Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Clotis Josette – Le Temps vert

Clois JOsette - Le Temps vert - Bibliothèque numérique romande - photo Lecybersurfeur Aubrac le village et les trucs en arrière planClotis Josette – Le Temps vert : Le Temps vert est un roman méridional, une œuvre de jeunesse d’une fougueuse et naïve fraîcheur : Adrienne Verdier, la jeune narratrice, évoque avec bonheur sa première enfance dans une ferme de l’Aveyron, auprès de grands-parents rudes mais aimants. Puis vient le remariage de sa mère et le départ pour la ville (Béziers, puis Villefranche-du-Rouergue). L’opulence trompeuse des premiers temps fait place à la déchéance sociale, car le beau-père passe sa vie dans les cabarets et boit toutes les économies de la famille. Avec leur air emprunté et leur patois rocailleux, Adrienne et ses sœurs sont constamment en butte aux quolibets des autres enfants, mais ni la faim ni le mépris n’entameront la rage de vivre des trois petites montagnardes. La seule planche de salut pour Adrienne est l’école, le certificat d’études, puis le brevet, qui doit lui permettre de sortir de la misère. Mais au moment de rejoindre son premier poste d’institutrice, elle ressent comme un vide existentiel devant une profession qui l’oblige à paraître autre que ce qu’elle est. Sur le chemin du départ, perdue dans un champ, elle entend le puissant appel de la terre, et fidèle à ses origines paysannes, se jure de retourner dans le village qui l’a vue naître. Ce sera un départ vers l’inconnu…

L’écriture de ce roman où rien n’indique qu’il s’agisse d’une autobiographie – mais le récit d’Adrienne ressemble à s’y méprendre à une suite de souvenirs – est simple et dépouillée ; les épisodes racontés sont souvent douloureux, parfois très joyeux mais sans jamais d’emphase ni d’artifice. C’est le trajet d’une petite fille sage dont la vie est bousculée par la mort de son père et le remariage de sa mère, et dont la famille est confrontée plus d’une fois à la faim et à la misère.

Née à Montpellier le 8 avril 1910, Josette Clotis adorait la littérature. Son premier roman, elle l’écrit à l’âge de 18 ans soutenue par Henri Pourrat lui aussi originaire du sud de la Loire. Ce sera Gallimard qui le publiera en 1932. La même année, elle entre comme journaliste à Marianne, un hebdomadaire littéraire fondé par la NRF qui se présente comme « l’hebdomadaire de l’élite intellectuelle française et étrangère » C’est là qu’elle va rencontrer André Malraux en 1933, lui-même en train de se séparer de Clara. De cette relation naîtront deux enfants. Toute leur histoire d’amour est racontée entre les pages 101 et 106 d’ André Malraux, une passion d’Anissa Benzakour-Chami paru en 2001 ou encore dans l’ouvrage de sa meilleure amie Suzanne Chantal, Le Cœur battant paru chez Grasset en 1976. Elle mourra accidentellement le 12 novembre 1944 en glissant d’un marchepied dans une gare, coupée en deux par un train à l’âge de 34 ans. (éléments tirés de Véronique Ginouvès, article Josette Clotis, Calendrier de l’Avent du domaine public 27.12.2014.)

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Combe T – Enfant de Commune

Enfant de Commune - T. Combe - Bibliothèque numérique romande - Jean-Henri Baumann, Johann Jakob Sperli le Vieux, Frédéric Jeanneret La Chaux-de-Fonds vue du NordCombe T – Enfant de Commune : Quand on est «enfant de commune», un enfant placé à la charge de la commune, la vie n’est-elle pas mal commencée ? Donat en fait l’expérience : sa mère est décédée et son père emprisonné. «Misé» c’est-à-dire que les autorités communales accordent au moins «demandant», la charge de sa garde, il entre au service d’une famille de paysans de la région. Exploité, mal nourri, à la fois ouvrier non payé et garde d’un bébé, lui aussi placé, qui pleure toutes les nuits, il est si fatigué à l’école qu’il dort sur sa table. Pour s’en sortir, il devra se battre contre les idées reçues…

Mais bien entouré et conseillé, il devient un brillant étudiant, réussissant magnifiquement son brevet d’instituteur. Les retours de son père après chaque peine vont ruiner sa carrière et une terrible désillusion sentimentale lui porteront de rudes coups….

