Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Nodier Charles – Jean-François les Bas-Bleus

Nodier Charles - Jean-François-les-bas-bleus - Bibliothèque numérique romandeNodier Charles – Jean-François les Bas-Bleus : Besançon, 1793. Jean-François Touvet est la risée des enfants de la rue d’Anvers. Surnommé « Jean-François les Bas-Bleus » en raison de la couleur des bas qu’il porte avec son haut-de-chausse, il parle de manière inintelligible, mélange les mots et passe pour un fou. Incapable de répondre aux questions les plus anodines, il excelle en algèbre, en géométrie, en astrophysique et prédit les événements les plus dramatiques qui auront lieu loin de là. Est-ce un somnambule, un fou, un Cagliostro ?

Charles Nodier (1780-1844) a été le centre du mouvement romantique à Paris entre 1824 et 1830. Alliant une grande sensibilité à une imagination riche, il témoigne dans cette nouvelle d’une tendresse pour ce qu’on appelait alors les fous ou simples d’esprit. Son intérêt pour les rêves – le sommeil est l’état le plus lucide de la pensée – le conduit à écrire des contes où le fantastique se mêle à l’émotion et à l’humour. « En attendant, je n’ai pas renoncé à raconter des histoires auxquelles je suis souvent le seul à croire. »

Jean-François les Bas-bleus est suivi de cinq contes du même recueil : Baptiste Montauban, Paul ou la Ressemblance, Lidivine, La Combe de l’Homme mort, Les Fiancés.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Renfer Werner – Hannebarde

Renfer Werner - Hannebarde - Bibliothèque numérique romandeRenfer Werner – Hannebarde : Quand, Hannebarde, le sonneur de cloche d’un petit bourg est interpellé par Bridille, une fillette qui parcourt les sentiers avec la vivacité d’une « flamme rouge, blanche et bleue », il est d’abord désarçonné. Peu à peu une amitié se développe entre ce géant montagnard au poil roux qui parle peu mais tire de ses cloches « des notes éclatantes » et cette petite fille du fossoyeur, aux tresses blondes le plus souvent dénouées avec des «yeux étonnants, des yeux gris, gris bleu, bleu gris» et une « voix de clochette ». Hannebarde va s’ouvrir au monde sous l’influence de cette enfant délaissée et devient peu à peu son éducateur « le père, la mère, le sonneur, l’inconnu ». Il communique à tout le bourg cette nouvelle joie trouvée à travers elle… Mais la jeune fille grandit… Cette amitié ne deviendrait-elle pas trop tendre ? Et les langues bien pensantes…

Un sujet délicat traité avec beaucoup de finesse et de sensibilité dans une langue à la « poésie étincelante et rare » (http://www.lameduse.ch/2011/09/14/werner-renfer-une-poesie-etincelante-et-rare/).

Werner Renfer, né à Corgémont en 1898, titulaire d’un diplôme d’ingénieur agronome fut journaliste, rédacteur au Jura Bernois puis au Paysan jurassien, fut aussi un écrivain dont l’œuvre est injustement tombée dans l’oubli. Il est l’auteur de plusieurs nouvelles dont nous vous proposons la plus (re)connue, Hannebarde. Il est décédé à 38 ans en 1936. La Bibliothèque numérique romande est fière de participer à la redécouverte de cet écrivain et poète jurassien.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Cérésole Alfred – Des Histoires du Pays de Vaud

Cérésole Alfred – Des Histoires du Pays de Vaud - Bibliothèque numérique romandeCérésole Alfred – Des Histoires du Pays de Vaud : Un huissier du conseil municipal a une épouse trop bavarde : tous les moyens sont-ils bons pour la rendre moins commère ? Le coq est le roi du poulailler : mais s’il arrive un rival ? Une picholette «Au rendez-vous des braves» ça donne du courage : mais si l’on est en retard à son mariage ? Suzanne Cérésole, la veveysane, épouse un officier français venu aider les vaudois à se débarrasser de la domination de Berne : elle l’accompagnera dans la campagne d’Égypte de Napoléon. À la mi-été une grande fête se tient dans les alpages : même les vaches participent ! Mieux valait se protéger en prenant la route qui traversait la forêt du Jorat : gare aux brigands ! Quelques nouvelles histoires vaudoises du pasteur Cérésole dans le savoureux parler vaudois.

Alfred Cérésole est un pasteur protestant amoureux des traditions vaudoises. Il a fait de nombreuses recherches dans les archives du canton et interrogé moult habitants des régions vaudoises sur leurs traditions familiales et leurs récits légendaires.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Nodier Charles – La Fée aux Miettes

Nodier Charles – La Fée aux Miettes - Bibliothèque numérique romandeNodier Charles – La Fée aux Miettes : L’histoire de Michel le charpentier nous entraîne peu à peu d’un cadre réaliste (Grandville, le Mont Saint-Michel et Greenock sur les côtes de l’Écosse) à un monde fantastique et onirique où les hommes de Man ont des têtes de chien, où une maison de poupée peut contenir des jardins où l’on s’égare et où, derrière le personnage de la vieille mendiante naine de Grandville, dite la Fée aux Miettes, s’évoque la figure de la princesse Belkiss, reine de Saba. Pour sauver la Fée aux Miettes, Michel part à la recherche de la  « mandragore qui chante »… Une quête insensée? Cette mandragore l’emportera-t-elle vraiment dans les airs avec une douce chanson? Ce glissement du réel au rêve peut-il ouvrir l’esprit à d’autres dimensions et d’autres êtres? Ou ne mène-t-il qu’à la folie? Michel nous narre son histoire depuis l’asile des lunatiques de Glasgow – mais est-il fou, dans le fond? C’est l’avis du célèbre médecin de Michel qui prescrit, pour ce lunatique, sinapisme, phlébotomie et poucettes.

Deux ans après son essai : « Du fantastique en littérature», Charles Nodier écrit dans la préface de « La Fée aux Miettes » : « Une histoire fantastique manquerait de la meilleure partie de son charme quand elle se bornait à égayer l’esprit sans rien laisser au cœur ». C’est ce que fait ce superbe conte poétique et triste. Malgré digressions, provocations, ironies ou morales, il est un manifeste pour l’imagination et l’émotion contre la froide raison « anatomique ». Il « ébranlera votre cœur »… Au prix de quelques « sacrifices à la raison » ?

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTMLword-ODT

Combe T – Croquis montagnards

Combe T. - Croquis montagnards - Bibliothèque numérique romandeCombe T – Croquis montagnards, Trois nouvelles : Une jeune institutrice de 16 ans découvre sa classe dans un hameau des montagnes neuchâteloises. Sera-t-elle à la hauteur ? Ses débuts avec ses élèves et « Les bonnes Gens du Crozet » ne vont pas manquer de péripéties, sa réputation dût-elle en souffrir !

Mais que fait Napoléon Bourquin, le bourgeois, en s’installant à la Moutonnière, cette maison locative de si mauvaise réputation ? Pauvreté, marginalité et délinquance ne conviennent guère aux habitudes si rangées de ce vieux garçon ! La petite Trinette, dite Lune Rousse, va secouer les certitudes de ce « Monsieur Vélo »…

Marc Aubert, le peintre en excursion dans les alpages jurassiens, va rencontrer presqu’en même temps un taureau furieux, deux marmots fugitifs et un fromager irascible ! Lesquels seront-ils les plus dangereux ? Et quel est « Le secret d’Hercule » ?

Trois nouvelles des hauts neuchâtelois pleines de vie et d’anecdotes. Une redécouverte de la vie et des mots d’autrefois !

T. Combe est le pseudonyme d’Adèle Huguenin-Vuillemin. Née au Locle, en 1856, dans une famille d’horlogers, elle fut, elle aussi, institutrice à 16 ans. C’est pour compléter son revenu qu’elle se mettra à écrire à 21 ans, avec succès.  Elle séjournera à Londres puis à Paris. Revenue en Suisse, elle sera une écrivaine et conférencière renommée, chrétienne, féministe, militante contre l’alcoolisme. Elle adhérera, à 57 ans, au parti socialiste (favorable au suffrage féminin). Elle décède dans sa maison des Brenets à 77 ans en 1933.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Saussure Léopold de – Comment les Chinois conçoivent leur Civilisation et leur Empire

Saussure Léopold de - Comment les Chinois conçoivent leur civilisation et leur Empire - Bibliothèque numérique romandeSaussure Léopold de – Comment les Chinois conçoivent leur Civilisation et leur Empire :

« Comment les Chinois conçoivent leur civilisation et leur empire » est un cours essai exposant quelques-unes des idées que Léopold de Saussure développe dans ses livres d’astronomie, publié dans la «Revue scientifique» en 1895. Quelques extraits : « La civilisation chinoise est caractérisée par son homogénéité. À l’abri de toute influence extérieure, elle s’est développée au sein d’une seule et même race […]. Entourée de tous côtés par des peuples qui lui étaient inférieurs, [elle s’est] considérée, depuis les époques les plus reculées, comme d’une essence supérieure formant le noyau du Monde (Tchung Kouoh, le royaume du Milieu). Ils en conçurent toujours la civilisation comme absolue et la capitale comme le centre de l’univers. »

« Les revers militaires et la transformation des dogmes chinois […] produiront surtout une recrudescence de haine contre toutes ces innovations qui ont troublé la tranquillité de l’État depuis l’apparition des Européens [et] la chute de la dynastie tartare, très impopulaire. En sapant la conception fondamentale sur laquelle repose le vieil édifice de la civilisation chinoise, on pourrait en amener la chute peut-être assez rapide […] Sur les ruines des anciennes idées un nouvel état de choses pourra commencer à s’échafauder lentement. […] Le plus grand obstacle qui s’oppose à cette transformation importante […], c’est la conception de leur Empire telle que nous avons essayé de la présenter. » (édition Chine Ancienne : www.chineancienne.fr )

Léopold de Saussure (1866–1925) est issu d’une famille genevoise bien connue. Sinologue et astronome, il fut officier de la marine française. Pionnier reconnu de l’astrologie et de l’astronomie chinoise, il a publié ses travaux dans la revue « T’oung pao », et dans les « Archives des sciences physiques et naturelles » de Genève, en insistant sur l’ancienneté de l’astronomie chinoise et en l’opposant à l’astronomie babylonienne. Son œuvre majeure, ses réflexions, parurent à titre posthume dans « Les Origines de l’Astronomie Chinoise » (biographie inspirée de l’article de Wikipedia)

Téléchargements : ePub – PDF – word