Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Chavannes Édouard – Du rôle social de la littérature chinoise

Chavannes Édouard - Du rôle social de la littérature chinoise - Bibliothèque numérique romandeChavannes Édouard – Du rôle social de la littérature chinoise : Emmanuel‑Édouard Chavannes, un sinologue français renommé, est né le 5 octobre 1865 à Lyon, d’une famille originaire de Charmoisy, à deux lieues au sud de Thonon. La religion réformée fut introduite dans cette région, en 1536, par les Bernois* et, à la fin du siècle, Charles‑Emmanuel de Savoie expulsa les protestants. Il est probable que parmi eux se trouvait Bernard Chavannes, qui aborda à Territet, dans la paroisse de Montreux, en 1602 et fut admis à la naturalisation. En descendent les membres actuels de la famille dont Édouard‑L., un botaniste lausannois et grand-père d’Édouard Chavannes.

Le texte que nous vous proposons est celui de sa leçon d’ouverture faite au Collège de France le 5 décembre 1893 : « Une littérature nous apparaît comme un ensemble de forces qui exercent une action puissante sur les esprits des hommes ; il importe de mesurer cette influence pour déterminer quel rôle elle joue dans l’immense concours de causes qui produisent un état social. C’est à ce second point de vue que nous considérerons les œuvres littéraires chinoises. […] Les Chinois paraissent bien avoir raison lorsqu’ils attribuent à leur littérature une influence moralisatrice. Les vertus essentielles que nous leur reconnaissons sont celles mêmes que leurs classiques exaltent le plus […]

Le loyalisme dont les Chinois font preuve, la vénération qu’ils ont pour leur souverain est d’accord avec cette théorie du droit divin de la monarchie qui est un des principaux éléments de leur philosophie de l’histoire. […] La famille n’est pas moins fortement constituée que l’État : elle repose aussi sur l’acceptation tacite d’une autorité supérieure, celle du père. Ici encore les faits et la littérature se répondent. On ne trouverait pas dans les classiques un seul texte qui excuserait l’adultère, pas un qui absoudrait le fils irrespectueux. Les rapports entre père et fils tels que nous les représente trop souvent Molière n’exciteraient chez un Chinois que l’indignation. […] Enfin chaque individu a été habitué, par les leçons mêmes qu’il a reçues dans l’école, à observer les règles d’une politesse minutieuse. […] Cet empire que les Chinois ont sur eux-mêmes est une des qualités qui frappent le plus un étranger. Tse Lou, disciple de Confucius, tombant blessé à mort sur le champ de bataille, rattacha la jugulaire de son casque pour expirer avec décence. […] L’histoire chinoise abonde en récits de beaux trépas inspirés uniquement par le désir qu’on a de ne pas déroger à ce qu’on se doit à soi-même. S’il est vrai que la vie ne soit que la méditation de la mort, il faut avouer que les livres qui rendent l’homme capable de se sacrifier avec une telle dignité sont bien aussi ceux qui sont le plus aptes à ennoblir son existence. La littérature chinoise, par sa diffusion, sa durée, son influence dans tous les domaines de la pensée et tous les actes de la vie, a donc été la grande éducatrice de la nation. »

Il est accompagné d’une biographie d’Édouard Chavannes écrite par Henri Cordier.

(Ces deux ouvrages ont été édités par Chine Ancienne www.chineancienne.fr. )

*Pour plus de détails sur l’occupation bernoise du Chablais savoyard, voir de James Fazy, Jean d’Yvoire au Bras de Fer (éd. de la BNR).

Téléchargements :  Du rôle social de la littérature chinoise : ePub – PDFword
Biographie d’Édouard Chavannes par Henri Cordier : PDF – word

Erckmann-Chatrian – Histoire d’un conscrit de 1813

Erckmann-Chatrian - Histoire d’un conscrit de 1813 - Bibliothèque numérique romandeErckmann-Chatrian – Histoire d’un conscrit de 1813 : Le narrateur Joseph Bertha, apprenti chez l’horloger Goulden à Phalsbourg, voit passer les troupes de Napoléon et l’Empereur lui-même en marche vers la Russie. Amoureux de Catherine, il craint de se voir appelé sous les drapeaux, malgré sa boiterie. L’hiver est terrible et l’on apprend les défaites lointaines qui amènent finalement une conscription générale et sans exception. Joseph Bertha est enrôlé en dépit de son infirmité, et il reçoit sa feuille de route pour Mayence où il arrive après une marche pénible. À Francfort, il apprend la discipline de fer des armées tandis qu’on voit revenir de Pologne des convois de blessés…

Erckmann-Chatrian est le nom de plume de deux co-auteurs : Émile Erckmann et Alexandre Chatrian. Réalisme rustique et populaire, Contes de la Forêt-Noire et d’Alsace, font de leurs romans et nouvelles une œuvre attachante.

Édition du groupe des « Ebooks Libres et Gratuits »

Téléchargements : ePub – PDF – Mobipocket– HTMLword

Reymond Lucien – Les Mineurs de la Dent de Vaulion

Reymond Lucien – Les Mineurs de la Dent de Vaulion - Bibliothèque numérique romandeReymond Lucien – Les Mineurs de la Dent de Vaulion : Il y a, dit-on, beaucoup d’or enfoui dans les entrailles de la Dent de Vaulion. Un vieux plan indique qu’il faut chercher entre le rocher de l’Ours et celui du Lion. Mythe ou réalité ? Le jeune Victor Villaret, 23 ans, veut faire fortune et épouser ainsi Élise Vercel, que son père destine à un plus riche parti. Mais la vie de mineur à la Dent de Vaulion est rude, et l’espoir de trouver un filon est partagé par d’autres… Ce récit pittoresque nous emmène des bords du lac Léman à la Vallée de Joux, sur les pas de ces chercheurs d’or prêts à risquer leur vie pour quelques pépites.