Un sujet délicat fort bien traité par T. Combe (Adèle Huguenin Vuillemin) : celui des orphelins « enfants de commune ». Un roman sociologique de T. Combe qui sait camper des personnages finement décrits, dans leurs ombres et leurs lumières, où l’on découvre la face cachée de la prise en charge des orphelins dans le Neuchâtel du début du 20e siècle et bien d’autres aspects peu connus de la société neuchâteloise de l’époque. À lire.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Rousseau Jean-Jacques – Émile ou De l’Éducation (livres III à V)

Émile ou De l'Éducation - Jean-Jacques Rousseau - Bibliothèque numérique romandeRousseau Jean-Jacques – Émile ou De l’Éducation (livres III à V) : Publié en 1762, la même année que le Contrat Social, Émile est l’« exposé fictif d’une éducation idéale »*, exposé qui fait écho aux thèses philosophiques de l’auteur. Émile, issu d’une riche famille, est éduqué à la campagne, en vase clos, loin de l’influence corruptrice de la société. Son précepteur, porte-parole du philosophe, lui prodigue une éducation libre et sur mesure qui fait une large part aux sens et à l’expérience. Prenant le contrepied de la pédagogie traditionnelle, il bannit tous les livres, hormis celui de la Nature, au contact de laquelle le jeune enfant va aguerrir son corps et développer une intelligence pratique du monde (Livres I & II, publication BNR du 30.10.2014).

Dans les livres III à V que nous vous proposons ici, Émile, à 12 ans (livre III), apprend à déchiffrer la nature, en tire ses premières leçons de géographie, de physique et d’astronomie et fait l’apprentissage d’un métier manuel. Puis l’approche de la puberté (livre IV) devient le signal de son ouverture au monde et de l’étude de l’histoire. Il est grand temps de donner à Émile une éducation religieuse. Ce sera la célèbre Profession de foi du Vicaire Savoyard, dont les thèses, profondément subversives, valurent au philosophe de virulentes condamnations, tant en France qu’à Genève. Le Livre V (Sophie ou la femme) correspond à l’initiation sociale et amoureuse. Rousseau en profite pour aborder le thème de l’éducation des filles qu’il rejette, le pire fléau étant selon lui, la femme d’esprit. Sophie restera donc ignorante et se bornera à remplir docilement son double destin d’épouse et de mère. Mais avant de permettre à Émile de se marier, son précepteur l’emmène dans un voyage de deux ans au cours duquel ils étudient les infinies variations du pacte social. À son retour, Émile épouse Sophie, mais n’accèdera pas pour autant à l’autonomie de l’adulte. Apprenant qu’il va être père, il supplie son gouverneur de rester auprès de lui pour le guider et élever ses futurs enfants : « tant que je vivrai, s’écrie-t-il, j’aurai besoin de vous ».

Ouvrage polémique et controversé en raison de sa profonde originalité et de son scepticisme religieux, Émile connut un grand retentissement. Il fut accueilli avec enthousiasme par sa génération, en particulier par les femmes de la haute société qui virent en Rousseau « l’artisan de la libération et du bonheur de l’enfant »**. Certes, écrit en 1762, bien des avancées de la pédagogie, de la psychologie ou de la physiologie de l’enfant y sont ignorées. Certes, les limites de Jean-Jacques Rousseau y sont perceptibles. Mais nous voulons en souligner les étonnantes intuitions et son aspect révolutionnaire à son époque, qui lui valut, d’ailleurs, bien des critiques. Depuis, malgré ses incohérences et paradoxes, Émile a inspiré de nombreux mouvements de réforme de l’éducation et représente, encore de nos jours, une référence incontournable dans le domaine de la pédagogie enfantine. (*Jacques Berchtold, « Une instruction en diptyque sur le droit jugement : Rousseau juge de Jean-Jacques, complément de l’Émile », in Éduquer selon la nature. 16 études sur Émile de Rousseau, sous la direction de Claude Habib (Paris, Desjonquières 2012), 188. **Peter Jimack, Rousseau: Emile (Londre, Grant and Cutler 1983), 46 (traduction).)

