Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Noailles Anna de – La Nouvelle Espérance

Noailles Anna de – La Nouvelle Espérance - Bibliothèque numérique romandeNoailles Anna de – La Nouvelle Espérance : Lorsqu’elle fait paraître en feuilleton, en 1903, son premier roman, La Nouvelle Espérance, dans La Renaissance latine, Anna de Noailles est déjà une poétesse reconnue. Pourquoi un roman – en prose – plutôt que de la poésie ? Anna de Noailles écrit, dans une lettre de novembre 1900 à son amie Augustine Bulteau, chroniqueuse littéraire du Figaro : « Moi aussi chère amie je travaille mais pas en vers pour le moment. Le grand tapage de mon cœur ne se plierait pas aisément à la courbure du rythme précis et minutieux. J’ai bien envie de vous faire parvenir un de ces jours quelques feuilles de cet ouvrage où l’invention alterne avec l’exactitude et dont certaines pages sont le miroir palpitant des souvenirs et du présent. » Elle vient alors de mettre au monde en septembre son fils Anne-Jules et se remet mal du traumatisme de l’accouchement, dont elle subira longtemps les séquelles… Édité la même année chez Calmann-Lévy, La Nouvelle Espérance connaît un succès indéniable, qui ne sera pas tout à fait, cependant, à la hauteur des espérances d’Anna de Noailles et de son entourage.

Dans ce beau roman d’amour psychologique, l’héroïne, Sabine de Fontenay rayonne d’une lumière singulière et tire de l’ombre les figures d’hommes qui l’entourent : son mari, Henri de Fontenay, homme bon, honnête, mais médiocre et qui, préoccupé surtout par son avenir politique, vit à côté de sa femme à laquelle il n’accorde que peu d’attention ; son cousin et ami Jérôme, qu’elle a aimé (ou cru aimer?) un temps et qui la plonge dans le désespoir en épousant sa belle-sœur ; et enfin Philippe Forbier, qui devient son amant et pour lequel elle éprouve un amour singulier. Sensuelle, rêveuse, Sabine se livrera tellement à l’homme qu’elle aime qu’elle finira par dépérir et décidera de se tuer, déçue par la vie et l’amour. Sa dernière lettre à son amant est terrible et émouvante : « Je suis née ivre et j’ai toujours vécu de véhémence et de douleur ». La grande fragilité et l’émotivité qui transparaissent dans cette prose romantique, écrite dans une langue magnifique font de ce roman une œuvre d’une beauté singulière.

Anna de Noailles (1876-1933) est une poétesse d’origines grecque et roumaine, aux poèmes superbes entre romantisme et modernisme. Elle vécut essentiellement à Paris mais son attachement pour Amphion-les-Bains en Savoie – demeure de son père et qui marqua son enfance – fut concrétisé par sa volonté d’y faire inhumer son cœur. Elle fut la première femme admise à l’Académie Française et elle fut également la première femme commandeur de la Légion d’Honneur.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Rousseau Jean-Jacques – Émile ou De l’Éducation livres I et II

Rousseau Jean-Jacques – Émile ou De l’Éducation livres I et II - Bibliothèque numérique romandeRousseau Jean-Jacques – Émile ou De l’Éducation livres I et II : Nous ne présenterons pas Émile ou De l’Éducation qui est toujours, selon Wikipédia, un des ouvrages les plus lus et les plus populaires sur l’éducation. Certes, écrit en 1762, bien des avancées de la pédagogie, de la psychologie ou de la physiologie de l’enfant y sont ignorées. Certes, les limites de Jean-Jacques Rousseau y sont perceptibles. Mais nous voulons en souligner les étonnantes intuitions et  son aspect révolutionnaire à son époque, qui lui valut, d’ailleurs, bien des critiques bien pensantes. Rappelons aussi son influence profonde sur le développement de la pédagogie dont nous sommes, encore aujourd’hui, les héritiers. Les livres I et II, présentés ici, traitent du développement et de l’éducation de l’enfant jusqu’à environ  douze ans.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Combe T – Bonne-Grâce

Combe T - Bonne-Grâce - Bibliothèque numérique romandeCombe T – Bonne-Grâce : Bonne-Grâce fait partie d’une série de cinq romans pour la jeunesse de T. Combe (Adèle Huguenin-Vuillemin) dont nous avons déjà publié le dernier, Château-Pointu. Dans Bonne-Grâce, Ferdine Arvoine, élevée dans un milieu de garçons, découvre l’univers d’un pensionnat de jeunes filles. Déroutée, elle s’adapte alors que T. Combe nous fait une description très vivante des interactions entre ces jeunes filles de bon milieu qui doivent apprendre plus à briller dans le monde (ce que recherchent avant tout les « élégantes ») qu’à acquérir de réelles connaissances (but du travail de l’autre catégorie : les « studieuses »). Il perce, dans ce tableau bien observé – et malgré la volonté qu’a T. Combe de raconter une jolie histoire pour la jeunesse (ce qu’elle réussit) – un peu d’ironie et pas mal d’esprit critique sur la jeunesse de la bonne société, dont, on le sait, elle n’en fit pas vraiment partie, ayant dû travailler comme institutrice à seize ans : peut-être a-t-elle repris, dans Bonne-Grâce, quelques souvenirs de sa formation de jeune institutrice. Et les personnages de Ferdine, Siméon Taubert et de Louise Miserlet sont toujours aussi attachants : jeune ou moins jeune, on a toujours autant de plaisir à lire un roman de T. Combe.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Charrière Isabelle de – Sir Walter Finch et son fils William

Charrière Isabelle de - Sir Walter Finch et son fils William - Bibliothèque numérique romandeCharrière Isabelle de – Sir Walter Finch et son fils William : Sir Walter Finch et son fils William est le journal intime qu’écrit un père à l’intention de son fils nouveau-né qui vient de perdre sa mère. Acquis aux idées des Lumières, il lui confiera dans ce journal, au fil des années, son éducation et ses choix puis le lui remettra à sa majorité : «Mon fils, je vous enverrai à l’heure même tout ce gros cahier. Lisez, méditez ; c’est à vous d’achever de corriger, de perfectionner votre éducation. Nul homme ne peut réunir tous les talents, tous les succès, toutes les jouissances. D’après votre capacité la plus marquée et vos goûts les plus chers, il faut choisir ce qui vous convient le mieux, puis renoncer au reste.» À cette partie s’ajoute une Suite des Finch dans laquelle le fils, devenu adulte, répond à son père, parti aux Amériques, dans un journal qu’il écrit à son intention.

«Ce petit livre m’a beaucoup plu dans son style. Un langage très pointu […] agréable à lire. On est imprégné d’une ambiance de milieu aristocratique dans lequel on prendrait bien part. On a envie […] de prendre notre thé en compagnie de Sir Walter Finch pour discuter sur la condition de la femme (il faut bien avouer qu’il a une vision assez particulière de la place de la femme dans la société du 18e siècle) et de l’éducation à donner à son fils. Un très bon moment lecture accompagné de «Tea» et de viennoiseries françaises. Ce livre vous fera voyager dans un «whisky» (rien n’avoir avec une certaine boisson, il s’agit d’une voiture légère à la mode en Angleterre à cette époque-là) entre l’Angleterre et la France en passant par l’Écosse.» (Serialectrices Blog)

Isabelle de Charrière, dite Belle de Zuylen dans sa jeunesse, est née van Tuyll van Serooskerken, près d’Utrech dans une famille de la haute noblesse. Elle écrit en français, la langue internationale de l’époque. À trente ans, elle épouse Charles-Emmanuel de Charrière de Penthaz et s’établit à Colombier près de Neuchâtel. Sans « l’enrôler sous la bannière du féminisme », son aspiration à des destinées différentes pour les femmes de son époque l’a conduite à une réflexion sur l’éducation telle que, dans ce livre, la relation de l’éducation d’un fils par son père.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-MobipocketHTML – word-ODT

