Rosny aîné J.-H. – Les Navigateurs de l’Infini

Rosny aîné J.-H. - Les Navigateurs de l'Infini - Bibliothèque numérique romande - NASA photo montrant l'atmosphère de MarsRosny aîné J.-H. – Les Navigateurs de l’Infini (suivi de Les Astronautes) : Le Stellarium ! Un vaisseau spatial et une découverte qui permet à trois hommes, de partir à la découverte de Mars. Un long voyage. À l’arrivée, une planète qu’ils vont explorer et dont ils découvrent les habitants, des êtres de différentes natures. Les Tripèdes, un race pacifique, ressemble le plus aux hommes. Les Zoomorphes, aux formes d’animaux préhistoriques de toutes tailles sont, eux composés d’une matière minérale. Ils envahissent peu à peu les territoires des Tripèdes. Et enfin, les Éthéraux, êtres aériens composés de rayonnements. Sera-t-il possible de communiquer avec eux ?

C’est avec les Tripèdes que les Terriens trouveront le plus de contact, grâce à leur moyen de communication par signaux de style Morse et leur intelligence immense : « Leurs visages même, malgré leurs six yeux et l’absence de nez, leurs visages dont la peau était nue, suggéraient je ne sais quoi d’homologue à notre espèce… » Les trois Terriens feront leur possible, grâce à leurs connaissances scientifiques, pour aider les Tripèdes à arrêter la progression destructrice des Zoomorphes, qui peu à peu anéantit une civilisation résignée et peu encline à l’initiative.

Le narrateur tombe amoureux d’une des créatures féminines, Grâce, la fille du Chef implicite. Après un deuxième voyage (chapitre Les Astronautes), accompagnés cette fois de la sœur d’un des héros dont le narrateur est aussi amoureux, les  trois astronautes rentreront sur Terre avec le chef des Tripèdes et sa fille Grâce, qui concevra sur Terre, « un enfant », simple émanation de leurs moments de tendresse et du désir de la mère.

Composé comme le livre de bord de leurs expériences scientifiques et surtout humanistes sur Mars, ce roman datant de 1925 est digne d’un Jules Verne, un des chefs d’œuvre de Rosny aîné où pour la première fois, l’écrivain utilise le terme « astronautique » et imagine un rapprochement entre un mâle terrien et une femelle extraterrestre. Il place au centre de ses livres la communication à l’autre, le risque de disparition d’une race à cause de l’impossibilité de comprendre l’autre (cf. la Mort de la Terre, les Xipéhuz).

Souvent publié sans deuxième partie, « Les Astronautes », nous vous proposons ce livre dans sa version intégrale.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Sand George – André

Sand George - André - Bibliothèque numérique romande - Havang(nl) clocher de la chapelle en ruines de Cluis-dessousSand George – André : Que faire lorsqu’on est chétif et de constitution fragile alors que son père, le marquis de Morand est un propriétaire terrien qui travaille dur, aime la chasse et les activités physique ? André, devenu son souffre-douleur, s’évade du quotidien en se promenant seul pour jouir de la nature. Il aperçoit un jour une jeune fille, belle et douce, parmi les fleurs… Ainsi commence ce conte champêtre auquel vous invite George Sand. Conte ou mélodrame ? Car Geneviève, n’est qu’une fleuriste et l’intérêt pour les fleurs de ces jeunes gens si dépareillés socialement ne peut que développer les médisances.  Le réveil se révèlera brutal et André, malgré l’aide de son ami Jacques, ne parviendra pas vraiment à être à la hauteur de ces enjeux. Écrit à Venise, au printemps 1834, au début de la relation de l’auteure avec Alfred de Musset, ce roman marque, selon Liliane Lascoux, un tournant dans l’inspiration de George Sand, inaugurant un nouveau style mi-réaliste, mi-idéaliste.

