Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Catégorie : Ici et à côté

Ramuz Charles Ferdinand – Les Circonstances de la Vie

Ramuz Charles Ferdinand - Les Circonstances de la Vie - Bibliothèque numérique romande - photo Sylvie SavaryRamuz Charles Ferdinand – Les Circonstances de la Vie  : Inspiré du réalisme des romans de Flaubert, c’est le récit de la vie du notaire Émile Magnenat. Marié sans passion avec Hélène, une jeune fille de bonne famille, il mène une vie tranquille et morne dans une petite bourgade. L’arrivée de Frieda, une employée de maison alémanique, ambitieuse et sans scrupules, va tout bouleverser.

Dans ce roman qui oppose deux mondes, celui de la campagne et celui de la ville, Ramuz se livre à une satire, souvent ironique, de ce monde bourgeois qu’il détestait.

Charles Ferdinand Ramuz est né en 1878 à Lausanne, en Suisse, de parents commerçants. Après des études de lettres à Lausanne, il part pour Paris, où il séjournera régulièrement jusqu’en 1914, tout en participant à la vie littéraire romande. Son premier roman, Aline (1905), est un succès. Suivront jusqu’en 1911 des romans centrés sur un personnage (dont Vie de Samuel Belet, Aimé Pache, peintre vaudoisJean-Luc persécuté).  En 1914, il revient vivre définitivement en Suisse. Avec La guerre dans le Haut-Pays (1915), Le règne de l’esprit malin (1917), La guérison des maladies (1917), il renonce au roman explicatif pour décrire des communautés aux prises avec les forces du mal, la guerre, la fin du monde. Il développe une nouvelle langue plus proche du langage parlé – au grand dam des puristes – abandonnant la narration linéaire et introduisant le « on » comme l’expression d’une collectivité. Il décédera en 1947 à Pully, près de Lausanne.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Voltaire – L’Homme aux quarante écus

Voltaire - L'Homme aux quarante écus - Bibliothèque numérique romande - Maquette Laura Barr-Wells photo G. GaritanVoltaire – L’Homme aux quarante écus : C’est l’histoire d’un mec…un agriculteur raisonnablement naïf avec un petit terrain. Quarante écus, c’est ce que pourrait lui rapporter son bien. Pourquoi quarante écus ? C’est la somme qu’on obtient en divisant le nombre d’arpents du royaume par le nombre de ses sujets, et de la rente associée à la surface correspondante. Certain verront là la première ébauche d’un revenu de solidarité active, comme le propose Wikipédia.

Des revenus modestes qui seraient suffisants… sauf qu’il y a les impôts et les taxes qui lui en mangent la moitié. Déconfit, l’homme va voir un spécialiste, le géomètre, qui lui explique bien des choses : ce qui n’empêchera pas l’homme d’être ruiné et emprisonné…S’il s’en sort et se marie, son besoin de comprendre n’est pas assouvi.

Dans ce pamphlet féroce contre les technocrates de l’époque, Voltaire s’y révèle un économiste quasi prophétique. Si d’autres peuvent trouver décousus cette suite de dialogues et de petites histoires où la caricature alterne avec l’ironie, Voltaire répond par avance : « C’est le sort de toutes les conversations de passer d’un sujet à un autre »

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Ramuz Charles Ferdinand – La Guerre dans le Haut-Pays

La Guerre dans le Haut-Pays - Charles Ferdinand Ramuz - Bibliothèque numérique romande - Francis Chaurel Les Ormonts un petit matin de marsRamuz Charles Ferdinand – La Guerre dans le Haut-Pays : En 1797, les idées révolutionnaires arrivent de France dans les Préalpes vaudoises, jusqu’à la vallée des Ormonts, dans le canton de Vaud. Le Bas de la vallée est déjà acquis aux nouvelles idées, mais le Haut, très conservateur, reste attaché au canton de Berne. Dans ce contexte historique tendu, les villages du Haut se rassemblent pour résister à l’ennemi du Bas ; seuls deux individus sont tentés par la Révolution : le vieux soldat un peu anarchiste Ansermoz et David, le fils du plus virulent conservateur antirévolutionnaire, qui va le renier pour ses idées libertaires. David quitte donc son père et son village pour aller s’engager avec les soldats du Bas.

Le malheur est que David est très amoureux de Félicie et ne vivra que pour la revoir et lui dire qu’il l’aime. Pendant ce temps, restée au village, Félicie se morfond en silence et tombe dans une folie désespérée, malgré les tendres attentions de son père. Jusqu’au jour où, mue par son instinct amoureux, elle se lève et part seule à la recherche de David dans la montagne. La fin n’est pas en forme de happy end, on s’en doute, elle sera douloureuse et brutale pour les deux amoureux.

Ramuz nous livre une magnifique et tragique description du combat entre l’amour et la politique, du conflit de génération entre père et fils,  des tensions entre le Haut et le Bas qui divisent les habitants de cette vallée. Ce roman, comme plusieurs autres de Ramuz, a été adapté au cinéma par un réalisateur suisse, en l’occurrence Francis Reusser, qui transcrit admirablement les déchirements provoqués par cette guerre dans la communauté montagnarde et paysanne des Ormonts.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Ramuz Charles Ferdinand – Passage du poète

Ramuz Charles Ferdinand - Passage du poète - Bibliothèque numérique romande - Photo Sylvie SavaryRamuz Charles Ferdinand – Passage du poète : Besson le vannier, arrive au printemps dans un village du vignoble de Lavaux, au-dessus du Lac Léman. Il vient y travailler le temps d’une saison. Sur son passage, on rencontre différents personnages – vigneron, fossoyeur, pêcheur. Chacun est pris dans ses petits soucis. Besson, avec sa tranquillité silencieuse, s’intègre sans s’intégrer, ce sont les autres qui modifient leur regard sur leur quotidien. À la fin de l’été, une fête des vignerons réunit tout le monde, et Besson s’en repart, dans le silence de la nuit.

Un récit poétique et envoûtant, dont Ramuz disait qu’il était un de ses préférés.

 « Un poète est venu, on ne l’a pas reconnu et on ne sait pas qui il est.

C’est simplement un homme, un homme parmi les hommes, un homme comme les autres hommes. »

Charles Ferdinand Ramuz est né en 1878 à Lausanne, en Suisse, de parents commerçants. Après des études de lettres à Lausanne, il part pour Paris, où il séjournera régulièrement jusqu’en 1914, tout en participant à la vie littéraire romande. Son premier roman, Aline (1905), est un succès. Suivront jusqu’en 1911 des romans centrés sur un personnage (dont Vie de Samuel Belet, Aimé Pache, peintre vaudoisJean-Luc persécuté).  En 1914, il revient vivre définitivement en Suisse. Avec La guerre dans le Haut-Pays (1915), Le règne de l’esprit malin (1917), La guérison des maladies (1917), il renonce au roman explicatif pour décrire des communautés aux prises avec les forces du mal, la guerre, la fin du monde. Il développe une nouvelle langue plus proche du langage parlé – au grand dam des puristes – abandonnant la narration linéaire et introduisant le « on » comme l’expression d’une collectivité. Il décédera en 1947 à Pully, près de Lausanne.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Ramuz Charles Ferdinand – Le Garçon Savoyard