Courthion Louis – Nouvelles et Contes valaisans

Courthion Louis – Nouvelles et Contes valaisans - Bibliothèque numérique romandeCourthion Louis – Nouvelles et Contes valaisans : Dans un petit village de la vallée de Conches, un homme confie son secret à un ami… Un ingénieur des bisses (canaux d’irrigation) courtise une riche propriétaire qui refuse de lui céder. Pour Cécile, il ne suffit pas de l’absolution du confesseur, elle veut aussi celle de sa conscience. Deux villages forment une même paroisse, mais un profond antagonisme les sépare. Pierre parle tellement de sa fiancée à son ami Luc que… Ses frères sont cordonniers au village, elle est en place à Sion; elle s’entiche d’un Suisse-Allemand. Un recueil de nouvelles où Louis Courthion peint «des choses prises dans la réalité rustique vue sans parti pris flatteur […]; moi j’aime cela même avec ferveur: il me plaît que le conteur, décrivant le bahut de la cousine Marianne, détaille la manière dont celle-ci disposait les objets placés sur le couvercle: le sachon d’orge pilé dans le coin, le moulin à sel au milieu, la groue à beurre et la farinière à l’autre bout, le tout disposé sur l’envers d’une peau de bouc. […] Combien l’accumulation lente et patiente de ces menues touches fidèlement prises dans la réalité locale finissent par donner de saveur au récit, de vie à la description!» (Bibliothèque universelle et Revue suisse, 1904)

Louis Courthion, né au Châble (Vallée de Bagnes) en 1858, étudie au Collège de Saint-Maurice puis doit s’expatrier à Paris. Il y débute finalement comme journaliste en 1890, comme rédacteur de La Croix Fédérale, organe de la colonie suisse. De retour en Suisse en 1893, où il vit successivement à Lausanne, Bulle et Genève, il travaille dans de nombreux journaux, revues, périodiques. En 1896, il lance le premier numéro du Valais romand, une publication d’opposition qui perdure jusqu’en 1898. En 1897 il publie les Veillées des Mayens, un recueil de légendes inspirées principalement de l’Entremont, puis en 1900, les Scènes valaisannes, dans lesquelles il peint les mœurs montagnardes de la vallée de Bagnes. Collaborateur du Dictionnaire géographique de la Suisse, il participe, en 1915, à la création de la Société d’Histoire du Valais romand. Il décède en 1922. (source de cette biographie: Wikivalais)

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Huguenin Oscar – Récits du Cosandier

Huguenin Oscar – Récits du Cosandier - Bibliothèque numérique romandeHuguenin Oscar – Récits du Cosandier : Batoille le cosandier ? Certainement ! Félix-Henri Péter aime à parler et même à raconter des histoires… D’ailleurs cela va avec son métier de cosandier, c’est-à-dire de tailleur ou couturier à domicile. Tout en cousant et coupant ses tissus, le vieux cosandier de la Sagne cause… Ses interlocutrices, des maîtresses de maison, des familles à la veillée et parfois des assemblées villageoises entières, l’écoutent avec ravissement et sont avides de ses histoires, surtout lorsqu’il se fait prier un peu pour commencer… C’est qu’il raconte bien ! Il est un roi des conteurs qui permet de conserver la mémoire de ce coin de terre neuchâteloise et de le transmettre aux plus jeunes.

Ces histoires se passent toutes dans la région de La Sagne, le Haut du canton de Neuchâtel, et reflètent à merveille la vie paysanne et simple des habitants de ces régions reculées de Suisse romande à la fin du 19e siècle : celle d’une dispute entre familles à propos d’un pâturage, La pâture des Quinquets, mais, voilà, Guillaume le fils Vuille et Jacqueline la fille des Contesse s’aiment depuis toujours… Celle de Gédéon le courteleyu, le contradicteur, qui fait tout le contraire de ce que ses parents lui disent, même pour se marier, et se laisse prendre à son propre jeu ; celle de la jeune et pauvre Bourguignote qui arrive de France et, par hasard, apporte son aide un soir d’orage pour rentrer les foins, et qui finit par épouser le fils du paysan ; et celle de la vie de vieux garçon, pas rancunier, du conteur lui-même.

Ce qui charme dans ces récits, c’est le langage imagé et savoureux, truffé de « neuchâteloiseries » du Haut, encore souvent employées actuellement. On a envie de le lire à haute voix , avec l’accent, « qué ».

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT