Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Montolieu Isabelle de – Caroline de Lichtfield (tome 3)

Montolieu Isabelle de - Les Châteaux suisses 3 - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells Château du nord vaudoisMontolieu Isabelle de – Caroline de Lichtfield (tome 3) : Caroline tente, sans succès de faire comprendre son amour à son mari alors que celui-ci est à Berlin en train de faire annuler son mariage. Elle part le rejoindre. Cependant, Lindorf, en Angleterre, découvre la vérité de ses sentiments et revient précipitamment en Allemagne. Mathilde, pour sa part, décide d’échapper à sa tante et au mariage. Tout ce monde se retrouvera sur la route, devant une auberge, où la vérité éclatera. (suite…)

Montolieu Isabelle de – Caroline de Lichtfield (tome 2)

Montolieu Isabelle de - Caroline de Lichtfield (tome 2) - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells Château du Nord vaudoisMontolieu Isabelle de – Caroline de Lichtfield (tome 2) : Lindorf écrit à Caroline combien il est malheureux d’avoir tiré sur le comte de Walstein le croyant amoureux de la fille de ferme que lui-même désirait pour compagne. Son récit met en évidence les qualités du comte de Walstein: il excuse Lindorf, a établi Louise la fille de ferme, et comprend que Caroline n’ait pas été conquise par son aspect physique. À la lecture du cahier de Lindorf, Caroline tombe peu à peu amoureuse de son mari qu’elle n’as pas revu. Qui de Lindorf ou Walstein conquerra-t-il l’amour de Caroline? (suite…)

Montolieu Isabelle de – Caroline de Lichtfield (tome 1)

Montolieu Isabelle de - Caroline de Lichtfield 1 - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells Château du nord vaudoisMontolieu Isabelle de – Caroline de Lichtfield (tome 1) : Caroline de Lichtfield est une jeune fille de quinze ans, pourvue de toutes les qualités. Elle vit à la campagne près de Berlin avec la chanoinesse baronne de Rindaw, qui lui tient lieu de mère. Son père, dévoré d’ambition, souhaite lui faire épouser le favori du roi, le comte de Walstein, ambassadeur en Russie. D’abord enthousiaste à cette perspective, Caroline est horrifiée par le physique monstrueux du comte lorsqu’elle le rencontre pour la première fois. (suite…)

Hamilton Alexander Madison James Jay John – Le Fédéraliste (1792) (tome second)

Hamilton Alexander Madison James Jay John - Le Fédéraliste (1792) 2 - Bibliothèque numérique romande - Maquette Laura Barr-WellsHamilton Alexander Madison James Jay John – Le Fédéraliste (1792) (tome second) :  Le Fédéraliste, ou Collection de quelques Écrits en faveur de la Constitution proposée aux États-Unis de l’Amérique, par la Convention convoquée en 1787, publiés par MM. Hamilton, Madisson [sic] et Gay [sic], Paris, Buisson, 1792, vol. 2.

Les 85 articles du Fédéraliste représentent un tour de force aussi bien politique qu’intellectuel. Dans leur analyse de la nouvelle constitution, les auteurs défendent avec brio un document non pas idéal, mais nécessaire à leurs yeux pour former «a more perfect union». Le texte constitutionnel voté à Philadelphie en septembre 1787 tente en effet de concilier les petits et les grands États, ceux du Nord et ceux du Sud. Il est donc le fruit de multiples compromis, au premier rang desquels figure la question délicate de la représentation politique. Or celle-ci, explique Magali Bessone, «est compliquée par l’hésitation qui touche le statut à la fois ontologique et politique d’une certaine catégorie “d’autres personnes”, les esclaves, à propos desquels les Constituants proposent un compromis tristement célèbre, connu sous le nom de “clause des trois-cinquièmes”.» (suite…)

Hamilton Alexander Madison James Jay John – Le Fédéraliste (1792) (tome premier)

Hamilton Alexander Madison James Jay John - Le Fédéraliste (1792) 1 - Bibliothèque numérique romande - Maquette Laura Barr-WellsHamilton Alexander Madison James Jay John – Le Fédéraliste (1792) (tome premier) : Le Fédéraliste, ou Collection de quelques Écrits en faveur de la Constitution proposée aux États-Unis de l’Amérique, par la Convention convoquée en 1787, publiés par MM. Hamilton, Madisson [sic] et Gay [sic], Paris, Buisson, 1792, tome 1.

Le Fédéraliste réunit les 85 essais publiés dans la presse new-yorkaise par Hamilton, Madison et Jay entre octobre 1787 et juillet 1788. Les auteurs, écrivant sous le pseudonyme de Publius, s’étaient donné pour mission de convaincre les citoyens de l’État de New York de ratifier la constitution adoptée à la Convention de Philadelphie le 17 septembre 1787. L’enjeu était de taille. Il s’agissait de doter l’Amérique d’un véritable gouvernement fédéral, composé de trois branches distinctes modérées par un système de checks and balances, et surtout capable «[d’] avoir une action directe sur la personne des citoyens» (chapitre 16). Le combat fut âpre et l’opposition virulente. Dans leur propre campagne de presse, les ‘anti-fédéralistes’ défendaient avec véhémence la souveraineté des treize anciennes colonies et voyaient d’un mauvais œil un système fédéral qui, sous couvert d’une union plus forte, menaçait de porter atteinte aux libertés acquises sous la Révolution. (suite…)

Voltaire – L’Homme aux quarante écus

Voltaire - L'Homme aux quarante écus - Bibliothèque numérique romande - Maquette Laura Barr-Wells photo G. GaritanVoltaire – L’Homme aux quarante écus : C’est l’histoire d’un mec…un agriculteur raisonnablement naïf avec un petit terrain. Quarante écus, c’est ce que pourrait lui rapporter son bien. Pourquoi quarante écus ? C’est la somme qu’on obtient en divisant le nombre d’arpents du royaume par le nombre de ses sujets, et de la rente associée à la surface correspondante. Certain verront là la première ébauche d’un revenu de solidarité active, comme le propose Wikipédia.

Des revenus modestes qui seraient suffisants… sauf qu’il y a les impôts et les taxes qui lui en mangent la moitié. Déconfit, l’homme va voir un spécialiste, le géomètre, qui lui explique bien des choses : ce qui n’empêchera pas l’homme d’être ruiné et emprisonné…S’il s’en sort et se marie, son besoin de comprendre n’est pas assouvi.

Dans ce pamphlet féroce contre les technocrates de l’époque, Voltaire s’y révèle un économiste quasi prophétique. Si d’autres peuvent trouver décousus cette suite de dialogues et de petites histoires où la caricature alterne avec l’ironie, Voltaire répond par avance : « C’est le sort de toutes les conversations de passer d’un sujet à un autre »

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT