Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Courthion Louis – Les Veillées des Mayens

Courthion Louis - Les Veillées des Mayens - Bibliothèque numérique romande - Lambert Zufferey Alpage de ChandolinCourthion Louis – Les Veillées des Mayens : « Voici un livre qu’il est bien superflu de recommander aux habitués de nos villages alpestres, – aux touristes épris des beautés du Valais, et de ses mœurs qui conservent encore quelques traits de simplicité et de poésie. » (Introduction d’Édouard Rod à l’édition de 1896)

Troisième volume de Louis Courthion publié par la Bibliothèque numérique romande, ces « Veillées » reprennent les histoires plus ou moins effrayantes ou drôles que l’on se racontait à la nuit tombante calfeutrés près du vieux poêle, dans les mayens (chalets d’alpage de mi-saison, mai et septembre, à mi-pente) de la région du Châble, Verbier, Bruson, la Dranse et toute la vallée de Bagnes.

(suite…)

Besançon Jules – Mémoires de l’instituteur Grimpion

Besançon Jules - Mémoires de l'instituteur Grimpion - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells Paysage du Gros-de-VaudBesançon Jules – Mémoires de l’instituteur Grimpion : « Je suis content de moi », avec l’accent vaudois si possible, résume à merveille ce personnage haut en couleurs… locales.

L’instituteur Grimpion n’a qu’une obsession : arriver, « grimper » (l’expression remonte à Rodolphe Töpffer dans « Les Grimpions »). Il est supérieur, sûr de lui, déterminé, ambitieux, orgueilleux, négatif, méprisant, manipulateur, prêt à tout, même aux plus sales coups, pour arriver à ses fins. Heureusement il garde un petit fond sincère, faible, amoureux, mais qu’il saura vite combattre avec ardeur.

Il épouse une femme qu’il trouve bête et moche mais qui est la fille du syndic (maire) du village où il est « régent » (instituteur). Il quitte ensuite le village pour aller à Lausanne, trouver un emploi médiocre mais qui lui permettra de faire de la politique et arriver, si possible, au Grand Conseil. Après cette ascension calculée et impitoyable, la chute sera rude…

Jules Besançon, né à Moudon en 1831, a été maître secondaire puis a enseigné le latin à l’Université de Lausanne. Dans ce roman satirique, plein d’expressions vaudoises savoureuses, il critique la politique vaudoise du milieu du 19e, avec ses radicaux, ses révisionnistes, ses conservateurs, l’Église, la loge maçonnique et les interminables débats en assemblées multiples.

Les nombreux coups de griffe aux institutions vaudoises, à l’instruction publique en particulier, sont d’une actualité saisissante, près de 2 siècles après.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-MOBI – HTML – DOC-ODT

Favre Louis – Le Pinson des Colombettes

Favre Louis - Le Pinson des Colombettes - Bibliothèque numérique romande - Ghislain38 Pinson des arbres mâleFavre Louis – Le Pinson des Colombettes (Une Histoire de Vendanges, Le Chat sauvage du Gor des Brayes) :

Enfant, lors d’une promenade aux Colombettes, Henri protège Julia d’une couleuvre. Il lui offre alors un pinson qu’il a recueilli. Ce pinson des Colombettes deviendra-t-il le protecteur de leur relation à venir ?  Ou l’affreux cousin Manfred sera-t-il victorieux d’Henri ?

Que vient faire un écossais dans les vignobles neuchâtelois ? Une tournée des vins suisses à l’auberge du village ? Mais, normalement, les vins n’ont pas pour effet de couvrir de sang leur amateur… C’était sans compter sur l’inextinguible soif de Fergus !

Au Gor des Brayes méfiez-vous des chats sauvages ! Attaqué au cours d’une chasse, Joël n’est sauf que grâce à Guillaume Verdon venu à son secours. Or des litiges de terrains opposent les Verdon au meunier Dubey… Mais un bienfait n’est jamais perdu et tout finira bien pour les nouveaux Roméo et Juliette de ces familles ennemies.

Né à Boudry, Louis Favre fait ses études à Neuchâtel et devient instituteur au Locle, puis à La Chaux-de-Fonds. Avec le nouveau régime de 1849, il enseigne au Collège et au Gymnase de Neuchâtel. Puis il devient, en 1873, directeur du nouveau « Gymnase cantonal ». Passionné de sciences naturelles, il publie de nombreux articles, et participe à la fondation de la Société d’histoire et d’archéologie.

Téléchargements : ePUB – PDFPDF A5 – Kindle-MOBI – HTML – DOC-ODT

Hornung Antoine Graz Alfred – Au Saint-Bernard en tricycle

Hornung Antoine Graz Alfred - Au Saint-Bernard en tricycle - Bibliothèque numérique romande - Hans Hillewaert Col du Grand Saint-BernardHornung Antoine Graz Alfred – Au Saint-Bernard en tricycle : Tonio et Blondin, deux amis de Genève, partent à la conquête du Saint-Bernard, il y a plus de 120 ans, avec un engin étonnant et surprenant surtout pour une longue course en montagne : un tricycle, vélo à trois roues et deux pédaleurs.

Après la Clusaz, le col des Aravis leur donne déjà du fil à retordre, la route est quasi inexistante et pleine de pierres, ils doivent pousser et tirer leur tricycle (parfois même se faire aider par un mulet), la faim les obsède (ils ont tout le temps le « kyste qui gronde »), mais ils ne manquent pas une occasion de faire des photographies (vous pouvez imaginer le poids d’un appareil de cette époque, qui utilise des plaques photographiques) , de s’arrêter dans les auberges pour manger et boire, de discuter avec les natifs et d’admirer la nature.

Tout au long de leur périple, qui se poursuit ensuite au Petit-Saint-Bernard, Étroubles, Aoste, le Grand Saint-Bernard, Morgins et Abondance, on passe avec eux de surprise en surprise, de plaintes en ravissement, le tout avec un humour à toute épreuve.

Une fresque très amusante des mœurs de l’époque par deux originaux qui, malheureusement, n’ont pas passé dans l’Histoire, mais vous ravira par leur histoire abracadabrante… mais véridique.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Favre Louis – À vingt ans

Favre Louis - À vingt ans - Bibliothè^que numérique romande - Sylvie Savary Lac de Neuchâtel 2Favre Louis – À vingt ans : Les choses n’étaient pas si simples dans les années 1800, lorsque l’on avait 20 ans et qu’on était amoureux..

Le portrait de Madeleine nous transporte dans les Franches-Montagnes en compagnie de Gustave Berthoud, jeune peintre de Neuchâtel vivant à Paris et venu rendre visite à sa grand-mère Mme Perrot. Il fait la connaissance de Madeleine, la domestique, venue de Goldren dans l’Oberland et de la famille des paysans de Mme Perrot, Christ Ramseyer, son épouse et leur fils Benedict, un fin contrebandier qui mêlera Gustave à ses combines douteuses… Sur fond d’intrigue amoureuse en triangle entre les trois jeunes gens, nous parcourons les Combes du Valanvron, les gorges du Doubs, celles du Dessoubre décrites avec tout l’amour de Louis Favre pour sa région. Mais la contrebande, si elle est une nécessité pour les moins nantis, est une offense de la part des autres, et ne fait pas toujours le bonheur de celui qui la pratique. Quant à l’amour, il prodigue de belles créations mais n’est pas toujours partagé. Il faut bien que quelqu’un laisse sa place…

Les esprits du Seeland se déroule à Saint-Blaise dans la famille d’un notable de la région, le justicier Donzel, son épouse et leurs deux enfants. Louis Favre nous décrit l’expédition annuelle dans le Chablais, au marais, pour le fauchage du foin. Opération menée entre hommes aguerris au dur labeur des champs mais donc le courage s’étiole à l’évocation des « esprits du Seeland » ! Ici encore, une intrigue amoureuse entre un Charles, le fils du justicier, trop timide et une Rosa surveillée de près par une vieille fille, sert de toile de fond à la nouvelle. Avec le temps, tout finira bien, si ce n’est que les esprits du Seeland se révéleront à ceux qui sous-estiment la nature dans le marais neuchâtelois.

L’aspirant c’est un futur instituteur, venu passer les examens d’État à Neuchâtel. Ernest Villiers est l’un d’eux et à cette occasion, son chemin croise celui du notaire Beljean et de sa fille Jeanne qu’il sauve d’un funeste destin dans les Gorges de l’Areuse. Jeanne aura l’occasion de lui rendre son geste, nouant un lien qui perdura bien après les fameux examens réussis. Après quatre ans, leur route se croisera à nouveau à Chaumont, lieu de villégiature d’été prisé des neuchâtelois et l’on y retrouvera un Ernest transformé et une Jeanne qui n’a rien oublié! Passer à côté de son destin est parfois bien plus près qu’on ne le pense et un vélocipède, objet bien insolite à cette époque, se révèlera comme un bien curieux entremetteur…

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Chambrier Alice de – Au delà

Chambrier Alice - Au delà - Bibliothèque numérique romande - Anne Van de Perre Depuis le JuraChambrier Alice de – Au delà : Ce volume, publié au lendemain de sa mort par Philippe Godet, sélectionne cinquante poésies sur les 175 écrites par Alice de Chambrier. Classées par ordre chronologique, elles retracent son parcours de poète depuis ses dix-huit ans jusqu’à son décès. Si la mort est omniprésente dans ce recueil, ces poèmes, souvent inspirés de sujets du quotidien, traduisent aussi l’aspiration d’Alice de Chambrier vers un « Au-delà » de sa condition de jeune fille d’un milieu aisé.

Toi que ton aile d’or veut emporter au ciel, […]
Tu ne peux, indomptable et sauvage rebelle,
Poursuivre ton désir et ton rêve envolé ! […]
Sur la route uniforme et par chacun suivie,
Sombre tu dois marcher, et ta pensée, hélas !
Devant les vérités amères de la vie,
Se courbe sous un joug qui ne se brise pas.

Elle n’envisageait d’ailleurs ni mariage ni vie établie prévoyant de vivre de sa poésie en exerçant une charité qu’elle réalisait déjà discrètement autour d’elle. Elle était pourtant une jeune fille gaie et enjouée qui participait à la vie sociale qu’impliquait la position de sa famille. Mais cette jeune fille, passionnée d’écriture et de poésie, volait des instants de travail, notait discrètement des vers dans un carnet, corrigeait, recorrigeait et retravaillait ceux-ci pour, quand ils lui convenaient enfin, les recopier dans un cahier recouvert de peluche. Pour les publier ? Non ! Elle s’était fixé pour règle de ne rien considérer d’achevé avant d’avoir atteint ses trente ans. Un coma diabétique l’emporta à 21 ans… Si l’inexpérience de cette jeune auteure est quelquefois sensible, s’il ne faut pas oublier qu’elle se promettait de retravailler encore son œuvre, la facture des vers reste aiguisée, plusieurs de ses poèmes sont magnifiques et touchants, et l’idéalisme de la jeune fille emporte l’émotion. (Cette présentation s’inspire de la notice de Philippe Godet)

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT