Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Mardrus J. C. (trad.) – Le Livre des mille et une nuits (tome troisième)

Mardrus J. C. (trad.) - Le Livre des mille et une nuits 3 - Bibliothèque numérique romande - La femme au tambourin anonymeMardrus J. C. (trad.) – Le Livre des mille et une nuits (tome troisième) : Le tome 3 est composé de plusieurs histoires d’amour de jeunes couples qui seront séparés, de gré ou de force, pendant des années parfois, et participeront à toutes sortes de péripéties plus folles les unes que les autres, mais finiront tous par être réunis un jour pour vivre heureux ensemble. Et ce volume comprend aussi la fameuse histoire de Sindbad le marin et de ses sept voyages fabuleux. (suite…)

Mardrus J. C. (trad.) – Le Livre des mille et une nuits (tome deuxième)

Mardrus J. C. (trad.) - Le Livre des mille et une nuits 2 Bibliothèque numérique romande - Miniature persane fait dans le 16e siècle de notre ère, le livre Khamse ou Panj Ganj Cinq Tesoro, Nezami GanjaviMardrus J. C. (trad.) – Le Livre des mille et une nuits (tome deuxième) : Le tome 2 débute à la 45ème nuit par un des plus longs récits du recueil complet, l’histoire pleine de rebondissements du roi Omar al-Némân, roi de Bagdad , et de ses deux fils. L’histoire est bien sûr entrecoupée d’autres histoires magnifiques et cruelles de couples d’amoureux (Le bel Aziz qui finira émasculé parce qu’il a trompé sa jeune épouse Aziza), de belles princesses séduisantes (Nozhatou qui épousera son frère sans le savoir), de vieilles sorcières maléfiques (Mère-des-Calamités) et de mangeurs de haschich. (suite…)

Mardrus J. C. (trad.) – Le Livre des mille et une nuits (tome premier)

Mardrus J. C. (trad.) - Le Livre des mille et une nuits 1 - Bibliothèque numérique romande - illustrateur Seljuk du 13e siècle Sughrat (Socrate) enseignant ses élèvesMardrus J. C. (trad.) – Le Livre des mille et une nuits (tome premier) : Shaharazade est une princesse que son père a unie, mais avec son consentement et par esprit de sacrifice, au sultan Shariar, qui chaque nuit exige une nouvelle vierge et la tue ensuite. Mais la princesse est intelligente, elle prend avec elle sa jeune sœur qui demande une histoire chaque soir pour s’endormir. Heureusement elle a plus d’une histoire dans son sac, elle raconte si bien et sait si bien jouer de ses effets et du suspense, qu’au bout de la nuit, elle échappe à la mort, le roi étant impatient d’entendre la suite. «À ce moment de sa narration, Schaharazade vit apparaître le matin, et s’arrêta discrètement dans son récit.» Ce leitmotiv revient à la fin de chaque nuit et introduit la suivante. (suite…)

Guénard Élisabeth – Les Capucins ou le secret du cabinet noir (tome second)

Guénard Élisabeth  - Les Capucins ou le secret du cabinet noir 2 - Bibliothèque numérique romande - Rues d'AlbiGuénard Élisabeth – Les Capucins ou le secret du cabinet noir (tome second) : Le père Durolet reprend, sans cabinet noir, sa liaison avec Joséphine, heureusement unie un mari peu perspicace. Mais voici que sa sœur, Adélaïde, l’appelle au secours. Séduite et enceinte du père Séraphin, revenu d’Espagne, son déshonneur a été rendu public. François la ramène à son amante… et au mari. Mais voici que le père Boniface, son supérieur, lassé des parties fines et des filles de rencontre aspire à une relation plus suivie, avec un jeune fille qu’il « établirait » à sa disposition dans un nid d’amour. Il trouve Adélaïde bien séduisante. (suite…)

Guénard Élisabeth – Les Capucins ou le secret du cabinet noir (tome premier)

Guénard Élisabeth  - Les Capucins ou le secret du cabinet noir - Bibliothèque numérique romande - Jean-Louis G. HP Noir Blanc photo de @MaikyoGuénard Élisabeth – Les Capucins ou le secret du cabinet noir (tome premier) : Établi capucin, bien contre son gré, François Durolet découvre vite les aménagements possibles à la règle de pauvreté et de chasteté de Saint-François. Ses parties fines et aventures avec des femmes de rencontre ne sont pas toujours heureuses. François veut plus : une affection sincère et durable. Protégé par la pénombre d’un cabinet noir, il vit une parfaite idylle avec une jeune fille un peu simple mais fort belle. Très douée, elle apprend avec passion l’art de l’amour… (suite…)

M. de Favrolles (Élisabeth Guénard) – Les trois Moines (tome 2)

M. de Favrolles (Élisabeth Guénard) - Les trois Moines 2 - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells Cloître albigeois 3M. de Favrolles (Élisabeth Guénard) – Les trois Moines (tome 2) : Dans ce deuxième tome, l’histoire des trois moines italiens aux mœurs légères s’emballe, les aventures se précipitent et deviennent dramatiques : l’imbroglio de mères, pères, fils, et neveu se complique pour finir en apothéose par des retrouvailles. Ils viennent de découvrir lors d’un voyage avec deux femmes inconnues, le secret de leurs origines. À cette occasion, le récit d’une certaine nuit de Noël à Ferrare est un morceau d’anthologie. Ainsi la boucle est bouclée, ils savent qui ils sont, ils s’aiment, et se précipitent pour annoncer à leur amante, mère ou bienfaitrice leurs retrouvailles: mais ils les retrouvent sur les marches de l’échafaud…

Une histoire très romanesque avec tous les ingrédients pour passionner les lecteurs : amours licencieuses, moines dépravés, aventures folles, quiproquos, naissances cachées, retrouvailles imprévisibles, assassinat et suicide.

Élisabeth de Brossin de Méré, née Élisabeth Guénard, est née à Paris en 1751 et morte en 1829, elle a utilisé son vrai nom mais aussi plusieurs pseudonymes, Boissy, Geller et pour cet ouvrage-ci, celui de « M. de Favrolles, ancien officier de cavalerie », qui lui laisse toute liberté d’expression pour attaquer la fausse religiosité de nombreux moines de l’époque, à la vie dissolue et hypocrite, et s’aventurer dans des récits d’amours interdites, parfois avec force détails. Elle ne s’est pas cantonnée dans ce genre quasi érotique pour l’époque. Elle a été très prolifique, plus de trois cents ouvrages, et écrit dans toutes sortes de genres : Histoire de la monarchie, chroniques scandaleuses, romans de mœurs, mémoires réelles ou inventées, contes moraux, allégories politiques, livres d’éducation ! Elle n’a pas peur de la contradiction, traite aussi bien le sacré que le profane, la vérité que le mensonge, ses livres sont chastes ou licencieux, suivant l’époque et le pseudonyme utilisé :  Une vraie liberté pour une femme du 18ème siècle !

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT