Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Artaud Antonin – Poèmes

Artaud Antonin - Poèmes - Bibliothèque numérique romande - Paul Klee Nocturne d’un portArtaud Antonin – Poèmes : Le trajet, en vers, d’un poète qui, le plus souvent, rejeta la versification. Après ses premiers poèmes influencés par Mallarmé et l’unanimisme, Antonin Artaud, refuse de corriger ce que certains, dont Jacques Rivière, considèrent comme des étrangetés voire des maladresses et revendique la vérité de son être, de son esprit et l’incapacité d’atteindre vraiment à fixer la pensée dans les mots. (suite…)

Artaud Antonin – Le Pèse-Nerfs – Fragments d’un Journal d’Enfer – L’Art et la Mort

Artaud Antonin - Le Pèse-Nerfs - Fragments d'un Journal d'Enfer - L'Art et la Mort - Bibliothèque numérique romande - Hieronymus Bosch Le Jardin des délicesArtaud Antonin – Le Pèse-Nerfs – Fragments d’un Journal d’Enfer – L’Art et la Mort : Le Pèse-Nerfs et les Fragments d’un journal en enfer poursuivent l’écriture cathartique de L’Ombilic des Limbes. Antonin Artaud souffre, provoque, questionne et met en scène son mal-être. Poétiques, égocentriques, philosophiques, ces cris de douleur qui exposent sa souffrance sont une tentative désespérée de mettre des mots, mais pas n’importe quel mots : ceux qui fassent saisir l’indicible, expliquent les subtiles complexités de l’esprit, sur ce qu’il ressent. En rupture avec la littérature conventionnelle, il écrit : « Toute l’écriture est de la cochonnerie. » « Toute la gent littéraire est cochonne », « pas d’œuvres, pas de langue, pas d’esprit, rien. Rien, sinon un beau Pèse-Nerfs. » (suite…)

Artaud Antonin – Pour en finir avec le jugement de dieu

Artaud Antonin - Pour en finir avec le jugement de dieu - Bibliothèque numérique romande - Rogier van der Weyden Polyptique du Jugement Dernier des Hospices de BeauneArtaud Antonin – Pour en finir avec le jugement de dieu : Le réalisateur de la création radiophonique commandée par la Radio diffusion française s’attendait-il à ça ? Antonin Artaud se déchaîne avec « Pour en finir avec le jugement de dieu ».  Le texte de sa création, lu par Artaud, Maria Casarès, Roger Blin et Paule Thévenin est accompagné de tambour, xylophone et cris préenregistrés. Quant au contenu… La veille de la diffusion, le 1er février 1948, la censure tombe. Les protestations seront nombreuses mais sans effet. (suite…)

Artaud Antonin – L’Ombilic des limbes

Artaud Antonin - L'Ombilic des limbes - Bibliothèque numérique romande - Ammonites (Ptychites) opulentus) gravure de 1904Artaud Antonin – L’Ombilic des limbes : Dans l’Ombilic de rêve, « dominent les obsessions de l’auteur : son questionnement face à la maladie mentale (angoisses, phobies et dépressions nerveuses) ainsi que l’univers troublé des rêves. Ces différents univers sont marqués par la douleur, la mutilation des corps, l’étourdissement des esprits face aux immensités tant extérieures qu’intérieures. D’ailleurs, son intérêt pour les rêves le porte à s’appesantir sur son intériorité. Assumant pleinement son narcissisme et son égoïsme, il utilise quasi exclusivement la première personne du singulier. (suite…)

Fargue Léon-Paul – Dîners de Lune

Fargue Léon-Paul - Dîners de Lune - Bibliothèque numérique romande - Sylvie S. Lune et Feuillages en NorvègeFargue Léon-Paul – Dîners de Lune : Poète citadin, amoureux de l’âme parisienne, Fargue écrivit de nombreuses chroniques journalistiques pendant les années 1930 et 1940. Réunies à titre posthume sous le titre Dîners de lune, elles portent sur des sujets variés, au ton tantôt léger ou grave, joyeux ou inquiet, tendre ou sarcastique. Certaines fustigent la modernité et la toute-puissance de l’argent, d’autres raillent les nouvelles modes comme le camping ou le footing. Ce qui était l’exception avant devient la règle – «celui qui revient des Indes en passant par la Californie n’épate plus personne». Empreintes parfois de nostalgie du Paris d’avant-guerre, elles sont aussi un hymne intemporel à la féminité. Fargue appelle ses concitoyens à davantage de gentillesse et d’optimisme, formulant ainsi ses vœux de Nouvel-An: «ne nous vengeons pas de nos misères sur des Français qui n’en sont pas plus responsables que nous ne le sommes nous-mêmes». (suite…)

Fargue Léon-Paul – Déjeuners de Soleil

Fargue Léon-Paul - Déjeuners de Soleil - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells Coucher de Soleil sur les ToitsFargue Léon-Paul – Déjeuners de Soleil : Un nouvel hommage à Paris, un hommage nostalgique publié en 1942. On lui pardonne quelques outrances : « c’est toujours un artisan de Paris qui est à l’origine de toute invention », au regard de la vie des parisiens sous l’occupation que Léon-Paul Fargue ne mentionne que par petites touches (Le Lendemain, Restriction, Le Métro, etc.). Reste la poésie : « Et, dans ce Paris silencieux, nostalgique, suspendu comme un mirage et qui se respire lui-même comme devait faire le palais de la Belle au Bois Dormant, tous ces bruits qu’on n’entendait plus sortent du temps, de leurs gîtes, de l’ombre d’un tournant de rue, d’une porte, se divisent et se rejoignent, comme des bêtes qui émergent de leur antre, l’une après l’autre, après l’orage. » (suite…)

Pin It on Pinterest