Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Rilke Rainer Maria – Les Amantes

Rilke Rainer Maria - Les Amantes - Bibliothèque numérique romande - Jean-Louis G. Tag Montpellier, A 709Rilke Rainer Maria – Les Amantes : Amour, amantes (ou aimantes), amour des hommes et amour des femmes, relations amoureuses, souffrance et mystique, Maurice Betz, écrivain, avocat et traducteur en français de l’œuvre Rainer Maria Rilke, nous propose, dans ce recueil de textes choisis, un « condensé essentiel » des écrits de Rilke sur ces thèmes. (suite…)

Rilke Rainer Maria – Poèmes français

Rilke Rainer Maria - Poèmes français - Bibliothèque numérique romande - Martigny et le Col de la Forclaz, photochromeRilke Rainer Maria – Poèmes français (Vergers, Les Quatrains valaisans, Les Roses, Les Fenêtres, Carnet de poche) : Les poèmes français de Rilke, composés dans les cinq dernières années de sa vie (de 1922 à 1926), occupent une place paradoxale dans l’ensemble de sa production : par la langue d’abord (le français, langue « prêtée ») ; par leur nombre (plus de 400) ; par leur légèreté gracieuse (très différente de l’intensité de ses œuvres lyriques en allemand) ; enfin par le lieu auquel ils se rattachent (le Valais, indissociable de la période la plus féconde de sa carrière). (suite…)

Artaud Antonin – Poèmes

Artaud Antonin - Poèmes - Bibliothèque numérique romande - Paul Klee Nocturne d’un portArtaud Antonin – Poèmes : Le trajet, en vers, d’un poète qui, le plus souvent, rejeta la versification. Après ses premiers poèmes influencés par Mallarmé et l’unanimisme, Antonin Artaud, refuse de corriger ce que certains, dont Jacques Rivière, considèrent comme des étrangetés voire des maladresses et revendique la vérité de son être, de son esprit et l’incapacité d’atteindre vraiment à fixer la pensée dans les mots. (suite…)

Artaud Antonin – Le Pèse-Nerfs – Fragments d’un Journal d’Enfer – L’Art et la Mort

Artaud Antonin - Le Pèse-Nerfs - Fragments d'un Journal d'Enfer - L'Art et la Mort - Bibliothèque numérique romande - Hieronymus Bosch Le Jardin des délicesArtaud Antonin – Le Pèse-Nerfs – Fragments d’un Journal d’Enfer – L’Art et la Mort : Le Pèse-Nerfs et les Fragments d’un journal en enfer poursuivent l’écriture cathartique de L’Ombilic des Limbes. Antonin Artaud souffre, provoque, questionne et met en scène son mal-être. Poétiques, égocentriques, philosophiques, ces cris de douleur qui exposent sa souffrance sont une tentative désespérée de mettre des mots, mais pas n’importe quel mots : ceux qui fassent saisir l’indicible, expliquent les subtiles complexités de l’esprit, sur ce qu’il ressent. En rupture avec la littérature conventionnelle, il écrit : « Toute l’écriture est de la cochonnerie. » « Toute la gent littéraire est cochonne », « pas d’œuvres, pas de langue, pas d’esprit, rien. Rien, sinon un beau Pèse-Nerfs. » (suite…)

Artaud Antonin – Pour en finir avec le jugement de dieu

Artaud Antonin - Pour en finir avec le jugement de dieu - Bibliothèque numérique romande - Rogier van der Weyden Polyptique du Jugement Dernier des Hospices de BeauneArtaud Antonin – Pour en finir avec le jugement de dieu : Le réalisateur de la création radiophonique commandée par la Radio diffusion française s’attendait-il à ça ? Antonin Artaud se déchaîne avec « Pour en finir avec le jugement de dieu ».  Le texte de sa création, lu par Artaud, Maria Casarès, Roger Blin et Paule Thévenin est accompagné de tambour, xylophone et cris préenregistrés. Quant au contenu… La veille de la diffusion, le 1er février 1948, la censure tombe. Les protestations seront nombreuses mais sans effet. (suite…)

Artaud Antonin – L’Ombilic des limbes

Artaud Antonin - L'Ombilic des limbes - Bibliothèque numérique romande - Ammonites (Ptychites) opulentus) gravure de 1904Artaud Antonin – L’Ombilic des limbes : Dans l’Ombilic de rêve, « dominent les obsessions de l’auteur : son questionnement face à la maladie mentale (angoisses, phobies et dépressions nerveuses) ainsi que l’univers troublé des rêves. Ces différents univers sont marqués par la douleur, la mutilation des corps, l’étourdissement des esprits face aux immensités tant extérieures qu’intérieures. D’ailleurs, son intérêt pour les rêves le porte à s’appesantir sur son intériorité. Assumant pleinement son narcissisme et son égoïsme, il utilise quasi exclusivement la première personne du singulier. (suite…)

Pin It on Pinterest