Ramuz Charles Ferdinand - Le Garçon Savoyard - Bibliothèque numérique romande - Sylvie Savary barque du LémanRamuz Charles Ferdinand – Le Garçon Savoyard : Vrai ou Faux ? Apparence ou Réalité ? Joseph est marinier sur la Vaudaire, une des dernières barques à voile du Léman, bientôt remplacée par un chaland à moteur. Rêvant d’ailleurs et d’évasion, il part errer dans Lausanne et tombe sur le spectacle d’un cirque ambulant. Une acrobate le bouleverse dans sa grâce aérienne et sa perfection irréelle. Georgette, sa fiancée, elle, bien qu’une beauté du village, a des ongles cassés par le jardinage, une dent de travers et une tache de naissance. Mais la beauté est-elle de ce monde ? Entre la vie quotidienne et le rêve Joseph voudrait choisir. Il croit retrouver cet idéal en Mercédès la serveuse mais réalise l’artifice qui fait sa beauté, le « faux » de son apparence. Épris d’absolu, dérouté par le prosaïsme de sa vie et incapable de réaliser un monde dans lequel Beau et Vrai pourraient cohabiter, Joseph ne pourra supporter cette révélation.

Bien que peu connu, Le Garçon Savoyard est peut-être l’un des plus achevé des romans de Ramuz. Comme l’écrit Pierre Monnier, « la stylisation de la matière et de l’expression font de Ramuz le maître du roman poétique. »  (La République des Lettres, Paris, dimanche 25 mars 2018.)

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Reymond Lucien – Les Contrebandiers du Risoux

Reymond Lucien – Les Contrebandiers du Risoux - Bibliothèque numérique romande - Crox Lac de Joux et lac de BrenetReymond Lucien – Les Contrebandiers du Risoux : Le plus connu des romans de Lucien Reymond, un roman combier où souffle le grand vent de l’aventure. Lucien Reymond, nous mène, avec gabelous et contrebandiers, au travers de ce Risoux qu’il connaît si bien. Non seulement il connait les lieux avec une précision géographique mais aussi ses habitants, qu’ils soient situés d’un côté ou de l’autre de la frontière. Ce qui lui permet de narrer une aventure ayant réellement eu lieu, une excellente esquisse historique de ce grand mouvement de contrebande qui a existé dans ces deux régions voisines au début du 19e siècle.

Lucien Reymond (1828-1901) était garde-forestier chef. La forêt du Risoud fut son hobby et son lieu de combat. Il fallait la protéger et tout faire pour qu’il nous en reste au moins quelques parcelles vis-à-vis d’un état vorace et peu soucieux de satisfaire une population de montagne que LL.EE. (de Berne), sur ce sujet, avait déjà douchée plus d’une fois. Membre du Grand-Conseil vaudois, il fut le premier, à la Vallée, a établir une pension de famille, et une brasserie qui semble, plus que de lui avoir rapporté quelque argent, lui avoir donné suffisamment de difficultés à moudre pour une bonne partie de sa carrière professionnelle. Ces multiples activités n’empêchaient nullement Lucien Reymond de prendre la plume. Il fut un polémiste et écrivain prolifique. Ses ouvrages, historiques ou littéraires, se comptent par dizaines (d’après http://www.histoirevalleedejoux.ch).

Téléchargements : ePub – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Ramuz Charles Ferdinand – Aline

Ramuz Charles Ferdinand - Aline - Biblithèque numérique romande - Laura Barr-Wells ballade vers FroidevilleRamuz Charles Ferdinand – Aline : Aline est une jeune paysanne qui vit seule avec sa mère. Un soir d’été, elle rencontre Julien, le séducteur du village. Ils se donnent rendez-vous le lendemain soir, puis le surlendemain, puis encore, jusqu’à ce que la mère se doute de quelque chose et défende à Aline de sortir. L’amour va braver tous les interdits, mais plus Aline s’éprend de Julien, plus celui-ci s’échappe. Jusqu’au drame.

