Bibliothèque numérique romand
Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Bove Emmanuel – Départ dans la nuit

Bove Emmanuel - Départ dans la nuit - Bibliothèque numérique romande - Félix Vallotton Le bois de la GruerieBove Emmanuel – Départ dans la nuit : Des prisonniers de guerre dans un camp allemand… Après bien des hésitations, un petit groupe s’enfuit en tuant deux sentinelles. Mal commencée, cette fuite s’avère difficile, initiation « à la solitude et à la mort ». De dissensions en découragements le groupe s’égaille et le héros arrive seul en France. « Bove dépeint une humanité fondamentalement incapable de transcender sa faiblesse, un monde où la révolte est une illusion, une faiblesse supplémentaire. C’est ce qu’exprime le personnage de Départ dans la nuit et de Non-lieu. Ce dernier n’est pas moins velléitaire que ne l’étaient les personnages des romans précédents, cependant, alors que les autres étaient des velléitaires à priori, il se situe sur l’autre versant de la velléité. Il a, en effet, commis un acte, en l’occurrence le meurtre, d’ailleurs accidentel, de deux sentinelles allemandes. Or, cet acte, bien loin de le libérer, n’aboutit qu’à décupler son irrésolution. » (Élisabeth Poulet, Emmanuel Bove et ses ombres.)

Écrit pendant l’occupation Départ dans la Nuit est publié à Alger où se sont rendus Emmanuel Bove et sa femme. Avec Non-Lieu, ce furent ses dernières œuvres. Les deux livres peuvent être lues indépendamment ou à la suite car Non-Lieu (qui sera notre prochaine publication de cet auteur) reprend là où s’est arrêté Départ dans la Nuit. Malade, Emmanuel Bove décède à Paris du paludisme contracté en Algérie à peu près une année avant la publication de Non-Lieu.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Sand George – Jacques

Sand George - Jacques - Bibliothèque numérique romande - Sylvie Savary brouillard en EngadineSand George – Jacques : Troisième roman après Indiana et Valentine, George Sand écrit ici un roman épistolaire dans le style de la Nouvelle Héloïse. Mais elle donne à un homme le rôle principal et analyse le sentiment amoureux, l’amitié, le mariage, l’éducation et l’égalité des sexes à partir de ses quatre personnages principaux : Fernande a 17 ans et va épouser Jacques, de près de 20 ans son aîné, sur le conseil de sa mère. Ce sera un mariage d’amour, les deux étant très épris. Mais très vite Fernande confie à son amie ses interrogations sur cet homme qui l’impressionne tant. Jacques, à son tour, se confie à Sylvia, une jeune femme recueillie autrefois, en qui il a une totale confiance et dont il serait tombé amoureux si elle n’était peut-être sa sœur… Sylvia, est aimée par Octave, mais elle l’éconduit, incapable d’amour dit-elle, et Octave, désespéré, va se tourner vers Fernande, qui finit par tomber amoureuse de lui « contre son gré » Dans tout cet imbroglio de sentiments, les quatre personnages, au caractère bien trempé et qui vivent la plupart du temps ensemble, restent d’une honnêteté incroyable et d’une franchise admirable. C’est le personnage de Jacques qui domine, avec son intelligence, sa capacité d’analyse froide des sentiments, sa perspicacité, sa grandeur d’âme, tout en étant follement amoureux de sa jeune femme. C’est lui d’ailleurs qui se sacrifiera…

Ce roman met en évidence les difficultés de communication dans le mariage, les différences de sentiments que peuvent éprouver les deux conjoints malgré l’amour, et l’absurdité de marier les très jeunes filles à des hommes qui ont déjà vécu plusieurs vies. On est au 19e siècle, mais tous les thèmes de notre société moderne y sont évoqués : le mariage, l’amour, l’amitié, la mort, l’éducation, l’égalité entre hommes et femmes, la difficulté de communication, bref, la vie.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Fargue Léon-Paul – Poèmes

Poèmes - Léon-Paul Fargue - Bibliothèque numérique romande - Félix Vallotton Le RayonFargue Léon-Paul – Poèmes : Amoureux de Paris, qu’il décrit dans Le Piéton de Paris (à paraître à la BNR), Léon-Paul Fargue est surtout un poète. Dans ce recueil de ses débuts d’écrivain (sa troisième publication), poésie rime avec prose mais reste de la poésie, libérée de toute contrainte. Souvenirs, émotions, solitude, mort, amour et abandon, musique, odeurs, paysages urbains ou ruraux se mélangent et les phrases deviennent musique et l’allusion nous évoque une symbolique universelle et profondément humaine. «Certaines grandeurs et valeurs.. Je ne saurais te les exprimer que par la musique, ou par des noms propres remplis de tendresse…» (De la tendresse – et de la tristesse, Poèmes 1912.)

« Fils naturel de Léon Fargue , un ingénieur issu de l’École centrale et de Marie Aussudre, une modeste couturière, Fargue ne fut reconnu par son père que très tardivement. Après des études secondaires brillantes avec des professeurs prestigieux, (dont Mallarmé), Émile Faguet et Valentin Parisot, il entre au même moment qu’Alfred Jarry en khâgne, où il suit les cours de Bergson. Il déçoit les attentes de sa famille, qui le voulait normalien, pour choisir l’oisiveté : sensible à la peinture et au piano, il est passionné par la poésie. Jarry et lui écrivent dans la revue L’Art littéraire en décembre 1893. Après quelques poèmes publiés en 1894, il donne Tancrède en 1895, puis Poèmes en 1912 et Pour la musique en 1914. Fargue s’exprime le plus souvent en vers libres, voire en prose, dans un langage plein de tendresse et de tristesse, sur des sujets simples, parfois cocasses, plus rarement absolument onirique. Parisien amoureux de sa ville, il écrit aussi la solitude oppressante et noyée de nuit et d’alcool. Il est également un chroniqueur de la société parisienne et créa de multiples contrepèteries. Paralysé en 1943, il garde cependant jusqu’à la fin, en 1947, une activité littéraire intense. » (Wikipédia.)

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Bernard Tristan – Le Taxi fantôme

Bernard Tristan - Le Taxi fantôme - Bibliothèque numérique romande maquette Laura Barr-WellsBernard Tristan – Le Taxi fantôme : La guerre, le première, vient de s’achever. Invité, Jacques tombe amoureux de Marie-Louise … qui n’y est pas insensible. Mais voilà ! sa famille s’opposerait à une alliance avec un jeune officier qui professe des discours anarchistes. Sauf que son père, historien de renom, est candidat à l’académie. S’il était élu, tout changerait… Cependant le père a un adversaire de taille, Pachol, le politicien véreux, qui ne recule devant rien pour recueillir des suffrages. Or voici qu’une série de cambriolages inexplicables essaime la province. À chaque fois, un mystérieux taxi est repéré dans les environs. Quels sont les buts de ce taxi fantôme et de ses occupants ? En quoi Jacques pourrait-il être impliqué ?

Suivi de huit nouvelles de police et de mystère : un guérisseur peut-il être plus efficace que le médecin du village ? Pour obtenir un poste convoité faut-il prier ou menacer ? Des « bleus » qui mettent en cause un politicien connu seraient-ils des faux ? Trois jeunes meurtriers pourraient-ils être des victimes, manipulées. Que faire lorsque l’on se trouve isolé dans le compartiment d’un wagon sans couloir avec un meurtrier qui opère dans les trains ? La philatélie est-elle recommandée à un employé de banque victime d’un vol à l’américaine ?

Proche de Léon Blum, Jules Renard, Lucien Guitry, Paul Gordeaux, Marcel Pagnol, et de bien d’autres, célèbre pour ses jeux de mots, ses mots croisés et son théâtre de boulevard, écrivain-chroniqueur-sportsman-gastronome, Tristan Bernard fut aussi un écrivain romanesque à succès. Il contribue au genre policier par son recueil Amants et Voleurs (1905) et plusieurs autres romans. Tristan Bernard règnera aussi sur le cyclisme, l’automobilisme, le tourisme. Arrêté comme juif en 1943 et interné à Drancy, il échappe de peu à la déportation.

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Proust Marcel – Sodome et Gomorrhe – À la recherche du temps perdu 4

Proust Marcel – Sodome et Gomorrhe - À la recherche du temps perdu 4 - Bibliothèque numérique romande - Camille Pissarro Jardin des Tuileriesun après-midi d'hiverProust Marcel – Sodome et Gomorrhe – À la recherche du temps perdu 4 : “Le narrateur surprend les ébats amoureux du baron de Charlus avec Jupien le giletier. Une solide et durable liaison va s’établir entre les deux hommes, Jupien devenant le protégé de Charlus qui en fait son secrétaire particulier. Le narrateur devient un des fidèles des salons de la haute aristocratie du faubourg Saint Germain, fasciné  par cette société, son mode de vie, ses excès. Il fréquente également le salon des Verdurin avec assiduité au point de se sentir parfaitement à l’aise dans ce milieu mondain et artificiel. En même temps, il lui arrive de prendre conscience, qu’entraîné dans un tourbillon de mondanités il en oublie les autres et même sa grand-mère qui était il y a peu un des êtres qu’il chérissait le plus mais ses remords sont de courte durée. Puis le narrateur fait, avec sa mère, un nouveau séjour à Balbec, dont il redécouvre les lieux avec nostalgie. Il y retrouve Albertine et leurs relations souvent orageuses. Il s’interroge sur ses propres sentiments jusqu’au jour où il la surprend dansant de façon équivoque avec son amie Andrée. Est-elle attirée par les femmes ? Désormais, taraudé par le doute et la jalousie il se montre souvent odieux avec Albertine qui souffre de cette  attitude et lui reproche sa dureté. Le narrateur est partagé entre le plaisir d’être avec elle et l’envie subite de mettre fin à cette liaison pour retrouver sa liberté. À l’issue de longues tergiversations, il annonce brutalement à sa mère qu’il va épouser Albertine.” (Proust, ses personnages)

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Les sept volumes de À la recherche du temps perdu en un seul ePUB  (3,7 Mo)

Bernard Tristan – Mathilde et ses mitaines

Bernard Tristan - Mathilde et ses mitaines - Bibliothèque numérique romande - Maquette Laura Barr-Wells photos Jeanne Menjoulet Albin OlssonBernard Tristan – Mathilde et ses mitaines : Mathilde ne paie pas de mine : « une espèce de paysanne du Morvan, au teint basané, aux durs yeux noirs, pas très fins au premier abord ». Mais lorsqu’il s’agit d’enquêter bien peu des collègues de son mari, l’inspecteur Gourgeot de la Sureté, ne peuvent l’égaler. Justement, il se passe de drôles d’évènements à Belleville. Une bande d’apaches rode dans le quartier et une jeune femme se fait agresser sous les fenêtres de Firmin, un étudiant tranquille. Il la recueille, la soigne mais elle n’a rien de plus pressé que de le quitter, poliment, mais définitivement… Au grand dépit de Firmin sur lequel elle a laissé une impression… forte. Et lorsqu’il visite, le lendemain, le magasin qu’elle lui a montré, il apprend que les locataires viennent de vider les lieux. Pour la retrouver, il s’adresse à Mathilde et à son mari. Mais ce couple d’enquêteurs ira, avec Firmin, de surprise en surprise : un cadavre qui disparaît, des passages souterrains, une infirmière qui se révèle un homme, des morts qui sont toujours vivants et bien d’autres découvertes les entraineront sur la piste de dangereux criminels.

Des descriptions et des situations rocambolesques qui servent heureusement une intrigue peut-être un peu décousue où le personnage de Mathilde préfigure le type de femme détective amateur un peu farfelue qu’on retrouvera plus tard chez Erle Stanley Gardner et quelques autres (Wikimédia). « Sous la plume alerte de Tristan Bernard, le Paris d’avant-guerre, la première guerre mondiale je précise, se dévoile avec ses quartiers plus ou moins mal famés, ses ruelles et ses boutiques vétustes, ses concierges qui ouvrent les portes de chez eux à l’aide d’un cordon, ses becs de gaz censés éclairer les rues, et ses apaches… Un Paris dans lequel Léo Malet a évolué et qu’il a restitué dans ses romans, mais déjà cela avait bien changé. » (Les lectures de l’Oncle Paul.)

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Pin It on Pinterest