George Sand (pseudonyme d’Amantine Aurore Lucile Dupin, baronne Dudevant, 1804-1876) fut écrivaine prolifique (plus de 70 romans et 50 œuvres diverses). Elle prend la défense des femmes, prône la passion, fustige le mariage et lutte contre les préjugés d’une société conservatrice. Elle fait scandale par sa vie amoureuse agitée, sa tenue vestimentaire masculine et son pseudonyme masculin. Malgré de nombreux détracteurs (dont Charles Baudelaire) elle contribue activement à la vie intellectuelle de son époque et s’illustre par un engagement politique à partir de 1848, inspirant Alexandre Ledru-Rollin, participant au lancement de trois journaux : La Cause du peuple, Le Bulletin de la République, l’Éclaireur.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Bove Emmanuel – Une Fugue

Bove Emmanuel - Une Fugue - Bibliothèque numérique romande - Paul Klee Portrait de Mme P. au SudBove Emmanuel – Une Fugue : Louise Assolant est une adolescente de 17 ans, candide et déterminée dans sa quête d’amour ; elle reçoit peu de tendresse de ses parents, qui la considèrent comme une jeune fille à problèmes et la délaissent. Pour attirer l’attention sur elle, Louise fugue et invente toutes sortes d’affabulations auprès d’un avocat un peu fat, qui pourtant la prend au sérieux et va permettre de la retrouver grâce à son intuition. Chez Emmanuel Bove, « la fugue apparaît comme une errance […dans laquelle ] le personnage ne peut se saisir de lui-même que dans la solitude de la chambre-miroir […] Fondées sur l’errance, les conduites spatiales des personnages boviens obéissent à une géométrie rudimentaire[…où] le demi-tour, d’abord, signifie littéralement l’aliénation du personnage, puisqu’il marque le retour au point de départ. » (Clément Frœlicher.)

Ce texte très court et intense, qui se rapproche d’une nouvelle, est construit comme un récit psychologique à suspens. L’auteur a une approche très émotionnelle et empathique de son héroïne, contrairement à d’autres textes où il garde ses distances pour décrire des personnages souvent désespérés. « Un des textes les plus généreux et les plus émouvants de Bove. » (Raymond Cousse).

Écrivain prolixe, révélé par Colette, Emmanuel Bove a connu le succès de son vivant, avant de tomber dans l’oubli, et d’être redécouvert par Peter Handke dans les années 1980. Il est né en 1898 à Paris, mais a fait une partie de ses études au Collège Calvin à Genève, puis a vécu à Vienne et à nouveau à Paris, où il est mort en 1945.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Bove Emmanuel – Un Soir chez Blutel

Bove Emmanuel - Un Soir chet Blutel - Bibliothèque numérique romande - Le Boulevard Voltaire, carte postale ancienne AP, n°504 Bove Emmanuel – Un Soir chez Blutel : Maxime Corton arrive à la gare de l’Est à Paris, de retour de Vienne où il a habité quelque temps. Il espère vivre en paix à Paris. Il prend une chambre très modeste. Il rencontre Madeleine, une prostituée. Après quelque hésitation, il décide de rendre visite à son ancien ami Blutel, qu’il n’a plus revu depuis la fin de la guerre. Lorsqu’ils se trouvent l’un en face de l’autre, ils ne savent pas quoi se dire. Blutel a invité d’autres personnes, qui arrivent au fil de la soirée. C’est une réunion de petits bourgeois, de gens figés dans leur comportement, acceptant leur destin sans rancune ni révolte. La grande guerre plane sur tous ces destins, et sur ce que ses personnages auraient pu devenir sans elle. Bove cisèle leurs portraits, sans prendre parti, ni juger.

On pressent que Maxime restera en dehors de cette société dans laquelle il ne peut plus se reconnaître. Mais il est tard. Maxime a « la faculté, la nuit, de ne pas souffrir. On verra demain. Pour le moment, au milieu de la nuit, tout est bien. Puisque, jusqu’au matin, aucun regret, aucune crainte ne le hanterait, pourquoi souffrirait-il ? ».

Paru en 1927, Un soir chez Blutel est le troisième d’Emmanuel Bove, après « Armand » et « Bécon-les-Bruyères ». En 1928, Bove expliquait sa démarche littéraire ainsi : « Un roman ne doit pas être une chose achevée en soi : c’est-à-dire qu’on ne devrait pas pouvoir isoler un roman de l’œuvre de son auteur, pas plus qu’on ne peut détacher un beau vers d’un poème. Cela ne doit pas donner l’impression d’un ouvrage fini en lui-même, mais faire partie d’un tout. Balzac et Proust ont réussi à produire cette impression en faisant circuler les mêmes personnages dans toute leur œuvre. Ne pourrait-on y arriver sans que les mêmes personnages reviennent, afin d’éviter de se limiter, ou en ne les faisant revenir que par accident ? C’est ce que je voudrais faire, si je réussis à écrire les livres que je désire ». (Candide, 9 février 1928).

Écrivain prolixe, révélé par Colette, Emmanuel Bove a connu le succès de son vivant, avant de tomber dans l’oubli, et d’être redécouvert par Peter Handke dans les années 1980. Il est né en 1898 à Paris, mais a fait une partie de ses études au Collège Calvin à Genève, puis a vécu à Vienne et à nouveau à Paris, où il est mort en 1945.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Sue Eugène – Arthur (tome 2)

Sue, Eugène – Arthur 2 - Bibliothèque numérique romande - Edouard Gärtner Rue-Neuve-Notre-Dame à ParisSue Eugène – Arthur (tome 2) : Après sa dernière rupture, Arthur, désespéré, a accepté l’invitation de Lord Falmouth. Ils partent aider les patriotes grecs. Au cours de démêlés avec des pirates ils se sauvent mutuellement la vie, mais, à nouveau, Arthur met fin brutalement à cette amitié. Déçu des relations sociales occidentales, ils s’établit à Chios avec un harem. Puis, à nouveau, il tombe amoureux… pour son malheur ! Avec Marie, arrivera-t-il enfin à sortir de son scénario destructeur ? À moins que le destin ne le rattrape dans un petit village d’Occitanie ?

Avec Lautréamont (1937), Arthur marque un tournant dans l’œuvre d’Eugène Sue. Il passe du roman d’aventures, notamment maritime, vers des romans de mœurs. Il ne tardera pas à aborder la question sociale dans ses œuvres majeures, Les Mystères de Paris et Le Juif Errant.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Sue Eugène – Arthur (tome 1)

Sue Eugène - Arthur - Bibliothèque numérique romande - Giuseppe Canella Boulevard Montmartre en 1830Sue Eugène – Arthur (tome 1), journal d’un inconnu : Quel drame s’est-il déroulé dans ce petit village retiré d’Occitanie ? Une femme, un homme et leur enfant furent sauvagement assassinés par un mystérieux tueur surgi de nulle part qui, son forfait accompli, disparut sans laisser de trace. Le curé du village et sa sœur en sont encore tout retournés… Le journal laissé par Arthur, la victime, pourra-t-il nous éclairer ?

L’Amour et la Haine ! Arthur, amoureux, se laisse emporter par la force de sa passion et vit sans retenue son bonheur, ses « jours de soleil »… Mais cette intimité, cette proximité, réveille en lui un autre Arthur, méfiant, réservé, cynique. Il imagine de bas intérêts chez la personne qu’il aime, des calculs, des tromperies. La scène où il accable sa partenaire de ses soupçons et de ses hypothèses – et qu’il regrette aussitôt – est si blessante, si méprisante que le lien est à jamais brisé. La répétition de ces scénarios fera son malheur.

Avec Lautréamont (1937), Arthur marque un tournant dans l’œuvre d’Eugène Sue. Il passe du roman d’aventures, notamment maritime, vers des romans de mœurs. Il ne tardera pas à aborder la question sociale dans ses œuvres majeures, Les Mystères de Paris et Le Juif Errant.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Pin It on Pinterest