Bibliothèque numérique romande

Les ebooks gratuits de la Bibliothèque numérique romande

Mardrus J. C. (trad.) – Le Livre des mille et une nuits (tome premier)

Mardrus J. C. (trad.) - Le Livre des mille et une nuits 1 - Bibliothèque numérique romande - illustrateur Seljuk du 13e siècle Sughrat (Socrate) enseignant ses élèvesMardrus J. C. (trad.) – Le Livre des mille et une nuits (tome premier) : Shaharazade est une princesse que son père a unie, mais avec son consentement et par esprit de sacrifice, au sultan Shariar, qui chaque nuit exige une nouvelle vierge et la tue ensuite. Mais la princesse est intelligente, elle prend avec elle sa jeune sœur qui demande une histoire chaque soir pour s’endormir. Heureusement elle a plus d’une histoire dans son sac, elle raconte si bien et sait si bien jouer de ses effets et du suspense, qu’au bout de la nuit, elle échappe à la mort, le roi étant impatient d’entendre la suite. «À ce moment de sa narration, Schaharazade vit apparaître le matin, et s’arrêta discrètement dans son récit.» Ce leitmotiv revient à la fin de chaque nuit et introduit la suivante. (suite…)

Lemonnier Camille – Noëls flamands

Lemonnier Camille - Noëls flamands - Bibliothque numérique romande - Pierre Bruegel l'ancien  Recensement à BethléemLemonnier Camille – Noëls flamands : «Tout à coup, Lemonnier change de manière. Il ferme ses écrins, éteint ses feux. Le style se serre, la phrase n’a plus cette hâte fébrile, ces cahots, ces soulèvements joyeux qui l’emportent et la font jaillir, elle se dépouille également de sa grandesse fastueuse, de ses traînes éclatantes. L’artiste la tisse à nouveau, la teint de couleurs plus amorties, arrive soudain à une simplicité puissante, à un campé d’un naturel vraiment inouï. Les scènes de la vie nationale sont sur le chantier. L’auteur va nous retracer l’existence des déshérités du Brabant, et alors défilent devant nous six nouvelles merveilleuses : La Saint Nicolas du batelier; le Noël du petit joueur de violon; un mariage dans le Brabant; Blœmentje; la Sainte-Catherine et le Thé de la tante Michel.» (J.-K. Huysmans). (suite…)

Carroll Lewis – Alice au pays des merveilles

Carroll Lewis - Alice au pays des merveilles - Bibliothèque numérique romande - Arthur Rackham Alice et les cartes qui s'envolentCarroll Lewis – Alice au pays des merveilles (illustrations de l’auteur et de Arthur Rackham) : Alice s’ennuie auprès de sa sœur qui lit un livre (« sans images, ni dialogues ») tandis qu’elle ne fait rien. « À quoi bon un livre sans images, ni dialogues ? », se demande Alice. Mais voilà qu’un lapin blanc aux yeux roses vêtu d’une redingote avec une montre à gousset à y ranger passe près d’elle en courant. Cela ne l’étonne pas le moins du monde. Pourtant, lorsqu’elle le voit sortir une montre de sa poche et s’écrier : « Je suis en retard ! En retard ! En retard ! », elle se dit que décidément ce lapin a quelque chose de spécial. En entrant derrière lui dans son terrier, elle fait une chute presque interminable qui l’emmène dans un monde aux antipodes du sien. Elle va rencontrer une galerie de personnages retors et se trouver confrontée au paradoxe, à l’absurde et au bizarre… (Wikipédia) (suite…)

Sand George – Le Poème de Myrza – Mouny-Robin

Sand George - Le Poème de Myrza - Mouny-Robin - Bibliothèque numérique romande - Hieronymus Bosch Le Jardin des Délices (détail)Sand George – Le Poème de Myrza – Mouny-Robin : Après la révolution de 1830 et ses désillusions, les romantiques seront nombreux à s’intéresser aux mythes chrétiens et à réécrire, en particulier, la Genèse. En 1835, après Chateaubriand, Milton, Lamennais et Nodier, George Sand n’imitera pas ses prédécesseurs. Dans Le Poème de Myrza pas de côte d’Adam ni de pomme ou de péché originel pas plus que d’expulsion du paradis terrestre mais un nouveau scénario, original et « féminocentrique ». « La Connaissance n’est pas confondue avec le Mal. La Femme n’est pas forcée à occuper le rôle de tentatrice, n’est plus jugée coupable de la déchéance de l’Humanité. (suite…)

Balzac Honoré de Chasles Philarète Rabou Charles – Contes bruns

Balzac Honoré de Chasles Philarète Rabou Charles - Contes bruns - Bibliothèque numérique romande - David Gruar Peat bog between Beinn Odhar and Meall BuidheBalzac Honoré de Chasles Philarète Rabou Charles – Contes bruns : Fantastique ? Noir gothique ? Au fait pourquoi pas brun ? Bonne couleur pour mélanger réalisme, fantastique, burlesque, comique, cynisme ou romantisme… Dans ce recueil collectif, se mélangent les talents de Balzac, Philarète Chasle et Charles Rabou, alors trois jeunes journalistes pleins d’idées. Vous serez passionné par les histoires d’Une Conversation entre onze heures et minuit, horrifiés sous le regard de L’Œil  sans Paupière ; vous plaindrez la pauvre Sara la Danseuse, le capucin d’Une bonne Fortune, l’Avare dans sa Fosse ou Les trois Sœurs mais gare aux revenants du Ministère public et de Tobias Guarnerius ! Et vous n’aurez sans doute pas de regrets dans Les Regrets ou dans  Le Grand d’Espagne qui clôt cette collection de contes. (suite…)

Voltaire – L’Homme aux quarante écus

Voltaire - L'Homme aux quarante écus - Bibliothèque numérique romande - Maquette Laura Barr-Wells photo G. GaritanVoltaire – L’Homme aux quarante écus : C’est l’histoire d’un mec…un agriculteur raisonnablement naïf avec un petit terrain. Quarante écus, c’est ce que pourrait lui rapporter son bien. Pourquoi quarante écus ? C’est la somme qu’on obtient en divisant le nombre d’arpents du royaume par le nombre de ses sujets, et de la rente associée à la surface correspondante. Certain verront là la première ébauche d’un revenu de solidarité active, comme le propose Wikipédia.

Des revenus modestes qui seraient suffisants… sauf qu’il y a les impôts et les taxes qui lui en mangent la moitié. Déconfit, l’homme va voir un spécialiste, le géomètre, qui lui explique bien des choses : ce qui n’empêchera pas l’homme d’être ruiné et emprisonné…S’il s’en sort et se marie, son besoin de comprendre n’est pas assouvi.

Dans ce pamphlet féroce contre les technocrates de l’époque, Voltaire s’y révèle un économiste quasi prophétique. Si d’autres peuvent trouver décousus cette suite de dialogues et de petites histoires où la caricature alterne avec l’ironie, Voltaire répond par avance : « C’est le sort de toutes les conversations de passer d’un sujet à un autre »

Téléchargements : ePUB – PDF – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT