Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Desnos Robert – Prospectus

Desnos Robert - Prospectus - Bibliothèque numérique romande - Jean-Louis Glaussel Voilier dans un puit de soleilDesnos Robert – Prospectus suivi de Sens, À la Caille et autres poèmes : «Prospectus», composé à 19 ans alors que Desnos est secrétaire de Jean de Bonnefon et «Sens» qu’il finalise en 1944 au moment de son arrestation, deux recueils qui marquent l’évolution et la continuité de l’œuvre de Robert Desnos. «À la Caille», écrit en argot et pamphlet contre les pétainistes complète bien ce dernier recueil. (suite…)

Maeterlinck Maurice – Serres chaudes

Maeterlinck Maurice - Serres chaudes - Bibliothèque numérique romande - Sylvie S. fleur australienneMaeterlinck Maurice – Serres chaudes : Son seul recueil de poèmes, Serres chaudes débute la carrière littéraire de Maurice Maeterlinck. Inspiré des serres de sa maison d’Oostakker, le jeune écrivain chante et suggère la solitude, la captivité, l’ennui d’un univers limité guère plus confortable que la vie du monde, la douleur et les regrets. À ces poèmes fidèles au symbolisme dont plusieurs influencèrent Apollinaire, Éluard ou les Surréalistes, se sont adjoints douze puis quinze « chansons ». Musicalité et fulgurances des images y préfigurent « Pelléas et Mélisandre » ou « L’Oiseau bleu ». (suite…)

Rilke Rainer Maria – Les Amantes

Rilke Rainer Maria - Les Amantes - Bibliothèque numérique romande - Jean-Louis G. Tag Montpellier, A 709Rilke Rainer Maria – Les Amantes : Amour, amantes (ou aimantes), amour des hommes et amour des femmes, relations amoureuses, souffrance et mystique, Maurice Betz, écrivain, avocat et traducteur en français de l’œuvre Rainer Maria Rilke, nous propose, dans ce recueil de textes choisis, un « condensé essentiel » des écrits de Rilke sur ces thèmes. (suite…)

Rilke Rainer Maria – Poèmes français

Rilke Rainer Maria - Poèmes français - Bibliothèque numérique romande - Martigny et le Col de la Forclaz, photochromeRilke Rainer Maria – Poèmes français (Vergers, Les Quatrains valaisans, Les Roses, Les Fenêtres, Carnet de poche) : Les poèmes français de Rilke, composés dans les cinq dernières années de sa vie (de 1922 à 1926), occupent une place paradoxale dans l’ensemble de sa production : par la langue d’abord (le français, langue « prêtée ») ; par leur nombre (plus de 400) ; par leur légèreté gracieuse (très différente de l’intensité de ses œuvres lyriques en allemand) ; enfin par le lieu auquel ils se rattachent (le Valais, indissociable de la période la plus féconde de sa carrière). (suite…)

Artaud Antonin – Poèmes

Artaud Antonin - Poèmes - Bibliothèque numérique romande - Paul Klee Nocturne d’un portArtaud Antonin – Poèmes : Le trajet, en vers, d’un poète qui, le plus souvent, rejeta la versification. Après ses premiers poèmes influencés par Mallarmé et l’unanimisme, Antonin Artaud, refuse de corriger ce que certains, dont Jacques Rivière, considèrent comme des étrangetés voire des maladresses et revendique la vérité de son être, de son esprit et l’incapacité d’atteindre vraiment à fixer la pensée dans les mots. (suite…)

Artaud Antonin – Le Pèse-Nerfs – Fragments d’un Journal d’Enfer – L’Art et la Mort

Artaud Antonin - Le Pèse-Nerfs - Fragments d'un Journal d'Enfer - L'Art et la Mort - Bibliothèque numérique romande - Hieronymus Bosch Le Jardin des délicesArtaud Antonin – Le Pèse-Nerfs – Fragments d’un Journal d’Enfer – L’Art et la Mort : Le Pèse-Nerfs et les Fragments d’un journal en enfer poursuivent l’écriture cathartique de L’Ombilic des Limbes. Antonin Artaud souffre, provoque, questionne et met en scène son mal-être. Poétiques, égocentriques, philosophiques, ces cris de douleur qui exposent sa souffrance sont une tentative désespérée de mettre des mots, mais pas n’importe quel mots : ceux qui fassent saisir l’indicible, expliquent les subtiles complexités de l’esprit, sur ce qu’il ressent. En rupture avec la littérature conventionnelle, il écrit : « Toute l’écriture est de la cochonnerie. » « Toute la gent littéraire est cochonne », « pas d’œuvres, pas de langue, pas d’esprit, rien. Rien, sinon un beau Pèse-Nerfs. » (suite…)