Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Dumur Louis – Les trois Demoiselles du Père Maire

Dumur Louis - Les trois Demoiselles du Père Maire - Bibliothèque numérique romande - Gustave WendtDumur Louis – Les trois Demoiselles du Père Maire (La Trilogie genevoise, premier volume) : C’était un vieux régent du Collège de Genève et on le conservait comme une antiquité. Mais comme c’était en même temps, de l’avis de tout le monde, un excellent régent et certainement le seul capable de tenir tête à une classe de plus de cent élèves, dont les trois quarts étaient des gamins genevois, c’est-à-dire tout ce qu’il y a au monde de plus indiscipliné, on lui passait ses manies.

Dans Les trois Demoiselles du Père Maire, alors qu’en 1870 au collège Calvin de Genève, la classe de septième compte 102 élèves, le régent – le Père Maire – est adepte de méthodes d’éducation d’une autre époque. Nicolas Pécolas et ses camarades apprennent vite à connaître les trois « demoiselles » qu’ils surnomment Héloïse, la Rogneuse et la Tessinoise. (suite…)

Bove Emmanuel – Un Homme qui savait

Bove Emmanuel - Un Homme qui savait - Bibliothèque numérique romande - Félix Vallotton La nuit au léger brouillardBove Emmanuel – Un Homme qui savait : Maurice Lesca aura bientôt 60 ans. Il partage avec sa sœur Emily un petit appartement rue de Rivoli. Il était médecin, mais ne pratique plus. Pas vraiment pauvre, ni vraiment riche, son comportement étonne. Est-il malade ou simplement malheureux ? Est-ce un escroc ou un manipulateur ? En apparence, il mène une vie monotone et sans surprise, mais quand il est avec Madame Maze, une libraire divorcée, quel jeu joue-t-il vraiment ? Et avec sa sœur Emily, pourquoi passe-t-il d’une méchanceté jubilatoire à la douceur la plus affable? Bove esquisse des pistes pour aussitôt les laisser de côté. Maurice Lesca est un anti-héros qui vit à côté de sa propre vie. (suite…)

Sue Eugène – Le Diable médecin, Adèle Verneuil

Sue Eugène – Le Diable médecin, Adèle Verneuil - Bibliothèque numérique romande - Francisco Goya Le Sabbat des sorcières Sue Eugène – Le Diable médecin, Adèle Verneuil : Max, le « diable-médecin », la soixantaine, opère des guérisons extraordinaires. Il prépare lui-même ses toxiques, parfois dans la pharmacopée ordinaire, mais souvent avec l’homéopathie dont certains effets mystérieux semblent toucher au prodige. La puissance quasi-occulte de ses remèdes, son existence solitaire et excentrique, sa physionomie saisissante, l’action magnétique de son regard, ses guérisons prodigieuses, sa connaissance de secrets intimes lui ont valu sa renommée. (suite…)

Renard Jules – Poil de Carotte

Renard Jules - Poil de Carotte - Bibliothèque numérique romande - Félix Vallotton illustrations pour Poil de CarotteRenard Jules – Poil de Carotte (avec 50 illustrations de Félix Vallotton) : François Lepic – dans ces récits où Jules Renard évoque son enfance ­– vit avec sa famille à la campagne.  Surnommé « Poil de Carotte à cause de ses cheveux roux et de ses taches de rousseur, il est rudoyé par sa mère et victime des tracasseries de ses frères et sœurs. Face à l’injustice, il lui reste la ruse et les bêtises, une stratégie de survie contre la maltraitance dont il est lui-même victime … et bourreau, lorsqu’il se retourne contre de petits animaux. Dans ces récits drôles ou cruels, le lecteur, entre rires et larmes, ne manquera pas d’être ému à la lecture de ce recueil intemporel. (suite…)

Sand George – Cora

Sand George – Cora - Bibliothèque numérique romande - Thomas Lawrence Portrait de Lady Selina Caroline Meade Sand George – Cora : « Georges est une jeune homme candide qui revient de l’île Bourbon et n’est pas trop au fait des coutumes des petites villes de Province française. Il a trouvé du travail dans l’administration des postes. Cependant, bien vite, il se fait admettre dans la société et il rencontre au bal une belle jeune fille nommée Cora dont il tombe follement amoureux. Mais Cora ne répond pas à son amour. »

Dans ce court roman, George Sand se livre à une satire de la vie d’une petite ville de province et de ses ridicules. Elle se met dans la peau du narrateur et campe un jeune romantique rêveur, qui s’appelle, lui aussi, George, « de nature inflammable et contemplative », qui s’exalte pour la jeune fille d’un épicier et nourrit son amour de ses lectures et des idées à la mode. «On y découvre une plume alerte, assez méchante envers les mœurs provinciales et pleine d’ironie envers les passions amoureuses… surtout quand il s’agit de s’amuser aux dépens du jeune homme tout en pratiquant l’auto-dérision… Sand fait preuve d’une connaissance assez désabusée de la nature humaine et la fin du roman est bien pessimiste. Si le jeune homme a beaucoup souffert, la femme mariée et mère ne s’en sort pas mieux. La peinture de la condition féminine en province au XIXe siècle n’est pas enviable ! » (Claudialucia, Ma Librairie, 23.10.2012.)

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Ramuz Charles Ferdinand – Les Circonstances de la Vie

Ramuz Charles Ferdinand - Les Circonstances de la Vie - Bibliothèque numérique romande - photo Sylvie SavaryRamuz Charles Ferdinand – Les Circonstances de la Vie  : Inspiré du réalisme des romans de Flaubert, c’est le récit de la vie du notaire Émile Magnenat. Marié sans passion avec Hélène, une jeune fille de bonne famille, il mène une vie tranquille et morne dans une petite bourgade. L’arrivée de Frieda, une employée de maison alémanique, ambitieuse et sans scrupules, va tout bouleverser.

Dans ce roman qui oppose deux mondes, celui de la campagne et celui de la ville, Ramuz se livre à une satire, souvent ironique, de ce monde bourgeois qu’il détestait.

Charles Ferdinand Ramuz est né en 1878 à Lausanne, en Suisse, de parents commerçants. Après des études de lettres à Lausanne, il part pour Paris, où il séjournera régulièrement jusqu’en 1914, tout en participant à la vie littéraire romande. Son premier roman, Aline (1905), est un succès. Suivront jusqu’en 1911 des romans centrés sur un personnage (dont Vie de Samuel Belet, Aimé Pache, peintre vaudoisJean-Luc persécuté).  En 1914, il revient vivre définitivement en Suisse. Avec La guerre dans le Haut-Pays (1915), Le règne de l’esprit malin (1917), La guérison des maladies (1917), il renonce au roman explicatif pour décrire des communautés aux prises avec les forces du mal, la guerre, la fin du monde. Il développe une nouvelle langue plus proche du langage parlé – au grand dam des puristes – abandonnant la narration linéaire et introduisant le « on » comme l’expression d’une collectivité. Il décédera en 1947 à Pully, près de Lausanne.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT