Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Bainville Jacques – Le dix-huit brumaire

Bainville Jacques - Le dix-huit brumaire - Bibliothèque numérique romande - François Bouchot Le général Bonaparte au Conseil des Cinq-CentsBainville Jacques – Le dix-huit brumaire : Très bien documenté, Jacques Bainville nous fait revivre «comme si on y était» le coup d’État du 18 Brumaire qui permit à Napoléon de prendre la pouvoir. Un coup d’État que Napoléon voulait légal, constitutionnel et non violent. Tout ne s’est pas passé le 18 brumaire, d’ailleurs, qui fut en réalité une journée assez facile. (suite…)

Hugo Victor – Quatrevingt-treize

Hugo Victor - Quatrevingt-treize - Bibliothèque numérique romande - illustration reprise du livre Quatrevingt-treize de Victor Hugo édition 1874Hugo Victor – Quatrevingt-treize : Initialement prévu pour une trilogie qui aurait compris, outre L’homme qui rit, roman consacré à l’aristocratie, un volume sur la monarchie, Quatrevingt-Treize, écrit à Guernesey de décembre 1872 à juin 1873, après l’échec de Hugo aux élections de janvier 1872, achève la réflexion de l’écrivain sur la Révolution à la lumière de la Commune et tente de répondre à ces questions: à quelles conditions une révolution peut-elle créer un nouvel ordre des choses? 1793 était-il, est-il toujours nécessaire? (présent. partenaire ELG) (suite…)

Gos Charles – Voyageurs illustres en Suisse

Gos Charles - Voyageurs illustres en Suisse - Bibliothèque numérique romande - Sylvie S. Lac de Thoune et Alpes au printempsGos Charles – Voyageurs illustres en Suisse : Nombreux furent les écrivains, poètes, musiciens et philosophes à visiter la Suisse aux 18e et 19e siècles, à une époque où le tourisme n’existait pas encore et que seuls les plus fortunés pouvaient voyager. Charles Gos nous invite ici à une balade par le biais de quelques-uns de ses visiteurs, évoquant des anecdotes ou des épisodes oubliés. C’est l’occasion pour connaître certains aspects méconnus de leur vie. Si Goethe passe la Furka en plein hiver sans raquettes, c’est Balzac qui introduit le ski dans la littérature. (suite…)

Descaves Lucien – Sous-Offs ( parties 3 à 5)

escaves Lucien - Sous-Offs 3-5 - Bibliothèque numérique romande -Eugène Courboin couverture édition de référenceDescaves Lucien – Sous-Offs ( parties 3 à 5) : Favières, Édeline, Tetrelle et les autres poursuivent leur carrière militaire qu’elle soit dramatique ou dérisoire. Puis Lucien Descaves, dans Les Misères du sabre, brosse une série de portraits de militaires et leurs histoires banales, risibles ou noires. Enfin nous assistons, en direct, au procès retentissant pour injure contre l’armée intenté contre ce jeune auteur et son éditeur ainsi qu’aux plaidoiries des avocats. Ce roman, pamphlet par son réalisme, œuvre libertaire et antimilitariste, est écrit dans une langue à la fois terre à terre et superbe. (éd. conjointe BNR-ELG.) (suite…)

Balzac Honoré de – L’Héritière de Birague (tomes 3-4)

Balzac Honoré de - L'Héritière de Birague 3-4 - Bibliothèque numérique romande - Sylie S. Château de RueBalzac Honoré de – L’Héritière de Birague (tomes 3-4) : L’intriguant Villani, qui a suivi en cachette la comtesse Mathilde dans les souterrains, la menace de tout révéler s’il ne peut épouser Aloïse. La comtesse se précipite chez son mari et, alors que le mariage de d’Olbreuse et d’Aloïse est sur le point d’être célébré, fait annuler toute la cérémonie à la surprise et la colère des protagonistes. La brouille avec le Sénéchal et Chanclos est ainsi consommée et l’union de Villani avec Aloïse fixée pour dans trois jours. Heureusement Robert, l’intendant fidèle, veille et, aidé du mystérieux Jean Pâqué, fera tout pour défendre «l’honneur des Morvan». (suite…)

Descaves Lucien – Sous-Offs (première et deuxième parties)

Descaves Lucien - Sous-Offs 1 et 2 - Bibliothèque numérique romande - Eugène Courboin illustration de couverture de Sous-OffsDescaves Lucien – Sous-Offs (première et deuxième parties) : De jeunes conscrits sont envoyés au Havre puis à Dieppe, où, habillés : c’est pesé, ils deviennent des militaires… et même, pour certains, des sous-officiers. Dans ce roman naturaliste et satirique, Lucien Descaves dresse un tableau au vitriol de la vie de garnison en temps de paix (nous sommes juste après la défaite de la guerre franco-prussienne), faite d’ennui et de combines, d’amours éphémères de bordels ou de beuverie de bistrots lors des permissions. Sous-Officiers médiocres et ridicules que leur droit de punir rehausse à leurs yeux, casernements défaillants et étriqués : Lucien Descaves nous les décrit avec humour et délectation. Mal reçu par l’armée, qui intenta contre ce jeune auteur, alors peu connu, et son éditeur un procès retentissant pour injure contre l’armée, ce roman est un vrai pamphlet par son réalisme, œuvre libertaire et antimilitariste, avec une écriture à la fois terre à terre et superbe. Ces deux premières parties, descriptives, servent de hors-d’œuvre à la suite. (suite…)