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Rousseau Jean-Jacques – Émile ou De l’Éducation livres I et II

Rousseau Jean-Jacques – Émile ou De l’Éducation livres I et II - Bibliothèque numérique romandeRousseau Jean-Jacques – Émile ou De l’Éducation livres I et II : Nous ne présenterons pas Émile ou De l’Éducation qui est toujours, selon Wikipédia, un des ouvrages les plus lus et les plus populaires sur l’éducation. Certes, écrit en 1762, bien des avancées de la pédagogie, de la psychologie ou de la physiologie de l’enfant y sont ignorées. Certes, les limites de Jean-Jacques Rousseau y sont perceptibles. Mais nous voulons en souligner les étonnantes intuitions et  son aspect révolutionnaire à son époque, qui lui valut, d’ailleurs, bien des critiques bien pensantes. Rappelons aussi son influence profonde sur le développement de la pédagogie dont nous sommes, encore aujourd’hui, les héritiers. Les livres I et II, présentés ici, traitent du développement et de l’éducation de l’enfant jusqu’à environ  douze ans.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Charrière Isabelle de – Sir Walter Finch et son fils William

Charrière Isabelle de - Sir Walter Finch et son fils William - Bibliothèque numérique romandeCharrière Isabelle de – Sir Walter Finch et son fils William : Sir Walter Finch et son fils William est le journal intime qu’écrit un père à l’intention de son fils nouveau-né qui vient de perdre sa mère. Acquis aux idées des Lumières, il lui confiera dans ce journal, au fil des années, son éducation et ses choix puis le lui remettra à sa majorité : «Mon fils, je vous enverrai à l’heure même tout ce gros cahier. Lisez, méditez ; c’est à vous d’achever de corriger, de perfectionner votre éducation. Nul homme ne peut réunir tous les talents, tous les succès, toutes les jouissances. D’après votre capacité la plus marquée et vos goûts les plus chers, il faut choisir ce qui vous convient le mieux, puis renoncer au reste.» À cette partie s’ajoute une Suite des Finch dans laquelle le fils, devenu adulte, répond à son père, parti aux Amériques, dans un journal qu’il écrit à son intention.

«Ce petit livre m’a beaucoup plu dans son style. Un langage très pointu […] agréable à lire. On est imprégné d’une ambiance de milieu aristocratique dans lequel on prendrait bien part. On a envie […] de prendre notre thé en compagnie de Sir Walter Finch pour discuter sur la condition de la femme (il faut bien avouer qu’il a une vision assez particulière de la place de la femme dans la société du 18e siècle) et de l’éducation à donner à son fils. Un très bon moment lecture accompagné de «Tea» et de viennoiseries françaises. Ce livre vous fera voyager dans un «whisky» (rien n’avoir avec une certaine boisson, il s’agit d’une voiture légère à la mode en Angleterre à cette époque-là) entre l’Angleterre et la France en passant par l’Écosse.» (Serialectrices Blog)

Isabelle de Charrière, dite Belle de Zuylen dans sa jeunesse, est née van Tuyll van Serooskerken, près d’Utrech dans une famille de la haute noblesse. Elle écrit en français, la langue internationale de l’époque. À trente ans, elle épouse Charles-Emmanuel de Charrière de Penthaz et s’établit à Colombier près de Neuchâtel. Sans « l’enrôler sous la bannière du féminisme », son aspiration à des destinées différentes pour les femmes de son époque l’a conduite à une réflexion sur l’éducation telle que, dans ce livre, la relation de l’éducation d’un fils par son père.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-MobipocketHTML – word-ODT

Reber J.-F. – Loin vers l’infini

Reber J.-F. - Loin vers l'infini - Bibliothèque numérique romande

Reber J.-F. – Loin vers l’infini : Journal d’une expédition à pied imaginaire entre les Alpes suisses et Gênes par un groupe d’une vingtaine de jeunes, accompagné d’adultes, ce récit est un concentré des souvenirs de toutes les marches de l’auteur avec des jeunes. Mais la particularité de ce groupe-ci, c’est qu’une partie des participants sont des jeunes gens d’une institution pour adolescents en difficulté, volontaires pour cette aventure.

On découvre beaucoup de beaux paysages, quelques situations rocambolesques, mais – aussi et surtout – le voyage intérieur des participants, adultes et adolescents. Ils vont être confrontés les uns aux autres, devront apprendre à s’entraider, à se parler, à s’interroger sur leurs motivations, à se souvenir qu’ils ont une famille. Ils vont parfois se fâcher, pleurer, fuguer, mais le résultat, à l’arrivée, est qu’ils ont évolué et qu’une grande solidarité est apparue.

L’auteur croit en « la valeur salvatrice de la marche où chacun est responsable de soi-même » et sait transmettre son enthousiasme pour ces belles expériences.

Téléchargements : ePub – PDFPDF A5Kindle-Mobipocketword-ODT