Aline est l’un des romans les plus connus de Ramuz, le premier qui l’a révélé au grand public. Charles Ferdinand Ramuz est né en 1878 à Lausanne, en Suisse. Après des études de lettres à Lausanne, il part pour Paris, où il séjournera régulièrement jusqu’en 1914, tout en participant à la vie littéraire romande. Au fil de ses nombreux romans, il développe une nouvelle langue plus proche du langage parlé, abandonnant la narration linéaire et introduisant le « on » comme l’expression d’une collectivité. Il décédera en 1947 à Pully, près de Lausanne.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Ramuz Charles Ferdinand – Jean-Luc persécuté

Ramuz Charles Ferdinand - Jean-Luc persécuté - Bibliothèque numérique romande - photo Sylvie SavaryRamuz Charles Ferdinand – Jean-Luc persécuté : Dans un village valaisan habité par des paysans et des artisans qui se connaissent tous, Jean-Luc Robille est marié à Christine, ils ont un fils, et la vie s’écoule paisiblement entre travaux des champs et réunions de village au café ou à l’église.

Jusqu’au moment où Jean-Luc découvre que sa femme revoit en cachette son ancien amoureux Augustin. Dès ce jour, Jean-Luc quitte le foyer et retourne chez sa mère ; il revient quelques mois plus tard vers sa femme, revivre quelques instants de bonheur en famille, après lui avoir pardonné son inconduite. Quelques semaines plus tard Christine récidive, il la chasse alors définitivement, s’occupe avec amour de leur fils, mais sa vie bascule un jour de Mardi Gras : Jean-Luc sombre dans l’alcoolisme et la folie, qui le mèneront à des souffrances et des atrocités terrifiantes.

Premier roman valaisan de Ramuz, après plusieurs séjours à Lens et à Chandolin, il frappe par sa violence psychologique et le peu de moments de répit dans ce destin terrible. C’est une tragédie à l’antique, Jean-Luc est « persécuté » comme le Christ l’a été avant de mourir sur la croix, mais, lui, mourra dans le feu de l’enfer…

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Ramuz Charles Ferdinand – Vie de Samuel Belet

Ramuz Charles Ferdinand - Vie de Samuel Belet - Bibliothèque numérique romande - Sylvie Savary Lavaux et LémanRamuz Charles Ferdinand – Vie de Samuel Belet : Samuel Belet est un jeune valet de ferme dans le canton de Vaud. À la suite d’un amour malheureux, il devient domestique de campagne et travaille pour différents patrons, d’abord en Suisse, puis en Savoie où il apprend, sur le tas, le métier de maçon et de charpentier. Il paraît indifférent à tout et reste confiné dans son chagrin d’amour. Quand son compagnon charpentier le convainc d’aller avec lui à Paris, il part tenter sa chance et vivra là-bas plusieurs années de petits boulots et de galère. Lorsqu’éclate la guerre entre la France et la Prusse, Samuel revient sur les bords du lac Léman et épouse Louise, une jeune femme veuve, mère d’un petit enfant de 6 ans. Ce sera une période de bonheur, avant une nouvelle épreuve, la plus terrible.

Œuvre poétique et délicate, écrite par Ramuz pendant son long séjour à Paris, Vie de Samuel Belet met en scène un homme du peuple, tourmenté, attaché à sa terre et à son lac. Confronté à de nombreuses épreuves durant sa jeunesse, Samuel Belet devra aller au bout de lui-même pour trouver finalement la paix intérieure et comprendre que l’amour véritable est celui qui ne réclame rien pour soi.

Charles Ferdinand Ramuz est né en 1878 à Lausanne, en Suisse, de parents commerçants. Après des études de lettres à Lausanne, il part pour Paris, où il séjournera régulièrement jusqu’en 1914, tout en participant à la vie littéraire romande. Son premier roman, Aline (1905), est un succès. Suivront jusqu’en 1911 des romans centrés sur un personnage (dont Vie de Samuel Belet, Aimé Pache, peintre vaudoisJean-Luc persécuté).  En 1914, il revient vivre définitivement en Suisse. Avec La guerre dans le Haut-Pays (1915), Le règne de l’esprit malin (1917), La guérison des maladies (1917), il renonce au roman explicatif pour décrire des communautés aux prises avec les forces du mal, la guerre, la fin du monde. Il développe une nouvelle langue plus proche du langage parlé – au grand dam des puristes – abandonnant la narration linéaire et introduisant le « on » comme l’expression d’une collectivité. Il décédera en 1947 à Pully, près de Lausanne.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Ramuz Charles Ferdinand – La Grande Peur dans la Montagne

Ramuz Charles Ferdinand - La Grande Peur dans la Montagne - Bibliothèque numérique romande - F. Chaurel Sex Rouge vu des Prèzes-d'en-basRamuz Charles Ferdinand – La Grande Peur dans la Montagne : Les pâturages du plateau qui surplombe Sasseneire sont-ils maudits ? Dans ce petit village des Alpes du Valais suisse, de la bonne herbe est ainsi laissée à l’abandon. Que s’est-il passé il y a vingt ans ? Les anciens en parlent avec effroi comme d’un grand malheur. Nul, après tout ce temps, ne sait plus ce qu’a vraiment été cette histoire de maladie de bêtes dont les détails sont perdus.

La jeunesse balaie les anciennes peurs et décide que ces pâturages doivent à nouveau être utiles aux bêtes du village. Une nouvelle expédition à l’alpage est décidée avec un petit groupe d’hommes : Le Maître, son neveu Barthélémy, seul « rescapé de la précédente expédition » et qui se croit à l’abri avec son petit papier magique, Romain , Julien, un jeune amoureux, et enfin Clou. La désapprobation des anciens n’y changera rien et leurs avertissements resteront lettre morte. La vie s’organise au chalet d’alpage planté au milieu d’un décor que C. F. Ramuz nous décrit avec talent. Avec lui, la montagne devient un personnage à part entière, elle s’anime avec sa grandeur et sa puissance qui domine les hommes. La montagne a ses secrets et ses mystères qui nous fait nous sentir bien petits et à la merci des éléments. Peu à peu la peur tisse sa toile dans le groupe. Y a-t-il vraiment une malédiction attachée à cette terre ? Les anciens avaient-ils raison ? La nature ne laissera aucun répit aux hommes présents là-haut, ni la maladie. Une lente descente aux enfers personnelle et collective. La nature est-elle plus forte que les hommes qui ne peuvent que l’écouter et rester humbles ?

Charles Ferdinand Ramuz est né en 1878 à Lausanne, en Suisse, de parents commerçants. Après des études de lettres à Lausanne, il part pour Paris, où il séjournera régulièrement jusqu’en 1914, tout en participant à la vie littéraire romande. En 1903 il publie Le petit village, un recueil de poèmes. Son premier roman, Aline (1905), est un succès. Suivront jusqu’en 1911 des romans centrés sur un personnage (dont Vie de Samuel Belet, Aimé Pache, peintre vaudoisJean-Luc persécuté).  En 1914, il revient vivre définitivement en Suisse. Il fonde les Cahiers vaudois avec Edmond Gilliard et Paul Budry. Avec La guerre dans le Haut-Pays (1915), Le règne de l’esprit malin (1917), La guérison des maladies (1917), il renonce au roman explicatif pour décrire des communautés aux prises avec les forces du mal, la guerre, la fin du monde. Il développe une nouvelle langue plus proche du langage parlé – au grand dam des puristes – abandonnant la narration linéaire et introduisant le « on » comme l’expression d’une collectivité.

Les années d’après guerre sont marquées par les difficultés financières. En 1924, Ramuz signe un contrat chez l’éditeur Grasset. C’est entre 1926 et 1937 que paraissent les grands romans tels que La grande peur dans la montagne (1925-26), La beauté sur la terre (1927), Farinet (1932), Derborence (1934), Le garçon savoyard (1936), Si le soleil ne revenait pas (1937). Le Grand Prix Schiller lui est remis en 1936. Lorsque son ami et éditeur lausannois Henry-Louis Mermod lui propose la publication de ses œuvres complètes en 1940-41, Ramuz relit et corrige tous ses textes. Il décède en 1947 à Pully près de Lausanne.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Page 1 sur 251234567Dernière page »
Bibliothèque numérique romande 2012 - 2017 Frontier Theme