Lucien Reymond, 1828-1901, fut tout à la fois historien, écrivain, polémiste et garde-forestier. La Vallée de Joux est sa terre d’origine et la cause de ses nombreux combats, notamment pour la protection de la forêt du Risoud. Il établit la première pension de famille de la Vallée, puis ouvrit une brasserie. Actif en politique – il siégea au Grand Conseil vaudois durant 24 mois – il écrivit plusieurs ouvrages, historiques ou littéraires. Polémiste ne craignant pas de « foncer dans le tas », il dut même quitter quelque temps la Vallée pour se réfugier à Évian.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Byron George Gordon – Le Prisonnier de Chillon

Byron George Gordon – Le Prisonnier de Chillon - Bibliothèque numérique romande - Photo Wikimédia  Château Chillon, auteur anonymeByron George Gordon – Le Prisonnier de Chillon : La séparation de George Gordon Byron, qui fit scandale, l’amène à faire un voyage en Belgique puis en Suisse. Il rencontre, sur les bords du Léman, le poète Shelley et sa future femme, Mary Godwin (Mary Shelley), ainsi que Claire Clairmont, qui l’aident à surmonter quelque peu ses sentiments de tristesse. En fin juin 1816 ils visitent, ensemble, le Château de Chillon. Ils apprennent l’histoire de Bonivard, un savoyard rallié aux genevois qui fut en butte au duc de Savoie et emprisonné six ans dans les cachots du château (dont il fut libéré lorsque les bernois occupèrent le pays de Vaud et le Chablais savoyard). Les visiteurs sont vivement impressionnés. Byron compose presque immédiatement « The Sonnet of Chillon ». Bloqué par une pluie diluvienne dans son hôtel d’Ouchy, Byron complète et étoffe son œuvre, en début juillet. Elle sera publiée, en décembre, à son retour en Angleterre, sous le titre de « The Prisoner of Chillon and Other Poems ».

La composition et les thèmes de cette œuvre sont typiquement byroniens : un homme seul , qui lutte pour la liberté, affronte l’adversité et de grandes souffrances : il n’a que sa volonté pour le soutenir. Seule la nature et ses beautés lui apportent quelque soulagement.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-MOBIDOC-ODT

Flaubert Gustave – Premiers Écrits

Flaubert Gustave – Premiers Écrits - Bibliothèque numérique romandeFlaubert Gustave – Premiers Écrits : Gustave Flaubert à seize ans, en classe de seconde, écrivait, dans ses cahiers scolaires, nouvelles et drames. Nous vous présentons parmi ces « Premiers écrits » : « Ivre et Mort » où Flaubert nous décrit un cabaret séduisant et agréable où l’histoire nous amène, du rêve de l’ivresse, à une conclusion meurtrière. Il s’essaie à des nouvelles historiques parmi lesquelles « La Mort du Duc de Guise », « Deux mains pour une couronne », « Un secret de Philippe le Prudent ».  D’autres nouvelles sont tirées de son journal d’écolier notamment « San Pietro Ornano », « Matteo Falcone », « Chevrin et le roi de Prusse », « Dernière scène de la mort de Marguerite de Bourgogne », « Portrait de Lord Byron » et « Le Moine des Chartreux ». Pour conclure, nous vous proposons « La Danse des Morts », un écrit épique et mystique annonciateur de « La Tentation de Saint-Antoine », dans lequel Satan propose à Jésus-Christ un voyage sur terre pour lui faire voir son règne, grâce au malheur universel, et son pouvoir sur les morts  qu’il éveille pour danser. La mort fera entendre ses lamentations puis défileront, parmi les défunts, conquérants, papes, Néron, pauvres, amants, prostituées, damnés et poètes.

Ces œuvres de jeunesse ne furent pas toujours bien accueillies par la critique (en particulier Ivre et Mort) mais démontrent, malgré quelques maladresses, le talent et le souffle poétique de Gustave Flaubert.

Téléchargements : ePubPDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocketword-ODT

Cherbuliez Victor – Le Comte Kostia

Cherbuliez Victor - Le comte Kostia - Bibliothèque numérique romandeCherbuliez Victor – Le Comte Kostia : Gilbert Savile est engagé comme secrétaire pour ses recherches historiques par le Comte Kostia, un aristocrate russe vivant  à Geyerfels, un sombre château perché au bord du Rhin. Misanthrope, il règne en tyran sur son entourage et, en particulier, sur son fils qu’il persécute car il le croit le fruit des amours illégitimes de sa femme avec son meilleur ami, qu’il a tué en duel.  À son détriment, Gilbert ne va pas tarder à soulever quelques coins de voile sur les drames et les mystères du château comme du comte et sera séduit par la personnalité troublée du jeune fils de Kostia. Une intrigue rocambolesque ? Certes ! Mais l’intérêt et les développements de ce roman vous emporteront bien au-delà des conventions.

Victor Cherbuliez (Genève, 1829 – Combs-la-Ville, 1899), est un romancier (une trentaine de romans et nouvelles), critique littéraire, qui a aussi publié des chroniques politiques dans La Revue des deux mondes (pseudonyme : G. Valbert).

Téléchargements : ePub– PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocketword-ODT