.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Huguenin Oscar – Gens de Coeur

Gens de Coeur - Oscar Huguenin - Bibliothèque numérique romande - photo La perte du voisinage, doline du Bied de la Vallée des Ponts, canton de Neuchâtel, Suisse, Ludovic Péron Huguenin Oscar – Gens de Coeur : Deux amis de toujours ont une brouille théologique : Une Guerre de religion se répand dans le village ! Vient le redoux et les inondations… En plein hiver, un couple trouve dans sa grange un bébé et sa mère mourante. Bien louche, cette histoire de L’Enfant trouvé, pensent les mauvaises langues. Le Sauvage de la Roche, vit seul avec sa fille et ne se préoccupe guère de l’avis des gens du village qui, eux, par contre… Un amoureux éconduit s’exile au Canada. Restée au pays la jeune fille qui l’a repoussé va découvrir que le rival ne la mérite pas : c’est la Pierre de touche. Comment Pierre Sandoz trouva femme : à 40 ans, Pierre découvre que ce n’est pas aussi facile que d’acheter une vache ! Dans le Brouillard, même les plus habitués se perdent. Une fugue pour se baigner dans le lac, quelle bonne idée ! Mais Un coup de Joran, va terroriser nos écoliers aventureux et leurs familles en pleine brouille. Grand-mère et Petite-Fille : Au Kansas, Zélie, l’unique trésor de sa grand-mère, mène tout le monde par le bout du nez. Un Germanophobe doit recueillir 5 petits suisses-allemands. Un Souvenir : l’épouse d’un royaliste est secourue par des républicains.

Un autre recueil de nouvelles dont le sous-titre « Récits du Foyer » nous indique des histoires de veillées qui reflètent à merveille la vie quotidienne des habitants de ces régions montagnardes à la fin du 19e siècle. Le cadre en est souvent la région de La Sagne, le Haut du canton de Neuchâtel, mais aussi Neuchâtel (dans le Kansas) et les rives du lac. Des nouvelles bien contées, au langage savoureux, truffé de « neuchâteloiseries » du Haut.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5Kindle-MobipocketHTMLword-ODT

Courthion Louis – Le Jeune-Suisse

Le Jeune-Suisse - Louis Courthion - Bibliothèque numérique romande - photo Sylvie Savary pied de mazotCourthion Louis – Le Jeune-Suisse : En 1844, dans le Bas-Valais, le mouvement de la Jeune-Europe rencontre un écho auprès des jeunes qui s’opposent à leurs aînés conservateurs. Ainsi Julien Plambuit se réclame de la Jeune-Suisse et aspire à plus de liberté et moins de cléricalisme. Il est amoureux de Ludivine, la protégée du curé Carabot, un conservateur fermement décidé à ce que Ludivine épouse un tenant de la Vieille-Suisse plutôt que Julien. L’amour de Ludivine et de Julien résistera-t-il à une situation qui dégénère ?

Car les bagarres et guerres de clans entre « Jeunes » et « Vieux » se font de plus en plus violentes. Les représailles seront sanglantes et la bataille de la Jeune-Suisse lors du combat du Trient verra le triomphe des idées conservatrices et l’exil des Jeune-Suisse qui ne reviendront en Valais que, des années plus tard, avec les armées fédérales et la défaite de la ligue du Sonderbund. Louis Courthion en profite pour dénoncer le poids des traditions et de la morale qui règnent dans le Valais d’avant l’adoption de sa nouvelle constitution en 1848.

Louis Courthion, né au Châble (Vallée de Bagnes) en 1858, étudie au Collège de Saint-Maurice puis doit s’expatrier à Paris. Il y débute finalement comme journaliste en 1890, comme rédacteur de La Croix Fédérale, organe de la colonie suisse. De retour en Suisse en 1893, où il vit successivement à Lausanne, Bulle et Genève, il travaille dans de nombreux journaux, revues, périodiques. En 1896, il lance le premier numéro du Valais romand, une publication d’opposition qui perdure jusqu’en 1898. En 1897 il publie les Veillées des Mayens, un recueil de légendes inspirées principalement de l’Entremont, puis en 1900, les Scènes valaisannes, dans lesquelles il peint les mœurs montagnardes de la vallée de Bagnes. Collaborateur du Dictionnaire géographique de la Suisse, il participe, en 1915, à la création de la Société d’Histoire du Valais romand. Il décède en 1922. (source de cette biographie: Wikivalais).

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Roorda Henri – On ne badine pas avec l’Infini

Roorda Henri - On ne badine pas avec l'infini - Bibliothèque numérique romandeRoorda Henri – On ne badine pas avec l’Infini : Ces chroniques, publiées dans La Tribune de Genève et la Gazette de Lausanne, de 1917 à 1925, sous le pseudonyme de Balthasar, sont de vraies perles. Désopilantes ou mélancoliques, burlesques ou graves, ces chroniques décortiquent nos gestes les plus anodins. La philosophie de Roorda est désabusée mais lucide et d’une grande fraîcheur. Son bon sens faussement naïf (Un mauvais jour : le 12), son antimilitarisme primaire, ses moments délirants (La science des Pharaons), sa poésie douce (Les saisons indisciplinées), son sens de l’absurde poussé à l’extrême (L’univers n’est pas mal fait), ses jeux de mots (Vichnou la paix) et ses néologismes inventifs (Pantosophe, Johnboulimie), ses railleries jamais vraiment méchantes, tout chez Roorda transpire l’humour, l’intelligence et une observation de l’humain exacerbée. À déguster en lisant La Fondue et la Raclette ou Les Cacahuètes !

Professeur de mathématiques, Henri Roorda (1870-1925) se définissant lui-même comme un pessimiste joyeux ou un humoriste anarchiste, critique la société des bien-pensants et petits-bourgeois, se moque du monde politico-social et économique, et imagine des mondes nouveaux en véritable visionnaire du début de XXe siècle : une école pour sexagénaires afin de rendre aux enfants leur liberté, le choix pour chacun de choisir le moment de sa mort, la révolution du monde grâce à la benzine, nos futures identités numériques, le changement des rapports hommes-femmes.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Rod Édouard – Mademoiselle Annette

Rod Édouard - Mademoiselle Annette - Bibliothèque numérique romandeRod Édouard – Mademoiselle Annette : Le destin des Nicollet, une famille de Bielle, petite cité imaginaire de La Côte au bord du lac Léman, bascule lors d’une faillite. Les fiançailles de Mlle Annette, une jeune et jolie institutrice fiancée avec le fils du médecin, sont rompues. La famille après avoir fait appel, sans succès, à un frère, Pierre-Denys, qui a fait fortune en Amérique, s’expatrie au Canada. Mlle Annette reste à Bielle pour s’occuper de son grand-père.

Bien des années après, alors que le narrateur, devenu adulte, est revenu vivre à Bielle, arrive d’Amérique Pierre-Denys qui veut faire le bien de la cité… Comment pourra-t-il s’entendre avec Annette et les membres de la famille restés en Suisse ? Un roman attachant, une réflexion sur le destin éclaté d’une famille vaudoise au travers du dévouement tranquille de Mademoiselle Annette.

Édouard Rod, né en 1857, est un écrivain vaudois établi à Paris. Critique réputé, Édouard Rod écrit d’abord des romans « naturalistes » à la manière d’Émile Zola puis se dégageant de cette influence, il s’attache à présenter des cas de conscience, des dilemmes moraux. Il est décédé à Grasse en 1910.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT