Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Sue Eugène – Les Misères des Enfants trouvés (tome 3)

Sue Eugène - Les MIsères des Enfants trouvés 3 - Bibliothèque numérique romandee - Mbzt Hôtel Dieu - Paris IVSue Eugène – Les Misères des Enfants trouvés (tome 3) (Autre titre : Martin l’enfant trouvé, ou les mémoires d’un valet de chambre) :  Grâce à Claude Gérard, Martin a trouvé une place de secrétaire à Paris. Mais, à Paris, … tout va de travers ! Désespéré,  et sans travail dans un Paris où, l’hiver, les places sont rares, Martin se résoudra-t-il à des combines ? Sinon, quoi d’autre ? la mort ?

Finalement il retrouvera Bamboche et Basquine non sans difficultés. Il reverra aussi Régina, l’amour de sa jeunesse. Mais pourra-t-il prévenir les dangers qui la menacent ?

« Les Mystères, ainsi que Le Juif errant et Les Misères des enfants trouvés ne sont pas étrangers à la révolution de 1848. L’augmentation des salaires, l’égalité des femmes, la cogestion dans l’entreprise, le droit à l’éducation et à la culture, l’abolition de l’esclavage (Atar Gull) sont les thèmes romanesques d’Eugène Sue. Ponson du Terrail et Alexandre Dumas (Les Mohicans de Paris,…) prendront le relais de Sue en inquiétant moins, par leur contenu, le pouvoir impérial… » (Eugène Sue À Paris et en Sologne, terredesecrivains.com.)

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Sue Eugène – Les Misères des Enfants trouvés (tome 2)

Sue Eugène - Les Misères des Enfants trouvés 2 - Bibliothèque numérique romande - Jean-François Raffaëlli L'Orchestre des AcrobatesSue Eugène – Les Misères des Enfants trouvés (tome 2) : Dans la troupe de saltimbanques de La Levrasse et du Major, Martin et Bamboche font la connaissance de Basquine – dont Bamboche est tombé amoureux – et de l’homme-poisson, Léonidas Requin. Exploités et maltraités les trois enfants se vengent de leurs bourreaux et s’enfuient. Mais que peuvent faire des mineurs seuls dans les campagnes de France ? Après bien des péripéties, Martin est recueilli par Claude Gérard un instituteur de village qui mène, comme tous ses collègue, une existence misérable et enseigne, avec les bêtes, dans une écurie. Car les notables et l’église tentent, par tous les moyens, d’empêcher l’éducation populaire. Mais Martin rêve de retrouver ses camarades d’enfance…

« Les Mystères, ainsi que Le Juif errant et Les Misères des enfants trouvés ne sont pas étrangers à la révolution de 1848. L’augmentation des salaires, l’égalité des femmes, la cogestion dans l’entreprise, le droit à l’éducation et à la culture, l’abolition de l’esclavage (Atar Gull) sont les thèmes romanesques d’Eugène Sue. Ponson du Terrail et Alexandre Dumas (Les Mohicans de Paris,…) prendront le relais de Sue en inquiétant moins, par leur contenu, le pouvoir impérial… » (Eugène Sue À Paris et en Sologne, terredesecrivains.com)

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Sue Eugène – Les Misères des Enfants trouvés (tome 1)

Sue Eugène - Les Misères des Enfants trouvés 1 - Bibliothèque numérique romande - J. P. Le Ridant ÉtangSue Eugène – Les Misères des Enfants trouvés (tome 1) (Autre titre : Martin l’enfant trouvé, ou les mémoires d’un valet de chambre) : Nous sommes en 1845 en Sologne. Le petit peuple cultive des terres qui ne rendent pas beaucoup car elles sont marécageuses. Les animaux n’ont pas assez de nourriture pour être de bonne production. Les gens de la terre, mal nourris et victimes des fièvres, n’ont pas droit au produit de la terre qu’ils cultivent.

À côté d’eux, vivent les riches: ils organisent des chasses, éblouissent les notables par de grandes réceptions et visent la députation. Et ils n’oublient pas d’encaisser les fermages de leurs métayers. Ainsi le comte Duriveau et son fils, propriétaires de vastes terres en Sologne, blasés et impitoyables…

Mais dans ce « meilleur des mondes » campagnard, quelques grincements souterrains agitent la tranquillité des nantis. Bête-Puante, le braconnier qui distribue sa chasse aux miséreux, est partout et semble tout savoir… Bamboche, le forçat, s’est échappé et rode dans la forêt. Et que fait Martin, l’énigmatique valet qui semble si bien connaître le roi ? Et, enfin, Bruyère la charmée, qui donne de si bons conseils à ses «pratiques» a-t-elle vraiment fauté ? Beaucadet, le gendarme, ne pense qu’à mettre la main sur tous ces criminels… Pour comprendre les fils de l’intrigue, il nous faudra remonter le temps alors que ces enfants orphelins, avec l’homme-poisson Léonidas Requin, brulaient les planches du cirque de leur maître, La Levrasse …

Un cadre rural pour ce roman social d’Eugène Sue qui est la réimpression sous un nouveau titre de Martin l’enfant trouvé, ou les mémoires d’un valet de chambre paru en 1846-1847. Eugène Sue connaît bien la Sologne pour s’y être retiré, ruiné, dans le château de Souesmes. Candidat malheureux à la députation dans le Loiret en 1848, battu par les conservateurs effrayées par les mouvements des grandes villes, il se présente, en 1850, à une élection partielle en remplacement d’un socialiste contraint à l’exil.

« Les Mystères, ainsi que Le Juif errant et La Misère des enfants trouvés ne sont pas étrangers à la révolution de 1848. L’augmentation des salaires, l’égalité des femmes, la cogestion dans l’entreprise, le droit à l’éducation et à la culture, l’abolition de l’esclavage (Atar Gull) sont les thèmes romanesques d’Eugène Sue. Ponson du Terrail et Alexandre Dumas (Les Mohicans de Paris,…) prendront le relais de Sue en inquiétant moins, par leur contenu, le pouvoir impérial… » (Eugène Sue À Paris et en Sologne, terredesecrivains.com)

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Vuille Nancy-Marie (André Gladès) – Résistance

Vuille Nancy-Marie (André Gladès) - Résistance - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells Pied du Jura depuis AvusyVuille Nancy-Marie (André Gladès) – Résistance : Une fugue d’adolescente  ! À dix-huit ans, Christine étouffe à Belle-Aigue (Divonne-les-Bains ?) une petite ville coincée entre Alpes et Jura où les conventions sont si prégnantes. Dans sa famille nul ne sait exprimer sa tendresse et la seule approbation qu’elle y ait jamais reçue était « de n’être pas blâmée. » Éperdument amoureuse de Lionel, un jeune irlandais rencontré aux Thermes, elle brave l’opposition de sa famille – qui s’est renseignée sur le prétendant mais n’en informe pas sa fille, trop jeune pour comprendre – et s’enfuit avec lui. Elle ne tarde pas à regretter son erreur…

Mais, à la fin du 19ème siècle, une femme qui « fauté » et compromis ainsi son honneur commet un acte « qui ne peut pas plus s’oublier que s’effacer ». Et Christine, refuse de  retourner vivre auprès de cet homme qui lui offre la « réparation » par un mariage que les familles ont arrangées. Désormais en marge de la société, Christine va tenter de refaire sa vie et, au prix de nombreuses privations, réaliser son rêve de devenir médecin. Mais avec quel mépris sont considérées ces jeunes étudiantes qui forcent les portes de la faculté ! Christine parviendra à ses fins mais réalisera la fragilité de la position d’une femme seule et indépendante dans la société d’alors.

Bien en avance sur son temps, Nancy-Marie Vuille dénonce avec vigueur l’ostracisme social  qui frappe, à la fin du 19ème siècle, les « filles-mères » et n’accorde aux femmes aucune réparation à une erreur de jeunesse.  Elle décrit la prise de conscience progressive de Christine et le combat que doivent mener les femmes qui souhaitent travailler et réaliser seules leur indépendance.

Née à Neuchâtel en 1867 dans une famille bourgeoise, Nancy-Marie Vuille grandit à Genève et suit les cours d’Édouard Rod à l’université dès 1886. Elle noue des liens privilégiés avec lui, et il la conseillera et la soutiendra dans ses activités littéraires tout au long de sa vie. En 1893, elle s’installe avec son père et sa sœur à Paris et, en plus de nombreuses traductions, elle publie trois romans Au gré des choses (1895), Résistance (1898) et Le stérile sacrifice (1901), signant du pseudonyme d’André Gladès, du nom de jeune fille de sa mère. Elle ne reviendra à Genève que pour accompagner sa mère dans sa longue agonie, ce qui la marquera profondément. Elle succombera elle-même à la maladie en 1906.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Bove Emmanuel – Mémoires d’un homme singulier

Bove Emmanuel - Mémoires d'un homme singulier - Bibliothèque numérique romande - Félix Vallotton Les toits, rue MériméeBove Emmanuel – Mémoires d’un homme singulier : Fils d’une fille pauvre abusée par un militaire, le narrateur s’interroge, à quarante ans, sur sa vie et son destin : « Je vous supplie, mon Dieu, de me donner un but dans la vie. » Singulier, il revendique son altérité quitte à forcer le trait, se faire un masque grimaçant ou marcher à cloche pied.

Achevé en 1939 et marqué par la perspective de la guerre, ce roman à caractère biographique, voire autobiographique, est « le plus proche [d’Emmanuel Bove] et c’est là ce qui lui donne un accent poignant,  […] Dans ce « non-cerné » [de la psychologie du héros, je vois] un charme et un caractère essentiel du livre ». (Marcel Arland, lettre à Emmanuel Bove) La banalité et la médiocrité, la pauvreté, le malheur tranquille sont omniprésents, mais Bove surpasse cette monotonie en l’érigeant en style d’écriture innovant, qui a fait dire à plusieurs critiques qu’il était un précurseur du « Nouveau Roman ».

Écrivain prolixe, révélé par Colette, Emmanuel Bove a connu le succès de son vivant, avant de tomber dans l’oubli, et d’être redécouvert par Peter Handke dans les années 1980. Il est né en 1898 à Paris, mais a fait une partie de ses études au Collège Calvin à Genève, puis a vécu à Vienne et à nouveau à Paris, où il est mort en 1945.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

 

Malot Hector – L’Auberge du Monde 4 Thérèse

Malot Hector - L'Auberge du Monde 4 Thérèse - Bibliothèque numérique romande - Arnaud Durbec Construction d'une barricade place Blanche le 19 mars 1871Malot Hector – L’Auberge du Monde 4 Thérèse : Après avoir fui sa folle passion pour la marquise de Lucillières et échappé à deux mariages qu’on voulait lui imposer – avec Carmelita d’abord, puis avec Ida, Édouard Chamberlain retrouve Paris en pleine agitation devant l’arrivée probable des Prussiens qui encerclent la ville : l’action se déroule en effet dès août 1870, au cours du « siège de Paris ». Au milieu de la foule, le colonel Chamberlain retrouve par hasard son oncle Antoine et sa cousine Thérèse, qui reviennent d’Allemagne où ils avaient dû passer quelques années terribles de misère et de souffrance. Pour les protéger, Édouard offre de les héberger dans sa vaste et luxueuse demeure. Il redécouvre les sentiments qu’il avait déjà pour Thérèse quelques années auparavant et souhaite passionnément l’épouser. Mais Thérèse est promise à Michel, un fidèle compagnon de son père, qu’elle aime comme un frère, sans pourtant avoir envie de devenir sa femme. Les deux hommes s’enrôlent pour aller défendre Paris et laissent Thérèse chez le colonel où elle est chargée de recueillir et soigner les blessés. Il est question d’honneur, d’amour, de bravoure, de fidélité… Puis arrive la Commune de Paris…. Qui va finalement épouser Thérèse ?

Écrite 3 ans avant le célèbre roman « Sans Famille », L’Auberge du Monde est un quadrilogie passionnante, qui dénonce l’arrivisme et la toute-puissance de l’argent.

Hector Malot (1830-1907) fut un écrivain prolifique : une soixantaine de romans qui connurent de son vivant et jusque dans les années 1930 un grand succès et furent traduits dans de plusieurs langues. Son œuvre s’inscrit dans la veine réaliste. À l’instar d’Honoré de Balzac, Malot représente la société contemporaine : Paris et la province, notamment sa chère Normandie, les différentes classes sociales et plus particulièrement la bourgeoisie. (Source Wikipédia).

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT