Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Eberhardt Isabelle – Inédits et textes originaux

Eberhardt Isabelle - Inédits et textes originaux - Bibliothèque numérique romande - photo Sylvie S.Eberhardt Isabelle – Inédits et textes originaux : Pourquoi rééditer des nouvelles d’Isabelle Eberhardt publiées entre 2012-2013 par la BNR? Parce que «Inédits et textes originaux» sont des œuvres non remaniées telles qu’elles ont paru du vivant de l’auteure dans la presse de l’époque (notamment Nouvelle Revue moderne, L’Athénée, Les Nouvelles, La Revue blanche, La Dépêche algérienne et l’Akhbar). La présente édition ne se veut pas exhaustive de l’œuvre d’Isabelle Eberhardt, mais elle lui rend justice. (Re)Lire Isabelle Eberhardt, c’est voyager avec une femme en avance sur son temps et qui a osé vivre sa liberté. (suite…)

Sand George – Histoire de ma vie (livre 2)

Sand George - Histoire de ma vie - Bibliothèque numérique romande - Marie-Aurore de Saxe pastel de George Sand enfantSand George – Histoire de ma vie (livre 2) : Dans ce deuxième livre, la fin de la deuxième partie, George Sand nous livre encore des lettres de son père Maurice, quelques années avant sa naissance. Celles-ci dressent un portrait sans complaisance de l’Histoire de cette période troublée dont il est le témoin ironique et le protagoniste désabusé. Puis, dans le début de la troisième partie, de son enfance, marquée par la difficile acceptation de sa grand-mère, George Sand nous narre les conflits entre sa mère et sa grand-mère, qui se concluront par l’éviction de celle-ci, mais aussi ses intérêts, ses rêveries et son amour du grand air dans lesquels elle se retrouvait. (suite…)

Pelletier Madeleine – Mon Voyage aventureux en Russie communiste

Pelletier Madeleine - Mon Voyage aventureux en Russie communiste - Bibliothèque numérique romande - Une manifestation à Moscou en 1922Pelletier Madeleine – Mon Voyage aventureux en Russie communiste : Madeleine Pelletier, médecin psychiatre, féministe, anti-militariste, franc-maçonne, communiste et écrivaine, entreprend un voyage très aventureux et illégal (grâce à des réseaux communistes) de Paris jusqu’à Moscou en 1921. Le voyage à travers la Suisse, l’Allemagne et la Lituanie durera 6 semaines et sera très pénible, mais donne une image réaliste de la vie quotidienne en Europe durant cette année 1921 Mais Madeleine Pelletier est forte de caractère et résiste aux humiliations, au manque de confort, à l’attente interminable et même à la faim. Une fois arrivée à Moscou, elle loge à l’«Hôtel Luxe» avec d’autres militants communistes et quelques anarchistes. Son statut de femme ne l’avantage pas, malgré son habillement masculin, les femmes sont mal considérées, peu engagées dans la lutte politique, à part en tricotant pour le parti et en s’occupant des enfants! Mais Madeleine arrive quand même à visiter des Universités, à apercevoir Trotsky, à rencontrer Madame Kollontaï, femme politique communiste et militante féministe qui l’influencera beaucoup. (suite…)

Randau Robert – Isabelle Eberhardt

Randeau Robert - Isabelle Eberhardt - Bibliothèque numérique romande . photo Robert RandauRandau Robert – Isabelle Eberhardt : Robert Randau, né Robert Arnaud (1873-1950), est un administrateur colonial et écrivain français, ayant passé toute sa vie en Algérie. Il fait la connaissance d’Isabelle Eberhardt à Ténès en 1902. Dans ce livre, il s’efforce de rendre hommage à cette «grande errante», qui fut une amie. «La décourageante tâche que j’entreprends ici: pourtant il est nécessaire qu’avant l’advenue de ma dernière heure je rende compte aux lettrés de l’être exquis que fut Isabelle Eberhardt et des relations amicales que j’entretins à Ténès avec elle pendant plus d’une année.» (suite…)

Staël-Holstein Germaine de – Réflexions sur le suicide

Staël-Holstein Germaine de - Réflexions sur le suicide - Bibliothèque numérique romande - Louis-Ami Arlaud portrait miniature de Germaine de StaëlStaël-Holstein Germaine de – Réflexions sur le suicide : C’est pour les malheureux qu’il faut écrire; ceux qui sont en possession des prospérités de ce monde, ne s’instruisent que par leur propre expérience, et les idées générales en toutes choses ne leur paraissent que du temps perdu. Il n’en est pas ainsi de ceux qui souffrent: la réflexion est leur plus sûr asile, et séparés par l’infortune des distractions de la société, ils s’examinent eux-mêmes et cherchent, comme un malade qui se retourne dans un lit de douleur, quelle est la position la moins pénible qu’ils puissent se procurer. (suite…)

Mill John Stuart – De l’assujettissement des femmes

Mill John Stuart - De l'asservissement des femmes - Bibliothèque numériue romande - Imagerie d'épinal planche 52Mill John Stuart – De l’assujettissement des femmes : «Ce qu’on appelle aujourd’hui la nature de la femme est un produit éminemment artificiel; c’est le résultat d’une compression forcée dans un sens, et d’une stimulation contre nature dans un autre sens.» Cette phrase qui rappelle celle de Simone de Beauvoir, se retrouve dans ce texte philosophique datant de 1869 qui traite de l’inégalité des sexes du point du vue politique, économique et moral. (suite…)