Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Jarry Alfred – Les Minutes de Sable mémorial

Jarry Alfred - Les Minutes de Sable mémorial - Bibliothèque numérique romande - Jean G. GeckoJarry Alfred – Les Minutes de Sable mémorial : « Suggérer au lieu de dire, faire dans la route des phrases un carrefour de tous les mots, » nous annonce Alfred Jarry dans la  préface de ce recueil. En effet, vous y trouverez un chaos organisé, où se répondent, de façon non linéaire, idées, mots et consonances. Et, comme beaucoup, vous vous égarerez dans la polysémie des significations, des sens et des réminiscences entre obscurité volontaire et lumière éblouissante. Faut-il l’appeler poésie (incontestablement de nombreux et superbes vers de facture classique) ? prose ? théâtre ? (Si le père Ubu pointe son nez, vous rencontrerez aussi Saint-Pierre-Humanité qui annonce César-Antéchrist et Hadernablou…) Ou simplement gothique ?…

(suite…)

Jarry Alfred – Ubu Roi

Jarry Albred - Ubu Roi - Bibliothèque numérique romande - Ebooks Libres et GratuitsJarry Alfred – Ubu Roi : Le seul nom d’Ubu a fait davantage pour rendre célèbre Alfred Jarry que tout l’ensemble de son œuvre. C’est une pièce mythique.
Ubu est l’officier de confiance de Venceslas, roi de Pologne. Pleine d’ambition, la mère Ubu lui suggère de tuer le roi et de prendre le pouvoir. Ubu reçoit des invités à dîner et leur donne de la «merdre» à manger…

Alfred Jarry (1873-1907), né à Laval dans une famille de la petite bourgeoisie, fréquente les lycées de cette ville puis de Saint-Brieuc. Un de ses professeurs incarne aux yeux de ses élèves « tout le grotesque qui est au monde ». L’enseignant devient le héros d’une littérature scolaire, dont un texte intitulé Les Polonais que Jarry, en classe de première, va mettre en forme de comédie et représenter sur un théâtre d’ombres puis au « Théâtre des Phynances », théâtre de marionnettes installé au domicile des Jarry. Le premier succès arrive avec Les Minutes de sable mémorial (1894), César-Antéchrist (1895), dont la première partie est constituée des quatre premiers actes d’Ubu roi. Ubu Roi paraît en volume en 1896 et fait scandale, donnant lieu à ce qu’on a appelé « la bataille d’Hernani du symbolisme ». Plusieurs œuvres verront le jour à titre posthume. (Sources de cette biographie : Wikipédia, Encyclopédie Larousse en ligne.)

Édition du Groupe des Ebooks Libres et Gratuits

Téléchargements : ePUB – PDF – MOBI – DOC

Labiche Eugène – Brûlons Voltaire !

Labiche Eugène - Brulons Voltaire ! Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-WellsLabiche Eugène – Brûlons Voltaire ! Comédie en un acte (en collaboration avec Louis Leroy) : Présidente de la société des Bons Livres, madame la Baronne revient d’un prêche destiné à confondre les mauvaises lectures… Mais impossible de respecter le repos de ce dimanche de Carême ! Voici qu’arrive son notaire avec monsieur Marchavant, un dynamique acheteur pour le château mis en vente par la Baronne. Mais horreur ! Marchavant est libre-penseur… Il ne tarde pas à se heurter aux convictions agissantes de la Baronne. Alice, sa fille, et Maxime, le timide professeur de dessin, pourraient bien pâtir de ce conflit qui risque de mettre à mal leur amour naissant. … Heureusement que Jacquette, la servante, a bonne mémoire ! Mais brûlera ou brûlera pas ?

L’une des dernières pièces d’Eugène Labiche, écrite avec Louis Leroy, où il nous entraîne avec humour revisiter  les mœurs de cette bourgeoisie du XIXe siècle qui s’oppose entre républicains et conservateurs. Un délice ! … à lire d’un trait.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-MOBI – HTML – DOC-ODT

Giraudoux Jean – L’Impromptu de Paris

Giraudoux ean - L'Impromptu de Paris - Bibliothèque numérique romande - Jean-no Théâtre de l'Athénée - Louis Jouvet de nuitGiraudoux Jean – L’Impromptu de Paris : Que faire d’un crédit d’impôt de cent millions sinon l’attribuer à l’art théâtral (c’est du théâtre) ? Des critiques qui se cotisent pour éponger les déficits des salles (c’est un rêve) ? Une troupe en répétition – celle de Louis Jouvet – qui explique en un quart d’heure l’art théâtral à un député (le temps de cet impromptu, en fait…) ? C’est le sujet de cette pièce en un acte, qui s’inspire de l’Impromptu de Versailles, écrite par Jean Giraudoux froissé des critiques médiocres d’Électre. Il y défend ses idées sur le théâtre  qui « n’est pas un théorème, mais un spectacle, pas une leçon, mais un filtre. C’est qu’il a moins à entrer dans votre esprit que dans votre imagination et dans vos sens, et c’est pour cela, à mon avis, que le talent de l’écriture lui est indispensable, car c’est le style qui renvoie sur l’âme des spectateurs mille reflets, mille irisations qu’ils n’ont pas plus besoin de comprendre que la tache de soleil envoyée par la glace ». Et tant pis si on appelle son théâtre « littéraire » ! Jamais ennuyeuse, cette réflexion – finalement pas si légère que son titre pourrait le laisser supposer – manie humour et dérision. Les traits d’esprit n’y manquent pas. Que de citations nous aurions voulu insérer dans cette présentation… mais nous vous les laisserons découvrir dans la pièce !

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-MOBI – HTMLDOC-ODT

Jarry Alfred – Ubu Cocu

Jarry Alfred - Ubu Cocu - Bibliothèque numérique romandeJarry Alfred – Ubu Cocu (ou l’Archéoptéryx) : Ubu Cocu a été écrit en 1897-8. Deuxième pièce de Jarry ayant Ubu comme personnage principal, elle n’a pas été bien reçue par la critique et fut un peu oubliée, malgré d’évidentes qualités. Nous sommes heureux de vous la faire redécouvrir.

Inutile de tenter de résumer cette pièce, tant elle pulvérise les barrières des causalités et de la raison, au point que le cocufiage d’Ubu par l’Égyptien Memnon n’est même qu’à peine évoqué. Laissez-vous plutôt emporter par les mots (sauts périgiglyeux, respectacle, etc.), les répétitions de phrases (ô mais c’est qué, voyez-vous bien), les chansons, les dialogues absurdes à relents shakespeariens entre Ubu et ses personnages, entre Ubu et sa conscience.

Plus musicale que les autres grâce aux nombreuses chansons des Palotins, qui rythment les dialogues et font un peu office de chœur antique, cette œuvre vous ravira à condition d’oublier tout esprit cartésien pour devenir un peu pataphysicien…

Alfred Jarry (1873-1907), né à Laval dans une famille de la petite bourgeoisie, fréquente les lycées de cette ville puis de Saint-Brieuc. Un de ses professeurs incarne aux yeux de ses élèves « tout le grotesque qui est au monde ». L’enseignant devient le héros d’une littérature scolaire, dont un texte intitulé Les Polonais que Jarry, en classe de première, va mettre en forme de comédie et représenter sur un théâtre d’ombres puis au « Théâtre des Phynances », théâtre de marionnettes installé au domicile des Jarry.

Le premier succès arrive avec Les Minutes de sable mémorial (1894), César-Antéchrist (1895), dont la première partie est constituée des quatre premiers actes d’Ubu roi. Ubu Roi paraîtra en volume en 1896. La pièce est créée au Théâtre de l’Œuvre en décembre 1896 et fait scandale, donnant lieu à ce qu’on a appelé « la bataille d’Hernani du symbolisme ». Jarry poursuit son œuvre littéraire avec Les Jours et les nuits, roman d’un déserteur (1897), L’Amour en visite (1898), L’Amour absolu (1899), Messaline (1901), Le Surmâle (1902) et continue le cycle d’Ubu avec L’Almanach du Père Ubu illustré (1899), Ubu enchaîné (1900), Ubu sur la butte (1906). Difficultés financières et dégradation de sa santé l’empêchent de mener à bien ses derniers projets : La Dragonne, La Papesse Jeanne, La Chandelle verte. Plusieurs œuvres verront le jour à titre posthume dont Gestes et opinions du docteur Faustroll, pataphysicien. (Sources de cette biographie : Wikipédia, Encyclopédie Larousse en ligne.)

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Jarry Alfred – Ubu enchaîné

Ubu enchaîné - Alfred Jarry - Bibliothèque numérique romande - dessin Alfred JarryJarry Alfred – Ubu enchaîné : Après la gloire et les avanies d’un règne en Pologne, Père Ubu et Mère Ubu sont de retour. Mais Père Ubu n’a plus son cheval à Phynances et n’ose plus énoncer son fameux mot… Que faire, cornegidouille ? Ubu est guéri de la royauté. Pourquoi alors ne pas devenir esclave, trouver bonheur et confort assurés dans la soumission ? Une soumission toute relative, d’ailleurs, car les serviteurs ont des droits et les maîtres n’ont qu’à bien se tenir ! Ou mieux encore, la prison et les galères ! On y est nourri – car il faut à Ubu ses 12 repas par jour, chandelle verte ! – logé et tranquille. Et, pour les boulets aux pieds, Mère Ubu leur tricote des chaussons… Sa servitude épanouie fait des émules au point qu’il faut détruire les quartiers environnants pour agrandir la prison. Car la liberté, quelle galère ! Les « Hommes libres » font, chaque matin, l’exercice de leur désobéissance sous les ordres du Caporal Pissedoux.

Ubu, dans sa soumission grotesque, triomphante et tyrannique – le pendant de sa royauté précédente – nous interroge sur la réalité de notre liberté dans une société industrielle dont l’hypocrisie est au cœur des rapports sociaux et où le pouvoir avance souvent masqué, mais non moins tyrannique.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT